JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau
A propos de l’auteur
David C. Pack 

Fondateur et Pasteur GĂ©nĂ©ral de l’Église de Dieu RestaurĂ©e, RĂ©dacteur en Chef du magazine The Real Truth et voix du programme tĂ©lĂ©visuel The World to Come, David C. Pack a atteint plusieurs millions de personnes dans le monde entier en proclamant les puissantes vĂ©ritĂ©s de la Bible inconnues de la plupart des gens. Il est l’auteur de 80 livres et livrets, et a personnellement Ă©tabli plus de 50 congrĂ©gations. Il est Ă©galement apparu en tant qu’invitĂ© sur The History Channel. M. Pack a frĂ©quentĂ© l’Ambassador CollĂšge Ă  Pasadena, en Californie. Il est entrĂ© au ministĂšre de l’Église de Dieu Universelle en 1971 et a Ă©tĂ© personnellement formĂ© par son fondateur, Herbert W. Armstrong.

Qu’est-ce au juste que le salut?

par David C. Pack

Il y a tant de confusion inutile et de faux espoirs au sujet du salut! Que signifie «salut» ? Quand et comment est-on «sauvé»? Les réponses ne sont pas celles que vous croyez, ou celles auxquelles vous vous attendez. Les voici, exprimées clairement!

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti

Le clergĂ© et les prĂ©dicateurs sont constamment en train de parler «de salut», «d’ĂȘtre sauvĂ©s», «d’obtenir notre salut» ou de «recevoir notre rĂ©compense». Que signifie tout cela?

Tous les chrĂ©tiens traditionnels recherchent le salut. Personne ne veut de la solution de rechange. Les gens veulent quitter ce monde pour un monde meilleur. Mais qu’est-ce au juste que le salut? Qu’est-ce que ces gens, et vous, cherchez exactement? La majoritĂ© accepte simplement les traditions populaires sans rĂ©ellement SAVOIR! Vous, le savez-vous? Si oui, en ĂȘtes-vous certain?

Prenez quelques instants, et Ă©crivez ce que vous attendez du salut, ce que signifie «ĂȘtre sauvé».

Avez-vous Ă©crit «aller au ciel», «ĂȘtre avec JĂ©sus», «obtenir la vie Ă©ternelle»? Ou, avez-vous Ă©crit «conversion», «accepter JĂ©sus, maintenant». MĂȘme cette incertitude soulĂšve des questions. Le salut arrive-t-il au moment de la mort? Ou au moment de la conversion?

À une occasion, un jeune homme a demandĂ©: « que dois-je faire de bon pour avoir la vie Ă©ternelle? (Matth 19 :16 ). Christ lui donna une rĂ©ponse trĂšs prĂ©cise. La connaissez-vous?

Pourquoi tant de mystĂšre et de confusion, tant d’incertitude et de dĂ©saccord sur ce en quoi consiste le salut?

Dieu nous dit «examinez (prouvez) toutes choses, retenez ce qui est bon». On ne peut douter que cela inclue l’espĂ©rance du salut et la façon dont nous passerons l’éternitĂ©.

Examinons donc cette question trĂšs importante pour vous, celle de votre salut. Nous verrons ce qui se passe, oĂč cela se passe et le moment oĂč le salut est accordĂ©. Nous verrons ensuite comment on peut atteindre le but ultime de la vie.

Faisons en sorte que cela soit trùs clair et qu’il n’y ait aucun malentendu.

Cela devrait vous intéresser.

La bible dĂ©clare : «il est rĂ©servĂ© aux hommes de mourir une seule fois» (HĂ©b 9 :27). Acceptez ce verset pour ce qu’il dit. Il signifie que la mort est une certitude dans la vie de toute personne. De façon littĂ©rale, chacun d’entre nous a un «rendez-vous» qu’il ne ratera pas.

C’est aussi votre cas.

Il n’y a aucun doute que la raison pour laquelle nous vivons ainsi que celle pour laquelle nous mourrons Ă©ventuellement sont les questions les plus importantes de notre vie. MalgrĂ© cela, elles sont sans doute celles auxquelles on rĂ©flĂ©chit le moins. La personne moyenne ne prend pratiquement jamais de temps pour rĂ©flĂ©chir Ă  l’énorme signification de l’évĂ©nement le plus certain de sa vie, LA MORT!

Pourquoi mourons-nous? Quelle est l’origine de ce «rendez-vous»? Qui l’a fixĂ©?

La parole de Dieu dit : «Car TOUS ont pĂ©chĂ© et sont privĂ©s de la gloire de Dieu» (Rom 3 :23). «Tous» signifie chaque personne, sans exception. Vous ĂȘtes donc inclus.

Pour chaque cause, il y a un effet et la bible nous dit qu’il y a des consĂ©quences au pĂ©chĂ©. Quelles sont-elles?

Romains nous dit : «Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur» (Rom 6 :23). Voilà la réponse, le péché est la cause de la mort!

Permettez que je le répÚte, cela vous inclut. Le fait que vous ne pratiquiez pas une religion ne vous exempte pas du péché ou de ses conséquences.

Puisque tous ont pĂ©chĂ©, tous auront Ă  faire face Ă  la punition qu’est la mort. Puisque le salaire du pĂ©chĂ© c’est la mort, c’est lĂ  le chĂšque que Dieu signe en faveur des hommes comme paiement de ce qu’ils ont gagnĂ© par leurs actions.

Commencez-vous Ă  comprendre pourquoi vous, ainsi que toute l’humanitĂ©, devez ĂȘtre sauvĂ©s?

Mais que signifie sauvĂ©? Dans un certain sens, il n’y a pas de diffĂ©rence avec le fait d’ĂȘtre sauvĂ© d’une maison en feu, d’un accident d’auto ou d’une riviĂšre en furie ou de toute autre situation dangereuse oĂč l’on pourrait se retrouver sans aide.

SauvĂ© veut dire SAUVÉ! Cela signifie ĂȘtre dĂ©livrĂ© d’un sort qui, sans l’intervention d’une autre personne, aurait comme rĂ©sultat la mort ou des blessures. Cela signifie ĂȘtre prĂ©servĂ©.

Tout bon dictionnaire vous dira qu’ĂȘtre sauvĂ©, dans un sens religieux, sous-entend ĂȘtre dĂ©livrĂ© ou prĂ©servĂ© de quelque chose, sous-entend une rĂ©demption. Dieu nous dit que le vrai salut c’est ĂȘtre dĂ©livrĂ© de la mort, mais de façon gĂ©nĂ©rale, ce n’est pas ce que les gens croient.

Pas d’ñme immortelle.

J’ai cĂ©lĂ©brĂ© plusieurs funĂ©railles et assistĂ© Ă  plusieurs Ă©galement. J’y ai entendu de nombreuses et longues dissertations pieuses sur le lieu oĂč sont allĂ©s les morts, disant qu’ils ne sont pas vraiment morts. J’ai entendu des prĂ©dicateurs dire que la mort est un «ami» que l’on retrouve au bout du «chemin de la vie».

Les hommes depuis toujours ont tentĂ© de nier la finalitĂ© de la vie en disant que la mort n’est pas rĂ©ellement la mort. Bien entendu, lors de funĂ©railles, cela est dit afin de rĂ©conforter ceux qui ont du chagrin Ă  cause de la perte d’un ĂȘtre cher. C’est comme si on pouvait rĂ©conforter ceux qui sont dans le deuil en leur diant que les morts ne sont pas rĂ©ellement morts, mais qu’ils vivent quelque part.

Les prĂȘtres, les ministres du culte et les thĂ©ologiens ont substituĂ© Ă  la vĂ©ritĂ© de ce qui se passe lors de la mort la croyance populaire qu’il ne s’agit que d’une transition vers une autre forme de vie. Ils font cela en faisant appel Ă  la doctrine de l’immortalitĂ© de l’ñme. RĂ©sultat? La plupart des gens pieux croient qu’ils possĂšdent une Ăąme. C’est ce qu’on m’a appris Ă  l’école du dimanche.

Pratiquement personne ne comprend quelle est la relation entre l’ñme et les ĂȘtres humains. La croyance populaire veut qu’au moment de la mort, l’ñme des pĂ©cheurs aille en enfer pour l’éternitĂ© puisqu’elles sont immortelles.

Est-ce bien ce que dit la bible? Si le salaire du pĂ©chĂ© est la mort, la bible peut-elle Ă©galement enseigner que les gens possĂšdent une Ăąme immortelle? Ça ne peut ĂȘtre les deux Ă  la fois.

GenĂšse 2 :7 dĂ©clare : «L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussiĂšre de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint une Ăąme vivante. Ce verset ne dit pas que les hommes ont des Ăąmes, mais qu’ils sont des Ăąmes. Adam devint une Ăąme, il ne reçut pas une Ăąme.

Christ a enseignĂ© que «ce qui est nĂ© de la chair est chair » (Jn 3 :6). Les ĂȘtres humains sont faits de chair, «tirĂ©s de la terre» (I Cor 15 :47). Cela signifie que toute notre existence est purement physique et chimique, qu’elle est temporaire. Nous dĂ©pendons de l’air, de la nourriture et de l’eau pour notre survie. Sans l’un ou l’autre, nous ne pouvons vivre trĂšs longtemps.

Presque tout de suite aprĂšs GenĂšse 2 :7, Dieu avertit Adam : «L'Éternel Dieu donna cet ordre Ă  l'homme: tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour oĂč tu en mangeras, tu mourras (certainement)» (v. 16-17). Ensemble, ces versets nous donnent une autre preuve que les hommes sont des Ăąmes et les Ăąmes peuvent mourir.

Le prophĂšte ÉzĂ©chiel a Ă©crit, «l'Ăąme qui pĂšche, c'est celle qui mourra» (Éz 18 :4, 20). Cela est rĂ©pĂ©tĂ© pour en souligner la rĂ©alitĂ©. La mort c’est l’absence de vie. C’est l’arrĂȘt, la cessation de la vie. La mort n’est pas la vie dans un autre endroit. Il ne s’agit pas de quitter «cette vie», pour «l’autre vie», «l’aprĂšs-vie».

RĂ©flĂ©chissez maintenant Ă  Matthieu 10 :28 : «Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'Ăąme; craignez plutĂŽt celui qui peut faire pĂ©rir l'Ăąme et le corps dans la gĂ©henne». Les Ăąmes peuvent ĂȘtre dĂ©truites! Elles peuvent ĂȘtre dĂ©truites tout autant que les corps peuvent l’ĂȘtre. Ce verset nous fait prendre conscience que Dieu peut dĂ©truire les Ăąmes dans la gĂ©henne (le feu de « l’enfer »). Alors que les corps peuvent mourir de bien des façons, les Ăąmes meurent dans la gĂ©henne.

Bien qu’il existe plusieurs passages qui nous montrent que c’est ce que Dieu fera et la façon dont Il le fera, il serait utile d’en examiner un de ceux-ci. «Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les mĂ©chants seront comme du chaume; le jour qui vient les embrasera, dit l'Éternel des armĂ©es, il ne leur laissera ni racine ni rameau... et vous foulerez les mĂ©chants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prĂ©pare, dit l'Éternel des armĂ©es» (Mal 4 :1,3).

Ce passage n’est pas ambigu. Il est clair. Les mĂ©chants ne brĂ»lent pas Ă  jamais, ils se consument, ils sont comme du chaume, ils deviennent de la cendre.

Avant de poursuivre, il convient d’examiner l’immortalitĂ© sous un angle diffĂ©rent. Comprenez bien. La doctrine de l’immortalitĂ© de l’ñme sous-entend que tous sont immortels. Alors que dites-vous du passage suivant? Selon le contexte, il parle de Dieu, et de JĂ©sus-Christ «qui seul possĂšde l'immortalitĂ©, qui habite une lumiĂšre inaccessible, que nul homme n'a vu ni ne peut voir, Ă  qui appartiennent l'honneur et la puissance Ă©ternelle. Amen! » (I Tim 6 :16).

Si Dieu et Christ sont les seuls qui possĂšdent l’immortalitĂ©, il est donc impossible pour les hommes d’avoir des Ăąmes immortelles.

Romains 2 :7 nous montre quelle est la vision que Dieu a sur l’immortalitĂ©. Voyez ce qui est Ă©crit aux chrĂ©tiens en puissance : « rĂ©servant la vie Ă©ternelle Ă  ceux qui, par la persĂ©vĂ©rance Ă  bien faire, cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité». L’immortalitĂ© n’est donc pas quelque chose que les gens possĂšdent sinon Dieu ne dirait pas que les gens la CHERCHENT, et l’apĂŽtre Paul n’aurait pas dit aux Corinthiens que leurs «corps mortels devaient revĂȘtir l’immortalité» (I Cor 15 :53-54) lors de la rĂ©surrection.

Il est temps de cesser de croire les fables des hommes au sujet des Ăąmes immortelles et d’un enfer Ă©ternel. Il s’agit de fictions que la bible n’enseigne nulle part.

Mais qu’est-ce que le pĂ©chĂ©?

Presque tout le monde a son idĂ©e sur ce qu’est le pĂ©chĂ©. Savez-vous ce que c’est? Si le pĂ©chĂ© est responsable de notre mort, alors la bible doit certainement nous dire ce que c’est. Ne serait-il pas normal d’avoir une dĂ©finition exacte de ce qui est responsable d’une punition aussi terrible pour l’humanitĂ©? Ne vous contentez pas de demi-rĂ©ponses ou de la simple opinion des hommes. Ne vous prĂ©occupez pas de ce que le clergĂ© ou les ministres de ce monde vous disent, mais regardez ce que la bible vous dit.

La parole de Dieu rĂ©vĂšle la vĂ©ritĂ© (Jn 17 :17). Voici la dĂ©finition qu’elle en donne, la vĂ©ritable dĂ©finition du pĂ©chĂ©. I Jean 3 :4 dit : «Quiconque pĂšche transgresse la loi, et le pĂ©chĂ© est la transgression de la loi. Dieu dĂ©cide de ce qu’est le pĂ©chĂ© et Il dit que c’est transgresser Sa loi. Donc, puisque le pĂ©chĂ© est la transgression de la loi et que l’opposĂ© serait l’obĂ©issance Ă  la loi, quelle est cette loi Ă  laquelle nous devons obĂ©ir?

La réponse? Les dix commandements! Mais nous devons le prouver.

Jean a aussi Ă©crit, «Toute iniquitĂ© (injustice) est un pĂ©chĂ©â€ (I Jn 5 :17). Les psaumes disent, «Car tous tes commandements sont justes» (Ps 119 :172). Donc l’iniquitĂ©, le pĂ©chĂ©, c’est contrevenir aux commandements de Dieu.

L’apĂŽtre Jacques a ajoutĂ©, «Car quiconque observe toute la loi, mais pĂšche contre un seul commandement devient coupable de tous. En effet, celui qui a dit: Tu ne commettras point d'adultĂšre, a dit aussi: Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d'adultĂšre, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi (Jc 2 :10-11). Il est Ă©vident que Jacques faisait rĂ©fĂ©rence aux dix commandements.

Bien qu’il soit possible pour les gens de vivre leur vie sans commettre physiquement de meurtre, d’adultĂšre, ou de mentir et de voler, tous ont pĂ©chĂ©.

Comment cela se peut-il? Comment cela est-il possible? Simplement parce que si une personne obĂ©it Ă  la lettre de la loi, elle peut encore contrevenir Ă  l’esprit de la loi, ce qui est aussi pĂ©chĂ©.

Christ a magnifiĂ© la lettre de la loi en en rĂ©vĂ©lant le but spirituel. «Vous avez appris qu'il a Ă©tĂ© dit: tu ne commettras point d'adultĂšre. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle dans son cƓur» (Matth 5 :27-28). VoilĂ  la raison pour laquelle Paul a dit que la loi Ă©tait «spirituelle» (Rom 7 :14).

Paul a aussi Ă©crit, «Car nul ne sera justifiĂ© devant lui par les Ɠuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du pĂ©ché» (Rom 3 :20). Le but mĂȘme de la loi est de discerner ce qui est pĂ©chĂ© de ce qui ne l’est pas, de montrer ce qui est juste et ce qui est pĂ©chĂ©!

Paul poursuit, «Que dirons-nous donc? La loi est-elle pĂ©chĂ©? Loin de lĂ !» Certaines personnes concluent que la loi est mauvaise, qu’elle est pĂ©chĂ©, simplement parce qu’elle dĂ©crit ce qui est pĂ©chĂ©. C’est ridicule. Ça revient Ă  dire que les panneaux d’arrĂȘt sont mauvais parce que les gens ne les respectent pas. Il conclut par, «mais je n'ai connu le pĂ©chĂ© que par la loi, car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eĂ»t dit: Tu ne convoiteras point (le dixiĂšme commandement)» (Rom 7 :7).

Paul reconnaissait par lĂ  qu’il avait appris la nature du pĂ©chĂ© par une bonne connaissance de la loi divine. Il cita le dixiĂšme commandement comme preuve de cela.

Romains 7 dĂ©crit le combat de Paul contre le pĂ©chĂ©. Il a dĂ» combattre sa nature humaine qui, comme il le savait, Ă©tait tout Ă  fait contraire Ă  son dĂ©sir d’obĂ©ir Ă  la loi de Dieu, aux dix commandements.

Une chose doit ĂȘtre comprise au sujet de la nature humaine, donc de la vĂŽtre aussi : « car l'affection de la chair (notre nature) est inimitiĂ© contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas Ă  la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut mĂȘme pas» (Rom 8 :7).

Lisez maintenant JĂ©rĂ©mie : «Le cƓur est tortueux par-dessus tout, et il est mĂ©chant» (JĂ©r 17 :9). VoilĂ  une description crue des tendances normales de notre nature humaine et charnelle, celle qui est Ă  l’Ɠuvre en nous. Elle veut dĂ©fier les instructions divines pour ensuite se convaincre qu’elle n’a rien fait de semblable.

La rĂ©sistance naturelle Ă  la loi de Dieu associĂ©e Ă  la forte tendance Ă  nous berner nous-mĂȘmes est la raison pour laquelle tous ont pĂ©chĂ©.

Paul poursuit dans Romains 5 :12 : « et qu'ainsi la mort s'est Ă©tendue sur tous les hommes, parce que tous ont pĂ©ché». Et afin qu’il n’y ait plus de doute sur ce qui a entraĂźnĂ© cette terrible consĂ©quence dans la vie de tous, Paul ajoute, «or, le pĂ©chĂ© n'est pas imputĂ©, quand il n'y a point de loi» (v.13).

Saisissez bien cela! La loi de Dieu doit ĂȘtre en vigueur pour que le pĂ©chĂ© soit imputĂ©. Il ne peut y avoir de punition pour avoir transgressĂ© une loi qui n’existe pas.

Voyez cela d’une autre façon. Ne laissons pas de place Ă  l’erreur ou au malentendu : « et que lĂ  oĂč il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression» (Rom 4 :15)

Si le pĂ©chĂ© est la transgression de la loi, alors la culpabilitĂ© due au pĂ©chĂ© est impossible si la loi de Dieu n’est pas en vigueur. Quoi de plus simple?

Presque toutes les nations sur terre possĂšdent des lois qui ressemblent Ă  plusieurs des dix commandements. Il existe des lois contre le meurtre, le vol et le parjure, etc. Il y a mĂȘme des pays qui ont dĂ©clarĂ© l’adultĂšre illĂ©gal.

Les procureurs de ces pays pourraient-ils inculper les transgresseurs pour des crimes commis s’il n’y avait pas de lois qui dĂ©crivent ce que sont ces crimes?

La peine de mort pourrait-elle ĂȘtre appliquĂ©e Ă  ceux qui sont condamnĂ©s pour des «crimes majeurs» si la loi n’expliquait pas quel acte ou quelle conduite mĂ©ritent la peine capitale? Bien sĂ»r que non.

Dieu n’est pas diffĂ©rent Ă  cet Ă©gard. La peine de mort et Sa loi sont bien rĂ©elles. Lorsqu’il impute un pĂ©chĂ© pour avoir transgressĂ© ses lois, Il doit d’abord les avoir promulguĂ©es. Les contrevenants aux lois des hommes sont coupables de «crimes». Dieu ne fait qu’appeler ces mĂȘmes transgressions, pĂ©chĂ©s! Un pĂ©chĂ© est un crime spirituel.

Ne permettez pas Ă  des fraudeurs de vous dire que la loi de Dieu a Ă©tĂ© abolie. Elle ne l’est pas. Au contraire, elle est pleinement en vigueur portant en elle la pire des consĂ©quences pour les contrevenants.

Le salut est un don.

Jusqu’à maintenant, notre discussion condamne le pĂ©cheur Ă  mort. Que peut-on faire pour changer cela, pour changer les circonstances qui ont entraĂźnĂ© ces consĂ©quences irrĂ©mĂ©diables?

Comment peut-on Ă©chapper, ĂȘtre sauvĂ© de cet Ă©tat? Le pĂ©cheur qui est condamnĂ© peut-il faire quelque chose pour Ă©chapper Ă  son sort?

En d’autres mots, les «bonnes Ɠuvres» ont-elles quelque chose Ă  voir avec le salut? Ou encore, votre «justice» est-elle liĂ©e Ă  votre salut? Si oui, vous assure-t-elle automatiquement le salut? Parle-t-on alors de salut «par les Ɠuvres»? Pouvez-vous gagner votre salut par ce que vous faites?

Certains croient qu’ils peuvent gagner leur salut. On nous a accusĂ©s d’enseigner le «salut par les Ɠuvres» simplement parce que nous croyons que les gens ont quelque chose Ă  faire pour devenir et demeurer chrĂ©tiens. Je vous demande donc, pouvez-vous ou quelqu’un peut-il gagner la vie Ă©ternelle?

La bible enseigne en effet que les gens peuvent «gagner» quelque chose par leurs Ɠuvres. Rappelez-vous, « tous ont pĂ©chĂ© et sont privĂ©s de la gloire de Dieu» (Rom 3 :23). Et «  le SALAIRE du pĂ©chĂ©, c'est la mort» (6:23). Le seul salaire que nous pouvons gagner par nos Ɠuvres, c’est la mort.

Il ne faut pas que vous vous mĂ©preniez. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour gagner votre salut. Absolument rien! Mais vous pouvez gagner une mort Ă©ternelle.

Rappelez-vous que Romains 6 :23 se termine par «mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie Ă©ternelle en JĂ©sus Christ notre Seigneur». VoilĂ  la vĂ©ritĂ©. La vie Ă©ternelle est un don absolu et non quelque chose qui vous est remis comme le serait un salaire pour un travail accompli. Il s’agit lĂ  d’un enseignement clair et Ă©lĂ©mentaire de la bible.

Ironiquement, ce sont nos accusateurs qui, dans un certain sens, enseignent qu’on peut gagner notre salut. C’est exactement ce qu’ils disent en nous attribuant une Ăąme immortelle. Ils disent que nous vivons Ă©ternellement. Comment la vie Ă©ternelle peut-elle ĂȘtre un don si les gens possĂšdent dĂ©jĂ  une Ăąme immortelle?

C’est ce que Satan a dit Ă  Ève dans le jardin lorsqu’il l’a sĂ©duite et l’a convaincue de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Il lui a dit qu’elle «ne mourrait point».

Prenez quelques minutes en vous aidant d’une concordance et essayez de trouver les mots Ăąme immortelle dans la bible. Ne croyez pas ce que je dis. Cherchez vous-mĂȘme. Vous ne trouverez pas ces mots et vous avez dĂ©jĂ  vu plusieurs preuves Ă  ce sujet dans cette brochure. (Lisez notre brochure La vĂ©ritĂ© sur L’ENFER pour en apprendre davantage sur la fausse idĂ©e paĂŻenne d’un enfer Ă©ternel).

Combien ridicules peuvent ĂȘtre les idĂ©es des hommes, tout particuliĂšrement lorsque ceux qui en sont Ă  l’origine n’ont pas considĂ©rĂ© ce que Dieu a Ă  dire! Il n’est donc pas Ă©tonnant qu’Il dise : «Car mes pensĂ©es ne sont pas vos pensĂ©es, et vos voies ne sont pas mes voies» (És 55 :8).

Combien vrai!

Si vous avez dĂ©jĂ  lu plusieurs de nos publications, vous avez pu constater que la majoritĂ© du christianisme traditionnel enseigne le contraire de ce que Dieu dit. Dans tout enseignement oĂč Dieu dit de faire une chose, les hommes disent que nous n’avons pas Ă  le faire.

Les «tĂ©lĂ©vangĂ©listes» et le clergĂ© parlent avec assurance de choses qu’on ne retrouve pas dans la bible comme si elles Ă©taient vraies.

Qu’en est-il de vous? Parlez-vous avec assurance, et mĂȘme avec audace, de choses qui vous ont Ă©tĂ© enseignĂ©es, alors que ces choses ne se retrouvent pas dans la Parole de Dieu? Ou ĂȘtes-vous prĂȘts Ă  examiner votre bible et croire uniquement ce que Dieu dit?

Séparé par le péché.

ÉsaĂŻe 59 :1-2 nous explique que le pĂ©chĂ© sĂ©pare les ĂȘtres humains de Dieu : «Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes (iniquitĂ©s) qui mettent une sĂ©paration entre vous et votre Dieu; ce sont vos pĂ©chĂ©s qui vous cachent sa face et l'empĂȘchent de vous Ă©couter».

Dieu ne peut littĂ©ralement pas ĂȘtre rejoint pas le pĂ©cheur dont les pĂ©chĂ©s n’ont pas Ă©tĂ© pardonnĂ©s et effacĂ©s.

ÉsaĂŻe 55 :6-7 dit Ă  ceux qui cherchent Dieu, «Cherchez l'Éternel pendant qu'il se trouve; invoquez-le, tandis qu'il est prĂšs. Que le mĂ©chant abandonne sa voie, et l'homme d'iniquitĂ© ses pensĂ©es; qu'il retourne Ă  l'Éternel, qui aura pitiĂ© de lui, Ă  notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner».

Toutefois, obĂ©ir Ă  Dieu n’est pas suffisant pour vous donner la vie Ă©ternelle. Pas plus qu’une vie entiĂšre de «bonnes Ɠuvres». Si c’était le cas, alors la vie Ă©ternelle pourrait ĂȘtre mĂ©ritĂ©e par de bonnes Ɠuvres, de la mĂȘme façon qu’une existence permanente en enfer peut ĂȘtre acquise par de mauvaises Ɠuvres.

Il y a plusieurs versets qui expliquent que les pĂ©chĂ©s ne peuvent ĂȘtre pardonnĂ©s que par le sacrifice du Christ. Jean a Ă©tĂ© inspirĂ© d’écrire : «Et voici ce tĂ©moignage, c'est que Dieu nous a donnĂ© la vie Ă©ternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie» (I Jn 5 :11-12).

À moins d’avoir un Sauveur qui paie l’amende pour nos pĂ©chĂ©s, nous sommes PERDUS et en route vers la mort! On pourrait citer plusieurs versets pour prouver cela. Lisez Jean 5 :26. Le verset nous montre qu’il n’y a que Dieu qui peut accorder la vie Ă©ternelle. Christ a dit : «Car, comme le PĂšre a la vie en lui-mĂȘme, ainsi il a donnĂ© au Fils d'avoir la vie en lui-mĂȘme»

C’est lĂ  une bonne nouvelle. Dieu dĂ©tient bel et bien le pouvoir d’accorder la vie Ă©ternelle, mais nous verrons plus loin qu’il s’agit d’un don conditionnel donnĂ© uniquement Ă  ceux qui se sont qualifiĂ©s.

Ne vous y trompez pas. Elle ne peut ĂȘtre gagnĂ©e, c’est un don!

Maintenant, comprenez ce qui suit! Nous devons Ă©liminer tout doute au sujet de ce qui procure le salut. C’est un don de Dieu. Il n’y a absolument rien qu’un chrĂ©tien puisse faire pour mĂ©riter ou gagner son salut. Le seul salaire que les ĂȘtres humains peuvent gagner, c’est la mort. Avant d’entrer dans le sujet des Ɠuvres chrĂ©tiennes, vous devez d’abord reconnaĂźtre que la vie Ă©ternelle ne peut ĂȘtre mĂ©ritĂ©e par nos actions.

Le salut s’obtient par la grĂące de Dieu. Mais qu’est-ce que la grĂące au juste? C’est le pardon totalement immĂ©ritĂ© de nos pĂ©chĂ©s. Le salut signifie que nous sommes sauvĂ©s de la mort. À moins que Dieu n’intervienne et n’utilise le sang de JĂ©sus-Christ pour effacer le passĂ© du pĂ©cheur repentant, il ne peut y avoir de salut.

Quel verset dit une telle chose? ÉphĂ©siens 1 : 7 dit : «En lui (JĂ©sus-Christ), nous avons la rĂ©demption par son sang, la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s, selon la richesse de sa grĂące». Colossiens 1 :14 rĂ©pĂšte exactement la mĂȘme chose. Dieu accorde Sa grĂące, Son pardon par le sang du Christ.

Vous devez reconnaĂźtre que vous possĂ©dez une vie temporaire, physico-chimique. Il n’y a rien dans notre corps de chair qui dit que nous vivrons toujours. Chacun d’entre nous est Ă  un battement de cƓur, ou Ă  une attaque ou Ă  un accident d’auto de notre «rendez-vous» avec la mort. DĂšs l’instant de notre naissance, nous avons commencĂ© Ă  nous nous sommes engagĂ©s sur la «pente descendante». Il n’y a absolument rien que vous et moi pouvons faire contre cela, si ce n’est que de prolonger un peu notre vie par de l’exercice physique, de meilleures habitudes alimentaires, du repos, etc. Bien entendu, aucune de ces habitudes ne peut procurer la vie Ă©ternelle.

Quel rĂŽle joue la foi? Certains croient que tout ce dont les chrĂ©tiens doivent s’inquiĂ©ter c’est d’ĂȘtre «justifiĂ©s par la foi». Ces personnes croient que ceux qui enseignent que des Ɠuvres sont nĂ©cessaires nient le don de salut accordĂ© par Dieu. (Nous allons Ă©tudier cela plus loin).

La foi a bien un rĂŽle Ă  jouer, mais quel est-il?

ÉphĂ©siens 2 :8-9 Ă©labore sur ce que nous dit Romains 6 :23 : «Car c'est par la grĂące que vous ĂȘtes sauvĂ©s, par le moyen de la foi. Et cela (la foi) ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les Ɠuvres, afin que personne ne se glorifie».

Le salut est un don accordĂ© par grĂące, par la foi! Cela ne laisse donc aucune place Ă  quiconque de se vanter qu’il a obtenu son salut par ses propres moyens.

Paul explique que mĂȘme la foi doit ĂȘtre donnĂ©e. Si ce n’était le cas, alors il s’agirait, comme dans tous les autres cas, «d’Ɠuvres» accomplies grĂące Ă  des efforts humains. Si Dieu accordait le salut de cette façon, cela signifierait qu’un chrĂ©tien le gagne au moyen d’une foi humaine.

Nous en arrivons maintenant Ă  une question des plus critiques. Puisqu’il n’y a que les vĂ©ritables chrĂ©tiens qui seront sauvĂ©s. Nous devons donc savoir ce QU’EST un vĂ©ritable chrĂ©tien. Tout comme nous l’avons fait pour la dĂ©finition du pĂ©chĂ©, nous devons aussi laisser la bible dĂ©finir ce qu’est cette grande question, «Qu’est-ce qu’un chrĂ©tien?»

Si nous voulons ĂȘtre SAUVÉS, il est important de savoir DE QUOI nous sommes sauvĂ©s. Si nous comprenons que le salut est un DON, mais ne savons pas COMMENT recevoir ce don, Ă  quoi cela sert-il?

Toute personne capable de comprendre les vĂ©ritĂ©s divines Ă©lĂ©mentaires ne peut croire que Dieu sauvera ceux qui ne sont pas chrĂ©tiens (Ac 4 :12). Pourtant, il n’y a pratiquement personne qui comprenne la dĂ©finition biblique d’un chrĂ©tien.

Mais vous pouvez le comprendre!

Qu’est-ce qu’un chrĂ©tien?

Qu’est-ce au juste qu’un vrai chrĂ©tien? Tout comme c’était le cas du salut, ĂȘtes-vous sĂ»r d’avoir la rĂ©ponse? Diriez-vous que c’est quelqu’un qui «va Ă  l’église»? Le chrĂ©tien est-il simplement quelqu’un qui «professe» ou «connaĂźt» JĂ©sus-Christ? Peut-ĂȘtre pensez-vous qu’un chrĂ©tien est toute personne qui a Ă©tĂ© «baptisĂ©e»?

Existe-t-il un verset dans la bible qui nous donne la dĂ©finition de ce qu’est un chrĂ©tien et qui Ă©limine toute confusion Ă  ce sujet? Oui, il y en a un!

Paul a Ă©crit : «car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu» (Rom 8 :14). Un chrĂ©tien est quelqu’un qui possĂšde le Saint-Esprit et qui est conduit par lui. Avoir l’Esprit-Saint est-il absolument essentiel pour ĂȘtre chrĂ©tien? Plus tĂŽt, Paul avait dit, «Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas» (v.9).

C’est aussi simple que cela! Soit nous avons l’Esprit de Dieu et nous sommes chrĂ©tiens, soit nous ne l’avons pas et nous ne sommes pas chrĂ©tiens, nous n’appartenons pas Ă  Christ. Tous ceux qui sont vĂ©ritablement chrĂ©tiens et convertis doivent avoir en eux le Saint-Esprit.

Mais qu’est-ce que cela signifie? Est-ce tout ce qu’il y a au christianisme et la conversion? N’y a-t-il rien d’autre à comprendre?

La bible est remplie de termes qui semblent embrouiller les gens inutilement. «salut», «rĂ©conciliation», «pĂ©ché», «justification», «prĂ©destination», «sanctification», «Ɠuvres», «repentance» ainsi que bien d’autres qui peuvent vous sembler ambigĂŒes et prĂȘter Ă  confusion.

À titre d’exemple, la majoritĂ© des chrĂ©tiens croient qu’ils sont «sauvĂ©s par le sang du Christ». Cela est faux! Bien que la bible dise que nous sommes «rĂ©conciliĂ©s avec Dieu» et «justifiĂ©s par Son (celui de Christ) sang», il est Ă©galement dit que nous sommes «sauvĂ©s par Sa vie». (Rom 5 :9-10)

Comprenez bien ceci. Nous ne sommes pas justifiĂ©s par les Ɠuvres, mais par le sang de JĂ©sus-Christ.

Le repentir, se tourner vers Dieu et Lui obĂ©ir, parle de l’obĂ©issance future du chrĂ©tien. Il ne couvre pas les pĂ©chĂ©s PASSÉS. Le sang de Christ justifie, lave, blanchit toutes les transgressions passĂ©es.

Par contre, ĂȘtre «sauvĂ© par Sa vie» est un Ă©lĂ©ment vital Ă  comprendre et exige des explications.

Jetons un coup d’Ɠil sur I Corinthiens 15 :17-18. Le passage nous explique succinctement les raisons pour lesquelles nous pouvons uniquement ĂȘtre sauvĂ©s par la vie de Christ : «Et si Christ n'est pas ressuscitĂ©, votre foi est vaine, vous ĂȘtes encore dans vos pĂ©chĂ©s, et par consĂ©quent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus». Mais pourquoi cela?

Pour quelle raison la résurrection de Christ serait-elle nécessaire pour nous libérer des conséquences de nos péchés?

RĂ©flĂ©chissez! Si le Christ n’est pas ressuscitĂ© des morts, alors Il n’a pu envoyer Son Saint-Esprit lors de la conversion et du baptĂȘme (Ac 2 :38). Rappelez-vous, «tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu» (Rom 8 :14). Il s’agit du mĂȘme Esprit que Dieu utilisera pour changer les personnes converties en ĂȘtres spirituels et en faire des fils de Dieu immortels.

C’est cet Esprit en eux qui, lorsqu’ils seront changĂ©s, rend possible le salut, la vie Ă©ternelle.

Est-ce clair? Si Christ n’était pas ressuscitĂ©, alors Il n’aurait pu se rendre au ciel d’oĂč Il a pu envoyer son Esprit Ă  Ses fidĂšles. Sans cet Esprit prĂ©sent dans l’esprit d’un chrĂ©tien, il n’y a aucune espĂ©rance de vie Ă©ternelle.

Nous avons vu que les ĂȘtres humains ne possĂšdent pas la vie inhĂ©rente. Ils ne naissent pas avec une Ăąme immortelle. Votre vie va durer le temps qui lui est allouĂ©, ensuite vous mourrez. C’est un absolu. À moins que Dieu n’intervienne dans votre vie, vous n’avez aucune espĂ©rance, aucun avenir au-delĂ  des quelques 70 ou 80 annĂ©es qui nous sont donnĂ©es.

Analysons maintenant avec plus de prĂ©cision la notion de ce qu’est un chrĂ©tien. Rappelez-vous que ce ne sont que les vrais chrĂ©tiens qui recevront la vie Ă©ternelle, le salut. Nous ne pouvons nous contenter d’une rĂ©ponse partielle ou incomplĂšte Ă  une question d’une telle importance.

Lorsque Christ a observĂ© la PĂąque le soir avant d’ĂȘtre crucifiĂ© et qu’Il priait, Il a expliquĂ© indirectement Ă  Ses disciples un principe trĂšs important. «Je ne te prie pas de les ĂŽter du monde, mais de les prĂ©server du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vĂ©ritĂ©: ta parole est la vĂ©rité» (Jn 17:15-17).

Un chrĂ©tien croit la vĂ©ritĂ© et lui obĂ©it. C’est la vĂ©ritĂ© qui le sanctifie, qui le met Ă  part de tous ceux qui l’entourent. Il ne fait pas partie du monde, de ses voies, de ses coutumes et de ses traditions.

Mais que signifie cela au juste?

Cela signifie qu’un chrĂ©tien doit obĂ©ir aux lois de Dieu. VoilĂ  la vĂ©ritĂ© exprimĂ©e dans Sa parole.

Jamais JĂ©sus n’a enseignĂ© que les gens devaient «croire en Lui» pour ĂȘtre sauvĂ©s. Lorsqu’un jeune homme a demandĂ© au Christ ce qu’il devait faire pour recevoir la «vie Ă©ternelle», le salut, Christ lui a dit, «Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements». En entendant cela et en sachant que cet homme Ă©tait riche, les disciples furent choquĂ©s. Ils ne comprenaient pas non plus comment l’obĂ©issance Ă©tait possible et ils Lui demandĂšrent, «qui donc peut ĂȘtre sauvĂ©?». Christ leur rĂ©pondit : «Aux hommes cela est impossible, mais Ă  Dieu tout est possible» (Matth 19 :17, 25-26).

Dans Marc 7 : 7-8, Christ dit : «C'est en vain qu'ils m'honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes».

Il est donc possible d’adorer Dieu en vain. Il est possible de penser Ă  Lui, de parler de Lui et de L’appeler Seigneur souvent, ET TOUT CELA, EN VAIN! Et si votre religion est vaine, alors vous ne pouvez ĂȘtre sauvĂ©.

Des centaines de millions de «chrĂ©tiens» prĂ©sument qu’ils seront sauvĂ©s Ă  leur mort simplement parce qu’ils ont «acceptĂ© JĂ©sus» en tant que Sauveur. Ce n’est pas ce que dit la bible!

Lisez ce qui suit : «Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront PAS TOUS dans le royaume des cieux (des cieux et non pas aux cieux), mais celui-lĂ  seul qui FAIT la volontĂ© de mon PĂšre qui est dans les cieux» (Matth 7 :21). Paul a aussi Ă©crit, «Ce ne sont pas, en effet, ceux qui Ă©coutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiĂ©s» (Rom 2 :13). Professer Christ n’est pas suffisant. Et Dieu n’est pas prĂȘt Ă  pardonner (Ă  justifier) Ă  ceux qui ne sont pas aussi prĂȘts Ă  «mettre en pratique» Sa loi.

Bien que ce soit le sang de Christ qui nous justifie (Rom 5 :9), Son sang ne sera d’aucune utilitĂ© Ă  ceux qui ne s’efforcent pas d’obĂ©ir Ă  la loi de Dieu. L’obĂ©issance Ă  Dieu est un outil de qualification pour ceux qui cherchent la vie Ă©ternelle. Cette obĂ©issance est mĂȘme essentielle pour conserver l’Esprit de Dieu.

Le livre des Actes nous dit, « de mĂȘme que le Saint-Esprit, que Dieu a donnĂ© Ă  ceux qui lui OBÉISSENT» (Ac 5:32). Je doute que vous ayez dĂ©jĂ  entendu cela auparavant.

La rĂ©ception de l’Esprit-Saint est prĂ©cĂ©dĂ©e d’un repentir pour avoir contrevenu Ă  la loi de Dieu et par le baptĂȘme (Ac 2 :38). C’est Ă  ce moment qu’une nouvelle vie spirituelle est engendrĂ©e. Le nouvel enfant de Dieu est maintenant «enfant de Dieu
 cohĂ©ritier avec Christ» (Rom 8 :17). Il fait maintenant partie de la vĂ©ritable Église que Christ a promis de bĂątir, de guider (Matth 16 :18; Éph 1 :22-23; Col 1 :18) et qu’il nourrit par l’intermĂ©diaire de Son vĂ©ritable ministĂšre (Éph 4 :11-15).

Lisez notre brochure intitulĂ©e, «OĂč se trouve la vĂ©ritable Église de Dieu?» et notre livre «The History of the True Church – Where is it today?» Ces deux ouvrages changeront totalement votre façon de voir ce que la bible dit au sujet de la vĂ©ritable identitĂ© de l’Église de Dieu.

Les chrĂ©tiens devraient-ils se contenter de «dĂ©montrer de l’amour»?

La majoritĂ© des chrĂ©tiens traditionnels parlent sans arrĂȘt de «l’amour de Dieu». Les prĂ©dicateurs ne cessent non plus de parler de la nĂ©cessitĂ© pour les chrĂ©tiens d’avoir de «l’amour pour leur semblable». AprĂšs tout, les chrĂ©tiens ne sont-ils pas simplement ceux qui «dĂ©montrent de l’amour»? Si oui, qu’est cet amour? Et comment est-il possible de dĂ©montrer de l’amour si on ne sait ce que c’est?

Cette brochure ne serait pas complĂšte si la relation qui existe entre l’amour et le salut n’était pas Ă©tablie. Étudions plusieurs autres versets et Ă©liminons tout doute Ă  ce sujet.

Paul a Ă©crit : « Or, l'espĂ©rance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est rĂ©pandu dans nos cƓurs par le Saint-Esprit qui nous a Ă©tĂ© donné» (Rom 5 :5). Lorsqu’un chrĂ©tien reçoit l’Esprit de Dieu, il reçoit un peu (une trĂšs petite portion pour commencer) de l’amour de Dieu. Avec le temps, parce qu’il l’a utilisĂ©, la profondeur et la quantitĂ© de cet amour croissent. En rĂ©alitĂ©, c’est un des neuf «fruits de l’Esprit».

On vit selon les voies divines en mettant en pratique ces fruits : «l'amour, la joie, la paix, la patience, la bontĂ©, la bĂ©nignitĂ©, la fidĂ©litĂ©, la douceur (le mot grec signifie humilitĂ© par opposition Ă  l’orgueil et la vanitĂ©), la tempĂ©rance (maitrise de soi)» (Gal 5 :22-23).

Nous devons maintenant faire un rappel.

Il existe deux façons de vivre. Une selon la voie de «donner», la voie de l’amour et de l’altruisme, c’est-Ă -dire selon la voie divine! L’autre est la voie de «prendre», la voie de l’égoĂŻsme et de l’égocentrisme, la voie de ce monde.

La majoritĂ© des gens prĂ©fĂšrent avoir du plaisir et accumuler des biens physiques. On a dit que la vie consistait Ă  «savoir qui pouvait mourir avec le plus de jouets». Cela est peut-ĂȘtre vrai de ce monde, mais ne peut l’ĂȘtre de la voie divine et la façon de vivre du chrĂ©tien.

Christ nous a enseignĂ© «qu’il y a plus de bonheur Ă  DONNER qu’à recevoir» (Ac 20 :35). C’est la pratique de cette façon de vivre qui conduit Ă  l’abondance, la paix, la prospĂ©ritĂ© ainsi qu’au bonheur et Ă  la joie suprĂȘme. Christ a comparĂ© l’Esprit de Dieu Ă  un fleuve s’écoulant hors de chaque individu. Voyez : «Si quelqu'un a soif, qu'il vient Ă  moi, et qu'il boit. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein
 Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui » (Jn 7 :37-39).

Les fruits de l’Esprit de Dieu doivent ĂȘtre visibles et abondants aux yeux de tous ceux qui rencontrent le vrai peuple de Dieu. Rappelez-vous ce que nous avons dit plus tĂŽt, que ce n’était qu’aprĂšs Sa rĂ©surrection que le Christ pourrait envoyer Son Esprit pour qu’il habite et soit actif en chaque chrĂ©tien. Christ poursuit dans Jean 7 :39, « car l'Esprit n'Ă©tait pas encore, parce que JĂ©sus n'avait pas encore Ă©tĂ© glorifiĂ© (ressuscitĂ©)».

Les esprits charnels ne peuvent obĂ©ir aux lois spirituelles. Cela leur est impossible! On doit ĂȘtre conduits activement par l’Esprit-Saint et utiliser sa puissance (II Tim 1 :7) si l’on veut observer la loi spirituelle de Dieu, si l’on veut faire preuve du vĂ©ritable amour.

Lisez maintenant la dĂ©finition biblique de l’amour : «Car l'amour de Dieu consiste Ă  garder ses commandements et ses commandements ne sont pas pĂ©nibles» (I Jn 5 :3). Plusieurs qui disent avoir de l’amour croient que les commandements SONT pĂ©nibles. Dieu dit qu’ils ne le sont pas. Dieu dit que Sa loi est «sainte, juste, bonne
 et spirituelle» (Rom 7 :12, 14).

Par Paul, la bible nous montre que les commandements et la loi sont la mĂȘme chose. «L'amour ne fait point de mal au prochain: l'amour est donc l'accomplissement de la loi» (Rom 13 :10). La parole de Dieu nous rĂ©vĂšle que l’amour c’est «accomplir la loi». Observer les commandements, c’est accomplir la loi et qu’agir ainsi «ne fait point de mal au prochain».

Christ a-t-Il modifié la loi?

Christ a-t-Il modifiĂ© la dĂ©finition du pĂ©chĂ©? A-t-Il modifiĂ© la Loi de Dieu d’une façon quelconque? Si oui, est-ce que cela avait quelque relation avec l’amour?

Christ a dit, «Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophĂštes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir» (Matth 5 :17). Il a Ă©galement enseignĂ© que l’Église du Nouveau Testament est fondĂ©e en partie sur les prophĂštes de l’Ancien Testament, Ă©poque oĂč la loi de Dieu a d’abord Ă©tĂ© donnĂ©e. Notez, «Vous avez Ă©tĂ© Ă©difiĂ©s sur le fondement des apĂŽtres et des prophĂštes, JĂ©sus Christ lui-mĂȘme Ă©tant la pierre angulaire» (Éph 2 :20). La loi de Dieu n’a pas Ă©tĂ© abolie.

Immédiatement aprÚs Mathieu 5 :17, Christ examine plusieurs des dix Commandements. Il a augmenté la portée de chacun dont Il a parlé.

En parlant du sixiĂšme commandement, Il a dit que non seulement tuer notre frĂšre Ă©tait un pĂ©chĂ©, mais qu’il Ă©tait Ă©galement pĂ©chĂ© de le haĂŻr. En ce qui concerne l’adultĂšre, Il a dit que convoiter une femme violait le septiĂšme commandement.

Violer l’esprit de la loi est pĂ©chĂ©, et tout pĂ©chĂ© est contre Dieu (Ps 51 :4). La loi spirituelle de Dieu doit gouverner chacun des actes de notre vie. Cette façon de vivre est mieux dĂ©crite par un mot, l’amour! Il s’agit d’altruisme, de se prĂ©occuper des autres. Les voies de ce monde sont Ă©gocentriques. Sa façon de penser est basĂ©e sur «prendre» (tournĂ©e vers soi). Mais nous voyons que les quatre premiers commandements nous enseignent comment aimer Dieu et les six derniers comment aimer notre prochain (Matth 22 :36-39).

Christ a dit : «j'ai gardĂ© les commandements de mon PĂšre» (Jn 15 :10), et Il S’attend Ă  ce que nous fassions la mĂȘme chose. L’obĂ©issance Ă  la loi de Christ ne nous libĂšre pas de cette obligation. Le mĂȘme verset nous dit : «Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour». Cela s’adresse Ă  vous.

Si vous voulez faire preuve d’amour envers les autres, alors OBÉISSEZ À DIEU!

La loi divine est un miroir.

La loi divine nous apprend comment avoir une bonne relation avec notre CrĂ©ateur et notre prochain. ConsidĂ©rez-la comme un miroir. Voici la description qu’en donne Jacques. «Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas Ă  l'Ă©couter, en vous trompant vous-mĂȘmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu'un Ă©coute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable Ă  un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, aprĂšs s'ĂȘtre regardĂ©, s'en va, et oublie aussitĂŽt quel il Ă©tait. Mais celui qui aura plongĂ© les regards dans la loi parfaite, la loi de la libertĂ©, et qui aura persĂ©vĂ©rĂ©, n'Ă©tant pas un auditeur oublieux, mais se mettant Ă  l'Ɠuvre, celui-lĂ  sera heureux dans son activité» (Jc 1 :22-25).

Avez-vous souvent entendu les prĂ©dicateurs parler de la loi divine comme Ă©tant une «loi de libertĂ© parfaite»? Sans doute jamais! Et pourtant, c’est ce qu’elle est pour ceux qui lui obĂ©issent.

Comme tout miroir, la loi de Dieu doit ĂȘtre utilisĂ©e. Et bien qu’elle ne puisse laver votre visage, elle rĂ©vĂšle la saletĂ© qui s’y trouve. Rappelez-vous que Paul a Ă©crit, «c'est par la loi que vient la CONNAISSANCE du pĂ©ché» et que «nul ne sera justifiĂ© devant lui par les Ɠuvres de la loi». La loi n’enlĂšve pas la saletĂ©, elle ne fait que vous avertir de sa prĂ©sence.

La loi n’a pas le pouvoir d’îter le pĂ©chĂ© non plus. Il n’y a que le sacrifice du Christ qui puisse faire cela. Lors de la conversion, le sang du Christ efface nos pĂ©chĂ©s passĂ©s. La loi nous indique comment obĂ©ir Ă  Dieu, mais n’a pas la capacitĂ© intrinsĂšque d’effacer les pĂ©chĂ©s passĂ©s ou futurs.

Notez ce que Paul a Ă©crit : «ils sont gratuitement justifiĂ©s par sa grĂące, par le moyen de la rĂ©demption qui est en JĂ©sus Christ. C'est lui que Dieu a destinĂ©, par son sang, Ă  ĂȘtre, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissĂ© impunis les pĂ©chĂ©s commis auparavant (la KJV dit, pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s passĂ©s), au temps de sa patience» (Rom 3 :24-25)

Il n’y a que le sang de Christ qui couvre les pĂ©chĂ©s, rien d’autre.

Bien entendu, certains concluent que puisque la loi ne peut pardonner les pĂ©chĂ©s, alors il n’y a aucune obligation de l’observer. C’est comme si l’on disait: puisque le miroir ne peut enlever la saletĂ©, nous n’avons jamais besoin d’en utiliser un pour la dĂ©celer. Personne ne dirait une telle chose au sujet du miroir.

C’est pourquoi Paul a dit, «Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le pĂ©chĂ©, afin que la grĂące abonde? Loin de lĂ ! Nous qui sommes morts au pĂ©chĂ©, comment vivrions-nous encore dans le pĂ©chĂ©?» (Rom 6 :1-2).

Une fois vos pĂ©chĂ©s pardonnĂ©s, nous sommes «morts» quant Ă  l’amende du pĂ©chĂ©. Elle n’a plus de prise sur vous. Toutefois, Dieu n’a pas envoyĂ© Son Fils mourir pour vous pour que vous retourniez directement Ă  la pratique de ce qui a entraĂźnĂ© Sa mort. En ce qui nous concerne, nous ne devons plus «vivre dans le pĂ©ché».

Quelques versets plus loin, Paul est encore plus clair : «Quoi donc! PĂ©cherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi (sous son amende), mais sous la grĂące? Loin de lĂ ! Ne savez-vous pas qu'en vous livrant Ă  quelqu'un comme esclaves pour lui obĂ©ir, vous ĂȘtes esclaves de celui Ă  qui vous obĂ©issez, soit du pĂ©chĂ© qui conduit Ă  la mort, soit de l'obĂ©issance qui conduit Ă  la justice?» (v. 15-16).

Ne permettez jamais Ă  quiconque de tordre le sens de ce verset pour lui faire dire que nous ne sommes plus «sous» l’obligation d’observer la loi. La bible rĂ©pond Ă  une telle tromperie en disant, «loin de là». Toutefois, le nouveau converti n’est dĂ©finitivement plus sous l’amende de la loi.

Jetteriez-vous un miroir parce qu’il vous montre la saletĂ© que vous avez au visage? Ou l’apprĂ©ciez-vous parce que sans lui vous n’auriez pu voir cette saletĂ© qui est un souvenir du passĂ© (qui doit ĂȘtre ĂŽtĂ©e lors de la conversion) ou qui apparaĂźtra de temps Ă  autre pendant le reste de votre vie chrĂ©tienne?

Plus tĂŽt, nous avons demandĂ© si Christ avait changĂ© ou aboli la loi. Vous devez rĂ©aliser qu’Il a fait tout le contraire. En fait, Il en a augmentĂ© la portĂ©e. Comme le dit ÉsaĂŻe 42 :21 (KJV), «il magnifiera la loi et la rendra honorable». C’est ce qu’Il a fait tout en renforçant la nĂ©cessitĂ© d’obĂ©ir Ă  Dieu.

Christ nous a dit que nos devions observer l’esprit de cette loi. Dieu nous dit que l’Esprit communique la vie. ObĂ©ir Ă  Dieu selon l’esprit de Sa loi est bien mieux que de simplement obĂ©ir Ă  la lettre de Ses commandements : «Il nous a aussi rendus capables d'ĂȘtre ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'esprit; car la lettre tue, mais l'esprit vivifie» (II Cor 3 :6).

Si la loi spirituelle de Dieu est le reflet de l’amour envers Dieu et les hommes, alors l’opposĂ© est un amour Ă©gocentrique, celui qui se concentre sur soi et qui veut accaparer des choses pour soi. Le pĂ©chĂ© est l’opposĂ© de l’amour. La compĂ©tition, les querelles, la cupiditĂ©, la jalousie, la haine et la convoitise sont toutes des choses contraires Ă  l’amour.

I Corinthiens 13 nous donne une description dĂ©taillĂ©e de ce qu’est l’amour.

Quelle est la premiĂšre Ă©tape?

Il y a maintenant une Ă©norme question Ă  laquelle vous devez rĂ©pondre. Vous ĂȘtes dĂ©terminĂ© Ă  devenir chrĂ©tien. Vous dĂ©sirez obĂ©ir Ă  Dieu. Vous voulez ĂȘtre sauvĂ©, obtenir le salut. Que devez-vous faire pour vous engager dans la voie chrĂ©tienne? Quelle est la premiĂšre chose que vous devez comprendre, et faire par la suite?

Rappelez-vous que vous ĂȘtes toujours coupĂ© de Dieu. Toute votre obĂ©issance et l'observance de la loi ne peuvent vous sauver et c’est le salut que vous voulez. Votre plus grande prioritĂ© est d’échapper Ă  la condamnation Ă  mort. Et cette condamnation est bien rĂ©elle.

Vous comprenez maintenant que le pĂ©cheur non repentant n’est pas puni dans un feu qui dure toute l’éternitĂ©, mais qu’il existe bien une punition Ă©ternelle qui s’appelle la «seconde mort» (Apoc 20 :6,14). HĂ©breux 9 :27 nous donne la description de la premiĂšre mort, celle avec laquelle nous avons tous «rendez-vous». Jean 5:28-29 dĂ©crit la rĂ©surrection des mĂ©chants qui recevront la punition ultime de la seconde mort lors d’un jugement final.

Mais concentrons-nous maintenant sur vous. Je tiens Ă  ĂȘtre thĂ©Ăątral. RĂ©flĂ©chissez Ă  cette analogie. Tel un condamnĂ© qui rĂ©sidait dans le «couloir de la mort», vous ĂȘtes maintenant assis sur la chaise Ă©lectrique incapable de bouger et attendant votre exĂ©cution. À un signal donnĂ©, votre exĂ©cuteur est prĂȘt Ă  activer l’interrupteur et Ă  envoyer des milliers de volts Ă  travers votre corps pour mettre fin Ă  votre vie.

Puisque vous ĂȘtes incapables de vous sauver, et que vous ĂȘtes coupables du crime dont vous ĂȘtes accusĂ©, vous ĂȘtes donc totalement sans dĂ©fense et sans espoir. Votre crime vous a ligotĂ© Ă  la chaise Ă©lectrique et vous ĂȘtes immobilisĂ©. Vous criez pour ĂȘtre pardonnĂ©, pour obtenir grĂące, mais vous apprenez qu’il n’y a qu’une seule façon d’avoir une remise de peine. Il en est de mĂȘme pour ceux qui s’engagent sur la voie chrĂ©tienne. Que devez-vous faire pour obtenir une telle remise? Il n’existe qu’une seule façon d’avoir accĂšs Ă  Dieu. Nous allons l’expliquer aussi clairement que possible afin que nul ne puisse s’y mĂ©prendre.

Nous devons d’abord examiner plusieurs versets dans Romains 5 qui vont nous expliquer comment cette remise de peine, ce pardon et cette misĂ©ricorde peuvent ĂȘtre obtenus.

Lisons tout d’abord le verset 6 : «Car, lorsque nous Ă©tions encore sans force, Christ, au temps marquĂ©, est mort pour des impies». Vous ĂȘtes «sans force». Il n’y a rien que vous puissiez faire dans les circonstances. L’intervention du Christ est nĂ©cessaire.

Lisons maintenant le verset 8 : «Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous Ă©tions encore des pĂ©cheurs, Christ est mort pour nous». Nous n’avons rien fait qui mĂ©rite que le Christ se sacrifie pour nous. Ce n’est que par amour (Jn 3 :16) que Dieu a envoyĂ© Son Fils afin qu’Il S’offre Lui-mĂȘme alors que nous vivions toujours dans le pĂ©chĂ©. Il n’y a aucun ĂȘtre humain qui serait aussi magnanime ou altruiste (v.7). Le grand Dieu tout-puissant Ă©tait prĂȘt Ă  envoyer Son Fils S’offrir pour l’humanitĂ© avant mĂȘme que quelqu’un ne comprenne ou ne rĂ©alise ce qui avait Ă©tĂ© fait pour eux.

Le verset 9 maintenant : «À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiĂ©s par son sang, serons-nous SAUVÉS par lui de la colĂšre (de la peine de mort)». Vous devez reconnaĂźtre que ce n’est que notre passĂ© qui est justifiĂ© par le sang de Christ. Son sang nous a littĂ©ralement «sauvĂ©s de la colĂšre» divine, c’est-Ă -dire de la peine de mort!

Finalement le verset 10 dit : «Car si, lorsque nous Ă©tions ennemis, nous avons Ă©tĂ© rĂ©conciliĂ©s avec Dieu par la mort de son Fils, Ă  plus forte raison, Ă©tant rĂ©conciliĂ©s, serons-nous sauvĂ©s par sa vie». Une fois la «rĂ©conciliation» de notre passĂ© rĂ©alisĂ©e, il nous est possible d’entrer en communication avec Dieu, car le pĂ©chĂ© ne nous coupe plus l’accĂšs Ă  Lui. La sĂ©paration du pĂ©chĂ© (És 59 :1-2; JĂ©r 5 :25) a disparu. La loi n’a plus aucune revendication sur nos vies.

Toutefois, les mots rĂ©conciliation et justification ne signifient la mĂȘme chose que salut. Ces mots entrent en jeu au moment de notre repentir et de notre acceptation de JĂ©sus-Christ en tant que notre Sauveur. C’est Ă  ce moment que notre passĂ© est lavĂ©, mais rien de cela ne s’applique Ă  notre avenir. La justification et la rĂ©conciliation ne sont pas l’équivalent du don du salut. Le sang du Christ en lui-mĂȘme n’accorde pas le salut.

La loi de la biogenĂšse dĂ©clare que la mort ne peut communiquer la vie. La vie ne provient que de la vie et le PĂšre et le Christ sont les seuls qui possĂšdent la vie inhĂ©rente. Vous ne pouvez recevoir la vie Ă©ternelle que par la VIE du Christ. Prenez le temps de lire I Corinthiens 15 :14-23. Ensuite, assurez-vous que jamais plus ces mots ne vous rendront confus et que plus jamais quelqu’un ne vous rendra perplexe parce qu’il essaye d’en tordre le sens.

Donc, vous savez maintenant que vous ĂȘtes sauvĂ©s par la VIE de Christ. Mais avez-vous remarquĂ© les mots «serons-nous» qui prĂ©cĂšdent ces termes dans Romains 5 :10? Lisez-les de nouveau. C’est Ă©crit au futur et non au passĂ©, et c’est bien ce que cela signifie. Nous ne sommes pas ENCORE sauvĂ©s, mais nous sommes pardonnĂ©s. Le salut est quelque chose qui se produira dans le futur. Le verset ne dit pas que nous sommes «maintenant sauvĂ©s», mais que nous le serons.

PrĂ©fĂ©rez-vous croire les hommes? Ou allez-vous croire les paroles mĂȘmes de la bible?

Saisissez bien ceci, le salut ne survient pas au moment de la justification et de la rĂ©conciliation. C’est plutĂŽt Ă  ce moment que le processus de salut commence.

«Sauvé», au passé, au présent et au futur.

Il est important que nous sachions exactement Ă  quel moment un chrĂ©tien EST sauvĂ©. Pour la grande majoritĂ©, c’est un sujet qui prĂȘte beaucoup Ă  confusion. Il est absolument critique de savoir cela si l’on veut vraiment comprendre ce qu’est le salut.

La bible enseigne que vous ĂȘtes sauvĂ©s de trois façons distinctes. Toutes les trois peuvent ĂȘtre correctement dĂ©crites par le processus de salut.

Romains 6 :23 nous explique que le salaire du pĂ©chĂ©, c’est la mort. Lors du repentir, du baptĂȘme et de la conversion, un chrĂ©tien se voit pardonner ses pĂ©chĂ©s par le sang du Christ et est immĂ©diatement sauvĂ© des pĂ©chĂ©s PASSÉS. Dans un certain sens, nous pouvons dire que cette personne est «sauvĂ©e» de la mort, Ă  cet instant.

Mais vous soupçonnez qu’il doit y avoir autre chose. Il y a deux autres points au sujet du moment et de la façon dont une personne est sauvĂ©e.

Le mot salut vient du verbe sauver. Nous pouvons dire que la seconde façon dont nous le sommes est la plus Ă©vidente et consiste Ă  recevoir la vie Ă©ternelle, le summum du salut. Cela se produit lors de la rĂ©surrection des morts en Christ (I Cor 15 :50-55; I Thess 4 :13-18) lors de Son retour. C’est un Ă©vĂ©nement futur!

Il n’y a personne qui reçoit le salut Ă©ternel maintenant. Tous doivent d’abord vivre une vie d’épreuves, de tests, d’apprentissage, de croissance et de victoires.

La troisiĂšme façon par laquelle on peut dire que nous sommes sauvĂ©s est le processus par lequel nous sommes «en train de l’ĂȘtre», celui qui se dĂ©roule pendant toute notre vie. Il existe plusieurs versets qui montrent qu’il n’y a rien d’automatique suite Ă  notre conversion, Ă  notre engendrement spirituel. Croire que le salut est complet au moment de la conversion, c’est se moquer de Dieu, car on ignore ainsi tous les passages qui disent que nous devons Lui obĂ©ir.

De plus, si vous ĂȘtes automatiquement sauvĂ©s lors de la conversion, pourquoi devrions-nous continuer Ă  vivre? Pour quelle raison Dieu ne nous amĂšnerait-Il pas directement dans l’autre vie aprĂšs que nous avons acceptĂ© le «sang de Christ» si le processus de salut est complĂ©tĂ© lors de la conversion?

Ce n’est pas «sauvĂ© un jour, sauvĂ© toujours»

Vous avez certainement entendu l’expression «sauvĂ© un jour, sauvĂ© toujours». On la retrouve communĂ©ment dans les milieux du christianisme traditionnel. Le problĂšme avec cette derniĂšre, c’est qu’elle n’est pas biblique; ce n’est pas ce que la bible enseigne!

J’ai rencontrĂ© plusieurs personnes qui me disent combien il est bon de «connaĂźtre le Seigneur». D’autres ont tentĂ© de me convaincre que je dois Le connaĂźtre Ă  leur façon, quelle qu’elle puisse l’ĂȘtre. Jean a dit : «Celui qui dit: je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vĂ©ritĂ© n'est point en lui» (I Jn 2 :4).

Invariablement, les gens qui me disent connaĂźtre le Seigneur disent aussi qu’il n’est pas nĂ©cessaire d’observer les commandements de Dieu. Ils proclament avec force que Christ les a observĂ©s Ă  votre place. Cela revient Ă  dire Ă  des meurtriers, ou Ă  des voleurs et Ă  des violeurs graciĂ©s que leur pardon leur permet de retourner dans la sociĂ©tĂ© et de continuer Ă  commettre le mĂȘme crime que celui pour lequel ils avaient Ă©tĂ© condamnĂ©s. Alors que les juges, les procureurs et les policiers ne feraient jamais preuve d’une telle folie, il semble que certains prĂ©dicateurs ne croient pas que Dieu soit aussi intelligent que les autoritĂ©s civiles.

Vous savez ce que Dieu dit au sujet de ceux qui affirment Le connaĂźtre, mais n’observent pas Ses commandements. Il dit que ce sont des «MENTEURS» parce qu’ils disent Le connaĂźtre alors qu’ils ne le connaissent pas. La «vĂ©rité» au sujet du salut, ou de pratiquement tout le reste n’est pas «en» eux.

Toutefois, ceux qui disent que nous ne pouvons observer les commandements sont techniquement dans le vrai. Vous ne pouvez par vous-mĂȘmes, pas vos propres efforts humains, observer une loi spirituelle. Rappelez-vous le jeune homme riche qui demandait ce qu’il devait faire pour recevoir la vie Ă©ternelle. Puisque Christ lui a dit «d’observer les commandements», il est Ă©vident qu’Il est en dĂ©saccord avec ceux qui disent que cela ne peut se faire. Mais ce qu’Il a ajoutĂ© (lisez le rĂ©cit) a surpris Ses disciples (Matth 19 :25). Christ leur a dit, «Aux hommes cela est impossible, mais Ă  Dieu tout est possible» (v.26). Lisez aussi Luc 1 :6.

Avec l’aide de Dieu, il vous est possible d’observer les commandements.

Juste avant d’ĂȘtre crucifiĂ©, Christ a expliquĂ© Ă  Ses disciples la merveilleuse vĂ©ritĂ© sur la maniĂšre dont l’Esprit de Dieu peut entrer en vous et vous aider: «Cependant je vous dis la vĂ©ritĂ©. Il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur (le Saint-Esprit) ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai» (Jn 16 :7). Christ devait retourner au trĂŽne de Dieu oĂč Il s’assiĂ©rait dans la gloire et enverrait le Saint-Esprit qui nous aiderait Ă  croĂźtre et Ă  vaincre (Apoc 3 :12, 21), et nous donnerait la vie, NOUS SAUVERAIT.

Lors du jour de la PentecĂŽte qui suivit la rĂ©surrection du Christ (Ac 2 :1-4), en l’an 31, Il fonda Son Église et commença Ă  donner de Son Esprit Ă  tous ceux qu’Il appelait (Ac 2:39, 47), Ă  tous ceux qui se repentaient et lui obĂ©issaient (Ac 2 :38). (Pour mieux comprendre ces sujets, lisez nos brochures intitulĂ©es «Que faut-il entendre par LE BAPTÊME PAR IMMERSION?» et «Qu’est-ce que la vĂ©ritable CONVERSION?)».

Pour l’instant, vous devez comprendre qu’Actes 2 :38 explique que vous devez : (1) vous repentir, (2) ĂȘtre baptisĂ© et ensuite (3) vous recevrez le don du Saint-Esprit. La repentance est envers Dieu (Ac 20 :21), car tout pĂ©chĂ© est contre Dieu et la foi est envers Christ Ă  cause de Son sacrifice (mĂȘme verset).

Toutefois, le salut ne se termine pas lĂ .

Vous devez permettre au Saint-Esprit de vous guider pour le reste de votre vie (Rom 8 :14). Vous aurez littĂ©ralement Christ qui vivra Sa vie parfaite d’obĂ©issance Ă  la loi en vous.

Rappelez-vous qu’Il n’a pas observĂ© la loi À VOTRE PLACE (et ne le fera pas), mais avec Son aide, il est possible de Lui obĂ©ir. En rĂ©alitĂ©, vous continuerez de recevoir le Saint-Esprit seulement si vous continuez de Lui obĂ©ir (Ac 5 :32).

Si vous continuez Ă  vivre dans le pĂ©chĂ©, Dieu n’est certainement pas prĂȘt Ă  vous considĂ©rer comme juste simplement parce que Christ il y a 2000 ans aurait obĂ©i Ă  la loi «à votre place».

Vous devez persévérer.

Dans Sa prophétie du mont des Oliviers, Christ a été interrogé sur ce que serait la séquence des événements juste avant Son retour. Il a décrit des temps trÚs difficiles. (Nous possédons bon nombre de brochures qui décrivent les événements qui doivent survenir à la fin des temps).

Dans sa réponse, Christ a dit : «Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé» (Matth 24 :13; 10 :22).

Le vrai christianisme est un test d’endurance. Il n’y a rien d’acquis. Les chrĂ©tiens peuvent rater leur coup s’ils ne demeurent pas sur le bon chemin. ÉphĂ©siens 4 :23 nous dit, « à ĂȘtre renouvelĂ©s dans l'esprit de votre intelligence». Copier l’exemple de Christ est un processus qui dure toute une vie et qui renouvelle complĂštement notre façon de penser.

Personne n’est entiĂšrement sauvĂ© lors de la conversion. Christ a dit (Ă  deux reprises) que ses serviteurs doivent «persĂ©vĂ©rer jusqu’à la fin» de leur vie. Quel serait le but de cette dĂ©claration si le salut Ă©tait automatique au moment oĂč on accepte le Christ.

Le livre aux HĂ©breux renferme plusieurs avertissements pour ceux qui choisissent de vivre de façon nĂ©gligente dans les voies divines : «C'est pourquoi nous devons d'autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportĂ©s loin d'elles (en grec, qu’elles coulent comme d’un vase percĂ©). Car, si la parole annoncĂ©e par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute dĂ©sobĂ©issance ont reçu une juste rĂ©tribution, comment Ă©chapperons-nous en nĂ©gligeant un si grand salut» (2 :1-3).

Faites attention! C’est un avertissement. Le salut n’est pas facile, n’est pas automatique. Il peut nous Ă©chapper si nous nĂ©gligeons certaines connaissances importantes et n’agissons pas lĂ  oĂč nous devrions agir.

Paul poursuit ensuite en dĂ©crivant le grave danger que reprĂ©sente le pĂ©chĂ© volontaire : «Retenons fermement la profession de notre espĂ©rance, car celui qui a fait la promesse est fidĂšle. Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter Ă  la charitĂ© et aux bonnes Ɠuvres. N'abandonnons pas notre assemblĂ©e (les membres de la vĂ©ritable Église de Dieu s’assemblent Ă  chaque sabbat), car si nous pĂ©chons volontairement aprĂšs avoir reçu la connaissance de la vĂ©ritĂ©, il ne reste plus de sacrifice pour les pĂ©chĂ©s» (HĂ©b 10 :23-26).

C’est sĂ©rieux!

Les ministres de ce monde enseignent Ă  leurs fidĂšles qu’ils sont «sous la grĂące», qu’ils sont dĂ©jĂ  sauvĂ©s dans la vie actuelle, qu’ils ne peuvent rater leur coup malgrĂ© leur mauvaise conduite ou malgrĂ© qu’ils vivent dans le pĂ©chĂ©. Ne vous laissez pas tromper par de belles paroles de personnes qui prĂ©tendent reprĂ©senter Christ. Dieu a Ă©tabli des normes et elles doivent ĂȘtre rencontrĂ©es. (Lisez Ă©galement Jacques 4 :17)

HĂ©breux 6 dĂ©crit ce qui arrive Ă  ceux qui «apostasient». Le chapitre dĂ©crit une image trĂšs sombre : «Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont goĂ»tĂ© le don cĂ©leste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goĂ»tĂ© la bonne parole de Dieu et les puissances du siĂšcle Ă  venir, et qui SONT TOMBÉS, soient encore renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent Ă  l'ignominie» (v. 4-6). Pour ces personnes, «il ne reste plus de sacrifice pour les pĂ©chĂ©s» (10 :26).

Ces versets ne laissent pas de doute quant Ă  la possibilitĂ© d’ĂȘtre un vrai chrĂ©tien et de quitter par la suite la route du salut. J’ai connu plusieurs personnes qui «ont goĂ»tĂ© la bonne parole de Dieu», «qui ont eu part au Saint-Esprit » et qui ont cessĂ© «d’ĂȘtre Ă©clairĂ©s», qui ont abandonnĂ© Dieu et le chemin du salut. Paul dit ici qu’il est IMPOSSIBLE pour ces gens de se rattraper.

Décidez catégoriquement que cela ne sera jamais votre cas. (Lisez notre brochure intitulée, «Just what is The Unpardonable Sin?»)

Ce sont lĂ  les paroles claires de votre bible. Chaque passage mentionnĂ© ici est critique et doit ĂȘtre lu attentivement pour bien comprendre les obligations que Dieu demande Ă  Ses serviteurs de rencontrer. Ne soyez pas comme tant d’autres qui les Ă©cartent du revers de la main croyant faussement que «JĂ©sus est dans leur cƓur» et qu’ils ne peuvent Ă©chouer.

Les ministres du «christianisme » traditionnel enseignent un faux «salut», paĂŻen, au sujet des Ăąmes immortelles qui vont au ciel en lieu et place de la merveilleuse vĂ©ritĂ© qui enseigne que cette vie vous prĂ©pare Ă  rĂ©gner. Ils ignorent les versets que nous venons d’examiner parce qu’ils ne veulent pas avoir la responsabilitĂ© de faire quoi que ce soit.

Quel rapport peut-il y avoir entre «ĂȘtre dĂ©jĂ  sauvé» et vivre une vie d’apprentissage, de croissance et d’obĂ©issance Ă  Dieu, tout en souffrant parfois ou en subissant d’intenses persĂ©cutions? (Voyez aussi Jn 15 :20; II Tim 3 :12; Ps 34 :19, etc.).

L’apĂŽtre Jude nous prĂ©vient contre les gens qui s’introduiraient parmi le peuple de Dieu et enseigneraient un faux christianisme impliquant peu ou pas d’effort : «Bien aimĂ©s, comme je dĂ©sirais vivement vous Ă©crire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligĂ© de le faire afin de vous exhorter Ă  combattre pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes. Car il s'est glissĂ© parmi vous certains hommes, dont la condamnation est Ă©crite depuis longtemps, des impies, qui changent la grĂące de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maĂźtre et Seigneur JĂ©sus Christ» (v. 3-4).

Être chrĂ©tien signifie combattre, obĂ©ir et s’efforcer de conserver toute la vĂ©ritĂ© de la foi. Ça ne consiste pas en une lente promenade sur des eaux tranquilles vers de belles plages chaudes et sablonneuses. La parole de Dieu ne nous enseigne pas que la «grĂące» est une permission de pĂ©cher. Ce sont les «impies» qui enseignent de telles choses.

Paul a Ă©crit : «  dĂšs ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage Ă  salut par la foi en JĂ©sus Christ. Toute Écriture est inspirĂ©e de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice» (II Tim 3 :15-16).

Étudiez votre bible rĂ©guliĂšrement. Elle contient toute la connaissance nĂ©cessaire pour vous «rendre sage Ă  salut».

Cette brochure vous a parlé du salut et de la façon de vous rendre «sage» par la vérité vous permettant de le recevoir. Croirez-vous cette vérité?

RĂ©flĂ©chissez un instant! Si le salut survient instantanĂ©ment, au moment d’une certaine expĂ©rience religieuse Ă©tiquetĂ©e «conversion» qui n’inclut aucune Ɠuvre d’obĂ©issance, pour quelle raison Dieu ne contournerait-Il pas tout simplement cette vie pour nous donner immĂ©diatement ce que doit ĂȘtre notre rĂ©compense? Les ministres de ce monde ne veulent pas rĂ©pondre Ă  cette question parce qu’ils sont incapables d’y rĂ©pondre.

Ne vous laissez pas charmer par le chant de sirĂšne qui dit de «simplement croire». Il s’agit lĂ  de la plus grande tromperie que les thĂ©ologiens aveugles du «christianisme» (II Cor 11 :13-15) ont refilĂ©e Ă  un monde sans mĂ©fiance.

Ce qui vous attend.

Bien qu’il soit rĂ©servĂ© Ă  tout homme de mourir une seule fois, il n’est pas nĂ©cessaire de subir la peine de mort ultime. : «Et comme tous meurent en Adam, de mĂȘme aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prĂ©mices, puis ceux qui appartiennent Ă  Christ, lors de son avĂšnement» (I Cor 15 :22-23). Cela peut ĂȘtre votre cas, si vous ĂȘtes dĂ©terminĂ©s Ă  atteindre le but (Phil 3 :13-14).

Christ rĂ©gnera sur la terre. Il apportera la rĂ©compense de chaque chrĂ©tien (És 40 :10; 62 :11), car les saints vont rĂ©gner avec Lui (Dan 7 :18, 22, 27).

Vous ne possĂ©dez pas d’ñme immortelle. Il n’y a que Dieu et Christ qui possĂšdent l’immortalitĂ©. Ils sont les seuls Ă  possĂ©der la vie inhĂ©rente. Ils nous ont rĂ©vĂ©lĂ© que nous pouvions partager cela avec Eux en comprenant la vĂ©ritĂ© de l’Évangile. II TimothĂ©e 1 :10 dĂ©clare (en parlant de notre vocation, notre appel), «qui a Ă©tĂ© manifestĂ©e maintenant par l'apparition de notre Sauveur JĂ©sus Christ, qui a dĂ©truit la mort et a mis en Ă©vidence la vie et l'immortalitĂ© par l'Évangile».

Il existe plusieurs Ă©vangiles inventĂ©s par les hommes au sujet de la Personne du Christ et de bien d’autres idĂ©es. Mais le vĂ©ritable Ă©vangile, la bonne nouvelle du royaume de Dieu, rĂ©vĂšle la vĂ©ritĂ© enlevante du merveilleux plan de Dieu.

Voici un passage qui vous donne un aperçu de ce qui vous attend quand Christ reviendra. «Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est» (I Jn 3 :2). Quoi de plus inspirant et de plus motivant? Bien que nous ne puissions saisir ce que sera notre gloire ultime, nous savons que nous serons «semblables» à Christ (Apoc 1 :13-16).

Permettez à M. Armstrong de développer ce verset.

Le véritable salut.

Juste avant la conclusion de sa brochure intitulĂ©e «Qu’entendez-vous par Salut? », M. Armstrong a Ă©crit :

«Nous ne voyons pas encore ce que nous serons. Ce passage ne dit pas “oĂč vous irez” ou “oĂč vous serez”. Il nous parle d’un Ă©tat, de ce que nous serons et non d’un endroit. Le salut parle de ce que nous devenons et non de l’endroit oĂč nous irons! Le dessein de Dieu est de nous changer, de changer notre caractĂšre vil pour Son caractĂšre glorieux, et non de changer l’endroit oĂč nous sommes!

Toutefois, vous ĂȘtes dĂ©jĂ  un fils engendrĂ©, vous pouvez d’ores et dĂ©jĂ  l’appeler PĂšre! Aussi longtemps que vous ĂȘtes conduits par le Saint-Esprit, mais pas plus (HĂ©br 10 :26-27).

Et il y a encore plusieurs “si”. Vous devez croĂźtre spirituellement (II Pi 3 :18). C’est “celui qui vaincra” que Christ fera asseoir avec Lui sur Son trĂŽne lorsqu’Il reviendra sur la terre (Apoc 3 :21). Si vous vainquez votre nature charnelle, le monde et le diable et que vous faites les Ɠuvres de Christ (pas les vĂŽtres, mais celles de Christ par Son Esprit en vous), alors vous rĂ©gnerez sur toutes les nations avec Lui, dans le merveilleux monde de demain!

La vĂ©ritable vie chrĂ©tienne est vraiment une vie de combats et de croissance spirituelle, mais c’est aussi la seule vie qui procure le bonheur et l’abondance dĂšs maintenant. MalgrĂ© cela, nous devons persĂ©vĂ©rer et demeurer fermes, car c’est celui qui persĂ©vĂšre jusqu’à la fin qui sera sauvĂ©! Lisez-le dans votre bible (Matth 10 :22, 24 :13; Mc 4 :17; Jn 6 :27; I Cor 9 :24-27; HĂ©b 10 :26-27).

Donc, revenons Ă  vous maintenant! OĂč en sommes-nous? Vous avez Ă©tĂ© converti, votre esprit a Ă©tĂ© changĂ©, ainsi que votre attitude, votre façon de concevoir les choses et la direction de votre vie, vous ĂȘtes maintenant un enfant engendrĂ© par Dieu, vous avez maintenant la vie Ă©ternelle qui habite en vous, aussi longtemps que l’Esprit-Saint sera en vous, que vous serez conduit par lui dans les voies divines, aussi longtemps que vous maintiendrez le contact avec Dieu, que vous serez en communion avec Lui (I Jn 1 :3), tout cela par la grĂące de Dieu qui vous est donnĂ©e et non pas acquis par vos propres Ɠuvres. Et si vous continuez Ă  vaincre, Ă  croĂźtre spirituellement par la puissance de Dieu, vous hĂ©riterez le royaume de Dieu et deviendrez immortel afin de vivre une vie Ă©ternelle de bonheur et de joie».

Vous pouvez lire ce que vous dĂ©sirez :