JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau
A propos de l’auteur
David C. Pack 

Fondateur et Pasteur GĂ©nĂ©ral de l’Église de Dieu RestaurĂ©e, RĂ©dacteur en Chef du magazine The Real Truth et voix du programme tĂ©lĂ©visuel The World to Come, David C. Pack a atteint plusieurs millions de personnes dans le monde entier en proclamant les puissantes vĂ©ritĂ©s de la Bible inconnues de la plupart des gens. Il est l’auteur de 80 livres et livrets, et a personnellement Ă©tabli plus de 50 congrĂ©gations. Il est Ă©galement apparu en tant qu’invitĂ© sur The History Channel. M. Pack a frĂ©quentĂ© l’Ambassador CollĂšge Ă  Pasadena, en Californie. Il est entrĂ© au ministĂšre de l’Église de Dieu Universelle en 1971 et a Ă©tĂ© personnellement formĂ© par son fondateur, Herbert W. Armstrong.

Le Gouvernement De Dieu

Comprendre Les Postes et Les Responsabilités

par David C. Pack

L’Église de Dieu, le Corps biblique du Christ, n’est pas divisĂ©, et c’est la seule place oĂč le gouvernement de dieu est prĂ©sent, la seule organisation que le Christ conduit. Il y a placĂ© des postes et assignĂ© des responsabilitĂ©s spĂ©ciales dans Son Église. Tous les groupes dissidents ont rejetĂ© le gouvernement de Dieu! Cela a conduit Ă  une confusion massive au sujet des postes et des responsabilitĂ©s ordonnĂ©es par Dieu.

Qu’est-ce au juste qu’un diacre? Ou un ancien local? Ou un ancien prĂ©dicateur? Un pasteur? Un Ă©vangĂ©liste? Un prophĂšte? Un apĂŽtre? Qu’est-ce qu’un enseignant? Qui sont les messagers aux sept Églises d’Apocalypse 2 et 3? Que font-ils? D’oĂč viendront les deux tĂ©moins? Quel sera la fonction de la «sentinelle» d’ÉzĂ©kiel 33:7 dans cet Ăąge? Comment tout cela fonctionnera et travaillera en harmonie?

Qui dĂ©tient l’autoritĂ© pour ordonner aujourd’hui? Est-ce que les ordinations des dissidents sont valides? Quels postes peuvent «lier et dĂ©lier»? N’importe qui peut-il ajouter des vĂ©ritĂ©s ou des traditions dans l’Église? Qui est autorisĂ© pour faire des jugements administratifs dans l’Église? Qui supervise toutes les congrĂ©gations?

Ce livre vital répond à toutes ces questions, et beaucoup plus!

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti
PRÉFACE

Il y a vingt ans, des destructeurs s’élevĂšrent dans l’Église de Dieu (Jean 10:10). MĂȘme si plusieurs ont au moins compris cela, il semble Ă©vident ce que ces hommes haĂŻssent le plus. La majoritĂ© ont concentrĂ© leurs regards sur les autres doctrines rejetĂ©es par les apostats. Bien sĂ»r, chaque doctrine de Dieu est importante.

Mais, les plus grosses doctrines, ne reçoivent presqu’aucune attention.

Le gouvernement de dieu est central, et essentiel, à l’Église de Dieu. Ça ne peut simplement pas fonctionner sans cela. Pensez à tout ce qui est en jeu avec cette doctrine colossale: comment Christ structura Son ministĂšre, comment discerner les vrais ministres des faux, les fonctions et les responsabilitĂ©s de chacun des postes, au travers desquels Il conduit ou ne conduit pas Son Église et Son Oeuvre, au travers desquels Il annonce le Royaume de Dieu au monde entier et avertit les nations modernes d’IsraĂ«l, ce qu’est l’Église, l’unitĂ© dans l’Église, comment Christ la protĂšge, lui donne la vĂ©ritĂ© et les traditions, et la nourrit, et encore beaucoup plus!

Ce livre fascinant prĂ©sente une histoire vraiment irrĂ©sistible et offre des faits plus intĂ©ressants qu’on ne peut l’imaginer. Vous le trouverez un des plus cruciaux que vous n’aurez jamais lu pour le reste de votre vie, mis à part la Bible. Et vous ne serez pas capable de vous arrĂȘtez de le lire. M. Armstrong rĂ©pĂ©ta encore et encore que: “le gouvernement est tout,” et ce livre explique pourquoi! Avec ce grand nombre de pages, c’est le livre le plus comprĂ©hensif sur le gouvernement de Dieu jamais Ă©crit. Seuls ceux qui le liront d’un couvert à l’autre apprĂ©cieront cette dĂ©claration.

Ce livre aux dissidents est suprĂȘmement important pour tout le peuple de Dieu! Chaque personne avec l’Esprit de Dieu devrait le lire. Toutefois, chaque diacre, diaconesse, ancien local, ancien prĂ©dicateur, pasteur et Ă©vangĂ©liste dans chacun des groupes issus de WCG devraient le lire deux fois. La premiĂšre lecture leur dira pourquoi.

Si vous oignez vos yeux, avec la vision restaurée, vous serez capables de chercher et de trouver Le gouvernement de dieu!

INTRODUCTION

Jusqu’en 1986, et pour quelques annĂ©es ensuite, «The Worldwide Church of God» (l’Église Universelle de Dieu (WCG)), opĂ©ra sous ce qui Ă©tait communĂ©ment appelĂ© le “Gouvernement de Dieu”. C’était un terme qui avait une signification spĂ©ciale dans l’esprit de chaque membre de l’Église, plus de 150,000 personnes, à travers le monde. Ce gouvernement, ressemblait et travaillait d’une maniĂšre spĂ©ciale. Le ministĂšre et les membres Ă©taient en accord sous ce gouvernement, tous comprenant leur rĂŽle. Les dissensions Ă©taient rares et les dissidents relativement peu. Apparemment, tous comprenaient que le gouvernement de Dieu Ă©tait intrinsĂšque à Son Église et que sa bonne fonction en ordre, dans toutes ses parties, permettait à l’Église et à l’Oeuvre de Dieu de croĂźtre immensĂ©ment en stature et lui permettait de rester stable et merveilleusement productive.

Ce volume est au sujet du gouvernement, comment le Nouveau Testament le dĂ©crit et comment l’Église l’a dĂ©jà expĂ©rimentĂ© dans son exĂ©cution appropriĂ©e. D’autres livres du «Splinter Explanation Packet» (de l’Ensemble Explicatif des Groupes Dissidents (SEP)), ont fait des rĂ©fĂ©rences et ont discutĂ© du gouvernement de Dieu et dĂ©crivent comment Christ conduit Son Église. Ce livre, toutefois, est diffĂ©rent.

Les sections des autres livres dĂ©vouĂ©s au gouvernement, gĂ©nĂ©ralement discutent le fait que JĂ©sus Christ a un gouvernement qui n’est pas divisĂ©, et qu’Il conduit une Église et un Corps unifiĂ©s, organisĂ©s, du haut en bas, et qu’Il commence toujours à travailler avec un seul homme. Cela prend une dimension profonde et diffĂ©rente à la maniĂšre que ce gouvernement fonctionne, et a toujours fonctionnĂ© dans le passĂ©, incluant la maniĂšre que c’était soigneusement structurĂ© par Dieu pour travailler “dĂ©cemment et en ordre” sous tous les aspects/situations. Ça rĂ©fĂ©rera nĂ©cessairement à quelques mĂȘmes Ă©lĂ©ments couverts ailleurs, mais c’est l’intention premiĂšre d’ĂȘtre une sorte de “livre de base” expliquant le mĂ©canisme à l’oeuvre de ce gouvernement lorsque toutes les parties sont en place et opĂšrent correctement. C’est beaucoup plus qu’une couche de base.

Reconnaissez alors, en fin de compte, que LE GOUVERNEMENT DE DIEU–comprendre les postes et les responsabilitĂ©s n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit spĂ©cifiquement pour prouver que le gouvernement de Dieu est et qu’il a toujours Ă©tĂ©, du haut en bas, sous un seul homme. Cela Ă©tait le but central de la sĂ©rie vraiment approfondie de six sermons: “The Towering Government Doctrine” (L’Énorme Doctrine du Gouvernement). Cette sĂ©rie, ainsi que plusieurs autres sĂ©ries reliĂ©es, aussi bien que d’autres sermons individuels dont nous offrons, couvrent soigneusement et prouvent la nature hiĂ©rarchique du gouvernement de Dieu, de l’Ancien et du Nouveau Testament, directement de la Bible. Bien entendu, le fait que le gouvernement de Dieu est hiĂ©rarchique ne peut ĂȘtre Ă©vitĂ© dans aucune de ces descriptions.

Doit ĂȘtre pratiquĂ©

Le peuple de Dieu fut instruit à maintes reprises par Herbert W. Armstrong qu’il devait pratiquer le gouvernement de dieu dans l’Église s’il (et vous!) espĂ©rait faire partie du royaume de Dieu. De plus, il nous Ă©tait dit encore et encore que l’Église Ă©tait le royaume en embryon, signifiant que les membres Ă©taient le gouvernement de Dieu en formation, se prĂ©parant quotidiennement, dans le sein de l’Église, engendrĂ©s mais pas encore nĂ©s dans le royaume de Dieu. Toute cette instruction Ă©tait toujours personnalisĂ©e pour inclure la maniĂšre que les membres individuels de l’Église avaient leurs responsabilitĂ©s.

Voici une dĂ©claration de M. Armstrong disant cela dans ses propres mots. À cause de sa profondeur et de sa force de langage, une citation est suffisante pour centraliser le point. Lisez soigneusement, rappelez-vous, et ne manquez pas de voir la maniĂšre dont M. Armstrong lie les principes vitaux ensembles en ce qui regarde le gouvernement de Dieu, son rĂŽle dans l’Église, Son ƒuvre, et vous. Il parle sans ambigĂŒitĂ©, il ne laisse pas de place pour la confusion (toutes les emphases sont les siennes):

“Le peuple de Dieu est dans une pĂ©riode d’examen final, pour dĂ©terminer si nous graduerons.”

“FrĂšres, EST-CE QUE VOTRE ESPRIT PEUT COMPRENDRE LA MAGNITUDE TRANSCENDANTE DU BUT SUPRÊME DE DIEU? Et que l’UNIVERS en entier vous sera soumis? Cela signifie que vous RÈGNEREZ sur tout, SI vous ĂȘtes soumis et obĂ©issants envers Dieu et Son gouvernement sur vous MAINTENANT!”

“Voulez-vous laisser le ressentiment contre le gouvernement de Dieu vous disqualifier MAINTENANT, vous arracher de la GRÂCE de Dieu et de Son BUT pour vous, et vous jeter dans un lac de feu? Le BUT de Dieu pour nous est TELLEMENT GRAND, nous sommes mieux de CRAINDRE à moins que SATAN ne nous Ă©loigne de ce BUT! Satan est subtil!”

“Juste QU’EST DIEU? Il est le CRÉATEUR! Mais, Il maintient, prĂ©serve, ce qu’Il a crĂ©Ă©. COMMENT? Par Son GOUVERNEMENT, le GOUVERNEMENT DE DIEU!”

“Le BUT gĂ©nĂ©ral de Dieu en crĂ©ant et en plaçant l’homme sur terre, alors, Ă©tait DOUBLE:

1) La RESTAURATION DU GOUVERNEMENT DE DIEU sur terre.

2) De Se REPRODUIRE LUI-MÊME, et par consĂ©quent, produire un nombre illimitĂ© d’ĂȘtres, engendrĂ©s et NÉS de Dieu dans SA PROPRE FAMILLE DIVINE ayant dĂ©veloppĂ© un SAINT ET PARFAIT CARACTÈRE JUSTE, lequel NE VOUDRONT PAS ET NE PÉCHERONT PAS ET SE SERONT ENGAGÉS POUR NE JAMAIS PÉCHER (I Jean 3:9). C’est la seule garantie que le CrĂ©ateur DIEU peut parfaitement PRÉSERVER ce qu’Il a crĂ©Ă© et planifiĂ©.”

“FrĂšres, nous dans l’Église de Dieu sommes en train d’ĂȘtre entrainĂ©s et prĂ©parĂ©s, MAINTENANT, pour RÉGNER dans le Royaume de Dieu durant le Millenium. Quel SORTE (principe) de gouvernement sommes-nous en train d’ĂȘtre entrainĂ©s pour administrer?

“À ce moment, commençant avec le retour de Christ et la rĂ©surrection, Christ sera le ROI des rois sur TOUTE LES NATIONS (Apoc. 19:16). Directement sous Christ, sur IsraĂ«l, qui sont toutes les nations sortant des douze tribus d’IsraĂ«l, sera David, ressuscité  (JĂ©r. 30:8-9)
 (ÉzĂ©k. 37:22, 24-25)
 (ÉzĂ©k. 34:23).

“Bien entendu, aussi sous Christ seront les autres sur les nations des Gentils, mais Dieu n’a pas rĂ©vĂ©lĂ© qui spĂ©cifiquement. Mais, SOUS DAVID, Dieu ne nous dit pas qui rĂšgnera sur ceux qui rĂšgneront de chacune des douze tribus
 (Matt. 19:28).”

“Tournez à Luc 19, commençant avec le verset 11. JĂ©sus donna une parabole à Ses disciples [qui dĂ©montre que Ses serviteurs recevraient autoritĂ© sur des villes au]
second retour de Christ pour RÉGNER sur toutes les nations
”

“Plus tard, du ciel JĂ©sus dit: ‘À celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes ƒUVRES, Je donnerai AUTORITÉ sur les nations. Il LES PAÎTRA avec une verge de fer...’ (Apoc. 2:26-27). Et encore: ‘Celui qui vaincra, (croit dans le CARACTÈRE SPIRITUEL) Je le ferai asseoir avec Moi sur Mon trĂŽne, (à JĂ©rusalem), comme Moi J’ai vaincu et Me suis assis avec Mon PĂšre sur Son trĂŽne’ (Apoc. 3:21).

“Frùres, nous sommes EN ENTRAINEMENT, MAINTENANT, pour
RÉGNER dans le ROYAUME DE DIEU.

“Et quel PRINCIPE de gouvernement? Du HAUT EN BAS. De DIEU, c’est SON Gouvernement, le GOUVERNEMENT de Dieu le PĂšre. Sous Lui, se trouve le Christ. Sous Christ, sur ISRAËL, sera DAVID, ressuscitĂ©. Sous David, chacun sur chacune des douze tribus, LES DOUZE APÔTRES ORIGINAUX. Sous chacun d’eux, ceux qui rĂšgneront sur des VILLES.

“La DÉMOCRATIE, du bas en haut, chaque homme faisant ce qui lui parait juste À SES PROPRES YEUX, ne vous prĂ©parerait jamais à RÉGNER avec Christ alors. PENSEZ. FrĂšres, à ce que cela signifierait si vous vous REBELLERIEZ contre le Gouvernement de Dieu comme IL l’a placĂ© dans SON ÉGLISE MAINTENANT, et que vous suivriez les dissidents HORS de l’Église de Dieu, dans ce que des humains non-autorisĂ©s SE SONT ASSOCIÉS EUX-MÊMES dans une ‘ÉGLISE ASSOCIÉE.’ Je vous demanderais des PREUVES si cela est de DIEU. Il n’y a AUCUNE ÉVIDENCE. C’est des HOMMES, dĂ©loyaux, Ă©goĂŻstes, influencĂ©s et sĂ©duits par Satan!”

“Chers FrĂšres, j’ai besoin de vous Ă©crire comme l’apĂŽtre Jean fit, comme: ‘mes petits enfants’ (I Jean 2:1), parce que, directement ou indirectement, vous ĂȘtes mes fils et filles dans le Seigneurs, ou de l’Oeuvre que le Christ Ă©tablit au travers moi. Nous sommes prĂ©sentement dans le temps des EXAMENS FINAUX, de durs tests, et Ă©preuves, pour dĂ©terminer si nous nous qualifierons pour le Royaume de Dieu et pour la vie Ă©ternelle, pour ĂȘtre des prĂȘtres ou des rois, rĂ©gnant sous Christ pour mille ans, et aprĂšs cela, l’UNIVERS ENTIER sous nos pieds! Le futur devant nous est tellement transcendant, ÉNORME, que nous ne pouvons maintenant pleinement le concevoir.”

“Ne coulons pas ces examens finaux.”

Brethren Letter, May 2, 1974

Est-ce que M. Armstrong aurait pu ĂȘtre plus fort, plus emphatique? Aurait-il pu trouver un langage plus pointu dans sa description d’un gouvernement dĂ©mocratique ou d’autres formes de gouvernements à l’extĂ©rieur du modĂšle de Dieu, et à l’extĂ©rieur de Son Église? Depuis quand avez-vous pensĂ© au fait que vous Ă©tiez dans un entrainement final, des “examens finaux”, des qualifications, ou des disqualifications! Pour rĂ©gner sous JĂ©sus Christ avec les saints glorifiĂ©s? Depuis quand vous ĂȘtes-vous concernĂ©s avec la rĂ©bellion contre le gouvernement de Dieu? Ou mĂȘme, ce qu’est ce gouvernement?

Ce sont toutes des questions sĂ©rieuses, et vous devez ĂȘtre prĂ©parĂ©s pour leur donner des rĂ©ponses sĂ©rieuses!

Le gouvernement restauré

L’Église entiĂšre a dĂ©jà su que le gouvernement de Dieu avait Ă©tĂ© restaurĂ© à l’Église dans l’ùre de Philadelphie. M. Armstrong s’assura que de ne permettre à personne d’oublier cela, au moins le temps qu’il vĂ©cut. Voici trois sermons oĂč il fait rĂ©fĂ©rence au sujet du gouvernement de Dieu, sa suprĂȘme importance et sa restauration à l’Église dans l’ùre de Philadelphie par Dieu à travers M. Armstrong. Le premier parle de son livre «MYSTERY OF THE AGES» (LE MYSTÈRE DES SIÈCLES) (Bien sĂ»r, toutes les emphases sont les miennes.):

“Mais, lorsque je fus mis au dĂ©fi, avant que j’apprenne au sujet des Jours Saints ou quoi que ce soit d’autre, je fus dĂ©fiĂ© sur un point de la Loi et du gouvernement de Dieu! Toute la chose Ă©tait au sujet du gouvernement. La chose que Satan enleva [dans le Jardin d’Éden] Ă©tait le gouvernement. La chose que Christ va restaurer à Son retour est le gouvernement. Et la raison pour laquelle Il m’a ressuscitĂ© Ă©tait pour restaurer Son gouvernement dans Son Église! Et ce TEST ENTIER du dĂ©fi, est le premier endroit que Dieu m’a fait comprendre entre autres choses, ce qui sera enregistrĂ© dans ce livre, c’est sur le point du gouvernement.”

“Rely on God,” April 6, 1985

“JĂ©sus dit qu’Élie devait venir et restaurer toutes choses. Élie [l’original] n’a pas restaurĂ© ce qui avait Ă©tĂ© enlevé le gouvernement de Dieu avait Ă©tĂ© enlevĂ©. Il avait à ĂȘtre restauré Dieu me ressucita pour le restaurer. Dieu me ressucita pour restaurer le gouvernement de Dieu. Mais il est seulement restaurĂ© dans l’Église. Je n’ai aucune autoritĂ© de Dieu, aucune capacitĂ©, pour restaurer le gouvernement de Dieu plus loin que juste sur vous, frĂšres, dans l’Église. Mais cela a Ă©tĂ© fait. Cela a Ă©tĂ© fait, frĂšres. Retournez lire Malachie 3:1-5 et Malachie 4. [Et] là, oĂč JĂ©sus dit: ‘C’est lui qui est l’Élie qui devait venir’ (Matt. 11:3, 14), mĂȘme lorsque Jean-Baptiste fut mit en prison, il devait venir. Il [l’Élie] devait restaurer. Jean-Baptiste n’a rien restaurĂ©. Vous faites mieux de rĂ©aliser ce qu’est l’Église et de connaĂźtre ce à quoi vous vous tenez derriĂšre lorsque vous dites que vous ĂȘtes derriĂšre moi à 100%.”

Oct. 2, 1982

3) “Matt. 17
Les disciples demandĂšrent à JĂ©sus: ‘Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Élie doit venir premiĂšrement?’ Souvenez-vous que Jean-Baptiste Ă©tait dĂ©jà en prison. Au verset 11 JĂ©sus rĂ©pondit: ‘Il est vrai qu’Élie doit venir, et rĂ©tablir toutes choses. Mais Je vous dis qu’Élie est dĂ©jà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traitĂ© comme ils ont voulu.’(Matt. 17:10-13). Jean-Baptiste Ă©tait dĂ©jà mort lorsqu’Il prononça ces paroles, mais Il dit qu’Élie devait venir et restaurer toutes choses. Qu’est-ce qui a Ă©tĂ© restaurĂ©? L’Évangile du Royaume de Dieu a Ă©tĂ© restaurĂ©. Le gouvernement de Dieu a Ă©tĂ© restaurĂ© dans l’Église! Et quelque chose a Ă©tĂ© restaurĂ©, frĂšres! Et Christ revient pour restaurer toutes choses et le gouvernement mondial, pas juste l’Église, mais le monde entier! Et nous allons rĂ©gner avec Lui.”

Feast of Tabernacles, Sep. 21, 1983

Ces dĂ©clarations sont aussi trĂšs prĂ©cises et catĂ©goriques. Elles pourraient presque avoir Ă©tĂ© coulĂ©es dans l’acier. Mais elles Ă©taient aussi excitantes, mĂȘme Ă©lectrisantes, de les entendre dans le passĂ©! Elles forment la base de ce livre, que le gouvernement de Dieu Ă©tait restaurĂ© dans/à l’Église de Dieu au vingtiĂšme siĂšcle. M. Armstrong n’a pas trop donnĂ© d’importance, juste ce qu’il fallait, au fait qu’il fut ressuscitĂ© pour restaurer ce gouvernement, et de l’expliquer. Plus tard, nous apprendrons en dĂ©tail à quoi ressemblait ce gouvernement, de quoi il avait l’air lorsqu’il Ă©tait en place, dans ses phases initiales et finales de son dĂ©veloppement.

Vision limitée de la majorité

Une des tragĂ©dies visible aprĂšs l’apostasie, est que trĂšs, trĂšs peu de frĂšres paraissaient avoir compris le gouvernement de/dans l’Église. La majoritĂ© en avait une piĂštre vision, telle que: “M. Armstrong est en charge de l’Église. Mon pasteur est en charge de notre congrĂ©gation. Et je crois qu’il y a aussi des diacres et des anciens, et quelques autres. Les Ă©vangĂ©listes n’en font-ils pas partis, aussi?”

Comme dans les dĂ©clarations de M. Armstrong et dans d’autres livres aux dissidents, celle–ci n’épargnera pas non plus. C’est probablement une dĂ©claration, de dire que cela sera un des livres les plus forts que vous n’aurez jamais lu. Ce livre aborde des sujets difficiles et quelquefois prĂ©sente des rĂ©ponses “difficiles”, rĂ©ellement difficiles! Vous avec dĂ©jà entendu dire “la vĂ©ritĂ© choque.” C’est maintenant peut-ĂȘtre plus vrai avec le sujet du gouvernement, et spĂ©cifiquement avec quelques Ă©lĂ©ments du sujet.

Les amateurs religieux aiment lire, rĂ©ellement à la sauvette, dans plusieurs diffĂ©rents matĂ©riaux religieux, habituellement, ne lisant que des parties de publications, et non dans leur entiĂšretĂ©. De telles personnes sont motivĂ©es par la curiositĂ©, et non par la poursuite de la vĂ©ritĂ©. Ce livre, comme pour tous les autres livres qui s’adressent aux dissidents, ne pourra ĂȘtre apprĂ©ciĂ© ou compris sans qu’il ne soit lu en entier. Si vous vous arrĂȘtez durant votre cheminement, cela sera probablement parce que vous n’ĂȘtes pas d’accord avec un point sans avoir lu tous les faits prĂ©alablement. Vous aurez alors “rĂ©pondu (rĂ©agi) avant d’avoir Ă©coutĂ© (lu),” et vous connaissez la fin du verset du Proverbes 18:13.

Si vous n’ĂȘtes pas prĂ©parĂ©s pour lire chacun des vingt chapitres (incluant les insertions et les tableaux), alors vous perdrez votre temps. Vous chercherez d’autres moyens pour satisfaire votre curiositĂ© intellectuelle. Mais ceux qui sont dĂ©terminĂ©s à finir le livre, s’identifieront dans cette rĂ©cente histoire irrĂ©sistible de l’Église, et une des plus Ă©mouvantes de l’Église de Dieu. Vous trouverez ce sujet le plus fascinant, derriĂšre vos attentes.

Tous les lecteurs qui choisissent de continuer la lecture, sont demandés de boucler leur ceinture, maintenant!

Pareillement à la suprĂȘme importance du livre: “ANOINT YOUR EYES” –Christ’s Avertissement to His Peuple, (Pour OINDRE TES YEUX, Avertissement du Christ à Son Peuple), une fois que vous aurez complĂ©tĂ© LE GOUVERNEMENTDE DIEU, comprendre les postes et les responsabilitĂ©s, vous ĂȘtes pressĂ©s de le relire depuis le commencement. AprĂšs la premiĂšre lecture, si vous avez compris le message contenu ici, vous verrez le besoin de le relire une deuxiĂšme fois plus lentement et sĂ©rieusement.

Un point de plus, le livre contient plusieurs illustrations et d’insertions. Il y a des photographies, des graphiques, des chartes, des cartes et un nombre d’élĂ©ments diffĂ©rents importants reliĂ©s au gouvernement. MĂȘme s’ils sont d’une grande aide et importants, ils vous assisteront à ouvrir et à Ă©tendre votre esprit, ayant plusieurs insertions, peut quelquefois briser le courant des idĂ©es du texte. Si vous ĂȘtes prĂȘts à lire le livre deux fois, vous pourrez les mettre de cĂŽtĂ© et les lire soit avant ou aprĂšs avoir lu le livre). Cela aidera à garder le rythme, le plein impact!

Deux années pivotantes

Plusieurs ne semblent pas savoir comment la forme hiĂ©rarchique du gouvernement de Dieu fonctionne dans l’Église, et qui premiĂšrement fut rĂ©vĂ©lĂ© à M. Armstrong, vers la fin de 1952, aprĂšs qu’il eut dĂ©jà Ă©tĂ© le leader de l’ùre de Philadelphie pour environ 19 ans, depuis Octobre 1933.

Mais, M. Armstrong expliqua que cette comprĂ©hension doctrinale, et aucun vrai membre de l’Église n’a jamais doutĂ© que le sujet du gouvernement de Dieu n’était rien de moins qu’une doctrine Ă©tablie de l’Église, n’est venue à lui en entier, en une seule fois. Une plus grande et complĂšte comprĂ©hension lui vint sur une pĂ©riode de temps, actuellement sur des annĂ©es, comme M. Armstrong apprit les diffĂ©rences critiques entre les diverses positions et responsabilitĂ©s dans le ministĂšre du Nouveau Testament, et de la maniĂšre qu’elles devaient fonctionner et intervenir harmonieusement. Venant à une image plus grande et complĂšte, de ce qu’était ce gouvernement restaurĂ©, signifiait en terme pratique, que cela prit actuellement, plusieurs annĂ©es, vers le dĂ©but de 1955, pour que M. Armstrong le voit dans sa forme finale, lorsque le gouvernement de Dieu fut finalement complĂ©tĂ© dans l’Église.

Bien entendu, pour les 30 annĂ©es suivantes de sa vie, M. Armstrong continua d’apprendre plus au sujet du gouvernement dans le Corps de Christ, et sa corrĂ©lation à l’accroissement de l’Église et des deux missions de l’Oeuvre. Toutefois, le 22 Janvier 1955 Ă©tait un moment extraordinaire dans l’histoire de l’Église, et virtuellement personne ne sait ou se souvient de cela, encore moins pourquoi cette date Ă©tait une Ă©tape importante et un point tournant. Nous ferons la lumiĂšre là-dessus au Chapitre Cinq.

Retournons au point prĂ©cĂ©dent, que le peuple de Dieu est en train d’ĂȘtre prĂ©parĂ© dans Son Église pour rĂ©gner dans Son Royaume. Encore, cela devait ĂȘtre appris en pratiquant le gouvernement de Dieu dans l’Église. C’est une façon de rĂ©agir qui a disparu automatiquement, un but et une application qui sont complĂštement perdus pour plus de dĂ©veloppement et d’entraĂźnement aujourd’hui, si le gouvernement de Dieu n’existe plus dans sa forme originale!

Voyez-vous cela? Alors, vous, pouvez-vous comprendre ce qui est en jeu pour ĂȘtre capable d’identifier correctement et de situer, localiser le mĂȘme gouvernement aujourd’hui, qui serait encore trouvĂ© dans une seule organisation unifiĂ©e?

Perte du travail d’équipe

ConsidĂ©rez encore. C’était un gouvernement qui mit l’emphase sur le trĂšs important travail d’équipe à l’oeuvre, et accomplissant l’Oeuvre de Dieu pour le reste de cet Ăąge! Si ce gouvernement n’existe plus, un tel travail d’équipe, et de la vĂ©ritable Oeuvre de Dieu, qui en dĂ©coule, ne cesse aussi d’exister. Plusieurs leçons cruciales du dĂ©veloppement ChrĂ©tien et de croissance sont alors forcĂ©es d’ĂȘtre jetĂ©es dans le fossĂ©. Vous devez demander à Dieu pour Sa direction de vous aider pour comprendre tout ce que vous ĂȘtes sur le point de lire, et ce que vous dĂ©ciderez aprĂšs avoir lu.

Le lecteur se trouvera forcĂ© de confronter toute une sĂ©rie de questions. En fait, le premier chapitre est entiĂšrement dĂ©diĂ© à reconnaĂźtre et à dĂ©finir les grandes questions du gouvernement que tant de gens maintenant semble ne pas vouloir ou incapable de faire face. Ces questions doivent soigneusement ĂȘtre choisies parmi les images embrouillĂ©es prĂ©conçues d’aujourd’hui, de la poursuite pour trouver le gouvernement de Dieu quelque part sur terre.

Si vous vous retrouvez pĂ©riodiquement en colĂšre avec ce qui est Ă©crit, essayez de discerner si vous rĂ©agissez à ce que Dieu ou M. Armstrong dit, au lieu de mes paroles les rĂ©affirmant ou les confirmant.

Le but et l’importance de la rĂ©pĂ©tition

Comme les autres livres s’adressant aux dissidents, il y a quelques sections similaires ou des rĂ©pĂ©tions partielles des autres livres de ce groupe des dissidents. Lorsque cela arrive, c’est parce que le matĂ©riel rapportĂ©, renforce la signification de plus d’un sujet. (Aussi, dans trĂšs peu de cas, des parties de certaines dĂ©clarations de M. Armstrong sont rĂ©pĂ©tĂ©es en diffĂ©rents endroits dans ce livre et parce qu’elles s’appliquent à plus d’une section. Le lecteur doit soigneusement les lire encore dans leur nouveau contexte pour apprĂ©cier le dĂ©roulement de la description du texte.)

J’ai aussi utilisĂ© la rĂ©pĂ©tition parce que, peu importe le fait que j’accentue l’importance de lire tout le matĂ©riel aux dissidents pour avoir un tableau complet de l’apostasie et de tout ce qu’une personne doit faire pour en rĂ©cupĂ©rer et en survivre, quelques-uns semblent seulement vouloir lire un ou possiblement quelques-uns des de ces livres. Par consĂ©quent, chacun doit se “motiver lui-mĂȘme” autant que possible. Cette approche Ă©limine aussi plus de questions par sujet, et le gouvernement de Dieu est certainement un sujet Ă©norme, mais ça doit aussi stimuler quelques lecteurs qui, autrement, ne liraient pas d’autres livres aux dissidents.

Un appel spécial

Avant de conclure, il est nĂ©cessaire de parler directement, et franchement, aux diacres, aux anciens et aux ministres qui servirent dans l’Église Universelle de Dieu lorsqu’elle Ă©tait sur la bonne voie sous M. Armstrong. L’un des buts de ce livre, est d’essayer d’éveiller en vous un souvenir du gouvernement de Dieu à l’Ɠuvre dans Son Église. Si vous ĂȘtes dans le processus de oindre vos yeux (Apoc. 3:18), vous comprendrez que ce que vous lirez est, en partie, un appel dĂ©signĂ© pour avoir votre attention et de vous retourner à votre vĂ©ritable rĂŽle et appel à servir. Vous avez dĂ©jà fermement cru que JĂ©sus Christ vous avait installĂ© dans le poste que vous aviez occupĂ© dans Son Corps. Vous pensez probablement encore de cette maniĂšre. Si c’est cela, ce livre est vĂ©ritablement pour vous!

Gens qui ĂȘtes ordonnĂ©s parmi les dissidents, pensez fort, trĂšs, trĂšs fort! Au sujet de votre appel original pour servir dans une ou plusieurs responsabilitĂ©s sous la direction sure et certaine de Christ comme Chef de Son Église. Tout en lisant, demandez-vous vous-mĂȘmes chacune des difficiles, mais nĂ©cessaires, questions que les circonstances d’aujourd’hui vous requiĂšrent d’affronter. Ne vous permettez pas de dĂ©tourner votre regard des dures rĂ©alitĂ©s qui maintenant font face à chacun du peuple de Dieu.

Dans chaque Ăąge de Son Église, les brebis de Christ ont eu besoin de bergers. Ceux avec du leadership spĂ©cial, de l’entraĂźnement et de l’expĂ©rience du passĂ©, seront tenus responsables plus sĂ©vĂšrement que tous les autres (Jacques 3:1-2). Le rejet des responsabilitĂ©s par ceux “à qui beaucoup a Ă©tĂ© donnĂ©â€ signifie aussi que “beaucoup sera demandĂ©â€ d’eux, un jour (Luc 12:48). Prenez une profonde respiration et pensez. Si vous ne vous demandez pas ces questions à vous-mĂȘmes, Christ pourra un jour le faire pour vous devant “le tribunal de Christ” (II Cor. 5:10). Vous serez alors forcĂ©s de Lui donner des rĂ©ponses que vous n’étiez pas prĂȘts à vous demander maintenant.

Est-ce que c’est ce que vous voulez?

La merveilleuse possibilité

Les leaders ne sont seulement qu’une partie de l’histoire. LE GOUVERNEMENT DE DIEU, comprendre les postes et les responsabilitĂ©s, prĂ©sente un appel direct, Ă©gal à tous ceux qui le lisent. Il offre une opportunitĂ© à ceux qui dĂ©sirent rĂ©ellement une fois encore demeurer et se rĂ©jouir des merveilleuses bĂ©nĂ©dictions et de la paix, d’ĂȘtre sous le gouvernement de Dieu, amenant à ceux qui, dans la foi s’y soumettre eux-mĂȘmes. Cela vient de la connaissance certaine que les frĂšres se soumettaient eux-mĂȘmes actuellement au leadership de Christ sur Son Église unie et non divisĂ©e!

La joie peut ĂȘtre renouvelĂ©e, comme peut l’ĂȘtre la vĂ©ritable paix et la vrai foi que le Tout-Puissant, JĂ©sus Christ vivant, et dont Il a encore une prise aussi ferme que jamais auparavant sur les rĂȘnes d’une Église qu’Il construisit il y a presque 2000 ans de cela. Cela est vu chaque jour à notre QG, dans les gens nous contactant, et qui se rĂ©veillent à la rĂ©alitĂ© qu’ils peuvent avoir encore ce qu’ils croyaient perdus à jamais dans cet Ăąge.

Ceux-là Ă©taient les frĂšres qui ne souhaitaient pas d’autres engagements dans tout ce que ce Chapitre Trois dĂ©crit ici. Mais ils apprirent premiĂšrement ce qu’étaient les plus grandes questions


Chapitre Un – IDENTIFIANT LES GRANDES QUESTIONS

Poursuivant la vĂ©ritĂ©, quelques personnes ne semblent jamais capables de correctement identifier les questions qui doivent ĂȘtre rĂ©pondues pour l’atteindre. Elles ne peuvent tracer une route pour leur destination. Pour utiliser un verset familier: ils semblent trĂ©bucher autour d’une affaire, “apprenant toujours, mais incapable d’en arriver à la vĂ©ritĂ©â€. Si nous devons rĂ©pondre aux grandes questions au sujet du gouvernement de Dieu, nous devons premiĂšrement correctement les identifier, les Ă©numĂ©rer soigneusement. Alors, nous devons comprendre pourquoi elles sont importantes, et d’accepter tous les faits prouvĂ©s, que ce soit de la Parole de Dieu ou de l’histoire.

Tout ce qui est Ă©crit dans les chapitres suivants, est la pure vĂ©ritĂ© au sujet du gouvernement de Dieu. Ils dĂ©montrent plusieurs faits, beaucoup d’évidences, et de vraies preuves en rĂ©pondant aux nombreuses questions prĂ©sentĂ©es ici.

RĂ©alisez que chaque explication d’une doctrine biblique a une limite raisonnable et naturelle, autrement, il n’y aurait pas de fin. C’est vrai aussi pour le gouvernement. Mais ce sujet ne peut ĂȘtre abrĂ©gĂ©. Son explication doit ĂȘtre complĂšte et entiĂšre. Par consĂ©quent, ce livre, a Ă©tĂ© Ă©crit d’une maniĂšre complĂšte et entiĂšre. J’ai essayĂ© aussi humainement que possible avec la direction de Dieu de vous laisser, vous, le lecteur, avec des conclusions irrĂ©futables, des rĂ©ponses aux questions maintenant prĂ©sentĂ©es.

La question la plus fondamentale

À la suite de l’apostasie, diverses questions fondamentales se sont posĂ©es. Personne n’ayant quittĂ© l’apostasie, et qui cherche sincĂšrement l’entiĂšre vĂ©ritĂ© au sujet du gouvernement de Dieu, ne peut possiblement les Ă©viter. Elles doivent ĂȘtre identifiĂ©es et confrontĂ©es directement!

Ça commence ici


Est-ce que les agents de Satan pourraient dĂ©truire le gouvernement de Dieu dans Son Église? Avez-vous considĂ©rĂ© si cela Ă©tait possible? En d’autres mots, est-ce que les hommes peuvent faire cela? Est-ce que les ĂȘtres humains dĂ©tiennent un tel pouvoir?

Regardons à cela d’une perspective diffĂ©rente. Croyez-vous que les ennemis de Dieu peuvent entrer dans l’Église que le Christ vivant construisit et qu’Il conduit activement, et altĂšrent la maniĂšre qu’Il doit conduire la continuation de la direction de l’Église à partir de ce point? En d’autres mots, suivant une apostasie, croyez-vous que Christ est, en effet, pris en otage à quoi que ce soit que de nouveaux leaders Ă©mergeants (dans le cas aujourd’hui, de plusieurs organisations compĂ©titrices) souhaitent rĂ©organiser et reconstruire Son gouvernement? Maintenant, disons cela d’une autre maniĂšre, si les hommes croient qu’une autre mĂ©thode de gouverner dans l’Église leur est prĂ©fĂ©rable en tout autre temps dans l’histoire de l’Église, ou, lorsqu’ils eurent à fuir de faux leaders, sont-ils permis, ont-ils maintenant l’autoritĂ©, en quelque sorte, de “partir à neuf” et “prendre un nouveau dĂ©part/regard” pour trouver une “meilleure façon”?

MĂȘme plus claire!

Rendons la question encore plus claire. Supposez la portĂ©e, l’étendue de plusieurs nouveaux leaders, souhaitant inventer plusieurs formes de gouvernement entiĂšrement nouvelles, avec de nombreuses variations internes dont ils ont installĂ©es, stylisĂ©es, comme ils le voyaient bon, et substituer cette machinerie complĂštement nouvelle à la place de celle de Dieu. Est-ce que cela signifie que Christ est en quelque sorte “plus responsable” et qu’Il accepte et qu’Il travaille avec ce qu’ils ont instituĂ©? Est-ce qu’Il a juste à “vivre avec ça”? Viens alors cette Ă©norme question: Est-ce qu’Il S’entend avec seulement un groupe, ou doit-Il accepter et conduire toutes ces organisations?

Vous trouverez que cette série de questions résume la plus grande question que vous serez requis de répondre. Ne perdez pas de vue cela pour le restant du livre.

Si vous croyez, si vous reconnaissez, que les hommes ne dĂ©tiennent pas une telle autoritĂ©, et ce livre est fondĂ© sur cette reconnaissance de base, les plus grandes questions suivantes automatiquement et immĂ©diatement devraient frapper le lecteur: Est-ce que ce mĂȘme et exact gouvernement existe encore quelque part? Est-ce que ce gouvernement, qui avait Ă©tĂ© restaurĂ© à l’ùre de Philadelphie, conduit encore l’Église et le Corps de Christ quelque part? Est-ce que ce gouvernement dirige encore l’unique ƒuvre de Dieu quelque part?

InsĂ©parable de ces questions, et d’une absolue importance pour le lecteur, est-ce que ce gouvernement existe dans un des groupes dissidents? Si oui, lequel, et comment pouvez-vous le savoir?

Plus spécifique!

Allons plus loin. Si M. Armstrong a dit que le gouvernement de Dieu Ă©tait restaurĂ©, que voulait-il dire, à quoi faisait-il rĂ©fĂ©rence exactement?

Cette question, en introduit plusieurs autres, et elles sont spĂ©cifiques. Regardons briĂšvement ces questions cruciales additionnelles avant de permettre au livre de leur rĂ©pondre en dĂ©tails dans les chapitres suivants. Plusieurs posent ces questions, et vous pouvez en reconnaĂźtre quelques unes d’elles parce que vous les avez partagĂ©es.

Christ Ă©tablit certains postes dans le ministĂšre de Son Église du Nouveau Testament. Quels sont ces postes?

(1) Qu’est exactement un apître?

(2) Qu’est exactement un prophùte?

(3) Qu’est exactement un Ă©vangĂ©liste?

(4) Qu’est exactement un pasteur?

(5) Qu’est exactement un ancien prĂ©dicateur?

(6) Qu’est exactement un ancien local?

(7) Qu’est exactement un diacre?

(8) Que sont les “enseignants”?

Êtes-vous certain que vous comprenez ce que la Bible enseigne, et ce que M. Armstrong enseigna, au sujet de chacun de ces postes, et les fonctions et les responsabilitĂ©s qu’ils comportent? Comprenez-vous les paramĂštres et les limites de chacun des postes du Nouveau Testament, et comment reconnaĂźtre le vrai du faux de ceux rĂ©clamant les dĂ©tenir?

Dans un sens, les derniers chapitres testeront votre compréhension et votre mémoire sur toutes ces questions.

Quel poste?

Mais il y a d’autres questions, et ce sont des grosses:

  • Combien de rangs peuvent conduire l’Église et/ou l’Oeuvre?
  • Quel rang est-ce que Christ emploie pour introduire une doctrine, la vĂ©ritĂ©, dans Son Église?
  • Quel (s) poste (s) peut (peuvent) Ă©tablir des traditions?
  • Quel (s) poste (s) est (sont) autorisĂ© (s) pour annoncer le royaume de Dieu à toutes les nations?
  • Lequel peut avertir les nations d’IsraĂ«l de la prochaine punition?
  • Qui, s’il y en a, est autorisĂ© à avertir IsraĂ«l spirituel, les LaodicĂ©ens, de la mĂȘme punition?
  • Qui est autorisĂ© à rendre des jugements administratifs dans l’Église?
  • Combien de postes peuvent “lier et libĂ©rer” dans l’Église?
  • Qui peut approuver des ordinations? En d’autres mots, qui dĂ©tient l’autoritĂ© pour ordonner aujourd’hui?
  • Cela mĂšne automatiquement à la question: Est-ce que les ordinations des dissidents sont valides?
  • Et cela, par consĂ©quent, mĂšne à une autre question: Qui est autorisĂ© pour superviser toutes les congrĂ©gations à travers le monde?

Dans ce contexte, nous devrions demander, pourquoi M. Armstrong Ă©tablit-il une assemblĂ©e du comitĂ© des anciens, et y a-t-il une raison au fait que ces dissidents, qui ont Ă©tabli un comitĂ©, n’emploient pas ou ne font pas la connection au mot “consultatif” à cela?

Encore plus de questions

Ce n’est pas tout, il y a encore d’autres questions importantes reliĂ©es aux postes spĂ©ciaux, aux fonctions spĂ©ciales, dans l’Église du Nouveau Testament:

  • Qui sont les sept “messagers” aux sept Églises rĂ©fĂ©rĂ©s dans Apocalypse 2 et 3? Que font-ils? Quel est leur but exact?
  • Le livre de l’Apocalypse dĂ©crit aussi les Deux TĂ©moins au chapitre 11. D’oĂč ces deux hommes, les deux “prophĂštes”, viennent-ils? Pouvons-nous savoir l’organisation?
  • Aussi, comment la “sentinelle” d’ÉzĂ©kiel 33:7 fonctionne-t-elle dans cet Ăąge?

Finalement, comment tous ces postes, rĂŽles et responsabilitĂ©s servent et travaillent en unitĂ© dans l’Église et l’Oeuvre de Dieu?

À quoi, devons-nous regarder?

Maintenant, pour une autre importante question: À quoi ressemblerait le gouvernement de Dieu? La rĂ©ponse se trouve dans ce qu’il a dĂ©jà ressemblĂ© avant 1986! Si quelqu’un a à le trouver, il doit savoir vers quoi regarder, et cela signifie plus qu’un gouvernement hiĂ©rarchique, un qui opĂšre du haut en bas.

Lorsque M. Armstrong dit, et vous verrez qu’il le dĂ©clara encore plus clairement, que “le gouvernement de Dieu fut restaurĂ© à l’Église,” il signifiait beaucoup plus que juste d’avoir un homme en haut. AprĂšs tout, si M. Armstrong Ă©tait juste, et Dieu commence toujours Son gouvernement avec un seul homme, alors, toujours signifie toujours, et ce simple fait particulier ne pouvait pas ĂȘtre quelque chose qui Ă©tait rĂ©apparue dans cet Ăąge Philadelphienne aprĂšs une longue absence de plusieurs siĂšcles. Cela a du ĂȘtre quelque chose d’autre qui fut restaurĂ©. Qu’est-ce que c’était?

La question entourant le sujet citĂ© plus haut, un homme en charge, ne peut ĂȘtre laissĂ©e chancelante dans votre esprit. Ça doit ĂȘtre parfaitement clair pour vous que ce qui a Ă©tĂ© restaurĂ© et toutes les autres questions et sujets reliĂ©s au gouvernement ne viennent pas en vue jusqu’à ce que cela soit Ă©tablit!

Si vous insistez encore que M. Armstrong simplement signifiait que la restauration n’était qu’un seul homme qui Ă©tait maintenant en charge, je le rĂ©pĂšte, la Parole de Dieu dĂ©montre que cela a toujours Ă©tĂ© le cas, l’Ancien et le Nouveau Testament, et notre sĂ©rie sur lâ€™â€œĂ©norme doctrine du gouvernement” enfonce le clou. D’une durĂ©e de neuf heures, elle offre des preuves dĂ©taillĂ©es, basĂ©es sur des Ă©critures.

Si vous n’avez pas dĂ©jà Ă©tabli cette colossale vĂ©ritĂ© biblique dans votre esprit, le seul endroit pour commencer lorsque vous Ă©tudiez le sujet du gouvernement de Dieu, alors, vous n’ĂȘtes simplement pas prĂȘts d’aller sur les questions suivantes prĂ©sentĂ©es dans ce livre. Toutefois, mĂȘme si cela demande du temps, ne regardez pas la recherche primordiale comme un inconvĂ©nient. C’est beaucoup plus que juste un exercice prĂ©liminaire. Ne vous permettez pas de mettre la charrette devant les bƓufs, voulant dire de mettre les mauvaises questions avant les bonnes, celles demandĂ©es et rĂ©pondues dans ce livre, et la plus grande question en dernier, celle de savoir à quoi ressemble le gouvernement de Dieu au-dessus de la partie humaine de la structure.

Vous devriez commencer au commencement!

Bien entendu, le livre demandera occasionnellement d’autres questions, quelques-unes seront grosses/dures/difficiles/importantes, et elles seront toutes rĂ©pondues, mais les principales doivent toujours ĂȘtre gardĂ©es en vue. Ce chapitre les a identifiĂ©es, et vous pourriez de temps à autre revenir à la liste pour revoir la fondation de votre poursuite de la vĂ©ritĂ© et de l’état actuel du gouvernement de Dieu.

Mais une distinction a besoin d’ĂȘtre faite. Si ce chapitre Ă©tablit les grandes questions au sujet du gouvernement confrontant le peuple de Dieu aujourd’hui, alors le dernier chapitre prĂ©sente les dures questions. Les autres dix-huit chapitres suivant vous prĂ©parent pour elles.

Maintenant, il n’y a que la confusion

Les dissidents sont dans la confusion au sujet de plusieurs grandes doctrines de Dieu. Le gouvernement n’a pas Ă©tĂ© exclu. Vous apprendrez bientĂŽt qu’ils sont tombĂ©s dans une incroyable confusion au sujet de virtuellement toutes les questions listĂ©es ici, et mĂȘme plus que vous ne pouvez l’imaginer possible. Ce qui a dĂ©jà Ă©tĂ© trĂšs clair est devenu un sujet d’opinion, de spĂ©culations sans fin, et de terribles dĂ©sagrĂ©ments. Cela a soulevĂ© beaucoup de charges et de contre charges, d’accusations et de contre-accusations, sans mentionner la division, parmi les groupes dissidents, et aussi parmi les gens du peuple de Dieu sur peut-ĂȘtre la plus grande Ă©chelle possible. Encore, Dieu n’est pas “l’auteur de la confusion, mais de la paix” dans l’Église (I Cor. 14:33), dĂ©sirant que tout soit fait “dĂ©cemment et en ordre.”

La tragĂ©die aujourd’hui, est que tant de gens semblent assumer qu’ils ont raison, et de savoir que tous les autres ont tort. Mais peu semble savoir qu’ils devraient soigneusement investiguer ce à quoi le gouvernement de Dieu ressemble, et seulement alors, que leurs opinions et celles des autres peuvent ĂȘtre poussĂ©es de cĂŽtĂ©, en ce qu’est le gouvernement.

Le livre fait cela. Mais d’autres questions demeurent.

Les “autres” questions

Dans ce chapitre des grandes questions, celles dont le lecteur doit considérer, ne seraient pas complÚtes sans soulever une série de questions de plus.

PremiĂšrement, reconnaissez que le gouvernement est central à toutes choses dans la vie. Les familles ne peuvent exister sans lui. Ni ne peuvent les nations, les armĂ©es, les institutions, les compagnies, les Ă©glises, les Ă©coles, les Ă©quipes, les organisations ou les clubs, ni ne le peut virtuellement toute entitĂ© de plus d’une personne. Aussi Dieu prĂ©serve Sa crĂ©ation entiĂšre par un gouvernement et des lois, et la terre et l’univers dĂ©montrent cela. Le gouvernement, administrĂ© de la bonne maniĂšre, apporte la structure, l’ordre, l’organisation, la stabilitĂ©, la paix, la protection, et une armĂ©e d’autres bĂ©nĂ©fices aux groupes de toutes sortes!

Encore, plus que jamais, chaque facette de la civilisation est maintenant possĂ©dĂ©e par un esprit de rĂ©bellion, accompagnĂ©e par la poursuite de “libertĂ© personnelle” et de “droits individuels.” Beaucoup dans la sociĂ©tĂ© sont activement et systĂ©matiquement dĂ©molissant les institutions une par une, dans une tendance visible et croissante vers l’anarchie sur tous les niveaux, social, politique, civil, moral, Ă©conomique, religieux et domestique.

Pourquoi? Parce que la nature humaine dĂ©teste la soumission au gouvernement, à l’autoritĂ©! Sous toutes les formes! Pensez au gouvernement de la perspective de la nature humaine. L’apĂŽtre Paul enregistra: “l’affection de la chair est inimitiĂ© contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut mĂȘme pas.” Quelques traductions rendent le commencement de ce verset comme ceci: “l’esprit charnel est l’ennemi de Dieu” (Rom. 8:7). Naturellement, cela se concentrerait sur le gouvernement.

Tragiquement, mais probablement, et cela est arrivĂ© à toutes les Ă©poques, l’attitude parmi ces frĂšres, qui survivĂšrent l’apostasie, en sont arrivĂ©s à grandement reflĂ©tĂ© la sociĂ©tĂ©. Le rĂ©sultat à notre Ă©poque a Ă©tĂ© que la majoritĂ© du peuple de Dieu a oubliĂ© ou rejetĂ© plusieurs des vĂ©ritĂ©s Ă©lĂ©mentaires insĂ©parables de la doctrine du gouvernement.

Ce qui arrive dans les groupes dissidents aujourd’hui n’est pas nouveau, parce que la nature humaine a existĂ© dans tous les Ăąges. En fait, mĂȘme si c’est subtil au dĂ©but, et alors, Ă©vident, le rejet du gouvernement de Dieu est arrivĂ© dans Son Église dans les annĂ©es 1970. Ce premier chapitre ne serait pas terminĂ© sans que le lecteur ait en esprit ce qui est arrivĂ©, et ce que M. Armstrong a dit au sujet de cela comme la cause premiĂšre de ce qu’il fut appelĂ© les “annĂ©es libĂ©rales” de cette Ă©poque. Sa citation soulĂšve la sĂ©rie finale de questions à rĂ©flĂ©chir. Mais le livre ne rĂ©pondra pas à la liste qui suit. Vous le ferez, comme vous lirez, parce qu’elles sont personnelles.

Le peuple de Dieu aujourd’hui n’a pas d’excuse. Pas seulement qu’ils auraient du savoir mieux, s’ils avaient mieux retenu la vĂ©ritĂ© au sujet du gouvernement de Dieu, mais plusieurs dans les dissidents ont survĂ©cu les annĂ©es 1970. Ils ont lu et entendu le dernier avertissement de M. Armstrong. Il a constamment enseignĂ© l’Église au sujet des causes et effets dans tous les diffĂ©rents aspects de la vie. Ils auraient vu ses autres avertissements identifiĂ©s la plupart des problĂšmes dans l’Église comme Ă©tant enracinĂ©s dans le gouvernement. Voici ce qu’il Ă©crit au sujet de la cause des annĂ©es libĂ©rales. Cela s’appliquait alors, et s’applique maintenant (toutes les emphases sont les siennes):

“Je voudrais pour vous frĂšres, que vous pensiez au sujet et compreniez ce qui est arrivĂ© à l’Église de Dieu dans les annĂ©es 1970 à moins que l’histoire ne se rĂ©pĂšte! Je voudrais que voyez les ‘fruits’ de la rĂ©bellion contre la voie de Dieu et de Son gouvernement.”

“AprĂšs tout, l’issue de base Ă©tait celle du gouvernement de Dieu dans l’Église. Celui qui suit un libĂ©ral qui, comme l’apĂŽtre Paul prĂ©dit, cherche à s’attirer des adeptes (Actes 20:30), dit, ‘nous sommes libĂ©rĂ©s de ce gouvernement dans l’Église et nous avons maintenant une organisation tricotĂ©e, serrĂ©e, et c’est la maniĂšre que nous l’aimons.’”

“L’Église est â€˜Ă©difiĂ©e sur le fondement des apĂŽtres et des prophĂštes, JĂ©sus Christ Lui-mĂȘme Ă©tant la pierre angulaire. En Lui tout l’édifice, bien coordonnĂ©, s’élĂšve pour ĂȘtre un Temple Saint dans le Seigneur’ (Éph. 2:20-21). Notez que l’Église est organisĂ©e et solidement assemblĂ©e ensemble, non organisĂ©e avec des branches compĂ©titives et divergentes.”

“Notez ÉphĂ©siens 4, il n’y a seulement qu’une Église organisĂ©e ‘tout le corps bien coordonnĂ© et formant un solide assemblage’ (verset 16), compactĂ©e comme si soudĂ©e ensemble en un seul corps bien coordonnĂ© et assemblĂ© ensemble. Et comment a-t-Il organisĂ© ce Corps? Comment Ă©tait-il gouvernĂ©? ‘Et Il a donnĂ© les uns comme apĂŽtres, les autres comme prophĂštes, les autres comme Ă©vangĂ©listes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministĂšre et de l’édification du Corps du Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unitĂ© de la foi
’ (Éph. 4:11-13). Ce n’est pas de la dĂ©s-unitĂ© ou quelqu’autre type d’organisation et de gouvernement. Paul a aussi dit: ‘à tenir tous un mĂȘme langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à ĂȘtre parfaitement unis dans un mĂȘme esprit et dans un mĂȘme sentiment’ (I Cor. 1:10).”

“Pour clarifier une des raisons, si ce n’est la principale raison, pour le conflit causĂ© par l’élĂ©ment libĂ©ral, je cite d’un journal de l’Ouest. Dans une interview avec un ancien ministre, qui avait essayĂ© de s’approprier une suite de membres aprĂšs lui, il avait Ă©tĂ© rapportĂ© concernant cette Ă©glise dissidente qu’elle avait ‘une structure administrative complĂštement diffĂ©rente.’

“La majoritĂ© des dissensions du passĂ© dans l’Église ont Ă©tĂ© au sujet du gouvernement. Les dissidents croient dans un gouvernement trĂšs libĂ©ral, la voie de Satan et son monde.”

“Nous qui restons, dans la seule et unique vĂ©ritable Église, regrettons la perte de ceux qui coulent leur examen final.”

“Recent History of the Philadelphian Era of the WCG,”

WN, June 24, 1985

L’histoire s’est rĂ©pĂ©tĂ©e. L’esprit libĂ©ral est revenu, pour les mĂȘmes raisons, et avec une vengeance. Malheureusement, la majoritĂ© aujourd’hui Ă©choue dans leur examen final. Maintenant, pour les autres questions, celles seulement que vous pouvez rĂ©pondre:

  • Comment souvent pensez-vous à Romains 8:7, à l’Ɠuvre dans votre nature?
  • Lorsque vous entendez ou lisez au sujet du “gouvernement” dans l’Église, avez-vous tendance à reculer, à vous rĂ©volter, à ce mot?
  • Avez-vous une tendance à voir le gouvernement comme une “intrusion” et/ou un “contrĂŽle” non nĂ©cessaire?
  • Comment voyez-vous et recevez-vous la correction personnelle? Avez-vous admis que toutes formes de corrections requiĂšrent quelqu’un ayant autoritĂ© pour l’administrer?
  • Lirez-vous ce livre espĂ©rant recevoir correction?
  • Le lirez-vous essayant de comprendre le gouvernement de Dieu, et ensuite, le chercher, ou essayerez-vous de vous justifier?

Ce sont de grandes questions. En fait, dans un sens, vos rĂ©ponses les Ă©lĂšvent au rang des plus grandes du livre. Comme vous lisez, les garderez-vous à l’esprit? Nous offrirons des preuves, pas seulement “ce que M. Armstrong a dit.”

OĂč commencer?

Je demande encore: Que sont les postes et les responsabilitĂ©s du Nouveau Testament ordonnĂ©s par Dieu, et comment travaillent-ils? La doctrine des postes et des responsabilitĂ©s ministĂ©riels, incluant des postes spĂ©ciaux, dans le ministĂšre du Nouveau Testament et dans l’Église de Dieu doivent ĂȘtre fait clair une fois encore. Ce livre ne laissera aucun doute à leurs sujets.

Lorsque ces questions seront rĂ©pondues, nous passerons automatiquement à la question suivante, oĂč sont-elles à l’Ɠuvre aujourd’hui? Mais avant d’aller plus loin, nous devons premiĂšrement regarder en arriĂšre


Chapitre Deux – UN TEMPS SANS PARALLÈLE

Avant d’aller plus loin pour examiner les questions du chapitre un, il serait instructif de revisiter le passĂ©. Rappelons-nous l’Église Universelle de Dieu sous le leadership de M. Armstrong pour un demi-siĂšcle. Examinons sa gouvernance à travers une vue gĂ©nĂ©rale dans le but de peindre un tableau de l’histoire pour crĂ©er un contraste avec tout ce qui l’a remplacĂ© dans les groupes dissidents.

PremiĂšrement, une confession, afin que personne ne pense que Pollyanna n’ait Ă©crit cela. Visiblement, il y avait des abus, des excĂšs, et des injustices dans l’administration de l’Église. Ces choses ne pouvaient disparaĂźtre complĂštement à cause des ĂȘtres humains, pas encore des saints ressuscitĂ©s, ni Christ, qui administraient le gouvernement de Dieu. Puisque je pouvais dĂ©crire la maniĂšre dont j’ai Ă©tĂ© le rĂ©cipient d’abus et d’injustices avec les meilleurs d’eux, aussi bien mes propres erreurs, je porte la voix de l’expĂ©rience (le tĂ©moignage) que ces choses doivent ĂȘtre mises de cĂŽtĂ© dans votre pensĂ©e si vous recherchez et voulez trouver le systĂšme de gouvernement oĂč Christ est la TĂȘte (le Chef). À un certain moment, les frĂšres pouvaient faire cela, ainsi, ils le peuvent encore. Par consĂ©quent, tout en lisant, Ă©loignez votre attention de ces faiblesses humaines, de ces Ă©checs, et de ces imperfections que vous avez vues ou expĂ©rimentĂ©es. C’est la seule maniĂšre que le message dans ces pages ne sera pas manquĂ©.

Créditez, ne blùmez pas

Finalement, rappelez-vous que la grande majoritĂ©, dont nous sommes certains maintenant, des frĂšres et des ministres dans WCG ne furent jamais convertis. Cela inclut plusieurs administrateurs à Pasadena et ailleurs. Au lieu de blĂąmer le systĂšme de gouvernement pour cela, à la place, crĂ©ditez, crĂ©ditez-le pour sa remarquable habilitĂ© pour atteindre tout ce qu’il a atteint tout en traĂźnant les poids morts!

Le gouvernement de Dieu en action au vingtiĂšme siĂšcle produisit simplement d’extraordinaires rĂ©sultats et de diffĂ©rentes maniĂšres. En vĂ©ritĂ©, le monde n’a jamais rien vu de semblable. Tous les liens dans son ensemble, travaillaient efficacement, harmonieusement, et il y a un intĂ©rĂȘt à voir comment cela fonctionnait en pratique. Voici quelques exemples, oĂč la merveilleuse forme du gouvernement de Dieu a servi Son Église aussi bien, et pour aussi longtemps.

Comme vous terminez chacune des sections, prenez au moins un moment pour rĂ©flĂ©chir à la description dans votre esprit. Essayez de saisir tout le tableau, voyez toute la toile! De ce que vous lisez.

Quartier Général et postes régionaux

Tout, au sujet du gouvernement de Dieu commença à Pasadena, en Californie. Les employĂ©s, le campus, les bĂątiments et les activitĂ©s qu’ils y abritaient, Ă©taient une Ă©tude de prĂ©cision et de performances effectives.

Cela commence avec le QG dirigeant de plus petits, mais similaires bureaux rĂ©gionaux fonctionnant autour du monde, incluant deux autres collĂšges. Plusieurs centaines d’employĂ©s, servant dans une grande variĂ©tĂ© de dĂ©partements, administraient des affaires de toutes sortes communes à une organisation internationale et grandissante constamment. Les politiques, les processus, les procĂ©dures et les protocoles gouvernaient presque chaque affaire concevable ou les dĂ©cisions dont l’Église faisait face. Et ils Ă©taient modifiĂ©s selon le besoin et toujours pour le mieux pour l’Église.

IntrinsĂšque aux bureaux rĂ©gionaux, il y avait une structure de supervision sur le terrain qui Ă©tait utilisĂ©e aux États-Unis et dans chaque pays majeur ou groupes de pays qui Ă©taient mieux dirigĂ©s par un bureau rĂ©gional. Bien entendu, l’Administration de l’Église au QG, plus tard appelĂ© Services MinistĂ©riels, agissait avec autoritĂ© sur tous les bureaux internationaux. Les transferts des ministres, des directeurs rĂ©gionaux, des pasteurs, des pasteurs associĂ©s et des assistants pasteurs, et beaucoup d’autres assistants ministĂ©riels, survenaient gĂ©nĂ©ralement à tous les sept ou neuf ans pour chaque homme, et tous comprenaient que ce “rythme” gouvernait le bon fonctionnement de ces bureaux. Les transitions cahoteuses Ă©taient rares.

Un extraordinaire niveau de communication gardait chaque partie de l’Église dans la connaissance de toujours savoir ce que “la main gauche fait, la main droite le sait.” Il y avait une communication continuelle et pensĂ©e, au sujet de tout, des plans pour les camps d’étĂ© aux sites de FĂȘtes, des rapports de dĂ©penses aux voyages des ministres pour les transferts, avec une diversitĂ© presque sans fin d’affaires qui Ă©taient couverts par tĂ©lĂ©phone ou par lettre à travers le monde entier, jour aprĂšs jour, aprĂšs jour. Le QG et les bureaux internationaux travaillaient serrĂ©s ensembles, toujours en harmonie, pour s’assurer que le troupeau Ă©tait bien nourri, que la “DeuxiĂšme Mission” Ă©tait remplie d’une façon qui plaisait à Christ (Jean 21:15-17).

Nous devons redire ici, que tout cela inculquait un systĂšme de rapports dĂ©taillĂ©s et systĂ©matiques. Visiblement, il y avait des formulaires et des cartes pour tout, afin que le QG et le ministĂšre soient informĂ©s de tout ce qui arrivait “à l’autre bout”, et cela dans les deux directions.

ConfĂ©rences, mises à jour et sabbatiques

À travers les dĂ©cennies, commençant vers le milieu des annĂ©es 1950, l’Église commença à tenir des confĂ©rences annuelles à Pasadena pour tout le ministĂšre. Elles croissĂšrent de plus en plus grandes jusqu’à ce que chaque ministre ne pouvait pas toujours participer à chaque confĂ©rence.

Un vaste “Programme de RafraĂźchissement” fut instituĂ© au dĂ©but des annĂ©es 1980, afin que chaque pasteur et son Ă©pouse puissent pĂ©riodiquement venir au QG pour une plus complĂšte et intensive deux ou trois semaines de “mise à jour” en quelque sorte. Au moins au commencement, ces moments spĂ©ciaux, incluaient des mises à jour, des informations, des rafraĂźchissements inspirants pour tout le ministĂšre en entier de WCG. Il y avait uns cession spĂ©ciale pour mettre à l’aise ceux de langages diffĂ©rents, et une autre fut instituĂ©e pour les anciens locaux de l’Église, qui pouvaient participer.

Il y avait aussi quelques pasteurs qui Ă©taient en stage au siĂšge central pour une annĂ©e entiĂšre en classes spĂ©ciales pour un “programme sabbatique” dĂ©signĂ© à pourvoir à ces hommes plus ĂągĂ©s un important “moment de repos” et de rĂ©orientation assistĂ©e lorsque cela Ă©tait nĂ©cessaire.

Tout cela demandait beaucoup de planification, d’unitĂ© et d’efforts, d’effectives communications et un Ă©tonnant montant de travail pour assembler. Et encore, l’immense machinerie qui en vint à ĂȘtre en place, permit à de tels programmes et d’activitĂ©s pour le ministĂšre d’ĂȘtre accomplis presque par routine.

Plusieurs départements

Le QG consistait en plusieurs dĂ©partements, chacun ayant un but spĂ©cial, bien dĂ©fini, en relation avec l’Oeuvre et l’Église de Dieu en gĂ©nĂ©ral. Ces dĂ©partements Ă©taient gĂ©nĂ©ralement conduits par des ministres, et de divers rangs, habituellement à des postes plus Ă©levĂ©s, mais quelquefois par des administrateurs sĂ©niors non-ordonnĂ©s. Ils coopĂ©raient gĂ©nĂ©ralement harmonieusement les uns avec les autres. Les choses tournaient comme le mouvement d’une montre, et plus particuliĂšrement celui d’une montre Suisse.

Il y avait aussi une attention particuliĂšre et soutenue aux dĂ©tails de toutes choses. Presque chaque affaire Ă©tait regardĂ©e avec une approche comprĂ©hensive. Avec les annĂ©es, l’administration du QG a semblĂ© apprendre à penser à tous les dĂ©tails que les autres organisations dans le monde ne verraient probablement pas. C’était comme si rien n’était laissĂ© à la chance. La personne qui visitait le QG pour n’importe quelle raison ou durĂ©e de temps, se sentait spĂ©ciale par les attentions des employĂ©s de plus bas niveau, qui semblaient essayer plus fort pour entretenir cet environnement.

Il y avait des dĂ©partements, et quelquefois plusieurs sections dans chacun, pour tout: l’amĂ©nagement paysager, les bureaux de la sĂ©curitĂ©, la maintenance, la charpenterie, le transport et les voitures, les bureaux des affaires financiĂšres, lĂ©gales et de comptabilitĂ©, des assurances, des festivals, de la jeunesse, de l’éditorial, des nouvelles internationales, de l’administration de l’Église, de l’expĂ©dition et de la rĂ©ception, la production des mĂ©dias, e traitement des donnĂ©es, et du courrier, (avec plusieurs sections), de la sĂ©curitĂ©, des achats, du service alimentaire, (aux collĂšges), des relations publiques, il y avait mĂȘme une agence de voyage, et mĂȘme une Ă©quipe de peintres. Collectivement, ces dĂ©partements auraient pu soutenir une petite ville entiĂšre, et dans un certain sens, c’en Ă©tait une.

La ville Ă©tait appelĂ©e “Quartier GĂ©nĂ©ral (QG).”

Mais le plus important, c’est que le peuple de Dieu Ă©tait enseignĂ© à regarder vers le Christ vivant qui dirigeait ceux qui Ă©taient à la tĂȘte de Son QG, et ils pratiquaient ce qui Ă©tait enseignĂ©.

La vaste étendue des médias

Cette immense superstructure administrative, la partie à Pasadena, produisait un nombre incroyable de programmes de mĂ©dias de qualitĂ©. Pour commencer, avec plus de quarante ans, le programme radio du The World Tomorrow, M. Armstrong changea plus tard pour la tĂ©lĂ©vision sous le mĂȘme nom, et ce programme augmenta son auditoire jusqu’à ce qu’il devienne numĂ©ro un sur le palmarĂšs d’Arbitron pour toutes les Ă©valuations des programmes religieux en AmĂ©rique. (Ces programmes servaient aussi bien la radio, dans quelques rĂ©gions du monde.)

Pensez-y! Essayez d’imaginer l’organisation incroyable et la structure de support nĂ©cessaire pour que cela puisse arriver. J’étais en extase face au dĂ©partement de production de la tĂ©lĂ©vision et, regardant en arriĂšre, à combien en avance nous Ă©tions à ce moment, sur notre temps.

Pensez aussi à la colossale opĂ©ration de publication qui distribuait trois magazines mensuels, en quatre couleurs, (The Plain Truth, The Good News, Youth 81, 82, 83
) et un tabloĂŻd, un journal bi-hebdomadaire, appelĂ©: «The Worldwide News». Le ministĂšre recevait aussi rĂ©guliĂšrement un rapport: le «Pasteur General’s Report» à une ou deux semaines d’intervalle. Cela gardait tout le ministĂšre autour du monde “sur la mĂȘme longueur d’onde” en tout temps.

Mais il y avait beaucoup plus que l’Église publiait sous la forme de livres, livrets, brochures, articles imprimĂ©s, livres d’histoires bibliques, des leçons de Bible pour la jeunesse de sept niveaux, un cours de Bible par correspondance, et des centaines de lettres, tout cela envoyĂ© à partir du QG et des bureaux rĂ©gionaux par millions chaque annĂ©e. Le magazine «The Plain Truth» à lui seul, avait une circulation considĂ©rable dĂ©passant huit millions de copies durant le temps de M. Armstrong jusqu’à sa mort, et la circulation du magazine «The Good News», tournait autour de un demi-million.

La production de ces magazines de qualitĂ©, Ă©tait en elle-mĂȘme quelque chose à voir. La plupart ont oubliĂ©, et plusieurs dans les groupes dissidents n’ont jamais expĂ©rimentĂ© la profonde et vraie magnitude de ce qui a pris place avec juste ces deux publications, publiĂ©es mois aprĂšs mois! Je n’oublierai jamais le fait que je les ai personnellement pliĂ©es et ensachĂ©s pour la poste durant l’étĂ© entre mes annĂ©es de sophomore en 1969 et les annĂ©es de junior au collĂšge.

InsĂ©parable de l’opĂ©ration de publication, et dirigĂ©e par le QG, Ă©tait le programme: «the Plain Truth Newsstand Distribution Program». Sous la tutelle de ce programme hautement structurĂ©, et avec de la communication rĂ©guliĂšre rapprochĂ©e, les Ă©glises locales autour du monde atteignirent ce qui pourrait ĂȘtre seulement appelĂ© de: succĂšs spectaculaire, en distribuant de multiples millions de magazines en diverses langues afin que la vĂ©ritĂ© de Dieu soit accessible partout sur terre. Les histoires de comment ce programme fut bĂ©ni et ce qu’il a atteint sont nombreuses, et mĂȘme le lecteur ici pourrait raconter quelques-unes des siennes.

Bien sĂ»r, il y avait aussi le zĂšle, l’étonnant engagement et incroyable zĂšle! Par exemple, en juste 13 mois, quelques personnes distribuĂšrent plus de trois millions de magazines à Manhattan et dans le Bronx, New York, et avec juste six automobiles, puisque c’était le nombre total dont les membres possĂ©daient. La plupart Ă©taient des taxis. Ce que j’ai tĂ©moignĂ© comme service de la part du peuple de Dieu, transportant des boĂźtes dans le mĂ©tro pour remplir les nombreux distributeurs (ce faisant, payant leur propre tarif), est aussi un tĂ©moignage pour l’organisation et sous la supervision et le gouvernement qui ne peut pas ĂȘtre oubliĂ©.

Ce genre d’effort Ă©tait actif continuellement avec tout ce que l’Église et l’Oeuvre entreprenaient, à travers le monde entier, à travers les dĂ©cennies, lorsque le gouvernement de Dieu Ă©tait en place.

FĂȘtes des Tabernacles

Aussi dirigĂ©es à partir du QG, et à un moindre degrĂ©, des bureaux rĂ©gionaux internationaux, les FĂȘtes des Tabernacles furent peut-ĂȘtre le seul plus grand Ă©vĂšnement qui dĂ©montrait l’efficacitĂ© et la force du gouvernement de Dieu en action à travers le globe. Un dĂ©partement en entier Ă©tait nĂ©cessaire pour planifier la FĂȘte, et il y passait l’annĂ©e entiĂšre, ne faisant rien d’autre. Avec le temps, cette assemblĂ©e commandĂ©e de huit jours a revĂȘtu le titre de “plus grande convention multi-sites sans parallĂšle sur terre.” De toute Ă©vidence, ça parle par soi-mĂȘme, mais cela ne dit pas la plus importante histoire.

Le fonctionnement en douceur de ce qui devint plus de 120 sites, avec une participation variant entre 100 jusqu’à 15,000 personnes, Ă©tait une lĂ©gende. Les Chambres de Commerce Locales Ă©taient invariablement laissĂ©es dans un Ă©tonnement incrĂ©dule à “ces bizarres personnes de l’Église Universelle de Dieu.” Elles virent des enfants respectueux et bien Ă©duquĂ©s (une autre facette du gouvernement de Dieu en action), peu ou pas de bruits dans les motels et hĂŽtels, de la propretĂ© sur les sites, des faces souriantes et heureuses dans les restaurants, et aussi quelquefois dans les embouteillages entrant et sortant des stationnements, et beaucoup plus.

La dĂ©claration d’un leader d’une Chambre au Canada dit tout, et commença à ĂȘtre un adage souvent mentionnĂ© dans l’Église pour des annĂ©es: “Comment est-ce que de si gentilles personnes croient de telles doctrines?” L’Église ne pouvait pas faire apprĂ©cier aux communautĂ©s locales nos enseignements, mais les exemples que cela produisaient, ce qu’elles pouvaient observer, Ă©tait extraordinaire et rĂ©ellement apprĂ©ciĂ©, et attribuable au gouvernement de Dieu à l’Ɠuvre à chaque site de FĂȘte.

Bien sĂ»r, toutes les choses qui survenaient aux FĂȘtes, que ce soient les activitĂ©s pour les cĂ©libataires et les gens ĂągĂ©s, l’activitĂ© familiale, les pratiques de la chorale, le dĂ©partement des rĂ©unions, les services, les voyages touristiques, etc. reflĂ©taient les mĂȘmes choses à l’intĂ©rieur que les responsables locaux et les citoyens voyaient de l’extĂ©rieur. Tout cela dĂ©coulait directement d’une Église qui pratiquait une forme trĂšs spĂ©cifique, un design rĂ©vĂ©lĂ© de gouvernement, une, qui visiblement ne rencontrait jamais d’obstacles, ou de difficultĂ©s qui ne pouvaient ĂȘtre surmontĂ©es ou vaincues, peu importe leur dĂ©fi, et peu importe le nombre de personnes inculquĂ©es, voir des centaines ou des milliers de gens.

Trois CollĂšges Ambassadeur et Écoles ImpĂ©riales

Aussi, insĂ©parables du QG et d’un bureau rĂ©gional international, il y avait trois collĂšges d’art libĂ©ral (à Pasadena, en Californie, à Bricketwood, à l’extĂ©rieur de Londres, en Angleterre, et à Big Sandy, au Texas), ces trois collĂšges donnĂšrent plusieurs milliers d’étudiants avec les annĂ©es, et une Ă©ducation sans pareille disponible sur terre.

Chacun des campus avait ses propres caractĂ©ristiques, sa propre “personnalitĂ©â€, mais ce qu’ils produisaient Ă©tait le mĂȘme produit fini: des gens de forts caractĂšres divins et justes, et avec de bons buts et objectifs, qui avaient appris à mettre les voies de Dieu en action. Je le sais, j’ai moi-mĂȘme participĂ© à un campus, ma dĂ©funte Ă©pouse a participĂ© à un autre aussi (actuellement deux), et plusieurs membres de la famille participĂšrent au troisiĂšme. Des vices-chanceliers (sous le chef-Chancelier M. Armstrong), aux doyens, aux greffiers, aux chefs de dĂ©partements, aux professeurs, aux officiers des Ă©tudiants, et aux moniteurs des dortoirs, et à tous les employĂ©s qui y Ă©taient attachĂ©s, ces magnifiques et extraordinaires collĂšges bien entretenus, Ă©taient des exemples d’harmonie, de paix, d’unitĂ©, et d’apprentissage!

La devise du collĂšge Ă©tait: “Nous enseignons aux Ă©tudiants comment vivre, pas juste comment gagner sa vie.” Ils vivaient à la hauteur de leur devise.

La vie sur le campus Ă©tait trĂšs occupĂ©e. Des structures de base et diffĂ©rentes routines importantes gouvernaient la vie des Ă©tudiants. Tout le monde comprenait qu’il y avait des rĂšgles qui devaient ĂȘtre observĂ©es, et la grande majoritĂ© des Ă©tudiants n’essayaient pas de les contourner.

Une particularitĂ© de l’environnement “le chaudron à pression” (comme c’était appelĂ©) et qui avait Ă©tĂ© dĂ©signĂ© pour dĂ©velopper de forts leaders, pour cette raison les collĂšges Ă©taient aussi rĂ©fĂ©rĂ©s comme “le West Point (le summum) de l’Oeuvre de Dieu”, signifiait que presque chaque Ă©tudiant travaillait 20 heures par semaines en plus des classes et des clubs rĂ©guliers. Il y avait des clubs d’orateurs, des clubs de leadership et des clubs de diction, des chorales et des orchestres, aussi qu’une armĂ©e de diffĂ©rentes activitĂ©s sportives, culturelles et d’évĂšnements. Mais il y avait aussi beaucoup d’activitĂ©s sociales, et cela incluait des sorties d’étudiants à la plage, de danse et de sorties aux restaurants, aussi bien que de frĂ©quentations chrĂ©tiennes rĂ©guliĂšres. Les Ă©tudiants Ă©taient enseignĂ©s que “le vrai plaisir est celui qui l’est encore le jour d’aprĂšs.”

Sur l’une des entrĂ©es du «Ambassador Hall», il y avait ces mots incrustĂ©s dans le bĂ©ton au haut de la porte: “THE WORD OF DIEU IS THE FOUNDATION OF KNOWLEDGE (La Parole de Dieu est le Fondement de la Connaissance).” MĂȘme si les collĂšges Ambassador n’ont jamais Ă©tĂ© des “Bible colleges (collĂšges bibliques)”, ils offraient des arts libĂ©raux, la Parole de Dieu gouvernait la vie du campus et le tout important curriculum d’études. Chaque Ă©tudiant comprenait que le gouvernement de Dieu rĂ©glait tous les aspects de la vie dans les collĂšges.

Il y avait aussi les “Imperial Schools (Écoles impĂ©riales)”, de la maternelle au secondaire, qui Ă©taient adjacentes aux campus. Ces Ă©coles servaient spĂ©cialement à Ă©duquer/instruire les enfants des employĂ©s de la facultĂ© et des frĂšres de la rĂ©gion qui pouvaient y participer. Ces Ă©coles Ă©taient similaires en plus petites versions des collĂšges, excepter que les Ă©tudiants Ă©taient plus jeunes et pas encore convertis.

Bien sĂ»r, rien n’est parfait dans cette vie, et ces institutions n’en Ă©taient pas des exceptions, ni ces collĂšges ou ces Ă©coles impĂ©riales, mais ils avaient du succĂšs dans le sens le plus vrai. Les campus Ambassador spĂ©cialement à Pasadena, mais aussi au Texas, Ă©taient consistamment choisis comme les plus beaux campus en AmĂ©rique (quelques-uns dirent que celui de Bricketwood Ă©tait le plus beau de tous), gagnant une rĂ©compense nationale spĂ©ciale assez souvent que les rĂšglements avaient besoin d’ĂȘtre changĂ©s par le comitĂ© des juges pour interdire à “l’Ambassador College de gagner à chaque annĂ©e.”

Avec la façon de vivre qu’elle enseignait, l’Église avait dĂ©jà compris que ces trois magnifiques collĂšges Ă©taient des tĂ©moignages en eux-mĂȘmes du merveilleux gouvernement de Dieu en action. Ce n’est pas un effort de dire ce que l’Église entiĂšre pensait de ce que ces trois campus reflĂ©taient comme une miniature du rĂšgne millĂ©nial de Christ avec tous les saints. Un regard à n’importe quel Envoy (le magnifique recueil annuel) trompette ce message.

Unité Pastorale autour du monde

Une prĂ©cision harmonieuse Ă©tait visible dans l’Église autour du monde. “La dĂ©cence et l’ordre” dans les congrĂ©gations locales commençaient avec les services de Sabbat, qui Ă©taient conduits exactement de la mĂȘme maniĂšre partout. Des chefs de cantiques aux sermons et aux sermonettes, des annonces aux musiques spĂ©ciales, de la priĂšre d’ouverture à la priĂšre de fermeture, la pĂ©riode de deux heures Ă©tait entiĂšrement une fonction de gouvernement en action. Ce modĂšle n’a pas variĂ© depuis l’apostasie.

La Bible ne parle pas de format spĂ©cifique pour ces choses, c’était le gouvernement qui donna à l’Église une grande variĂ©tĂ© de traditions (II Thes. 2:15; 3:6) qui gouvernaient toutes les 868 congrĂ©gations (le nombre au zĂ©nith de l’Église) en harmonie complĂšte. Quelqu’un pouvait assister à Des Moines, Iowa, à Sydney, Australia, à Londres, Angleterre, à Manille, Philippines, à Johannesburg, Afrique du Sud, à Santiago, Chili, à Paris, France ou à Bonn, Allemagne, avec le langage diffĂ©rent inhĂ©rent au pays, et ont trouvĂ© le mĂȘme modĂšle, et le mĂȘme Esprit, prĂ©sent! (Bien sĂ»r, les Ă©tudes bibliques autour du monde suivaient le mĂȘme modĂšle prescrit, d’un format de 90 minutes.)

Il y avait 1,855 ministres et anciens dans l’Église lorsque je fus remerciĂ© en Mars 1993. Cette hiĂ©rarchie administratrice bien organisĂ©e avec des milliers de diacres et de diaconesses servaient les congrĂ©gations locales autour du monde que chaque membre et certainement chaque personne ordonnĂ©e de cette pĂ©riode se rappellerait. GĂ©nĂ©ralement parlant, chaque ministre, ancien et diacre et diaconesse connaissait sa responsabilitĂ© et son poste, incluant toutes les responsabilitĂ©s spĂ©cifiques pour lesquelles il (elle) avait Ă©tĂ© formĂ© et ordonnĂ©. Par exemple, l’offrande ramassĂ©e lors d’un Jour Saint Ă©tait postĂ©e selon les instructions à un moment spĂ©cifique la mĂȘme maniĂšre partout à travers le monde.

Une telle obĂ©issance et zĂšle s’appliquaient sur tout.

Tellement


Cette unitĂ© de but et de pratique se traduisaient dans d’autres programmes rĂ©guliers et d’activitĂ©s dans chaque congrĂ©gation locale et Pastorale. DĂ©taillons les plus importants (programmes).

Dans le milieu et la fin des annĂ©es 1950, les Clubs d’Orateurs locaux commencĂšrent à apparaĂźtre dans chaque congrĂ©gation de toutes grosseurs. C’étaient des Clubs hautement structurĂ©s sur l’art de la parole et du dĂ©veloppement du leadership qui Ă©ventuellement produisit un grand nombre de diacres, d’anciens, et mĂȘme quelques-uns devinrent pasteurs d’Églises aprĂšs un an passĂ© à l’«Ambassador College». Cinq officiels sous un directeur et quelquefois un assistant directeur conduisait chacun de ces Clubs contenant jusqu’à 30 membres. Tout le dĂ©roulement, de l’animateur du Club au prĂ©sentateur des sujets, aux orateurs et aux Ă©valuateurs, jusqu’à l’évaluateur gĂ©nĂ©ral, tout Ă©tait une prĂ©cision et un ordre dans le vrai sens du terme. Un des premiers buts du Club Ă©tait dĂ©clarĂ© dans le manuel: “Le troisiĂšme but primordial de ce Club d’Orateurs est de dĂ©montrer aux membres le gouvernement de Dieu en action.” Combien d’hommes ont appris cela, et combien s’en souviennent? (Bien sĂ»r, quelques rĂ©gions Ă©taient capables d’avoir des Clubs de Femmes de diffĂ©rents formats, mais toujours dirigĂ© par le ministĂšre, mais ils n’étaient pas nombreux.)

Chaque congrĂ©gation tenait des activitĂ©s sociales pĂ©riodiques, de diffĂ©rentes sortes. Chacune d’elles demandait de la planification, de l’organisation, de la communication et une structure et les dĂ©tails n’étaient pas laissĂ©s au hasard. Il y avait des pique-niques, des danses formelles, des activitĂ©s hivernales, des sorties touristiques et de visites à des sites intĂ©ressants, des activitĂ©s pour les cĂ©libataires et les gens plus ĂągĂ©s. Il y avait aussi toutes sortes d’activitĂ©s et d’évĂšnements sportifs (incluant surtout les adolescents), de la balle-molle, du ballon-panier, du volleyball, du golf, du hockey et des courses à obstacles (haies), et quelques plus gros Pastorats Ă©taient capable de soutenir des tournois qui Ă©taient toujours des occasions merveilleuses dans le calendrier. Cela Ă©tait le cas avant que la conduite ne dĂ©gĂ©nĂšre dans toute l’Église, en une image qui en vint à miroiter ce qui Ă©tait dans les Ă©glises de ce monde. Certaines personnes Ă©taient toujours en charge sous le ministĂšre, d’autres assistaient. Tous ceux engagĂ©s avec des activitĂ©s reconnaissaient qu’ils avaient la responsabilitĂ© de bien la remplir pour en assurer le succĂšs en servant le peuple de Dieu, et en le pourvoyant d’une fraternisation heureuse et satisfaisante.

Commençant dans les annĂ©es 1970 et s’étendant au dĂ©but des annĂ©es 1980, les adolescents (Youth Opportunities United ou Y.O.U.) et d’ñge scolaire (Youth Educational Services ou Y.E.S.) des classes et des activitĂ©s furent Ă©tablies autour du monde. Mais elles dĂ©gĂ©nĂ©rĂšrent dans les derniĂšres annĂ©es en des services de garderies de jour, pendant quelques annĂ©es ensuite. C’était des programmes dispendieux, et ces classes et activitĂ©s contenaient plusieurs Ă©lĂ©ments dĂ©signĂ©s à enseigner à la jeunesse de Dieu Ses voies de vivre. Lorsque les parents et les pasteurs les prirent sĂ©rieusement, et cela se tiĂ©dit dans l’apostasie, le fruit Ă©tait bon.

Il y avait aussi les camps d’étĂ©, les joyeux et heureux camps d’étĂ© (Summer Education Program ou “S.E.P.”) desquels d’inoubliables souvenirs furent crĂ©Ă©s. Ils Ă©taient aussi une partie vitale du dĂ©veloppement et de l’entraĂźnement de la jeunesse de Dieu, et il y en avait à travers le monde entier. J’ai enseignĂ© la natation dans plusieurs de ces camps, commençant en 1968 (Orr, Minnesota), et continuant dans les annĂ©es 1980, et jusqu’aux annĂ©es 1990 dans un des groupes dissidents.

J’ai vu leurs fruits, et aussi que là oĂč le gouvernement de Dieu change, les comportements aussi.

Encore plus


Plusieurs Pastorats avaient des chorales, quelquefois plusieurs, lorsqu’il y avait une chorale Y.O.U. et/ou Y.E.S. (nous avions actuellement 99 enfants sur la scĂšne à un moment donnĂ© à notre chorale Y.E.S. de Buffalo, New York). Toutes ces chorales, mais spĂ©cialement celles des adultes, Ă©taient de merveilleuses bĂ©nĂ©dictions que le gouvernement de Dieu apportait aux congrĂ©gations locales qui devaient ĂȘtre vues pour ĂȘtre apprĂ©ciĂ©es.

Toutes les activitĂ©s locales et les programmes dĂ©crits ici, en plus de quelques autres (exceptĂ©, bien sĂ»r, le S.E.P.), devaient ĂȘtre payĂ©s presqu’exclusivement au niveau local. Cela signifiait des activitĂ©s de soulĂšvement de fonds hautement et trĂšs bien organisĂ©es qui Ă©taient communes à chaque Pastorat. Des idĂ©es Ă©taient discutĂ©es, des plans Ă©taient faits, des personnes accomplissaient le travail, les fonds Ă©taient assemblĂ©s, les budgets Ă©taient Ă©tablis, et une armĂ©e d’activitĂ©s merveilleuses et positives Ă©taient le rĂ©sultat. Occasionnellement, cela incluait de gĂ©nĂ©reuses contributions envoyĂ©es au QG afin que l’Oeuvre de Dieu puisse s’étendre. Aussi, les idĂ©es les plus crĂ©atrices et productrices Ă©taient souvent partagĂ©es à travers l’Église, et cela promouvait un sentiment d’harmonie et d’unitĂ©.

La section des “congrĂ©gations” ne serait pas complĂšte sans au moins mentionner qu’à l’intĂ©rieur de l’Église l’unitĂ© familiale elle-mĂȘme, reprĂ©sentant des milliers de reprĂ©sentations miniatures du gouvernement de Dieu, devint le plus grand tĂ©moignage de ce que ce gouvernement devait ressembler. Avant que la “libĂ©ration de la femme” arrive parmi le peuple de Dieu, tout le monde reconnaissait l’irrĂ©prochable Ă©vidence d’ÉphĂ©siens 5:22-28, particuliĂšrement les verstes 22 à 24 au sujet de Christ, de l’Église, des maris et des Ă©pouses, et cela Ă©tait la plus forte dĂ©claration dĂ©montrant comment le gouvernement de Dieu travaillait du haut en bas, commençant dans les familles. Aucun mariage et aucune famille n’était parfait. Mais c’était le point. Tous apprenaient à pratiquer le gouvernement de Dieu à l’intĂ©rieur du foyer.

Évidemment, pas tous les pasteurs n’étaient efficaces à l’organisation et à la planification. Par consĂ©quent, pas tous les Pastorats ne dĂ©montraient des fruits au mĂȘme degrĂ©. Des diffĂ©rences naturelles existaient, incluant la grosseur. Grosso modo, il y avait de la symĂ©trie, de la prĂ©cision et de l’harmonie organisationnelle comme nulle part sur terre. Aucune Ă©glise de ce monde, celles construites par les hommes et conduites par leurs gouvernements, ne rivalisaient avec ce qui Ă©tait expĂ©rimentĂ© dans l’Église Universelle de Dieu avant que M. Armstrong meurt.

Mais l’Église Universelle de Dieu n’était pas construite par des hommes ou des groupes d’hommes, et elle n’était pas conduite par un gouvernement d’hommes. Cela Ă©tait l’Église que le Christ construisit (Matt. 16:18), et est encore en train de construire (Éph. 2:20-21; 4:16; I Cor. 3:9; 12:13; I Pierre. 2:5), et qu’Il est encore en train de conduire (Éph. 1:22-23; Col. 1:18)!

Comment cela s’est dĂ©veloppĂ©

La croissance systĂ©matique et le dĂ©veloppement interne de l’Église Universelle de Dieu durant les annĂ©es Ă©taient une autre histoire en soi. La description spĂ©ciale dont vous venez de voir prĂ©sente un puissant visuel d’un QG qui devait ĂȘtre vu pour ĂȘtre vĂ©ritablement apprĂ©ciĂ©. Mais mĂȘme une plus grande vue gĂ©nĂ©rale de l’Église n’est pas encore complĂšte jusqu’à ce que le processus de croissance et de dĂ©veloppement n’y soit rĂ©fĂ©rĂ©.

Les dĂ©partements apparaissaient rĂ©guliĂšrement suivis de sections à l’intĂ©rieur d’eux. Les dĂ©partements se sĂ©paraient, suivis de nouvelles sections (voir les diagrammes et organigrammes de WCG). Ces divisions crĂ©aient alors d’autres sous-divisions de plusieurs dĂ©partements. Ce modĂšle d’expansion se rĂ©pliquait par lui-mĂȘme encore et encore comme l’Église de Dieu et l’Oeuvre grandissaient et qui n’avait jamais Ă©tĂ© vu auparavant dans l’histoire de l’Église.

Un apĂŽtre Ă©tait en place. Il y avait des Ă©vangĂ©listes, des pasteurs, des anciens locaux, des anciens prĂ©dicateurs, des diacres, des diaconesses, des administrateurs à chaque niveau, une assemblĂ©e du comitĂ© des anciens pendant les derniĂšres annĂ©es, et mĂȘme un programme de visite du QG pour ses cinq congrĂ©gations, et ses 5,500 frĂšres (incluant les Ă©tudiants) juste dans le bassin de Los Angeles. Il y avait un bureau des directeurs pour l’Église, les collĂšges, et le «Ambassador International Cultural Foundation (A.I.C.F) (la Fondation Culturelle de l’Ambassador International).

MĂȘme s’il y avait d’éventuels accrochages ou problĂšmes, je rĂ©pĂšte ici que Pollyanna n’a pas Ă©crit cette description, l’état constant de transition dans l’Église et dans l’ƒuvre ne l’a jamais “dĂ©stabilisĂ©e” au point d’ĂȘtre renversĂ©e, et aussi facilement.

Tout cela découlant du plus grand point de doctrine


Un extraordinaire mécanisme saisi par les ennemis de Dieu

Tout ce que vous avez lu et bien plus, origine de, et fut rendu possible par, un QG centralisĂ© qui opĂ©rait merveilleusement et efficacement parce qu’il ne dĂ©viait pas du modĂšle d’avant l’apostasie, mais aprĂšs, les ennemis de Dieu, furent capables de capturer ce merveilleux mĂ©canisme pour terrifier, brutaliser, confondre et dĂ©cevoir les membres et les ministres de l’Église qui en avaient confiance, ce n’était pas une faute, ou une reconnaissance de culpabilitĂ© dans le systĂšme, ou de M. Armstrong qui l’enseignait ou qui l’employait (ce mĂ©canisme). Ce fut la faute de ces faux leaders, et à un grand degrĂ©, à tous les nombreux ministres sĂ©niors qui semblaient grandement dĂ©sagrĂ©er avec les nouveaux leaders, mais qui n’ont offerts, presqu’aucune rĂ©sistance parce qu’ils avaient peur de confronter ceux qui signaient leur chĂšque de paie, jusqu’à ce que ces chĂšques de paie furent suspendus, mais il Ă©tait trop tard.

Personne ne reconnaĂźt que c’est la faute du Sabbat parce que les gens le brise et l’abuse. Personne ne blĂąme les lois bibliques sur les dimes parce que quelques-uns ne les appliquent pas. Personne ne blĂąme les Jours Saints de Dieu parce que quelques-uns sont ivres à la FĂȘte ou sont nĂ©gligents dans leurs offrandes. Dans chaque cas, le problĂšme, ce sont les gens, pas les doctrines. Pourquoi alors, le “gouvernement” reçoit le blĂąme au lieu des loups qui l’ont saisi?

La plus grande faute

Toutefois, comprenez cela. Le vĂ©ritable plus grand problĂšme dans cette saisie avec les dizaines de milliers de frĂšres qui, peu diffĂ©rents des Catholiques, en Ă©taient venus à inconsciemment se concentrer presque entiĂšrement sur l’obĂ©issance au “gouvernement,” en d’autres mots, sur ce qu’ils en sont inconsciemment venus à se concentrer« par acquis» à ce qui Ă©tait encore le gouvernement de Dieu. Une vaste quantitĂ© de frĂšres oubliĂšrent de rester concentrĂ© sur toutes les nombreuses autres vĂ©ritĂ©s doctrinales que le vĂ©ritable gouvernement Ă©tait supposĂ© soutenir, qui actuellement en grande partie existaient, pour que l’administration à Pasadena retienne le gouvernement de Dieu. Au contraire, ils se concentrĂšrent sur ce qui est devenu la structure humaine, une sorte d’aura lumineuse de ce gouvernement, et dont le Christ ne pouvait plus diriger par ce que ceux qui le dirigeaient s’étaient rebellĂ©s! La plupart des gens n’avaient aucune comprĂ©hension et peu d’intĂ©rĂȘt qu’Il avait Ă©tĂ© rejetĂ©/Ă©jectĂ© comme Chef.

Avec le vĂ©ritable JĂ©sus Christ hors de la photo, l’ayant remplacĂ© par un “autre JĂ©sus” (II Cor. 11:3-4) et les doctrines de ce “JĂ©sus’”, toute cette Ă©tonnante paix, cette harmonie, cette unitĂ©, cet agrĂ©ment, cette entente, cette productivitĂ© et le merveilleux fruit du gouvernement de Dieu Ă©ventuellement disparu, complĂštement dĂ©truit. Ce qui a remplacĂ© ce gouvernement, et tous ses extraordinaires fruits, à travers tous les dissidents (sous toutes leurs formes) Ă©tait quelque chose de complĂštement diffĂ©rent


Chapitre Trois – LES DISSIDENTS DANS LE CHAOS

L’introduction nous a avertis qu’il n’y aurait aucun punch. Cette dĂ©claration commence sĂ©rieusement maintenant, et signifie que cela doit ĂȘtre le chapitre le plus gros, le plus tranchant, du livre. S’il Ă©tait Ă©crit d’un “ton doux”, il ne rendrait jamais justice à la terrible confusion qui est l’état des affaires dont plusieurs assument actuellement et pensent de ce qu’est la vĂ©ritable Église de Christ aujourd’hui.

L’image dans les groupes dissidents est austĂšre et laide, ainsi que sa “rĂ©flexion” doit ĂȘtre graphique. Elle sera aussi prĂ©cise. ConsĂ©quemment, vous ĂȘtes avertis contre ce qui va suivre n’épargnera pas. Et reconnaissez qu’il n’y a simplement aucune façon d’éviter de s’adresser au “gouvernement” dans les groupes des dissidents et des groupuscules sans discuter et de se concentrer sur leurs leaders. Cela arrivera dans ce chapitre et dans le prochain, et aussi dans un autre plus tard. Et cela arrivera dans un contexte entiĂšrement diffĂ©rent et inattendu.

Cela ne signifie pas que le livre doit s’engager dans le meurtre ou l’assassination des caractĂšres ou la discrĂ©ditation des diffĂ©rents leaders ou des ministres d’une maniĂšre personnelle, d’une maniĂšre dont les politiciens ont, pour discrĂ©diter leurs opposants en leur criant des noms et les injuriant. Vous verrez que cela ne sera pas nĂ©cessaire, de toute façon, parce que ces hommes ont assez fait de dommages par eux-mĂȘmes, et en public, que leurs fruits seront vus sans avoir à les injurier ou discrĂ©diter.

Ce qui semblera occasionnellement ĂȘtre de la moquerie est employĂ© quelquefois pour d’importantes emphases en quelques endroits de ce livre. Rappelez-vous le prophĂšte Élie, et combien il savait que les prophĂštes de Baal mĂ©ritaient d’ĂȘtre moquĂ©s/ridiculisĂ©s. Si vous ressentez un certain ton sarcastique dans ce chapitre ou ailleurs, reconnaissez que ces organisations se sont effectivement moquĂ©es d’elles-mĂȘmes, et encore, en public.

Fraude spirituelle

La majoritĂ© des gens sont, et certainement chacun des Ă©tudiants en loi est, familier avec le crime connu comme la fraude. En bref, c’est une action dans laquelle une forme de dĂ©ception est dĂ©libĂ©rĂ©ment perpĂ©trĂ©e sur une victime qui ne soupçonnait pas dans le but de subtiliser et/ou voler quelque chose. Dans le monde, la fraude requiĂšre une trĂšs bonne quantitĂ© de confiance. Souvent, d’incroyables audacieux faux-artistes, des hommes de “con” (fiance), dĂ©signĂšrent un scĂ©nario habituellement extrĂȘmement compliquĂ©. Ce crime demande plus de prĂ©voyance et peut inclure de la sophistication complexe et Ă©tonnante. Le jury qui entend de tels cas doit porter une attention stricte. Il ne peut y avoir de rĂȘveries, ou la valeur des Ă©vidences sera perdue.

Dans le cas prĂ©sentĂ© ici, la fraude, et vous verrez les mĂ©thodes dans lesquelles elle est employĂ©e, est commise dans le nom de Dieu, l’Église et la vĂ©ritĂ©, et le but Ă©tait de voler les dimes et le peuple de Dieu (II Pierre 2:1-3). Dans le monde, ceux qui sont accusĂ©s de ce crime, habituellement vont en prison. Bien sĂ»r, cela n’arrive pas avec Son Église et parmi Son peuple. Par consĂ©quent, le coupable doit ĂȘtre dĂ©couvert et neutralisĂ© par d’autres moyens.

Ne vous faites pas d’illusions. Ce qui est prĂ©sentement offert, comme dans un forfait, aujourd’hui comme Ă©tant le “gouvernement de Dieu” (et dans une multitude d’enveloppement) à des milliers de membres dissidents insouciants constitue de la fraude spirituelle. Et vous verrez que la fraude est claire!

Acquitté ou coupable!

Le but d’un procureur dans une court criminelle est de prouver son cas contre le dĂ©fendant accusĂ©. Son rĂŽle est de prĂ©senter les faits, l ’évidence, d’une maniĂšre irrĂ©prochable/hermĂ©tique. Les jurĂ©s ont aussi un rĂŽle. Ils doivent ĂȘtre capables de reconnaitre/discerner ce qu’ils entendent et de rendre le bon verdict.

J’ ai les mĂȘmes responsabilitĂ©s que le procureur. Mon but est de prĂ©senter le “cas” à travers le livre, pareillement, de le rendre hermĂ©tique, et vous venez de voir “l’argument d’ouverture”.

En lisant ce livre, vous avez choisi de vous asseoir dans la boĂźte des jurĂ©s. Cela signifie que vous devez Ă©couter comme un jurĂ© objectif, acceptant seulement les faits, l’évidence et la preuve. Si je peux ĂȘtre dramatique, votre rĂŽle est de recevoir les faits jusqu’au bout, jusqu’à la “dĂ©libĂ©ration finale”. À un certain point, chaque jurĂ© est requis de dĂ©cider soit pour la culpabilitĂ© ou l’innocence. Si vous restez objectif, et que vous puissiez Ă©voluer à travers les manƓuvres giratoires des “avocats de la dĂ©fense” dissidents, vous pourrez voir leurs prĂ©sentations discrĂ©diter chacune des rĂšgles de l’évidence, et le cas pour la dĂ©fense est chancelant.

Ne vous mĂ©prenez pas! Ce procĂšs a une plus grande importance pour vous que pour des jurĂ©s ordinaires. Vous avez un intĂ©rĂȘt personnel dans le rĂ©sultat. Si vous ignorez les faits et dĂ©cidez le mauvais choix, et les jurĂ©s se fourvoient souvent, vous serez tenus responsables par Dieu, la court du ciel! Et il y aura des consĂ©quences pour vous dans les prochaines annĂ©es justes en avant!

Vous ĂȘtes exhortĂ©s à porter une attention trĂšs stricte à tous les faits prĂ©sentĂ©s.

Le destructeur

Satan est dĂ©crit dans la Parole de Dieu d’une variĂ©tĂ© de maniĂšres, par l’emploi de termes descriptifs diffĂ©rents: “trompeur,” “lion rugissant,” “prince de ce monde,” “prince de la puissance de l’air,” “dieu de ce monde,” “sĂ©ducteur,” “accusateur des frĂšres,” “meurtrier originel,” et “pĂšre du mensonge,” entre autres. Mais le terme le plus descriptif qui lui convient est: “destructeur.”

Voyons pourquoi.

Apocalypse 9:11 fait rĂ©fĂ©rence à Satan employant l’hĂ©breu (Abaddon) et le grec (Apollyon) pour son rĂŽle comme “le destructeur.” En vĂ©ritĂ©, la plus grande Ă©vidence que Satan est prĂ©sent dans toutes les affaires, autant dans le monde que dans l’Église, est que quelque chose fut dĂ©truit. Quelque chose fut sĂ©vĂšrement endommagĂ© ou ruinĂ©/dĂ©truit. Cela pouvait ĂȘtre la vie des gens, les amitiĂ©s, les familles, les organisations, les programmes, d’importants projets dont les mauvaises attitudes ne les amenaient à rien, les sports ou les Ă©quipes athlĂ©tiques, les compagnies et mĂȘme les pays. Il pourrait ĂȘtre dit aussi que le niveau de destruction dans une situation est directement proportionnel à la quantitĂ© d’empreintes du diable qui peuvent ĂȘtre trouvĂ©es dans le dĂ©sastre.

Jean 10 dĂ©crit des “loups,” des â€œĂ©trangers,” des “mercenaires” et des “voleurs” à l’Ɠuvre parmi le peuple de Dieu. Le chapitre parle aussi du “portier” (fidĂšle administrateur) qui ne laisse seulement le “Berger” (JĂ©sus Christ) entrer parmi les “brebis” pour fraterniser avec elles et les conduire en sĂ©curitĂ© lorsque cela est nĂ©cessaire. Au verset 11, JĂ©sus est aussi appelĂ© le “Bon Berger” qui protĂšgera Ses brebis des loups et des Ă©trangers, à la condition qu’elles reconnaissent “Sa voix”. Mettant ensemble Jean 10:4 et 27, avec 18:37, clarifie que la voix est la voix de “la vĂ©ritĂ©â€, ou la vĂ©ritable doctrine.

Le verset 10 prĂ©sente l’instruction de JĂ©sus à Son peuple regardant comment reconnaitre qu’un Ă©tranger, ou un loup, ou un voleur a pĂ©nĂ©trĂ© dans la bergerie. La deuxiĂšme partie de cette Ă©criture est plus familiĂšre, et la partie habituellement citĂ©e est oubliĂ©e: “Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.”

Bien que cette partie du verset soit inspirante, il y a un autre Ă©lĂ©ment trĂšs crucial du passage à considĂ©rer. Ce qui fait de cette deuxiĂšme partie de ce verset notre attention ici, et qui est beaucoup plus puissante en signification aujourd’hui est que le lecteur aurait lu premiĂšrement la premiĂšre partie, et qui Ă©tabli cette promesse: “Le voleur ne vient que pour dĂ©rober, Ă©gorger et dĂ©truire”.

Comment savoir

RĂ©sumons cela dans le contexte. Lorsque les choses vont doucement, et que de bons fruits, de la paix, de l’harmonie, de la production, de l’abondance et que du vĂ©ritable succĂšs sont visibles, Ă©vidents et abondants avec l’Église, Christ, le Bon Berger, et Son gouvernement sont prĂ©sents et Il dirige et conduit. Mais, lorsque ces choses sont absentes, et qu’elles ont Ă©tĂ© remplacĂ©es par de la division, de la compĂ©tition, de l’accusation, des sĂ©parations et le chaos, de mauvais fruits, et sur une grande Ă©chelle, il devrait ĂȘtre Ă©vident que le destructeur est prĂ©sent! Et qu’il se prĂ©sente sous la forme d’un “voleur” dont le jeu est la fraude.

Les ChrĂ©tiens sont supposĂ©s ĂȘtre sur leurs gardes et reconnaitre, et discerner ces diffĂ©rences (HĂ©b. 5:13-14). Mais la majoritĂ© aujourd’hui ne fait pas cette connection. Ils sont devenus des jurĂ©s paresseux, dĂ©sintĂ©ressĂ©s.

Le nombre toujours croissant des groupes dissidents et des groupuscules qui Ă©mergĂšrent aprĂšs l’effondrement et la destruction de l’Église Universelle de Dieu reprĂ©sentent une image de la confusion et de la dĂ©vastation qui rĂšgnent aussi dans ces groupes comme cela l’a Ă©tĂ© dans WCG. La majoritĂ© de ce qui Ă©tait dĂ©crit dans le chapitre prĂ©cĂ©dent a Ă©tĂ© remplacĂ© par quelque chose de complĂštement non-reconnaissable pour ceux qui cherchent les fruits du gouvernement de Dieu. Plusieurs personnes croient encore que le gouvernement de Dieu est à l’Ɠuvre quelque part, mais de plus en plus d’elles concluent que ça ne peut ĂȘtre dans leur groupe dissident.

Les chapitres qui suivent ne peuvent ĂȘtre apprĂ©ciĂ©s sans premiĂšrement examiner le naufrage en entier, la vĂ©ritable terrible destruction, se dĂ©guisant comme Ă©tant le gouvernement sous l’autoritĂ© de Dieu à travers tous les groupes dissidents. Nulle part dans leurs faux enseignements, qui augmentent continuellement en nombre, sont les empreintes les plus Ă©videntes du destructeur que dans la photographie kalĂ©idoscopique de la terrible destruction apparente dans la totalitĂ© des formes altĂ©rĂ©es de gouvernance humaine trouvĂ©e parmi ces groupes. Vous devez en venir à saisir, comprendre la confusion collective dans ces organisations qui a supplantĂ© l’harmonie dĂ©crite au Chapitre Deux, dĂ©crivant le milieu des annĂ©es 1980 et avant.

Le contraste entre ce que plusieurs supposent ĂȘtre “l’Église” du 21Ăšme siĂšcle et l’Église de Dieu du 20Ăšme siĂšcle avant 1986 est morne, dĂ©solĂ©!

Seulement par un examen profond

Examinons ces diffĂ©rences en dĂ©tail. Nous jetterons un regard à un certain nombre des plus gros groupes dissidents, aussi bien qu’aux plus gros des groupuscules. Chacun racontera sa propre histoire. Parce que chacun des groupes semble avoir dĂ©veloppĂ© sa propre “thĂ©ologie”, et souvent, “sur le moment” selon le besoin, pour justifier ce qu’il fait. Ensemble, avec les plus rĂ©centes tendances dans la pensĂ©e et l’approche parmi les indĂ©pendants inclut, ils racontent une plus grande histoire. Ce chapitre alors, est nĂ©cessairement direct. Comme pour les paragraphes l’introduisant, le reste ne rĂ©vĂšlera aucune surprise, et il n’y a aucun essai qui a Ă©tĂ© fait pour cacher ou couvrir les organisations ou les groupes dĂ©crits!

Le lecteur devrait comprendre que je ferai pĂ©riodiquement des rĂ©fĂ©rences aux erreurs de pensĂ©es et d’enseignements, quelquefois trĂšs sĂ©rieuses. Mais cela, actuellement ne sera pas, ne peut pas ĂȘtre dĂ©montrĂ© comme tel, jusqu’à ce que dans les chapitres plus loin, ne soit prĂ©sentĂ© une preuve à savoir comment exactement, de quelle maniĂšre, ces erreurs diffĂšrent dans l’administration et la pratique de l’Église avant 1986. Par consĂ©quent, acceptez que, dans quelques cas, cela ne sera pas pleinement compris pourquoi ces choses sont mauvaises jusqu’à ce qu’elles soient abordĂ©es dans un contexte plus large plus tard. Le lecteur doit ĂȘtre patient avec le besoin continuel de dĂ©velopper le livre, le cas, pas à pas de la façon la plus correcte pour poser la fondation pour tout ce qu’enseigne la Bible et ce que M. Armstrong enseigna. L’image finale se rĂ©vĂšlera au moment prĂ©cis’.

Plusieurs diront que ce qui suit dans ce chapitre est une “attaque” sur les des autres organisations. J’ai Ă©tĂ© accusĂ© de cela par ceux, qui en fait, m’attaquent. Ne soyez pas assez naĂŻfs pour tomber dans ce piĂšge comme d’autres l’ont fait. Encore, vous verrez que ce sont les leaders de ces groupes qui en fait, attaquent leurs membres confiants, et incrĂ©dules, qui regardent vers eux pour ĂȘtre guidĂ©s et conduits. Ces leaders ont Ă©tĂ© capables de s’en tirer avec cela en concoctant diverses, inhabituelles, exotiques et compliquĂ©es sĂ©ductions dans le but de couvrir la vĂ©ritĂ© de la maniĂšre que Dieu gouverne Son Église. Personne n’a voulu “porter des accusations contre eux” et de “poursuivre/contredire” leurs arguments, prĂȘchĂ©s comme de la thĂ©ologie et de la croissance. Alors, ce sont ces hommes, et vous ne serez pas capables de manquer cela, qui ont littĂ©ralement attaquĂ© le gouvernement de Dieu par une vĂ©ritable explosion de sĂ©ductions dĂ©signĂ©es à dĂ©truire mĂȘme de toutes les mĂ©moires les souvenirs de la prĂ©cĂ©dente comprĂ©hension de leurs membres.

Ce n’est pas un livre qu’ils voudront que vous lisiez!

Le plus grand groupe dissident paralysé

Nulle part, la dissolution du gouvernement de Dieu n’était plus Ă©vidente que dans le plus gros des groupes dissidents, lorsque cela commença en 1995. Lorsque Son gouvernement est compris, c’est dur d’imaginer que n’importe quelle personne ou groupe de personnes, auraient pu inventer une mĂ©thode plus diffĂ©rente de gouverner et d’administration du modĂšle de la Bible. Le systĂšme que cette organisation a crĂ©e est littĂ©ralement fragilisĂ© par des batailles politiques et d’opportunitĂ©s pour avancer en importance, aussi bien que d’encombrants mĂ©canismes qui paraissent presqu’avoir Ă©tĂ© placĂ©s expressĂ©ment dans le but d’empĂȘcher tout essais de progresser sur tous les fronts. Dans le nom de la “transparence,” les leaders de cette organisation ont aussi follement publiĂ© virtuellement toutes choses qu’ils devraient normalement ĂȘtre faites/dĂ©cidĂ©es en privĂ©. MĂȘme s’ils devraient rougir d’embarras, ils proclament leurs erreurs à tous, sans aucune honte. Mais cela rend plus facile d’examiner comment leur gouvernement “travaille”.

Il y a tellement de choses erronĂ©es, fausses et inexactes avec la structure du leadership de cette organisation, que la section qui lui est dĂ©diĂ©e, doit ĂȘtre la plus grande dans ce chapitre. Reconnaissez que ce groupe requiĂšre aussi plus d’attention parce que la moitiĂ© de ceux qui ont quittĂ© WCG et qui ont rejoint un groupe dissident, choisirent de rejoindre cette organisation. Toutefois, rappelez-vous que ce qui est dĂ©crit ici ne fait qu’égratigner la surface de ce groupe: erratique, mĂȘlĂ©, trĂ©buchant, brouillĂ©, culbutant, et le pire de tout, des grognements et du mĂ©contentement gĂ©nĂ©ralisĂ© à l’interne; de cette forme de gouverner! Vraiment, ces responsables horriblement mĂȘlĂ©s, ont crĂ©Ă©s la dĂ©finition de ce qu’est le dĂ©sastre administratif! Si vous faites partie de cette organisation, essayez de prendre du recul, et lisez et pensez avec objectivitĂ©.

C’est mĂȘme difficile de savoir oĂč commencer, commençons par leur dĂ©cision au printemps de 1995 pour crĂ©er une forme de gouvernement rĂ©publicain reprĂ©sentatif, parlementaire, dĂ©mocratique, similaire aux dĂ©mocraties mondaines modernes.

Des comités sans fins

Comme avec toute forme de gouvernement dĂ©mocratique ou reprĂ©sentative, des milles de paperasserie bureaucratique commença à apparaĂźtre, et vite! Exactement les gouvernements nationaux des hommes, particuliĂšrement dans l’Ouest, des groupes de comitĂ© et d’étude commencĂšrent à se former pour virtuellement chaque besoin que cette Église pourrait faire face. Il y a mĂȘme eu des comitĂ©s et des groupes d’étude nommĂ©s pour examiner d’autres comitĂ©s et groupes d’étude.

Contrairement aux avertissements et enseignements clairs de M. Armstrong, un comitĂ© doctrinal fut presqu’immĂ©diatement crĂ©Ă© afin que cette organisation puisse examiner toutes les doctrines restaurĂ©es à l’Église par M. Armstrong. Et cela fut fait, volontairement/consciemment ou non, dans la maniĂšre exacte des exemples que les apostats leur avaient enseignĂ©s! Il y a mĂȘme eu aussi un comitĂ© pour les services Ă©ducationnels/ministĂ©riels, un comitĂ© d’appel pour les membres, un comitĂ© stratĂ©gique pour la planification et les finances, un comitĂ© pour la jeunesse, un comitĂ© des mĂ©dias et des communications, un comitĂ© exĂ©cutif, un comitĂ© consultatif du comitĂ©, et mĂȘme un comitĂ© nominatif du comitĂ©.

Mais il y avait aussi un comitĂ© sur l’éthique, les rĂšgles et les lois, ce qui explique pourquoi, il apparut une panoplie sans fin de rĂšgles dans cette organisation à la suite de qui Ă©tait dĂ©jà un immense ensemble de lois qui avait besoin d’ĂȘtre Ă©tabli pour pratiquement chaque divergence d’opinions que pouvait susciter les officiels Ă©lus qui dĂ©sagrĂ©aient sur des sujets quelconques. Et ceux qui connaissent les faits admettront qu’il y a eu plusieurs “divergences” internes, quelques unes trĂšs intenses, sur une variĂ©tĂ© d’issus et de personnalitĂ©s, mais habituellement en relation vers la poursuite du pouvoir. Et finalement, il n’y a aucune surprise qu’il y avait aussi un besoin d’avoir un comitĂ© de rĂ©paration, pour garder les membres du comitĂ© d’ĂȘtre embourbĂ©s ou gelĂ©s dans une impasse lorsque toutes les rĂšgles et lois Ă©tablies prĂ©alablement, n’ont pas Ă©tĂ© suffisantes pour diriger et procĂ©der exactement dans u8ne situation, (et une autre, et une autre) “non-prĂ©vue”. Mais, mĂȘme ça, a failli pour briser plusieurs de ces impasses.

Avec cela en pensĂ©e, on se demande si quelque part, dans une piĂšce secrĂšte, est assis un comitĂ© spĂ©cialement choisi, hautement motivĂ©, un “comitĂ© de destruction” à l’Ɠuvre, dĂ©truisant hardiment cette Église.

Cette organisation a prouvĂ© vrai, ce proverbe: “Un comitĂ© est un «cul de sac», oĂč les idĂ©es sont attirĂ©es et silencieusement Ă©touffĂ©es.”

Le plus haut comité

Rappelez-vous que toute l’organisation est actuellement conduite par un comitĂ© de 12 hommes Ă©lus appelĂ© le ComitĂ© des Anciens, avec ces hommes ordonnĂ©s, choisis par tous, dans cette organisation, quelque chose de trĂšs diffĂ©rent du ComitĂ© Consultatif des Anciens dont M. Armstrong, comme PrĂ©sident et Recteur aussi bien que Pasteur GĂ©nĂ©ral et apĂŽtre, Ă©tabli par son autoritĂ© ses membres pour le conseiller. (Mais nous verrons que l’étendue/la portĂ©e actuelle de gouvernance du ComitĂ© est encore en question.)

Dans ce groupe, c’est la situation inverse. Le ComitĂ© nomme le PrĂ©sident qui, en rĂ©alitĂ© et en pratique, est actuellement un PrĂ©sident qui conseille le ComitĂ© (pour un terme de trois ans), faisant de lui, en effet, un PrĂ©sident Consultatif se rapportant au ComitĂ©. (Je suis contraint à dire les choses telles qu’elles sont à ceux qui connaissent ce que cela signifie pour une organisation: “C’est si mauvais, que vous ne pouvez vous imaginer.”)

Ce ComitĂ© nomme aussi un «Chairman» (PrĂ©sident). RĂ©ellement, là, c’est la queue qui court aprĂšs le “chien”, (il serait intĂ©ressant de noter une rĂ©fĂ©rence biblique dans Philippiens 3:2 et Apocalypse 22:15 au sujet de faux ministres), et Dieu est complĂštement exclus du processus, que ces leaders le voient ou le croient ou non.

L’ensemble du ministĂšre de ce groupe, bien au-dessus de 400 hommes (avec beaucoup d’hommes non-entraĂźnĂ©s, qui ont maintenant Ă©tĂ© catapultĂ©s dans le ministĂšre), et qui sont rĂ©fĂ©rĂ©s comme la ConfĂ©rence GĂ©nĂ©rale des Anciens, votent sur toutes les affaires importantes de l’Église, incluant l’approbation des budgets, le changement des doctrines, l’établissement des prioritĂ©s et, bien sĂ»r, qui devrait siĂ©ger sur le ComitĂ© (aussi pour un terme de trois ans). Les comitĂ©s nationaux de diffĂ©rents pays sont Ă©lus par les ministres locaux de ces pays. Il est gĂ©nĂ©ralement rapportĂ© que 25% ou plus des hommes ordonnĂ©s dans cette organisation refusent de participer dans cette Ă©lection parce qu’ils voient le processus comme politique ou qu’ils n’y sont simplement pas intĂ©ressĂ©s. Ils sont certainement corrects dans le premier cas, mais malheureusement, ils ne peuvent pas voir que Dieu ne peut possiblement pas y ĂȘtre inclut, et qu’ils devraient en sortir! Ces hommes semblent vouloir rester, toutefois, et d’envoyer les dimes de Dieu à ceux qu’ils savent ĂȘtre profondĂ©ment confus, politiquement motivĂ©s, terriblement doctrinalement compromis et divisĂ©s de plusieurs façons, et qui ont rejetĂ© la juste forme de gouvernement de Dieu. L’effet final est qu’ils restent et soutiennent un systĂšme qu’ils savent politiquement corrompu et spirituellement perverti.

Bien sĂ»r, le ComitĂ© de cette organisation a trouvĂ© un moyen de justifier et d’excuser son retournement, son gouvernement brisĂ©. Voici comment ils ont fait cela. Ils dĂ©clarent de diverses maniĂšres: “Nous attendons un Berger en Chef” ou “
Le choix de Dieu d’un leader” ou “
L’homme de Dieu” et “Notre forme de gouvernement est juste temporaire” et “Nous Ă©tions forcĂ© d’improviser avec le gouvernement jusqu’à ce que cet homme arrive.” Le prĂ©cĂ©dent prĂ©sident de cette organisation m’a personnellement dĂ©clarĂ© en 2003 ces paroles, et ajouta un commentaire à l’effet que: “Notre gouvernement ne fonctionne pas rĂ©ellement” et “Je servirai aussi longtemps qu’ils me laisseront faire.” Il ne voulait pas renier ces mots.

Malheureusement, cette bonne personne fut enlevĂ©e, et plus prĂ©cisĂ©ment, rejetĂ©e de son poste moins de deux ans aprĂšs à la faveur d’un homme plus jeune, “plus progressif”. À cause de l’entente gĂ©nĂ©rale de cet homme avec les apostats, fit que Pasadena le choisi lui, en 1993 pour me remplacer à Akron, Ohio, au moment oĂč je fus remerciĂ© pour ne pas avoir acceptĂ© ce que lui accepta. Il avait acceptĂ©, en toute connaissance de cause, volontairement (!), tous et chacun des faux enseignements de WCG à ce point, incluant le faux dieu trinitaire! J’ai conservĂ© ses sermons! Bien sĂ»r, à un moment prĂ©visible, de tels hommes, souvent, “voient la lumiĂšre” et “se repentent”. Et leur dĂ©marche vers l’avancement/progress peut continuer aussi fort qu’avant.

Tragiquement, des milliers de frĂšres semblent croire la pensĂ©e mentionnĂ©e plus haut et attendant “dans la foi” pour que Dieu leur montre le “leader” qu’Il a choisi pour “unir tout le peuple de Dieu”. (Plusieurs, dans d’autres groupes et à la maison pensent/font la mĂȘme chose.) Pendant ce temps là, le ComitĂ© appointe et semble favorablement tolĂ©rer de tels leaders pro-apostats comme celui dĂ©crit plus haut, ils disent, seulement “temporairement» garder le feu allumĂ© dans l’ñtre en attendant le retour du “leader nommĂ© par Dieu”. Non seulement l’homme dont ils attendent ne viendra pas, ils ne suivraient jamais la sorte de leader de Dieu, comme ils prĂ©tendent espĂ©rer la venue, à moins que de grands miracles n’accompagnent cet homme, quelque chose que n’a jamais fait dans les Écritures ou en aucun autre temps de l’ùre du Nouveau Testament suivant une apostasie.

RĂ©signations massives vers des “responsabilitĂ©s” plus basses

Il y a eu un temps oĂč tous les ministres et anciens dans l’Église Universelle de Dieu croyaient, ou au moins semblaient croire, qu’ils reçurent leur poste dans le Corps de Christ (I Cor. 12:18, 28) par Christ Lui-mĂȘme.

Avant la consĂ©cration/ordination, des recommandations approfondies Ă©taient faites (le formulaire à cet effet est affichĂ© et examinĂ© dans un autre chapitre) et des approbations prenaient place par un processus qui, encore, tous les ministres et anciens semblaient comprendre. Il n’y avait aucun mystĂšre. À toutes les fois qu’un homme Ă©tait ordonnĂ© ou Ă©levĂ© en rang à un poste plus Ă©levĂ©, ce processus recommençait, avec la connaissance que Christ avait fait la dĂ©cision finale. Un formulaire Ă©tait soumis. La foi Ă©tait impliquĂ©e. Ainsi que le gouvernement de Dieu.

DĂšs son dĂ©part, dans un incroyable acte de conformitĂ© stupide et “d’effet domino”, les centaines de ministres qui commencĂšrent ce groupe dissident agrĂ©Ăšrent tous, simultanĂ©ment, de donner leur poste, peu importe le rang, et de se rĂ©fĂ©rer à eux-mĂȘmes simplement comme “anciens”. Cette appellation s’appliquait Ă©galement aux Ă©vangĂ©listes, aux pasteurs, aux anciens prĂ©dicateurs, aux anciens locaux, et aux anciens locaux de l’Église. Tous Ă©taient dorĂ©navant, simplement des anciens, avec la “reformulation de leur rang” entiĂšrement basĂ©e sur ce que leur fonction ou leur assignation exacte serait à n’importe quel moment donnĂ©.

Incroyablement, des Ă©vangĂ©listes, depuis des dĂ©cennies, abandonnĂšrent/rejetĂšrent leur poste sur le coup du moment. Ainsi que des ministres au rang de pasteur de mĂȘme sĂ©nioritĂ©. En d’autres mots, ces hommes dĂ©cidĂšrent que, s’ils n’étaient pas actuellement “en train d’évangĂ©liser” ou actuellement “en train d’agir en tant que pasteur”, ils ne devraient pas ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme tels. Dans le passĂ©, il y a toujours eu des pasteurs et des Ă©vangĂ©listes, parmi lesquels, servaient au QG ou dans un bureau rĂ©gional, ou au collĂšge, et qui ne remplissaient pas ces choses. Ces hommes n’ont jamais rejetĂ© ou abandonnĂ© leur rang/poste, à cause d’un changement de responsabilitĂ©. (En fait, c’était le cas en plusieurs occasions dans WCG avec nombre de ces hommes sĂ©niors dans ce groupe dissident.)

Nous devons demander: Est-ce que ces hommes ont dĂ©jà cru que c’était JĂ©sus Christ qui les avait mis dans leurs postes? Croyaient-ils que M. Armstrong et les autres n’étaient pas conduits par Lui, et qu’ils firent une erreur de jugement en approuvant leurs promotions dans le rang? Tragiquement, ces hommes simplement oubliĂšrent ce que ces postes signifiaient, et que c’était des rangs dans le gouvernement de Dieu. Ils perdirent de vue le fait qu’ils n’avaient pas le droit de renverser la dĂ©cision de Christ afin qu’ils puissent tous ĂȘtre â€œĂ©gaux”. Il doit ĂȘtre reconnu que l’idĂ©e derriĂšre leur dĂ©cision, et cela Ă©tait ouvertement dĂ©clarĂ©, Ă©tait d’établir/introduire une forme de gĂ©rance dĂ©mocratique sur “l’église”, dans laquelle, les dĂ©cisions Ă©taient faites par “un homme, un vote”. Le but principal Ă©tait d’attirer le plus d’anciens locaux de l’Église et de ministres que possible, dans leur fraternisation avec la promesse que, de l’évangĂ©liste sĂ©nior à l’ancien local de l’Église, ils auraient tous un poids Ă©gal sur toutes les affaires de l’Église. Les motifs politiques crĂ©ent les environnements politiques, et vice-versa.

À cet Ă©gard, vous devez vous demander si les ministres de JĂ©sus Christ peuvent par leur propre autoritĂ© rĂ©duire le poste qui leur fut donnĂ© par la TĂȘte/Chef de l’Église à un plus bas. Nous devons demander: Est-ce qu’un homme peut se promouvoir à un rang/poste plus Ă©levĂ© par lui-mĂȘme? Bien sĂ»r que non! Alors, pourquoi autant se croient autorisĂ©s pour rĂ©duire/abaisser leur poste?

Une insertion de M. Armstrong

Ce que nous venons tout juste de dĂ©crire, demande une insertion au chapitre. Nous citerons gĂ©nĂ©ralement M. Armstrong beaucoup plus, un peu plus loin, nous avons besoin de le laisser, comme celui qui signa leur certificat d’ordination, s’adresser à ce que tous les ministres sĂ©niors, dans le plus grand groupe, firent dans leur action.

Ce n’était pas la premiĂšre fois que la question se soulevait au sujet de savoir s’il y avait une diffĂ©rence entre le rang et la fonction dans les postes du ministĂšre du Nouveau Testament. Ce problĂšme se posa dans les “annĂ©es libĂ©rales” des annĂ©es 1970, et M. Armstrong s’y adressa. Il ne laissa aucun doute que les divers rangs du ministĂšre Ă©taient, en fait, des rangs, des postes spĂ©cifiques! La dĂ©signation d’un homme ne disparaissait pas avec sa fonction, ses responsabilitĂ©s, ses corvĂ©es ou une assignation à un travail particulier en aucun moment donnĂ©. Lorsque l’homme Ă©tait ordonnĂ© à un poste, c’était son rang dans le ministĂšre de Christ, et il ne changeait pas!

Vous pourrez voir exactement ce que M. Armstrong Ă©crivit à tout le ministĂšre en 1979 au sujet de cette affaire. Rappelez-vous que, virtuellement tous, chacun d’eux, des ministres sĂ©niors qui se rĂ©duisirent eux-mĂȘmes à “anciens” dans cette organisation en 1995, auraient reçus le «Pasteur General’s Report», expliquant ce que vous ĂȘtes sur le point de lire. Notez le titre de l’article (à la fin) Ă©crit au ministĂšre, et notez spĂ©cialement la derniĂšre phrase, toutes les emphases sont faites par M. Armstrong:

“J’espĂšre que cela est compris que la dĂ©signation d’une ordination comme Ă©vangĂ©liste, pasteur, etc., rĂ©fĂšre, et l’a toujours Ă©tĂ©, au rang [l’emphase est la sienne], au lieu d’une assignation à une activitĂ©.

“Comme je me souviens, aucun de ceux qui ont tenu le rang d’évangĂ©liste ne se sont dĂ©vouĂ©s eux-mĂȘmes à tenir des campagnes Ă©vangĂ©listiques, prĂȘchant rĂ©guliĂšrement à des auditoires publics, la Bonne Nouvelle au monde.

“La plus rĂ©cente exception à cela, comme je me souviens maintenant, est que M. Rod Meredith tint deux ou trois campagnes publiques, en Angleterre, il y a plus de vingt ans dĂ©jà. Mon fils Garner Ted tint occasionnellement deux ou trois campagnes nocturnes une couple de fois, s’accompagnant de chanteurs, M.C., etc. Il tint aussi une campagne Ă©vangĂ©listique de quelques semaines à Springfield, Missouri, vers la fin des annĂ©es 50. Quelques autres de rang Ă©vangĂ©listes, ont tenu quelques campagnes d’un ou deux soirs occasionnellement.

“Mais aucun n’a Ă©tĂ© occupĂ© à rĂ©guliĂšrement tenir des campagnes Ă©vangĂ©listiques au public.

“Pendant des annĂ©es, M. Norman Smith, de rang Ă©vangĂ©liste, Ă©tait occupĂ© avec la supervision de la production de la radio et de la tĂ©lĂ©vision. Pendant des annĂ©es, M. Al Portune Ă©tait occupĂ© au Bureau d’Affaires, tenant les finances. Pendant des annĂ©es, M. Les McCullough, au rang d’évangĂ©liste, Ă©tait responsable exĂ©cutif du campus de l’Ambassador College à Big Sandy, Texas. Pendant des annĂ©es, M. Raymond McNair Ă©tait occupĂ© comme DĂ©putĂ© Chancelier de l’Ambassador College de Bricket Wood, en Angleterre, comme il l’est prĂ©sentement au campus de Pasadena. Et c’est ainsi avec les autres, aucun d’eux n’a Ă©tĂ© occupĂ© à Ă©vangĂ©liser le monde extĂ©rieur, mĂȘme si plusieurs d’entre eux on parlĂ© lors des Sabbats à nos propres congrĂ©gations.

“Dans I Corinthiens 12, les diverses fonctions dans l’organisation de l’Église sont expliquĂ©es: ‘Il y a diversitĂ© de diversitĂ© de ministĂšres, mais le mĂȘme Seigneur;’ (v. 5). DiffĂ©rentes administrations requiĂšrent des administrateurs, et est Ă©numĂ©rĂ© en premier dans la dĂ©signation des responsabilitĂ©s avec l’Église organisĂ©e. La majoritĂ© de nos administrateurs ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s au rang d’évangĂ©liste.

“Ensuite, ‘diversitĂ© d’opĂ©rations’ (v. 6). Cela peut inclure toutes autres opĂ©rations spĂ©cialement dĂ©signĂ©es avec l’Église, dĂ©vouĂ© à plein temps (pas nĂ©cessairement des laĂŻcs). Pour ces nombreuses fonctions variĂ©es, dans une Oeuvre unie, cohĂ©sive et organisĂ©e, Dieu a donnĂ© à certains individus des dons spĂ©ciaux spirituels, rĂ©parti à chacun selon la volontĂ© de DIEU.

“Alors, dans le mĂȘme chapitre, au verset 28: ‘Et Dieu a Ă©tablit dans l’Église premiĂšrement des apĂŽtres, secondement des prophĂštes, troisiĂšmement des docteurs (enseignants)
ensuite...ceux qui ont le don de gouverner’. Dans ÉphĂ©siens 4, cela est amplifiĂ© un peu plus loin: apĂŽtres, prophĂštes, Ă©vangĂ©listes, pasteurs, enseignants. Il est apparent que ces postes sont dĂ©signĂ©s pour ĂȘtre des rangs, au lieu d’occupations dĂ©finies. ET C’EST DE CETTE FAÇON QUE DIEU L’A ÉTABLI DANS L’ÉGLISE AUJOURD’HUI!”

“Evangelist Rang Is Designation of Rang—Area of Operation,”

Pasteur General’s Report, October 24, 1979

Il y a seulement deux explications possibles pour la raison qu’il y eut tant de ministres sĂ©niors qui n’ont pas suivi cette instruction. Soit qu’ils l’ont oubliĂ©e, ou qu’ils se sont rebellĂ©s contre elle. Nous pouvons nous demander naturellement s’ils auraient pu tous oublier en unisson une telle comprĂ©hension, et rĂšglement officiel. Aucune personne ne pourrait croire cela, et nous pourrions conclure que si juste un ou quelques-uns se seraient “rappelĂ©s” l’enseignement de M. Armstrong, n’auraient-ils pas rappelĂ©s aux autres ce qu’ils faisaient?

RĂ©signations volontaires!

Comprenez ceci: Pour une de ces deux raisons, ces hommes, volontairement, rĂ©signĂšrent leurs postes nommĂ©s dans le Corps de Christ. Ne faites aucune erreur au sujet du rang actuel de tous ces ministres sĂ©niors dans le plus grand des groupes dissidents. Ces hommes sĂ©niors ont formellement rĂ©signĂ© de leur plus haut poste dans WCG il y a plusieurs annĂ©es! Étant déçus, ils choisirent de faire ce qu’ils ont fait. Pire, cette dĂ©cision en elle-mĂȘme, les ont formellement disqualifiĂ©s de garder leurs anciens postes et, lorsque c’est rĂ©ellement compris, du ministĂšre aussi bien. Ils ont carrĂ©ment rejetĂ© les postes dont Christ les avait mis dans Son Corps (I Cor. 12:18). Pensez-vous qu’Il pourrait encore employer et/ou travailler avec de tels hommes?

ConsidĂ©rez encore plus loin: Lorsque les hommes font cela pour n’importe quelle raison, ils ne peuvent plus, plus tard, dĂ©cider par eux-mĂȘmes, mĂȘme si cela devenait dĂ©sirable, que leurs actions Ă©taient mauvaises et alors, se rĂ©tablir eux-mĂȘmes. Sous aucune circonstance, la Bible n’a jamais permis aux hommes de se rĂ©tablir eux-mĂȘmes au ministĂšre, soit aprĂšs un retrait involontaire d’un poste ou par rĂ©signation. Redisons-le clairement une fois encore: AprĂšs avoir rejetĂ©, depuis plusieurs annĂ©es maintenant, l’appel de JĂ©sus Christ à un poste, n’importe quel poste, de tels hommes sont officiellement disqualifiĂ©s, de ce poste jusqu’à ce qu’ils soient, sous une repentance sincĂšre ils sont formellement, signifiant officiellement, rĂ©installĂ©s par la plus haute et vĂ©ritable autoritĂ©, là oĂč se trouve le gouvernement de Dieu. Certains riront et se moqueront surement à cette explication, ces hommes sĂ©niors ont en toute conscience quittĂ© leur ministĂšre! Ils ne sont simplement plus de vrais ministres, point! En aucune maniĂšre, ces hommes ne sont plus des ministres de Christ, pas plus qu’ils ne sont “unis.”

Sur la base de ce que vous venez juste de lire dans cette section, commencez-vous à comprendre comment Dieu ne peut possiblement conduire un gouvernement formĂ© par des hommes dont la premiĂšre action serait de rejeter carrĂ©ment les postes mĂȘmes dont Christ les a placĂ©s?

Lorsque vous lirez la prochaine section, demandez-vous vous-mĂȘme, comment une organisation ĂągĂ©e de plus de dix ans, pourrait ĂȘtre perdue dans un tel amoncellement d’ignorance et de confusion.

Par leur propre admission

Au moins cette organisation a Ă©tĂ© en quelque sorte, “honnĂȘte” au sujet de la forme de gouvernement «Frankenstein» qu’elle a crĂ©Ă©e. Dans son Ă©dition de Janvier 2006, le journal de l’Église contenait un article majeur titrĂ©: “RĂŽle du PrĂ©sident dans l’ArĂšne Internationale”. L’article ouvrait avec une dĂ©claration que le ComitĂ© des Anciens avait surveillĂ© les ministres dans leur rĂ©gions internationales au sujet de leur vue sur le rĂŽle du prĂ©sident. Dans la rĂ©alitĂ© pratique, cela signifie que le “chien” consulte avec sa “queue” pour des instructions à savoir comment, et mĂȘme, avoir la permission de la bouger!

L’article fait rĂ©fĂ©rence à un des membres du ComitĂ© des Anciens dĂ©clarant: “
la rĂ©ponse à l’étude alla dans une direction diffĂ©rente que cela Ă©tait anticipĂ©e et ouvrit mĂȘme, plus d’alternatives fondamentales pour des discussions.” Ce rapport ajouta que ce membre du ComitĂ© Ă©crivit au PrĂ©sident du ComitĂ© “que la confusion ‘
dans les rĂ©gions internationales regardant le rĂŽle du prĂ©sident internationalement, est à quelque sorte
dĂ» à un manque de clartĂ©, avec respect à savoir comment le ComitĂ© et le prĂ©sident devrait fonctionner.’” Incroyablement, personne n’a reconnu que la nature humaine fut donnĂ©e une voix.

L’article continua avec ce mĂȘme homme demandant au reste du ComitĂ©: “de considĂ©rer des questions au sujet de concepts fondamentaux. Qu’est-ce que l’Église de Dieu [blanc]? Sommes-nous seulement qu’une association d’entitĂ©s indĂ©pendantes autour du monde avec aucune administration globale centrale? Sommes-nous seulement liĂ©s ensembles par certaines doctrines ou politiques, mais pas par une administration commune?
Est-ce que l’Église de Dieu [blanc] transcende (va au-delà des) les frontiĂšres nationales et les documents lĂ©gaux? Est-ce que les ComitĂ©s Nationaux sont les autoritĂ©s suprĂȘmes administratives pour chacune des rĂ©gions? Ou reconnaissent-ils une autoritĂ© sur eux? Si oui, est-ce que cette autoritĂ© est le ComitĂ© des Anciens?”

Combien de membres et de ministres ont compris le sérieux de ce qui est en question ici?

MĂȘme si cette organisation publia il y a quelques annĂ©es de cela, une â€œĂ©tude Ă©crite” sur cet aspect de sa gouvernance, l’article continuant avec le ComitĂ©, alors “pointant que nous avons un vocabulaire commun, mais que nous n’avons pas les mĂȘmes dĂ©finitions pour nos mots. Par exemple, qu’est la signification de ‘gouverner,’ ‘d’administration,’ ‘d’association,’ ‘de micro-management,’ etc.?”

L’article a fait aussi rĂ©fĂ©rence à un autre membre du Conseil, c’est presque trop incroyable pour ĂȘtre vrai, qui, l’article rapporte: “dĂ©clara que la crainte de quelques rĂ©gions internationales, basĂ©e sur l’histoire et l’expĂ©rience, est que le ‘bras fort du QG essaiera de prendre le contrĂŽle’. Il dit que c’était important de se coordonner avec les rĂ©gions internationales, pas de les contrĂŽler.”

Quoi?!! “Coordonner”?!! Chaque forme de gouvernement doit impliquer un certain contrîle. C’est ce QU’EST le gouvernement! Gouvernement signifie gouverner!

Peu importe combien Ă©tonnant cela peut ĂȘtre, le pire de cet article vient à la fin. Le PrĂ©sident du ComitĂ© lui-mĂȘme dĂ©clara ceci: “Il y a des questions fondamentales au sujet du leadership, quelle genre d’autoritĂ© y a-t-il et qui la possĂšde?” Absolument incroyable! Je suis poussĂ© à me rĂ©pĂ©ter: “Vous ne pouvez dire cela”, On peut se demander combien de gens peuvent suivre de tels leaders, et pour combien d’annĂ©es?

Il y a encore plus.

Pas surprenant


Pas surprenant que cette organisation fait rĂ©fĂ©rence à son “capitole” comme un “bureau officiel” au lieu de quartier gĂ©nĂ©ral. Pas surprenant qu’elle envoie des lettres mensuelles rĂ©guliĂšres signĂ©es par deux hommes, le PrĂ©sident du ComitĂ© et le PrĂ©sident, les deux se considĂ©rant eux-mĂȘmes des “anciens.”

Pas surprenant que cette organisation s’appelle elle-mĂȘme: “«an International Association» (une Association Internationale)”, parce que ses leaders et le ministĂšre ne comprennent plus ce qu’est l’Église et le Corps de Christ, que Christ a toujours voulu que Son Église soit beaucoup plus qu’une simple “association” de congrĂ©gations. (M. Armstrong a levĂ© sa voix contre cette sorte “d’affiliation humaine.”) Comme l’effet naturel produit suivant une telle perte spectaculaire et catastrophique de mĂ©moire, il n’est pas surprenant que le leadership dans cette organisation ne peut plus reconnaitre le besoin du gouvernement de Dieu ou mĂȘme à quoi ressemblait ce modĂšle.

Pas surprenant que des bureaux locaux des congrĂ©gations furent finalement permis, mĂȘme si le bureau local devait renĂ©gocier là-dessus parce qu’ils faisaient face à trop de chaos gouvernemental au niveau local, qu’ils voulurent rĂ©server pour leur “bureau rĂ©gional.” Pas surprenant que les pasteurs locaux quelques fois permettaient aux adolescents et à d’autres, non-qualifiĂ©s, de parler du pupitre, aux petits enfants de prĂ©lever les offrandes lors des Jours Saints (pensant que cela Ă©tait “adorable”), et d’autres choses rĂ©servĂ©es aux diacres et aux leaders. (Ils ont oubliĂ© que c’était les apostats qui leur ont enseignĂ© à se dissocier de: “la dĂ©cence et l’ordre”, et des traditions Ă©tablies, avec ces idĂ©es.) Pas surprenant que le vrai Évangile, un message au sujet du gouvernement mondial de Dieu, bientĂŽt à venir, a Ă©tĂ© rejetĂ© par ce groupe à la faveur d’une moitiĂ© rĂ©flĂ©chissant l’Évangile de ce monde au sujet de “JĂ©sus” et de Son “pardon.”

Pas surprenant que les ministres sondent certaines congrĂ©gations locales pour voir si le peuple prĂ©fĂšre une priĂšre d’ouverture avant ou aprĂšs les cantiques qui ouvrent les services, ou, si le peuple n’en prĂ©fĂšre pas. Pas surprenant que de s’adresser et/ou de se rĂ©fĂ©rer aux ministres ou d’autres officiels avec le terme “Monsieur” ait disparu dans beaucoup de groupes des plus grands dissidents. (Ce n’est pas une surprise que cette Ă©vidence du respect qui est disparu pour ceux qui occupent les postes ordonnĂ©s par Dieu soit aussi visible dans virtuellement tous les groupes et groupuscules dissidents.)

Encore, pas surprenant que son ComitĂ© dĂ©clare publiquement que c’est encore “pas clair”, et cela vraisemblablement fait sans aucun embarras, comment est-ce que les ComitĂ©s respectifs locaux des autres nations devraient se rapporter au PrĂ©sident ou au ComitĂ© du bureau local. Pas surprenant que cette organisation, plus de dix ans plus tard, Ă©tudie encore comment le PrĂ©sident interagit avec le ComitĂ©.

Tous ces “pas surprenant” pourraient continuer indĂ©finiment, parce qu’il y a encore beaucoup plus d’erreurs avec la structure gouvernementale de cette organisation. En fait, cette organisation est mieux dĂ©crite comme matrice, une Ă©cole virtuelle d’entraĂźnement, pour les opportunistes, ceux qui cherchent à s’élever, et ceux dont la pensĂ©e politique vient naturellement. MĂȘme si la tentation est forte pour continuer, une description de ce groupe doit avoir une limite.

Un aveu final et une exhortation: La supercherie se dĂ©guisant sous le nom de “gouvernement” qui est perpĂ©trĂ©e par les leaders de cette organisation mentent Ă©galement à ses membres. Le bureau local ne pouvait pas savoir si les frĂšres envoyaient ou non leurs dimes et leurs offrandes pour les soutenir. La fraude, spirituelle ou autre, implique souvent des conspirateurs, et les leaders de cette organisation en avaient des milliers sans le savoir.

Toutefois, armĂ©s avec la bonne connaissance, les individus peuvent choisir d’ĂȘtre diffĂ©rents!

Le grand groupe dissident PentecĂŽtiste

RĂ©clamant ĂȘtre la “branche vivante” de l’Église de Dieu, le deuxiĂšme plus gros groupe de dissidents formĂ© tĂŽt en 1993 sous un nom diffĂ©rent, consiste aussi en des milliers de gens. Ayant subi un changement de nom en 1998, ce groupe est conduit par un â€œĂ©vangĂ©liste sĂ©nior” qui parle constamment d’avoir passĂ© des “milliers d’heures avec M. Armstrong.” Cette organisation ne refait pas les mĂȘmes erreurs de gouvernement comme ceux dĂ©crits dans la plus grande organisation. Ses erreurs sont diffĂ©rentes et sont plus facilement rĂ©sumĂ©es, mais il y en a plusieurs et elles sont graves.

C’est important de rĂ©aliser avant de continuer que Satan a toujours voulu permettre aux Ă©glises de ce monde d’enseigner toutes sortes d’erreurs. Contrairement à Dieu, il ne demande pas l’uniformitĂ© parmi ses adeptes. Il sait que les erreurs sont des erreurs, l’hĂ©rĂ©sie c’est l’hĂ©rĂ©sie, de faux enseignements ce sont de faux enseignements, et que tout cela accomplit son but sous toutes ses formes. Le but du diable a toujours Ă©tĂ© consistant, celui de renverser et de dĂ©truire le gouvernement de Dieu, et il est plus qu’heureux d’offrir au peuple de Dieu une variĂ©tĂ© de mauvais exemples desquels choisir pour atteindre son objectif. Ultimement, aucune forme d’erreur dans le choix de gouvernement n’est mieux ou pire qu’un autre.

Une remarque importante ici regardant ceci et le plus gros groupe dont nous venons de parler. Ces deux groupes tiennent des rĂ©unions dans le but exprĂšs d’un Ă©ventuel FUSIONNEMENT. MĂȘme si les membres de ces deux groupes n’en savent probablement rien, plusieurs connaissent le processus en cours. Il y a eu plusieurs rĂ©unions entre eux, formelles et informelles, et tenues à diffĂ©rents niveaux en diffĂ©rents endroits, incluant au quartier gĂ©nĂ©ral “vivant”. Des dĂ©tails de leadership sont rapportĂ©s ĂȘtre le point central. Mais, à cause de “flexibilitĂ©,” les diffĂ©rences dans le gouvernement, aussi bien que dans d’autres doctrines, s’évaporeront avec le temps. Ces faits seront presque certainement dĂ©niĂ©s, comme ils le furent en 1998, lorsque je vis la mĂȘme chose.

Un ou trois?

PremiĂšrement, cette organisation a changĂ© le modĂšle biblique des postes une fois pratiquĂ©s dans WCG, et a introduit de nouveaux titres, parmi d’autres erreurs.

M. Armstrong expliqua qu’il y avait trois sortes d’anciens (cela sera plus compris plus tard) et la plupart des lecteurs sont familiers avec eux. Ces catĂ©gories fonctionnaient dans trois postes: ancien prĂ©dicateur, ancien local, (ceux dans le ministĂšre à plein temps) et ancien local de l’église (anciens qui ne sont pas à plein temps). Le leader de ce groupe s’est dĂ©barrassĂ© des trois dĂ©signations, trois postes, et les fondit/rĂ©unit en un poste, celui de simplement “ancien.” Il revendiqua que M. Armstrong crĂ©a le poste d’Ancien PrĂ©dicateur comme une sorte de manƓuvre pour “satisfaire les employĂ©s du bureau” dans les annĂ©es 1950. C’est vraiment faux! Aussi bien que ridicule, et vous verrez pourquoi la propre description de M. Armstrong à savoir comment ce poste biblique s’imbrique parfaitement dans la hiĂ©rarchie ministĂ©rielle de Christ.

Avec la conciliation des trois postes de ce leader, non seulement toutes les distinctions entre eux sont perdues, mais le poste et le rang de pasteur, celui du ministre le plus sĂ©nior sous celui d’évangĂ©liste, est aussi grandement diminuĂ©. L’expĂ©rience, l’importance, et le niveau de respect que ce rang a dĂ©jà reprĂ©sentĂ© dans la structure de Dieu Ă©taient grandement disparus dans ce systĂšme. En pratique, cette organisation Ă©lĂšve des hommes rĂ©guliĂšrement (quelques fois de jeunes hommes) de peu d’entrainement et d’expĂ©rience au “rang de pasteur.” Bien sĂ»r, et cela est un vĂ©ritable problĂšme, de telles promotions ont eu un effet merveilleux sur les plus jeunes et juniors ministres. Cette altĂ©ration sert aussi à automatiquement crĂ©er un environnement qui est plus politique. Les hommes inexpĂ©rimentĂ©s ordonnĂ©s et promus à ce poste sentiront naturellement qu’ils ont Ă©tĂ© vitement Ă©levĂ©s à un plus haut rang. Ils sentiront qu’ils sont “arrivĂ©s” signifiant qu’ils ont “grandi spirituellement” à une “vitesse inhabituelle”!

Parties et oubliĂ©s depuis longtemps, sont les exhortations trĂšs importantes de I TimothĂ©e 3:6 (Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflĂ© d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable) et 5:22 (n’impose les mains à personne avec prĂ©cipitation, et ne participe pas aux pĂ©chĂ©s d’autrui’).

Plus Ă©vident, toutefois, est le fait que trois postes de Dieu, une fois tenus par plusieurs centaines d’hommes lorsque l’Église Ă©tait sur la bonne voie, ont Ă©tĂ© rejetĂ©s par la fenĂȘtre dans la structure ministĂ©rielle de cette organisation. (Plusieurs seront capables de se souvenir que les anciens locaux, ceux à plein temps, devaient toujours ĂȘtre considĂ©rĂ©s d’un poste plus Ă©levĂ© que les anciens locaux d’église.)

Nouveau poste de “PrĂ©sident”

Reconnaissez que ce changement fut unilatĂ©ralement instituĂ© par un homme qui a aussi crĂ©Ă© un nouveau titre pour lui-mĂȘme, celui de: Ă©vangĂ©liste «prĂ©sidant». (Nous demanderons momentanĂ©ment s’il prend actuellement un trĂšs diffĂ©rent et plus haut niveau d’autoritĂ© que celui d’évangĂ©liste.)

M. Armstrong n’a jamais rĂ©fĂ©rĂ© à lui-mĂȘme ou quelqu’un d’autre, par ce titre. Nous savions qu’il Ă©tait l’apĂŽtre de Christ, et il n’a jamais rĂ©fĂ©rĂ© à lui-mĂȘme comme “PrĂ©sidant.” Aussi, nous comprenions qu’il Ă©tait le Pasteur GĂ©nĂ©ral (ou “GĂ©nĂ©ral Pasteur”) parce qu’il supervisait toutes les congrĂ©gations, et il rĂ©fĂ©rait à lui-mĂȘme comme tel. Et, bien sĂ»r, il Ă©tait le PrĂ©sident et le l’Officier Chef ExĂ©cutif de l’Église Universelle de Dieu, aussi bien que le PrĂ©sident de son Bureau des Directeurs incorporĂ©.

Non seulement M. Armstrong n’a jamais employĂ© cette dĂ©signation ou employĂ© ce terme, ni la Bible. C’est de la pure invention humaine, et ne tient pas avec une claire comprĂ©hension du poste d’évangĂ©liste comme Ă©tant le troisiĂšme poste dans le Corps de Christ. Comme le troisiĂšme poste dans le Corps de Christ, et par consĂ©quent ne voudrait pas, et ne pourrait jamais “prĂ©sider” sur l’Église en entier. Plusieurs ne rĂ©alisent pas que M. Armstrong pensait lui-mĂȘme avoir conduit l’Église comme un Ă©vangĂ©liste pendant 19 ans, de l’Automne 1933 à l’Automne 1952, jusqu’à ce qu’il reconnaisse que c’était une pensĂ©e erronĂ©e, et Dieu lui rĂ©vĂ©la comment cela devait ĂȘtre corrigĂ©. Cette histoire commencera à ĂȘtre comprise au chapitre cinq, mais sera expliquĂ© en profondeur plus tard.

Comme avec le plus gros groupe, et directement reliĂ© au titre imaginĂ© par l’homme qui l’a pris, ce leader Ă©tablit un ComitĂ© des Anciens. Il a aussi rejetĂ© le mot “Consultatif” de sa description. Évidemment, parce qu’il n’a pas compris ou tenu à d’autres Ă©lĂ©ments du gouvernement de Dieu pratiquĂ©s dans le passĂ©, il n’eut aucune difficultĂ© à faire ce changement. Lorsque je m’assis à son ComitĂ© (pour presque quatre ans avant le commencement de RCG), je lui demandai lors de sa premiĂšre rĂ©union, pourquoi il n’employait pas le mot consultatif. J’étais direct. Il expliqua qu’il “faisait partie du ComitĂ©â€ et qu’il devrait ĂȘtre considĂ©rĂ© “juste comme tout autre.” C’était son explication.

Le ComitĂ© dans cette organisation est aussi revĂȘtu de l’autoritĂ© de changer les enseignements officiels de l’Église, les doctrines, avec le deux-tiers des votes. De cette maniĂšre, ils sont peu diffĂ©rents du plus grand groupe, exceptĂ© que le deuxiĂšme est plus honnĂȘte en admettant publiquement ce qu’ils sont en train de rĂ©viser et ce qui a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ©, parce que le ministĂšre en entier participe. Le lecteur peut facilement investiguer si c’est vrai.

Aussi, comme ceux du plus grand groupe, le ministĂšre de cette soi-disant organisation “vivante” regarde ailleurs et permet tous ces changements. Ils n’auraient jamais du accepter les altĂ©rations dans le gouvernement de Dieu qu’ils ont reçues avec les bras ouverts, au moins dans plusieurs cas.

“Restaurant le “Christianisme apostolique”

Avant de continuer, et encore avec les leaders du plus grand groupe, reconnaissez que le leader de cette organisation ne croit plus que M. Armstrong fut le dernier Élie prophĂ©tisĂ© et qui Ă©tait prĂ©dit pour venir et pour “restaurer toutes choses” (Matt. 17:11) à l’Église de Dieu avant le Retour de Christ (Mal. 4:5-6), incluant le gouvernement de Dieu! Ce rejet d’une prophĂ©tie accomplie pave le chemin à une armĂ©e de problĂšmes interreliĂ©s chez les leaders qui rejettent la comprĂ©hension de cet accomplissement, ce que cela signifie pour l’Église. Regardons comment cela a affectĂ© la pensĂ©e de ce leader, et ce qui a à faire avec le gouvernement dans ce deuxiĂšme plus grand groupe.

Plusieurs se souviendront que M. Armstrong a souvent rĂ©pĂ©tĂ©, et l’introduction cite plusieurs exemples, que Dieu le ressucita plus pour restaurer le gouvernement de Dieu dans l’Église que pour n’importe quelles autres raisons (exceptĂ© pour l’importance de restaurer le vĂ©ritable Évangile, qui est essentiellement au sujet du gouvernement de Dieu). Bien sĂ»r, M. Armstrong, comme l’Élie final, restaura plusieurs autres vĂ©ritĂ©s à l’Église de Dieu, mais il croit que celles au sujet du gouvernement et du vĂ©ritable Évangile sont les plus cruciales, et il le dit à maintes reprises.

Voici ce qui arriva dans ce groupe. Son leader et ceux qu’ils appellent ses “lieutenants” se concentrĂšrent sur l’idĂ©e de constamment rĂ©pĂ©ter et de mettre l’emphase sur le thĂšme de “restaurer le Christianisme apostolique.” En faisant cela, cet homme n’affirme pas seulement ce que plusieurs croient ĂȘtre son dĂ©sir personnel d’ĂȘtre l’Élie, mais il dĂ©clare directement qu’il croit que M. Armstrong a failli pour “restaurer le Christianisme apostolique.”

Avez-vous reconnu cela? Avez-vous saisi sa signification, ce que cela signifie?

Voici un autre problĂšme avec cela: comme un Ă©vangĂ©liste, cet homme se voit lui-mĂȘme comme choisi et appelĂ© pour “restaurer le Christianisme apostolique”, en d’autres mots, la façon de vivre qui avait Ă©tĂ© enseignĂ©e par les apĂŽtres à l’Église. Voici l’incroyable ironie de cela: il dit que l’homme qui Ă©tait un apĂŽtre, M. Armstrong, apparemment, n’a jamais fait cela, mais comme un Ă©vangĂ©liste, il le fera et il est en train de le faire!

Prenez une note spĂ©ciale que cet homme a reliĂ© sa vue de ce qu’il voit comme de la “restauration” à une emphase sur performer des “miracles” et dĂ©montrer un “grand pouvoir,” comme l’original Élie, afin de pouvoir “brasser les nations.” Bien sĂ»r, tout comme Simon le Magicien dans Actes 8, bien que ce leader soit devenu obsĂ©dĂ© par de tels dons, je vous dis par l’autoritĂ© de Dieu qu’il ne lui sera pas donnĂ© ce pouvoir, du moins, pas du vĂ©ritable Dieu. C’est dans cela que les “dons” spirituels dĂ©crits dans I Corinthiens 12, que ce leader est devenu obsĂ©dĂ©, et de convoiter le pouvoir des miracles, spĂ©cialement de guĂ©rison. Bien sĂ»r, qui ne serait pas en faveur de guĂ©rison? Toutefois, tous ceux qui croient rĂ©ellement encore que Dieu guĂ©rit sauraient que cela arrive dans le Corps de Christ, pour ceux avec la simple foi.

La comprĂ©hension des vrais ou des faux miracles sera couvert en plus grand dĂ©tails et dans un contexte fascinant au chapitre dix-huit. Toutefois, ceux qui ont un sĂ©rieux intĂ©rĂȘt voudront Ă©couter soigneusement à mon sermon en trois parties: “ComprĂ©hension Signs, Wonders and Miracles—True and False!” (Disponible en Anglais seulement). Vous serez« surpris de voir ce qui est en jeu avec ce sujet. Vous comprendrez aussi que les miracles et mĂȘme les miracles spĂ©ciaux font partis des signes et des prodiges qui sont les “signes d’un apĂŽtre”, pas d’un Ă©vangĂ©liste travaillant sous l’autoritĂ© d’un apĂŽtre.

“Un autre Évangile” et une malĂ©diction!

Nous devons demander: Est-ce surprenant que ce “sĂ©nior Ă©vangĂ©liste” pervertirait les postes du Nouveau Testament du ministĂšre de Christ, et qu’il s’invente pour lui-mĂȘme un nouveau titre, ou d’altĂ©rer le nom du ComitĂ© Consultatif des Anciens? Bien sĂ»r que non! Il ne peut possiblement croire que M. Armstrong restaura le gouvernement de Dieu à l’Église pas plus qu’il croit que M. Armstrong restaura le vĂ©ritable Évangile à l’Église. C’est parce que cet homme a aussi perverti cette vĂ©ritĂ© centrale, titanesque, à la faveur d’un “autre Évangile” (II Cor. 11:3-4). Comme le plus gros dissident, il s’est retournĂ© pour accepter le focus de ce monde sur le Messager (actuellement, lorsque compris, sur “un autre JĂ©sus”) au lieu de Son message. Ce groupe, encore, comme le plus gros, rĂ©vĂšle le pardon des pĂ©chĂ©s par Christ comme le premier Ă©lĂ©ment de l’Évangile. Le lecteur devrait prendre un moment pour lire et prendre au sĂ©rieux ce que Paul dit au sujet de la double malĂ©diction reliĂ©e à cela dans Gal. 1:6-9. En pertes de proportions Ă©tonnantes, plus de 70% du ministĂšre original de ce dissident ont laissĂ© cette organisation (pour diverses raisons), retirĂ©s ou dĂ©cĂ©dĂ©s, souvent soudainement ou tragiquement, depuis 1995, mais la plupart depuis 1998, avec une accĂ©lĂ©ration dramatique vue en 2004.

Le temps dĂ©montrera que Gal. 1:6-9 rĂ©vĂšle que ce processus et d’autres pires problĂšmes continueront dans ce dissident. En fait, comme cette malĂ©diction prend de plus en plus d’effets, dans le plus grand dissident (et tous les autres qui ont adoptĂ© ce faux Évangile), leurs problĂšmes continueront de croitre en intensitĂ©.

Vous devez comprendre la raison pour laquelle Dieu a placĂ© une double malĂ©diction sur ceux qui pervertissent l’Évangile. (Demandez: Combien beaucoup d’autres doctrines sont mĂȘmes reliĂ©es à une malĂ©diction?) C’est parce que l’Évangile est seulement au sujet de la venue du prochain gouvernement de Dieu mondial!

Dieu ne veut plus que ce message au sujet du gouvernement soit perverti devant toutes les nations plus qu’Il ne veut que Son gouvernement soit perverti dans l’Église! Malheur à ceux qui pervertissent les deux!

Combien ironique que ce dissident et bien d’autres, mettent joyeusement Christ là, oĂč Il n’y est pas et ne veut pas ĂȘtre, faire partie de l’Évangile! Encore, ils refusent de Le reconnaitre là, oĂč Il devrait ĂȘtre et Il instruit qu’Il est le Chef de cette seule organisation non-divisĂ©e et que c’est Lui qui conduit!

Mais combien verront tout le tableau en entier, et plus clairement? Combien seront capables de connecter tous ces diffĂ©rents Ă©lĂ©ments de la pensĂ©e de ce leader, et des fruits de cette organisation? Combien seront outragĂ©s par un tel Ă©gocentrisme et un subtil mais clair dĂ©nigrement du vĂ©ritable accomplissement et restauration de plusieurs doctrines aussi vitales de M. Armstrong? Combien verront pourquoi cet homme change librement toutes autres doctrines? Combien feront le lien à savoir pourquoi il pense que c’est son rĂŽle d’établir la bonne forme de gouvernement dans l’Église au lieu de M. Armstrong?

Quel poste?

Il y a encore plus d’évidences que le dĂ©sir de ce leader est de s’élever lui-mĂȘme, et cela viendra plus Ă©vident lorsque nous examinerons les responsabilitĂ©s d’un apĂŽtre au chapitre douze. En dĂ©pit de l’évidence de “s’abaisser lui-mĂȘme” dans le ComitĂ© de son organisation, cet homme, s’est actuellement Ă©levĂ© lui-mĂȘme en prenant presque chaque responsabilitĂ©, au moins sept, exclusivement donnĂ© à, et destinĂ© à fonctionner seulement au plus haut poste dans le ministĂšre de Christ. Lorsque nous en arrivons à cela, les membres et les ministres de cette organisation voudront concentrer leur attention sur les responsabilitĂ©s de ce plus haut poste en ayant leur leader à l’esprit, aussi bien qu’au chapitre neuf, oĂč nous expliquerons ce que la Bible enseigne, et ce que M. Armstrong enseigna, au sujet du rang et des responsabilitĂ©s des Ă©vangĂ©listes. Au chapitre treize, nous regarderons les faux apĂŽtres en dĂ©tail.

S’ils sont honnĂȘtes avec les faits qui seront prĂ©sentĂ©s, ces lecteurs seront obligĂ©s de se poser la question si leur leader est en fait un faux apĂŽtre! Bien sĂ»r, ce leader n’affirme pas actuellement tenir ce plus haut rang. Toutefois, nous devons nous demander si cela change la vĂ©ritĂ©, l’effet net, de ses actions.

Je rĂ©alise que c’est une des plus sĂ©rieuses questions, en fait, combien pourraient ĂȘtre plus sĂ©rieuses? Mais vous serez le juge dans les chapitres suivants, lorsqu’ils seront couverts en plus amples dĂ©tails, pour savoir si les faits ont Ă©tĂ© honnĂȘtement prĂ©sentĂ©s. Par exemple, le leader du prochain groupe dissident que nous discuterons, prend au moins une douzaine de titres qui appartiennent seulement à Christ ou au PĂšre. MĂȘme s’il ne s’adresse pas à lui-mĂȘme comme Dieu ou Christ, ou qu’il a fait quelque chose de mauvais, il est nĂ©anmoins un faux Christ. Nous verrons aussi plus loin comment cela est vrai.

Cela introduit la prochaine section au sujet du groupe dissident que cet homme conduit.

Le faux «Ce» prophÚte dissident

Cette section n’a pas besoin d’ĂȘtre longue, parce que j’ai Ă©crit un livre entier (130 pages) dĂ©crivant la liste sans fin d’erreurs (impliquant habituellement de supposĂ©es “nouvelles rĂ©vĂ©lations”) pratiquement explosant du leader de cette organisation, qui rĂ©clame le poste de “That Prophet (Ce ProphĂšte),” incluant les postes dĂ©terminant comment l’Église de Dieu doit ĂȘtre gouvernĂ©e. Pendant que la majoritĂ© sait que Dieu ne pourrait pas travailler avec le top leadership de cette Ă©glise, qui commença tard en 1989, d’autres, sont moins familiers avec ce grand groupe dissident, voudront lire mon livre: est-ce que “CE PROPHÈTE” est vivant aujourd ’hui? L’évĂšnement des Faux ProphĂštes. Mais, peu importe votre relation ou familiaritĂ© avec cette organisation, vous bĂ©nĂ©ficierez des principes que personne d’autres n’explique.

Le leader de cette organisation clame encore, actuellement, ĂȘtre: “Ce ProphĂšte” de DeutĂ©ronome 18:15. Mais la Bible enseigne, et cela sera fait clair au chapitre dix, qu’il n’y a en a aucun qui peut tenir le poste de prophĂšte à moins qu’il n’y ait un apĂŽtre vivant auquel il doit/puisse se rapporter. Aussi, un prophĂšte ne peut jamais conduire l’Église, parce que ce rang n’est maintenant pas, et n’a jamais Ă©tĂ© un poste administratif, ou mĂȘme impliquant un enseignement gĂ©nĂ©ral ou de la prĂ©dication. Encore, cela sera Ă©clairci.

Avant de continuer, il est important de noter qu’il y a aussi plusieurs petits groupes dissidents (groupuscules) conduits par des hommes clamant ĂȘtre des prophĂštes. Et il y en a plus qui apparaissant. Notez aussi, toutefois, que ces “prophĂštes” travaillent tous en opposition les uns des autres, chacun offrant diffĂ©rents scĂ©narios prophĂ©tiques, thĂ©ories et “visions.” Il est suffisant de dire que regardant de tels hommes, ils ne peuvent ĂȘtre de vĂ©ritables prophĂštes. Chacun d’eux sont faux. Mais le problĂšme est plus sĂ©rieux avec le leader clamant ĂȘtre “Ce ProphĂšte,” parce que la vrai identitĂ© de cette Personne est JĂ©sus Christ. Le livre citĂ© plus haut le prouve conclusivement, et M. Armstrong fut aussi consistant là-dessus.

J’ai fait rĂ©fĂ©rence, un peu plus haut, que cet homme prend peut-ĂȘtre une douzaine de diffĂ©rents titres et postes qui s’appliquent seulement à Dieu ou à Christ (il prend plus de trente titres au total). C’est nettement un blasphĂšme et de l’idolĂątrie de premier ordre. Cet homme est pire qu’un faux prophĂšte, et qu’un faux apĂŽtre. Prenant juste un seul titre du Christ, peu importe prendre au moins une douzaine de titres divins, un tel homme s’est fait lui-mĂȘme un faux christ dans le sens du terme!

Lorsque prĂ©sentĂ© avec les faits soigneusement Ă©talĂ©s dans le livre citĂ© plus haut, aucune personne sĂ©rieuse ne croirait qu’un tel homme a quelque chose à voir avec le gouvernement de Dieu, et aucune d’elle ne devrait le suivre dans la cuisine, mais dans le royaume de Dieu!

Ça vaut la peine de noter et cela est important à l’égard de cette organisation, que le vrai gouvernement de Dieu est bienfaisant, aimable, et est une merveilleuse bĂ©nĂ©diction pour le peuple qui est sous lui (et oui, encore, vous devez comprendre qu’il n’est pas parfait, et qu’il y a des erreurs faites par chaque ĂȘtre humain qui s’y soumettent). Mais le type de gouvernement qui y est pratiquĂ© avec cette bizarre organisation, et ils prennent un orgueil spĂ©cial à le dĂ©crire eux-mĂȘmes comme: “ayant le gouvernement de Dieu”, est si dictatorial, brutal et despotique que tout honnĂȘte observateur ne peut le diffĂ©rencier de la pire forme de tyrannie. Les apostats de WCG prouvĂšrent que beaucoup plus que l’apparence extĂ©rieure et le modĂšle doit ĂȘtre prĂ©sent pour le gouvernement de Dieu pour ĂȘtre prĂ©sent. (Mais ce groupe dissident a aussi rejetĂ© le modĂšle de diffĂ©rentes maniĂšres.)

VĂ©ritablement, et c’est difficile à dire, les gens là, seraient mieux sous soit un des deux groupes dĂ©jà dĂ©crits que de rester pour mĂȘme cinq minutes de plus sous le leadership aussi Ă©videmment dans l’erreur et inspirĂ© des dĂ©mons de cette organisation.

Le dissident intellectuel avec une “Vision”

En 1998, approximativement 1,500 à 2,000 personnes quittĂšrent le plus grand groupe dissident et formĂšrent leur propre nouvelle organisation sous un plus rĂ©cent (postĂ©rieur à 1986) Ă©vangĂ©liste de WCG. Copiant les Ă©glises de ce monde, qui se regardait comme ayant sa place parmi les nombreuses “communautĂ©s” avec une sorte d’entitĂ© amorphe du supposĂ© corps du Christ, ce groupe a choisi de s’appeler lui-mĂȘme “une CommunautĂ© Internationale” de croyants, d’aprĂšs le terme Ă©vangĂ©lique populaire d’aujourd’hui.

Le leader de cette organisation conduisit la sĂ©paration de ceux qui le suivaient sous ce scĂ©nario: Le plus gros groupe dissident l’avait à deux reprises Ă©lu comme son PrĂ©sident à huit mois d’intervalle dans sa premiĂšre annĂ©e d’opĂ©ration. Toutefois, le ComitĂ© des Anciens dĂ©cida trois ans plus tard que c’était le temps de faire un changement. Cet homme intervint immĂ©diatement et voici ce qui arriva.

Cet â€œĂ©vangĂ©liste” en vint simultanĂ©ment à deux conclusions opposĂ©es. Comme “gagnant” des deux Ă©lections sĂ©parĂ©es, il sentit que cela voulait dire qu’il Ă©tait le gagnant de Dieu,—signifiant l’élu de Dieu, et qu’il avait Ă©tĂ© choisi pour ĂȘtre “leader de l’Église.” Encore, et voici le problĂšme, il croyait simultanĂ©ment qu’il devait se “repentir” publiquement d’avoir participĂ© dans un tel processus politique. Cela voulait dire qu’il devait se “repentir” d’avoir pris part dans ces Ă©lections, mais il accepta que Dieu lui avait en fait, rĂ©vĂ©lĂ© par son Ă©lection initial, nĂ© de la rĂ©bellion, par le vote! Qu’il devait se tenir comme le nouveau “leader” de l’Église. Incroyable! (Il faut comprendre qu’il y avait une couple d’autres diffĂ©rences derriĂšre la division d’entre les deux groupes. Et il devrait aussi ĂȘtre entendu que son organisation a rejetĂ© plusieurs autres vraies doctrines.)

Tragiquement, le leader de ce groupe a maintenant finalement Ă©crit un livre, lequel, incroyablement, il VEND pour $65! Ayant perdu de vue comment seulement Christ, à Son Retour, peut rĂ©soudre les problĂšmes du Moyen-Orient, il offre un “sentier vers la paix” dans cette rĂ©gion impossible du monde. Ayant rejetĂ© Matt. 10:8: “Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement”, comment est-ce que cet homme se rappelle possiblement et comprend comment le Tout-Puissant Christ seul peut rĂ©soudre les plus grands problĂšmes de ce monde? IL ne le peut pas!

La description du gouvernement dans ce groupe peut aussi ĂȘtre relativement courte, parce que ses erreurs sont similaires au deuxiĂšme, citĂ© plus haut. L’évangĂ©liste “intellectuel” conduisant ce groupe dissident redivisĂ© a aussi pris plusieurs des responsabilitĂ©s dĂ©signĂ©es ĂȘtre accomplies solennellement par des apĂŽtres. L’adhĂ©sion là, devrait aussi soigneusement examiner les faits prĂ©sentĂ©s aux chapitres neuf et douze.

Le groupuscule, petit et à l’envers

Lorsque l’organisation de 1993 Ă©ventuellement se sĂ©para tard, en 1998, avec la majoritĂ© formant le nouveau dissident “vivant”, avec le temps, plusieurs petits groupes (groupuscules) se formĂšrent du 20% des gens, approximativement, qui Ă©taient restĂ©s derriĂšre. Pendant que chacun de ces petits groupes avait leur propre histoire, un en ressortit ayant inventĂ© une nouvelle sorte de confusion, jamais vu auparavant, aprĂšs l’apostasie.

Un de ces groupuscules qui Ă©mergea Ă©ventuellement, vint à se croire conduit par son propre â€œĂ©vangĂ©liste.” Voici ce qui est arrivĂ©: Au dĂ©but de 2005, plusieurs anciens et un pasteur s’assemblĂšrent autour d’un autre supposĂ© pasteur dans leur groupe et “l’élevĂšrent” à â€œĂ©vangĂ©liste.” Toutefois sincĂšre, cet homme avait Ă©tĂ© entraĂźnĂ© presqu’exclusivement dans un but trĂšs diffĂ©rent, et possĂ©dait peu d’expĂ©rience pratique ou d’entraĂźnement de toutes autres sortes dans le ministĂšre. (Il n’était mĂȘme pas un ancien dans WCG, et encore, il fut ordonnĂ© trois fois dans deux organisations par aprĂšs.)

Bien sĂ»r, l’idĂ©e de la validation de “l’ordination de cet Ă©vangĂ©liste” est ridicule à l’extrĂȘme pour quiconque est familier avec la vĂ©ritĂ© de la Bible. Toutefois, cela n’arrĂȘta pas ce groupe de rechercher” les Écritures jusqu’à ce qu’ils “dĂ©couvrent” supposĂ©ment que les apĂŽtres Paul et Barnabas paraissent avoir Ă©tĂ© ordonnĂ©s apĂŽtres par l’autoritĂ© d’hommes de plus bas rangs qui Ă©taient seulement des “prophĂštes et des enseignants” (Actes 13:1-3). J’ai lu leur explication, et c’est au mieux une erreur, et au pire, malheureux et comique. Mais, ainsi est cette organisation, compliquĂ©e et avec des rĂ©fĂ©rences continuelles embarrassantes à savoir comment une telle façon de penser, et en plusieurs instances, avec diffĂ©rents enseignements, est une preuve de capacitĂ© “de croĂźtre au-delà de M. Armstrong” (avec une telle “croissance” dĂ©montre que c’est un commandement pour les ChrĂ©tiens). Bien sĂ»r, cette façon de penser, de “croĂźtre au-delà du niveau de comprĂ©hension de M. Armstrong” est commune à chaque groupe dissident et groupuscule. Quelques-uns peuvent ne pas l’avoir reconnue.

Il n’y a pas d’espace ici pour expliquer les vraies circonstances d’Actes 13, mais M. Armstrong rendra lui-mĂȘme cela clair plus tard au chapitre neuf de ce qui est rĂ©ellement arrivĂ© lorsque Paul et Barnabas furent ordonnĂ©s, en d’autres mots, sous quoi, et quelle autoritĂ© cela arriva.

Pour son crĂ©dit, ce petit groupe essaie au moins de faire une petite “oeuvre” en quelque sorte. Je connais ces hommes, et ils sont sincĂšres, mis comme le dit M. Armstrong: “Ils sont sincĂšres, mais ils sont sincĂšrement sĂ©duits!” Heureusement, il sera Ă©ventuellement Ă©vident pour quelques-uns dans ce groupe que cette “ordination” fut une erreur et que leur “oeuvre” fut celle des hommes.

À tout hasard, lorsque quelqu’un n’est pas officiellement un ministre ordonnĂ©, encore moins un Ă©vangĂ©liste, et qu’il prend pour lui-mĂȘme les responsabilitĂ©s dĂ©signĂ©es aux apĂŽtres, le problĂšme est seulement amplifiĂ©. De tels efforts pour faire l’Oeuvre sont encore faux, sont contraire aux voies que le gouvernement de Dieu opĂšrent, et elles ne sont pas conduites par JĂ©sus Christ.

Un autre groupuscule â€œĂ©vangĂ©liste”

Un groupuscule plus rĂ©cent, celui-ci conduit par un homme ordonnĂ© Ă©vangĂ©liste au dĂ©but des annĂ©es 1950, apparĂ»t au dĂ©but de 2004, et plusieurs centaines de personnes se sont vitement associĂ©es avec lui à cause de son nom. Cette petite organisation prĂ©sente un problĂšme de gouvernement diffĂ©rent et unique reliĂ© à tous les anciens du plus gros groupe dissident.

Un peu d’histoire: Tard en 1998, le leader de ce groupe se sĂ©para du deuxiĂšme groupe le plus gros pour environ un an et demi. Plus tard, il y repensa et dĂ©cida d’y retourner, et il y resta pour approximativement trois ans. On lui expliqua lors de son retour qu’il devait abandonner son poste d’évangĂ©liste jusqu’à ce que ceux au-dessus de lui sentent qu’il s’est suffisamment “repentit” de sa “rĂ©bellion.” Il accepta volontairement et publiquement les termes, et alors il fut complĂštement enlevĂ© du ministĂšre pour trois ans. Lorsque sa rĂ©installation ne vint pas comme il l’avait espĂ©rĂ©, ses “geĂŽliers” considĂ©raient le rĂ©installer à un poste beaucoup plus bas, cet homme quitta cette organisation pour une deuxiĂšme fois et se dĂ©clara Ă©vangĂ©liste tout comme avant.

Nous devons nous demander: Est-ce que cela peut-ĂȘtre fait? Est-ce qu’un homme peut se rĂ©installer lui-mĂȘme dans le ministĂšre aprĂšs avoir volontairement quittĂ© son appel ministĂ©riel? Et dans ce cas, pour plus de trois ans? Est-ce que son action est lĂ©gitime? A t-il encore de l’autoritĂ©, dans le cas de son poste, plus qu’un peu?

Analysons soigneusement ce qui est arrivĂ©. Raisonnons ensemble à la lumiĂšre de la maniĂšre que Dieu gouverne Son Église. Reconnaissez qu’il y a eu des hommes qui ont Ă©tĂ© enlevĂ©s du ministĂšre et plus tard rĂ©installĂ©s. Pour diverses raisons, cela est arrivĂ© en de multiples occasions à travers les annĂ©es. (Bien sĂ»r, je ne parle pas de ceux qui ont Ă©tĂ© enlevĂ©s involontairement du ministĂšre pour de mauvaises raisons, des cas dans lesquels un homme refusa d’enseigner de faux enseignements dans le but de garder son poste. J’ai expĂ©rimentĂ© cela à deux reprises et croyez-moi, je connais la diffĂ©rence. Vous devriez aussi.)

Lorsque cet homme s’est volontairement dĂ©vĂȘtu de l’autoritĂ© de son poste à une organisation dont il Ă©tait en fait entrant pour une deuxiĂšme fois, il comprenait exactement ce qu’il faisait, dans son cas, ayant considĂ©rĂ© la dĂ©cision prĂ©alablement pendant plusieurs mois. Il rejeta en toute connaissance de cause ses crĂ©dits à une organisation qu’il a plus tard reconnu, maintenant pour une deuxiĂšme fois, comme fausse. Lorsque cet homme rejeta ses crĂ©dits ministĂ©riels à la porte de ce groupe dissident, tout comme un vĂȘtement, sa dĂ©cision n’a pas seulement dĂ©shonorĂ© M. Armstrong, le fidĂšle apĂŽtre humain employĂ© pour l’avoir installĂ© en poste il y a tellement d’annĂ©es de cela, mais il dĂ©shonora aussi l’ApĂŽtre au-dessus de M. Armstrong; JĂ©sus Christ (HĂ©b. 3:1)! Auquel il crut auparavant qu’Il le guida dans son ordination originale et dans son poste.

Voici le point: En permettant à cette organisation de l’enlever du poste sans vĂ©ritable cause (exceptĂ© à la vue des leaders qui Ă©taient là), et en toute connaissance de cause, cet homme, s’est disqualifiĂ© lui-mĂȘme de ce poste et du ministĂšre. Naturellement, il regretta plus tard sa dĂ©cision. Mais, comme ÉsaĂŒ trouva avec la bĂ©nĂ©diction de son droit de naissance (lire HĂ©breux 12:16-17), il Ă©tait trop tard! Ne voyant aucune autre option, l’homme s’est simplement rĂ©installĂ© lui-mĂȘme. Mais cet homme n’avait absolument aucun autoritĂ© biblique pour se “rĂ©installer” lui-mĂȘme, particuliĂšrement aprĂšs avoir commis une telle offense monumentale contre la dĂ©cision de Christ pour le placer dans un poste Ă©levĂ©.

Le lecteur peut essayer de trouver dans la Bible oĂč un homme ait jamais Ă©tĂ© permis de quitter le ministĂšre (et pour aussi longtemps) et aprĂšs, se rĂ©installer lui-mĂȘme de sa propre autoritĂ©. Il n’y a aucune instance historique, aucune confusion, que quelqu’un le peut, soit dans l’ùre de Philadelphie ou n’importe quelle autre Ăšre, oĂč une telle chose soit arrivĂ©e. Quelques-uns semblent croire que parce que nous sommes dans l’ñge de LaodicĂ©e, que cette sorte de confusion rebelle peut ĂȘtre acceptable. DiffĂ©rents anciens ministres et frĂšres qui le suivent, semblent penser que dans de tels cas à cause de certains ministres et/ou d’autres frĂšres sĂ©duits et manipulateurs leur ont dit qu’ils jouaient un “rĂŽle important” ou qu’ils “faisaient une diffĂ©rence” (le cas avec cet homme), que la propre rĂ©installation est permise. Qui essaient-ils de sĂ©duire? Certainement pas aux gens pensants qui ne comprennent rien du gouvernement dirigĂ© par Christ comme il a Ă©tĂ© restaurĂ© à l’Église par M. Armstrong!

Dans un sens, les 400 “anciens” dans le plus grand groupe dissident qui ont transfĂ©rĂ© l’autoritĂ© de leur poste à leur organisation ont Ă©tĂ© plus qu’honnĂȘtes que cet homme et certains autres. Aussi sĂ©duits qu’ils Ă©taient, ils ont au moins admis ouvertement qu’ils agrĂ©aient tous ensembles pour diminuer leur rang afin d’atteindre “un homme, un vote” dans la ConfĂ©rence GĂ©nĂ©rale des Anciens. Si, comme il a Ă©tĂ© expliquĂ©, ces hommes sĂ©niors de cette organisation se sont disqualifiĂ©s eux-mĂȘmes pour retourner à leur poste plus Ă©levĂ©, alors, celui qui a volontairement quittĂ© le ministĂšre complĂštement, et pour plusieurs annĂ©es, a Ă©tĂ© beaucoup plus loin que de s’ĂȘtre disqualifiĂ© lui-mĂȘme du service du ministĂšre de Christ! Jusqu’à la repentance et une possible rĂ©installation par la pleine et entiĂšre autoritĂ© de Christ!

Ce n’est pas un accident que cet homme qui conduit ce dissident du “21Ăšme siĂšcle” “examina” vers la fin des annĂ©es 1990, la comprĂ©hension de l’Église du gouvernement et dĂ©cida que M. Armstrong “avait tort”. Et ce n’est pas non plus un accident qu’il conclut que l’Église et le gouvernement de Dieu soient divisĂ©s aujourd’hui. Il savait que si un gouvernement de Dieu unifiĂ© existait encore comme M. Armstrong l’enseigna, il aurait à le rechercher diligemment et jusqu’à ce qu’il le trouve, et alors à s’y soumettre!

Malheureusement, plusieurs prĂ©fĂšrent croire que les circonstances dans “l’église” aujourd’hui, reflĂštent Juges 21:25, oĂč: “chacun faisait ce qui lui semblait bon.”

Mais, il y a plus à examiner avant que nous ayons terminĂ© avec le plus petit groupe dissident, ou groupuscule.

Un autre groupe dissident

Tard en 1991, un pasteur associĂ© rĂ©signa de WCG et crĂ©a une nouvelle organisation, la deuxiĂšme à se former aprĂšs l’apostasie.

Ce groupe n’a jamais crĂ» au-delà de quelques centaines d’adeptes, et c’est grandement à cause que ce leader ne croyait pas que M. Armstrong “avait le bon Ă©quilibre” entre “faire l’Oeuvre” et “nourrir le troupeau”. Il expliqua qu’il apprĂ©hendait la mauvaise sur-emphase de M. Armstrong sur la prĂ©dication de l’Évangile et avertir IsraĂ«l, au lieu de “prendre soin des brebis”, soit la principale raison qu’autant de gens soient tombĂ© aussi facilement lorsque l’apostasie survint et rejeta la vĂ©ritĂ©.

Un orateur intĂ©ressant et effectif, dĂ©cida de se spĂ©cialiser à donner des sermons en profondeur, pour aider (certainement pas une mauvaise chose), mais en excluant complĂštement de continuer de faire l’Oeuvre de Dieu. Son focus initial Ă©tait entiĂšrement sur “prĂ©parer l’épouse”, et cela demeura ainsi pour quelque temps. Toutefois, ayant acceptĂ© depuis le commencement un nombre de doctrines des apostats, cet homme Ă©ventuellement, tomba dans une armĂ©e d’idĂ©es prophĂ©tiques absolument absurdes. ConsidĂ©rez-en juste une, parce qu’elle illustre bien combien loin plusieurs se sont Ă©loignĂ©s. Cet homme est allĂ© aussi loin que de conclure que la “grande prostituĂ©e” et ses “filles adultĂšres” d’Apocalypse 17:5 sont actuellement les douze nations (ou tribus) d’IsraĂ«l, et ne sont pas les Ă©glises Catholiques ou/et Protestantes!

Pensez pour un moment à toute la comprĂ©hension de base des prophĂ©ties que M. Armstrong devait avoir incorrectes pour que la thĂ©orie de cet homme soit bonne. Tout l’ensemble sur lequel se tient le tiers de la Bible qui est sur la prophĂ©tie, implose comme une pile de dĂ©chets si cette idĂ©e est correcte. Est-ce que tous, mĂȘme la moitiĂ© des Ă©tudiants expĂ©rimentĂ©s de la Bible, croient possiblement que les nations d’IsraĂ«l vont chevaucher la derniĂšre, Union EuropĂ©enne de dix nations; la BĂȘte?

Maintenant, essayez de comprendre comment la comprĂ©hension des prophĂ©ties de base d’une personne, dans ce cas un ministre sĂ©nior, pourrait s’effondrer aussi complĂštement! En fait, cette idĂ©e particuliĂšre est si outrageuse, que n’importe qui voudrait l’investiguer naturellement, par curiositĂ©, juste pour “voir ce qu’il dit”. Le rĂ©sultat: Les faibles sont introduits, un dissident qui ne devrait pas ĂȘtre capable d’attirer cinq personnes matures, et un dĂ©ceveur est nourri.

Le “Fidùle” groupuscule

Une autre petite organisation s’est formĂ©e dans les derniĂšres annĂ©es, et elle se prĂ©sente elle-mĂȘme comme une alternative unique et attractive alternative pour ceux qui sont fatiguĂ©s des compromis dans les gros dissidents. Conduit par un pasteur ĂągĂ©, ce petit groupe s’est battu pour tenir ferme plus que n’importe quel autre groupe ou groupuscule.

À tout Ă©gard, ce groupe est, littĂ©ralement, “si prĂšs, et si loin”. MĂȘme s’ils sont les plus prĂ©cis doctrinalement parmi tous les autres groupes à part l’Église RestaurĂ©e de Dieu, leur leader est tombĂ© dans trois erreurs titanesques.

PremiĂšrement, il a conclu que l’Oeuvre de Dieu, comme elle est dĂ©finie dans la Bible et par M. Armstrong, s’est essentiellement terminĂ©e depuis plus de 20 ans. ExceptĂ© dans le but de rassembler ceux qui le suivront pour attendre la place de sĂ©curitĂ© sous lui. Comme le plus gros groupe, duquel il vint, il fut conditionnĂ© à penser qu’il n’y a plus de “Chef des Bergers” pour conduire l’Église de Dieu aujourd’hui. MĂȘme s’il vit le mĂȘme compromis doctrinal terrible du plus gros groupe dissident, et qu’il expĂ©rimenta la mĂȘme chose dans le plus petit, ce groupe dissident qu’il laissa en 1998, il lia sa croyance qu’il n’y a plus de “Chef des Bergers” aujourd’hui à l’idĂ©e qu’il n’y a pas non plus d’Oeuvre de Dieu significative aujourd’hui. MĂȘme le plus gros groupe dissident n’alla pas aussi loin.

DeuxiĂšmement, cet homme a alors conclu nĂ©cessairement, que le gouvernement de Dieu n’est plus en place aujourd’hui, et, bien sĂ»r, c’est une erreur colossale de comprĂ©hension. De tels hommes, et il y en a plusieurs comme celui-là, prennent les dimes qui appartiennent à Dieu, qui ont à ĂȘtre payĂ©es seulement là, oĂč Son gouvernement existe, et par consĂ©quent, là, oĂč Son Oeuvre s’accomplit. Puisse Dieu aider tous ces hommes, combien sincĂšres ils peuvent ĂȘtre, pour voir qu’ils volent, et Qui, ils volent!

J’ai fait rĂ©fĂ©rence ailleurs que M. Armstrong expliqua comment le gouvernement de Dieu existait premiĂšrement pour le but de faire Son Oeuvre à travers Son Église. Dans le livre: «THE WORK OF DIEU – Its Final Chapter! » (L’Oeuvre, est-elle terminĂ©e?). Il y est expliquĂ© soigneusement comment M. Armstrong dit que l’Oeuvre de Dieu et je veux dire la vĂ©ritable Oeuvre de Dieu, continuerait jusqu’à la Grande Tribulation. Cela signifie avec ses deux parties composantes en place: annoncer l’évangile et avertir IsraĂ«l. Cela justifie l’étendue, la grosseur et la capacitĂ© de l’Oeuvre Ă©tant accomplie par l’Église RestaurĂ©e de Dieu, qui continue d’exploser presqu’au-delà de l’imagination, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, plus que de tripler en grosseur maintenant depuis cinq annĂ©es en ligne! C’est pourquoi, il y a plusieurs millions qui lisent notre vaste arsenal de littĂ©rature aujourd’hui dans chaque nation et virtuellement chaque territoire sur terre. (Nous avons quelques fois jusqu’à 2,000 lecteurs dans une seule semaine, mĂȘme, des plus petits pays, mĂȘme Musulmans, comme l’Arabie Saoudite!)

Ce n’est pas le but ici de rĂ©pĂ©ter ce livre exhaustif, il suffit de comprendre qu’il y a plusieurs petits groupes qui ne feront pas l’Oeuvre de Dieu, et c’est en partie à cause qu’ils ne sont pas capables de l’accomplir. Ils n’ont pas Ă©tĂ© formĂ©s/entrainĂ©s pour la faire, ils n’ont pas les ressources pour la faire, ils sont trop doctrinalement compromis pour la faire correctement, ils ont perdu de vue ce qu’est l’Oeuvre, et ils n’ont pas le support de Dieu, qui travaille seulement avec une organisation et un homme à la fois. Cela sera amplement dĂ©montrĂ© dans le reste de ce livre, et cela a Ă©tĂ© discutĂ© à maintes reprises dans les autres livres aux dissidents.

La troisiĂšme erreur majeure que cette petite organisation dans laquelle elle est tombĂ©e, et rĂ©ellement, c’est la premiĂšre en importance, est que le leader et ceux qui sont là, ne comprennent plus qui et quoi sont le Corps et l’Église de Christ. Au risque de me rĂ©pĂ©ter, je continue de mettre l’emphase sur cette grande erreur parce qu`elle est rĂ©pandue et que la bonne comprĂ©hension est tellement importante. C`est aussi connectĂ© à la reconnaissance que le gouvernement de Dieu est en place et, par consĂ©quent, l`Oeuvre doit ĂȘtre accomplie. Ces trois grandes erreurs en pensant que: “le gouvernement”, “pas de suite à l`Oeuvre”, et “oubliant ce qu`est l`Église”, font parti d`un ensemble insĂ©parable. Chacun des points conduit aux deux autres. Perdez-en un, et les deux autres suivront rapidement.

“Les joyeux G.R.U.M.P.”

Un mot devrait ĂȘtre dit au sujet d`un petit groupe peu connu, mais trĂšs rĂ©el, “un groupuscule cachĂ©â€ à l`intĂ©rieur mĂȘme de WCG. Ce groupe se rĂ©fĂšre à lui-mĂȘme comme: “The Joyful G.R.U.M.P.” signifiant: «Dieu’s Remnant Under Much Persecution» (la PostĂ©ritĂ© de Dieu Sous Beaucoup de PersĂ©cutions). Évidemment, aprĂšs des annĂ©es dans ces circonstances, ce groupe est loin d`ĂȘtre joyeux. MisĂ©rable, est plus prĂšs de la vĂ©ritĂ©. Ils se dĂ©nombrent autour de 1,000 ou un peu moins, et ils ont des ministres du mĂȘme avis aussi à l`intĂ©rieur de WCG qui s`y rapportent “les supportant silencieusement et travaillant avec eux.”

En fait, ce groupe se croit “tenir ferme” et “rejetant toutes erreurs” maintenant enseignĂ©es, en fait, le groupe en entier est en train de mourir de faim. Pour plusieurs, le processus a probablement Ă©tĂ© complĂ©tĂ© depuis longtemps. Je sais, parce que j`ai travaillĂ© avec quelques-uns d`eux, et j`ai vu combien ils Ă©taient dĂ©sespĂ©rĂ©ment pris dans leur façon de penser confuse regardant la rĂ©bellion et la culpabilitĂ© qui en rĂ©sultent, et comment “ils ne peuvent laisser WCG parce que Dieu va tourner cela à Son avantage.”

La misĂšre de ce groupe est rĂ©ellement auto-infligĂ©e. En effet, cette faction cachĂ©e de WCG n`a pas choisi, et ne choisirait pas, sa propre libĂ©ration “d`Auschwitz” lorsqu`ils l`auraient pu, croyant que Dieu veut, actuellement, qu`ils restent sous le joug de leur ravisseur. Dit plus clairement, manquant la volontĂ© de se libĂ©rer eux-mĂȘmes, lorsque les “AlliĂ©s” vinrent pour les libĂ©rer, l`alternative de Dieu et du vrai gouvernement ayant Ă©tĂ© fait disponible pour quelques-uns d`eux, ils rejetĂšrent la dĂ©livrance parce qu`ils regardaient pour un “sauveur” à l`intĂ©rieur du pĂ©rimĂštre mĂȘme pour “se lever” et faire de ce “camp de la mort” un Jardin d`Éden une fois encore.

Une telle façon de penser, littéralement, brise le coeur.

Vous ne pouvez simplement pas dire à ces gens terriblement sĂ©duits qu`un champion envoyĂ© de Dieu ne vient pas pour les sauver eux et leur corporation. Bien sĂ»r, tous, ou virtuellement chacun d`eux ont involontairement acceptĂ© une armĂ©e de fausses doctrines qu`ils s`Ă©taient permis d`Ă©couter pour aussi longtemps que, peu importe leurs protestations, ils n`ont maintenant plus qu`une trĂšs vague idĂ©e des doctrines qui sont vraies ou fausses. En d`autres mots, ils y sont restĂ©s tellement longtemps qu`ils ont acceptĂ© plusieurs faux enseignements en oubliant que les apostats, pas M. Armstrong, leur avaient enseignĂ© ces idĂ©es. Ils sont simplement aveugles à ce processus de conditionnement.

Par exemple, pour retourner au gouvernement, ce groupe est si confus à ce sujet, oĂč et quoi c`est, et comment l`identifier, qu`ils sont restĂ©s dans WCG (maintenant, depuis plusieurs annĂ©es) attendant patiemment, voulant accepter, quelqu`un de l`intĂ©rieur pour corriger miraculeusement “l`Église” (qui, encore, ils ont confondus avec la corporation) sous la direction de Dieu parce qu`ils croient que Son gouvernement est encore là, quoiqu`elle soit maintenant capturĂ©e par Ses ennemis. Ils ont Ă©tĂ© dits à rĂ©pĂ©tition que les ministres qui laissĂšrent WCG Ă©taient des mercenaires, pendant que ceux qui restĂšrent, Ă©taient fidĂšles. Ce groupe est si dĂ©sespĂ©rĂ©ment déçu qu`ils se sont convaincus eux-mĂȘmes actuellement, que Dieu veut qu`ils Lui paient Ses dimes à Ses pires ennemis! En d`autres mots, ils encourageaient, assistaient personnellement, directement en leur remettant tous les pouvoirs, ces ennemis, afin qu`ils aient plus de temps pour terminer l`abatage de Son troupeau!

Tragiquement, ce groupe est en train de se suicider en payant pour celui qui l`aidera!

C`est rĂ©ellement, rĂ©ellement, incroyable! Une personne est laissĂ©e à se demander si une telle personne n`a jamais compris que le gouvernement de Dieu avait quelque chose à voir avec une corporation à moins que cette corporation Ă©tait sous contrĂŽle, et dirigĂ©e par Ses fidĂšles leaders, qui Ă©taient eux aussi dirigĂ©s par Christ.

Je mentionne ce groupe parce que le “GRUMP” forme une sorte de groupe dissident à l`intĂ©rieur mĂȘme de WCG, et parce qu`ils reprĂ©sentent une autre, et peut-ĂȘtre la plus extrĂȘme, maniĂšre que la comprĂ©hension du gouvernement de Dieu peut ĂȘtre malmenĂ©e, dĂ©figurĂ©e au-delà de toute reconnaissance, et engendre de vĂ©ritables et terribles consĂ©quences. Ce groupe dĂ©montre aussi qu`il y a des gens qui, comme des prisonniers sur le point d`ĂȘtre libĂ©rĂ©s, ne voudront pas laisser les confins de la familiaritĂ© de la prison mĂȘme si la court leur dit qu`ils sont libres.

MisĂ©ricordieusement, la nouvelle WCG semble officiellement purger tous les observateurs du Sabbat de leurs rangs. Le “GRUMP” sera forcĂ© de prendre une dĂ©cision.

Encore plus “s’affiliant”

Un plus récent mouvement a pris place parmi les nombreux petits groupes, et cela semble croitre. Nous le regarderons au moins briÚvement, parce qu`il rejette virtuellement tous les éléments de compréhension de la connaissance de ce qu`est le gouvernement de Dieu.

Plusieurs des groupes presque microscopiques croient maintenant qu`ils devraient â€œĂ©vangĂ©liser” et “rĂ©pandre le Christianisme” sous toutes ses formes, diffĂ©remment dĂ©finies. Comme les Ă©vangĂ©liques, ces gens habituellement croient que l`Oeuvre de Dieu aujourd`hui est “d`atteindre” et “d`aider les autres” (incluant d`aider les organisations de bienfaisance et des victimes de dĂ©sastres), et d`essayer de diriger autant de monde que possible à “JĂ©sus” et au Sabbat et peut-ĂȘtre quelques autres doctrines clĂ©s. Mais “JĂ©sus” et l`observance du Sabbat sont leurs pierres angulaires.

Ces petits groupes, toutefois, trouve cela difficile de faire cavalier seul. Le rĂ©sultat est que quelques-uns d`eux ont dĂ©cidĂ© que ce serait mieux s`ils “s`affiliaient” les uns les autres sur une base “d`Ă©gal à Ă©gal”. (Cela est diffĂ©rent des actuels pourparlers de fusionnement survenant entre les deux plus grands groupes de dissidents.) L`idĂ©e est que l`un des deux soit en charge, mais ils peuvent encore se rĂ©jouir des bĂ©nĂ©fices de faire partie d`une plus grande “association” de groupes, de gens et d`efforts en “coordonnant” les activitĂ©s. Alors, il y a le fait que ces groupes sont en train d`expĂ©rimenter quelques “succĂšs,” quoi qu`il en soit, et cela devient une expĂ©rience enlevante. Ces leaders croient rĂ©ellement que Dieu leur montre de nouvelles façons et plus spirituellement avancĂ©es pour accomplir Son Oeuvre, plus effectivement aujourd`hui. MĂȘme s`ils sont actuellement loin derriĂšre des groupuscules et des autres groupes un peu plus gros, les leaders et les membres de ces petits groupes se voient eux-mĂȘmes comme Ă©tant loin au-devant des grosses organisations qu`ils ont laissĂ©es “courageusement” derriĂšre.

Sur la surface, tout cela semble certainement attractif au raisonnement humain. Ce plan semble offrit plusieurs bĂ©nĂ©fices, incluant la libertĂ© de tous les gouvernements. Le problĂšme est que cela ne pourrait ĂȘtre plus loin de la façon que Dieu travaille, mĂȘme si ces groupes avaient la vĂ©ritĂ© en entier, et habituellement, ces minuscules petits clans sont souvent les plus doctrinalement compromis!

Mais le chaos et la confusion des dissidents ont plus d`Ă©lĂ©ments à faire attention, et ils sont tous erronĂ©s!

De plus en plus de chaos!

Le lecteur doit comprendre que toutes sortes d’innovations et de formes de pensĂ©es personnellement stylisĂ©es arrivent, et se multiplient rapidement, dans la multitude de petits groupes sortant de WCG aujourd’hui. En voici une liste exhaustive:

  • Il y a de plus en plus de ministres indĂ©pendants et de “ministres sur cassettes” qui sont apparus, presque toujours conduits par des hommes de plus bas rang et de moins d’expĂ©rience. Encore, parce que ces hommes n’ont pas Ă©tĂ© entraĂźnĂ©s pour accomplir l’Oeuvre, ils ont eu à inventer d’autres “raisons pour y ĂȘtre.” Leurs mĂ©thodes pourraient ĂȘtre dĂ©crites comme un peu diffĂ©rentes, mais en rĂ©sumĂ©, ces mĂ©thodes ne sont pas semblables pour le but. Ils se spĂ©cialisent souvent dans les prophĂ©ties, avec d’étranges idĂ©es et de thĂ©ories.
  • Il y a aussi un nombre croissant continuel de “prophĂštes” se levant, exactement comme Christ avertit (à trois reprises dans Matthieu 24) surviendrait à la fin de cet Ăąge. Aussi, juste comme Il le dit: “plusieurs seront [et sont] déçus.” La plupart ne s’en rendent pas compte, en partie parce qu’ils ne comprennent pas que certains ministres deviennent de facto prophĂštes, dans le sens qu’ils altĂšrent radicalement la comprĂ©hension des prophĂ©ties prouvĂ©es.
  • Des anciens locaux et des anciens locaux de l’église (et certains autres ministres de rangs plus bas) ordonnent d’autres anciens locaux de l’église de/par leur propre autoritĂ©, et nous verrons que cela est contraire à ce que M. Armstrong expliqua regardant qui est autorisĂ© pour approuver des ordinations, et qui ne le sont pas (on ne parle pas de qui, physiquement, peut les performer).
  • Le concept Protestant de “l’évangĂ©lisation locale”, introduit premiĂšrement au peuple de Dieu lorsqu’ils Ă©taient encore dans WCG, s’est rĂ©inventĂ© encore et encore dans une variĂ©tĂ© de maniĂšres à travers les petits et plus gros groupes dissidents, et cela est devenu la force motrice parmi ceux impliquĂ©s à former les “affiliations” dĂ©crites plus haut.
  • Le point prĂ©cĂ©dent est la force motrice derriĂšre une vĂ©ritable explosion de sites web personnels qui sont apparus, avec plusieurs parmi eux reproduisant illĂ©galement la littĂ©rature de M. Armstrong. L’idĂ©e est que les individus peuvent maintenant prĂȘcher l’évangile au monde, prenant alors les affaires entre leurs propres mains. Parti, disparu le besoin de se soumettre à l’autoritĂ© d’un gouvernement dans l’Église ou des lois de «copyright» des hommes parce que la plupart disent: “on va s’en tirer avec cela.”
  • Directement reliĂ© à cela, quelques ministres locaux des deux plus gros dissidents, opĂšrent leurs propres sites web dĂ©versant, rĂ©pandant, leurs “rapports” à quiconque les Ă©coutera. Leurs quartiers gĂ©nĂ©raux sont incapables, et ne veulent juste pas, ou non-intĂ©ressĂ©s, à les retenir.
  • Ce qui est pire, c’est que de plus en plus de pasteurs dans les gros dissidents deviennent “indĂ©pendant,” et sont reconnus comme des “hĂ©ros” qui ont eu le “courage” de quitter les “gros groupes.” Toutefois, sous un examen rapprochĂ©, dans chaque cas, ces hommes sont vus comme ayant tombĂ©s dans chacune des pires façons de penser des pires doctrines et des pires problĂšmes.
  • Une politique (rĂ©pandue) de porte ouverte existe dans virtuellement tous les groupes dissidents, grands et petits. Des gens de toutes sortes, et d’apparence, peuvent maintenant assister librement. Par exemple, dans le gros dissident PentecĂŽtiste, (et dans beaucoup d’autres), les visiteurs et les adeptes peuvent maintenant ĂȘtre entendus dire ensembles: “amen” ou: “merci JĂ©sus.”
  • Un nombre croissant de femmes Ă©crivent, plus prĂ©cisĂ©ment, prĂȘchent, dans diverses publications et sur des sites web, et il y en a mĂȘme qui ont Ă©tĂ© ordonnĂ©es dans quelques-uns des plus petits groupes dissidents.
  • MĂȘme parmi ceux qui quittĂšrent pour assister à un ou plusieurs groupes dissidents, de plus en plus, de ce que l’on appelait, anciens frĂšres, en viennent maintenant à “mĂ©priser le gouvernement” et à “injurier les gloires” (incluant M. Armstrong et quasiment tous les autres ministres) de tout rang et de toute organisation (II Pierre 2:10), et dans des tons acariĂątres! Ce sont ceux-là qui habituellement quittent toutes les organisations pour devenir des “ChrĂ©tiens à la maison” ou libres de toutes attaches, et qui rebondissent entre les diverses organisations. Quelques-uns de ceux-là croient que le gouvernement de Dieu a disparu d’une maniĂšre permanente, d’autres croient que seulement temporairement, et d’autres croient que M. Armstrong “n’a jamais compris.”

Presque toute cette confusion actuellement, origine dans WCG. Comprenons. Un grand nombre quittĂšrent pour les dissidents aprĂšs qu’elle eut introduit des hommes Ă©levĂ©s au poste de ministres, des femmes et des adolescents derriĂšre le pupitre, l’évangĂ©lisation locale et les ordinations politiquement motivĂ©es, sont tous survenus durant et aprĂšs le rejet du gouvernement de Dieu. Presque personne n’a reconnu comment les apostats de WCG jouĂšrent un Ă©norme rĂŽle en amenant la condition chaotique prĂ©sente aujourd’hui dans les groupes dissidents.

Pensez-y! Un faux apĂŽtre complĂštement charnel s’éleva là, prenant, actuellement saisissant, un poste que ni M. Armstrong ni JĂ©sus Christ ne lui avaient donnĂ©. (Vous apprendrez plus loin pourquoi M. Armstrong ne le fit pas, et actuellement ne le pouvait pas, installer cet homme au poste d’apĂŽtre.) Pensez pour un moment à l’environnement qui aurait Ă©tĂ© crĂ©Ă© par ce simple acte de grossiĂšre rĂ©bellion contre la conduite de Christ au sommet mĂȘme de l’Église. Pensez à tout ce qui n’aurait pas changĂ© dans le climat de WCG sans autant de mĂ©chancetĂ© au sommet de la hiĂ©rarchie humaine, encore, tout cela comme rĂ©sultat de ce terrible acte de dĂ©fiance contre le gouvernement de Christ.

Lorsque la rébellion, premiÚrement, devint populaire

Avant de conclure ce chapitre, nous devons regarder au tout début, les premiÚres occasions, de rébellion survenue dans WCG. Elles eurent un effet direct sur les évÚnements et les conditions qui prendraient place plus de 30 ans plus tard.

En 1972, M. Armstrong eu à retirer son fils pour une courte pĂ©riode. Lors de sa rĂ©installation, un pourcentage de ministres passa dans la clandestinitĂ© en dĂ©sagrĂ©ant, les conduisant à commencer à examiner diffĂ©rentes doctrines de l’Église. Cela les fit “dĂ©couvrir” une “erreur” aprĂšs l’autre. EncouragĂ© par le Directeur de l’Administration de l’Église, des groupes de ministres tranquillement commencĂšrent à se former autour de certains directeurs rĂ©gionaux, 75% de ceux qui agrĂ©Ăšrent en gĂ©nĂ©ral avec ceux du quartier gĂ©nĂ©ral de la clandestinitĂ©. Les circonstances permirent que cela commence lentement la norme à se fier pour que quelqu’un puisse “questionner Pasadena.” (Une citation de M. Armstrong au chapitre un rĂ©fĂšre cette pĂ©riode.)

Une rĂ©bellion majeure s’ensuivit en FĂ©vrier 1974, conduite par six des huit directeurs rĂ©gionaux. Cela devint un point tournant crucial, survenant justement dans les annĂ©es libĂ©rales. Plusieurs milliers de frĂšres et de ministres quittĂšrent l’Église dans une pĂ©riode de sept à dix jours. MĂȘme si c’est un petit nombre, relativement parlant, ce mouvement eut un effet durable dans l’Église tout comme dans le “Watergate” de la mĂȘme annĂ©e qui arriva sur l’AmĂ©rique. Rien ne serait plus pareil.

Cette rĂ©bellion, en plus des nombreuses fausses doctrines permises dans l’Église durant ces annĂ©es libĂ©rales (jusqu’au milieu de 1978), rĂ©sulta que plusieurs, qui avaient restĂ© dans l’Église, furent incapables de “combattre la rĂ©bellion”. Tout comme un couple mentionnant l’idĂ©e de “divorce,” sans remplir les papiers, l’idĂ©e de rĂ©bellion Ă©tait maintenant sur la table avec des dizaines de milliers d’esprits. “Divorcer” de l’Église et du gouvernement de Dieu Ă©tait maintenant la seule option!

L’effet net fut que le mouvement, une fois lancĂ©, ne pouvait plus s’arrĂȘter, et tout Ă©tait en place pour l’introduction de l’ùre de LaodicĂ©e, douze ans plus tard.

Le matĂ©riel nausĂ©abond trouvĂ© aujourd’hui sur diffĂ©rents sites web et dans certains “journaux” est directement attribuable aux Ă©vĂšnements survenant au dĂ©but des annĂ©es 1970. En fait, plusieurs dans les dissidents et les groupuscules ont tournĂ© en rond dans leur dĂ©sir de s’associer avec les ministres qui quittĂšrent ou qui avaient Ă©tĂ© remerciĂ©s lors des annĂ©es libĂ©rales. Des “rassemblements,” des “confĂ©rences,” des “forums” et des “ateliers de travail” avec ces hommes, cela inclut une variĂ©tĂ© d’autres sortes d’activitĂ©s à travers tous ces groupes en ligne, et cela est devenu l’ordre du jour au pays du chaos.

Simplement pas possible

Il y a vingt ans, l’Église entiĂšre aurait dit d’une seule voix que les choses dĂ©crites dans ce chapitre ne pourraient jamais arriver. Elles seraient vues comme impossibles. En plus, aujourd’hui, elles ne font pas juste d’arriver, mais elles sont acceptĂ©es comme Ă©tant nĂ©cessaires par beaucoup plus de gens que nous pourrions le penser, et mĂȘme vues par quelques-uns comme la maniĂšre que ces choses auraient dĂ» toujours ĂȘtre.

C’est une forme de pensĂ©e terriblement tragique et erronĂ©e.

J’ai expliquĂ© en dĂ©tail dans mon livre “The Work of Dieu”, que les groupes dissidents collectivement, et je parle de ceux qui supposĂ©ment ont survĂ©cu l’apostasie, souffrent d’une sorte d’amnĂ©sie de masse. Ils ont complĂštement oubliĂ© de grandes parties de croyance et de comprĂ©hension et ne peuvent mĂȘme se rappeler l’Église lorsqu’elle Ă©tait trĂšs diffĂ©rente de l’image projetĂ©e dans les dissidents, ou dans tout autre groupe. Les gens qui disaient reconnaitre un vrai serviteur de Dieu lorsqu’ils en voyaient un, vont maintenant suivre virtuellement n’importe qui se rĂ©clamant ĂȘtre de Dieu. (Avec quelques ajustements, Raspoutine trouverait probablement des adeptes dans les dissidents.) Presque personne ne semble demander ou mĂȘme requĂ©rir des faits, des Ă©vidences et des preuves, des fruits! Qu’un ministre n’est pas un charlatan compromettant (ou que plusieurs travaillant ensemble ne sont pas un groupe de charlatans). Presque personne ne semble se soucier si un homme est fidĂšle et qu’il supporte le gouvernement de Dieu comme il a Ă©tĂ© restaurĂ© à l’Église au vingtiĂšme siĂšcle, aussi bien que de ne pas compromettre avec aucune autre doctrine.

Depuis que tellement peu de gens du peuple de Dieu ne comprennent plus, peut-ĂȘtre mĂȘme jamais compris, la nature entiĂšre de tout ce qui a Ă©tĂ© restaurĂ© sous M. Armstrong sur l’affaire du gouvernement, ils sont incapables de tenir les ministres responsables lorsqu’ils rĂ©clament au sujet de leur autoritĂ©. Au chapitre cinq, vous apprendrez qu’il n’y a aucune possibilitĂ©, absolument aucune de la restauration du gouvernement de Dieu dans une organisation si tous les postes de son ministĂšre ne sont pas compris ou reconnus et acceptĂ©s à l’intĂ©rieur.

Ce qui aurait pu ĂȘtre un trĂšs long chapitre est mieux sĂ©parĂ© en deux à cause d’une autre facette diffĂ©rente, mais reliĂ©e à tous ce qui a Ă©tĂ© dĂ©crit. Cela doit ĂȘtre identifiĂ©. L’énorme changement en pensant que l’examen rĂ©vĂšle une cause transcendante derriĂšre tous les mauvais effets que vous venez juste de lire, et montre qu’ils sont attribuables à celui qui dĂ©tient le pouvoir aujourd’hui


Chapitre Quatre – RESPONSABLE AU PEUPLE

Aussi long que pouvait l’ĂȘtre, le chapitre trois, son sujet n’est pas rĂ©ellement complet jusqu’à ce qu’un autre point central soit soulevĂ© et examinĂ©. Si ce chapitre parle de ce qui est en train d’arriver dans les dissidents et les groupuscules, celui-ci parle du pourquoi et en explique la cause.

Il y a une tendance superpuissante dans les dissidents qui dĂ©montre combien/comment le destructeur en est arrivĂ© à ĂȘtre à l’Ɠuvre sur une aussi grande Ă©chelle. Nous avons besoin de voir comment le peuple et les ministres de Dieu en sont venus à croire qu’ils “font ce que la Bible dit” et qu’ils prennent l’autoritĂ© par eux-mĂȘmes.

Le sujet de discussion dans ce chapitre rĂ©vĂšle aussi que peut-ĂȘtre, plus que n’importe quel autre seul fait, pourquoi l’ñge LaodicĂ©enne fut capable d’arriver sur le peuple de Dieu, et comment il s’est manifestĂ© dans les dissidents. Une partie de ce qui arrive dans ce chapitre, vient d’une section d’un autre livre aux dissidents. Mais, elle s’applique parfaitement ici. Nous aurons besoin d’examiner cela en profondeur.

La façon démocratique

Il y a quelque temps, un fameux acteur d’Hollywood, pensant avec nostalgie et intĂ©rĂȘt à retourner le pays aux “meilleurs moments du passĂ©â€, fut citĂ© dans une interview d’un journal national. Parlant de son nouveau film au sujet de politiques Ă©tablies dans les annĂ©es 1950 aux États-Unis, il dit: “La plus grande chose dans ce pays, est que n’importe qui peut questionner son autoritĂ©. C’est ce que je fais.”

Presqu’en mĂȘme temps, en rĂ©ponse à la guerre de l’AmĂ©rique en Iraq, un sĂ©nateur AmĂ©ricain exprima un sentiment similaire. Il rĂ©agissait à ce qu’il croyait ĂȘtre à la dĂ©fense des politiques en Iraq du PrĂ©sident mise en doute. Ce sĂ©nateur dĂ©clara: “L’administration doit comprendre que chaque AmĂ©ricain a le droit de questionner nos politiques en Iraq et ailleurs, et ne devrait pas ĂȘtre dĂ©nigrĂ© ou condamnĂ© pour dĂ©sagrĂ©er avec eux. SuggĂ©rant que pour dĂ©fier ou critiquer les politiques est de miner la crĂ©dibilitĂ© et d’offenser nos troupes et n’est pas dĂ©mocratique, ni ce que ce pays s’est tenu pour plus de 200 ans.”

Ces deux hommes sont sans aucun doute sincĂšres dans leur croyance au sujet de la “force” ou de la “beautĂ©â€ ou des “prodiges” de la “dĂ©mocratie en action.” Bien sĂ»r, presque chacun vivant dans une dĂ©mocratie croit que c’est une bonne chose que leurs leaders, en fait, travaillent pour tous, et que la populace peut questionner ou remplacer leurs “patrons” politiques n’importe quand s’ils ne leur donnent pas ce qu’ils veulent.

Dans chaque gouvernement dĂ©mocratique, peu importe sa forme particuliĂšre, chaque leader est ultimement responsable au peuple. Chaque tenancier de poste a Ă©tĂ© Ă©lu au travers une sorte de votation, ou nommĂ© par quelqu’un d’élu. Cela signifie que ces leaders peuvent soient ĂȘtre installĂ©s par le peuple, ou enlevĂ©s par eux, s’ils ne “livrent pas les promesses”, que l’électorat dĂ©sire.

En fait, pas seulement, les gens peuvent questionner l’autoritĂ© en AmĂ©rique, et la majoritĂ© des pays de l’Ouest, mais ils sont fortement encouragĂ©s de le faire dĂšs leur plus jeune Ăąge à l’école. Cela ne peut ĂȘtre plus loin des Voies de Dieu. Ses serviteurs n’ont pas à ĂȘtre continuellement questionnĂ©s et dĂ©fiĂ©s. Mais cela s’applique seulement si, et bien sĂ»r, c’est un gros SI aujourd’hui, ces leaders sont complĂštement fidĂšles avec la vĂ©ritĂ©, le gouvernement de Dieu et Son Oeuvre.

Ajoutons ici l’effet de la presse libre de l’Ouest. Un rĂ©seau populaire de tĂ©lĂ©vision AmĂ©ricaine rĂ©pĂ©ta à plusieurs reprises qu’il livrait des nouvelles “justes et balancĂ©es”. AprĂšs avoir donnĂ© des informations particuliĂšres et inhabituelles, difficiles ou controversĂ©es, les commentateurs rĂ©pĂ©tĂšrent: “Nous rapportons, vous dĂ©cidez!”

Voici ce que cela dit au spectateur: “Vous avez tous de la sagesse, de la connaissance, et de la comprĂ©hension. Vous, le peuple, ĂȘtes Ă©minemment qualifiĂ© pour dĂ©cider sur les solutions aux problĂšmes que nous rapportons. Nous nous fions au bon jugement du peuple AmĂ©ricain.” Cela reflĂšte une confiance non-fondĂ©e parce que ce n’est pas vrai. Les ĂȘtres humains ne sont pas qualifiĂ©s pour rĂ©soudre les problĂšmes de ce monde, les troubles, les mauvaises choses et les souffrances. À part, sans, la direction de Dieu, ils ne sont pas qualifiĂ©s pour diriger les nations, les armĂ©es, les communautĂ©s, les grandes institutions, les Ă©coles et collĂšges. Et ils ne sont pas qualifiĂ©s pour conduire l’Église de Dieu!

Cela peut ĂȘtre surprenant d’apprendre combien de gens bien connus, incluant de fameux politiciens, ont offerts de surprenants exemples de dĂ©mocratie, de vote et de politiques. Plusieurs sont drĂŽles (tous sont fascinants), et rĂ©vĂšlent leur point de vue cynique, que beaucoup de gens mĂȘme dans ce monde, tiennent envers les gouvernements dĂ©mocratiques. Par exemple, Winston Churchill dit: “Le meilleur argument contre la dĂ©mocratie est une conversation de cinq minutes avec le voteur moyen.” (Le prochain encadrĂ© offre seulement un petit Ă©chantillon de cette perspective.)

Par quelle autorité?

Cet Ă©chantillonnage de cette perspective conduit à une question dĂ©jà considĂ©rĂ©e comme impensable dans l’Église: Est-ce que les vrais leaders et les ministres servent, soit: par la volontĂ© du peuple, ou par la volontĂ© d’autres ministres qui les ont Ă©lus? Comme nous avons vu, la majoritĂ© du peuple de Dieu est dans une organisation (il y en a beaucoup d’autres en plus de la plus grosse) qui a adoptĂ© une sorte de gouvernement dĂ©mocratique Ă©lectif à la place du gouvernement du haut en bas, dont M. Armstrong enseigna. (Les organisations qui pratiquent le vote essaient invariablement de justifier leurs actions qui copient le monde en prĂ©sentant ce qu’ils font comme un “consensus converti.”)

Retournons une fois de plus à la comprĂ©hension de base, qui est expliquĂ©e dans quelques endroits dans les livres Ă©crits aux dissidents, mais qui aidera à ĂȘtre rĂ©visĂ©e ici.

Le mot LaodicĂ©e, est un dĂ©rivĂ© de deux mots clĂ©s racines, qui signifie littĂ©ralement: “le peuple rĂšgne, juge ou dĂ©cide.” Plusieurs n’ont jamais compris cela ou l’ont oubliĂ©. ConsidĂ©rez! Le mot Grec laos signifie: “peuple.” (Membre du peuple en dĂ©rive.) Alors, du mot Grec dike, vient le mot anglais: “dĂ©cide” ou “dĂ©cision.” Ce mot peut aussi dire: “rĂšgne” ou “juge.” Quelques-uns peuvent argumenter sur les nuances de ces mots, mais il n’y a aucun doute sur ce que le mot LaodicĂ©e signifie.

Par consĂ©quent, l’ùre finale de l’Église de Dieu est mieux dĂ©crite comme Ă©tant le temps oĂč: le peuple rĂšgne, juge, dĂ©cide! Tout le concept de l’ñge lorsque le peuple dĂ©cide sur tout, signifie que tout le peuple dans cette Ăšre (membres du peuple, diacres, anciens, pasteurs et mĂȘme les Ă©vangĂ©listes) ont revĂȘtu cette attitude. Cette vue va directement à l’encontre du gouvernement de Dieu.

Il est mentionnĂ© dans II Pierre 2:10 qu’il y en a qui: “mĂ©prisent l’autoritĂ©â€ et “qui injurient les gloires”. Un regard honnĂȘte au spectrum de la sociĂ©tĂ© moderne prĂ©sente une image Ă©tonnante. Les normes sociales ont changĂ© radicalement dans les derniĂšres annĂ©es. La majoritĂ© des gens ne tolĂšrent plus grand chose de leurs gouvernements. La citoyennetĂ© des nations de l’Ouest mĂ©prise habituellement leurs gouvernements et parle en mal des postes civils et des autoritĂ©s sur eux.

La démocratie, le vote et les politiques

  • “90% des politiciens donnent à l’autre 10% une mauvaise rĂ©putation.” (Henry Kissinger).
  • “La politique est peut-ĂȘtre la seule profession pour laquelle aucune prĂ©paration n’est nĂ©cessaire.” (Robert Louis Stevenson).
  • “La grande chose au sujet de la dĂ©mocratie est qu’elle donne à chaque voteur une chance de faire quelque chose de stupide.” (Art Spander).
  • “La politique est l’art de chercher le trouble, de le trouver; qu’il existe ou non, de le diagnostiquer incorrectement, et d’appliquer le mauvais remĂšde.” (Ernest Benn).
  • “Puisqu’un politicien ne croit jamais ce qu’il dit, il est trĂšs surpris de voir qu’on le prend au mot.” (Charles De Gaulle)
  • “Je suis venu à la conclusion que la politique est trop sĂ©rieuse pour ĂȘtre laissĂ©e aux politiciens.” (MĂȘme)
  • “Rien ne peut autant aliĂ©ner un voteur du systĂšme politique que d’endosser un candidat gagnant.” (Marc B. Cohen)
  • “Quiconque est capable de se faire lui-mĂȘme PrĂ©sident, ne devrait jamais ĂȘtre permis de faire la «job».” (Douglas Adams).
  • “En politique, vous devez toujours courir avec la meute. Le moment que vous faiblissez, et qu’ils le sentent, le reste se tournera contre vous comme des loups.” (R. A. Butler).
  • “La politique n’est pas une mauvaise profession. Si vous rĂ©ussissez, il y a beaucoup de rĂ©compenses, si vous Ă©chouez, vous pouvez toujours Ă©crire un livre. (Ronald Reagan).
  • “La politique est supposĂ©e ĂȘtre la deuxiĂšme plus vieille profession. J’en suis venu à rĂ©aliser qu’elle ressemble beaucoup à la premiĂšre.” (MĂȘme)
  • “Ayez tous les fous avec vous et vous pourrez ĂȘtre Ă©lu pour n’importe quoi.” (Frang Dane)
  • “La raison qu’il y ait si peu de femmes politiciennes, est que c’est trop de trouble de maquiller deux visages.” (Maureen Murphy).
  • “Les politiciens sont les mĂȘme partout. Ils promettent de construire un pont mĂȘme lorsqu’il n’y a pas de riviĂšres.” (Nikita Khrushchev).
  • “Un honnĂȘte politicien est celui qui, lorsqu’il est achetĂ©, il reste achetĂ©.” (Simon Cameron).
  • “La dĂ©mocratie substitue l’élection par les nombreux incompĂ©tents; par le choix des peu nombreux corrompus.” (George Bernard Shaw).
  • “La dĂ©mocratie est la suspicion rĂ©currente que plus de la moitiĂ© du peuple a raison, plus que la moitiĂ© du temps.” (E.B. White).

Ces gouvernements sont tombĂ©s sous le siĂšge virtuel d’une myriade de factions, de groupes avec des intĂ©rĂȘts spĂ©ciaux, et de comitĂ©s d’actions politiques, qui les blĂąment soit pour des erreurs, ou qu’ils demandent des actions sur des problĂšmes, ou qu’ils appellent pour des investigations pour “avoir la vĂ©ritĂ©.” La dissidence est cĂ©lĂ©brĂ©e sous toutes ses formes. Étrangement, toutefois, la sociĂ©tĂ© a en mĂȘme temps Ă©tĂ© conditionnĂ©e pour ĂȘtre “tolĂ©rante” sur toutes formes d’immoralitĂ© et de perversion, chaque “style de vie”, qu’elle peut produire. En fait, la seule chose que les gens ne peuvent plus tolĂ©rer est l’intolĂ©rance. Le dicton est devenu: “vivre et laisser vivre” dans son sens le plus large, exceptĂ© là, oĂč le gouvernement est concernĂ©! D’une certaine maniĂšre, les dissidents ne sont pas diffĂ©rents. Le peuple et le ministĂšre veulent diriger leurs gouvernements, et tolĂšrent trĂšs peu d’eux, pendant qu’ils sont en mĂȘme temps parfaitement heureux de tolĂ©rer toutes sortes de doctrines perverties et de mauvaises conduites.

Continuant, des “situations scandaleuses” de toutes sortes ont laissĂ© les citoyens de presque tous les pays de l’Ouest, profondĂ©ment cyniques et mĂ©fiants de presque toutes les autoritĂ©s. Encore, Romains 8:7 dĂ©clare que la nature humaine n’a jamais Ă©tĂ© soumise à Dieu et à Ses Lois (ou les lois des hommes). Toutefois, ce qui a toujours Ă©tĂ© une tendance naturelle dans les gens est maintenant devenu pire dans cet Ăąge. La rĂ©bellion ouverte et les protestations de toutes sortes sont devenues l’attitude prĂ©dominante autour du monde!

“Prenant les choses entre leurs propres mains”

Maintenant, regardez au peuple de Dieu, et à vous-mĂȘme! Une mĂ©fiance similaire s’est dĂ©veloppĂ©e à cause des abus du gouvernement, des scandales et des faux enseignements. Comme rĂ©sultat, plusieurs ont ressenti qu’ils devraient prendre le gouvernement entre leurs propres mains. Mais la populace n’est pas supposĂ©e rĂ©gner dans l’Église de Dieu, DIEU RÈGNE! M. Armstrong comprit cela, et nous l’avons dĂ©jà tous cru. Mais une chose intĂ©ressante survint durant l’apostasie. Tout changea! Plusieurs en vinrent à croire que le gouvernement pourrait maintenant seulement ĂȘtre “gardĂ© à vue” si les membres et le ministĂšre en gĂ©nĂ©ral y participaient activement eux-mĂȘmes!

Le peuple commença à avoir confiance en eux-mĂȘmes, au lieu d’en Dieu, pour conduire Son Église. Dieu par Salomon, dĂ©clara que: “Celui qui a confiance dans son propre cƓur, est un insensĂ©.” (Prov. 28:26). Lisez aussi les Proverbes 16:2 et 21:2. AprĂšs avoir Ă©tĂ© “brulĂ©s” trop souvent, trĂšs peu maintenant croient, ou ont confiance, que Christ conduit Son Église.

Dieu comprend que l’apostasie, jumelĂ©e avec les conditions finales à travers le monde, s’étendrait sur la derniĂšre Ăšre de Son peuple, lorsque les gens prendraient le contrĂŽle et rĂšgneraient sur “l’église.” Par consĂ©quent, cette Ăšre apparut juste en temps, exactement comme Dieu l’a prĂ©dit. MĂȘme si aucun du peuple de Dieu ne devrait ĂȘtre confus, la plupart le sont. Encore, cette confusion n’aurait jamais dĂ» avoir lieu.

Il y a toujours eu une seule vĂ©ritable Église. Il y a, toutefois, deux conditions coexistentes à la fin de cet Ăąge. L’une est large et dominante, et mĂ©chamment divisĂ©e, et l’autre est petite, de “peu de force” (Apoc. 3:8), et complĂštement unifiĂ©e!

Le lecteur sĂ©rieux voudra Ă©couter soigneusement à notre sĂ©rie trĂšs importante en 2 parties de sermons (disponible en Anglais seulement): “The Body of Christ: Why Most Are No Longer in It—But Assume They Are!” Ces sermons, jumelĂ©s avec la rĂ©fĂ©rence prĂ©cĂ©dente de la sĂ©rie en 6 parties (disponible en Anglais seulement): “The Towering Government Doctrine, les vĂ©ritĂ©s que la majoritĂ© ont oubliĂ©s,” ces deux sĂ©ries faisant parti du «Splinter Explanation Packet (SEP)», dĂ©peignent complĂštement le tableau.

“ShĂ©rifs” et Bergers

Un autre Ă©lĂ©ment critique de base fut Ă©tabli au dĂ©but de l’apostasie par les nouveaux hommes qui entrĂšrent les Services MinistĂ©riels, incluant le prĂ©sent Pasteur GĂ©nĂ©ral, à Pasadena. Cela servit à inoculer le peuple de Dieu contre tout emploi du gouvernement.

À un certain point, il fut annoncĂ© à tout le ministĂšre que dans le passĂ©, lorsque les ministres de WCG “pensaient qu’ils Ă©taient des bergers, ils Ă©taient rĂ©ellement des shĂ©rifs.” Une fois que ce clichĂ© fut introduit, populaire avec la nature humaine, il prit vitement racine. J’ai expliquĂ© en d’autres endroits, comment les ministres furent presque intimidĂ©s/dominĂ©s pour Ă©viter l’emploi du gouvernement, Ă©tant un “shĂ©rif”, comme le peuple Ă©tait conduit dans la “grĂące” insignifiante de la pensĂ©e Protestante vers l’obĂ©issance de Dieu sous toutes les formes/maniĂšres.

La phrase ou l’expression “ShĂ©rif/Berger” vint à ĂȘtre rĂ©pĂ©tĂ©e sans fin par les ministres et les frĂšres qui n’avaient aucune idĂ©e de ce qu’ils parlaient. Mais cela servait à un but plus sinistre, cela prĂ©disposait le peuple de Dieu pour ĂȘtre piĂ©gĂ© par la culture d’arrogance prĂ©valente dans les sociĂ©tĂ©s autour d’eux.

“Nous sommes des dieux”

Le prophĂšte JĂ©rĂ©mie parla au sujet des conditions dans les nations modernes d’IsraĂ«l juste avant le Retour de Christ. Ce qu’il y dĂ©crit n’est pas joli. Au chapitre 2, Dieu parle d’une attitude qui s’est dĂ©veloppĂ©e dans ces nations modernes d’IsraĂ«l: les États-Unis, le Canada, la Grande Bretagne, et d’autres. Ce qui y est enregistrĂ© est fascinant pour l’imagination, si vous dĂ©sirez comprendre.

Notez: “Pourquoi Mon peuple dit-il: Nous sommes libres (en anglais: we are «Lords», ce qui signifie «Seigneurs»), nous ne voulons pas retourner à Toi” (JĂ©r. 2: 31). Le verset suivant explique que les nations d’IsraĂ«l aujourd’hui ont: “Mon peuple M’a oubliĂ© depuis des jours sans nombre”. Lorsque le peuple oublie le vĂ©ritable Dieu, ils trouvent un remplacement. MĂȘme si trĂšs peu le reconnait, cette façon de penser mondaine prĂ©valente dans la fin de cet Ăąge, “nous sommes libres”, a profondĂ©ment affectĂ© virtuellement tout le peuple de Dieu.

Plusieurs ne veulent simplement plus laisser Christ rĂ©gner sur Son Église. Ça se traduit souvent par: “Je ne suis plus en ‘contrĂŽle’”. Chaque personne veut ĂȘtre son propre seigneur, “son meilleur homme”, avec une attitude de: “personne ne ME dit quoi faire”.

Lorsque les choses tournent mal, la majoritĂ© des frĂšres aujourd’hui critiquent ou invectivent parce qu’ils ne veulent plus ĂȘtre conduits. Ils n’emploient pas l’injustice, ne se retirent pas, ou n’emploient pas de compromis doctrinaux comme raison pour aller à la recherche du gouvernement de Dieu. Au lieu, ils en arrivent à leurs propres dĂ©cisions, leurs propres jugements, sur presque tout ce qui a à faire avec l’Église et/ou l’Oeuvre, et de la maniĂšre que l’administration et le gouvernement devraient travailler dans leur groupe. Comme rĂ©sultat, “la haine, la trahison et les offenses” (Matt. 24:10) dont le Christ prĂ©dit apparaĂźtraient dans l’Église avant Son Retour, et cela empirerait. Cela a permis à la majoritĂ© de facilement justifier l’approche de “chacun pour soi” pour gouverner l’Église. Maintenant, c’est la queue qui tourne autour du chien, et non l’inverse. Plusieurs frĂšres maintenant dĂ©versent leurs opinions qui couvrent un large rĂ©pertoire de sujets, et ils le font sans aucune idĂ©e de ce qu’ils parlent. Mais, essayez de leur dire cela.

Malheur aux leaders qui ne se soumettront pas à la volontĂ© des nombreux “seigneurs” qui sont parvenus à rĂ©gner sur “l’Église” à la place de Christ! Le pape Catholique prit le titre de: Vicaire de (signifiant “à la place de”) Christ. Le temps de plusieurs soi-disant “Vicaires de Christ” est arrivĂ©, et il est trouvĂ© à travers les diffĂ©rents groupes dissidents. Encore, ironiquement, lorsque confrontĂ© avec la correction ou l’instruction, ce sont les mĂȘmes personnes qui accuseront les ministres de cela, de s’ingĂ©rer entre eux et Christ!

Matthieu 18:15, ministres et charges de “mauvaises conduites”

Faisons un bref retour en arriùre pour examiner un peu l’histoire importante de l’ùre de Philadelphie.

En 1979, six anciens membres sĂ©duits de WCG engagĂšrent un avocat “pour amener M. Armstrong en justice” pour de supposĂ©es malversations. Ces six “agents” (un terme lĂ©gal) entreprirent par eux-mĂȘmes de s’occuper de ce qu’ils percevaient comme “mauvais à Pasadena.” Ils cherchĂšrent l’assistance d’un juge, et un expert audit prit place (sans qu’une des deux parties impliquĂ©es ne soit prĂ©sente ou mĂȘme informĂ©e de l’audition/rĂ©union).Le juge nomma un syndic/percepteur, et l’infĂąme assaut contre l’Église commença. Cela dura presque deux ans et amena plusieurs leçons importantes à l’Église, mais elles ont Ă©tĂ© complĂštement oubliĂ©es par la grande majoritĂ© du peuple de Dieu aujourd’hui! Si vous le permettez, ce livre est capable de les ramener à la pensĂ©e.

Continuant, d’outrageuses charges de mauvaises conduites et de mauvaises administrations furent levĂ©es contre M. Armstrong, et les faits actuels et la vĂ©ritĂ© importaient peu pour plusieurs. Cela fut rendu possible par la dĂ©termination de juste six personnes pour prendre les affaires entre leurs propres mains! Bien sĂ»r, ils ne rĂ©ussirent pas. Mais auparavant, leur “zĂšle” mal dirigĂ© et tĂ©mĂ©raire causa des dĂ©sordres majeurs dans l’Oeuvre. Cela permit aussi à “mettre la table” pour la toute nouvelle façon de penser à venir dans l’Église.

Est-ce que des frĂšres peuvent limoger des ministres?

Des circonstances parallĂšles existent aujourd’hui. Il y a des “frĂšres” qui pensent que c’est leur prĂ©rogative d’employer Matthieu 18:15 pour redresser des mauvaises conduites perçues dans le ministĂšre. Dans une terrible et mauvaise application de ce verset, quelques-uns croient qu’ils peuvent assembler des tĂ©moins et approcher un ministre avec leurs “charges.” Lorsque l’accusĂ© ne consent pas de se “repentir” des offenses dĂ©crites, ces “frĂšres” sentent qu’ils peuvent en effet, le dĂ©clarer ĂȘtre “un paĂŻen et un publicain” (verset 17). Ils font cela en allant “à l’Église”, ce qui veut dire l’Internet et partout, oĂč ils peuvent publiquement le crucifier. Écrivant de fausses lettres hideuses, et mensongĂšres, ils utilisent toutes les plateformes de communications et des rĂ©seaux sociaux qui peuvent leur aider à rĂ©pandre leurs “charges/accusations”, et leurs “trouvailles.” Le but est d’atteindre le plus de gens possible pour assassiner le caractĂšre d’un ministre dont ils ne pouvaient pas contrĂŽler. L’attaque peut ĂȘtre meurtriĂšre, je le sais!

Voici l’étape suivante. Invariablement, quelques personnes croiront allĂšgrement les accusations, et mĂȘme remercier de telles personnes pour les efforts. En retour, cela confirme aux accusateurs qu’un but noble et important avait Ă©tĂ© atteint, le peuple a Ă©tĂ© â€œĂ©clairĂ©â€, “aidĂ©.” L’Internet et une variĂ©tĂ© de table à discussions rĂ©sonnent chaque jour avec ce genre “d’eau au moulin.”

Reconnaissez que l’Église n’a jamais compris Matthieu 18:15 pour permettre aux frĂšres de leur propre autoritĂ©, qu’ils pouvaient assassiner publiquement des ministres ou d’autres frĂšres, par des “investigations” et des “jugements,” soit publiquement ou en privĂ©. Nous avons toujours su que la derniĂšre Ă©tape de Matthieu 18:15 est accomplie de haut en bas, jamais du bas en haut!

Examinons cela: Est-ce que deux ou trois frĂšres peuvent enlever un ministre de Dieu en l’accusant de mĂ©conduite ou d’hĂ©rĂ©sie de sa part? Est-ce que n’importe quel groupe de frĂšres d’autour du monde ciblerait un ministre qu’ils n’aiment pas ou qu’ils n’agrĂ©ent pas avec lui, et actuellement, l’enlĂšvent de son poste? Est-ce que la Bible permet, ou mĂȘme l’autorise? ConsidĂ©rez! Si votre rĂ©ponse est soit “oui” ou “peut-ĂȘtre,” alors vous suggĂ©rez que n’importe quel ministre de Dieu peut ĂȘtre tenu en otage par les dissidents qui dĂ©cident, pour n’importe quelle raison, qui est dans leur intĂ©rĂȘt. C’est exactement ce que quelqu’un doit conclure pour commencer une “procĂ©dure” contre un ministre particulier ou des ministres. Bien sĂ»r, s’ils sont de vrais ministres, alors, en effet, DIEU, peut alors ĂȘtre pris en otage de la mĂȘme maniĂšre! Et aussi Son gouvernement.

Maintenant, pensez à la quantitĂ© de gens qui n’aiment pas ou n’agrĂ©ent pas avec leur ministre. Il y en a beaucoup, on pourrait Ă©crire un millier de livres avec leurs raisons! Tous les vrais ministres auraient à passer leur ministĂšre en entier à “espĂ©rer contre tout espoir” qu’ils n’ont jamais offensĂ©s deux ou plusieurs personnes durant leur Pastorat, ou se retrouver eux-mĂȘmes le sujet de Matthieu 18:15.

Voyez-vous l’illogisme absurde d’une telle action dissidente?

Qu’est-ce au sujet de M. Armstrong?

À la lumiĂšre de cela, n’importe quelles des deux ou trois personnes dans l’Église auraient pu alors limoger M. Armstrong à tout moment durant son ministĂšre! Bien sĂ»r, lors de la mise en tutelle sous administration judiciaire en 1979, six personnes essayĂšrent à travers les cours de ce monde, mais elles ont failli! Est-ce que quelqu’un douterait qu’il y avait des centaines ou mĂȘme des milliers de membres, et cela n’est pas un petit nombre de ministres, qui souhaitaient le limoger durant sa vie? Bien sĂ»r qu’il y en avait! (En rĂ©alitĂ©, les faux leaders qui succĂ©dĂšrent à M. Armstrong, et qui essayĂšrent de faire taire la vĂ©ritĂ© qu’il enseigna le prouve.)

Est-ce que les exigences de Matthieu 18:15 signifient qu’un apĂŽtre de Christ eu à s’assoir durant tout son ministĂšre, pour 52 ans! EspĂ©rant ne pas offenser un quelconque groupe de personnes à: Denver, Dallas, Dubuque, ou DĂ©troit, parce que ce petit groupe aurait pu commencer des procĂ©dures et le limoger s’il les avait offensĂ©s? Lorsque nous y pensons de cette maniĂšre, cela dĂ©montre que l’idĂ©e est ridicule. Cela aurait rendu M. Armstrong otage à toute foule voulant le pendre.

Les Ă©critures nous instruisent dans Matthieu 18:15: “Va vers ton frĂšre,” pas “Va vers ton ministre.” Ce n’est pas parce que les ministres sont au-dessus de la loi, ou que vous ne pourriez pas (ce qui serait certainement trĂšs rare) respectueusement parler à votre ministre si vous ne compreniez pas une de ses actions ou de ses dĂ©cisions. C’est parce qu’un vrai ministre ne peut pas ĂȘtre limogĂ© par personne, exceptĂ© par Dieu Lui-mĂȘme, habituellement à travers Ses fidĂšles ministres sĂ©niors. MĂȘme là, bien sĂ»r, s’ils sont Ses serviteurs dĂ»ment nommĂ©s, ils auront toujours des raisons justes pour faire cela! Mais tout cela se tourne en comprĂ©hension là, oĂč le vĂ©ritable gouvernement conduit par Christ, le seul vĂ©ritable gouvernement de Dieu, existe. Sans Ă©tablir cela en premier, tout devient trouble, et sujet aux opinions humaines, à l’interprĂ©tation et à l’application, et la confusion triomphe à chaque action.

Il y avait plusieurs hommes autour de M. Armstrong qui voulaient se dĂ©barrasser de lui. S’ils avaient rĂ©ussi, Dieu aurait littĂ©ralement perdu Son apĂŽtre choisi, comme leader humain de Son Église. En d’autres mots, Dieu aurait appelĂ© et entraĂźnĂ© Son serviteur pendant des annĂ©es, en prĂ©paration pour Son grand but, et puis, voir Son Plan en entier contrecarrĂ© par une poignĂ©e de dissidents rebelles. Si vous voyez que des gens, “des frĂšres”, ne devraient jamais ĂȘtre permis à faire cela à M. Armstrong, alors il devrait ĂȘtre clair que cela ne devrait pas ĂȘtre permis à ĂȘtre fait à aucun vĂ©ritable ministre!

Le marquage

Romains 16:17 dĂ©clare toutefois, que les “frĂšres” ont à les “marquer [ministres ou membres] qui causent des divisions et des offenses contrairement à la doctrine dont vous avez apprise, et de les Ă©viter.” Nous avons compris depuis longtemps que “marquer” signifie “prendre note de.” Bien sĂ»r, si un membre quelque part est autorisĂ© à marquer un ministre pour n’importe quelle raison (rĂ©elle ou imaginaire) n’importe quand, l’Église serait descendue immĂ©diatement dans un chaos absolu il y a 2,000 ans! (Par exemple, combien d’ennemis avait au juste Paul?)

Voyez-vous cela? Et voyez-vous les nombreuses et diffĂ©rentes formes de cette façon de penser alimentent les divisions, la confusion et le chaos à travers les groupes dissidents?

Les frĂšres devraient certainement noter les faux ministres ou les membres compromettants, tiĂšdes, et les Ă©viter. Mais ils ont à faire attention avec cela, c’est en fait un commandement biblique clair. Nous avons tous fait cela en quittant WCG. Quoique la majoritĂ© ne le fera plus, chaque ChrĂ©tien doit obĂ©ir must obey Romains 16:17-18. Mais ce passage ne permet pas aux gens ou aux organisations de calomnier, de diffamer, d’attaquer ou de publiquement assassiner des ministres lorsqu’ils en ont envie. C’est la simple vĂ©ritĂ© de la maniĂšre dont l’Église s’est toujours occupĂ©e de ces choses dans le passĂ©!

Reconnaissez que si les frĂšres voulaient encore, individuellement et collectivement obĂ©ir à cette instruction aujourd’hui, ils seraient conduits à la porte du seul endroit qui ne compromet pas, et oĂč le gouvernement de Dieu existe et là, oĂč le Christ conduit. Ce serait le rĂ©sultat naturel, en fait, automatique.

Un point additionnel à considĂ©rer, et cela amplifie un point discutĂ© plus tĂŽt: Si un ministre est limogĂ© par ses supĂ©rieurs parce qu’il n’arrĂȘtera pas d’enseigner la vĂ©ritĂ©, et que ces leaders l’accusent de “diviser l’Église” ou de “semer la discorde,” avec des accusations de “mauvaises conduites” en plus pour le rendre illĂ©gitime, cela est un cas de retrait fautif. (Bien sĂ»r, on peut s’attendre à ce Christ guide Ses fidĂšles serviteurs de ne pas faire cela.) Est-ce que M. Armstrong aurait jamais permis à des ministres de le limoger de cette maniĂšre, particuliĂšrement lorsqu’il savait que leur vĂ©ritable motivation Ă©tait de dĂ©sagrĂ©er avec ses enseignements (en fait, ceux de Dieu)? Encore, de frauduleuses expulsions furent aussi les rĂ©sultats de faux leaders au pouvoir aprĂšs l’apostasie.

J’ai soit Ă©tĂ© mis en jugement, remerciĂ©, ou limogĂ© pour un total de 12 fois juste sur des affaires de doctrines et des principes de vĂ©ritĂ©. Croyez-moi, je sais reconnaitre “une cour simulacre” lorsque j’en vois une. M. Armstrong aussi. NĂ©anmoins, si j’étais le diable, j’utiliserais mes agents pour monter une telle “cour” dans le but d’expulser un ministre fidĂšle, non compromettant, j’utiliserais toutes les opportunitĂ©s possibles. Satan fait cela parce qu’il sait qu’il y en a qui sont assez fous pour croire dans cet “ordre de la cour.”

Comprenez-vous cela? Comprendrez-vous comment cela est relié au gouvernement de Dieu?

Aucun passage ou histoire nulle part dans la Parole de Dieu, il y est montrĂ© des “frĂšres” collaborant ensembles, indĂ©pendamment du QG (qui doit ĂȘtre sur la bonne voie), de limoger ou d’enlever mĂȘme un faux ministre. Vous comprenez maintenant pourquoi. De la mĂȘme maniĂšre, aucun passage ou histoire nulle part dans la Bible n’y est dĂ©montrĂ© que des ministres collaborant ensembles pour limoger ou enlever un ministre au-dessus d’eux. Encore, vous comprenez maintenant pourquoi!

Aucune maniĂšre de discipliner

Il y a un autre cĂŽtĂ© à cette issue qui devient une ironie aujourd’hui, aussi bien qu’une preuve qu’il doit y avoir qu’un seul gouvernement de Dieu unifiĂ© quelque part qui administre l’autoritĂ© de Christ. Cela sert aussi comme une sorte d’insertion et prĂ©sente une vue exceptionnelle dĂ©taillĂ©e de ce qui est arrivĂ© lorsque les ministres et les frĂšres prirent le contrĂŽle dans l’ñge LaodicĂ©enne. Avant de continuer, reconnaissez que les ministres et les organisations dans l’ñge LaodicĂ©enne ne seraient aucunement diffĂ©rents que des frĂšres prenant l’autoritĂ© eux-mĂȘmes au hasard.

Bien sĂ»r, la Bible parle de rejeter ceux qui tombent dans de mauvaises conduites erronĂ©es sĂ©rieuses, aussi bien que de marquer ceux qui essaient de diviser l’Église avec de fausses doctrines, de la rĂ©bellion ou des malversations. Romains 16:17 certainement est dans la Bible. Ainsi que II Thessaloniciens 3:6, qui dĂ©clare, en fait, recommande: “Nous vous recommandons, frĂšres, au nom de notre Seigneur JĂ©sus Christ, de vous Ă©loigner de tout frĂšre qui vit dans le dĂ©sordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous.” Et il y a aussi ceci: “les vaines discussions d’hommes corrompus d’entendement, privĂ©s de la vĂ©ritĂ©...pour toi...fuis ces choses,” (I Tim. 6:5, 11). Et finalement, il y a cette instruction de: “Chasse le moqueur, et la querelle prendra fin; les disputes et les outrages cesseront.” (Prov. 22:10).

Ce sont tous des principes bibliques, et semblent ĂȘtre commandĂ©s, requĂ©rant de l’autoritĂ© pour l’administrer, qui avaient à pĂ©riodiquement ĂȘtre renforcis dans l’Église dans le passĂ©. Mais considĂ©rez que si l’Église est composĂ©e de plusieurs groupes et d’organisations, avec chacun administrant sa propre autoritĂ© sĂ©parĂ©e et distincte, accomplissant leurs actions avec finalitĂ©, autoritĂ©, est impossible. De mĂȘme pour la correction, l’exhortation ou la rĂ©primande lorsqu’elles sont nĂ©cessaires, soit pour les membres ou les ministres.

Voici pourquoi: Le rĂ©cipient d’une action disciplinaire, peut simplement aller ailleurs, à n’importe quel autre groupe ou organisation, ou n’importe quelle autre “vĂ©ritable Ă©glise”, et d’ĂȘtre le bienvenu! Et, comme c’est souvent le cas aujourd’hui, il sera probablement regardĂ© comme un “hĂ©ros”, virtuellement, pour avoir vu la lumiĂšre, le “mauvais” de l’organisation “offensante” qui l’a corrigĂ©, suspendu ou limogĂ©. En d’autres mots, s’il y a des centaines de “vĂ©ritables Ă©glises,” ça devient absolument impossible pour le ministĂšre d’accomplir l’instruction de Dieu de discipliner ceux qui en ont besoin. Ceux qui ont Ă©tĂ© disciplinĂ©s, peuvent toujours aller à une autre Ă©glise, et une autre, et une autre “vĂ©ritable Ă©glise.”

Mais il y a un problĂšme diffĂ©rent et reliĂ© qui a à faire avec les doctrines qui doivent ĂȘtre dĂ©fendues et celles qui doivent ĂȘtre rejetĂ©es. Le ministĂšre, et les frĂšres, doivent avoir un standard de vraies doctrines à discerner qu’ils doivent limoger ou Ă©viter. Cela requiert une seule autoritĂ© centrale conduite par Christ pour instruire dans les vĂ©ritables doctrines.

L’Église comme Mùre

Allons plus loin avec le principe mentionnĂ© plus haut, se souvenant qu’une des plus importantes responsabilitĂ©s de la vĂ©ritable Église de Dieu, c’est la protection de ses membres. M. Armstrong enseigna, et de la littĂ©rature que nous offrons confirment ce que la Bible enseigne clairement, l’Église est la “MĂšre” des enfants engendrĂ©s de Dieu en elle (Gal. 4:26; HĂ©b. 12:22-23; Apoc. 12; et II Jean 1 et 5). Elle seulement, est donnĂ©e la charge, la responsabilitĂ© solennelle donnĂ©e par Dieu, pour garder Ses enfants en toute sĂ©curitĂ©. Comment est-ce qu’une quelconque mĂšre humaine peut accomplir cela si son enfant peut librement aller dans le voisinage, choisissant n’importe quelle autre mĂšre de son choix?

Aujourd’hui, le peuple de Dieu, Ses enfants engendrĂ©s, sont errants et arpentant les rues d’une ville de 300 “foyers” (le nombre de supposĂ©es “vĂ©ritables Ă©glises” aujourd’hui, avec beaucoup plus “arrivant en ville” à tous les jours). On pourrait dire que quelques-uns sont avec des mĂšres adoptives, d’autres, avec des parents adoptifs, d’autres avec des gardiennes et d’autres avec des nourrices, d’autres dans des soins de jours et d’autres avec des kidnappeurs». En fait, il y a maintenant un choix de substituts presque sans fin, de contrefaçon, et mĂȘme de mĂšres porteuses qui sont toutes prĂȘtes à “recevoir” et à â€œĂ©lever” les enfants de Dieu.

Chaque mĂšre est la mieux placĂ©e pour connaĂźtre ses enfants, et combien ils sont diffĂ©rents les uns des autres. Seulement la vraie mĂšre aura l’amour d’une mĂšre envers ses enfants. Souvent les “mĂšres” dans le voisinage sont au mieux des prĂ©tendantes, aucune ne protĂ©gera ou prendra soin des enfants des autres que la vĂ©ritable mĂšre. Et seulement la vraie mĂšre d’un enfant connait ce qui est le meilleur pour son enfant, soit la correction (discipline) et/ou l’encouragement. Elle connait aussi ses autres enfants qui peuvent ĂȘtre blessĂ©s s’ils sont laissĂ©s sans surveillance (contrĂŽle). Quelques fois, un enfant aura besoin d’ĂȘtre corrigĂ©, ou envoyĂ© à sa chambre’.

Ainsi, c’est la maniĂšre de protĂ©ger les brebis dans l’Église de Dieu par l’action disciplinaire. Les brebis ne sont pas permises de choisir parmi les groupes et les bergers qui les protĂ©geront, de la maniĂšre qu’elles, les brebis, pensent le mieux pour elles. Elles ne peuvent non plus choisir une autre mĂšre “plus comprĂ©hensibles” lorsque leurs mĂšres les disciplinent. Encore, ce serait le produit engendrĂ© naturel d’essayer d’administrer toute sorte de corrections, de rĂ©primandes, de suspensions, de mise à l’écart, ou mĂȘme de marquer lorsque cela est nĂ©cessaire aujourd’hui. Dans les prĂ©sentes circonstances, le membre “enfant” peut simplement dĂ©clarer: “je n’aime pas ma maman, je vais en trouver une autre parce qu’elle m’a disputĂ©.” Cela se traduit: “je n’aime pas la maniĂšre dont j’ai Ă©tĂ© corrigĂ© (traitĂ©) par mon organisation, Je vais trouver une autre ‘vraie Ă©glise’ qui voudra accepter ma conduite et mes idĂ©es doctrinales, une qui me laissera lui dire comment ‘m’élever.’” Pire, la premiĂšre chose que la “nouvelle mĂšre” dit habituellement aujourd’hui est que l’enfant Ă©tait une victime d’abus, et qu’il a “fait la bonne chose” en venant à cette nouvelle, plus tolĂ©rante et comprĂ©hensive “autoritĂ©.”

Mais il y a un aspect trĂšs critique reliĂ© à l’analogie mĂšre/enfant à ĂȘtre considĂ©rĂ©. L’Église, comme n’importe quelle mĂšre humaine, est responsable pour la diĂšte de son enfant, dans ce cas, la diĂšte spirituelle. Elle doit planifier un menu quotidien qui assure la santĂ© de ses enfants grandissants. (Nous lirons plus loin qui a l’ultime autoritĂ© pour dĂ©cider comment le troupeau a à ĂȘtre nourri.) Si les enfants n’aiment pas le menu que leurs mĂšres leur servent, ils n’ont pas l’option de choisir une famille qui sert de la nourriture selon leurs dĂ©sirs. Si un enfant ne veut pas de fruits, de lĂ©gumes ou de grains entiers, l’enfant typique, il ne peut aller là, oĂč il recevra seulement des bonbons et de la crĂšme glacĂ©e.

JĂ©sus Christ ne permettrait jamais que Son Église soit rĂ©partie, brisĂ©e dans 300 foyers, toutes, servant comme diffĂ©rentes “mĂšres,” dans lesquels/lesquelles les enfants de Dieu peuvent errer, choisir, à souhait. Cette comprĂ©hension devient sa propre puissante preuve qu’il doit y avoir une seule autoritĂ© centrale: le gouvernement de Dieu, dans/avec l’Église de Dieu administrant les besoins, la protection, les doctrines, la discipline et la diĂšte, dans/de l’Église que le Christ construisit!

“Christ n’est pas divisĂ©â€

La plupart simplement ne comprennent plus ce que Paul signifiait lorsqu’il cautionna les Corinthiens: “Christ n’est pas divisĂ©â€ (I Cor. 1:13). PremiĂšrement, le contexte vient du verset 10, qui dĂ©clare en cinq maniĂšres que l’Église a à avoir de l’unitĂ© doctrinale. Beaucoup sont venus à croire que: “Christ n’est pas divisĂ©â€ signifie que Son Église peut ĂȘtre divisĂ©e, mais que, d’une façon ou d’une autre, Christ Lui-mĂȘme n’a pas l’esprit divisĂ©. Maintenant, personne ne pense en ces termes, mais c’est la seule conclusion que quelqu’un en vient à croire que Christ conduit des centaines d’organisations diffĂ©rentes.

Nous pouvons demander: Est-ce que le parfait, suprĂȘme, omniprĂ©sent JĂ©sus Christ, rĂ©ellement, aurait besoin de dire à l’Église qu’IL n’est pas divisĂ©, si cela signifierait seulement qu’IL serait personnellement consistant d’esprit? ConsidĂ©rez ceci: si mĂȘme un “homme avec un esprit chancelant est instable dans toutes ses voies” (Jacques 1:8), peut-il y avoir quelqu’un qui pense que le point de Christ est d’expliquer que Son esprit n’est pas divisĂ© afin que l’Église ne pensera pas qu’IL est “instable”? Bien sĂ»r que non! Christ a à parler au sujet de savoir qu’IL n’est pas divisĂ© dans Son leadership de Sa seule Église, unifiĂ©e, et organisĂ©e, qu’IL ne dirigerait pas simultanĂ©ment plusieurs organisations qui compĂ©titionnent et s’opposent les unes les autres, et enseignent diffĂ©rentes doctrines. Cela diviserait le gouvernement de Christ, et consĂ©quemment, Christ Lui-mĂȘme. Lorsque les hommes choisissent de conduire une armĂ©e de groupes diffĂ©rents, Christ n’est pas liĂ© ou requis pour toutes les conduire.

Le JĂ©sus Christ vivant n’est PAS divisĂ©, voulant dire qu’IL conduit juste une organisation! Les hommes SONT divisĂ©s, et Naturellement se redivisent en plusieurs groupes. Mais Christ n’est pas impliquĂ© parce que ce n’est tout simplement pas la façon dont IL travaille.

Mais, quelle est l’ultime CAUSE de ces constantes divisions et redivisions?

“Ne s’attachant pas au Chef”

Les Corinthiens ne furent pas la seule congrĂ©gation qui avait des problĂšmes avec la maniĂšre que Christ conduisait Son Église. Les Colossiens en avaient aussi. Cette congrĂ©gation s’était Ă©loignĂ©e de la voie et Ă©tait retournĂ©e dans de vieilles doctrines et idĂ©es, incluant de “vaines dĂ©ceptions,” des “philosophies,” des “traditions des hommes” et des “rudiments de ce monde” (Col. 2:8, 20).

Pourquoi? Qu’est-ce qui causa la majoritĂ© d’une congrĂ©gation de s’éloigner autant?

Paul identifia ce qui Ă©tait le problĂšme, alors, et ce qu’est le problĂšme aujourd’hui. Il dit aux Colossiens: qu’ils “ne s’attachaient pas au Chef” (Col. 2:19), qui est JĂ©sus Christ et Son leadership sur l’Église, “le Corps de Christ” (verset 17). Ils regardaient à l’extĂ©rieur de Son gouvernement, signifiant Son Corps, oĂč IL est le “Chef,” dans ce cas aux anges pour recevoir des instructions et du leadership. Si du livre aux Colossiens il n’y avait que cela de compris, ou d’ĂȘtre souvenu, dans le cas du peuple de Dieu, les â€œĂ©critures difficiles” de Colossiens 2:16 devient trĂšs facile à comprendre. Prenez un moment pour lire tout le contexte de ce que Colosse a oubliĂ©, et ce que nous de WCG avons dĂ©jà su.

La raison qu’autant de frĂšres et de ministres aujourd’hui ont cessĂ© par eux-mĂȘmes de rĂ©gner sur “l’Église”, en crĂ©ant premiĂšrement, et alors choisissant, et allant vers plusieurs organisations, est parce que ayant oubliĂ© ce à quoi ressemblait le gouvernement de Dieu, ils “ne suivent plus le Chef” (JĂ©sus Christ et ce gouvernement), et parce qu’ils ne comprennent plus qu “IL “n’est pas divisĂ©,” signifiant encore, que Son leadership sur Son gouvernement est unifiĂ©, et il se trouve seulement dans un endroit.

“OĂč est le Seigneur?”

Retournons à JĂ©rĂ©mie 2. Plusieurs aujourd’hui, spĂ©cialement le ministĂšre, sont devenus comme ceux dĂ©crits au verset 8. Ce passage actuellement, forme une partie du contexte et de la mise en place pour le verset 31, qui dĂ©crit les modernistes en IsraĂ«l qui dĂ©clarent: “Nous sommes libres (KJV: lords=seigneurs).”

Lisons le verset 8: “Les sacrificateurs [leaders] n’ont pas dit: OĂč est l’Éternel? Les dĂ©positaires de la loi ne M’ont pas connu, les pasteurs M’ont Ă©tĂ© infidĂšles
et sont allĂ©s aprĂšs ceux qui ne sont d’aucun secours.”

Quoique ce passage dĂ©crit principalement les ministres de ce monde, il dĂ©montre la façon de penser de plusieurs frĂšres et d’anciens ministres de WCG aujourd’hui, mais particuliĂšrement le ministĂšre, parce que ce sont eux qui “administrent la loi.” Encore, il a une vĂ©ritable application pour le peuple de Dieu.

Plusieurs questions Ă©videntes se posent:

  • Pourquoi tellement peu dans les groupes dissidents veulent se poser la question: “OĂč est l’ÉTERNEL [Christ]” à l’oeuvre?
  • Pourquoi y en a t-il si peu qui se pose cette question qui est la seule à leur aider à trouver Son gouvernement?
  • Pourquoi y en a t-il pas des milliers “bouleversant ciel et terre” pour le trouver?
  • Et, plus important, pourquoi si peu semble s’en soucier? La rĂ©ponse demeure dans le fait que la plupart des gens maintenant se considĂšrent eux-mĂȘmes ĂȘtre des “seigneurs.”
  • Pourquoi quelqu’un chercherait Christ pour “obĂ©ir au Chef”, lorsqu’il voit le “seigneur” à tous les matins dans le miroir

ArrĂȘtez-vous et faites face à ces questions.

La thĂ©rapie de l’aversion

Les deux derniers chapitres ont Ă©tĂ© particuliĂšrement longs à dĂ©peindre une situation complĂšte. À travers les groupes et les groupuscules dissidents, le modĂšle du gouvernement de Dieu a Ă©tĂ© libellĂ©, contestĂ©, gĂątĂ©/endommagĂ©, charcutĂ©, foulĂ© aux pieds, moquĂ©, et raillĂ©, minĂ©, sous-reprĂ©sentĂ© et terriblement mal compris. Et encore, l’Église entiĂšre, virtuellement, tout le peuple de Dieu, ont dĂ©jà compris que cela Ă©tait pratiquĂ©, sous la forme de prĂ©curseur, un avant goĂ»t, de ce que sera le merveilleux et glorieux gouvernement de Dieu, le mĂȘme gouvernement qui deviendra le plus grand cadeau à un monde malheureux et déçu, maintenant coupĂ© de Lui.

J’ai actuellement essayĂ© de vous offrir une thĂ©rapie par l’aversion avec tout ce que vous avez lu dans ces deux chapitres, en partie dans le but de vous dĂ©goĂ»ter de votre prĂ©sente situation. Si cela a Ă©tĂ© accompli, alors vous ĂȘtes prĂȘts pour le restant de ce livre.

Tous ceux qui ne veulent pas ĂȘtre leur propre “seigneur” doivent comprendre ce qui suit! Pour trouver le gouvernement de Dieu, c’est de trouver “oĂč est l’Éternel”, oĂč JĂ©sus Christ est le Chef, et oĂč le gouvernement de Dieu est en place. C’est aussi simple, et cela a toujours Ă©tĂ© aussi simple!

Mais cela signifie de comprendre à quoi ressemble la restauration du gouvernement de Dieu


Chapitre Cinq – LA RESTAURATION

Beaucoup est en jeu dans la comprĂ©hension du peuple de Dieu dans la maniĂšre qu’IL gouverne Son Église. Bien sĂ»r, Dieu le sait mieux que quiconque. ConsĂ©quemment, IL ne permettrait jamais que le sujet des postes et des responsabilitĂ©s ministĂ©riels du Nouveau Testament et de la maniĂšre qu’ils fonctionnent et qu’ils inter-rĂ©agissent, pour ĂȘtre laissĂ©s au hasard ou d’opinions personnelles, ou de simples interprĂ©tations humaines. MĂȘme si ces choses jouent un grand rĂŽle dans chaque enseignement doctrinal dans les Ă©glises de ce monde, cela n’a jamais Ă©tĂ© le cas dans l’Église que le Christ construisit.

Le vĂ©ritable Dieu rĂ©vĂšle la pure vĂ©ritĂ© de Sa Parole sur toutes les choses pour ceux qu’IL appelle. IL est un Dieu de rĂ©ponses, pas juste de questions, ce qui dĂ©finit la thĂ©ologie de ce monde. Les ministres, les religionnistes, les professeurs de sĂ©minaires et les Ă©tudiants de la Bible de cette soi-disant ChrĂ©tientĂ©, semblent presque s’enorgueillir eux-mĂȘmes d’ĂȘtre capables de demander des questions profondes, Ă©sotĂ©riques sur toutes les issues “thĂ©ologiques”. Mais moi et probablement vous aussi, avez rĂ©pondu à l’appel de Dieu parce qu’IL n’a pas offert seulement des rĂ©ponses, mais elles Ă©taient les bonnes rĂ©ponses, les seules vraies rĂ©ponses!

Toujours rendues claires

Dans l’Église de Dieu, tellement est en jeu, en identifiant premiĂšrement, et ensuite retenant la vĂ©ritĂ© de chaque enseignement biblique, que Dieu ne laisserait simplement jamais à Son peuple de dĂ©terminer sans une direction spĂ©cifique, et sur chaque doctrine vitale biblique. Quelle doctrine pourrait ĂȘtre plus vitale au salut que celle du gouvernement? Je me rappelle d’avoir entendu souvent M. Armstrong dire dans les annĂ©es 1960, durant le dĂ©but de mon appel, que Dieu ne permet jamais à Son peuple de dĂ©cider ce qui est juste, mais seulement s’ils vont faire ce qui est juste. Cela Ă©tait parfaitement sensĂ© il y a 40 ans, et cela l’est encore.

Christ savait que l’ùre de LaodicĂ©e arriverait. AprĂšs tout, IL l’avait prĂ©dite. IL comprenait les nombreuses raisons pour lesquelles la majoritĂ© de Son peuple ne “retiendraient pas fermement” ce que l’Église avait Ă©tĂ© enseignĂ© dans les prĂ©cĂ©dentes annĂ©es/Ăšres/Ăąges. Alors, IL aurait certainement su que certains leaders viendraient dans l’ñge final et rĂ©organiseraient les enseignements de l’Église au sujet du gouvernement. IL savait qu’une entiĂšre variĂ©tĂ© de nouvelles “approches” sur ce sujet se dĂ©velopperaient à cause des agendas de ces diffĂ©rents leaders requerraient d’altĂ©rer de vieilles comprĂ©hensions dans tout ce qu’ils penseraient de ce que les circonstances leurs dicteraient s’ils voulaient s’avancer eux-mĂȘmes. IL aurait aussi certainement su que la vĂ©ritĂ© au sujet du gouvernement serait une des premiĂšres victimes dans les groupes dissidents. Comment autrement, le peuple et le ministĂšre seraient capables de saisir les rĂȘnes de l’autoritĂ© de Christ et de Ses leaders nommĂ©s en poste?

Mais, bien sĂ»r, Dieu savait que l’ensemble de Sa vĂ©ritĂ© viendrait sous attaque durant l’apostasie, et que cela aiderait aussi à introduire cette derniĂšre Ăšre. Par consĂ©quent, IL aurait reconnu que des Ă©tapes auraient besoin d’ĂȘtre prises pour s’assurer que ceux qui choisiraient de ne pas tenir ferme, le feraient sans excuse. Avec la Tribulation, et la vie Ă©ternelle, en jeu! Cela aurait Ă©tĂ© une grosse injustice de la part de Dieu de faire moins. IL ne le fit pas!

“L’historique de la restauration”

Pensez, si vous le pouvez, à l’Ɠuvre entiĂšre de M. Armstrong comme “l’histoire ou plus prĂ©cisĂ©ment: l’historique de la restauration” de la vĂ©ritĂ© de Dieu à l’ùre de Philadelphie. (Bien sĂ»r, d’autres Ă©crivains ont jouĂ© certains plus petits rĂŽles dans ce processus.)

Voici ce que ce terme signifie pour ceux qui le recevront: MĂȘme si la majoritĂ© ne croit pas que M. Armstrong fut le dernier Élie, qui devait “restaurer toutes choses” (Matt. 17:11) avant le Retour de Christ (Mal. 4:5-6), et mĂȘme encore moins de gens comprennent les implications de cela, l’Église en entier l’a dĂ©jà su. Par consĂ©quent, tout ce que Dieu restaura par M. Armstrong à l’Église, reprĂ©sente ce qui pourrait ĂȘtre appelĂ© “l’histoire de la restauration.” Cela inclut ce qui avait Ă©tĂ© Ă©crit et parlĂ©.

En choisissant M. Armstrong pour conduire Son Église au vingtiĂšme siĂšcle, Dieu choisit un homme qui Ă©tait un Ă©crivain trĂšs prolifique. Il Ă©tait aussi un excellent orateur. Probablement tous agrĂ©eraient sur cela. Cet homme, Ă©numĂ©ra soigneusement chacune des doctrines de Dieu, une par une, individuellement, et mĂȘme spĂ©cifiquement en dĂ©tail. Ces explications incluaient toujours plusieurs petits points et des plus petits encore, des sous-points. Son but Ă©tait de rendre la vĂ©ritĂ© pure, impossible à s’y mĂ©prendre, oĂč à ne pas comprendre, pour l’esprit à ĂȘtre ouvert par Dieu. En plus, sa maniĂšre de faire, et il la suivit durant tout son ministĂšre, Ă©tait de rĂ©pĂ©ter la vĂ©ritĂ© de diffĂ©rentes maniĂšres, encore et encore, afin que le peuple “comprenne.” Cela fut certainement le cas avec la doctrine du gouvernement.

Pendant que d’autres peuvent croire autrement, M. Armstrong ne laissa rien à la spĂ©culation ou à l’interprĂ©tation humaine pour comprendre le sujet Ă©norme du gouvernement. Vous ĂȘtes sur le point de le tĂ©moigner. C’était comme si Dieu voulait ĂȘtre absolument certain qu’un enregistrement complet et entier avait Ă©tĂ© laissĂ© sur le sujet du gouvernement d’une maniĂšre que quiconque chercherait sincĂšrement la vĂ©ritĂ© (nous pourrions ajouter soit avant ou plus tard aprĂšs l’apostasie) pourrait possiblement se mĂ©prendre. Bien sĂ»r, il resterait toujours la question de savoir si des individus suivraient ce qui fut enseignĂ©, mais jamais la question de quoi ils Ă©taient supposĂ©s croire et pratiquer.

Dans ce chapitre, et en d’autres plus tard, nous examinerons soigneusement, exactement ce que M. Armstrong enseigna au sujet du gouvernement de Dieu, spĂ©cifiquement à l’Ɠuvre dans l’Église. Cette doctrine a de multiples facettes, ainsi ce que M. Armstrong enseigna, est comprĂ©hensif. Nous regarderons profondĂ©ment dans “l’historique.” Bien sĂ»r, nous regarderons aussi à certaines Ă©critures, aussi bien que les dĂ©finitions en Grec et/ou l’HĂ©breu. Évidemment, les citations de M. Armstrong elles-mĂȘmes contiennent plusieurs Ă©critures, et le lecteur sera laissĂ© pour juger s’il enseigna fidĂšlement les Paroles de Dieu sur ce sujet. (Si vous lisez ce livre croyant dĂ©jà qu’il ne fit pas cela sur diffĂ©rentes autres doctrines, ce qui est Ă©crit ici, ne vous convaincra probablement pas.)

Avant que la compréhension ne vienne

Un peu d’histoire est nĂ©cessaire avant de procĂ©der. Plusieurs ont dĂ©cidĂ© de rejeter ce que M. Armstrong enseigna au sujet du gouvernement, mais ils veulent sembler vouloir le supporter sur d’autres sujets, aimer citer son article du «Good News» de FĂ©vrier 1939: “Did Christ Re-organize the Church (Est-ce que le Christ rĂ©organisa Son Église)?” Cet article maintenant fameux, dĂ©crit la pensĂ©e de M. Armstrong avant qu’il ne comprenne que le gouvernement de Dieu Ă©tait hiĂ©rarchique, et qu’il commence toujours avec un seul homme. Ces “analystes” font cette assertion de cet article que M. Armstrong “changea” sa comprĂ©hension du gouvernement parce qu’il Ă©tait â€œĂ©levĂ©/enflĂ©â€ et parce qu’il avait accru son autoritĂ© comme l’Oeuvre croissait/grossissait “lui montant à tĂȘte.” La pensĂ©e continue avec “lorsqu’il Ă©tait humble”, il enseignait la vĂ©ritĂ© du sujet parce qu’il Ă©tait “plus objectif.” La personne qui raisonne de cette maniĂšre a perdu sa propre objectivitĂ©, et peut ĂȘtre de la pire maniĂšre possible!

ConsidĂ©rez ce qui suit: M. Armstrong ne savait mĂȘme pas qu’il Ă©tait un apĂŽtre pour presque 14 ans aprĂšs qu’il eut Ă©crit l’article de 1939. Tous ceux qui approuvent cet article aujourd’hui, ne l’ont jamais fait auparavant. Ils ne semblent pas ĂȘtre capables de comprendre/saisir qu’ils n’auraient jamais Ă©tĂ© appelĂ©s si M. Armstrong n’avait pas crĂ»t de sa prĂ©cĂ©dente comprĂ©hension.

Voici pourquoi et ce n’est pas difficile à comprendre: Lorsque M. Armstrong vint à voir comment le gouvernement de Dieu fonctionnait, comment il Ă©tait uni et structurĂ© avec ses diffĂ©rents postes et responsabilitĂ©s, incluant la magnitude de son propre bureau/dĂ©partement, l’Oeuvre en entier Ă©tait capable de changer et de s’étendre dans presque toutes les directions inimaginables. Il Ă©tait capable de se propulser en avant et de croitre en des proportions massives, tout en travaillant harmonieusement dans toutes les directions dĂ©crites au chapitre deux.

Ceux qui retinrent la comprĂ©hension prĂ©cĂ©dente de M. Armstrong devraient ĂȘtre excitĂ©s et reconnaissants au-delà de toutes espĂ©rances qu’il ait grandi de cela parce qu’ils n’auraient jamais Ă©tĂ© appelĂ©s s’il n’aurait pas crĂ». Sans cette croissance et cette comprĂ©hension dans sa pensĂ©e, il n’y aurait pas eu une grande Oeuvre. Le rĂ©sultat suivant aurait Ă©tĂ© que ces critiques n’auraient pas Ă©tĂ© privilĂ©giĂ©s d’apprendre la vĂ©ritĂ©. Je peux ajouter qu’ils n’auraient pas eu à ĂȘtre dans une position pour “s’inquiĂ©ter” au sujet de critiquer son “humilitĂ©â€ et son “objectivitĂ©â€ aujourd’hui.

Comprenez cela! Si M. Armstrong n’avait pas grandi de sa façon de penser prĂ©cĂ©dente, des milliers qui le critiquent maintenant seraient encore perdus profondĂ©ment dans le monde, et probablement dans une des Ă©glises de Satan!

Plusieurs agrĂ©ent que M. Armstrong crĂ» lentement en comprĂ©hension à travers ses 52 annĂ©es dans le ministĂšre. Cette croissance impliquait plusieurs doctrines, avec sa connaissance se dĂ©veloppant avec le temps et avec chacune d’elles. Ce processus Ă©tait vrai pour presque chacune des doctrines. MalgrĂ© l’ampleur et l’importance, la doctrine du gouvernement n’était juste qu’une des nombreuses centaines de vĂ©ritĂ©s. Puisque gĂ©nĂ©ralement les gens comprennent et apprĂ©cient habituellement cette croissance dans les autres doctrines ou domaines, pourquoi quelques-uns ne voient pas cela en ce qui regarde la toute importante doctrine du gouvernement? Et pourquoi ne voient-ils pas le besoin de croissance pour eux-mĂȘmes en apprenant cette vĂ©ritĂ© au tout dĂ©but?

Voici ce que M. Armstrong Ă©crivit dans son autobiographie au dĂ©but des annĂ©es de 1960. Il y explique qu’il vint à reconnaitre que le gouvernement dans Sardes ne fonctionnait pas. Cela montre un aperçu de son processus de penser, alors, et plus tard:

“La confĂ©rence d’état fut acceptĂ©e et formĂ©e. Le concept du gouvernement d’église semblait permettre à des membres laĂŻcs d’ĂȘtre dans, ou d’occuper des postes d’autoritĂ©. Des ministres devaient ĂȘtre employĂ©s, et sous les ordres des membres laĂŻcs. Cela est essentiellement le concept de ce que nous appelons la dĂ©mocratie: le gouvernement du bas en haut. Ceux qui sont gouvernĂ©s dictent/dĂ©cident qui devraient ĂȘtre leurs leaders et comment leurs leaders devraient les conduire.

“Le sujet le plus perplexe dans toute la Bible, pour moi, Ă©tait cette affaire du gouvernement dans l’église. Je n’ai jamais rĂ©ellement compris clairement l’enseignement de la Bible sur ce sujet jusqu’aprĂšs ce que l’Ambassador College fut formĂ© et fonctionnant bien.”

Herbert W. Armstrong, Autobiography, Vol. 1, Chapter 23, pp. 411-412

Aucun comité

La majoritĂ© du reste de ce chapitre continuera à ĂȘtre des dĂ©clarations de M. Armstrong. Plusieurs d’elles sont parmies les plus longues du livre. Je ne ferai que quelques commentaires parce que ses dĂ©clarations sont explicites. Vous verrez qu’elles sont conclusives et presque impossibles à mĂ©comprendre.

La premiĂšre, la citation la plus courte, forme la base/fondation de ce que M. Armstrong croyait et enseigna au sujet de la maniĂšre que Dieu enseigne à Son Église. À l’égard de ce qui sera rĂ©vĂ©lĂ© au sujet du gouvernement de Dieu, cette brĂšve dĂ©claration devient l’ultime test pour savoir si vous retournerez à la bonne comprĂ©hension de ce sujet. Il â€œĂ©tablit la marque” pour le reste de ce livre, et sĂ©pare ceux qui accepteront “l’historique de la restauration” par un apĂŽtre (et celui qui a Ă©tĂ© aussi l’Élie) de ceux qui ne l’accepteront pas. Cela doit ĂȘtre clair pour le lecteur, de savoir exactement comment M. Armstrong croyait de la seule façon que l’Église recevait ses enseignements.

Lisons soigneusement:

“Une chose qu’il n’y aura pas au QG de l’Église dans le Millenium, c’est un comitĂ© doctrinal ‘d’érudits’ intellectuels pour dĂ©cider si les enseignements de Christ sont de vraies doctrines.

“Il n’y avait pas de tels comitĂ©s doctrinaux au QG de l’Église à JĂ©rusalem lors du 1er siĂšcle. Tout enseignement venait de Christ par les apĂŽtres, et à quelques reprises Christ communiqua aux apĂŽtres via les prophĂštes (desquels il n’y en a aucun aujourd’hui puisque la Bible est complĂšte pour notre temps). L’Église de Dieu aujourd’hui, comme au 1er siĂšcle, reçoit ses enseignements du Christ vivant, par un apĂŽtre, juste comme en A.D. 31.”

MYSTERY OF THE AGES, p. 350

Acceptez-vous encore ce que M. Armstrong enseigna? La prochaine citation, aussi brĂšve, vient d’un sermon donnĂ© juste deux ans avant sa mort. Il prĂ©pare le lecteur pour la citation à suivre et commence à introduire les diffĂ©rents postes du ministĂšre, et les deux chapitres de la Bible qui les rĂ©vĂšlent:

“Mais pour continuer avec les choses qui ont Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©es; le gouvernement de Dieu a Ă©tĂ© restaurĂ© à l’Église, et le gouvernement de Dieu a Ă©tĂ© placĂ© dans l’Église. Vous lisez cela dans ÉphĂ©siens 4 et I Corinthiens 12. Christ est le chef de l’Église et sous Christ dans l’administration du gouvernement sont: un apĂŽtre (ou des apĂŽtres), puis des Ă©vangĂ©listes, puis des pasteurs, puis tous ceux qui sont appelĂ©s anciens, tous les ministres jusqu’aux anciens prĂ©dicateurs, diacres et diaconesses. Et l’Église est restaurĂ©e dans cette forme de gouvernement. L’Église de Sardes n’avait mĂȘme pas la bonne forme de gouvernement.”

Sermon, Dec. 17, 1983

Établissant la vĂ©ritable autoritĂ©

Avec cette premiĂšre introduction des diffĂ©rents postes dans le ministĂšre et dans la gĂ©rance de l’Église vient la question de savoir comment reconnaitre lorsque l’autoritĂ© a Ă©tĂ© confĂ©rĂ©e en relation à ces postes. Dans un sens, M. Armstrong Ă©tablit les importantes questions qui devaient ĂȘtre rĂ©pondues. Il dĂ©clara que ces rĂ©ponses sont “vitales,” et ce qu’il Ă©crivit Ă©tait explicite. Notez que la prochaine citation vient d’un article Ă©crit il y a plus de 50 ans. Vous apprendrez momentanĂ©ment que c’était dans la brĂšve pĂ©riode entre ce que M. Armstrong apprenait la vĂ©ritĂ© au sujet du gouvernement de Dieu, incluant lorsqu’il comprit son propre poste, et lorsque l’entiĂšre restauration de ce gouvernement dans l’Église survint.

Continuons à lire:

“C’est vital que vous compreniez comment Dieu confĂšre l’autoritĂ© des postes dans Son Église.

“JĂ©sus confĂ©ra sur Ses ministres appelĂ©s de Son Église les clĂ©s du Royaume de Dieu. IL les revĂȘtit avec l’autoritĂ© de guider Son Église, et d’accomplir Son Oeuvre, par l’inspiration du Saint-Esprit.

“Mais comment savez-vous qui dĂ©tient cette autoritĂ©? Comment sont ordonnĂ©s ceux sur qui sont confĂ©rĂ©s à ces postes? Comment pouvez-vous reconnaitre la seule et vĂ©ritable Église de Dieu, la vĂ©ritable Église que JĂ©sus dit qu’IL construirait, Son Corps, à travers duquel l’Esprit de Dieu accomplit aujourd’hui l’Oeuvre de Dieu?”

“Quel est l’ordre d’autoritĂ© de Dieu dans Son Église?

“Vous trouvez cette rĂ©ponse dans le livre aux ÉphĂ©siens 4:11-12: ‘Et IL (Christ, le chef de l’Église) a donnĂ© les uns comme apĂŽtres, les autres comme prophĂštes, les autres comme Ă©vangĂ©listes, les autres comme pasteurs et docteurs ( incluant les anciens et ministres), pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministĂšre et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unitĂ© de la foi
’[Note de l’auteur: Ne manquez pas l’avertissement qui suit dans la dĂ©claration de M. Armstrong comme sa pensĂ©e continue.] En d’autres mots, pour prĂ©venir une oeuvre sĂ©parĂ©e, indĂ©pendante, et compĂ©titive qui introduirait de la confusion et de la division, expulsant plusieurs hors du Corps de Christ, Dieu a organisĂ© un gouvernement dans Son Église. Ce gouvernement est le gouvernement de Dieu.

“Il opĂšre de Dieu d’en haut, vers le bas. C’est le gouvernement de, et par Dieu le PĂšre, par le Christ, pour ceux appelĂ©s de Dieu et ordonnĂ©s comme: apĂŽtres, Ă©vangĂ©listes, pasteurs, enseignants, dans cet ordre. Ce gouvernement signifie du travail d’équipe. Et il travaille pour crĂ©er de l’unitĂ©, pas de la division.”

“Must God’s Ministers Be Ordained by the Hand of Man?” GN, May, 1954

C’est trĂšs clairement dĂ©fini, et soulignĂ©! M. Armstrong cite les rangs du ministĂšre en ordre, et directement de la Bible. Notez que la division peut en emmener “plusieurs hors du Corps du Christ.” Cette dĂ©claration prĂ©pare la prochaine dĂ©claration d’il y a 30 ans du livre: «MYSTERY OF THE AGES» (Le MystĂšre des SiĂšcles). Lisez soigneusement pour bien saisir l’ensemble de ce qui est exprimĂ© ici. M. Armstrong prĂ©sente une vue Ă©tendue. Notez qu’il commence par offrir plus de dĂ©tails au sujet de l’administration, exactement ce qu’est l’Église et le Corps du Christ, le rĂŽle et le but des diffĂ©rents postes et de l’importance de maintenir l’unitĂ© à tous les coĂ»ts, et pourquoi.

Comme vous lisez, essayez de laisser votre esprit recevoir tout le message avec tous ses Ă©lĂ©ments. Essayez de voir les “liens connectifs” entre ces diffĂ©rents Ă©lĂ©ments. Aussi, essayez d’apprĂ©cier comment tout ce que M. Armstrong a dĂ©crit de ce qui avait dĂ©jà Ă©tĂ© directement connectĂ© à ce qui est illustrĂ© au chapitre deux. Et si vous ĂȘtes mis au dĂ©fi de ce qui est Ă©crit, demandez-vous, et essayez d’identifier pourquoi votre pensĂ©e a changĂ© de ce que vous aviez dĂ©jà prouvĂ© et cru. Qu’est-ce qui vous a troublĂ©/changĂ©? Essayez de mettre le doigt dessus, oĂč et de qui vous avez obtenu ces idĂ©es diffĂ©rentes de la vĂ©ritĂ© dans cette dĂ©claration? Si vous avez dĂ©jà agrĂ©Ă© avec elles, pourquoi n’agrĂ©ez-vous plus maintenant? (Toutes les emphases sont les siennes.)

Lisez chaque mot, aprÚs avoir révisé les illustrations (tableaux):

“Dieu explique dans I Corinthiens 12 les fonctions, les postes, les administrations et leurs responsables comme Dieu les Ă©tablit dans Son Église.

“‘Maintenant concernant les dons spirituels, frĂšres, je ne voudrais pas que vous soyez ignorants
Maintenant, il y a une diversitĂ© de dons, mais le mĂȘme Esprit. Et il y a diffĂ©rentes administrations, mais le mĂȘme Seigneur. Et il y a une diversitĂ© d’opĂ©rations, mais c’est le mĂȘme Dieu qui oeuvre tout en tout
Mais tout cela travaille dans le mĂȘme Esprit, donnant à chacun selon Sa volontĂ©. Parce que si le corps est un, et qu’il a plusieurs membres, et que tous les membres de ce corps, Ă©tant plusieurs, mais sont un corps: ainsi est Christ. Par un Esprit nous sommes tous baptisĂ©s dans un seul corps, soit que nous [dans l’Église] soyons Juifs ou PaĂŻens, soit libre ou esclave
’ (I Cor. 12:1, 4-6, 11-13).

Une Église avec un gouvernement

“Notez bien ceci: il n’y a seulement qu’ une seule Église. Pas plusieurs Ă©glises. L’Église n’est pas divisĂ©e. Il y a seulement une Église. Pas une Ă©glise parente et plusieurs petites filles Ă©glises qui se sont sĂ©parĂ©es en protestant. Les divisions ne sont pas encore dans l’Église. C’est l’Église qui va marier le Christ dans la rĂ©surrection à Son Retour, pas des Ă©glises qui ne s’entendent pas, pas des groupes qui se sont sĂ©parĂ©s! Pas une Ă©glise parente ni des filles apostates. Cela deviendra plus Ă©vident comme nous avançons.

“Notez aussi que l’Église conduit diverses opĂ©rations. Pour ces opĂ©rations dans la seule Église, il y a aussi diverses administrations ou dĂ©partements exĂ©cutifs, avec un manager (intendant responsable) exĂ©cutif, sur chacun des dĂ©partements ou des opĂ©rations (1 Cor. 12: 4-6). Rappelez-vous, un administrateur exĂ©cutif n’établit pas de politiques ou des procĂ©dures ou des doctrines. Il administre, il accomplit et dirige ce qui a dĂ©jà Ă©tĂ© Ă©tabli un peu plus haut.

“MĂȘme dans ce monde, aux États-Unis, le PrĂ©sident ne fait pas les lois. Il administre les politiques et les fonctions comme elles sont Ă©tablies pas le CongrĂšs, il renforce les lois faites par le CongrĂšs. Les administrateurs sont Ă©tablis dans l’Église que pour superviser, diriger, exĂ©cuter les politiques, les procĂ©dures, les doctrines, ce sont les responsabilitĂ©s qui leur ont Ă©tĂ© donnĂ©es d’en haut.

“La seule Église, non divisĂ©e, est exemplifiĂ©e encore au verset 20: ‘Maintenant donc, il y a plusieurs membres, et un seul corps’ , une Église non divisĂ©e! MĂȘme Dieu est composĂ© de plus d’un Personnage, mais un seul Dieu! Dieu, rappelez-vous, la divine famille de Dieu. Ceux dans l’Église sont dĂ©jà des fils engendrĂ©s, des membres engendrĂ©s de cette famille de Dieu. Mais, pas encore nĂ©s comme des ĂȘtres divins!

“Notez le verset 25: ‘Afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient Ă©galement soin les uns des autres.’

“Pour administrer ces nombreuses opĂ©rations, Dieu, pas un vote des membres, au verset 28: ‘a Ă©tabli dans l’Église premiĂšrement des apĂŽtres, secondement des prophĂštes, troisiĂšmement des docteurs (enseignants).’ Ou, comme dĂ©taillĂ© dans ÉphĂ©siens 4:11 (RSV): ‘Et Ses dons furent que quelques-uns devraient ĂȘtre apĂŽtres, quelques-uns prophĂštes, quelques-uns Ă©vangĂ©listes, quelques-uns pasteurs et enseignants.’

“Un apĂŽtre est ‘celui qui est envoyé’ avec le message de l’évangile de Christ, incluant la supervision de la proclamation de ce message au monde par des moyens et des gens autres que lui-mĂȘme. Un apĂŽtre Ă©tait aussi donnĂ© la supervision de toutes les congrĂ©gations locales ou les Ă©glises (I Cor. 16:1). L’apĂŽtre Paul avait la supervision des Ă©glises du monde des PaĂŻens (II Cor. 11:28).

“Les prophĂštes Ă©tablis à la fondation de l’Église sont ceux de l’Ancien Testament, dont les Ă©crits Ă©taient utilisĂ©s pour former une partie considĂ©rable du Nouveau Testament et de l’enseignement de l’évangile et du fonctionnement. Aucun prophĂšte n’est mentionnĂ© comme ayant administrĂ© ou exercĂ© des fonctions de prĂ©dication dans l’Église du Nouveau Testament.

“Les Ă©vangĂ©listes Ă©taient des ministres ayant une surcharge de superviser, proclamer l’évangile au public, mĂȘme d’inaugurer des Ă©glises locales et de superviser quelques Ă©glises sous l’apĂŽtre. Alors, un Ă©vangĂ©liste peut exercer des fonctions exĂ©cutives sous l’apĂŽtre au QG de l’Église ou dans l’Ɠuvre aujourd’hui. Un Ă©vangĂ©liste n’est nĂ©cessairement pas stationnaire. Les pasteurs sont stationnaires lorsqu’ils sont des surveillants sur une Ă©glise locale ou un groupe d’églises locales. Ils furent alors placĂ©s dans l’Église comme enseignants, pas nĂ©cessairement prĂȘcheurs. Mais, tous les ministres et les enseignants sont appelĂ©s anciens en d’autres textes du Nouveau Testament. Alors, dans l’Église de Dieu aujourd’hui, il y a des anciens prĂ©dicateurs et non-prĂ©dicateurs. Les anciens prĂ©dicateurs supervisent des Ă©glises locales. Alors quelques anciens, non-prĂ©dicateurs, sont appelĂ©s anciens locaux dans l’Église aujourd’hui.

Le Temple dans lequel le Christ viendra

“Maintenant, plus au sujet de l’organisation dans l’Église.

“L’Église est le Corps spirituel de Christ, pas une organisation mondiale ou sĂ©culiĂšre, un club ou une institution. Elle est hautement organisĂ©e.

“Notez comment elle peut ĂȘtre bien organisĂ©e: ‘Ainsi donc, vous n’ĂȘtes plus des Ă©trangers, ni des gens du dehors; mais vous ĂȘtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.’ (Éph. 2: 19) Notez que l’Église est une famille, mĂȘme famille que Dieu est une famille divine, ‘la maison de Dieu.’

“Continuez au verset 20: ‘Vous avez Ă©tĂ© Ă©difiĂ©s sur le fondement des apĂŽtres et des prophĂštes, JĂ©sus Christ Lui-mĂȘme Ă©tant la pierre angulaire. En Lui tout l’édifice’, l’Église est un Ă©difice, ‘bien coordonné’ (bien organisĂ©, toutes les parties jointes et fonctionnant ensemble en harmonie et en travail d’équipe), ‘s’élĂšve pour ĂȘtre un temple saint dans le Seigneur. En Lui vous ĂȘtes aussi Ă©difiĂ©s pour ĂȘtre une habitation de Dieu en esprit’ (Éph. 2:20-22). Cette Ă©criture rĂ©vĂšle clairement que le temple auquel le Christ glorifiĂ© et Tout-Puissant reviendra lors de Son Second Retour bientĂŽt. Il n’y a aucune Ă©criture prĂ©disant la construction d’un temple physique à JĂ©rusalem avant le Retour de Christ. Le 40Ăšme chapitre d’ÉzĂ©kiel toutefois, dĂ©crit la construction d’un temple aprĂšs le retour de Christ.

“L’Église, alors, a à croitre en un saint temple, le temple spirituel, auquel Christ viendra, mĂȘme lorsqu’IL vint à un temple physique de pierre, de mĂ©tal et de bois la premiĂšre fois.

“Notez encore: ‘
la tĂȘte, Christ: auquel le corps entier parfaitement joint ensemble’, organisĂ©, ‘et formant un solide assemblage, tire son acroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-mĂȘme dans la charité ’ (Éph. 4:15-16). CompactĂ© signifie tricotĂ© ensemble, compressĂ© ensemble, aussi serrĂ© ensemble que si c’était soudĂ© ensemble. Cela dĂ©montre une unitĂ© organisĂ©e, harmonieuse!’ Il est commandĂ© à ceux qui sont dans l’Église qu’ils soient si unis qu’ils ‘parlent tous la mĂȘme chose’ (I Cor. 1:10).”

“Encore, aucune n’est la vĂ©ritable Église de Dieu, mais elle est l’Église de Dieu, si elle continue dans les doctrines les pratiques, l’organisation, dans tous les points et le modĂšle biblique original, conduite par JĂ©sus Christ, appartenant à Dieu le PĂšre, mue par le Saint-Esprit, ayant la vĂ©ritĂ© de Dieu, accomplissant la mission de Christ de proclamer Sa bonne nouvelle du royaume de Dieu, au monde entier.

“Et il n’y a seulement, qu’une seule Église!

“Et elle ne peut pas ĂȘtre divisĂ©e. Elle demeure unique.

“Dans I Corinthiens 1, l’apĂŽtre Paul fut inspirĂ© de commander que tous dans l’Église, ‘parlent la mĂȘme chose.’ Il ne doit y avoir aucune division dans ce que l’on croit, ce qui est enseignĂ© et prĂȘchĂ©.”

MYSTERY OF THE AGES, pp. 243-246, 249

Combien des Ă©lĂ©ments que vous avez lus, croyez-vous encore? Combien avez-vous, peut ĂȘtre sans le savoir, permit de sortir de votre pensĂ©e, mĂ©moire? Par exemple, croyez-vous encore “Il est commandĂ© à ceux qui sont dans l’Église qu’ils soient si unis qu’ils ‘parlent tous la mĂȘme chose’”? Croyez-vous encore que c’est vrai en ce qui regarde le gouvernement, et comme M. Armstrong le dĂ©crit ici? Ou croyez-vous que les circonstances aujourd’hui permettant toutes les versions altĂ©rĂ©es du gouvernement et à ĂȘtre acceptĂ©es, aussi longtemps qu’il y ait quelques hommes qui disent qu’elles sont acceptables? Croyez-vous encore que toutes les choses du dernier plus gros paragraphe commençant par “Encore, aucune
”?

La Restauration!

Nous sommes maintenant prĂȘts pour examiner le moment spĂ©cifique dans l’histoire de Philadelphie lorsque M. Armstrong expliqua que toute la restauration du gouvernement de Dieu dans Son Église Ă©tait arrivĂ©e. Presque personne ne se souvient ou le savait, qu’il y avait un moment spĂ©cifique dans l’histoire de l’Église que ce gouvernement fut restaurĂ©, peu importe, exactement ce qui est arrivĂ©, ce qui Ă©tait maintenant en place, ne l’avait pas Ă©tĂ© depuis plusieurs siĂšcles.

Savourez ce que plusieurs aujourd’hui savent et/ou comprennent. Et reconnaissez que si M. Armstrong avait tort concernant ce que vous ĂȘtes sur le point de lire, signifiant que la prĂ©cĂ©dente longue dĂ©claration du livre MYSTERY OF THE AGES (MystĂšre des SiĂšcles), n’était simplement pas vraie, en tout ou en partie, alors, virtuellement, la fondation en entier Ă©tait fausse, sur laquelle la plus grande ƒuvre de Dieu de tous les temps survint. Cela veut dire que M. Armstrong, en quelque sorte, “devina” en choisissant une forme humaine, inventĂ©e, de gouverner qui permit à l’Église d’atteindre une incroyable productivitĂ© au-delà de toute autre Ăšre dans l’histoire de l’Église. Croirez-vous cela? Croirez-vous que le chaos, la confusion et la division qui suivirent son temps Ă©tait un retour à la maniĂšre que nous devions ou aurait du ĂȘtre?

La premiĂšre phrase en italique, formait ce qui est souvent appelĂ© la “prĂ©sentation” ou la “promotion” de l’article, et les sous-titres sont de M. Armstrong:

“Maintenant, pour la premiĂšre fois en 750 ans, le gouvernement de Dieu est complĂštement restaurĂ© dans Son Église.”

“Le 22 Janvier Ă©tait un jour de Sabbat qui restera dans l’histoire Ă©ternelle de l’Église de Dieu et Son Royaume!

“En ce jour, pour la premiĂšre fois en 750 ans, le gouvernement de Dieu est complĂštement restaurĂ© dans Son Église. Chaque poste administratif que Christ Ă©tablit dans Son Église fonctionne une fois encore.”

“Nous trouvons des prophĂštes mentionnĂ©s dans les parties historiques du Nouveau Testament, mais ils ne possĂšdent pas de postes administratifs et n’ont aucune autoritĂ©. Les Écritures du Nouveau Testament n’étaient pas encore Ă©crites. Dieu emploie ces prophĂštes pour communiquer Ses messages directement aux apĂŽtres. Nous ne trouvons pas de prophĂštes dans l’Église aujourd’hui. Les Écritures sont maintenant complĂštes. Il ne semble y avoir aucun besoin de prophĂštes aujourd’hui. De plus, c’est Dieu qui les Ă©tablit dans Son Église, et s’il n’y en a aucun, c’est parce Dieu n’a pas vu bon de les Ă©tablir dans Son Église. C’est la responsabilitĂ© de Dieu, pas la nĂŽtre.

“Ainsi, cela nous laisse avec les postes exĂ©cutifs et administratifs dans l’Église. Ces postes d’autoritĂ©, alors, sont: premiĂšrement les apĂŽtres; secondement les Ă©vangĂ©listes; troisiĂšmement les pasteurs; quatriĂšmement les enseignants.”

Christ, le Chef vivant

“Christ est le chef vivant de l’Église!

“Il Ă©tablit l’apĂŽtre en poste. Mais nous trouvons des exemples historiques dans le Nouveau Testament d’un apĂŽtre (Paul) installant en poste des Ă©vangĂ©listes, des pasteurs et des enseignants, et mĂȘme dĂ©lĂ©gant aux Ă©vangĂ©listes la responsabilitĂ© d’ordonner des pasteurs et d’autres anciens et des diacres.”

“Ainsi, ce sont les postes complets dans l’Église de Dieu, Christ le Chef, puis les apĂŽtres, les Ă©vangĂ©listes, pasteurs, ministres et anciens, puis les anciens non prĂ©dicateurs, les diacres et les diaconesses. [Note de l’auteur: Prenez note des rĂ©fĂ©rences de M. Armstrong de: “ministres-anciens” et “anciens non-prĂ©dicateurs.”]

Ces postes il y a 750 ans

“Le dernier rapport historique de ce gouvernement de Dieu, complet, dans la vĂ©ritable Église, est trouvĂ© vers les annĂ©es 1200 A.D. Parce que Pierre Waldo fut l’homme que Dieu suscita comme Son instrument pour Son Oeuvre à ce moment-là, le monde appela l’Église selon le surnom de ‘Waldenses (Vaudois).’ Mais eux-mĂȘmes, reconnaissaient seulement le nom de ‘L’Église de Dieu.’

“Pierre Waldo occupa le poste d’apĂŽtre. Apparemment, lui seulement, ne rĂ©clama pas le titre. Il n’y a pas d’écrits de l’Église de ce temps-là employant directement ce titre. Mais les faits historiques montrent que Pierre Waldo occupa ce poste, et à travers lui, Dieu exerça cette autoritĂ©. Le titre actuel d’apĂŽtre fut employĂ© par les Catholiques contre Pierre Waldo. Qu’il occupa le poste d’apĂŽtre dans l’Église de Dieu à ce moment est clair, par ce qui suit: ‘
il (Pierre Waldo)
osa usurper le poste des apĂŽtres, prĂȘchant l’Évangile et les choses dont il se souvenait
Il envoya des hommes
pour prĂȘcher.’ (De la page 55 de A History of the Vaudois Church, par Antoine Monastier.)”

“
Dieu n’employa personne du rang d’apĂŽtre durant la pĂ©riode de Sardes de l’Église de Dieu.”

“Six More Ministers Now Ordained,” GN, Feb.-Mar. 1955

Cette citation est Ă©galement bien dĂ©finie, bien expliquĂ©e, et profonde en signification! Quand a Ă©tĂ© la derniĂšre fois que vous vous ĂȘtes rappelĂ©s de l’importance incroyable du 22 Janvier 1955? Jamais? L’Église expĂ©rimenta quelque chose qui manquait depuis trois quarts de millĂ©nnium, et qui n’avait pas Ă©tĂ© vu depuis cette prĂ©cĂ©dente date. Pierre Waldo a Ă©tĂ© un nom bien connu du peuple de Dieu. MĂȘme les apostats essayĂšrent de minimiser son rĂŽle en suggĂ©rant qu’il Ă©tait un observateur du Dimanche, il Ă©tait, en fait, le leader de l’ùre de Thyatire (ou la quatriĂšme Ăšre) de l’Église de Dieu. Et notre livre sur l’histoire de l’Église prouve qu’il le savait.

J’ai ajoutĂ© la citation suivante parce qu’elle dĂ©montre plus pourquoi les prophĂštes n’étaient pas inclus dans la restauration que M. Armstrong dĂ©crit. Il n’y aura plus de prophĂštes dans cet Ăąge jusqu’à l’arrivĂ©e des Deux TĂ©moins (qui auraient aussi, bien sĂ»r; à venir se soumettre sous l’apĂŽtre comme M. Armstrong dĂ©clare):

“Dans ces jours, des prophĂštes vinrent de JĂ©rusalem à Antioche. Ces prophĂštes Ă©taient deuxiĂšmes en rang aprĂšs les apĂŽtres dans l’organigramme de l’Église de Dieu (Éph. 4:11). Leur mission semblait d’avoir reçu des messages ou des prophĂ©ties directement de Dieu, et de les transmettre aux apĂŽtres ou aux Ă©vangĂ©listes ou aux anciens. La Parole de Dieu n’était pas encore complĂštement prĂȘte à ĂȘtre mise par Ă©crit. Le Nouveau Testament Ă©tait encore dans le processus d’ĂȘtre Ă©crit. Toutefois, il n’y a aucune Ă©vidence de l’existence d’aucun prophĂšte dans l’Église depuis que le Nouveau Testament fut Ă©crit.

“Chaque exemple dans le Nouveau Testament, toutefois, montre que Christ gĂšre des affaires dans Son Église selon Son gouvernement, et dans un ordre bien dĂ©fini. Il n’y a aucun doute, par consĂ©quent, que ces prophĂštes furent envoyĂ©s de JĂ©rusalem par l’autoritĂ© des apĂŽtres.”

“Must God’s Ministers be ordained by the Hand of Man?” GN, May, 1954

Avant de continuer, relisez encore la derniĂšre phrase du dernier paragraphe. MĂ©ditez-la dans votre esprit, vous demandant si c’est encore applicable aujourd’hui. Deux ans et huit mois aprĂšs la date du 22 Janvier 1955, le temps de la restauration, un article (la prochaine citation) apparu Ă©numĂ©rant tous ceux qui occupaient un poste dĂ©crit par M. Armstrong un peu plus haut. Cet article illustre comment l’Église a dĂ©jà reconnu ces postes, et ceux qui les dĂ©tenaient. Cette liste servait à prier pour les hommes et les femmes servant autour du monde, et elles Ă©taient Ă©ditĂ©es rĂ©guliĂšrement en diffĂ©rentes formes, mais elles rappelaient aussi constamment que le gouvernement de Dieu avait une structure et de l’ordre et des postes spĂ©cifiques. Maintenant continuez:

“Plusieurs de vous, frĂšres, ĂȘtes Ă©parpillĂ©s en diffĂ©rents endroits, et vous ne connaissez rĂ©ellement pas qui sont tous les ministres! Habituellement, nous imprimons dans le magazine le «Good News», un article au sujet de toutes les ordinations qui sont survenues, mais plusieurs nouveaux membres se sont joints à nous et ne sont pas certains ou au courant de qui, est un ministre, et qui ne l’est pas!

“Pour cette raison, nous vous donnons cette liste suivante, qui comprend TOUS et chacun des ministres, diacres et diaconesses ordonnĂ©s et appelĂ©s de Dieu dans la vĂ©ritable Église de Dieu aujourd’hui!

“Celui que Dieu a placĂ© dans le poste d’apĂŽtre et de pasteur gĂ©nĂ©ral: Herbert W. Armstrong;

â€œĂ©vangĂ©listes: Garner Ted Armstrong, Richard D. Armstrong, Raymond C. Cole, Herman L. Hoeh, Raymond F. McNair, Dr. C. Paul Meredith, Roderick C. Meredith, Norman A. Smith;

“pasteurs: Dean C. Blackwell, C. Wayne Cole;

“anciens prĂ©dicateurs: James L. Friddle, Jr., David Jon Hill, H. Burk McNair, George A. Meeker, Jr., R. Carlton Smith, Kenneth R. Swisher, Gerald D. Waterhouse;

“anciens locaux: Richard Prince, Jr., Basil Wolverton;

“diacres: Alton B. Billingsley, Widd Boyce, Gene Carter, Otis Cole, Eddie Eckert, Buck Hammer, Roy Hammer, Dave Henion, F. William Homberger, A. R. Jantzen, James F. Kunz, Malcom Martin, H. A. Olsen, A. N. Roesler, Otis Rowell, I. E. Starkey, Dwight Webster;

“diaconesses: Mrs. Roy Hammer, Mrs. Annie Mann.”

“How God Calls HIS Ministers,” GN, Sep. 1957

Notez que chaque poste que M. Armstrong Ă©numĂ©ra dans les diverses citations est rempli par une ou plusieurs personnes. Rappelant rĂ©guliĂšrement à une petite Église grandissante, de ces choses, au tout dĂ©but semblait important. En fait, voici comment et pourquoi c’était important.

Brochure servant comme liste de priĂšres et des noms du personnel

La liste prĂ©cĂ©dente introduit quelque chose d’intrinsĂšque à toute l’Église et une liste de priĂšres pour toute l’Église, mais cela avait Ă©tĂ© rejetĂ© et oubliĂ© tout ou plus comme une relique de l’histoire.

Sur une base rĂ©guliĂšre au tout dĂ©but de l’Église, le QG dessinait et Ă©ditait le magazine The Good News et Ă©tait rĂ©fĂ©rĂ© comme la “brochure des employĂ©s.” Ces Ă©ditions spĂ©ciales consistaient des noms et des photographies servant les frĂšres autour du monde. Ces revues Ă©taient accompagnĂ©es de cartes de chacune des rĂ©gions et des districts aux États-Unis et autour du monde. Les listes des noms de chacun des ministres et le nom de leur poste respectif, juste comme la liste ci-haut, le mentionne.

Ces outils Ă©taient absolument d’une grande aide aux priĂšres quotidiennes de milliers de personnes. Je me rappelle trĂšs bien, et les Ă©tudiants de l’Ambassador College Ă©taient enseignĂ©s de les utiliser pour “prier autour du monde.” Ainsi Ă©taient ces choses dans l’Église. Cela crĂ©ait un lien entre les frĂšres et les autres parties de l’Oeuvre, l’Église et les bureaux rĂ©gionaux, les trois collĂšges et le ministĂšre qui servaient sans cesse le peuple de Dieu. Le peuple de Dieu savait aussi que les priĂšres continuelles Ă©taient leur part, celle des frĂšres, dans l’Oeuvre!

Mais ces Ă©ditions dĂ©taillĂ©es servaient deux autres buts. Elles formaient la base, l’ordre et la structure de la merveilleuse forme du gouvernement de Dieu, quelque chose qui Ă©tait trĂšs vrai, rĂ©el, à tout Son peuple, et quelque chose qu’ils verraient et penseraient sur une base quotidienne. Elles servaient aussi comme une sorte de tĂ©moignage rĂ©gulier de la croissance et du dĂ©veloppement de l’Église à travers ces annĂ©es excitantes lorsque le gouvernement de Dieu Ă©tait si productif dans tous les coins du monde.

Pour un certain nombre de personnes aujourd’hui, cette excitation est revenue.

Le but du gouvernement et de l’Église

Finalement, voici une autre citation du livre MYSTERY OF THE AGES. Elle rĂ©vĂšle le but gĂ©nĂ©ral, inspirant, de la maniĂšre que les diffĂ©rents postes ministĂ©riels dans l’Église, aussi bien que le rĂŽle des membres laĂŻcs, leur permet d’accomplir ces objectifs/responsabilitĂ©s. MĂȘme si elle n’est pas aussi longue que les autres citations, celle-ci devient le standard, la norme, le canevas pleinement peinturĂ© sur lequel le tableau est dĂ©peint, du gouvernement de Dieu à l’Oeuvre. Les points et les instructions de M. Armstrong sont spĂ©cifiques, et ils viennent de ce qu’il appelait la plus importante Ɠuvre et le plus important livre Ă©crit depuis la Bible.

Cette dĂ©claration, une qui devint un rĂ©sumĂ© parfait pour le chapitre en entier, apparait sous le sous-titre: “Real Purpose of the Church (Le vĂ©ritable but de l’Église).” Comme vous lisez, regardez si la confusion, qui rĂšgne dans les groupes et groupuscules dissidents divisĂ©s, Ă©parpillĂ©s, compĂ©titifs, compromettants et dĂ©sagrĂ©ants, est toujours active aujourd’hui, chaque personne qui a rejetĂ© le gouvernement de Dieu de diverses maniĂšres, est essentiellement semblable/comparable à ce que nous venons de dĂ©crire ici:

“Maintenant, le plus important de tout, quel est le vĂ©ritable but de l’Église? Pourquoi Dieu a-t-il ressuscitĂ© Christ?

“L’Église est la MĂšre spirituelle des humains convertis. Ils sont les embryons et les fƓtus spirituels pas encore nĂ©s, mĂȘme si ils sont engendrĂ©s par le Saint-Esprit de Dieu, ils sont dĂ©jà les enfants de Dieu.

“L’Église est l’organisme spirituel de Dieu bien organisĂ©, pour donner la nourriture spirituelle, entrainant et dĂ©veloppant dans la justice spirituelle, dans le caractĂšre juste, les futurs ĂȘtres divins, des fils de Dieu le PĂšre!

“Pour cet entrainement, ce dĂ©veloppement spirituel dans le caractĂšre de Dieu, Dieu a donnĂ© À Son Église une double responsabilitĂ©:

“1) ‘Allez dans le monde entier et proclamer la bonne nouvelle, du prochain royaume de Dieu.

“2) ‘Paissez mes brebis.’

“Mais en nourrissant les ‘brebis,’ dĂ©veloppant en elles le caractĂšre spirituel de Dieu, Dieu leur a donnĂ© leur part en supportant et en endossant la grande mission: ‘Allez par tout le monde’ (Marc 16:15)

“Cette premiĂšre et grande mission fut donnĂ©e aux apĂŽtres. Sur une moindre Ă©chelle, les Ă©vangĂ©listes Ă©taient employĂ©s pout transmettre le message. D’autres leaders, des ministres ordonnĂ©s, Ă©taient stationnaires, mĂȘme le pasteur local d’une Ă©glise (congrĂ©gation locale) pouvait tenir des services Ă©vangĂ©listiques dans cette rĂ©gion, pas le genre de ‘soul saving crusade (croisade pour sauver des Ăąmes)’, mais des lectures annonçant et proclamant, comme un tĂ©moignage, le prochain Royaume de Dieu (qui est le seul et vĂ©ritable Ă©vangile)

“Cette entiĂšre grande mission, proclamant le bonne nouvelle du prochain Royaume de Dieu, et de ‘nourrir le troupeau, les brebis’, est une administration et une fonction combinĂ©es, de l’Église.

“Les membres laĂŻcs individuels ont leur part vitale dans la proclamation de la bonne nouvelle (l’évangile) au monde. Comment? Pas en allant par eux-mĂȘmes proclamer le message de Christ dans le voisinage ou dans le monde. Cela est fait principalement par les apĂŽtres, au plus, par des Ă©vangĂ©listes, et mĂȘme à l’extrĂȘme, par des pasteurs locaux. (La principale tĂąche d’un pasteur local est de superviser et de prĂȘcher à une Ă©glise locale.)

“Mais toutes les opĂ©rations de l’Église sont entiĂšres, organisĂ©es en diverses opĂ©rations et administrations (I Cor. 12:5-6).”

pp. 265-266

Qu’est-il arrivĂ©?

Qu’est-il arrivĂ© à la pensĂ©e/mĂ©moire de milliers de gens?

· Pourquoi souhaiteraient-ils, ou permettraient passivement à d’autres, de changer la structure gouvernementale qui produisit une si merveilleuse unitĂ© dans l’Église et la plus grande Oeuvre en grosseur et en dimension, sans compter les millions de gens atteints, que le monde n’a jamais vu?

· Pourquoi n’y aurait-il pas des milliers cherchant diligemment aujourd’hui l’extraordinaire gouvernement que le peuple de Dieu et l’Oeuvre ont dĂ©jà profitĂ© pendant autant de dĂ©cennies?

· Pourquoi y en a t-il autant qui se contentent avec une variété de remplacements qui ne sont que de faibles substituts et des contrefaçons?

· Pourquoi autant sont si empressĂ©s d’échanger ce qui Ă©tait un magnifique coffre plein de bijoux pour un sac de cailloux? Le diamant de l’Espoir pour une breloque/bibelot?

Si cette dĂ©monstration semble injuste, alors c’est parce que le fossĂ© entre les deux items est si grand, que la valeur du caillou et de la breloque sont surestimĂ©s dans la comparaison.

Il devient Ă©vident que la majoritĂ© choisirait de retourner à la bonne connaissance au sujet de la location du gouvernement de Dieu aujourd’hui s’ils comprenaient mieux les dĂ©tails de son fonctionnement intĂ©rieur. Bien sĂ»r, l’objectif est d’élucider le mystĂšre de cette pensĂ©e. Ce chapitre aurait du accomplir beaucoup à ce sujet.

Plantant une graine

Avant de quitter la restauration, une graine, une semence doit ĂȘtre plantĂ©e dans votre esprit/pensĂ©e/mĂ©moire. ConsidĂ©rez: Christ conduit, dirige Son Église par les apĂŽtres, et peu de gens contesterait avec ce fait, au moins en apparence. En d’autres mots, c’est la maniĂšre qu’IL dirige, fait les choses dans Son Église, qu’IL construisit. L’Église en entier a dĂ©jà vu que les plus grandes distinctions entre la maniĂšre que le Tout-Puissant, TrĂšs-Sage JĂ©sus Christ vivant fait les choses diffĂ©remment des Ă©glises construites par les hommes, est qu’IL enseigne et dirige le gouvernement de Son Église commençant avec/par les apĂŽtres!

Avant d’étudier ce que M. Armstrong enseigna au sujet des postes du Nouveau Testament, il est critique que vous vous posiez quelques questions: Croyez-vous encore ceci, que ce poste est “premiĂšrement” dans le Corps? Retournant à une façon de penser similaire à ce que nous avons vu plus tĂŽt dans le chapitre, si vous avez changĂ©, avancĂ©, à l’étape du pourquoi avez-vous changĂ©? Êtes-vous rĂ©ellement certain que vous comprenez pourquoi votre pensĂ©e a Ă©voluĂ©, changĂ©?

La pensĂ©e de tout le monde Ă©volue avec le temps. C’est tout à fait un produit dĂ©coulant du processus naturel qu’est la maturation, la croissance et le vieillissement. Quelques fois, ces changements sont bons, et quelques fois, ils ne le sont pas. Quelques fois les gens reconnaissent qu’ils ont changĂ© leur façon de penser, et quelques fois ils n’ont pas. Il est critique que vous essayez d’identifier ce qui a changĂ© votre pensĂ©e au sujet de la maniĂšre que Christ dirige, conduit Son Église, et quand ce changement commença. Retraçant les Ă©tapes ou le parcours de ce processus vous aidera à retrouver le sentier oĂč vous Ă©tiez lorsque vous avez fait le mauvais choix.

Christ n’a certainement pas changĂ© Sa pensĂ©e à l’égard des apĂŽtres. IL sait le mieux ce qu’ils font, aprĂšs tout, c’en est un (HĂ©b. 3:1). Dans le vrai sens, JĂ©sus Christ et les apĂŽtres humains occupent le mĂȘme poste. ExceptĂ© pour le niveau d’autoritĂ©, et le fossĂ© est certainement grand, on pourrait dire qu’avec les apĂŽtres, Christ dirige “un de Son rang.” Est-ce que le Tout-Puissant Christ serait en quelque sorte, incapable d’enseigner Son serviteur humain de tenir ou d’exercer le mĂȘme poste et les mĂȘmes responsabilitĂ©s de ce poste? Est-ce qu’IL “manquerait Son coup” en communicant une partie intĂ©grale du fonctionnement du gouvernement de Dieu? AprĂšs tout, le PĂšre envoya Christ comme un apĂŽtre et Lui dĂ©lĂ©gua une autoritĂ© trĂšs spĂ©cifique. De la mĂȘme maniĂšre, Christ envoie des apĂŽtres humains et leur dĂ©lĂšgue une autoritĂ© trĂšs spĂ©cifique. Christ n’est pas confus au sujet de Son rĂŽle, et IL ne laisserait pas Son apĂŽtre humain confus non plus.

Tout cela a eu un effet direct sur ce que l’Église apprit, sur tout (!), à travers les 52 ans du ministĂšre de M. Armstrong. Si nous ne pouvons pas ĂȘtre certains de ce que M. Armstrong comprit correctement et enseigna sur les postes du ministĂšre, incluant son propre poste comme un apĂŽtre, pourquoi devrions-nous ĂȘtre certain au sujet des autres enseignements? Est-ce que Dieu permettrait à Son peuple de choisir les doctrines basĂ©es sur les Ă©motions? Celles qu’ils pensent qu’IL enseigna correctement? Ils devraient retenir fermement, et là oĂč ils pensent qu’IL avait tort, ils devraient aller vers la plus populaire innovation humaine. Comme vous lisez les explications de M. Armstrong des postes particuliers dans les chapitres qui suivent, vĂ©rifiez avec ce que vous verrez dans la Bible.

Le restant du livre vous amĂšnera plus profondĂ©ment dans les postes et les responsabilitĂ©s spĂ©cifiques du Nouveau Testament. Comme vous lisez, essayez de voir pourquoi M. Armstrong enseigna comme il le fit, et si vous voulez ou non vivre encore sous la structure d’autoritĂ© de Christ. L’Église est appelĂ©e notre “MĂšre” dans les Écritures. Pensez aussi à ce que cela signifiera pour votre croissance spirituelle et votre vie Ă©ternelle si vous pouvez trouver la seule Église qui vous nourrira avec l’amour d’une mĂšre nourrissant son propre enfant.

Maintenant, voici comment le gouvernement de Dieu travaillait/travaille


Chapitre Six – DIACRES

M. Armstrong a esquissĂ© une dĂ©finition de chacun des diffĂ©rents postes dans l’Église de Dieu. Bien sĂ»r, il n’a pas dit tout ce qui pourrait ĂȘtre Ă©crit, ou mĂȘme tout ce que la Bible enseigne, au sujet de tout. Mais, il Ă©tablit un organigramme, un squelette, assez pour voir plus que la forme de base. Nous commencerons par apprendre au sujet de ces postes en plus grands dĂ©tails maintenant. Ce chapitre prendra une approche de base, et cela commence avec la partie du “livre de texte” de ce volume.

Aussi, M. Armstrong expliqua que gĂ©nĂ©ralement, le gouvernement de Dieu en Ă©numĂ©rant le plus haut poste en premier, et ensuite, descendant dans la suite des rangs. Pour des raisons pratiques, il devint Ă©vident de commencer avec la plus basse position ordonnĂ©e et de remonter vers la plus haute. Il est reconnu que cela signifiait que certaines sĂ©ries d’informations donnĂ©es, auraient à changer. Toutefois, c’est plus naturel de discuter en dernier des responsabilitĂ©s additionnelles spĂ©ciales du Nouveau Testament (comme opposĂ©es aux rangs et aux postes, et nous verrons cette diffĂ©rence plus tard) à l’intĂ©rieur de l’Oeuvre de Dieu, immĂ©diatement aprĂšs avoir discutĂ© des plus hauts postes du Nouveau Testament.

Cela signifie de commencer avec le poste de diacre.

Les hommes et les femmes qui servent

Rappelez-vous que M. Armstrong, et au moins un autre auteur, ont fait rĂ©fĂ©rence aux diacres et aux diaconesses. Dans le passĂ©, virtuellement chaque congrĂ©gation de toute grandeur, qui avait Ă©tĂ© Ă©tabli pour une trĂšs longue pĂ©riode avait un ou plusieurs diacres. Un plus petit nombre avait des diaconesses. Ces postes furent Ă©ventuellement communs à chaque congrĂ©gation et pastorat autour du monde. Aucun pastorat n’était complet, et aucune congrĂ©gation de toute grandeur ne pouvait fonctionner vraiment effectivement sans plusieurs diacres.

Les diacres et les diaconesses sont des gens qui ont Ă©tĂ© ordonnĂ©s pour des services physiques dans l’Église. De toute Ă©vidence, une diaconesse, est une femme tenant un poste de service parmi d’autres femmes similaire à un diacre parmi les hommes (et les femmes). BientĂŽt, nous verrons davantage ce que cela signifie.

PremiĂšrement, voici une simple citation, brĂšve, du dĂ©but qui dĂ©finit ce poste. Cette citation a Ă©tĂ© Ă©crite durant la pĂ©riode aprĂšs que M. Armstrong vint à comprendre son propre poste, mais, avant que l’Église en vienne à voir la complĂšte restauration du gouvernement de Dieu. MĂȘme si cela n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit par M. Armstrong, elle prĂ©sente certainement de la comprĂ©hension qui Ă©tait bien connue dans l’Église:

“Paul Ă©crivit aux Corinthiens qu’en plus de l’administration spirituelle, il y avait aussi une administration physique faite d’aides, ou d’aidants, habituellement rĂ©fĂ©rĂ©s dans les Écritures comme diacres. Ils Ă©taient des aidants dans les choses physiques ou matĂ©rielles, qui servaient aux tables, avaient du travail de concierge et plusieurs autres tĂąches physiques.”

Herman L. Hoeh, “Government in Our Church,”

GN, August 1953

Ce que nous venons de dĂ©crire ici, est simplement du travail physique. Souvent, un diacre ou une diaconesse Ă©tait une personne qui pouvait ĂȘtre dĂ©crite comme “en charge du travail dur”. Plusieurs qui ont servi dans ce poste Ă©taient parmi les plus vĂ©ritables personnes dĂ©diĂ©es dans toute l’Église. Ils Ă©taient la sorte de gens qui n’avaient pas peur de se “rouler les manches et de mettre les mains à la pĂąte”, et c’est ce que la plupart Ă©taient, mĂȘme si cela diminua plus tard.

En fait, quelques uns des plus grands serviteurs que j’ai connus, Ă©taient des diacres ou des diaconesses. Quelques uns dont je pense furent presque des hĂ©ros, ou des hĂ©roĂŻnes, dans le sens de: ils se levaient et faisaient ce qu’il y avait à faire et de cette maniĂšre “sauvaient la journĂ©e” à travers de longues heures de fidĂšles services, et dans plusieurs cas, encore et encore. Et il y avait des occasions lorsque les circonstances Ă©taient forcĂ©es sur eux sans prĂ©avis à cause de besoins inattendus, et quelques fois de vĂ©ritables urgences. C’étaient des gens sur qui le pasteur pouvait compter “beau temps mauvais temps,” et qui servaient habituellement sans se plaindre. Je pense souvent à l’extraordinaire rĂ©compense que certains diacres et diaconesses dont j’ai connus se sont amassĂ©s pour eux-mĂȘmes (Matt. 10:42), s’ils ont survĂ©cu l’apostasie et ne laissent “personne prendre leur couronne” (Apoc. 3:11). Malheureusement, plus que la majoritĂ© ne prirent pas leur poste au sĂ©rieux.

J’ai Ă©tĂ© privilĂ©giĂ© d’entrainer, d’ordonner et d’enseigner plusieurs diacres et diaconesses. Cela implique de conduire ce que la plupart des pasteurs rĂ©fĂšrent comme/à des RĂ©unions de Diacres et d’Anciens. J’ai appris que ces serviteurs venaient de toutes sortes d’environnements, d’expĂ©riences et de personnalitĂ©s. Il n’y en avait pas deux pareils, exceptĂ© d’une seule maniĂšre, ils Ă©taient tous les serviteurs de leurs frĂšres!

Voici comment le poste commença

La plus grande clĂ© pour comprendre les responsabilitĂ©s d’un diacre (cela inclut les diaconesses), est trouvĂ©e dans le chapitre oĂč le terme est nommĂ© en premier, dans le livre des Actes au chapitre 6. Ce court chapitre pourrait facilement ĂȘtre appelĂ©: “le chapitre des diacres” parce que les huit premiers versets introduisent le poste, et les sept derniers versets dĂ©crivent le puissant message de la raison pour laquelle le diacre rĂ©cemment ordonnĂ©, Étienne perdit sa vie.

Le verset 1 dĂ©crit une jeune Église, à croissance rapide, du Nouveau Testament dĂ©clarant: “En ce temps-là, le nombre des disciples augmentait
” L’histoire continue avec les douze apĂŽtres ayant de la difficultĂ© à pourvoir aux “besoins quotidiens” des “veuves” qui faisaient parties de deux diffĂ©rents groupes de convertis locaux. Les apĂŽtres Ă©tant accaparĂ©s continuellement, ils n’étaient plus capables de s’occuper de leurs plus grandes responsabilitĂ©s spirituelles. Ainsi des dissensions s’élevĂšrent. Voici ce qu’était leur difficultĂ©: “Les douze convoquĂšrent la multitude des disciples, et dirent: il n’est pas convenable que nous laissions la Parole de Dieu pour servir aux tables” (verset 2).

Ceci introduit le problĂšme, et le but pour lequel ce poste fut crĂ©Ă©. Quelqu’un avait à servir aux tables. C’est aussi physique que ce l’est, et ça dĂ©finit les paramĂštres de base pour lesquels les sept premiers diacres furent choisis.

Au verset 3, les apĂŽtres instruisirent: “C’est pourquoi, frĂšres, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon tĂ©moignage, qui soient plein d’Esprit-Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi.” Cette sorte de service physique, les genres de choses qui pourraient ĂȘtre comparĂ©es à servir aux tables, Ă©tait alors diffĂ©renciĂ©es au verset 4 du service du ministĂšre, avec ceux occupant des postes spirituels (dans ce cas les apĂŽtres) avaient à faire: “Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la priĂšre et au ministĂšre de la Parole.”

Les rĂ©visionnistes ont essayĂ© de dire que l’implication du peuple dans le choix des diacres Ă©tait une Ă©vidence que les frĂšres ou le ministĂšre devraient participer dans la sĂ©lection des leaders dans l’Église. Cette pensĂ©e est au mieux clairement ignorante et au pire dĂ©libĂ©rĂ©ment malhonnĂȘte. Une Ă©tude plus approfondie ne rĂ©vĂšle pas cela. Le verset 6 rĂ©vĂšle que les apĂŽtres priĂšrent et qu’ils imposĂšrent les mains sur les sept personnes ordonnĂ©es aprĂšs que les apĂŽtres eurent dĂ©fini les paramĂštres de recherche pour des candidats. Chaque ministre encore honnĂȘte dans les dissidents aujourd’hui se rappellera comment l’Église a toujours compris cette histoire, et que les pasteurs locaux pouvaient demander des opinions à diffĂ©rents frĂšres, et certainement à d’autres diacres, au sujet de certaines personnes en particulier se trouvant sous examen, considĂ©rĂ©es pour devenir diacre (ou diaconesse). J’ai presque toujours fait cela, mais je me suis assurĂ© de le faire trĂšs discrĂštement, et de consulter les frĂšres les plus stables et spirituellement forts, ceux qui connaissent les candidats le mieux, aussi bien que de servir sous un “candidat particulier.”

Pour ainsi dire, comme le dit le plus gros dissident, que l’histoire dans le livre des Actes au chapitre 6 autorise le vote dans l’Église, et pour les ministres, est franchement malhonnĂȘte, et la personne qui discerne le verra. C’est aussi honnĂȘte que de dire que le vote biblique de lots dans Actes 1:22-26 (le plus gros dissident cite aussi ce passage pour supporter le vote), qui donna Matthias comme celui qui devait remplacer Judas parmi les douze, cela est un vote, ou encore, le ballotage.

Avant de quitter Actes 6, c’est intĂ©ressant de voir qu’Étienne, “seulement” un diacre, “homme plein de foi et d’Esprit-Saint [en Grec: dunamis], fit de grands prodiges [en Grec: teras] et des miracles [en Grec: seimion] parmi le peuple.” Plus tard, nous apprendrons que la capacitĂ© d’Étienne de faire ces choses dĂ©rivait directement de l’autoritĂ© apostolique prĂ©sente dans l’Église. Toutefois, je mentionne cela parce que chaque diacre devrait reconnaitre que lorsqu’il accomplit efficacement son poste, il est beaucoup plus que “juste un diacre” ou encore “seulement un diacre.” Rappelez-vous qu’Actes 8 dĂ©crit ce que le diacre Philippe fit en Samarie (versets 5-6, 13), et dĂ©crit aussi les “miracles et les signes” qu’il fit là.

Les trois mots Grecs mentionnĂ©s plus haut, furent inclus pour vous prĂ©parer à leur rĂ©introduction prĂšs de la fin de ce livre en relation au pouvoir apostolique et les signes en dĂ©coulant. Le lecteur est mis en garde.

Autres qualifications

Dans une autre sĂ©rie de versets, l’apĂŽtre Paul liste formellement ce qui est souvent rĂ©fĂ©rĂ© aux “qualifications d’un diacre.” La liste n’est pas aussi longue que celle d’un ancien, mais elle reflĂšte une personne profondĂ©ment convertie et d’une conduite exemplaire dans la congrĂ©gation. Elle se trouve dans I TimothĂ©e 3:8-13:

Fonctions de Support

“Aides,” “Gouvernements,” “DiversitĂ©s,”

“Administrations” et “OpĂ©rations”

Il est possible d’aller plus loin que les postes Ă©numĂ©rĂ©s dans ÉphĂ©siens 4:11, en regardant soigneusement I Corinthiens 12:27-28. Ce passage inclut d’autres fonctions qui sont souvent oubliĂ©es dans le gouvernement de Dieu. Notez le verset 28: “Et Dieu a Ă©tabli dans l’Église premiĂšrement des apĂŽtres, secondement des prophĂštes, troisiĂšmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guĂ©rir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues.”

Que sont les termes: “aides”? “gouvernements”? “diversitĂ©s”? À quoi font rĂ©fĂ©rence ces termes? Comment fonctionnent-ils avec l’Église, et sous la direction et le leadership du ministĂšre de Dieu? Pour mieux comprendre leur but, nous devons examiner les dĂ©finitions des mots Grecs d’oĂč ils dĂ©rivent:

“Aides (secours)”: est traduit d’antilepsis. Sa signification est simplement: “secours ou aide.”

Le dictionnaire: «Thayer Greek-English Lexicon» note que l’emploi au pluriel de “aides (dans la traduction Louis Second: secourir)” dans I Corinthiens 12:28, fait rĂ©fĂ©rence aux “responsabilitĂ©s des diacres, qui ont soin des pauvres et des malades.” Bien sĂ»r, l’Église a depuis longtemps compris que le mot “aides” indique le service des diacres et des diaconesses, et nous l’avons rĂ©fĂ©rĂ© dans une citation dans ce chapitre.

De plus, antilepsis dĂ©rive d’une autre racine signifiant: “participer, aider, partager, supporter,” et “prendre part à tour de rĂŽle, succĂ©der,” comme pour attraper le cĂŽtĂ© opposĂ© d’une table, littĂ©ralement, “aide adjoint, conjointement.” C’est comparable à quelqu’un dĂ©plaçant une table pesante et requĂ©rant une personne qui supportera l’autre cĂŽtĂ© de la table. Un “aide” est littĂ©ralement juste cela, quelqu’un qui aide les autres là oĂč leur assistance est requise. Et nous avons vu que le service d’un “aide”, un diacre, peut aller de servir aux tables jusqu’à assister dans la PremiĂšre Mission.

“Gouvernements”: Est traduit du mot kubernesis, et signifie: “pilotage, (figurativement) directorship=poste de directeur (dans l’Église).” Thayer note que son emploi dans I Corinthiens 12 pointe vers un sens prĂ©cis figuratif, se traduisant par: “conseils sages.” Il est facile de voir un groupe de positions administratives diffĂ©rentes dans une Église et une Oeuvre aussi grande que celle sous M. Armstrong, qui requerrait une variĂ©tĂ© de niveaux et de directeurs administratifs, ou d’administrateurs.

“DiversitĂ©s”: Est aussi employĂ© au verset 28, et vient de genos, qui dĂ©rive du mot signifiant “parent, proche, famille.” Genos principalement signifie: “nĂ©, gens du pays, diversitĂ©, gĂ©nĂ©ration, ancĂȘtre/familial, nation, descendance, familial/hĂ©rĂ©ditaire.” Thayer dĂ©finit ce mot comme: “l’ensemble [la collection] de plusieurs individus de la mĂȘme nature, espĂšce, sorte, groupe, famille.”

Maintenant, que nous avons examinĂ© les dĂ©finitions d’“aides,” de “gouvernements” et de “diversitĂ©s,” relisons 1 Corinthiens 12:28, mais cette fois en les remplaçant avec leurs significations dĂ©taillĂ©es (la traduction est directement de l’Anglais, et non spĂ©cifiquement de la version Louis Second):

“Et Dieu a Ă©tabli quelques uns dans l’Église, premiĂšrement des apĂŽtres, secondement des prophĂštes, troisiĂšmement des enseignants, aprĂšs des (gens qui font des) miracles, alors des dons de guĂ©risons, le soin des frĂšres dans le besoin, le don des sages conseils et de direction, tout dans une variĂ©tĂ© de diffĂ©rents langages, avec le don des miracles pour communiquer cela librement.”

Lorsque nous l’assemblons avec le verset 28, les versets 4-6 prennent encore plus de signification. En fait, le lecteur vient à le rĂ©aliser avant de rĂ©aliser les postes et les rĂŽles du verset 28: “Il y a diversitĂ© de dons, mais le mĂȘme esprit, diversitĂ© de ministĂšres, mais le mĂȘme Seigneur; diversitĂ© d ’opĂ©rations, mais le mĂȘme Dieu qui opĂšre tout en tous.”

“DiversitĂ©s”: Est dans ce cas diffĂ©rent du mot Grec traduit au verset 28. Cette fois, il est traduit de diairesis, dĂ©fini comme: “une distinction ou une variĂ©tĂ©; diffĂ©rence, diversitĂ©.” Thayer ajoute: “en particulier une distinction survenant d’une diffĂ©rente distribution à diffĂ©rentes personnes.”

Aussi, «diairesis» vient de diaireo, qui signifie: “sĂ©parer ou diviser.” On pourrait dire que le «diary» (l’agenda) d’une personne divise d’importants Ă©vĂšnements qui prennent place, ont lieu, dans les jours diffĂ©rents dans la vie d’une personne.

“Administrations”: est diakonia dans le Grec. En le dĂ©finissant, Strong fait rĂ©fĂ©rence à diakonos, que nous avons vu, qui signifie: “le service d’un responsable ou un serveur/serviteur”, celui qui accomplit des tĂąches manuelles, comme celles performĂ©es par les diacres et/ou les diaconesses.

Mais diakonia est un peu plus diffĂ©rent dans ce qu’il est dĂ©fini comme: “un/une aide, (officiel/le), un service du ChrĂ©tien enseignant.” Cela est trĂšs intĂ©ressant, parce qu’il s’adresse aux ministres, administrant, au ministĂšre, aux postes, l’accomplissement de services, apparemment dĂ©finissant le service d’une capacitĂ© plus officielle.

“Administrations” pourvoit aussi une base biblique pour ceux qui sont dans l’entrainement pour le ministĂšre dont l’Église appelle gĂ©nĂ©ralement “des assistants ministĂ©riaux” (ou des apprentis). Ceux qui se qualifient pour cet entrainement commencent habituellement en assistant comme prĂ©posĂ©s, assistant, adjoint, avec l’accent initial mis sur les tĂąches manuelles, tout en Ă©tant dirigĂ© pour de futures responsabilitĂ©s. Comme le candidat croit/croĂźt, la nature de la tĂąche escalade avec le temps, et il devient mieux prĂ©parĂ© pour accomplir les assignements qui sont plus sensibles.

Bien sĂ»r, à un certain point, un assistant ministĂ©riel va vers l’ordination ministĂ©rielle, vers son rang final ou son poste dĂ©terminĂ© par la maniĂšre que Christ planifie ultimement de l’employer. En d’autres mots, son entrainement ministĂ©riel continuerait aprĂšs avoir Ă©tĂ© ordonnĂ© vers son rĂŽle final, dans le gouvernement de l’Église sous Christ. (Le prochain chapitre contient une insertion qui couvre les assistants ministĂ©riaux avec plus de dĂ©tails.) Toutefois, le mot pourrait aussi faire rĂ©fĂ©rence aux administrateurs dans l’Oeuvre.

“OpĂ©rations”: est traduit de energema, et il signifie: “un effet, une opĂ©ration ou travail.” Le mot Anglais familier “energy (Ă©nergie)” en dĂ©rive/dĂ©coule Ă©videmment. Certainement, lorsque l’Esprit de Dieu est à l’oeuvre dans Son gouvernement, il y a une rĂ©elle Ă©nergie supernaturelle, la conduite de Christ accompagnĂ©e par des miracles, qui Ă©nergise Son Église.

Maintenant, relisons les versets 4-6, remplaçant “diversitĂ©s,” “administrations” et “opĂ©rations” avec leurs autres dĂ©finitions: “Maintenant, il y a clairement diffĂ©rents dons donnĂ©s à ceux qui Ɠuvrent dans le service de l’Église, mais tout (provenant) du mĂȘme Esprit. Et il y a diffĂ©rentes sortes de services dans le ministĂšre pour l’édification des frĂšres, mais tout cela, ayant comme origine le mĂȘme Seigneur. Et il y a des aspects diffĂ©rents pour accomplir l’Oeuvre de Dieu, mais c’est le mĂȘme Dieu qui travaille tout en tous.”

Le Dieu d’ordre, le CrĂ©ateur, a laissĂ© un plan merveilleux de Son gouvernement dans Sa Parole pour ceux qui veulent le voir. Cette insertion dĂ©taillĂ©e a mis plus de “viande autour de l’os”, tout en rĂ©vĂ©lant plus de la main inspirante de Dieu dans le design de Son merveilleux gouvernement qu’IL a placĂ© dans Son Église.

Assemblant un personnel qualifié au Quartier Général

Engager des employĂ©s Ă©tait vital pour une Oeuvre et une Église en plein expansion. À un certain moment, des centaines de personnes emplirent des positions dans des douzaines de dĂ©partements, juste au Quartier GĂ©nĂ©ral. Un grand dĂ©partement du personnel fut nĂ©cessaire pour gĂ©rer et administrer les nouveaux employĂ©s, les promotions et les transferts.

Comme les besoins s’accrurent, des annonces de positions spĂ©cialisĂ©es apparurent dans le journal «The Worldwide News» et le «Pasteur General’s Reports». (Ce dernier Ă©tait lu dans toutes les congrĂ©gations.) Des applications furent remplies, des recommandations furent donnĂ©es, des interviews survinrent, et des emplois furent crĂ©Ă©s. Plusieurs congrĂ©gations “perdirent des gens pour Pasadena.” Le taux d’excitation Ă©tait Ă©levĂ© pour ceux qui Ă©taient privilĂ©giĂ©s de servir personnellement dans l’Oeuvre.

Voici dix qualitĂ©s requises pour les “employĂ©s” qui se dĂ©marquaient des autres:

(1) Enseignable: Le peuple de Dieu, sont des disciples, des Ă©tudiants et ceux qui “savaient tout” n’avaient pas de place au QG.

(2) LoyautĂ©: Les employĂ©s prospectifs devaient avoir une connaissance complĂšte du gouvernement de Dieu s’ils voulaient y ĂȘtre employĂ©s.

(3) FondĂ© sur les doctrines: La pire place pour les fausses doctrines Ă©tait au QG, là, oĂč toutes les dissensions rĂ©duisaient la production.

(4) Un zĂšle altruiste: Ceux qui Ă©taient engagĂ©s, devaient ĂȘtre infatigables pour la toute importante Oeuvre de Dieu.

(5) La diligence: Faire les choses correctement et en temps Ă©tait vital pour l’intĂ©gration de plusieurs dĂ©partements travaillant tous dans/vers les mĂȘmes buts.

(6) Les talents: L’entrainement et les “talents” Ă©taient d’une immense importance. Les employĂ©s Ă©taient encouragĂ©s de continuellement ajouter à leur base.

(7) l ’expĂ©rience: Peu de choses se comparent à l’expĂ©rience. Les novices peuvent facilement tomber dans des piĂšges, d’autres les voient à l’avance.

(8) Avoir la peau dure (ĂȘtre capable d’endurer le stress): La “pression constante” de l’environnement de travail simplement ne fait pas aux Ăąmes sensibles. Elles ne pourraient pas survivre.

(9) s ’autogĂ©rer: Cela inclut l’argent, les paroles, les mariages, les pensĂ©es, les attitudes, les Ă©motions, la santĂ© et les enfants, et bien d’autres.

(10) BalancĂ©: La majoritĂ© dans cet Ăąge est arrivĂ©e à manquer mĂȘme de balance (ĂȘtre Ă©quilibrĂ©) naturelle. Ceux qui sont au QG Ă©taient enseignĂ©s de ne pas se laisser aller promptement en de mauvaises pensĂ©es, paroles impulsions.

Malheureusement, plusieurs, en fait, la plupart, ont perdu de vue de ces attributs du passĂ©. Mais d’autres ont Ă©tĂ© capables de les retenir ou d’y retourner. Ceux-là peuvent ĂȘtre dans des groupes dissidents. Dans cette Oeuvre de Dieu d’aujourd’hui, il y a encore de ces qualitĂ©s vitales.

Nous recherchons constamment l’horizon pour ceux qui les reflùtent!

“Les diacres aussi doivent ĂȘtre honnĂȘtes, Ă©loignĂ©s de la duplicitĂ©, des excĂšs du vin, d’un gain sordide, conservant le mystĂšre de la foi dans une conscience pure. Qu’on les Ă©prouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministĂšre (de diacre), s’ils sont sans reproche. Les femmes, de mĂȘme, doivent ĂȘtre honnĂȘtes, non mĂ©disantes, sobres, fidĂšles en toutes choses. Les diacres doivent maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons; car ceux qui remplissent convenablement leur ministĂšre s’acquiĂšrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en JĂ©sus Christ.”

Les deux rĂ©fĂ©rences au poste de “diacre” dĂ©rivent du mot Grec diakoneo, qui signifie: “ĂȘtre au service de, servir, (manuellement, serviteur ou comme un hĂŽte
) administrer (sur, à, pour), servir, employĂ© le poste de diacre
” Lorsque la signification de diakonos, dĂ©rive de diakoneo, cela inclut la signification de: “un serviteur (aux tables ou en d’autres responsabilitĂ©s manuelles); (techniquement un diacre ou une diaconesse)
serviteurs, servantes,” la description, l’imagerie est claire. Les diacres Ă©taient des serviteurs manuels, pour des choses physiques.

Il y a encore beaucoup plus à considĂ©rer dans cette liste de qualifications qu’à premiĂšre vue. Chaque pasteur doit soigneusement Ă©valuer quiconque devant ĂȘtre considĂ©rĂ© pour ce poste à la lumiĂšre de ces versets d’Actes 6. Le poste de diacre, comme n’importe quel autre poste de Dieu, ne doit jamais ĂȘtre donnĂ© parce qu’une personne est un “favori,” ou qu’elle est bonne/gĂ©nĂ©reuse dans les compliments, ou qu’elle a Ă©tĂ© une “amie,” ou a Ă©tĂ© “particuliĂšrement loyale”, ou comme il est arrivĂ© souvent dans le passĂ©, fut une des “merveilleuses personnes,” ce qui est pratiquement et habituellement synonyme avec le succĂšs matĂ©riel. Ni qu’elle soit un “partenaire de golf,” ou pire, un “partenaire de bar/boisson.”

Ne perdez pas de vue le fait que Dieu est Celui qui â€œĂ©tablit la barre”, le standard spirituel, pour ce poste et tous les autres dans le Nouveau Testament. Il ne peut y avoir de la place pour des faveurs politiques, de favoritisme ou de lobbysme, ou mĂȘme juste de rĂ©compenser les personnes “sĂ©niors”, lorsqu’il en vient à cela, ou à n’importe quel autre poste de Dieu!

Les standards de Dieu doivent toujours prévaloir du plus haut poste vers le plus bas.

La majorité aussi des leaders

Sans exception, les diacres et les diaconesses avaient à dĂ©montrer au moins un minimum de leadership. Bien sĂ»r, quelques uns servaient plus naturellement comme assistants, souvent aux anciens locaux d’église, mais aussi aux pasteurs. Quelques uns Ă©taient des leaders trĂšs effectifs, toutefois, et souvent leur poste se rĂ©sumait à une pĂ©riode d’entrainement pour un plus haut poste de service, un poste spirituel. Par exemple, c’était le cas avec Philippe, que nous avons fait rĂ©fĂ©rence plus tĂŽt, et qui servait comme un diacre dans Actes 8, mais qui performait aussi des baptĂȘmes. Ce diacre devint un Ă©vangĂ©liste (Actes 21:8).

Pour ĂȘtre un leader, la personne doit avoir de l’autoritĂ© et ĂȘtre responsable pour les autres, il doit dĂ©montrer premiĂšrement qu’il peut ĂȘtre conduit, et qu’il peut ĂȘtre un bon Ă©tudiant, un qui est fidĂšle sous l’autoritĂ©, il doit dĂ©montrer qu’il se soumet à l’autoritĂ© en premier. Il doit ĂȘtre capable de dĂ©montrer de l’expĂ©rience en enseignant aux autres aussi qu’ils doivent, et comment suivre. Puisqu’il y en a quelques uns qui sont des leaders dans une congrĂ©gation locale mais qui ne sont pas ordonnĂ©s, un diacre pourrait, dans un sens, quelques fois ĂȘtre regardĂ© comme un “leader de second niveau.” En d’autres mots, mĂȘme si ce n’était pas tous les diacres, dans le passĂ©, qui avaient leurs propres “aidants/adjoints,” ou des teams/Ă©quipes qui avaient leurs propres leaders, plusieurs les avaient. C’est souvent ce qui devint nĂ©cessaire dans les plus grandes congrĂ©gations oĂč les responsabilitĂ©s habituellement Ă©taient plus grosses, et il y avait plus de frĂšres pour organiser. Par exemple, une petite congrĂ©gation pouvait avoir un ou deux diacres ou placiers, mais une plus grosse congrĂ©gation, 500-600 personnes, aurait pu en avoir 10, 12 ou plus.

À la FĂȘte des Tabernacles, un diacre pouvait se retrouver à superviser considĂ©rablement plus que cela. Dans les premiĂšres annĂ©es de l’Église, quelques hommes furent mĂȘme formellement nommĂ©s pour ĂȘtre “chef diacre.” Mais cette idĂ©e fut Ă©ventuellement abandonnĂ©e pour des problĂšmes qu’elle gĂ©nĂ©rait, superviser de plus grands nombre de gens requiert du vrai leadership. Cela demandait le besoin pour des communications efficaces, les Ă©valuations des forces des hommes, la planification efficace, l’administration financiĂšre, et jongler avec les cĂ©dules. Ça peut aussi signifier d’enseigner aux autres à bien rĂ©agir avec diffĂ©rentes sortes d’attitudes et diffĂ©rentes situations qui peuvent arriver. Et tout cela peut ĂȘtre reliĂ© à juste diriger un groupe de placiers. Ça veut dire aussi de garder le pasteur ou un ancien rĂ©guliĂšrement informĂ© selon les besoins.

Bien sĂ»r, il y a ces leaders qui “jettent la serviette” et, en faisant cela, si ça devient rĂ©gulier, cela dĂ©montre que ce n’était pas des leaders. J’ai connu des diacres qui Ă©taient revĂȘtus de confiance avec d’importantes responsabilitĂ©s laisser tomber d’autres frĂšres parce qu’ils ne se rendirent pas assez tĂŽt à la salle de rĂ©union pour l’ouvrir, envoyĂšrent les offrandes des Jours Saints en temps, fait de bonnes recherches d’un endroit appropriĂ© pour une activitĂ© sociale, s’assurer que les gens ayant besoin de covoiturage l’aient, installĂ© le systĂšme de son pour l’assemblĂ©e, amenĂ© d’importants items aux services du Sabbat, et encore beaucoup d’autres choses. Quelques fois la congrĂ©gation en entier a Ă©tĂ© blessĂ©e à cause de nĂ©gligence. Les hommes (et les femmes) servant, “pleins de l’Esprit-Saint” dĂ©montrent de la confiance, de la dĂ©dication, du zĂšle, de l’attention aux dĂ©tails, et de l’altruisme et bien d’autres qualitĂ©s.

Doivent ĂȘtre Ă©prouvĂ©s premiĂšrement

Tout cela dĂ©crit les plus grandes raisons que les hommes doivent ĂȘtre soigneusement Ă©valuĂ©s avant l’ordination, “Qu’on les Ă©prouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministĂšre, s’ils sont sans reproche (1 Tim. 3: 10).”

MĂȘme si c’est rare, les diacres, et bien sĂ»r, ceux occupant des postes plus Ă©levĂ©s, peuvent se disqualifier eux-mĂȘmes de rendre plus de services. Les diacres et les diaconesses devraient ĂȘtre prudents pour s’assurer qu’ils ne se disqualifient pas des normes de leur poste. Étant des exemples pour la congrĂ©gation, ils doivent “ĂȘtre sans reproche (1 Tim. 3: 10),” et cela devant Dieu et les hommes (ainsi que les frĂšres).

En dĂ©pit du fait que plusieurs diacres furent des leaders, et que quelques uns croissĂšrent et devinrent capables de gravir des postes spirituels plus Ă©levĂ©s, nous devons rĂ©pĂ©ter ici, que ces postes n’avaient pas d’autoritĂ© spirituelle. Il y a plusieurs façons de le savoir:

(1) ÉphĂ©siens 4:11-16 Ă©numĂšre les postes du ministĂšre et leur but en gĂ©nĂ©ral, destinant ces postes que Christ Ă©tablit: “pour le perfectionnement des saints, en vue de l’Ɠuvre du ministĂšre et de l’édification du Corps de Christ” (verset 12). Les autres postes dans l’Église sont inclus ici, le poste de diacre n’est pas nommĂ©. C’est parce qu’il n’est pas directement impliquĂ© dans les dĂ©finitions de poste du verset 12.

(2) Les postes de diacre et de diaconesse Ă©taient, dans un sens, des contreparties parallĂšles. En fait, quelques maris et Ă©pouses paraissent dans les Écritures avoir Ă©tĂ© ordonnĂ©s à ces postes comme un couple (Aquilas et Priscille, et possiblement Philologue et Julie). Puisqu’il est compris que les femmes ne prĂȘchent ni n’enseignent dans l’Église (I Cor. 14:34), alors, leur poste ne pourrait jamais ĂȘtre spirituel en nature, cela devient sa propre Ă©vidence que le poste de diacre ne le peut non plus.

(3) Les pasteurs Ă©taient permis par le QG, signifiant que M. Armstrong l’avait permis, d’ordonner des diacres (et des diaconesses) de leur propre autoritĂ©, selon leur propre jugement. Bien sĂ»r, ils devaient ĂȘtre prudents avec cela dans tous les sens, et de notifier Pasadena aprĂšs avoir agi/oint. Voici pourquoi c’est aussi significatif. Toutes les autres ordinations, celles qui plaçaient des hommes dans des postes spirituels, Ă©taient approuvĂ©s à un niveau diffĂ©rent et par un processus diffĂ©rent, incluant remplir un “Formulaire de Recommandation” dĂ©taillĂ©. Cela sera discutĂ© dans un prochain chapitre.

Ayant dit tout cela, n’oubliez pas que Philippe et Étienne, et reconnaissez que tous les pasteurs aussi, furent donner l’autoritĂ© de travailler avec certains hommes dans des maniĂšres ou des façons qui avaient des allures de leadership spirituel. Cela Ă©tait compris et permis parce que ces hommes Ă©taient en entrainement pour des postes possiblement plus Ă©levĂ©s. Un exemple serait que quelques diacres furent choisis pour donner des sermonettes et des demi-sermons, et sur certaines plus rares occasions, des sermons (toujours avec le pasteur prĂ©sent). Ils pouvaient aussi ĂȘtre employĂ©s, et occasionnellement l’étaient, à faire des visites dans lesquelles trĂšs peu de conseils spirituels et d’encouragements Ă©taient requis. (Nous verrons que Paul Ă©tait un “enseignant” mĂȘme avant toute ordination.)

Un point devrait ĂȘtre examinĂ© avant de terminer. Les diacres et les diaconesses ne se retirent pas du service, jamais. Ils peuvent ralentir ou devenir handicapĂ©s, mais la retraite n’est jamais une alternative. Le chapitre huit abordera la retraite en plus grand dĂ©tails.

Qu’en est-il de vous?

Plusieurs diacres liront, sans aucun doute, ce livre. Nous espĂ©rons que chaque diacre qui n’a pas abandonnĂ© dans l’apostasie aurait Ă©ventuellement cette opportunitĂ©.

Quelques questions:

  • Êtes-vous fatiguĂ©s avec le dĂ©sordre et la pauvre communication?
  • Êtes-vous Ă©cƓurĂ©s par la confusion, la division et une fautive “chaĂźne de commande”?
  • Êtes-vous fatiguĂ©s de “ceux qui essaient de se faire valoir pour ĂȘtre Ă©levĂ©s” et des hypocrites recevant des postes?
  • Êtes-vous fatiguĂ©s des politiques et des compromis dans les gouvernements qui ne fonctionnent pas?
  • Pourriez-vous ĂȘtre quelqu’un qui dĂ©sire retourner à son premier appel et au service dans la structure du gouvernement de Dieu?
  • Êtes-vous dĂ©terminĂ©s de “conservant le mystĂšre de la foi dans une conscience pure (1 Tim. 3: 9)”?
  • DĂ©sirez-vous servir pour une rĂ©compense physique et de la reconnaissance, ou la poursuite de l’argent, “d’un gain sordide (verset 8)”?
  • Êtes-vous quelqu’un qui souhaite retourner entiĂšrement à “L’emploi de poste de diacre” et “s’acquĂ©rir un rang honorable, et une grande assurance dans la foi
(verset 13)”?

Si ce paragraphe vous dĂ©crit, alors, cette plus grande, importante Oeuvre croissant rapidement sur la face de la terre est l’endroit pour vous, si vous vous oignez les yeux!

Finalement, à ces fidĂšles leaders qui n’ont jamais Ă©tĂ© ordonnĂ©s: La vaste majoritĂ© des diacres dans cet Ăąge sont tombĂ©s profondĂ©ment dans les compromis ou laissĂ© la foi. Le Chef vivant; JĂ©sus Christ peut encore vous employer dans une position de vrai leadership, si vous vous qualifiez.

Et ceux qui sont diacres aujourd’hui pourraient, avec d’autres, aller vers le plus haut poste spirituel de service, s’ils se qualifient


Chapitre Sept – ANCIENS

Le poste de diacre fut originellement le premier de sept postes ou rangs du Nouveau Testament. Il y a ce poste physique et les six autres postes spirituels: Ancien Local, Ancien PrĂ©dicateur, Pasteur, ÉvangĂ©liste, ProphĂšte et ApĂŽtre, qui reprĂ©sentent collectivement le ministĂšre de Christ. Nous sommes presque prĂȘts pour discuter de la signification du mot et/ou du poste d’ancien. Mais premiĂšrement, nous devrions explorer et comprendre un point reliĂ© au nombre sept.

Sept, pas six

Entre autres choses, ce chapitre expliquera la diffĂ©rence entre ancien prĂ©dicateur et ancien local (aussi appelĂ© «local church elder», ancien local de l’église, lorsqu’un homme n’était pas employĂ© par l’Église) Si les postes d’ancien prĂ©dicateur et d’ancien local sont amalgamĂ©s aujourd’hui, de la maniĂšre que plusieurs groupes dissidents l’ont fait, alors le nombre de poste de Dieu dans le Nouveau Testament est rĂ©duit à six.

MĂȘme si plusieurs pensent que ce changement dans le nombre n’est que de la pure coĂŻncidence ou sans importance, Dieu le voit diffĂ©remment. Voici ce qui est intĂ©ressant et important.

L’Église a toujours compris que le chiffres six est le “numĂ©ro de l’homme.” Il y a six jours dans la semaine que l’homme peut travailler, 6,000 ans donnĂ©s au rĂšgne de l’homme sous Satan et le nombre 666, appelĂ© “le nombre d’un homme,” entre autres.

Le chiffre sept est bien connu dans la Bible (et dans l’Église) comme le chiffre pour l’accomplissement ou la perfection. Par exemple, il y a sept jours de la CrĂ©ation, et par consĂ©quence, il y a sept jours dans la semaine. Dieu a un Plan de 7,000 ans, il y a sept Jours Saints annuels, il y avait sept diacres initialement ordonnĂ©s, il y a sept Ăšres de l’Église, sept sceaux, sept trompettes, sept derniers flĂ©aux, et une punition intensifiĂ©e sept fois à venir sur IsraĂ«l (actuellement trois fois sept), entre-autres. À cette lumiĂšre, le chiffres sept de Dieu dans les postes du Nouveau Testament est vu comme parfait et complet.

Est-ce une coĂŻncidence que la plupart des dissidents, conduits par des hommes (qui se sont nommĂ©s eux-mĂȘmes ou qui ont Ă©tĂ© Ă©lus), pas par Dieu! Ont rĂ©duits le chiffre des postes du Nouveau Testament au chiffre de l’homme de six, et remplacĂ© le chiffre biblique de sept rĂ©vĂ©lĂ© par Christ par Son apĂŽtre lorsque Son gouvernement et Sa vĂ©ritĂ© Ă©taient pleinement restaurĂ©s à l’Église? Si Christ utilisa M. Armstrong pour restaurer le gouvernement de Dieu à l’Église, permettrait-IL à Son serviteur qu’IL a choisi de mĂ©langer l’ordre et le nombre de postes en rajoutant ou en enlevant de ces postes? Bien sĂ»r que non, parce que l’idĂ©e mĂȘme est inconsistante avec ce qu’est une restauration. Vous ne pouvez pas avoir l’un sans l’autre, trop ou pas assez de ces prĂ©sents postes, et atteindre encore une pleine, complĂšte restauration. Au mieux, tout nombre de postes manquants serait seulement une “restauration” partielle, ou trop, serait une “restauration” excessive. Ruminez bien cela.

Distinction faite

Avant de revoir ce que M. Armstrong enseigna au sujet des anciens en gĂ©nĂ©ral, voici deux courtes dĂ©clarations par lesquelles il dĂ©montre une diffĂ©rence entre les postes d’ancien prĂ©dicateur et d’ancien local. Comme vous lisez, considĂ©rez que si l’ùre de Sardes “n’avait pas la bonne forme de gouvernement,” comme M. Armstrong le dĂ©clare à la fin, il devrait ĂȘtre Ă©vident qu’une Ăšre appelĂ©e: “le peuple rĂšgne, juge et dĂ©cide (la signification du mot LaodicĂ©e)” ne pourrait certainement pas ĂȘtre plus loin de la vĂ©ritĂ© du gouvernement, c’est la confusion dont M. Armstrong dĂ©crit dans Sardes:

“Vous lisez que dans ÉphĂ©siens 4 et I Corinthiens 12, Christ est la tĂȘte, (le Chef) de l’Église et sous Christ dans l’administration du gouvernement, il y a un apĂŽtre ou des apĂŽtres, alors des Ă©vangĂ©listes, alors des pasteurs, alors tous sont appelĂ©s anciens, tous les ministres du haut jusqu’au plus bas. Ainsi, il y a des enseignants et anciens, des anciens prĂ©dicateurs et des anciens assistants-prĂ©dicateurs et des diacres et des diaconesses. Et l’Église est restaurĂ©e dans cette forme de gouvernement. L’Église de Sardes n’avait mĂȘme pas la bonne forme de gouvernement.”

Sermon, December, 17, 1983

“Encore, tous les ministres et les enseignants sont appelĂ©s anciens dans d’autres textes du Nouveau Testament. Par consĂ©quent, dans l’Église de Dieu aujourd’hui, il y a les deux: des anciens prĂ©dicateurs et des anciens non-prĂ©dicateurs. Les anciens prĂ©dicateurs s’occupent des Ă©glises locales. Puis, quelques anciens, non-prĂ©dicateurs, sont appelĂ©s des anciens locaux dans l’Église aujourd’hui.”

MYSTERY OF THE AGES, p. 245

Mis avec la plus grande citation mentionnĂ©e ci-dessous, ces dĂ©clarations prĂšs de la fin de sa vie dĂ©montrent clairement que M. Armstrong n’a jamais changĂ© pour plus de 30 ans, de sa position que les postes d’ancien prĂ©dicateur et d’ancien local Ă©taient distinctement diffĂ©rents, avec celui qui est capable d’ĂȘtre un pasteur et l’autre non, l’un, plus un prĂ©dicateur et pasteur, l’autre, non-prĂ©dicateur, mais capable de parler, signifiant qu’il Ă©tait capable de donner des sermonettes. (Il pourrait en faire plus à l’occasion et lors d’urgences, mais quelques anciens ne parlent jamais.) Rappelez-vous, «MYSTERY OF THE AGES», Le MystĂšre des SiĂšcles fut Ă©crit en 1985, juste avant sa mort. Il Ă©tait mentionnĂ© au chapitre trois que l’“ÉvangĂ©liste PrĂ©sidant” qui conduit le deuxiĂšme plus grand groupe dissident dĂ©clare que M. Armstrong inventa le poste d’ancien prĂ©dicateur pour “satisfaire les officiels du bureau” dans les annĂ©es 1950. Si cela Ă©tait vrai, M. Armstrong “oublia” pourquoi il le fit, ou il sĂ©duisit l’Église pendant des dĂ©cennies jusqu’à sa mort afin qu’il n’ait pas à renverser une dĂ©cision qui ne servait qu’à satisfaire des officiels d’un bureau. Peu importe si les États-Unis n’étaient pas impliquĂ©s dans une guerre vers le milieu des annĂ©es 1950 lorsque ce poste apparut en premier dans l’Église.

Et il y a ces deux questions majeures: Qui, pour/à quel poste, est-ce que Christ utiliserait pour rĂ©vĂ©ler à Son Église le nombre de postes ordonnĂ©s dans le Nouveau Testament et quand le ferait-IL?

Deux options se prĂ©sentent elles-mĂȘmes:

  • (1) un apĂŽtre le rĂ©vĂšlerait dans l’ùre de Philadelphie, lorsque “toutes choses” Ă©taient prĂ©dites pour ĂȘtre restaurĂ©es, ou
  • (2) un Ă©vangĂ©liste dans la terrible et compromettante Ăšre de LaodicĂ©e, lorsque “toutes choses” devaient dĂ©jà ĂȘtre en place. En d’autres mots, quand et par qui, est le moment le plus naturel de la pleine restauration de la comprĂ©hension regardant le gouvernement de Dieu? La rĂ©ponse ne demande aucune rĂ©flexion, ce n’est pas une affaire de “rĂ©flexion.”

Que sont les anciens?

M. Armstrong fut trĂšs spĂ©cifique et complet en expliquant à l’Église la signification gĂ©nĂ©rale et «les antĂ©cĂ©dents» du terme: “ancien”, ainsi, il n’y a aucun besoin pour moi de couvrir la base. La citation suivante vient d’un article de 1954 intitulĂ©: “Ordained by Hand of Man?” et il est trouvĂ© sous le sous-titre: “Titles of Poste (Titres des Postes).” L’article rĂ©vĂšle que l’histoire du terme provient du temps de l’ancien IsraĂ«l:

“C’est bien, ici, d’expliquer les titres que Dieu emploie pour ceux qui sont en poste dans Son gouvernement. Nous venons juste de considĂ©rer ces postes comme ceux de: apĂŽtre, prophĂšte, Ă©vangĂ©liste, pasteur, enseignant. Mais que sont ces titres de: ‘ancien,’ â€˜Ă©vĂȘque,’ ‘surveillant,’ ou ‘presbytĂ©rien.’ Tous ces termes sont utilisĂ©s dans le Nouveau Testament. Actuellement, ces quatre termes signifient exactement tous la mĂȘme chose, Un Ă©vĂȘque ou un surveillant, c’est un ancien, et les presbytĂ©riens sont, tout simplement des anciens.

“Mais, il y a des anciens qui ont un poste plus Ă©levĂ© d’autoritĂ© que d’autres. Actuellement, les apĂŽtres sont aussi des anciens, et les assistants pasteurs, ou mĂȘme les enseignants non-prĂ©dicateurs et les leaders dans les Ă©glises locales sont des anciens. L’apĂŽtre Jean s’appelait lui-mĂȘme un ancien (II Jean 1, et III Jean 1). L’apĂŽtre Pierre s’appelait lui-mĂȘme un ancien (I Pierre 5:1). En d’autres mots, tous les ministres de Christ, peu importe combien haut ou bas le poste d’autoritĂ©, sont des anciens. Tous les apĂŽtres sont des anciens, mais tous les anciens ne sont pas des apĂŽtres!

“Pour comprendre l’origine ou l’évolution du mot ‘ancien’, laissez-moi vous esquisser briĂšvement l’histoire du titre.

“Le gouvernement original des HĂ©breux, d’Abraham, Ă©tait patriarcal. Le chef de la famille exerçait le rĂŽle suprĂȘme (sous Dieu), sur tous ses descendants. Ses fils mariĂ©s avaient leur rĂŽle sur leurs familles respectives, les enfants et petits enfants, etc., mais demeuraient soumis à leur pĂšre comme chef suprĂȘme. C’était le gouvernement du top, en bas. À la mort du pĂšre, son fils premier-nĂ© lui succĂ©dait en suprĂȘme leadership sur la famille. Naturellement, ces positions, et la dĂ©signation, ‘ancien’, qui signifiait simplement le fils le plus vieux. Par consĂ©quent, Jacob (IsraĂ«l) fut le chef suprĂȘme sur tous ceux qui allĂšrent en Égypte avec lui, mĂȘme si ses fils avaient leurs propres familles. Alors, le terme ‘ancien’ devint le titre officiel de ceux en autoritĂ©.

“La premiĂšre mention du mot ‘ancien’ dans un poste de gouvernement (à part du rĂŽle dans la famille), se trouve au temps de l’Exode. Les soixante-dix anciens mentionnĂ©s dans Exode et les Nombres Ă©taient un ensemble de personnes gouvernant, une sorte de parlement. Cela Ă©tait l’origine du SanhĂ©drin, ou ComitĂ©. Cela se perpĂ©tua jusqu’aux temps de Christ. Dans l’Église du Nouveau Testament, les anciens ou les presbytĂ©riens, Ă©taient les mĂȘmes Ă©vĂȘques, le titre gĂ©nĂ©ral pour tous les postes spirituels d’autoritĂ© sur l’Église.”

“Must God’s Ministers be ordained by the Hand of Man?”

GN, May, 1954

C’est intĂ©ressant de noter encore que Pierre Waldo Ă©tait un apĂŽtre (rappelez-vous que M. Armstrong commenta sur ce sujet), mais il a toujours rĂ©fĂ©rĂ© à lui-mĂȘme comme “Chef des Anciens”. Il devrait ĂȘtre facile de comprendre pourquoi il n’avait pas tort de faire cela, et comment cela reflĂšte ce que Pierre dit un peu plus haut comme Chef des ApĂŽtres, ou “Chef des Anciens”. Aussi, puisque les anciens dans le Nouveau Testament dĂ©rivent de l’exemple dans la congrĂ©gation d’IsraĂ«l sous MoĂŻse, Christ n’a juste besoin de remplir leurs rangs spĂ©cifiques dans Son Église. Le systĂšme de prĂȘtrise LĂ©vitique avait disparu, ces postes Ă©taient les remplaçants.

Le nom est la clé pour fonctionner

Le mot “ancien” est trouvĂ© littĂ©ralement à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament. Le mot Grec actuel duquel dĂ©rive le mot ancien est presbuteros, duquel vient le nom de l’église dont je grandis, PresbytĂ©rienne. Sa dĂ©finition littĂ©rale est “un sĂ©nior, ancien, vieux, presbytĂ©rien, et un membre d’un ComitĂ©.” Notez que la derniĂšre partie de la dĂ©finition offre un aperçu de la raison pour laquelle M. Armstrong employa le terme de: «Advisory Council of Elders (Conseil Consultatif des Anciens), qui sera le sujet d’un autre chapitre.

Dans le sens pur, un ancien tient le poste de “plus vieux” ou “sĂ©nior.” Dieu a toujours des noms pour ce que les choses reprĂ©sentent, pour ce quelles sont, et il est absolument crucial que cela soit compris regardant chacun des postes du Nouveau Testament. Par exemple, s’il est dit que les diacres tenaient le poste de “serviteurs aux tables,” alors, les anciens tenaient le poste de “plus vieux/sĂ©niors”. En effet, les plus hauts postes avec les anciens pourraient ĂȘtre alors comparĂ©s à “plus sĂ©nior”, “mĂȘme plus sĂ©nior”, “encore plus sĂ©nior”, “le plus sĂ©nior”, etc., mais bien sĂ»r, avec d’autres Ă©lĂ©ments cruciaux ajoutĂ©s et des descriptions.

Dans le Grec, le nom de chacun des postes, ou plus correctement, la signification de chacun des noms lorsqu’ils sont traduits en Anglais ou n’importe quel autre langage, est simplement vitale à comprendre. La plus grande clĂ© pour comprendre le travail du gouvernement de Dieu demeure peut-ĂȘtre dans les noms spĂ©cifiques qu’IL a choisis pour chacun des postes.

ConsidĂ©rons quelques exemples dans lesquelles les noms ont des significations. En ce qui regarde les Ăšres de l’Église, les Philadelphiens sont comparĂ©s au “peuple de l’amour fraternel”, juste comme les LaodicĂ©ens sont mieux comparĂ©s au “peuple qui rĂšgne, juge et dĂ©cide.” Maintenant, rĂ©flĂ©chissez, aux noms de Dieu, ou pourquoi le nom d’Abram fut changĂ© en celui d’Abraham, ou Jacob en celui d’IsraĂ«l. Le nom de Lucifer fut changĂ© en Satan, signifiant adversaire. Aucun de ces mots n’a de signification jusqu’à ce qu’il soit traduit en Anglais. Bien sĂ»r, tout le peuple de Dieu apprit lorsqu’il fut appelĂ©, que mĂȘme le nom de l’Église construite par Christ, l ’Église de Dieu, Ă©tait/est une des preuves la sĂ©parant de toutes les autres construites par les hommes. AprĂšs tout, la plus grande raison que nous comprenons que les noms de Dieu ne doivent pas ĂȘtre prononcĂ©s en HĂ©breu, comme quelques uns le croient, c’est parce qu’ils ont une signification lorsqu’ils sont traduits dans la langue naturelle des gens. En ce qui regarde les postes, ce qui nous intĂ©resse, c’est la signification.

Il est crucial que vous saisissiez la maniĂšre par laquelle Dieu nomme Ses postes ministĂ©riels, dans votre esprit, maintenant en prĂ©paration pour comprendre que les autres postes sont directement reliĂ©s à la maniĂšre que Dieu emploie un homme, ce que l’homme fait! Nous verrons aussi que les dĂ©finitions de postes à ĂȘtre discutĂ© des paramĂštres ou, dans un sens, les limites au-delà desquelles le rĂ©cipiendaire n’est pas autorisĂ© à aller. Vous verrez aussi, et cela a dĂ©jà commencĂ© avec les diacres et maintenant les anciens, comment ces postes s’intĂšgrent dans le gouvernement parfait et complet de Dieu!

Nous devrions noter que M. Armstrong semblait aussi avoir “raison” sur les anciens. En d’autres mots, Christ le conduisit pour restaurer la signification et la fonction de ce poste de la bonne maniùre.

Doivent ĂȘtre entrainĂ©s

Nous avons vu que les diacres sont des leaders qui assistent dans les congrĂ©gations locales sous le pasteur de l’Église. Ainsi sont les anciens locaux et les anciens locaux d’église, mais dans le service spirituel. Ce sont là les hommes qui ont Ă©tĂ© entrainĂ©s et ordonnĂ©s pour des responsabilitĂ©s spirituelles, mais pas pour s’occuper des Églises, avec ce premier poste soit temporaire ou permanent, dĂ©pendant du dĂ©sir de Christ pour utiliser un homme. Bien sĂ»r, cela dĂ©pend aussi de la croissance de l’homme dans la stature spirituelle, combien il se soumet à ce que Christ le modĂšle et le forme. Le statut temporaire s’appliquait gĂ©nĂ©ralement en grande partie aux hommes à plein temps venant de l’Ambassador College.

Un homme est choisi pour son prochain poste de service seulement sur la base d’avoir accomplit certains critĂšres ou qualifications trĂšs spĂ©cifiquement dĂ©crites dans la Bible. Cette liste est plus extensive que celle des diacres, et elle est trouvĂ©e en deux endroits sĂ©parĂ©s.

Avant d’examiner ces qualifications plus fortes, il doit ĂȘtre compris que ceux qui sont employĂ©s dans le ministĂšre, s’ils ont à ĂȘtre des leaders effectifs, ils doivent ĂȘtre entrainĂ©s. Bien sĂ»r, c’était un des buts de l’Ambassador College. L’Oeuvre avait besoin d’employĂ©s au QG, et l’Église avait besoin de ministres et aussi du personnel autour du monde. (L’insertion explique plus au sujet du rĂŽle des assistants ministĂ©riels, et le processus d’entrainement vers l’ordination.)

M. Armstrong parla souvent au sujet de la maniĂšre que Dieu l’avait entrainĂ© pour l’emploi qu’il avait Ă©tĂ© appelĂ© à faire. Dieu n’entraine pas les membres de l’Église en gĂ©nĂ©ral, ou mĂȘme les diacres, de la mĂȘme maniĂšre IL entraine ceux qui sont employĂ©s dans les postes spirituels, que ce soit Son top leader ou tous les autres hommes ordonnĂ©s de tous les rangs. Les frĂšres ne sont simplement pas Ă©quipĂ©s, pas qualifiĂ©s, pour faire les sortes de choses pour lesquelles ils sont entrainĂ©s, ordonnĂ©s et consacrĂ©s dont les leaders spirituels accomplissent. Ils ne peuvent proclamer l’Évangile au monde, avertir les nations, les Ă©vangĂ©liser, nourrir le troupeau, prĂȘcher et enseigner, instituer des collĂšges, entrainer des leaders, conduire des visites, diriger le Club des Orateurs, et toutes les autres affaires administratives qui ont à faire avec la conduite et la gĂ©rance de congrĂ©gations ou d’administrations. Bien sĂ»r, les membres laĂŻcs ne sont pas Ă©quipĂ©s pour apporter la vĂ©ritĂ© à l’Église ou à ĂȘtre des prophĂštes, etc. Ils manquent de la prĂ©paration et de l’expĂ©rience vitale nĂ©cessaire pour performer une armĂ©e de responsabilitĂ©s qu’ils ne peuvent rĂ©ellement pas complĂštement comprendre, encore moins accomplir. (Nous apprendrons que mĂȘme l’entrainement des prophĂštes, des Ă©vangĂ©listes et des pasteurs, sans mentionner les anciens, les diacres, et les membres laĂŻcs, limitent la maniĂšre que Dieu peut les utiliser.)

Assistants Ministériels

Avec les dĂ©cennies, des centaines d’hommes entrĂšrent dans le ministĂšre à temps plein de WCG. Et au dĂ©but, lorsque le besoin pour des ministres Ă©tait le plus crucial, des hommes Ă©taient souvent ordonnĂ©s directement du collĂšge à un trĂšs jeune Ăąge. Quelques uns furent donnĂ©s de hauts postes, nous le savons maintenant, longtemps avant qu’ils fussent prĂȘts. Avec le temps, il fut reconnu que les hommes avaient besoin de se prouver eux-mĂȘmes, de dĂ©montrer des fruits, avant l’ordination.

Vers le milieu des annĂ©es 1950, M. Armstrong approuva le concept de nommer des graduĂ©s qualifiĂ©s de l’Ambassador College pour ĂȘtre des assistants ministĂ©riels sur le terrain. Ces hommes habituellement, se mariaient dans leur jeune vingtaine, et Ă©taient assignĂ©s à un circuit de deux ou trois congrĂ©gations partout dans le monde. Un pasteur, et souvent à un niveau plus bas, un pasteur associĂ©, cette personne travaillerait activement avec l’homme et lui enseignerait au sujet du service dans le ministĂšre sur le terrain. L’épouse du pasteur travaillait avec l’épouse de l’homme, à un niveau/degrĂ© moindre. (Ceux choisis pour ĂȘtre assistants furent le sujet d’annonces excitantes à toutes les annĂ©es du collĂšge, avec plusieurs juniors habituellement envoyĂ©s à des “programmes d’étĂ©.”)

L’homme pouvait servir sous plusieurs pasteurs, soit qu’il Ă©tait transfĂ©rĂ© ou que le pasteur l’était. Pour ces raisons, j’ai travaillĂ© de courtes pĂ©riodes sous trois diffĂ©rents hommes, avant l’ordination sous le quatriĂšme. Dans mon cas, un cinquiĂšme homme se leva et m’approuva pour devenir pasteur. Mais il n’y avait pas de modĂšle applicable à tous parce que chaque situation Ă©tait diffĂ©rente.

Comme un homme croissait, on lui donnait des responsabilitĂ©s qu’il pouvait accomplir par lui-mĂȘme. Ses visites commençaient avec des veuves et augmentaient avec des membres prospectifs (PM) ou des suivis de PM, avec des conseils personnels plus sĂ©rieux, l’élĂ©ment final ajoutĂ© aux visites. Les hommes Ă©taient aussi enseignĂ©s au sujet des nombreuses tĂąches de bureau, de l’organisation d’activitĂ©s sociales, de tenir des clubs d’orateurs, de tenir des Ă©tudes bibliques, de cĂ©lĂ©brer des mariages, des funĂ©railles et de former des leaders, entre autres.

Commençant par des sermonettes et diriger les cantiques, les assistants étaient ensuite assignés quelques fois des demi-sermons avant, et ensuite des sermons.

Des rapports rĂ©guliers de progrĂšs Ă©taient donnĂ©s à l’homme et envoyĂ©s au QG jusqu’à ce qu’une dĂ©cision soit prise pour l’ordonner ou, dans le cas Ă©chĂ©ant, la raison pour laquelle il n’était pas appelĂ© au ministĂšre.

RCG a appelĂ©, entrainĂ©, et ordonnĂ© plusieurs assistants ministĂ©riels. Bien sĂ»r, les besoins de l’Église requiĂšrent que plus d’hommes soient continuellement choisis pour ce service. Mais nous sommes conscients des dĂ©ficiences du passĂ© qui produisirent autant d’hommes qui ne semblaient pas, ou pas du tout, comprendre l’importance de cet appel.

Qualifications

Dans Tite 1, Paul instruisit Tite concernant les besoins dans les congrĂ©gations que Paul avait fondĂ©es: “Je t’ai laissĂ© en CrĂšte, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à rĂ©gler (ce qui manque), et que, selon mes instructions, tu Ă©tablisses (ordonnes) des anciens dans chaque ville” (verset 5).

Dans ce passage, Tite, soit un pasteur sĂ©nior ou un Ă©vangĂ©liste, fut donnĂ© ses “responsabilitĂ©s ou prioritĂ©s de travail” de plus haut que lui. Nous avons vu que M. Armstrong enseigna que les apĂŽtres Ă©taient autorisĂ©s à dĂ©lĂ©guer aux ministres de plus bas rangs le choix et l’entrainement d’autres ministres. Bien sĂ»r, Paul Ă©tait un apĂŽtre, et comme tel, il avait aussi l’autoritĂ© d’établir les critĂšres pour tenir un tel poste spirituel.

Notez que les ministres sĂ©niors Ă©taient responsables pour “mettre en ordre” les diffĂ©rentes choses qui manquaient dans certaines villes. Mais ne mĂ©comprenez pas. Tite ne fut pas dit ici d’ordonner des anciens dans chaque ville de sa juridiction, parce qu’il n’y avait peut-ĂȘtre pas un homme qualifiĂ© dans chaque ville. Une lecture attentive, et c’est souvent le cas, rĂ©vĂšle que les hommes à ĂȘtre ordonnĂ©s se trouvaient dans les villes particuliĂšres “dont je t’ai nommĂ© pour administrer.” Le point est que les qualifications Ă©tablies, “les paramĂštres”, pour ĂȘtre employĂ© par Christ dans le ministĂšre ne peuvent pas ĂȘtre compromises de ville en ville, peu importe le besoin de la rĂ©gion.

Notez aussi que si Tite Ă©tait un Ă©vangĂ©liste, Paul ne le mentionna pas. Mais, il le fit avec TimothĂ©e. Cela devient une indication du pourquoi de ceux qui ont un rang de pasteur plus sĂ©nior (probablement le cas avec Tite) ont plus de responsabilitĂ©s d’administration que les anciens prĂ©dicateurs. Cela introduit une distinction importante expliquĂ©e plus tard en ce qui regarde le rang de pasteur. Maintenant, lisons:

“S’il s’y trouve quelque homme irrĂ©prochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidĂšles, qui ne soient ni accusĂ©s de dĂ©bauche, ni rebelles. Car il faut que l’évĂȘque soit irrĂ©prochable, comme Ă©conome de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colĂ©rique, ni adonnĂ© au vin, ni violent, ni portĂ© à un gain sordide; mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modĂ©rĂ©, juste, saint, tempĂ©rant, attachĂ© à la vraie parole telle qu’elle a Ă©tĂ© enseignĂ©e, afin d’ĂȘtre capable d’exhorter selon la saine doctrine et de rĂ©futer les contradicteurs” (Tite 1:6-9).

Le passage suivant avec les qualifications pour l’ordination sont dĂ©crites à TimothĂ©e, qui Ă©tait clairement un Ă©vangĂ©liste, un ministre de haut rang, consistant avec ce que M. Armstrong enseigna au sujet de qui pouvait entrainer et ordonner. Encore, toutefois, il est Ă©vident que TimothĂ©e n’avait aucune autoritĂ© d’agir de par lui-mĂȘme sans la direction d’un apĂŽtre. Cela est inhĂ©rent à une liste de qualifications donnĂ©e à TimothĂ©e par un apĂŽtre:

“Cette parole est certaine: si quelqu’un aspire à la charge d’évĂȘque, il dĂ©sire une Ɠuvre excellente. Il faut donc que l’évĂȘque soit irrĂ©prochable, mari d’une seule femme, sobre, modĂ©rĂ©, rĂ©glĂ© dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonnĂ© au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, dĂ©sintĂ©ressĂ©. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnĂȘtetĂ©; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflĂ© d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut qu’il reçoive un bon tĂ©moignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les piĂšges du diable.” (I Tim. 3:1-7).

Beaucoup pourrait ĂȘtre dit au sujet des nombreux “critĂšres” des anciens Ă©numĂ©rĂ©s dans ces passages. En fait, ça pourrait devenir plusieurs chapitres. Une insertion au chapitre neuf les couvre et Ă©lucide la signification et l’importance de ces qualifications. Il est important de voir que quelques unes sont identiques dans les deux passages. C’est comme si Dieu voulait doubler l’emphase donnĂ© à certains points de caractĂšre ou d’entrainement.

Est-ce que quelqu’un peut dĂ©sirer prendre part au ministĂšre?

Aussi, notez que ce n’est pas mauvais si un homme “dĂ©sire” ou espĂšre de “travailler pour l’Oeuvre”, mĂȘme s’il ne cherche pas un “poste” dans le ministĂšre. Si un homme veut rĂ©ellement servir, et aussi longtemps qu’il n’essaie pas de forcer ou dicter à ceux au-dessus de lui, incluant Christ, la maniĂšre qu’il devrait ĂȘtre utilisĂ©, il n’est pas dans l’erreur de tout faire en son pouvoir pour croĂźtre dans les qualifications dont vous venez juste de lire. Chercher à servir, les longues heures difficiles, et souvent fatigantes, de servir les autres, n’est pas un acte de convoitise, prĂ©somptueux, arrogant ou de s’auto-promouvoir. Mais les hommes doivent faire attention en regardant dans leur coeur pour les raisons qu’ils dĂ©sirent le poste d’ancien (Ă©vĂȘque). La pensĂ©e de possĂ©der le “pouvoir” peut aveugler leurs yeux. (Rappelez-vous Simon le Magicien.)

Ça peut ĂȘtre intĂ©ressant pour le lecteur de savoir que nous avons prĂ©parĂ© un article similaire à celui du passĂ© par WCG sur le mĂȘme sujet des ministres qui sont choisis. L’article est intitulĂ©: “Who Should God’s Ministers Be?”, (Qui devrait-ĂȘtre ministres de Dieu?) et tous ceux qui sont intĂ©ressĂ©s à examiner ce sujet plus profondĂ©ment, devraient l’étudier.

Bien sĂ»r, les anciens n’étaient pas requis d’ĂȘtre sans pĂ©chĂ©, sauf l’exception de Romains 3:23 (“tous ont pĂ©chĂ©â€). Tout le monde fait des erreurs et commet des pĂ©chĂ©s. J’ai moi-mĂȘme commis des pĂ©chĂ©s lorsque j’étais un ancien local et d’autres lorsque je fus un ancien prĂ©dicateur, et d’autres encore lorsque j’étais un pasteur, et ainsi de suite. C’est le caractĂšre en gĂ©nĂ©ral d’un homme qui doit reflĂ©ter ces qualifications. Ce sujet sera examinĂ© en profondeur dans un autre chapitre.

Reconnaissez que la majoritĂ© des hommes seraient avertis à l’avance qu’ils Ă©taient sous examen et qu’ils travaillaient dans le but d’une possible ordination. Mais ce n’était pas toujours le cas au dĂ©but avec les hommes locaux, ce fut dans les derniĂšres annĂ©es. (Bien sĂ»r, les assistants à plein temps du collĂšge savaient toujours qu’ils Ă©taient en entrainement vers une possible ordination).

À cet Ă©gard, quelques uns de ceux qui sont en entrainement pour anciens (local ou prĂ©dicateur) ou pasteur, nous avons vu qu’ils doivent premiĂšrement ĂȘtre choisis, et officiellement dĂ©signĂ©s comme assistants ministĂ©riels. (Cela s’appliquait habituellement aux hommes qui avaient graduĂ©s de l’Ambassador College, mais qui n’étaient pas encore prĂȘts pour l’ordination, et l’insertion y fait rĂ©fĂ©rence.)

L’Église RestaurĂ©e de Dieu continue à avoir un nombre significatif et croissant d’assistants ministĂ©riels, et ces hommes suivent un entrainement trĂšs spĂ©cifique. Un certain nombre ont dĂ©jà atteint le point d’ordination. C’est en partie parce que nous avons un Programme de DĂ©veloppement du Leadership trĂšs formel et dĂ©taillĂ© en place et qui croĂźt plus extensivement comme le temps passe. Bien sĂ»r, nos leaders reçoivent aussi rĂ©guliĂšrement d’importantes communications du QG spĂ©cialement fait pour eux. En plus, nous avons diffĂ©rents manuels et une confĂ©rence annuelle que ces leaders doivent assister. Nous avons aussi un personnel spĂ©cialement qualifiĂ© pour “soutenir” et une approche pour guider et aider les hommes qui sont en entrainement ou dĂ©jà prĂȘts en poste, afin que les leaders ne soient pas laissĂ©s seuls et sans assurance, de savoir quoi faire. Cela sera couvert dans un autre chapitre.

“Double honneur”

Un important point a besoin d’ĂȘtre fait pour le peuple de Dieu. La Bible dĂ©clare: “Que les anciens qui dirigent bien soient jugĂ©s dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prĂ©dication et à l’enseignement” (I Tim. 5:17). L’implication de ce passage est qu’un ancien doit ĂȘtre dans la vĂ©ritable Église de Dieu pour mĂȘme ĂȘtre un candidat qui “dirigent bien.” (Cela sera Ă©vident dans un moment.) Ce verset donne la signification pour tous les frĂšres en ce qui concerne le service que beaucoup de ces hommes donnent rĂ©guliĂšrement et inlassablement, et la plupart sans aucune rĂ©munĂ©ration. Mettant de cĂŽtĂ© les organisations pour un moment, combien aujourd’hui apprĂ©cie un vrai ancien local dĂ©diĂ©? (Ou un ancien d’un autre rang), Ils sont privilĂ©giĂ©s de le savoir

D’un autre cĂŽtĂ©, les anciens qui ne “retiennent pas la parole fidĂšle [la vĂ©ritĂ©] comme elle a Ă©tĂ© enseignĂ©â€ ne sont pas dignes d’un honneur du tout, encore moins un double. Ces hommes ne travaillent certainement pas “dans la parole et la doctrine” comme ils auraient du. Ni ceux qui ne sont dignes d’aucun honneur et qui ne oindront pas le malade à un moment inconvĂ©nient, de visiter les veuves dans leur affliction (Jaques 1:27), “pleurer avec ceux qui pleurent” (Rom. 12:15), encourager les dĂ©couragĂ©s, prĂȘcher “la nourriture en bonne saison” et bien vouloir prĂȘcher ou servir sur un court prĂ©avis, entre autres choses, beaucoup d’autres choses et de maniĂšres de servir.

À ce point, il est intĂ©ressant de faire une rĂ©fĂ©rence à une phrase que j’ai entendue il y a plusieurs annĂ©es en ce qui concerne les anciens locaux d’église. Elle dĂ©montre la diffĂ©rence entre leur rĂŽle et leur dĂ©veloppement et celui des pasteurs. Voici la phrase: “Les pasteurs vont et viennent, mais les anciens locaux restent et croissent.” Les pasteurs Ă©taient rĂ©guliĂšrement transfĂ©rĂ©s, et pouvaient par consĂ©quent, dans un certain sens, laisser leurs erreurs et leur inexpĂ©rience derriĂšre, les anciens locaux d’église Ă©taient, aussi dans un certain sens, “pris” là, oĂč ils Ă©taient, ayant à vivre avec leurs propres erreurs et les erreurs et l’inexpĂ©rience de diffĂ©rents pasteurs qui Ă©taient ultimement transfĂ©rĂ©s. Ces hommes locaux avaient à s’ajuster continuellement aux nouveaux pasteurs dans leur rĂ©gion plus que leur congrĂ©gation, parce que ces leaders travaillaient de trĂšs prĂšs avec le pasteur. Leur point de vue avantageux leur permettait de voir les erreurs faites par un homme que le pasteur prĂ©cĂ©dent n’avait pas fait. Ils Ă©taient littĂ©ralement forcĂ©s de croitre dans la patience, la misĂ©ricorde, et la flexibilitĂ©, et aussi dans la sagesse et l’expĂ©rience parce qu’ils Ă©taient exposĂ©s et plus prĂšs d’une variĂ©tĂ© de diffĂ©rentes personnalitĂ©s, de niveaux d’expĂ©riences et mĂȘme de rangs d’autoritĂ©. Christ pourrait utiliser la richesse de l’entrainement et expĂ©rience dans quelques uns de ces hommes avant que cet Ăąge ne prenne fin, et cela ne peut ĂȘtre rĂ©pĂ©tĂ© trop souvent, s’ils se oignent les yeux!

Plus sur le rĂŽle des anciens

Sur une note reliĂ©e, avec le dĂ©roulement de l’apostasie, il y a eu une montĂ©e d’une nouvelle “culture” d’anciens locaux d’église qui conduisent maintenant leur propre groupe. C’est une outrageuse violation du gouvernement de Dieu comme l’Église l’a dĂ©jà compris et comme il Ă©tait enseignĂ© et pratiquĂ© sous M. Armstrong. Lorsque correctement compris, cela devient une raison additionnelle, une fois que vous avez fait vos recherches pour trouver le gouvernement de Dieu, pour que vous, comme ancien local ou un ancien local d’église, ayez besoin de venir sous l’autoritĂ© d’un ministre sĂ©nior nommĂ© pour diriger/conduire.

Les anciens locaux d’église et mĂȘme les anciens locaux (les hommes à plein temps) n’ont jamais Ă©tĂ© considĂ©rĂ©s comme des ministres ordonnĂ©s dans WCG. Plusieurs ont oubliĂ© ou n’ont jamais su cela. Encore, des centaines de certificats d’ordination sont des tĂ©moignages au fait que M. Armstrong n’a pas considĂ©rĂ© ces hommes pour ĂȘtre des ministres dans le sens d’avoir l’entiĂšre autoritĂ© de Christ, mais ils Ă©taient des anciens locaux ou des anciens locaux d’église. Il considĂ©rait seulement les anciens prĂ©dicateurs et plus haut pour ĂȘtre des ministres accomplis. Ceux qui doutent de cela, ont seulement besoin d’examiner les deux certificats d’ordination dans ce chapitre. J’ai montrĂ© à beaucoup de gens mes propres certificats, chacun par M. Armstrong. Les mots et l’autoritĂ© donnĂ©e sont trĂšs clairs!

Reformulons tout cela: Tous les ministres sont des anciens, mais pas vice-versa. Par exemple, M. Armstrong n’autorisa pas les anciens locaux d’église pour recommander ou performer des ordinations, et nous apprendrons un peu plus tard que c’est parce qu’ils sont en fait, et c’est une rĂ©vĂ©lation pour la plupart, seulement des anciens s’ils servent sous un ministre ordonnĂ© qui est dans le Corps de Christ! Mais aucun poste en dessous d’un apĂŽtre ne pourrait donner l’approbation finale pour l’ordination de n’importe quel rang ministĂ©riel (nous l’expliquerons en dĂ©tail aussi), les diacres inclus. Cela Ă©tait un politique reconnue depuis des dĂ©cennies (depuis au moins 1957) et intĂ©gral à la comprĂ©hension de l’Église de Dieu et de Son gouvernement. Toutefois, la grande majoritĂ©, et tous les hommes ordonnĂ©s, auraient du le savoir, mais la majoritĂ© des frĂšres ne l’ont probablement jamais su. Et probablement la majoritĂ© des anciens et des ministres l’ont oubliĂ©.

Mais Dieu n’a pas oubliĂ©!

Parce que les anciens locaux et les anciens locaux d’église ne sont par revĂȘtus du pouvoir d’entrainer ou d’ordonner d’autres ministres pour prendre soin du troupeau, reconnaissez que JĂ©sus Christ ne pourrait jamais conduire Son Église à travers l’un d’eux! Encore, plusieurs rĂ©clament conduire la vĂ©ritable Église. Ces hommes sont devenus grossiĂšrement sĂ©duits au sujet de leur rĂŽle dans l’Église! Et ces hommes rejettent le vĂ©ritable gouvernement de Dieu qu’ils ont souvent rĂ©clamĂ© tenir parfaitement. Ces hommes doivent trouver et venir au gouvernement de Christ.

Tout homme qui a Ă©tĂ© ordonnĂ© par un autre ancien local (ou ancien local d’église), n’est pas, sous aucune circonstance, un ancien valide/autorisĂ© à la vue de Dieu, peu importe ses sentiments à cet Ă©gard! Ni mĂȘme les Ă©vangĂ©listes n’ont cette autoritĂ©, à moins qu’ils ne soient accrĂ©ditĂ©s par un apĂŽtre pour le faire.

MĂȘme si nous apprendrons cela en plus grand dĂ©tail au chapitre douze, il suffit de dire que M. Armstrong approuva toutes ordinations dans le ministĂšre, et enseigna cela à l’Église. Voici ce qu’il a dit vers le milieu des annĂ©es 1950:

“Christ est le chef vivant de l’Église!

“Christ mis les apĂŽtres en poste. Mais nous trouvons des exemples historiques dans le Nouveau Testament d’apĂŽtres Ă©tablissant en poste des Ă©vangĂ©listes, des pasteurs et des enseignants et mĂȘme de dĂ©lĂ©guer aux Ă©vangĂ©listes la responsabilitĂ© d’ordonner des pasteurs et d’autres anciens et des diacres.”

“Six More Ministers Now Ordained,” GN, Feb.-Mar. 1955

Ironie

Il y a une ironie au sujet de certains anciens locaux d’église dont je connais. Encore, ils rĂ©clament retenir le plus fidĂšlement la comprĂ©hension du gouvernement de Dieu, et habituellement, dĂ©clarent qu’il existe seulement dans leur petite “vĂ©ritable Église”. MĂȘme s’ils sont sincĂšres, ils sont sincĂšrement sĂ©duits!

Pourquoi essaient-ils de conduire l’Église? MĂȘme une seule congrĂ©gation, peu importe sa grosseur, comme les anciens locaux d’église dĂ©montrant qu’ils ont perdu la comprĂ©hension de base de la maniĂšre que le gouvernement de Dieu guide Son Église. ConsidĂ©rez. Par nĂ©cessitĂ©, ces hommes doivent travailler seuls ou sans d’autres ordonnĂ©s sous l’autoritĂ© de Dieu pour les aider. C’est la mĂȘme chose pour les pasteurs et les autres. Mais, travailler seul n’est pas bon.

Je répÚte: Ils doivent trouver et venir au gouvernement de Dieu!

Encore une fois, de telles ordinations performĂ©es par ces hommes sont actuellement invalides! Les vrais ministres de Christ recevraient toujours leurs postes par Christ à travers Son gouvernement unifiĂ© à l’intĂ©rieur de Son seul Corps. (Nous examinerons plus tard quelles ordinations, s’il y en a, qui sont performĂ©es à l’extĂ©rieur du gouvernement de Dieu et du Corps de Christ, et qui peuvent ĂȘtre acceptĂ©es.)

Comprenez ce point le plus fondamental. Cette fonction d’anciens locaux Ă©tait si Ă©videmment et toujours voulu d’ĂȘtre “local”. Dans le prochain chapitre, nous lirons dans le livre MYSTERY OF THE AGES que M. Armstrong mĂȘme dĂ©crit les pasteurs comme fonctionnant “localement” et comme “stationnaires”. Bien sĂ»r, les anciens locaux n’ont jamais Ă©tĂ© entrainĂ©s pour faire l’Oeuvre ou d’agir comme pasteur!

Maintenant, prenez un moment pour lire soigneusement les paroles, les mots sur les certificats d’ordination montrĂ©s. C’était les deux certificats employĂ©s dans WCG. Un homme Ă©tait soit un ancien ou un ministre, et le dernier aurait pu ĂȘtre soit un ancien prĂ©dicateur, un pasteur, Ă©vangĂ©liste ou apĂŽtre. Tous les anciens prĂ©dicateurs recevaient le certificat de “ministre,” et le certificat est exactement ce que mon certificat rĂ©vĂ©lait lorsque je fus ordonnĂ© au rang d’ancien prĂ©dicateur.

Terrible réalité!

Voici maintenant deux faits Ă©tonnants, les deux sans aucun doute, complĂštent les descriptions des postes des anciens locaux et des anciens locaux d’église.

PremiĂšrement, notez que le langage comprĂ©hensif et dĂ©taillĂ© employĂ© pour dĂ©crire l’autoritĂ© des ministres manque complĂštement dans la description du poste plus bas. DeuxiĂšmement, et beaucoup plus Ă©tonnant pour les anciens locaux et les anciens locaux d’église lisant ceci, est le fait que ceux qui sont ordonnĂ©s pour ĂȘtre anciens, ont ce titre seulement s’ils Ă©taient dans l’Église Universelle de Dieu!

Maintenant, prenez une grande respiration, vous les anciens locaux (d’église). Et prenez un moment pour noter que ce langage n’est pas prĂ©sent dans une ordination pour un “ministre”. Et reconnaissez que le langage choisi et les Ă©lĂ©ments inclus ne l’auraient pas Ă©tĂ© par accident, ou sans sĂ©rieuse prĂ©cision du choix des mots. En fait, M. Armstrong savait exactement ce qu’il disait. Il savait exactement ce qu’un ancien Ă©tait, et il savait exactement ce qu’un ministre Ă©tait, et il savait exactement de qui dĂ©rivait/provenait leur autoritĂ©!

Faites une pause et prĂ©parez-vous à laisser le prochain paragraphe pĂ©nĂ©trer!

Clairement, les anciens ne peuvent fonctionner de leur propre autoritĂ©, nulle part, jamais! Ils n’avaient aucune autoritĂ©, peu importe, voulant dire aucun poste du tout, à moins qu’ils ne servaient sous un ministre ordonnĂ© à l’intĂ©rieur mĂȘme du Corps de Christ, lequel, bien sĂ»r, Ă©tait associĂ© à ce moment là, avec mais jamais complĂštement synonyme avec, WCG. (C’est parce que la corporation elle-mĂȘme, n’était pas le Corps de Christ, et cela est soigneusement expliquĂ© dans “ANOINT YOUR EYES (Pour vous oindre les Yeux”)).

DĂ©clarons-le d’une autre maniĂšre: Tout ministre ordonnĂ© qui laissa WCG peut rester un ministre, mais seulement s’il laissa pour une cause de fidĂ©litĂ© envers la vĂ©ritĂ©, comme le fit M. Armstrong lorsqu’il laissa Sardes. Alors, parce qu’il y a des ministres de deux conditions dans cet Ăąge, (Philadelphiens et LaodicĂ©ens), il doit ĂȘtre vrai ou tiĂšde, soit dans le Corps et conduit par Christ ou à l’extĂ©rieur et qu’il ne soit pas conduit par Christ. Le dernier, serait considĂ©rĂ© dans le processus de devenir tiĂšde, de tomber, de s’éloigner de la vĂ©ritĂ©, dĂ©terminĂ© au point d’avoir perdu l’Esprit de Dieu complĂštement. Jusqu’à ce temps, il a encore un peu “d’huile” dans sa “lampe” (Matt. 25:1-12), mais l’huile “diminue” et elle n’est pas renouvelĂ©e. Il est une “branche” coupĂ©e de la “Vigne” (Jean 15), jusqu’à ce qu’il soit regreffĂ© à Christ!

Cette fois, faites une pause et prĂ©parez-vous à laisser le prochain paragraphe faire effet!

AprĂšs l’apostasie, plusieurs anciens locaux et plusieurs ministres se sauvĂšrent, choisissant parmi les nombreuses organisations ou en formant une. Les anciens locaux ne sont tout simplement plus anciens, point! Mais s’ils trouvent et sont regreffĂ©s au Corps organisĂ©, unifiĂ© et unique de Christ, ils peuvent ĂȘtre rĂ©activĂ©s comme anciens dans et sous le gouvernement de Dieu. Les ministres qui souhaitent ĂȘtre trouvĂ©s fidĂšles devraient ĂȘtre dans le processus de poursuivre leurs recherches jusqu’à ce qu’ils trouvent la vĂ©ritable et unique Église de Dieu et le Corps de Christ, et je le rĂ©pĂšte, ils continuent simplement dans le processus de s’éloigner et de tomber loin de la vĂ©ritĂ©. Ils demeurent coupĂ©s de l’autoritĂ© et du pouvoir de Christ, qui sont trouvĂ©s seulement dans l’endroit oĂč IL travaille à travers Sa structure d’autoritĂ©.

Cela ajoute à l’extrĂȘme urgence pour un ministre de rechercher (ou un ancien) le gouvernement de Dieu, là, oĂč Christ, la Vigne, le conduit. Comme NoĂ© construisant l’arche, il doit ĂȘtre “motivĂ© avec la crainte” (HĂ©b. 11:7) pour le trouver.

La clé est: agissez!

Trop peu de ministres?

Pensez. Si vous croyez qu’il n’y a pas assez eu de ministres ou d’anciens qui sont venus avec RCG initialement pour y trouver le gouvernement de Dieu, Son Église, et le Corps de Christ, reconstituĂ©s, alors, pour les mĂȘmes raisons vous n’auriez pas suivi M. Armstrong lorsqu’il laissa la sĂ©curitĂ© du nombre dans Sardes parce qu’il â€œĂ©tait le seul ministre qui les laissa alors”. Soyez honnĂȘtes avec vos conclusions.

Lorsque l’ñge de Philadelphie commença, M. Armstrong et seulement un fidĂšle ancien local d’église de Sardes, M. Basil Wolverton, Ă©taient les seuls à croire à la prĂ©cision doctrinale. Mais quelques uns des anciens et des ministres nous ont trouvĂ©s, l’ùre LaodicĂ©enne pourrait ĂȘtre similaire.

Si quelques uns sont tentĂ©s de se sentir offensĂ©s, parce que je prĂ©sente de telles rĂ©alitĂ©s, et certainement, plusieurs qui lisent seront offensĂ©s! Ils peuvent Ă©viter la condition. Ils peuvent se repentir, et retourner pour ĂȘtre un vĂ©ritable ministre ou vĂ©ritable ancien dans la seule et vĂ©ritable Oeuvre et vĂ©ritable Corps de Christ, faire partie du seul gouvernement de Dieu existant sur la face de la terre!

Quelques fidĂšles pasteurs, anciens et diacres (de diffĂ©rentes organisations), ayant oints leurs yeux et ayant purgĂ© les mauvaises doctrines et façons de penser de leur esprit, sont en train d’ĂȘtre regreffĂ©s à la Vigne.

Qui se qualifiera?

Il est important de soulever un dernier point ici, il Ă©tait fait rĂ©fĂ©rence dans l’introduction. Comme nous l’avons vu plus tĂŽt, M. Armstrong parlait constamment d’organisation et de structure dans l’Église. C’est absolument nĂ©cessaire pour stabiliser et nourrir le troupeau, et pour baptiser les nouvelles personnes que Dieu appelle.

Un autre mot à tous les hommes ordonnĂ©s (peu importe le poste) et aux femmes qui pourraient encore aider à conduire et à stabiliser l’Église de Dieu avant que cet Ăąge ne finisse: Prendrez–vous une position, ou non? Vous qualifierez-vous ou vous disqualifierez-vous comme leaders? L’histoire de l’Église racontera qui a agi et acceptĂ© leur fardeau de responsabilitĂ© comme vĂ©ritables leaders de Dieu (Jacques 3:1-2).

À ces anciens et ministres ordonnĂ©s dans WCG: Vous avez Ă©tĂ© appelĂ©s et avez Ă©tĂ© donnĂ©s un entrainement spĂ©cial par Dieu, et vous serez tenus responsables pour ce que vous savez.

Ignorerez-vous cela? Je vais ĂȘtre clair: Le troupeau de Christ dans RCG pourrait utiliser votre aide, si vous voulez oindre vos yeux, et ĂȘtre vraiment fidĂšle à votre appel original et votre comprĂ©hension de l’Église, l’Oeuvre, la vĂ©ritĂ©, et le gouvernement de Dieu. Vous devez revenir: “attachĂ© à la vraie parole telle qu’elle a Ă©tĂ© enseignĂ©e” (Tite 1:9).

Nous sommes maintenant prĂȘts à regarder le prochain poste dans la structure ministĂ©rielle de Christ


Chapitre Huit – PASTEURS

Nous arrivons maintenant au rĂŽle de pasteur, un rĂŽle qui est souvent rĂ©fĂ©rĂ© formellement dans WCG comme pasteur de l’Église. C’était la responsabilitĂ© qui Ă©tait centrale à l’unitĂ© en gĂ©nĂ©ral, à la stabilitĂ© et à la croissance spirituelle des congrĂ©gations, individuellement et pour toute l’Église, collectivement. En fait, certaines paraboles donnĂ©es par Christ, telles que: “le blĂ© et l’ivraie” et les “brebis, les loups et les mercenaires”, sont centrĂ©es principalement sur les travailleurs sur le terrain, les pasteurs!

Dans un rĂ©el et vĂ©ritable sens, les pasteurs de l’Église reprĂ©sentaient le “joint d’administration” de l’Église partout dans le monde. Chaque pasteur devait possĂ©der certaines habilitĂ©s de base administratives. Avoir cette habilitĂ© Ă©tait une nĂ©cessitĂ© absolue pour ceux dĂ©tenant cette responsabilitĂ©, et nous verrons plus, pourquoi à la fin de ce chapitre. Comprendre le nom que Dieu donne à ceux qui gĂšrent (les pasteurs) les Ă©glises rĂ©vĂšle beaucoup.

Clarification du rang

PremiĂšrement, une diffĂ©rence dans le poste a besoin d’ĂȘtre fait pour clarifier les buts ici. Un homme qui gĂšrent les Ă©glises pouvait soit tenir le rang de pasteur (les pasteurs d’Église les plus sĂ©niors et expĂ©rimentĂ©s pouvaient habituellement ĂȘtre Ă©levĂ©s à ce rang) ou au plus bas rang d’anciens prĂ©dicateurs. Actuellement, la grande majoritĂ© des centaines de pasteurs de l’Église dans WCG tenaient le rang d’anciens prĂ©dicateurs, et nous verrons que ceux-là Ă©taient ceux qui accomplissaient le rĂŽle “d’enseignants”, ou le rĂŽle d’anciens prĂ©dicateurs/enseignants (comme opposĂ© aux anciens “non-prĂ©dicateurs”) que M. Armstrong fit rĂ©fĂ©rence. C’était trĂšs rare qu’un homme saute le rang d’ancien prĂ©dicateur s’il Ă©tait sur sa voie de progresser au rang de pasteur. Cela n’est virtuellement jamais arrivĂ© dans les derniĂšres annĂ©es. Bien sĂ»r, la majoritĂ© des pasteurs de l’Église n’ont jamais Ă©tĂ© plus loin qu’au rang de pasteur. Sur de rares occasions, toutefois, un Ă©vangĂ©liste pouvait aussi servir comme un pasteur d’Église. (Un ancien local pouvait seulement gĂ©rer trĂšs temporairement, en attendant une autre ordination, qui suit avant l’approbation de devenir un pasteur d’Église.)

Ce serait toujours ceux d’un rang soit d’évangĂ©liste ou de pasteur qui auraient le rĂŽle additionnel d’un superviseur sur le terrain, appelĂ©s par diffĂ©rents noms à diffĂ©rentes pĂ©riodes de WCG. Presque toujours, toutefois, avec quelques exceptions ces hommes servaient aussi comme pasteurs d’Église.

L’histoire de la supervision sur le terrain

PremiĂšrement, un bref regard sur l’histoire serait intĂ©ressant et aiderait à comprendre. Avec les annĂ©es, un nombre de titres administratifs comme les besoins se prĂ©sentaient pour un niveau additionnel de supervision sur le terrain sur les pasteurs d’Église. Mais ils dĂ©pendaient de ceux qui servaient dans l’Administration de l’Église et/ou aux Services MinistĂ©riels au QG, et dans les postes internationaux. Ces superviseurs Ă©taient des hommes sĂ©niors qui vivaient et servaient sur le terrain, pas au QG.

Le premier titre “administratif” qui apparut dans WCG fut: “superintendant de district” (dĂ©but 1960 à 1972), avec les États-Unis (É.-U.) divisĂ©s ultimement en 16 districts en 1972. Ce fut remplacĂ© et suivi par: “directeur rĂ©gional”, ces hommes gĂ©rant un huitiĂšme des É.-U. Ou dans un poste international-rĂ©gional. Les directeurs rĂ©gionaux ne gĂ©raient pas des Ă©glises, et le concept n’a pas bien travaillĂ©. Ces hommes furent donnĂ©s une autoritĂ© extraordinaire, beaucoup trop, et ils commencĂšrent à se voir et à se croire eux-mĂȘmes comme “Dieu et roi” dans leurs rĂ©gions. En fait, la plupart s’enflĂšrent et se regardĂšrent eux-mĂȘmes de cette maniĂšre. Lorsque six de ces hommes se rebellĂšrent et quittĂšrent l’Église en 1974, M. Armstrong termina tous les postes de supervision sur le terrain pour plus de deux ans, jusqu’à ce que la stabilitĂ© revienne.

En 1976, le titre de “coordinateur rĂ©gional” fut crĂ©Ă©, avec les É.-U. DivisĂ©s en 11 rĂ©gions. Mais chaque poste international continua d’ĂȘtre administrĂ© par un directeur rĂ©gional. Alors, à cause d’une croissance significative dans le nombre des congrĂ©gations aux É.-U. Depuis 1972, ces “coordinateurs” avaient besoin d’aide, d’assistance avec leurs responsabilitĂ©s pastorales. Ainsi, cette structure impliquait aussi plusieurs pasteurs et de plus vieux anciens prĂ©dicateurs dans le rĂŽle de “pasteurs sĂ©niors.”

Chacun de ces hommes qui avaient cette dĂ©signation avaient deux ou trois pasteurs d’Église dont ils “avisaient” tout en reprĂ©sentant le coordinateur rĂ©gional. C’est parce que les coordinateurs rĂ©gionaux supervisaient plusieurs Ă©glises dans leurs “rĂ©gions” comme les huit directeurs rĂ©gionaux avaient aussi, et qui n’étaient pas des pasteurs d’Église. Lorsqu’une autre rĂ©bellion survint en Janvier 1979, avec le Directeur de l’Administration de l’Église remerciĂ© et exclus de l’Église, M. Armstrong intensifia le processus de “remettre l’Église sur la bonne voie”, et cette fois, il libĂ©ra les coordinateurs rĂ©gionaux de leurs responsabilitĂ©s, dĂ©terminant que le niveau de supervision sur le terrain ne retournerait jamais à l’Église. Plus tard, aprĂšs sa mort, ses successeurs ravivĂšrent l’idĂ©e de superviseurs sur le terrain sous la forme de 12 “pasteurs rĂ©gionaux” amĂ©ricains.

Je fus capable de gagner une bonne expĂ©rience et un bon entrainement comme pasteur rĂ©gional pendant plusieurs annĂ©es (aprĂšs WCG) avec six pasteurs dans ma rĂ©gion. Les circonstances demandaient que je fonde mes congrĂ©gations (43) dans l’Église Globale de Dieu sur une rĂ©gion incluant un tiers du pays, et que j’interview plusieurs ministres prospectifs avant d’ĂȘtre employĂ©s. Cette expĂ©rience “d’administration”, est maintenant apprĂ©ciĂ©e et elle aide aujourd’hui. Toutefois, je fus Ă©ventuellement remerciĂ© comme pasteur rĂ©gional pour ne pas avoir compromis avec les doctrines et les principes bibliques (et remplacĂ© par un homme qui fut briĂšvement remerciĂ© et remplacĂ© par un autre homme qui avait Ă©tĂ© remerciĂ© pour rĂ©bellion en 1974). Bien sĂ»r, la vĂ©ritĂ© de ce qui est arrivĂ© fut stratĂ©giquement cachĂ©e sous une tempĂȘte de dĂ©sinformation.

Politique partout

Quelques unes des pires politiques qui n’ont jamais entrĂ©es dans l’Église de Dieu apparurent à l’intĂ©rieur de ces diffĂ©rentes structures. Encore, M. Armstrong vit que cette approche Ă©tait trop basse, et qu’elle “coupait trop les hommes du QG” (ce sont ses paroles), ainsi, il liquida toutes les diffĂ©rentes structures qui continuaient à produire des “blocs de pouvoir” rĂ©gionaux et stimulait les penchants politiques. M. Armstrong n’eut pas de choix, mais de faire ce qu’il fit.

Toutefois, il devrait ĂȘtre compris que lorsque l’apostasie commença et accĂ©lĂ©rait (au dĂ©but de 1990), je fus remerciĂ© de WCG, il y avait beaucoup de congrĂ©gations autour du monde. Les bureaux rĂ©gionaux internationaux existaient encore, il y avait un plus grand nombre de pasteurs aux É.-U. (Et plusieurs d’eux Ă©taient jeunes) que dans tous les autres nations combinĂ©es. Cela permit un niveau plus bas de supervision et “d’administration” sur le terrain que d’habitude, et il commença à y avoir de plus en plus de “chacun faisait ce qui lui semblait bon” (Juges 21:25).

En relation avec cela et aux causes dĂ©crites au chapitre quatre, ce fut vers la fin des annĂ©es 1980 et au dĂ©but des annĂ©es 1990 que la sociĂ©tĂ© de l’Ouest commença à s’enligner sur la façon de penser du “chacun pour soi”, et qui domine le monde encore aujourd’hui. Cela affecta les ministres et les frĂšres, et toutes ces choses aidĂšrent à prĂ©parer et à instaurer l’apostasie et le chaos qui se dĂ©veloppa dans les diffĂ©rents groupes dissidents, s’établissant pour y rester. Les pasteurs et les frĂšres avaient maintenant une voix, et il devint beaucoup plus facile pour le gouvernement de Dieu d’ĂȘtre abusĂ© et remplacĂ© par “de meilleures idĂ©es” nĂ©es dans les pensĂ©es des hommes qui avaient profitĂ© de la “libertĂ©â€ qui s’était dĂ©veloppĂ©e à partir de 1979.

Fondation tranquille

Finalement, il est intĂ©ressant de noter la brĂšve histoire des “pasteurs rĂ©gionaux”, vers la fin du dĂ©clin de WCG. Cette structure fut planifiĂ©e et ses nominĂ©s furent soigneusement choisis à l’étĂ© de 1993 par l’homme qui dirigea initialement et briĂšvement le nouveau service ministĂ©riel du plus grand groupe dissident. Ces pasteurs rĂ©gionaux (PR) furent choisis avec la comprĂ©hension silencieuse qu’ils Ă©taient en dĂ©saccord avec les “changements” et pourraient ĂȘtre “tassĂ©s à/de cĂŽtĂ©â€ comme PR dans la “naissance” de la nouvelle â€œĂ©glise” (le plus grand groupe dissident) qui Ă©tait soigneusement planifiĂ©e pour plus de deux annĂ©es avant de se sĂ©parer de WCG. Ces nouveaux leaders de cette organisation ne voulaient rien laisser à la chance en prĂ©parant leur propre filet de sĂ©curitĂ©. Le plan Ă©tait que tout devait ĂȘtre “prĂȘt” pour le moment du dĂ©part, avec la future position de chaque homme ĂȘtre virtuellement â€œĂ©tablie”.

Clairement, les apostats (de WCG) n’avaient aucune idĂ©e qu’un groupe d’hommes se prĂ©paraient silencieusement et planifiaient à l’intĂ©rieur mĂȘme de WCG pendant des annĂ©es, ainsi, ils pouvaient rester sur la “liste de paie” jusqu’à ce que les composantes clĂ©s de la nouvelle infrastructure soient “pleinement opĂ©rationnelles”. Bien sĂ»r, ces hommes dĂ©cidĂšrent qu’ils ne pouvaient pas parler trop fort contre les faux enseignements de crainte d’ĂȘtre dĂ©couverts, et les brebis non suspectives payĂšrent le prix de leur lĂąchetĂ© centrĂ© sur leur propre prĂ©servation.

Ce sont des faits douloureux de l’histoire, et ils aident à comprendre le niveau absolument explosif et Ă©norme des politiques internes et de la manipulation sur le terrain à travers le monde comme WCG se dĂ©truisait. Ne manquez pas le point, il doit ĂȘtre compris, que des promesses Ă©taient silencieusement faites aux hommes qui s’étaient soigneusement positionnĂ©s pour des promotions dans la “nouvelle structure”. L’effet de cet environnement servit aussi à aider à renverser la pensĂ©e parmi la plupart des ministres “survivants” aprĂšs l’apostasie vers le gouvernement de Dieu qu’ils regardaient maintenant comme un “systĂšme fautif” qui les “déçut”.

Des milliers d’yeux furent dĂ©tournĂ©s de Christ comme le Chef de l’Église. Les ministres et les frĂšres ont lentement choisis de placer leurs yeux sur eux-mĂȘmes, ayant confiance dans leurs propres idĂ©es pour savoir comment “Dieu pourrait les utiliser” pour construire un “meilleur systĂšme”.

Le nom

Maintenant, le nom que Dieu a choisi pour les pasteurs: Si je demanderais combien de fois le mot “pasteur” ou “pasteurs” est trouvĂ© dans le Nouveau Testament, que diriez-vous? Cinq? Dix? Vingt? Trente? Plus? Vous serez surpris de connaitre la rĂ©ponse, juste une fois, ÉphĂ©siens 4:11! Lisons-le: “Et IL (Christ) a donnĂ© les uns comme apĂŽtres, les autres comme prophĂštes, les autres comme Ă©vangĂ©listes, les autres comme pasteurs et docteurs (enseignants)”.

C’est tout, la seule fois que le mot “pasteur” est trouvĂ© dans tout le Nouveau Testament! Mais il est trouvĂ© aussi quelques fois dans l’Ancien testament, et que le mot HĂ©breu est presque identique en signification au mot Grec d’ÉphĂ©siens 4. En Grec, c’est poimen, prononcĂ© poy’mane, et il signifie “un berger (littĂ©ralement ou figurativement), pasteur”. La forme du verbe de ce mot signifie “soigner comme un berger (ou comme un superviseur), nourrir, (le bĂ©tail), gĂ©rer.”

Rien de cela n’est difficile à comprendre. Un pasteur est un soigneur de brebis. En effet, Dieu a donnĂ© ceux qui soignent (gĂšrent, nourrissent, prennent soin, protĂšgent, guident), le poste de “soigneur de brebis” ou “berger” (gardien de brebis). En fait, les seules autres places que le mot poimen est trouvĂ© est dans Luc 2, quatre fois traduits là par “berger” (versets 8, 15, 18, 20), et fait toujours rĂ©fĂ©rence à un littĂ©ral berger prenant soin de vraies brebis, dehors, dans les champs lors de la naissance de Christ.

Encore, pour la troisiĂšme fois, nous voyons un autre poste du ministĂšre dĂ©mystifiĂ© en regardant le mot que Dieu choisi pour cette fonction. Toutes devinettes, spĂ©culations, opinions et interprĂ©tations humaines des responsabilitĂ©s assignĂ©es à ce poste s’évaporent à la face du nom dĂ©signĂ© par Dieu pour les hommes qui l’occupent. Nous devons croire la Bible.

La question peut se poser pour savoir pourquoi il n’y a pas de liste spĂ©cifique des qualifications pour les pasteurs comme il y en a une pour les anciens dans Tite 1 et I TimothĂ©e 3. Reconnaissez que ces listes sont la base pour des anciens de tous rangs. Rappelez-vous que c’était expliquĂ© que les “anciens” Ă©tait un terme pour tous les hommes ordonnĂ©s, des anciens locaux jusqu’aux apĂŽtres. En d’autres mots, pour qu’un homme soit ordonnĂ© au plus bas poste dans le ministĂšre, il avait à rencontrer toutes les qualifications de ces passages. Il va sans dire alors, que tous les rangs au dessus de lui auraient eu à rencontrer la mĂȘme base. (Une insertion dĂ©taillĂ©e dans le prochain chapitre couvre tous ces critĂšres et/ou qualifications.)

Qu’un homme soit Ă©levĂ© à un rang au-dessus d’ancien local, il serait reliĂ© à ce niveau de capacitĂ©, de talents, d’expĂ©riences, et le tout important fruit dans son ministĂšre! Incluant tout don spĂ©cial que Christ rendrait Ă©vident à ceux qui Ă©valueraient si un ancien local Ă©tait “appelĂ©â€ (Éph. 4:11) pour ĂȘtre dans un poste plus Ă©levĂ©, soit ancien prĂ©dicateur ou tout autre au-dessus de celui-là. Il n’y aurait aucun besoin, alors, pour une liste de qualitĂ©s additionnelles de caractĂšre et de talents de base pour l’homme à ĂȘtre Ă©levĂ© en rang.

Est-ce que M. Armstrong comprenait?

Nous continuerons d’examiner le modĂšle du poste de pasteur que M. Armstrong enseigna. Voyons si ses enseignements Ă©taient consistants avec ce que nous venons juste de lire, ou s’il envisageait quelque chose de diffĂ©rent. Nous examinerons six courtes citations, toutes du livre: MYSTERY OF THE AGES. Les deux premiĂšres servent à introduire le poste dans le contexte de l’Église en gĂ©nĂ©ral et les autres postes avec le gouvernement de Dieu. C’est aussi dans le contexte d’avoir toute la vĂ©ritĂ©, pas juste des portions:

“Plusieurs dĂ©nominations Protestantes, et quelques ‘ministĂšres’ personnels, citent certaines Ă©critures, spĂ©cialement concernant la façon de vivre ChrĂ©tienne, la foi, l’amour, etc., correctement. Mais ils ignorent plusieurs Ă©critures de base, citĂ©es dans ce livre. Satan semble vouloir laisser les déçus avoir des brides de vĂ©ritĂ©.

“Mais ils tournent en rond sur des vĂ©ritĂ©s diluĂ©es. Habituellement, ils n’ont pas le bon nom, l’Église de Dieu. Ils ne connaissent pas ni ne prĂȘchent le royaume de Dieu, ou ce que c’est, parce qu’ils n’ont pas le vĂ©ritable Évangile de Christ, alors ils ne peuvent le prĂȘcher. Ils n’ont pas le gouvernement de Dieu conduit par JĂ©sus Christ, avec les apĂŽtres, les Ă©vangĂ©listes, les pasteurs et d’autres anciens. Ils ne savent pas ce qu’est le salut. Ils ne comprennent pas le plan ou le but de Dieu.

“Une Église originale, trĂšs persĂ©cutĂ©e et opposĂ©e, mais encore en existence, elle a ces preuves qui prouvent qu’elle est la vĂ©ritable Église originale. Et mĂȘme cette Église, jusqu’aprĂšs l’annĂ©e 1933, avait perdue plusieurs de ses vĂ©ritĂ©s vitales. Au moins 18 vĂ©ritĂ©s de base et des vĂ©ritĂ©s essentielles ont Ă©tĂ© restaurĂ©es à la vĂ©ritable Église depuis cette annĂ©e.”

p. 251

M. Armstrong appelle sa description des items prĂ©sentĂ©s, des â€œĂ©vidences/preuves” de l’endroit oĂč l’Église de Christ se trouve. Ces â€œĂ©vidences/preuves” existent encore, et elles pointent encore à la seule place oĂč “la vĂ©ritable Église originale” peut ĂȘtre trouvĂ©e. Continuons avec M. Armstrong ajoutant le pourquoi du gouvernement de Dieu dans Son Église, et pourquoi il est reliĂ© à certains postes que Dieu a Lui-mĂȘme dĂ©finis.

Toute citation qui commence par: “Comprenez ceci!” mĂ©rite une sĂ©rieuse attention (l’emphase est la sienne):

“comprenez ceci!

“L’Église, comme elle est initialement appelĂ©e dans cette vie, n’est pas encore capable de rĂ©gner sur la terre, de s’asseoir avec le Christ sur le trĂŽne oĂč Dieu avait originellement placĂ© Lucifer, pour y administrer le gouvernement de Dieu

“Et c’est pourquoi Dieu a placĂ© Son gouvernement dans Son Église. C’est pourquoi le gouvernement dans l’Église de Dieu est thĂ©ocratique au lieu de dĂ©mocratique. C’est pourquoi Dieu a Ă©tabli des rangs de gouvernement dans Son Église: apĂŽtres, Ă©vangĂ©listes, pasteurs, anciens, prĂ©dicateurs et non-prĂ©dicateurs, ‘jusqu’à ce que nous (nous dans l’Église) soyons tous parvenus à l’unitĂ© de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait (mature), à la mesure de la stature parfaite de Christ’ (Éph. 4:13). Ce n’est pas une affaire ‘d’ĂȘtre sauf dans le royaume’ lors du baptĂȘme, mais une affaire de croissance spirituelle et de dĂ©veloppement dans la connaissance et dans un caractĂšre juste. C’est pourquoi ce gouvernement a une forme hiĂ©rarchique, le gouvernement de Dieu, du haut en bas, pas du bas en haut. Autrement, ceux en bas rĂšgneraient sur Dieu!

“C’est le mĂȘme gouvernement par lequel Christ rĂšgnera sur toutes les nations dĂ©butant au millĂ©nnium!”

p. 256

C’est la plus importante citation, et elle devrait introduire une question dans l’esprit du lecteur. Rappelez-vous, l’évangile est exclusivement au sujet du royaume de Dieu, le super-gouvernement de Dieu arrivant bientĂŽt sous Christ. Bien sĂ»r, le royaume de Dieu est fait des membres de Sa Famille divine gouvernant toutes les nations, rappelez-vous encore le but pour lequel vous ĂȘtes (nous sommes) en entrainement. Je vous demande, pensez-vous que Dieu peut employer, que Christ peut conduire, une organisation pour prĂ©senter le message du royaume de Dieu au monde lorsque cette organisation ne comprend pas, ni ne pratique Son gouvernement, ou le comprend, mais l’a rejetĂ©? Est-ce que Dieu pourrait juste “travailler” avec tant d’ignorance, de confusion et de rĂ©bellion?

La prochaine citation introduit la question différemment:

“La premiĂšre et grande mission fut donnĂ©e aux apĂŽtres. À un moindre niveau, des Ă©vangĂ©listes furent employĂ©s pour transmettre le message. D’autres leaders, des ministres ordonnĂ©s, Ă©taient stationnaires, mĂȘme le pasteur local d’une Ă©glise pouvait tenir des services Ă©vangĂ©listiques dans sa rĂ©gion, pas le genre de ‘croisade pour sauver des Ăąmes’, mais des lectures annonçant et proclamant comme tĂ©moignage le royaume de Dieu à venir (le vĂ©ritable Ă©vangile)!

“Toute cette grande mission, de proclamer la bonne nouvelle du royaume à venir, et “nourrir les brebis”, est une administration et une fonction combinĂ©e de l’Église.

“L’individu membre laĂŻc a sa part vitale à proclamer la bonne nouvelle (l’évangile) au monde, comment? Pas en le faisant lui-mĂȘme en proclamant le message de Christ au voisinage ou au monde. Cela est fait principalement par les apĂŽtres, ou encore par les Ă©vangĂ©listes, et mĂȘme en des endroits locaux, par un pasteur local. (La principale responsabilitĂ© des pasteurs locaux est la supervision et la prĂ©dication d’une Ă©glise locale.)

“Mais, l’opĂ©ration entiĂšre de l’Église est entiĂšre, organisĂ©e, en diffĂ©rentes opĂ©rations et administrations (I Cor. 12:5-6).”

pp. 265-266

Pasteurs locaux

Cette citation et la prochaine dĂ©finissent le rĂŽle des pasteurs comme “locaux”, travaillant avec l’église “locale” et les rĂ©gions “locales”. Ces hommes avaient de la vraie et significative autoritĂ© avec les congrĂ©gations qu’ils servaient, ils ne devaient pas travailler à l’extĂ©rieur d’une juridiction. Relativement Ă©troite. Leurs limites Ă©taient claires.

Cela est parfaitement sensĂ©, puisqu’un pasteur aurait Ă©tĂ© limitĂ© par le nombre physique des brebis qu’ils ne pouvaient surveiller, “pourvoir”, en n’importe quel autre temps. Quelques pasteurs Ă©taient aussi â€œĂ©vĂȘques” (en Grec: episkopos), signifiant “un superintendant, i.e., un officier ChrĂ©tien en charge gĂ©nĂ©rale.” Cela aide à voir plus facilement pourquoi M. Armstrong reconnaissait qu’il y avait, en effet, deux sortes de pasteurs, ceux qui supervisent un nombre d’églises, ou des Ă©glises beaucoup plus grosses, et ceux qui en avaient juste une ou deux, et probablement de plus petites congrĂ©gations. Le premier, serait gĂ©nĂ©ralement de rang de pasteur (mais aussi un occasionnel Ă©vangĂ©liste), et le dernier aurait Ă©tĂ© du rang d’ancien prĂ©dicateur, mais aussi de ministres ordonnĂ©s sur des Ă©glises.

Notez comment M. Armstrong fit rĂ©fĂ©rence aux anciens prĂ©dicateurs dans la dĂ©claration suivante, parce que cela introduit plus. Aussi, comme vous lisez, notez qui est en charge dans le gouvernement de Dieu, en d’autres mots, d’oĂč il reçoit son autoritĂ©, et d’oĂč il ne le reçoit pas:

“Pour administrer ces nombreuses opĂ©rations, Dieu, et non pas un vote des membres, ‘a donnĂ© les uns comme apĂŽtres, les autres comme prophĂštes, les autres comme Ă©vangĂ©listes, les autres comme pasteurs et docteurs’. Comme dĂ©clarĂ© dans la version Louis Second d’ÉphĂ©siens 4:11.

“Les pasteurs sont stationnaires sur des Ă©glises locales ou un groupe d’églises locales. Alors, il fut placĂ© dans l’Église des enseignants, pas nĂ©cessairement des prĂ©dicateurs. Tous les ministres et les enseignants sont appelĂ©s des anciens dans d’autres textes du Nouveau Testament. ConsĂ©quemment, dans l’Église de Dieu aujourd’hui, il y a des anciens prĂ©dicateurs et des non prĂ©dicateurs. Les anciens prĂ©dicateurs supervisent les Ă©glises locales. Alors, quelques anciens, non prĂ©dicateurs, sont appelĂ©s des anciens locaux dans l’Église aujourd’hui.”

pp. 244-245

Dans la prochaine citation, M. Armstrong, dans le contexte des diffĂ©rents rĂŽles dans la mission de l’Église au monde, parle un peu plus des responsabilitĂ©s de base d’un pasteur:

“En gĂ©nĂ©ral, toute l’opĂ©ration de l’Église a une certaine valeur dans ce monde de cette fin du vingtiĂšme siĂšcle. Des techniques et des mĂ©thodes sont disponibles à l’Église pour la performance de sa mission qui n’existait pas dans le monde du premier siĂšcle. Sans les dimes et les gĂ©nĂ©reuses offrandes volontaires des membres laĂŻcs que la mission de l’Église ne pourrait pas ĂȘtre performĂ©e dans le monde d’aujourd’hui.

“Sans les priĂšres ferventes et continuelles de tous les membres, l’Oeuvre ne pourrait ĂȘtre accomplie. Sans l’encouragement continuel des membres laĂŻcs et ceux au-dessus d’eux localement, nous qui sommes au QG ne pourrions supporter les persĂ©cutions, les oppositions, les Ă©preuves et les frustrations.

“Aussi, dans le sens contraire, les membres laïcs ont un besoin urgent d’encouragements, d’enseignements, de conseils, et de leadership du QG et des pasteurs locaux.”

p. 268

Finalement, voici une autre citation de l’Oeuvre finale de M. Armstrong, cette fois, discutant du rĂŽle des pasteurs parmi d’autres postes qui existeront à travers le monde durant le MillĂ©nnium. Il y a aussi d’inclu une autre rĂ©fĂ©rence à l’Église qui a à apprendre et à pratiquer le gouvernement de Dieu maintenant.

Notez:

“Avec seulement une Église, une religion, une foi, il y aura plusieurs congrĂ©gations dans chaque ville, d’autres, Ă©parpillĂ©es dans les campagnes et les rĂ©gions rurales. Il y aura des districts de superintendants sur ces rĂ©gions, et des pasteurs, des anciens, des diacres et des diaconesses, dans chaque Ă©glise locale.

“Ceci, alors, donne un aperçu de la maniĂšre que le monde sera organisĂ©.

“Cela dĂ©montre comment un super-gouvernement mondial sera Ă©tabli sur terre.

“Le vĂ©ritable but de l’Église en ce moment, est de pourvoir l’école de l’entrainement de Dieu ou un collĂšge aux enseignants pour s’entrainer dans la connaissance spirituelle, l’éducation et le caractĂšre divin, pour remplir toutes les positions au commencement de ce merveilleux rĂšgne de 1000 ans de Christ sur terre.”

pp. 350-351

Manifestement, du nom du poste et de tout ce que M. Armstrong enseigna à ce sujet, les pasteurs ne sont pas, ni ne sont qualifiĂ©s, pour apporter l’évangile au monde, avertir les nations d’IsraĂ«l, amener la vĂ©ritĂ© à l’Église, avoir la supervision gĂ©nĂ©rale de toutes les congrĂ©gations internationales (ou mĂȘme un peu, s’il n’est pas dĂ©signĂ© par une plus haute autoritĂ© pour le faire), ou pour accomplir n’importe quelles autres responsabilitĂ©s qui sont assignĂ©es à des postes plus Ă©levĂ©s.

Encore, les postes d’anciens prĂ©dicateurs et de pasteurs sont vitaux à l’Église de Dieu, ils ont de vraies limites.

Administrateur local

Ce chapitre a ouvert avec une rĂ©fĂ©rence aux pasteurs d’église accomplissant le rĂŽle de “joint d’administration” (intermĂ©diaire administratif) dans l’Église. Pourquoi ce rang doit-il avoir des habilitĂ©s administratives, demande plus d’explications avant de discuter le prochain poste.

Chaque pasteur devait ĂȘtre, au minimum, un “leader des leaders”, signifiant un leader de plusieurs anciens et de diacres, et quelques fois, un ou deux ou plus de pasteur associĂ©s et d’assistants ministĂ©riels. Dans quelques cas, et cela s’applique à ceux qui ont un seul pastorat, se devaient ĂȘtre ce que j’appelle “un leader des leaders des leaders”. Cela est Ă©vident pourquoi un superintendant sur d’autres pasteurs, se devait d’avoir ce talent, mais il est moins Ă©vident pourquoi un pasteur d’église se doit. Examinons de prĂšs cela. Les pasteurs locaux doivent conduire des anciens. Évidemment, sous les anciens, Ă©taient les diacres. Nous avons vu aussi que quelques uns d’eux avaient des “chefs des assistants”, qui Ă©taient en charge de diffĂ©rentes choses sous eux. Dans un sens, un pasteur se devait de possĂ©der, à ce que l’on pourrait appeler, une capacitĂ© un “troisiĂšme niveau de leadership”.

RĂ©ellement, un pasteur doit ĂȘtre un leader. Mais, il devrait ĂȘtre mentionnĂ© qu’il doit aussi ĂȘtre capable de suivre ceux au-dessus de lui. Comme avec chaque autre poste, il aurait appris en premier à ĂȘtre un bon imitateur (I Cor. 4:16; 11:1), avant qu’il ne puisse enseigner les autres sous lui pour l’imiter. Cela fait partie d’enseigner le gouvernement de Dieu au peuple, soit en haut ou en bas la chaĂźne d’hiĂ©rarchie dans l’Église de Dieu.

Les responsabilitĂ©s administratives d’un pasteur requiĂšrent de lui d’ĂȘtre multi-facette en capacitĂ©. Le pasteur doit ĂȘtre un bon organisateur, un talentueux communicateur, un conseiller comprĂ©hensible, un enseignant effectif, une personne expĂ©rimentĂ©e à rĂ©soudre les problĂšmes, sage à dĂ©lĂ©guer, fondĂ© dans les doctrines, un travailleur acharnĂ©, altruiste, un leader capable d’entrainer les hommes, diligent pour connaitre l’état de sa bergerie, capable de prĂ©parer des sermons et des Ă©tudes bibliques, et de planifier des activitĂ©s sociales, aussi bien que d’ĂȘtre capable de dĂ©montrer un exemple stable et Ă©quilibrĂ©. Mais par dessus tout, il se doit d’ĂȘtre prĂšs de Dieu, et loyal à Son gouvernement au-dessus de lui.

Un regard minutieux à l’intĂ©rieur

La force spirituelle et la condition d’un pasteur d’Église Ă©tait crucial. Il devait garder la tĂȘte froide au sujet des besoins et des prioritĂ©s de leur bergerie, et lorsque nĂ©cessaire, cela pouvait inclure de jongler avec les prioritĂ©s, aussi bien que de sacrifier celles dans leur propre vie.

Par exemple, un besoin critique pour des conseils pouvait survenir soudainement, tout comme un besoin d’onction, les pasteurs avaient à, quelques fois, se mettre temporairement de cĂŽtĂ©, eux et leur famille, jusqu’à ce qu’un besoin urgent soit soulevĂ©. Les problĂšmes des brebis quelques fois, ne peuvent attendre.

Dans les premiers jours, cette dĂ©termination d’ĂȘtre un travailleur infatigable dans la vigne de Christ pouvait signifier de longs parcours/circuits de trois Ă©glises. Ces parcours ou circuits, pouvaient ĂȘtre à Denver et à Pueblo, Colorado, et à Garden City, Kansas; Milwaukee, Chicago et St. Louis; ou Toledo, Akron et Pittsburgh. Le millage impliquĂ© Ă©tait simplement ahurissant! Regardez sur une carte, et imaginez! Trois services Ă©taient conduits lors du Sabbat (un le Vendredi soir) et quelques fois un Club des Orateurs le Samedi soir et le Dimanche matin. J’avais un circuit pour quatre ans dans lequel les activitĂ©s lors du Sabbat duraient 19 heures, de 5 a.m. à 12 p.m. Dont les derniers six mois incluaient une troisiĂšme congrĂ©gation le Vendredi soir, à cause d’un changement soudain de circonstances. (Ma femme manqua seulement deux services lors du Sabbat en quatre ans, à cause de la naissance de notre troisiĂšme enfant, mais, autrement, elle a toujours assistĂ©e à tous les services.)

Ces choses ne sont pas Ă©crites en vain. En fait, dans les annĂ©es 1950 et 1960, plusieurs circuits excĂ©daient la capacitĂ© de travail. La majoritĂ© des pasteurs Ă©taient forcĂ©s, obligĂ©s d’ĂȘtre infatigables, mĂȘme jusqu’à en manquer de sommeil.

Juste de cette brĂšve description de la qualitĂ© et de la surcharge de travail, le pasteur moyen sur le terrain, il devient Ă©vident pourquoi Paul emphasa: “Si quelqu’un aspire à la charge d’évĂȘque, il dĂ©sire une Ɠuvre excellente” (I Tim. 3:1). Un fidĂšle pasteur Ă©tait rĂ©ellement un serviteur sur le terrain!

Nous venons de voir une fois encore que M. Armstrong comprenait correctement par sa description des pasteurs comme locaux et stationnaires, de bergers des brebis!

Est-ce que ceux qui sont ordonnés peuvent se retirer?

Plusieurs pasteurs, anciens, diacres, et mĂȘme des Ă©vangĂ©listes ont aujourd’hui tombĂ©s dans la pratique de se “retirer”. Les retraites sont nombreuses et frĂ©quentes dans les annonces. Bien sĂ»r, les retraites forcĂ©es peuvent arriver à cause de sĂ©rieux problĂšmes de santĂ© et que l’homme ne peut juste plus servir encore. Il peut certainement y avoir des hommes qui sont retirĂ©s de leur poste “pour des raisons”, mais il ne faut pas confondre avec la retraite.

L’idĂ©e de la retraite doit ĂȘtre adressĂ©e dans l’histoire du gouvernement de Dieu, et cela pourrait ĂȘtre dans ce chapitre et/ou d’autres, et en relation à tout autre poste de Dieu. Ce qui est dit ici s’applique aux diacres et à tous les autres rangs du ministĂšre.

Comprenez ceci! La Bible ne parle pas nulle part ou d’aucun sens de ce concept populaire qui est appelĂ© retraite dans ce monde. Pendant que ceux qui sont dans ce monde regardent vers à ce temps de “se retirer” à un Ăąge artificiel dĂ©terminĂ© par des normes de sociĂ©tĂ©, il n’y a simplement pas de telles choses, pas de telles options, pour que celui qui a Ă©tĂ© ordonnĂ© par Dieu. Mais il est Ă©galement vrai que les membres laĂŻcs ne peuvent non plus se retirer de se servir les uns les autres. Pensez! Aucun ChrĂ©tien ne considĂšrerait jamais de se “retirer” de l’Oeuvre de croissance et de vaincre dans le caractĂšre spirituel. Pourquoi alors quelqu’un qui aurait un poste? Ce serait la derniĂšre option à choisir “s’éloigner dans le couchĂ© de soleil”.

M. Armstrong ne s’est jamais retirĂ©, et comme le dicton va: “mort à son poste/en devoir”, signifiant qu’il Ă©tait actif vers la fin/jusqu’à la fin de sa vie. L’apĂŽtre Jean servait encore à l’ñge de 100 ans lorsqu’il Ă©crivit ses trois Ă©pitres gĂ©nĂ©rales et le livre de l’Apocalypse. Paul courut toute sa “course.” MoĂŻse se retira dans la tombe, et c’est l’exemple de tous les autres serviteurs de Dieu de l’Ancien et du Nouveau Testament enregistrĂ©s.

Se retirer est de rĂ©signer d’un poste, point! Prenant cette dĂ©cision, est l’équivalent de vous retirer de l’appel et du service spĂ©cial auquel Christ vous a placĂ©, et cela dĂ©shonore terriblement le poste qu’IL a choisi pour vous et que vous avez dĂ©cidĂ© de quitter.

Rendu/fait officiel

Voici une dĂ©claration officielle à tout le ministĂšre en 1979. C’était en rĂ©ponse à une tendance aux hommes qui choisissaient le “ministĂšre sans carriĂšre” durant les annĂ©es libĂ©rales, dans ce cas, juste de transfĂ©rer des prioritĂ©s du ministĂšre comme un appel et une responsabilitĂ© originale vers une carriĂšre privĂ©e dans un autre champ. Le Directeur de l’Administration de l’Église parle pour M. Armstrong:

“Compagnons ministres, M. Armstrong m’a informĂ© rĂ©cemment qu’il termine dĂ©finitivement tout le concept du ministĂšre sans carriĂšre dans le ministĂšre. Comme il le dĂ©clara, il n’en savait rien que depuis les derniers mois et qu’il n’avait rien à faire avec cette conception. Il croit que cela est mauvais pour un ministre de rĂ©signer de son appel comme ministre et de continuer d’en retirer des bĂ©nĂ©fices en mĂȘme temps, et aussi le prestige et l’autoritĂ© du ministĂšre.”

“
quiconque a rĂ©signĂ© ou qui le fera du ministĂšre dans le futur, sera regardĂ© comme un membre laĂŻc dans l’Église de Dieu.

“Si dans des cas particuliers le ministre local, dans les mois et les annĂ©es à venir, aprĂšs avoir conseillĂ© avec le QG, souhaite utiliser un de ces hommes pour aider aux conseils, ou des visites, il pourra le faire. Mais ils ont rĂ©signĂ©s du ministĂšre et ne seront plus regardĂ©s comme anciens pour oindre, prĂȘcher, conseiller, ou accomplir toute autre fonction du ministĂšre.

“Bien sĂ»r, cela ne nous empĂȘche pas de laisser le ministre, occasionnellement, avoir un temps de repos plus ou moins long, ou mĂȘme de rĂ©duire ses responsabilitĂ©s à cause de vĂ©ritables problĂšmes de santĂ© ou de problĂšmes similaires, ou l’emploi occasionnel de quelqu’un comme ministre à temps partiel dans des cas trĂšs spĂ©ciaux. Si vous avez des questions regardant cela ou des suggestions au sujet de d’autres cas spĂ©ciaux, laissez-nous le savoir.

“Mais le ‘ministĂšre non-carriĂšre’ comme tel, n’est pas une catĂ©gorie que nous pensons que Christ voudrait et ainsi l’apĂŽtre de Dieu l’abolit”.

Pastor General’s Report, May 29, 1979

La plupart dans le passĂ© qui dĂ©sirait se retirer Ă©tait simplement “fatiguĂ© de bien faire”. Ils Ă©taient fatiguĂ©s de faire le mile d’extra, mais ils virent la retraite comme un moyen de garder le “prestige” du poste, en n’ayant pas à accomplir les responsabilitĂ©s qui y Ă©taient attachĂ©es.

Comprenez. Nulle part dans les Écritures il y est dit qu’aucun des serviteurs de Dieu ne se sont retirĂ©s de leur “appel”. Certainement, les hommes (et les femmes) ont besoin de ralentir face au processus naturel de vieillissement qui diminue leur niveau d’énergie. En fait, quelques uns n’ont pas voulu s’ajuster lorsqu’ils auraient dĂ». MĂȘme si c’est un magnifique “problĂšme” à avoir, il n’en demeure pas moins que c’est un problĂšme. Le fait de vieillir doit ĂȘtre reconnu. Mais pour les gens ordonnĂ©s, ĂȘtre capable de continuer de servir, mĂȘme si c’est d’offrir de l’assistance et de l’expĂ©rience aux autres, devient une motivation pour prendre soin de sa santĂ©!

Recommandation entiĂšre/complĂšte

Une des raisons que les ministres (et jusqu’à un certain degrĂ© les diacres) ont compris que la retraite n’était pas une option, est que l’appel et les responsabilitĂ©s qui venaient avec l’ordination lui furent expliquĂ©s avant l’ordination, habituellement, longtemps avant. Il avait le temps de juger ce que cela signifiait.

Il a Ă©tĂ© mentionnĂ© prĂ©cĂ©demment qu’une recommandation dĂ©taillĂ©e Ă©tait remplie et envoyĂ©e au QG comme faisant partie d’un plus grand processus impliquĂ© lorsqu’un homme Ă©tait approuvĂ© pour l’ordination. Le formulaire aurait pu ĂȘtre placĂ© dans n’importe quel autre chapitre, mais il s’intĂšgre bien dans celui-ci, et il a besoin d’ĂȘtre montrĂ© et compris, parce que les pasteurs le remplissaient beaucoup plus que pour tout autre poste. L’illustration incluse Ă©tait la premiĂšre page d’un formulaire soigneusement planifiĂ© qui devait ĂȘtre rempli en dĂ©tail avant qu’un homme puisse ĂȘtre ordonnĂ©. Plusieurs de ses caractĂ©ristiques Ă©taient expliquĂ©s au candidat avant l’ordination.

Il serait inappropriĂ© et non nĂ©cessaire de montrer le formulaire en entier. Faire cela, travaillerait, actuellement, contre le principe du gouvernement de Dieu en montrant sans nĂ©cessitĂ© une importante procĂ©dure confidentielle et vitale qui fait partie du gouvernement de Dieu dans l’Église en rĂ©vĂ©lant certains dĂ©tails sur les candidats et qui ne seraient pas apprĂ©ciĂ©s. Toutefois, il y a quelques Ă©lĂ©ments dans le formulaire qui peuvent ĂȘtre montrĂ©s et ainsi, le lecteur peut voir le sĂ©rieux du processus. Il y avait plusieurs sections s’informant sur l’historique les forces majeures, et les commentaires gĂ©nĂ©raux et aussi ceux des autres ministres.

Mais il y avait aussi des questions spĂ©cifiques reliĂ©es au caractĂšre du candidat, telles que: comment dĂ©montre t-il le bon sens et la balance; Ă©valuez ses connaissances gĂ©nĂ©rales de la Bible et des doctrines de l’Église; aime t-il aider les autres; est-il contradictoire, cynique, intolĂ©rant ou tĂȘtu; et environ 15 autres rĂ©fĂ©rences au sujet de: le discours, les relations humaines, l’épouse et la famille, etc.

Notez qu’il y avait quatre postes listĂ©s sur le formulaire, avec des choix pour la dĂ©signation. Cela est instructif. Notez que “diacre” et â€œĂ©vangĂ©liste” Ă©taient exclus, et il y avait des raisons sĂ©parĂ©es. Les diacres n’avaient pas de postes spirituels, et les Ă©vangĂ©listes ne pouvaient pas ĂȘtre recommandĂ©s par aucun autre poste, incluant d’autres Ă©vangĂ©listes! Pourquoi? Seulement M. Armstrong choisissait et approuvait les Ă©vangĂ©listes. Jamais un Ă©vangĂ©liste n’était autorisĂ© d’ordonner un autre Ă©vangĂ©liste (c’était le rĂŽle d’un apĂŽtre) ni M. Armstrong autorisĂ© d’ordonner un autre apĂŽtre (c’est le rĂŽle de Christ).

Je rĂ©pĂšte: le processus Ă©tait sĂ©rieux. En fait, le lecteur peut ĂȘtre capable de lire l’exhortation au haut du formulaire avertissant qu’il devait ĂȘtre rempli complĂštement et renvoyĂ© s’il ne l’était pas. Le formulaire finissait avec la certification par la signature du ministre recommandant, que le candidat remplissait/accomplissait I TimothĂ©e 3 et Tite 1. Malheureusement, ceux qui furent ordonnĂ©s oubliĂšrent de rĂ©viser rĂ©guliĂšrement ces qualifications.

Les styles diffĂšrent

Finalement, et Ă©videmment, quelques dĂ©tails d’administration, de styles de leadership et les types de personnalitĂ© variaient de pasteur à pasteur. Cela Ă©tait gĂ©nĂ©ralement bon, parce que cela ne permettait pas aux congrĂ©gations de prendre pour acquis une maniĂšre exclusive de faire avec un seul pasteur ou ministre.

Cela introduit un point final. Quelques pasteurs ne faisaient pas les choses comme le QG le demandait! Ils Ă©taient de libres dĂ©cideurs, faisant les choses selon leur propre façon, et s’en sont tirĂ©s indemnes parce que d’autres au-dessus d’eux les aimaient et les couvraient. D’autres, ne furent juste pas dĂ©couverts.

Ces choses arrivĂšrent mĂȘme lorsque l’Église Ă©tait sur la bonne voie. Bien sĂ»r, aucun ministre n’est parfait de toute façon, et quelques uns parmi vous qui lisez ceci, avez connu de tels hommes. D’autres parmi vous avez tĂ©moignĂ© des abus, de l’injustice ou d’autres sortes de problĂšmes, comme la nĂ©gligence, de fausses doctrines enseignĂ©es, de l’abus d’alcool, de la pauvre planification, et mĂȘme de l’incompĂ©tence et de l’esprit charnel. Les Ă©pouses des ministres pouvaient ĂȘtre de vraies aides ou de confiance. Dans plusieurs cas, nous pourrions ajouter plusieurs cas maintenant, le peuple de Dieu expĂ©rimenta des bergers qui n’avaient mĂȘme pas le Saint-Esprit! Si M. Armstrong pouvait voir qu’il y en a eu qui se sont Ă©levĂ©s jusqu’au rang d’évangĂ©liste et qui n’avait pas l’Esprit de Dieu, de mĂȘme parmi les pasteurs, cela arriva souvent et l’apostasie le prouva amplement. Cela nous amĂšne à l’exemple Ă©tabli par le poste mentionnĂ© plus haut.

Chapitre Neuf – ÉVANGÉLISTES

Nous sommes maintenant prĂȘts pour examiner le poste suivant; celui d’évangĂ©liste. Ce rang a comme une aura spĂ©ciale et mĂȘme extraordinaire, une sorte d’aura mystĂ©rieuse dans la pensĂ©e de la majoritĂ© des frĂšres dans l’Église. C’était le deuxiĂšme plus haut poste dans l’Église, et le plus haut sous M. Armstrong. Jusqu’à sa mort, pas plus qu’environ 15-20 hommes tenaient ce poste à tout moment dans WCG. Plusieurs de ceux qui ont tenu ce poste Ă©taient les plus ĂągĂ©s des hommes dans le ministĂšre, quelques uns d’eux moururent, soient dans la foi avant la mort de M. Armstrong, ou aprĂšs lui, mais avant l’apostasie. Je peux penser à trois ou quatre hommes, et tous les autres ayant tombĂ©s en de sĂ©vĂšres compromis, ou tombĂ©s complĂštement.

Durant, mais spĂ©cialement aprĂšs l’apostasie, cette “aura” injustifiĂ©e entourant le poste en vint à servir merveilleusement plusieurs des hommes qui le tenaient. L’apparence de deux ou trois hommes plus ĂągĂ©s Ă©tait plus rehaussĂ©e parce qu’ils Ă©taient capables de (constamment) parler et de se dĂ©peindre eux-mĂȘmes comme des â€œĂ©vangĂ©listes sĂ©niors,” comme si cela surpasserait les dĂ©ficiences dans la comprĂ©hension doctrinale, la sagesse, le caractĂšre, le jugement, le travail, l’éthique, les prioritĂ©s, l’expĂ©rience et les capacitĂ©s gĂ©nĂ©rales. Les Ă©vangĂ©listes portaient en quelque sorte, automatiquement, l’étiquette “d’hommes de renom” collĂ©e dans l’esprit de plusieurs.

Cette sorte de rĂ©flexe rĂ©pandu de la façon de penser envers les Ă©vangĂ©listes s’était fermement fixĂ©e dans la vaste majoritĂ© des frĂšres qui entrĂšrent dans un groupe dissident. Cela explique la plus grande raison pourquoi autant de gens sont fixĂ©s sur le rang d’évangĂ©liste de certains hommes aujourd’hui, au lieu de reconnaitre dans un homme les qualitĂ©s dĂ©crites au dernier paragraphe. Les â€œĂ©vangĂ©listes” sont permis de s’en tirer avec d’incroyables choses simplement parce que leur rang leur donne une zone de confort (prestige, sĂ©curitĂ©, protection, immunitĂ©), une zone d’isolation contre tout examen, ce dont les autres devaient subir naturellement.

La maniùre qu’ils fonctionnaient

Il y a d’autres raisons, des bonnes, que le poste d’évangĂ©liste possĂ©dait, une valeur «extra» dans l’Église. Plusieurs des hommes qui tenaient ce poste, particuliĂšrement dans les annĂ©es du dĂ©but, lorsque M. Armstrong Ă©tait prĂ©sent et plus jeune, servait de longues heures, il Ă©tait un travailleur acharnĂ© et fidĂšle et de maniĂšre qui Ă©tait pleinement visible à toute l’Église.

Par exemple, plusieurs des tournĂ©es de baptĂȘme du dĂ©but des annĂ©es 1950 Ă©taient accomplies par ceux qui Ă©taient dĂ©jà des Ă©vangĂ©listes et d’autres qui en devinrent plus tard. Cela favorisa leurs renommĂ©es et à ĂȘtre reconnus dans l’Église. Mais ces hommes Ă©taient aussi vus rĂ©guliĂšrement lors de visites de congrĂ©gations, souvent lors des saisons des Jours Saints, lorsque plusieurs congrĂ©gations se rencontreraient, habituellement dans de plus grandes villes. Lorsqu’un Ă©vangĂ©liste Ă©tait programmĂ© pour visiter une rĂ©gion, une rĂ©elle excitation Ă©tait gĂ©nĂ©rĂ©e, et les frĂšres anticipaient vivement pour les nouvelles et le sermon qu’il leur donnerait. Bien sĂ»r, ces hommes Ă©taient aussi trĂšs visibles à la FĂȘte des Tabernacles et, dans le cas de plusieurs des meilleurs orateurs, ils voyageraient dans plusieurs sites, deux ou trois, et mĂȘme quelques fois quatre ou cinq, en huit jours. Plusieurs, plusieurs milliers Ă©taient capables de les voir et de les entendre, et cela pendant des annĂ©es.

La plupart, pas tous les Ă©vangĂ©listes, Ă©taient assignĂ©s à des responsabilitĂ©s au QG. M. Armstrong en dĂ©signa trois ou quatre pour porter le titre de “chef de division”, qui signifiait qu’un homme Ă©tait en charge de plusieurs dĂ©partements, habituellement reliĂ©s (comme: paysagement, surveillance, maintenance, et d’autres, tous, sous la division des bĂątiments et des terrains), avec des chefs de dĂ©partements respectifs, tous se rapportant à lui. D’autres, pouvaient ĂȘtre vice-chanceliers à un des trois collĂšges, directeurs rĂ©gionaux sur les postes Ă©trangers, et un servait toujours comme directeur de l’Administration de l’Église.

Tout ce que nous venons d’examiner doit ĂȘtre compris, avant d’aller plus loin pour regarder à ce poste dans le reste du chapitre. Garder ces choses à l’esprit comme vous Ă©tudiez ce que Dieu dit et ce que M. Armstrong enseigna au sujet des Ă©vangĂ©listes.

Ce que M. Armstrong enseigna

Avant d’examiner exactement pourquoi Dieu nomma le poste d’évangĂ©liste comme IL le fit, examinons ce que M. Armstrong dit à ce sujet dans le livre MYSTERY OF THE AGES. Il devrait ĂȘtre Ă©vident maintenant, que ce livre est citĂ© aussi souvent parce qu’il Ă©tait son oeuvre final sur virtuellement chaque Ă©lĂ©ment du gouvernement de Dieu.

Il est intĂ©ressant de noter que les commentaires de M. Armstrong au sujet des Ă©vangĂ©listes, sont un peu plus brefs que ceux des pasteurs, des anciens et des diacres, et cela est sans doute le premier indice de la vĂ©ritable importance du poste dans la hiĂ©rarchie gouvernementale de Christ. Les responsabilitĂ©s des Ă©vangĂ©listes Ă©taient certainement plus grandes que celles des postes plus bas, et vous verrez qu’il n’y a aucun doute là-dessus, vous ne verrez pas que M. Armstrong assigna les responsabilitĂ©s ou les hommes qui les ont tenues, à ce poste, aucune sorte de statut spĂ©cial ou de “mystĂ©rieux”, que les frĂšres vinrent à donner à ceux qui le dĂ©tenaient. En fait, vous apprendrez plus tard que leur service est beaucoup plus bas comparĂ© à l’importance des deux postes du ministĂšre de Christ, et qu’ils n’étaient ni entrainĂ©s, ni qualifiĂ©s, ni Ă©quipĂ©s, ni mĂȘme nommĂ©s pour conduire toute l’Église. Malheureusement, les fruits de plusieurs aujourd’hui, suggĂšrent presque, qu’ils sont dĂ©terminĂ©s pour prouver qu’ils ne le sont pas.

C’est une Ă©norme comprĂ©hension erronĂ©e qui est en train de survenir actuellement dans l’esprit de milliers de gens qu’ils doivent aller “trouver un Ă©vangĂ©liste” ou mieux, “trouver un Ă©vangĂ©liste sĂ©nior” à suivre. Dans les autres chapitres de ce livre, il deviendra apparent et sans aucun doute, et cela devrait ĂȘtre Ă©vident dans votre esprit dĂ©jà, que la plupart des frĂšres aujourd’hui cherchent à suivre un poste que Dieu ne leur a pas dit de chercher, un poste que Dieu n’emploie pas pour conduire Son Église lorsqu’une claire autoritĂ© apostolique est requise pour accomplir l’Oeuvre dans un Ăąge particulier. Continuons de lire:

“Les Ă©vangĂ©listes Ă©taient des ministres prĂ©Ă©minents, proclamant l’évangile au public, mĂȘme Ă©tablissant des Ă©glises locales et ayant la supervision sur quelques Ă©glises sous l’apĂŽtre. Alors, un Ă©vangĂ©liste peut tenir des fonctions exĂ©cutives sous l’apĂŽtre au QG de l’Église ou dans l’Oeuvre aujourd’hui. Un Ă©vangĂ©liste n’est nĂ©cessairement pas stationnaire. Les pasteurs sont stationnaires
”

MYSTERY OF THE AGES, p. 245

Cette citation ouvre la comprĂ©hension. Peut ĂȘtre les plus importants mots que le livre contient sont: “sous l’apĂŽtre”. Les Ă©vangĂ©listes aujourd’hui ont universellement oubliĂ© ou rejetĂ© la connaissance que leur autoritĂ© dans le gouvernement de Dieu provient solennellement par dĂ©lĂ©gation d’en haut. Comme tout autre poste du Nouveau Testament, incluant celui de prophĂšte, un plus haut rang, l’autoritĂ© coule d’en haut. En fait, nous verrons plus loin que le plus haut poste de prophĂšte ne peut exister sans un apĂŽtre vivant auquel le prophĂšte se rapporte.

La citation suivante, aussi du livre MYSTERY OF THE AGES, comme dans la derniĂšre, est rĂ©pĂ©tĂ©e d’un chapitre prĂ©cĂ©dent afin que cette fois le lecteur puisse se concentrer sur la brĂšve rĂ©fĂ©rence du rĂŽle des Ă©vangĂ©listes avec son contexte:

“Cette entiĂšre grande mission, de proclamer la bonne nouvelle du royaume à venir bientĂŽt, et de ‘nourrir le troupeau’, est une administration combinĂ©e et une fonction de l’Église.

“Le membre laĂŻc individuel a sa part vitale à proclamer la bonne nouvelle (l’évangile) au monde. Comment? Pas en allant lui-mĂȘme proclamer le message de Christ dans le voisinage ou dans le monde. Cela est fait principalement par les apĂŽtres, et par extension, par des Ă©vangĂ©listes, et à une plus grande extension, par des pasteurs locaux. (La principale responsabilitĂ© d’un pasteur local est la supervision et la prĂ©dication de l’église locale).

“Mais l’opĂ©ration entiĂšre de l’Église est entiĂšre, organisĂ©e, en diverses opĂ©rations et administrations (I Cor. 12:5-6).”

pp. 265-266

La citation finale à ce point n’est pas rĂ©pĂ©tĂ©e juste parce qu’elle dĂ©crit le travail d’un vrai Ă©vangĂ©liste, mais c’est parce qu’elle dĂ©crit ce qu’un des serviteurs de Dieu ayant ce poste, n’imiterait jamais, parmi les “contreparties” de ce monde, ayant le mĂȘme poste. Étonnamment, nous en sommes arrivĂ©s à voir que parmi ceux qui Ă©taient nommĂ©s Ă©vangĂ©listes par Christ dans Son Église Ă©taient en fait, qu’un peu plus que des â€œĂ©vangĂ©listes humains” de ce monde, comme M. Armstrong les eut dĂ©crit, des loups revĂȘtus en habit de brebis, attendant l’opportunitĂ© de rejeter leurs habits et de “soi-disant gagner des Ăąmes pour ‘Christ’”, et cela, dans WCG aprĂšs l’apostasie par les mĂ©thodes dĂ©crites plus bas. Notez aussi la rĂ©fĂ©rence à l’Église comme MĂšre spirituelle:

“C’est la fonction de l’Église, comme la MĂšre spirituelle des ChrĂ©tiens qui la composent, de dĂ©velopper un caractĂšre saint, juste, et divinement parfait dans ceux qui sont appelĂ©s, ceux que Dieu a ajoutĂ©s à l’Église.

“Rappelez-vous, personne ne peut venir à Christ, exceptĂ©, s’il est appelĂ© et attirĂ© par Dieu le PĂšre (Jean 6:44). Les nouveaux membres convertis ne sont pas amenĂ©s à la conversion spirituelle par ‘le verbe des vendeurs’ d’évangĂ©listes humains, ils ne peuvent ĂȘtre ‘convaincus’ d’ĂȘtre ‘convertis’, ils ne sont pas Ă©motionnellement compressĂ©s par de puissants orateurs Ă©vangĂ©listiques ou leur ferveur, ou par des appels Ă©motionnels vers ‘l’autel’ dans des croisades Ă©vangĂ©listiques aux sons des chƓurs chantant: ‘Juste comme je suis, je viens, je viens.’

“Vous ne pouvez pas trouver cette sorte de croisade MODERNE: ‘Old-Fashioned Gospel (Évangile à l’Ancienne)’ soit enseignĂ©e ou employĂ©e pour nous donner un exemple dans le Nouveau Testament! Encore, les gens aujourd’hui, supposent faussement que c’est la maniĂšre que Christ voulait, la maniĂšre que JĂ©sus l’initia.”

p. 263

Révélé dans le nom, encore une fois

Presqu’aussi surprenant que le mot Grec traduit pasteur, poimen, trouvĂ© seulement une fois, le mot Ă©vangĂ©liste est trouvĂ© seulement trois fois dans tout le Nouveau Testament. La plupart supposerait probablement que le mot pasteur se retrouverait beaucoup plus souvent, mais c’est l’inverse. ProphĂštes et apĂŽtres, comme nous l’examinerons, ont une histoire trĂšs diffĂ©rente.

Une fois de plus, une comprĂ©hension fascinante dĂ©coule de la signification du mot Grec traduit: â€œĂ©vangĂ©liste” dans le Nouveau Testament. C’est euaggelistes, prononcez yoo-ang-ghel-is-tace’, et il signifie: “annoncer de bonnes nouvelles (Ă©vangĂ©liser), spĂ©cialement l’évangile, dĂ©clarer, amener de bonnes (heureuses) nouvelles, un bon message.”

Une quantitĂ© d’information Ă©norme est rĂ©vĂ©lĂ©e ici, pour ce que la dĂ©finition dit, et Ă©galement pour ce qu’elle ne dit pas. En bref, un Ă©vangĂ©liste est celui qui est un “porteur de bonnes nouvelles”. La racine de gel signifie: “bon/bonne”. Cela dĂ©crit un homme dont les messages amĂšnent de la joie parce que ses messages impliquent de bonnes nouvelles. Il est facile de voir la connection de prĂȘcher l’évangile sur ce seul point. Il est aussi facile de voir pourquoi M. Armstrong a dĂ©crit une des responsabilitĂ©s des Ă©vangĂ©listes comme “proclamer l’évangile au public”. Naturellement, cela engendrerait des congrĂ©gations à ĂȘtre crĂ©Ă©es/fondĂ©es. Les Ă©vangĂ©listes impliquĂ©s seraient les plus naturellement ceux qui superviseraient les groupes de congrĂ©gations avec des pasteurs sous eux, ou dans leur rĂ©gions en gĂ©nĂ©ral, au moins au dĂ©but de la pĂ©riode.

Reconnaissez que le poste d’évangĂ©liste implique certains paramĂštres, clairs dans la dĂ©finition de euaggelistes. C’est seulement, modestement amplifiĂ© par la dĂ©finition donnĂ©e par un fidĂšle apĂŽtre. Il doit ĂȘtre compris et soulignĂ© encore que le rĂŽle d’un Ă©vangĂ©liste impliquait d’apporter des messages positifs à l’audience. En fait, on pourrait dire qu’il tenait le poste du “porteur de bonnes nouvelles”. Il Ă©tait aussi autorisĂ© pour prĂȘcher au-delà de la rĂ©gion d’un pastorat local, mais seulement sous la direction “d’un apĂŽtre”.

Avant de continuer, demandez-vous si vous croyez ce que Dieu signifie ce qu’IL dit, que dans le nom qu’IL assigna à ce poste. C’est parce que trois Ă©vangĂ©listes aujourd’hui, provenant de groupes qui sont respectivement petit, moyen et grand, croient qu’ils peuvent citer le militaire: “travaillez au-dessus de votre niveau de paye”. Cela les met en conflit direct avec la vĂ©ritable signification du nom de leur poste.

Voici ce que cela signifiait par ça: Le chapitre quinze discutera du rĂŽle de la “sentinelle” aux nations modernes d’IsraĂ«l. BriĂšvement, c’est un travail qui implique d’avertir: “crie fort” au sujet des “pĂ©chĂ©s” et des “transgressions” (Ésa. 58:1), expliquant que de dĂ©vastantes punitions attendent dans un futur rapprochĂ© pour ces nations. C’est sĂ»r que ce n’est pas de bonnes nouvelles ou un bon message. Loin de cela! C’est d’expliquer l’arrivĂ©e de la plus horrible souffrance et punition que le monde n’ait jamais vues, possiblement la pire mauvaise nouvelle pour ceux qui y seront impliquĂ©s! Nous apprendrons plus tard que les prophĂštes pourraient ĂȘtre assignĂ©s à cette tĂąche (et une fois de plus, ils le seront), aussi Ă©videmment que le rang des apĂŽtres. Mais, accomplir le rĂŽle de la “sentinelle” dans cet Ăąge ne peut ĂȘtre accompli par un Ă©vangĂ©liste ou un poste sous lui. Cela serait en contradiction des limites Ă©tablies pour leur service par Christ!

“L’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste”

L’apĂŽtre Paul donna à l’évangĂ©liste TimothĂ©e une charge spĂ©ciale et nous pouvons apprendre de cela au sujet de ce poste, et ce que les Ă©vangĂ©listes aujourd’hui devraient faire. Le passage offre un aperçu additionnel en ce qu’est le poste. Paul l’instruisit: “Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’Ɠuvre d’un Ă©vangĂ©liste, remplis bien ton ministĂšre” (II Tim. 4:5).

Maintenant, nous devons demander: Est-ce que Dieu laisserait les responsabilitĂ©s de cet important poste aux interprĂ©tations, spĂ©culations ou “au hasard” ou aux circonstances prĂ©dominantes? En d’autres mots, est-ce qu’un Ă©vangĂ©liste est capable de se muer ou de se mĂ©tamorphoser en un “sĂ©nior”, il pourrait le souhaiter, s’il a un agenda spĂ©cial, il pourrait l’inclure dans ses responsabilitĂ©s pour pouvoir s’élever à un “rang (payĂ©) plus haut”, pour accomplir cet agenda personnel? Bien sĂ»r que non. Une fois de plus, vous verrez que M. Armstrong expliqua le travail d’un Ă©vangĂ©liste sans la structure des Écritures. Mais Christ inspira Son serviteur pour bien comprendre!

L’instruction de Paul à TimothĂ©e offre plusieurs aperçus. PremiĂšrement, il parle de “l’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste”. Cela signifie qu’il doit y avoir un rĂŽle spĂ©cifiquement dĂ©fini, une sorte “travail/oeuvre”, pertinent à ceux qui occupent, ou ce qui est rattachĂ© à, ce poste, et nous avons dĂ©jà vu pas mal ce que cela signifie. Mais, il y a plus, et c’est rĂ©vĂ©lĂ© dans le contexte du chapitre 3 au verset 1. Retournons-y.

Le chapitre 3 commence avec une description de “temps difficiles” qui surviendront dans les “derniers jours”. La dĂ©tĂ©rioration gĂ©nĂ©rale du caractĂšre et la disparition de la “vĂ©ritĂ©â€ suit dans le contexte et conduit au verset 13: “Mais les hommes mĂ©chants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal” (les circonstances d’aujourd’hui). C’est suivi par l’instruction trĂšs importante de “Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises”. La pensĂ©e continue de circuler dans le chapitre 4 avec cette exhortation: “Je t’en (TimothĂ©e) conjure devant Dieu et devant JĂ©sus Christ, qui doit juger les vivants et les morts et au nom de Son apparition et de Son royaume” (verset 1).

Il devient clair que ce qui suit est trĂšs sĂ©rieux. Relisez les paroles de Paul. Son but Ă©tait d’établir l’importance de ce qui suit, les responsabilitĂ©s spĂ©cifiques d’un Ă©vangĂ©liste. La premiĂšre est: “PrĂȘche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant” (verset 2). Demandez-vous: Combien d’évangĂ©listes ont fait cela?

Les prochains deux versets Ă©tablissent ce qui est en jeu pour tout le peuple de Dieu, lorsque des sĂ©ducteurs, particuliĂšrement ceux qui sont de haut rang, sont libres dans l’Église, dans notre cas, ayant capturĂ© l’ensemble de la bergerie: “Car il viendra un temps oĂč les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la dĂ©mangeaison d’entendre des choses agrĂ©ables; ils se donneront une foule de docteurs selon leur propre dĂ©sirs, dĂ©tourneront l’oreille de la vĂ©ritĂ©, et se tourneront vers les fables” (versets 3-4).

NommĂ© pour “surveiller”

Maintenant que l’Église a atteint les derniers jours, Il est absolument vital de comprendre, de saisir. C’est par ce que TimothĂ©e avait appris d’un apĂŽtre, et que son travail Ă©tait de rappeler aux gens ces choses, aussi bien que de “continuer dans” ces choses lui-mĂȘme, et de surveiller sur un grand nombre de gens et de ministres pour lesquels une personne de rang d’évangĂ©liste serait responsable.

Maintenant vous pouvez mieux comprendre pourquoi le verset 5 commence avec “Mais toi, sois sobre en toutes choses”. En fait, ce passage est si suprĂȘmement important que Dieu inspira Paul à expliquer que c’est la maniĂšre qu’un Ă©vangĂ©liste “fais l’Ɠuvre d’un Ă©vangĂ©liste, remplis bien ton ministĂšre”. Ce qui est le plus crucial, c’est que Paul disait ces choses comme il Ă©tait sur le point de mourir, parce que le verset suivant ajoute: “le moment de mon dĂ©part approche” (verset 6). En effet, ce sont les instructions que Dieu inspira d’un vieil apĂŽtre prĂšs de la fin de sa vie, à un Ă©vangĂ©liste, regardant le besoin crucial pour soigneusement surveiller les Ă©vĂšnements et les tendances afin qu’il aide les frĂšres et les pasteurs “supporte la saine doctrine” (verset 3). L’influence de TimothĂ©e serait significative dans de telles circonstances à cause de son rang, de son expĂ©rience et de sa sĂ©nioritĂ©.

C’est de cette maniĂšre que cela aurait dĂ» ĂȘtre à la suite de l’apostasie, suivant la mort de M. Armstrong. Mais, ce ne fut pas cela.. Les Ă©vangĂ©listes auraient dĂ» soigneusement surveiller l’enseignement des doctrines à Pasadena, et rĂ©sister aux “sĂ©ducteurs et aux hommes mĂ©chants” dĂ©truisant l’ensemble de l’Église et dĂ©vorant le troupeau, ces hommes, les Ă©vangĂ©listes, Ă©taient en effet trĂšs occupĂ©s. Mais ces officiels sĂ©niors, respectĂ©s, auraient dĂ», protĂ©ger et avertir le peuple de Dieu “d’endurer la saine doctrine”, mais la majoritĂ© se protĂ©geait elle-mĂȘme. D’autres de d’autres rangs, Ă©taient occupĂ©s à arpenter les corridors de Pasadena espĂ©rant d’avoir un plus haut poste pour eux-mĂȘmes. (L’intĂ©rĂȘt pour les qualifications dĂ©crites plus haut qu’un homme doit rencontrer, mĂȘme pour une simple ordination de base Ă©tait Ă©vanoui, ou Ă©vaporĂ© dans plusieurs esprits ou mĂ©moires.)

Il y avait une raison pour laquelle l’intĂ©rĂȘt pour les qualifications d’ordination s’évapora aussi vitement dans presque toutes les mĂ©moires.

Qualifications pour les anciens

Les qualifications pour l’ordination sont Ă©numĂ©rĂ©es dans I TimothĂ©e 3:1-7 et Tite 1:6-9. Voici la liste des qualitĂ©s avec les commentaires. Les termes apparaissant plus d’une fois sont notĂ©s. Quelques termes qui sont rĂ©pĂ©tĂ©s ne sont pas identiques, mais ils ont la mĂȘme signification.

“IrrĂ©prochable”: (3 fois) dĂ©rive de deux mots Grecs sĂ©parĂ©s, les deux signifiants essentiellement innocent, de commettre l’immoralitĂ©, ou de tomber en de mauvaises doctrines. Cela implique aussi le rejet, le refus de couvrir pour les autres impliquĂ©s dans l’immoralitĂ© ou l’hĂ©rĂ©sie.

“Le mari d’une seule femme”: (2 fois) interdit la polygamie.

“Vigilant”: attentif aux dangers potentiels; surveillant continuellement pour protĂ©ger le troupeau.

“Sobre”: (2 fois) discret et prudent, comme opposĂ© à un Ă©tat d’inconscience ou comateux. Sachez quand Ă©viter l’humour.

“ModĂ©rĂ©, rĂ©glĂ© dans sa conduite”: ordonnĂ©, modeste, n’est pas extrĂ©miste, courtois, poli, bien raffinĂ©.

“HospitalitĂ©â€: (2 fois) la tendance à ĂȘtre prĂȘt et à facilement recevoir les frĂšres chez soi (spĂ©cialement ceux qui voyagent ou qui sont en dĂ©tresse).

“Propre à l’enseignement”: instructeur ou expert (prompt) à enseigner, capable de communiquer la connaissance spirituelle et l’instruction aux autres (face à face ou une congrĂ©gation) d’une maniĂšre unique ou colorĂ©e, et heureux d’exercer ce don.

“Ni adonnĂ© au vin: (2 fois) cela ne dĂ©crit pas un “dĂ©gustateur”, mais un emploi modĂ©rĂ© de l’alcool, ne dĂ©passant pas une limite raisonnable. L’alcool ne doit jamais ĂȘtre abusĂ©. (Proverbes 31:4 dĂ©montre que les rois ou ceux avec des responsabilitĂ©s ne doivent pas se laisser aller à l’excĂšs de vin ou de boissons fortes.) Le Grec semble aussi impliquer un avertissement contre les abus et le fait d’ĂȘtre une personne querelleuse.

“Ni violent”: (2 fois) cela fait rĂ©fĂ©rence à ceux qui rĂ©torquent promptement, pas à ceux qui frappent en retour. Les Proverbes avertissent contre le fait de “cautionner pour autrui”.

“Ni portĂ© à un gain dĂ©shonnĂȘte”: (2 fois) dĂ©crit ceux qui sont enclins à chercher des occasions ou des opportunitĂ©s pour faire de l’argent, du profit. Le ministĂšre est un appel, pas une place pour ceux qui sont intĂ©ressĂ©s à poursuivre des gains financiers personnels.

“Patient”: persĂ©vĂ©rant sous la souffrance, la difficultĂ© ou la provocation avec calme et sans se plaindre.

“Indulgent”: Celui qui fuit les situations ou les individus contentieux, querelleurs ou conflictuels. Celui qui ne voudrait jamais en frapper un autre.

“DĂ©sintĂ©ressĂ©â€: (Convoitise) Celui qui Ă©vite soigneusement les poursuites extrĂȘmes de possessions ou d’argent, habituellement reliĂ© à ce que les autres possĂšdent.

“Qu’il dirige bien sa maison”: en charge de la conduite de sa maison, de sa famille ou lui-mĂȘme; il exerce un leadership plein de compassion, sans ĂȘtre un dictateur ou à l’autre extrĂȘme, un laissez-faire.

“Pas un nouveau converti”: pas quelqu’un de nouveau dans la foi ou rĂ©cemment baptisĂ©.

“Un bon tĂ©moignage de ceux du dehors”: dans ces temps modernes, cela veut dire d’avoir un dossier vierge avec les autoritĂ©s lĂ©gales, clair d’accusations criminelles, d’impĂŽts non payĂ©s de vols ou d’abus de toutes sortes. Cela s’applique aussi à un bon tĂ©moignage d’employeurs ou de faillites personnelles, financiĂšres et hypothĂ©caires, avec un bon renom de soumission aux autoritĂ©s, à la loi, à la vertu et ĂȘtre diligent.

“HonnĂȘte”: ĂȘtre digne, honnĂȘte, et gracieux dans la conduite (sans taches).

“Non mĂ©disante”: n’assassinerait jamais le caractĂšre de quelqu’un d’autre. Ou ne rendrait jamais de faux tĂ©moignages envers son prochain, ou dire des paroles malicieuses. (Valable et applicable pour les diacres et aussi les anciens.)

“Fidùle en toutes choses”: fiable et digne de confiance en toutes choses. (S’applique aux femmes des diacres et des anciens.)

“Ayant des enfants fidĂšles”: a des enfants obĂ©issants, dignes de confiance, bien Ă©duquĂ©s, et ayant un bon comportement social, respectueux et serviable.

“Comme Ă©conome de Dieu”: celui qui gĂšre le peuple, les habitations et les finances qui appartiennent à Dieu.

“Altruiste”: qui ne pense pas juste à lui-mĂȘme, ni arrogant ou cherchant son propre intĂ©rĂȘt. L’entĂȘtement est un des pires problĂšmes dans le ministĂšre. Il doit rechercher la volontĂ© de Dieu dans chaque affaire spirituelle.

“Ni colĂšre”: ne se venge pas outrageusement à propos d’injustice rĂ©elle ou imaginaire. La bonne colĂšre bien dirigĂ©e n’est pas mauvaise, mais de se fĂącher rapidement n’est jamais bon. Des dĂ©sastres peuvent arriver comme rĂ©sultats. C’est parce que “Celui qui est prompt à la colĂšre fait des folies” (Prov. 14:17).

“Aimant les gens de bien”: cela fait rĂ©fĂ©rence aux bonnes choses, un promoteur (exemple) de virtue pour tous les gens. Un ministre, un ChrĂ©tien, aime tout le monde.

“Juste”: juste et droit, juste en caractùre et en actions.

“Saint”: vertueux, pur de toute souillure, guidĂ© divinement, saint.

“TempĂ©rĂ©â€: a de la tempĂ©rance, le contrĂŽle sur lui-mĂȘme, ses Ă©motions et ses impulsions.

“Tenant ferme la Parole comme elle a Ă©tĂ© enseignĂ©e”: se tient pour la vĂ©ritĂ© en toutes circonstances, pas juste en prĂ©sence de ceux qui l’opposent, mais aussi en face de l’adversitĂ©, des blessures, de la mort, ou mĂȘme de pĂ©nalitĂ©s. Cela fut dĂ©montrĂ© par les martyrs des Ăšres du passĂ© de l’Église de Dieu.

Traitement spécial

Les Ă©vangĂ©listes ont toujours reçus un traitement trĂšs spĂ©cial, et un certain respect leur Ă©tait Ă©videmment donnĂ© à cause de leur poste. Ils Ă©taient regardĂ©s comme des VIP (very important people, gens trĂšs importants). Avec le temps, la majoritĂ© des Ă©vangĂ©listes, certainement ceux au QG, en vinrent à vivre des vies dorĂ©es. Ainsi que leurs Ă©pouses qui, dans presque tous les cas, servaient peu ou presque pas du tout, mais se tenaient à part et au-dessus du “petit peuple” de l’Église. Leurs vies n’étaient pas plus qu’une parade de mode. Je souhaite que cela soit juste qu’une exagĂ©ration, mais ce ne l’est pas. (M. Armstrong voyageait autour du monde, sa vue de mĂȘme que son audition diminuaient vers les derniĂšres annĂ©es de sa vie, et il ne pouvait plus gĂ©rer les tendances comme il le faisait auparavant.)

Une partie du problĂšme venait d’un Ăąge inhabituellement jeune que la majoritĂ© que ces hommes n’ont jamais rĂ©ellement eu à souffrir comme l’ont eu les autres dans le ministĂšre, ou comme les membres laĂŻcs. À un certain degrĂ©, juste leur gros salaire isolait ces hommes. Les problĂšmes qu’ils dĂ©montrĂšrent, tĂ©moignĂšrent plus tard qu’ils Ă©taient directement reliĂ©s au fait que le caractĂšre de la majoritĂ© qui dĂ©tenaient ce rang ne fut jamais forgĂ©, façonnĂ©, et raffermi par la sorte de douleur et de souffrance que la plupart des frĂšres et des ministres expĂ©rimentaient naturellement.

Regardant en arriĂšre, il devient clair que l’absence (prolongĂ©e) gĂ©nĂ©rale de M. Armstrong supprima ou cacha le caractĂšre de tant de gens dont les “vĂȘtements extĂ©rieurs de moutons” ne tombĂšrent qu’aprĂšs son dĂ©part.

Cela introduit d’autres dĂ©veloppements survenant silencieusement en arriĂšre scĂšne aprĂšs la mort de M. Armstrong, avant et durant l’apostasie.

Effondrement d’un “poste”

AprĂšs que M. Armstrong dĂ©cĂ©da, son successeur affaiblit terriblement un trĂšs haut poste en l’utilisant comme une “carotte”, comme une rĂ©compense! Pour la loyautĂ© à son agenda. AprĂšs tout, cet homme Ă©tait parfaitement volontaire à affaiblir un poste beaucoup plus haut, lorsqu’il s’installa presqu’immĂ©diatement comme apĂŽtre.

On m’a offert cette carotte au dĂ©but de 1992 lorsqu’un homme à Pasadena m’a clairement dĂ©clarĂ©: “comment je pourrais ĂȘtre employĂ© d’une plus grande maniĂšre, si j’allais avec le courant” (ses paroles). Plus tard, et de la mĂȘme maniĂšre, le “PrĂ©sidant ÉvangĂ©liste” m’a offert à deux reprises explicitement une promotion pour ĂȘtre Ă©vangĂ©liste, si je serais “patient” aussi bien que “plus fort dans mon support” pour lui.

M. Armstrong et d’autres, ont averti des dangers de devenir “orgueilleux de son rang”. Quelques fois dans le passĂ©, les hommes devaient ĂȘtre avertis que cette pensĂ©e les affectait, et qu’ils servaient pour les mauvaises raisons. Malheureusement, presque pendant la nuit, les avertissements des annĂ©es prĂ©cĂ©dentes s’évanouissaient dans le “nouvel homme” à Pasadena. Il y a des hommes aujourd’hui qui parlent souvent de ces mots piĂšges: “leadership-serviteur”. RĂ©ellement, ceux qui emploient ces mots, et ce n’est pas un accident, ce sont ceux qui les comprennent le moins, et qui les dĂ©montrent le moins.

Parlons clairement, avec le glaçage du gĂąteau enlevĂ©. Il y a des hommes dans les groupes dissidents aujourd’hui, qui laissĂšrent WCG comme â€œĂ©vangĂ©listes,” et reçurent l’adoration attendue, solennellement parce qu’ils Ă©taient d’habiles politiciens avant et pendant l’apostasie. (VĂ©rifiez les dates de leurs ordinations et les responsabilitĂ©s qu’ils tenaient.) En d’autres mots, quelques uns savaient comment manƓuvrer effectivement entre ceux qui “dĂ©tenaient le pouvoir” afin qu’ils puissent, comme les cardinaux Catholiques, devenir des “princes de l’église” avec WCG, tout en se positionnant eux-mĂȘmes pour paraitre comme des leaders forts, de rang important, s’ils venaient à trouver une “autre option/emploi” disponible à l’extĂ©rieur de WCG. Dans plusieurs cas, ce fut ces hommes qui ont supportĂ© et mĂȘme directement aidĂ© à mettre au pouvoir le successeur de M. Armstrong et seulement environ cinq autres hommes, à dĂ©truire l’Église Universelle de Dieu.

La personne qui rĂ©flĂ©chit, rĂ©alise qu’un tel petit groupe de conspirateurs ne pourraient jamais avoir eu plus qu’une fraction de ce qu’ils ont fait si seulement les Ă©vangĂ©listes, qui Ă©ventuellement quittĂšrent, avaient mis de cĂŽtĂ© leurs diffĂ©rents et leurs agendas personnels, dans le but de rĂ©sister aux conspirateurs en masse. (Bien sĂ»r, il n’y avait certainement aucune aide ou rĂ©sistance de la part des autres Ă©vangĂ©listes, ceux qui simplement pliĂšrent leur bagage, que ce soit en agrĂ©ant ou dans une soumission confuse, et soit restĂšrent ou se retirĂšrent dans WCG.) À la fin, plusieurs de ces hommes, à la toute derniĂšre minute, soudainement, dĂ©cidĂšrent qu’ils “aimaient la vĂ©ritĂ©â€ (II Thess. 2:10), et optĂšrent pour un salaire (sĂ©curitĂ© financiĂšre) et une importante position dans le groupe dissident de leur choix.

Dans tout cela, Satan a accompli son but, il a rĂ©duit un haut poste de Dieu à un peu plus qu’une pile de dĂ©bris. Nous sommes laissĂ©s à nous demander si un seul Ă©vangĂ©liste a dĂ©jà lu II TimothĂ©e 4:1-5. Bien sĂ»r, une telle lĂąchetĂ©, un abandon de responsabilitĂ© et un effondrement de force de caractĂšre arriva avec d’autres postes de Dieu. Toutefois, des milliers de frĂšres devaient ĂȘtre sĂ©duits plus tard, plus par l’effondrement du vĂ©ritable leadership du rang d’évangĂ©liste que par tout autre facteur. Ce poste dĂ©gĂ©nĂ©ra en un piĂšge employĂ© pour attirer le peuple de Dieu, et les retenir dans les diffĂ©rents groupes compĂ©titifs.

“Enseignants”

Le chapitre sur les Ă©vangĂ©listes conclura avec ce qui peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme des insertions.

PremiĂšre insertion, la Bible parle de ce que M. Armstrong fit rĂ©fĂ©rence: aux “enseignants”, avec l’ensemble des postes que Christ emploie pour â€œĂ©difier le corps” et pour “perfectionner les saints.” Une explication de ce rĂŽle aurait pu avoir Ă©tĂ© inclu dans le chapitre prĂ©cĂ©dent, celui-ci ou les deux prochains.

Cette déclaration introduit le sujet.

PremiĂšrement, dĂ©finissons le mot “enseignant”. Il dĂ©rive du mot Grec didaskalos, qui signifie simplement “un instructeur (gĂ©nĂ©ral ou spĂ©cifique), docteur, maĂźtre, enseignant/professeur.” Ainsi, il n’y a aucun mystĂšre dans le Grec. Si quelqu’un est appelĂ© didactique, il est considĂ©rĂ© comme enseignant ou professionnel comme pour ainsi dire. En fait, le mot Grec pour connaissance, est didache. Ainsi, un enseignant est celui qui dispense la connaissance. Alors, il semble n’y avoir aucune diffĂ©rence inhabituelle ou une diffĂ©rente signification en ce qui regarde un “enseignant” bibliquement.

Mais, quel poste est-ce que cela représente parmi les différents rangs ministériels?

La rĂ©ponse commence dans I Corinthiens 12: “Et Dieu a Ă©tabli dans l’Église premiĂšrement des apĂŽtres, secondement des prophĂštes, troisiĂšmement des docteurs, ensuite ceux
” (verset 28). Ici, les Ă©vangĂ©listes et les pasteurs sont laissĂ©s en dehors et, en effet, remplacĂ©s par “docteurs (enseignants dans la KJV).” ÉphĂ©siens 4 parle aussi de cette responsabilitĂ©, mais ajoute un peu plus. Parlant de Christ, le passage dit: “Et IL a donnĂ© les uns comme apĂŽtres; les autres comme prophĂštes; les autres comme Ă©vangĂ©listes; les autres comme pasteurs et docteurs [notez que ces deux derniers sont citĂ©s ensembles]” (verset 11).

RĂ©sumons en comparant plusieurs passages: I Corinthiens 12 indique que les enseignants (docteurs) Ă©taient aprĂšs les ou au-dessous des prophĂštes. ÉphĂ©siens 4 indique qu’ils Ă©taient en quelque sorte plus attachĂ©s au travail des pasteurs. Toutefois, II TimothĂ©e 1:11 montre que Paul se rĂ©fĂ©ra lui^-mĂȘme à un “apĂŽtre” et à un “enseignant”. (Vous verrez d’Actes 13 que Paul et Barnabas Ă©taient dĂ©jà des enseignants avant l’ordination). Par consĂ©quent, ce rĂŽle peut ĂȘtre accompli par ceux de n’importe lequel des postes ministĂ©riels, et actuellement mĂȘme par ceux qui sont spĂ©cialement effectifs à communiquer la connaissance, mais qui ne rencontrent pas les qualifications pour l’ordination. M. Armstrong a indiquĂ© que d’ĂȘtre un enseignant Ă©tait plus associĂ© avec le rang d’ancien prĂ©dicateur, et personne ne pourrait douter que M. Armstrong lui-mĂȘme, un apĂŽtre, certainement, avait le don d’enseigner d’une maniĂšre extraordinaire. Bien sĂ»r, Paul aussi. Mais nous voyons qu’à la fin du verset d’ÉphĂ©siens 4:11, que les docteurs ou les enseignants Ă©taient des plus similaires ou associĂ©s avec les pasteurs, mais un peu diffĂ©rent, de là le mot “et”.

Ordonné par des ministres de plus bas rang?

Maintenant, la deuxiĂšme insertion. Au chapitre trois, nous avons discutĂ© d’un homme dans un petit groupe dissident qui Ă©tait â€œĂ©levĂ©â€ au rang “d’évangĂ©liste” par les trois ou quatre anciens et le seul pasteur dans le groupe. Comme expliquĂ©, la plupart des gens savent que cela est une ordination invalide, purement et simplement. Actuellement, puisque Christ seulement autorise les ordinations avec Son Corps unifiĂ© et organisĂ©, qu’IL dirige, et c’est la premiĂšre raison, nous devons alors examiner ce qui est devenu une deuxiĂšme raison, que cela soit devenu une mauvaise ordination. Ça vient de M. Armstrong.

Ce groupe fit d’Actes 13 une grosse affaire, l’histoire de l’ordination de Paul et de Barnabas au plus haut rang d’apĂŽtre solennellement par l’autoritĂ© des prophĂštes et des enseignants qui la performĂšrent. Si cela Ă©tait vrai, alors la queue du chien peut diriger le chien, une maniĂšre de parler, dans l’Église de Dieu. Dieu sait que ce que les hommes donnent, ils croiront qu’ils peuvent le reprendre plus tard, si c’est nĂ©cessaire. Ce petit groupe dĂ©clara que les apĂŽtres à JĂ©rusalem n’étaient ni reliĂ©s ni impliquĂ©s dans l’ordination. Avant de regarder à la citation de M. Armstrong qui renverse cela, essayez d’imaginer l’incroyable confusion qui aurait existĂ© à travers toute l’Église, et dans tous les Ăąges, si n’importe quel ministre (ou groupe de ministres) n’importe oĂč, pourrait ordonner n’importe qui n’importe quand à n’importe quel rang, et soit au-dessus ou au-dessous d’eux-mĂȘmes, encore un apĂŽtre, et dans ce cas, deux! Parce que Dieu n’est pas l’auteur de la confusion (I Cor. 14:33), aucun esprit raisonnable ne pourrait Le croire capable de permettre une telle confusion “nuclĂ©aire”.

M. Armstrong comprit la base du gouvernement de Dieu dans les affaires comme celle-là, les circonstances dans l’ordination de Paul et de Barnabas, aussi tĂŽt que 1954. Incidemment, puisque nous avons dĂ©jà vu que Paul savait qu’il Ă©tait lui-mĂȘme un enseignant, maintenant, notez ici, qu’il Ă©tait un enseignant avant qu’il fut ordonnĂ©, prouvant alors que les enseignants ne sont pas toujours ordonnĂ©s par les hommes. Encore, c’était aussi vrai pour Barnabas:

“Maintenant, le chapitre 13 du livre des Actes: Il y avait dans l’Église d’Antioche des prophĂštes et des docteurs (enseignants), (pas d’apĂŽtres). Mais l’autoritĂ© de Dieu Ă©tait rĂ©pandue sur l’Église à JĂ©rusalem, et l’autoritĂ©, Ă©tait rĂ©pandue sur les apĂŽtres, qui, sans aucun doute, dans le processus du gouvernement de Dieu, avait envoyĂ© les prophĂštes à Antioche. Barnabas et Saul furent inclu parmi les enseignants à Antioche.”

“Ainsi nous voyons en opĂ©ration le gouvernement de Dieu dans Son Église, à travers Ses officiers humains choisis par Lui, conduit par les prophĂštes envoyĂ©s par les apĂŽtres! Verset 3: ‘Alors, aprĂšs avoir jeĂ»nĂ© et priĂ©, ils leur imposĂšrent les mains, et les laissĂšrent partir.’

“Et voilà! Barnabas et Saul, renommĂ© au verset 9: Paul, furent alors et là officiellement ordonnĂ©s, aprĂšs un jeĂ»ne et des priĂšres, par l’imposition des mains de ceux en autoritĂ©, envoyĂ©s là par les apĂŽtres, et comme dirigĂ©s par le Saint-Esprit Dieu n’a pas ordonnĂ© Paul en privĂ©, en secret, ou indĂ©pendamment de Son Église. Il fut ordonnĂ© par les mains des hommes, accordant aux ordres du gouvernement de Dieu, comme dirigĂ©s par Christ le chef de l’Église, mais par Ses instruments humains selon l’ordre mĂȘme de Dieu”.

“Les prophĂštes avec les enseignants, qui, sous la directe instruction de Christ, ordonnĂšrent Paul à Antioche, Ă©tait venu à JĂ©rusalem. Et dans l’opĂ©ration du gouvernement de Dieu dans Son Église cela n’aurait pu ĂȘtre, exceptĂ© par autoritĂ© de Pierre et les apĂŽtres. Rien en aucun temps n’était fait contraire, ou en opposition à Pierre ou aux apĂŽtres. Il y avait toujours une parfaite harmonie et de la coopĂ©ration.”

“Must God’s Ministers Be Ordained by the Hand of Man?”

GN, May, 1954

Comment est-ce que des gens intelligents ont souffert une telle incroyable perte de mĂ©moire, ou l’effondrement de la comprĂ©hension, regardant quelque chose de compris depuis aussi longtemps, la place des apĂŽtres de toute autoritĂ©? Cela est le cas lorsque le ministĂšre, pas juste les membres laĂŻcs, “rĂšgne, juge et dĂ©cide.” En fait, si le groupe d’hommes impliquĂ©s dans cette supposĂ©e ordination d’un Ă©vangĂ©liste se seraient souvenus ce qu’ils avaient Ă©tĂ© enseignĂ©s au sujet du rĂŽle et des limites administratives des prophĂštes dans l’Église, impliquĂ©s dans Actes 13, ils ne se seraient jamais engagĂ©s dans une telle erreur sĂ©rieuse dans leur pensĂ©e au sujet du gouvernement


Chapitre Dix – PROPHÈTES

Ce chapitre couvre le poste de prophĂšte et sera Ă©crit presqu’entiĂšrement par M. Armstrong. Mon rĂŽle se limitera à assembler ce qu’il enseigna. Ainsi, nous verrons qu’il y a seulement un besoin pour commenter ce que vous lirez.

Pour ceux qui ne sont pas au courant, j’ai aussi beaucoup Ă©crit au sujet des prophĂštes, les vrais et les faux, dans mon livre: «IS “THAT PROPHET” ALIVE TODAY? – The Rise of False Prophets.» (Ce ProphĂšte, est-il vivant aujourd’hui?) Ce livre couvre une variĂ©tĂ© complĂšte d’aspects au sujet des faux prophĂštes en plus d’expliquer l’identitĂ© de “That Prophet” (Ce ProphĂšte) de DeutĂ©ronome 18:15. En plus, le livre discute de l’avertissement de Christ dans Matthieu 24 au sujet des faux prophĂštes inondant l’Église de Dieu à la fin de cet Ăąge, et il s’adresse aux dissidents et aux groupuscules qui sont les plus sĂ©duits par eux.

Mais, nous offrons un autre livre vital: «I WILL SEND ELIJAH TO RESTORE ALL THINGS» (Je vous enverrai Élie pour rĂ©tablir toutes choses), qui avait Ă©tĂ© Ă©crit principalement pour prouver que M. Armstrong accompli le rĂŽle de l’Élie final. Il adresse aussi certains aspects importants sur les prophĂštes.

Ensemble, et avec ce chapitre, ces livres dĂ©peignent une pleine image du rĂŽle et du travail des prophĂštes dans l’Église de Dieu et de la structure de gouvernement. Ce n’est pas nĂ©cessaire d’ĂȘtre redondant. Le lecteur avec un intĂ©rĂȘt sĂ©rieux sera motivĂ© pour lire ces deux livres. Aussi, le chapitre dix-sept de ce livre discute des deux TĂ©moins, que la Bible identifie aussi comme des “prophĂštes.” Le sujet des deux TĂ©moins est assez gros qu’il demande son propre chapitre, Ă©crit en dĂ©tail.

La signification de prophĂšte

Cette fois, avant d’examiner ce que M. Armstrong enseigna au sujet des prophĂštes, comprenons le mot Grec traduit par “prophĂšte”. Ce qui est intĂ©ressant, l’équivalent en Anglais est prophĂšteace, prononcĂ© pro-fay’-tace. Il signifie “un prophĂšte, celui qui prĂ©dit le futur, par analogie, un prĂ©dicateur inspirĂ©, un poĂšte”. L’équivalent en HĂ©breu est virtuellement identique: “un prophĂšte ou (gĂ©nĂ©ralement) un homme inspirĂ©â€.

Comme pour les mots pasteur et Ă©vangĂ©liste, trouvĂ© une et trois fois respectivement, ce mot est trouvĂ© 160 fois dans le Nouveau Testament. C’est en grande partie parce que les Écritures du Nouveau Testament citent les prophĂštes de l’Ancien Testament trĂšs souvent. Les apĂŽtres Ă©crivent d’une façon qui pourrait ĂȘtre dĂ©crite comme mĂ©langĂ© avec le poste et les Ă©crits des prophĂštes.

Vous avez vu qu’un prophĂšte est un “homme inspirĂ©â€, mais aussi celui qui “prĂ©dit”, signifiant celui qui rĂ©vĂšle les choses encore à venir. Cela rĂ©sume leurs deux responsabilitĂ©s principales. MĂȘme si la plus grande partie de ce que les prophĂštes ont enregistrĂ© sous inspiration avait à voir avec les prophĂ©ties, de prĂ©dire les Ă©vĂšnements avant qu’ils n’arrivent, ce n’était certainement pas toujours le cas avec un prophĂšte.

Toutefois, l’apĂŽtre Pierre dit ceci des prophĂštes: “Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophĂ©tique, à laquelle vous faites bien de prĂȘter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraitre et que l’étoile du matin se lĂšve dans vos cƓurs; sachant tout d’abord vous-mĂȘmes qu’aucune prophĂ©tie de l’Écriture ne peut ĂȘtre un objet d’interprĂ©tation particuliĂšre, car ce n’est pas par une volontĂ© d’homme qu’une prophĂ©tie a jamais Ă©tĂ© apportĂ©e, mais c’est poussĂ© par le Saint-Esprit que des hommes [prophĂštes] ont parlĂ© de la part de Dieu” (II Pierre 1:19-21).

Clairement, alors, les prophĂštes Ă©taient des hommes inspirĂ©s directement par/de Dieu par Son Saint-Esprit pour enregistrer les Écritures afin que “vous [nous aujourd’hui] faites bien de prĂȘter attention”, pour soigneusement suivre. (Je peux ajouter: combien plus les mots des apĂŽtres?)

Grands serviteurs

La plupart des plus grands serviteurs de la Bible Ă©taient des prophĂštes (et ces hommes tenaient de grands postes). En fait, comme mentionnĂ©, la majoritĂ© de ces hommes avec lesquels Dieu travailla dans l’Ancien Testament avaient ce poste. Leurs noms ressortent des Écritures.

Pierre offre un aperçu additionel, rĂ©vĂ©lateur, dans le travail des prophĂštes, et j’en ai couvert une bonne partie dans: «Which is the REAL GOSPEL?» (Quel est le vĂ©ritable Évangile?), un livret pour ceux qui apprennent la vĂ©ritĂ© pour la premiĂšre fois, et dans: «THE WORK OF GOD» (L’Oeuvre est-elle terminĂ©e?), aux dissidents.

Maintenant, lisons ce que Luc enregistra dans Actes 3: “Et qu’IL [le PĂšre] envoie Celui qui vous a Ă©tĂ© destinĂ©, JĂ©sus Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rĂ©tablissement de toutes choses, dont Dieu a parlĂ© anciennement par la bouche de Ses saints prophĂštes
 Tous les prophĂštes qui ont successivement parlĂ©, depuis Samuel ont aussi annoncĂ© ces jours-là” (versets 20-21, 24).

Ce passage familier parle au sujet de l’ultime venue de la “restauration (restitution) de toutes choses”, cette fois, pas juste dans l’Église, mais incluant la vĂ©ritĂ© et le gouvernement de Dieu sur toutes les nations. En fait, c’était le thĂšme constant prĂȘchĂ© par tous les serviteurs de Dieu dans le Nouveau et l’Ancien Testament.

Notez que Samuel Ă©tait un prophĂšte. Manifestement, ÉsaĂŻe, JĂ©rĂ©mie, ÉzĂ©kiel et Daniel Ă©taient des prophĂštes. Tout le monde reconnait que MoĂŻse n’était pas juste un juge, mais il Ă©tait aussi un prophĂšte. En fait, il Ă©tait un type du plus grand prophĂšte de tous les temps, «Ce ProphĂšte» (Deut. 18:15), qui est JĂ©sus Christ, pas un sĂ©ducteur confus rĂ©clamant ce titre.

Un prophĂšte peut annoncer le royaume ou avertir

Il est Ă©vident que du livre des Actes, au chapitre 3, que les prophĂštes certainement peuvent annoncer le royaume de Dieu, et ils Ă©taient dirigĂ©s pour accomplir cela sous la supervision de Christ dans l’Ancien Testament. Et les deux TĂ©moins parleront sans aucun doute de l’imminence du royaume de Dieu, encore sous la direction personnelle de Christ (Zach. 4:14).

Bien sĂ»r, Pierre mentionna plus tĂŽt que quelques prophĂštes furent employĂ©s pour enregistrer les Écritures. Mais d’autres furent employĂ©s pour livrer de puissants messages, presqu’invariablement des avertissements. Les deux extraordinaires prophĂštes à l’oeuvre durant la Tribulation, certainement n’enregistreront pas des Écritures, mais ces hommes livreront un trĂšs puissant avertissement, aux leaders de ce monde et probablement aux milliards de gens dans toutes les nations.

Un point intĂ©ressant à considĂ©rer: le plus grand avertissement que le monde n’ait jamais entendu sera donnĂ© par la seule vĂ©ritable Église de Christ avant la Tribulation. Des millions et des millions de gens seront familiers avec le message que l’Église livrera. Ce sera la plus grande fondation sur laquelle ces derniers prophĂštes construiront.

Ce que M. Armstrong enseigna

Comme vous lirez les citations de M. Armstrong dans les prochaines sections, vous verrez que ce qu’il enseigna est parfaitement consistant avec le rĂŽle trĂšs distinct/spĂ©cifique des prophĂštes. Cela sera clair qu’il avait raison encore une fois. Les responsabilitĂ©s de ce poste n’étaient pas nombreuses ou compliquĂ©es. En fait, vous verrez (cela a dĂ©jà Ă©tĂ© dit) que les prophĂštes peuvent ne pas avoir de fonctions administratives dans l’Église de Dieu. Puisque Dieu ne permettrait jamais qu’un poste plus bas que celui de prophĂšte dirige Son Oeuvre à toutes les nations, il devient clair ou Ă©vident que lorsqu’il y a un prophĂšte vivant, il devrait y avoir un apĂŽtre vivant dirigeant l’Église sous Christ.

Lorsque vous arrivez à cette citation, demandez-vous vous-mĂȘmes, si un Ă©vangĂ©liste lui serait donnĂ© l’autoritĂ© administrative sur la Grande Mission (proclamer l’évangile au monde) et la Seconde Mission (nourrir le troupeau), lorsque ce sont des responsabilitĂ©s et une autoritĂ© que Dieu ne donne jamais au rang au-dessus de lui!

Probablement que la majoritĂ© des frĂšres pourrait penser que M. Armstrong n’avait pas beaucoup à dire au sujet des prophĂštes. Vous verrez qu’il en avait beaucoup à dire. Et, en fait, ce qu’il enseigna devint beaucoup plus important pour nous aujourd’hui que dans l’ñge Philadelphien!

Plusieurs citations suivront, quelques unes plus longues. Elles sont faciles à comprendre, et vous verrez pourquoi mes commentaires sont minimes. La premiĂšre, prise d’un article citĂ© prĂ©cĂ©demment, montre que M. Armstrong a compris ce poste environ en mĂȘme temps qu’il comprit le sien. Le lecteur devrait revoir I Corinthiens 12:28 et ÉphĂ©siens 4:11 pour se rappeler que les prophĂštes sont deuxiĂšmes en poste sous les apĂŽtres. Maintenant, laissons M. Armstrong enseigner:

“En ce temps-là, des prophĂštes descendirent de JĂ©rusalem à Antioche” (Actes 11: 27), et nous lisons dans ÉphĂ©siens 4:11 que les prophĂštes viennent en second aprĂšs les apĂŽtres dans la structure du gouvernement et de l’Église de Dieu (Éph. 4:11). Leur mission semble ĂȘtre d’avoir reçu des messages ou des prophĂ©ties directement de Dieu, et de transmettre ces messages de Dieu aux apĂŽtres ou aux Ă©vangĂ©listes ou aux anciens. La Parole de Dieu n’était pas encore complĂštement Ă©crite. Le Nouveau Testament Ă©tait en train de s’écrire. Il n’y a aucune Ă©vidence de l’existence d’aucun prophĂšte dans l’Église depuis que le Nouveau Testament a Ă©tĂ© Ă©crit.

“Chaque exemple dans le Nouveau Testament, toutefois, montre que Christ accomplit des affaires dans Son Église selon son gouvernement, et dans un ordre dĂ©fini. Il n’y a aucun doute, alors, que ces prophĂštes furent envoyĂ©s de JĂ©rusalem par l’autoritĂ© des apĂŽtres”.

“Must God’s Ministers Be Ordained by the Hand of Man?” GN, May, 1954

La prochaine citation vient de plusieurs citations du livre MYSTERY OF THE AGES, plusieurs se rappelleront que M. Armstrong a souvent dĂ©clarĂ© que c’était son plus important livre, et qu’il croyait que c’était le plus important livre depuis la Bible. Cela renforce la citation mentionnĂ©e un peu plus haut, et dĂ©montre aussi qu’il n’a pas changĂ© de sa prĂ©cĂ©dente comprĂ©hension:

“Il n’y avait pas de tel comitĂ© doctrinal au QG du premier siĂšcle dans l’Église à JĂ©rusalem. Tous les enseignements venaient de Christ par Ses apĂŽtres, et à quelques reprises Christ communiqua aux apĂŽtres via les prophĂštes (desquels il n’y en a aucun dans l’Église de Dieu aujourd’hui puisque la Bible est complĂšte pour notre temps). L’Église de Dieu aujourd’hui, comme dans le premier siĂšcle, reçoit ses enseignements du Christ vivant, par un apĂŽtre, juste comme en A.D. 31.”

p. 350

Le lecteur doit prendre note que la derniĂšre phrase dans la prochaine citation fut enlevĂ©e (supprimĂ©e) de la nouvelle version de MYSTERY OF THE AGES imprimĂ©e par l’organisation supposĂ©e conduite par «That Prophet» (Ce ProphĂšte). Cet homme reconnait que sa position d’autoritĂ© sur son groupe dissident Ă©tait/est inconsistante et dĂ©fiante envers ce que M. Armstrong enseigna au sujet du poste de prophĂšte dont cet homme rĂ©clame tenir. Il a aussi rĂ©alisĂ© que sa position serait sĂ©rieusement en jeu si ceux qui lui payaient leurs dimes trouvaient son rejet Ă©hontĂ© et flagrant par la bonne comprĂ©hension.

Il y a d’autres anciens et ministres de WCG qui ont aussi rĂ©clamĂ© ĂȘtre des prophĂštes, et ces hommes conduisent invariablement leurs propres petits groupuscules:

“Les prophĂštes qui ont Ă©tĂ© Ă©tablis sur la fondation de l’Église sont ceux de l’Ancien Testament, leurs Ă©crits furent utilisĂ©s pour former une partie considĂ©rable du Nouveau Testament et des enseignements et du fonctionnement de l’Évangile et de l’Église. Aucun prophĂšte n’est mentionnĂ© comme ayant soit une fonction administrative, exĂ©cutive ou de prĂ©dication dans l’Église du Nouveau Testament.”

pp. 244-245

Aussi claire que l’était la derniĂšre citation, quelques uns choisissent de douter. Par exemple, une personne nous a Ă©crit nous demandant si la rĂ©fĂ©rence de M. Armstrong “mentionnĂ©e” ici, ne signifiait pas nĂ©cessairement que les prophĂštes n’ont jamais tenu une fonction administrative, exĂ©cutive ou de prĂ©dication, mais peut-ĂȘtre que les Écritures Ă©taient juste “silencieuses” sur le sujet, peut-ĂȘtre juste manquant de le mentionner. Le problĂšme avec ce raisonnement, presque certainement, c’est la sorte de pensĂ©e de quelqu’un suivant ou considĂ©rant suivre, un “prophĂšte,” et que ça contourne la comprĂ©hension que donne les Écritures au sujet de ce que les prophĂštes ont fait. M. Armstrong n’a pas juste rĂȘvĂ© ce qu’il a enseignĂ© au sujet de ce poste, il l’a vu dans les Écritures, et il l’a vu parce que c’était/c’est là! AprĂšs tout, est-ce que Dieu serait “silencieux” sur des fonctions aussi importantes sur le deuxiĂšme poste de Son Église, oubliant de “mentionner” les choses clĂ©s? Manifestement non.

M. Armstrong continue ses commentaires au sujet du rĂŽle des prophĂštes:

“Sur la dĂ©cision fatale et fatidique d’Adam, Dieu ferma l’accĂšs à l’arbre de la vie (Gen. 3:22-24) et le monde en fut coupĂ© pour 6,000 ans. C’est ça, exceptĂ© dans le cas des prophĂštes choisis pour Ă©crire la Bible, et pour ceux de l’Église qui furent appelĂ©s hors de ce monde par JĂ©sus Christ. Mais, mĂȘme JĂ©sus dit clairement: ‘Nul ne peut venir à Moi, si le PĂšre qui M’a envoyĂ© ne l’attire’ (Jean 6:44).”

p. 122

“Satan a aveuglĂ© les esprits de ceux du ‘Christianisme traditionel’ au fait que Dieu avait fermĂ© l’accĂšs à l’arbre de la vie jusqu’à ce que JĂ©sus Christ glorifiĂ© vienne avec le pouvoir suprĂȘme et la gloire pour restaurer le gouvernement de Dieu sur toute la terre. Il a Ă©tĂ© proclamĂ©, je le rĂ©pĂšte, qu’il a Ă©tĂ© rĂ©servĂ© aux hommes de mourir une seule fois, et aprĂšs la mort, la rĂ©surrection pour le jugement (HĂ©b. 9:27). Mais le monde d’Adam (jusqu’à maintenant) n’est pas en train d’ĂȘtre jugĂ©, mĂȘme si dans le jugement final, tous seront appelĂ©s à rendre compte de leurs pĂ©chĂ©s.

“Mais, pendant ce temps-là, Dieu a fait certaines exceptions dans un but bien dĂ©fini. Dieu suscita des prophĂštes dans le but de prendre part à la fondation de l’Église. JĂ©sus appela des disciples hors de ce monde pour ĂȘtre enseignĂ©s à enseigner aux autres, et dans le prochain Millenium du royaume de Dieu, rĂ©gner et enseigner sous le Roi des rois, JĂ©sus Christ, lorsque l’accĂšs de l’arbre de vie sera rĂ©-ouvert à toute chair.

“L’Église a Ă©tĂ© appelĂ© pour ĂȘtre entrainĂ©e à devenir des rois et des enseignants dans le royaume de Dieu lorsque l’accĂšs à l’arbre de la vie sera rĂ©-ouvert. Pendant ce temps-là, le Saint-Esprit fut coupĂ© à tous mais pas aux prophĂštes et à ceux appelĂ©s à la vĂ©ritable Église. Le prophĂšte JoĂ«l prĂ©dit: “AprĂšs cela (aprĂšs les 6,000 ans du monde de Satan), Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur toute chair” (JoĂ«l 2:28).

“Pendant ce temps-là, il fut nĂ©cessaire, pour le but de Dieu, que le Saint-Esprit soit donnĂ© aux prophĂštes et à ceux qui furent spĂ©cialement appelĂ©s pour l’entrainement à devenir des rois et des enseignants sous Christ, lorsque le gouvernement de Dieu sera restaurĂ© sur la terre sur toutes les nations.”

pp. 131-132

“Mais, l’Ancienne Alliance avec IsraĂ«l à SinaĂŻ fut un type et un prĂ©curseur de la Nouvelle Alliance. Cela sera Ă©vident avec l’Église du Nouveau Testament, qui est l’IsraĂ«l (et Judas) spirituelle (JĂ©r. 31:31; HĂ©b. 8:6, 10).

“Pendant ce temps-là, quelques uns dans l’IsraĂ«l de l’Ancien Testament obĂ©irent à Dieu et en devenant les prophĂštes de Dieu, ils devinrent une partie de la fondation de l’Église de Dieu du Nouveau Testament. L’Église est construite sur la solide fondation des prophĂštes (Ancien Testament) et les apĂŽtres (Nouveau Testament), JĂ©sus Christ Lui-mĂȘme Ă©tant la ‘la pierre angulaire’ (Éph. 2:20).”

pp. 173-174

La derniĂšre partie de la prochaine citation lie le rĂŽle des prophĂštes à faire l’Oeuvre. Beaucoup ont oubliĂ© aujourd’hui que les ChrĂ©tiens ne sont pas appelĂ©s pour juste “avoir le salut”. Maintenant, lisez cela:

“Au moment du pĂ©chĂ© d’Adam, il a Ă©tĂ© rĂ©servĂ© pour toute l’humanitĂ© de mourir une seule fois, et aprĂšs la mort, la rĂ©surrection, et suivra le jugement (HĂ©b. 9:27).

“Le Saint-Esprit n’a pas Ă©tĂ© donnĂ© au peuple de l’ancien IsraĂ«l. Puisque Dieu appela et Ă©tablit des prophĂštes pour un but spĂ©cifique prĂ©paratoire au salut de l’humanitĂ©, il fut nĂ©cessaire, pour eux de performer leur fonction d’appel, qu’une exception soit faite et qu’ils soient revĂȘtus de la puissance du Saint-Esprit.

“De la mĂȘme maniĂšre puisque Dieu, à travers JĂ©sus, appelait maintenant Son Église pour un but spĂ©cifique prĂ©paratoire à l’établissement de Son royaume et de Son gouvernement sur toutes les nations. Il a aussi Ă©tĂ© nĂ©cessaire que la mĂȘme exception soit faite pour l’Église afin que les appelĂ©s soient revĂȘtus de la puissance du Saint-Esprit.

“Dieu n’a pas seulement revĂȘtu les prophĂštes avec Son Esprit juste dans le but de leur donner le salut. De la mĂȘme maniĂšre, Dieu n’a pas appelĂ© les saints hors de ce monde juste pour leur salut et leur entrĂ©e dans Son royaume. Autrement, Dieu serait accusĂ© de favoritisme pour avoir appelĂ© seulement ceux de Son Église à ce moment prĂ©cis, tout en refusant aux autres l’appel au salut”, qu’ils soient revĂȘtus de la puissance du Saint-Esprit.

pp. 214-215

Est-ce que M. Armstrong agréait avec Paul?

Nous avons vu que M. Armstrong dĂ©clara que les prophĂštes se rapportaient et se rapportent toujours aux apĂŽtres. Est-ce que M. Armstrong agrĂ©ait avec Paul? Notez le qualificatif que Paul Ă©crit aux Corinthiens, s’adressant à quiconque pourrait ĂȘtre un prophĂšte: “Si quelqu’un croit ĂȘtre prophĂšte, ou inspirĂ©, qu’il reconnaisse que ce que je vous Ă©cris est un commandement du Seigneur” (I Cor. 14:37). Paul dĂ©clare clairement qu’un prophĂšte aurait à reconnaitre ou à accepter, en effet, se soumettre à, ce qu’il (Paul), un apĂŽtre, enseignait. Le mot “commandement” est employĂ© ici, c’est une preuve de plus que tout vĂ©ritable prophĂšte doit se soumettre à un apĂŽtre.

Maintenant notez le prochain verset dans le mĂȘme chapitre, cette fois, de la version biblique de la: «Revised Standard Version (RSV)»: “Si quelqu’un ne reconnait pas ceci, il n’est pas reconnu” (verset 38). De forts mots! Quiconque pense qu’il est un prophĂšte, mais qui ne vient pas sous l’autoritĂ© de Dieu à travers Ses apĂŽtres, ne devrait pas ĂȘtre reconnu par le peuple de Dieu. En d’autres mots, il est une fraude, et il doit ĂȘtre rejetĂ©!

Aussi, il est intĂ©ressant de noter un autre passage rĂ©fĂ©rĂ© plus tĂŽt dans le mĂȘme chapitre: “Pour ce qui est des prophĂštes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent” (1 Cor. 14:29). Il est naturel de dĂ©duire de cette recommandation instructive, qu’un seul prophĂšte ne pouvait pas s’élever dans l’ùre du Nouveau Testament sans un ou deux autres prĂ©sents pour confirmer ce qu’il enseignait. Cela enlĂšverait toute “confusion” (verset 33) qui pourrait se lever dans l’Église par un rapport d’un seul prophĂšte. Et cela pourrait ĂȘtre la raison qu’il y aura deux prophĂštes, ou plus exactement, deux “tĂ©moins” à la fin de cet Ăąge.

De la base

Paul cite des prophĂštes à travers toutes ses Ă©pitres. À plusieurs reprises, il s’inspire sur ce que ces hommes ont enregistrĂ©. L’Ancien Testament n’est pas seulement enregistrĂ© par les prophĂštes, il est trois fois aussi long que le Nouveau. Mais cette diffĂ©rence en proportion est mĂȘme plus grande lorsque nous considĂ©rons que la majoritĂ© du Nouveau Testament consiste d’extraits des prophĂštes, en effet, faisant de l’Ancien Testament mĂȘme plus grand ou long, et le Nouveau Testament, dans un sens, plus court. (En fait, les prophĂštes enregistrĂšrent beaucoup plus de la Bible que ne le fit les apĂŽtres. Et rappelez-vous que Luc, l’écrivain d’un des Ă©vangiles, et du livre des Actes, n’était mĂȘme pas ordonnĂ©.)

Par exemple, Paul cite l’Ancien Testament 21 fois dans I Corinthiens, 10 fois dans II Corinthiens et le double des deux combinĂ©s dans le livre aux Romains. Cela dĂ©montre comment les postes de prophĂšte et d’apĂŽtre viennent ensembles pour former le Nouveau Testament.

La prochaine citation introduit le rĂŽle spĂ©cial des prophĂštes avec les apĂŽtres pour former la vĂ©ritable fondation avec JĂ©sus Christ sur laquelle l’Église se tient. Clairement, ces deux postes sont sĂ©parĂ©s du reste du ministĂšre de Christ, et c’est à cause de l’extraordinaire autoritĂ© et/ou le service qui y est attachĂ© à chacun d’eux.

Le lecteur devrait se demander si cela pourrait ĂȘtre possible que M. Armstrong fut mĂȘme capable de comprendre comment ce poste travaillait avec le seul autre poste dans la formation de la fondation de l’Église, et ce poste se devait ĂȘtre soumis au premier. Pour que Christ permettre une telle confusion, au haut de la hiĂ©rarchie humaine dans Son gouvernement est inimaginable, impensable. Continuons:

“Ainsi, au tout dĂ©but du ministĂšre terrestre, prĂ©parant la fondation de l’Église, JĂ©sus Christ choisit Son principal chef humain: un apĂŽtre et les autres, 11 apĂŽtres originaux. Les apĂŽtres, avec les prophĂštes dont les Ă©crits furent prĂ©servĂ©s pour les jours de la premiĂšre congrĂ©gation (nation) choisie de Dieu, IsraĂ«l, devaient former la fondation de l’Église de Dieu. JĂ©sus Lui-mĂȘme ne devait pas seulement ĂȘtre le Fondateur mais aussi le chef et la principale ‘pierre angulaire’ de l’Église (Éph. 2:19-21; 5:23).”

pp. 221-222

“L’Église ne pouvait pas ĂȘtre fondĂ©e, actuellement, jusqu’à ce que JĂ©sus soit montĂ© et fut glorifiĂ© (Jean 7:37-39). Mais, dans un sens, Dieu commença à appeler quelques uns pour former la base, la fondation de l’Église avec Abraham et les prophĂštes de l’Ancien Testament, mĂȘme, peut-ĂȘtre, Abel, Énoch et NoĂ© (Éph. 2: 20).

“Et JĂ©sus, immĂ©diatement, aprĂšs S’ĂȘtre qualifiĂ© en vainquant Satan, commença à appeler Ses futurs apĂŽtres. Ils devaient former, avec les prophĂštes, la fondation de l’Église, sous Christ qui, Lui-mĂȘme, est la vĂ©ritable fondation, la vĂ©ritable base, et le chef de l’Église (I Cor. 3:11; Éph. 5:23).”

“Des hommes justes comme Abel, Énoch et NoĂ©, sans aucun doute, furent employĂ©s pour jouer un rĂŽle dans la fondation, la crĂ©ation, la formation ultime du royaume de Dieu. Mais, l’Éternel commença à poser la fondation actuelle de cette ultime famille divine par les patriarches: Abraham. Isaac, Jacob et Joseph, formant une partie de cette prĂ©-fondation.

“Alors, à travers MoĂŻse, Dieu Ă©tablit la nation d’IsraĂ«l, la premiĂšre CongrĂ©gation ou Église de Dieu. Le gouvernement de Dieu fut donnĂ© à cette Église de l’Ancienne Alliance, mais pas Son Saint-Esprit! Les IsraĂ©lites ne furent pas engendrĂ©s pour devenir de futurs ĂȘtres divins. Mais l’ancien IsraĂ«l accomplit une partie nĂ©cessaire dans le programme suprĂȘme de Dieu.

“NĂ©anmoins, durant ces annĂ©es, Dieu continua d’appeler et de prĂ©parer des prophĂštes individuels pour devenir une partie de la fondation de Son Église.”

“À travers les annĂ©es, d’Abraham jusqu’à Christ, Dieu a appelĂ© hors du monde de Satan, des prophĂštes engendrĂ©s et prĂ©parĂ©s, comme la fondation prĂ©liminaire de l’Église de Dieu! JĂ©sus Ă©tant Lui-mĂȘme la principale fondation.

“Durant le ministĂšre terrestre de 3Âœ ans de JĂ©sus, Il appela, choisit et entraina Ses 12 apĂŽtres originaux pour commencer, la deuxiĂšme prĂ©-fondation.”

“La fondation pour l’Église de Dieu avait Ă©tĂ© Ă©tablie. Christ Lui-mĂȘme est le Chef et la pierre angulaire, la principale de la fondation. Ses apĂŽtres, avec les prophĂštes, formaient le restant de la fondation.

“Les apĂŽtres se prĂ©paraient pour commencer à proclamer le message de la bonne nouvelle. Mais Dieu a sagement employĂ© la patience, avec restriction, prenant un pas à la fois. Ainsi JĂ©sus avertit Ses apĂŽtres d’attendre! ‘Mais vous, restez, leur commanda t-Il, (Luc 24:49), ‘dans la ville (de JĂ©rusalem), jusqu’à ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d’en haut (Actes 1:4-5).’

“Le jour de la PentecĂŽte, ils Ă©taient tous ensemble dans le mĂȘme lieu”. La PentecĂŽte fut originellement appelĂ©e la FĂȘte des Premiers Fruits (des PrĂ©mices, Nom. 28:26).

“En ce jour le Saint-Esprit vint! En ce jour l’Église fut fondĂ©e! (Actes 2: 1-4)

“Ce jour symbolisait les premiers fruits pour le royaume de Dieu. Les jours fĂ©riĂ©s de Dieu dĂ©montrent la rĂ©colte spirituelle de Dieu. La premiĂšre partie de la rĂ©colte spirituelle de Dieu des humains qui naitront finalement de Dieu, faits d’ĂȘtres divins, c’est l’Église! C’est pourquoi, mĂȘme ceux qui naitront dans le royaume de Dieu au Retour de Christ, commençant avec les anciens prophĂštes, feront partis de l’Église de Dieu. De mĂȘme, les prophĂštes de l’Ancien Testament font partis de la fondation de l’Église (Éph. 2:19-21).”

pp. 230-234

Comprenons ce que M. Armstrong disait. La raison pour laquelle seulement les prophĂštes et les apĂŽtres forment la fondation de l’Église avec Christ est parce que ces deux postes: les prophĂštes de l’Ancien Testament à travers leurs Ă©crits, et les apĂŽtres du Nouveau Testament à travers leur supervision gĂ©nĂ©rale de tous les enseignements à l’Église, sont les seuls postes que Dieu emploie pour amener la vĂ©ritĂ© à l’Église. (Plus correctement, les prophĂštes amĂšnent la vĂ©ritĂ© aux Écritures ou aux apĂŽtres, et les apĂŽtres la donnent à l’Église.) C’est la raison pourquoi ils travaillent de si prĂšs, en complĂšte harmonie, tout comme ils le feront une derniĂšre fois de plus avant la fin de cet Ăąge.

Le lecteur doit simplement comprendre cela. Et celle-ci est la plus importante vérité parmi les nombreuses autres vérités de la Bible. Ceux qui ne recevront pas cette compréhension ne reconnaitront jamais avec certitude la voix de Christ parmi celles des séducteurs.

Les prophùtes de l’ùre du Nouveau Testament

Dans l’Ancien Testament, les instruments humains que Dieu employa Ă©taient quelques fois des patriarches, des juges, des rois, des prĂȘtres, etc. Mais la Bible montre que la plupart des serviteurs de Dieu employĂ©s dans l’ancien IsraĂ«l Ă©taient des prophĂštes. MĂȘme s’il apparait que ces prophĂštes accomplissaient des missions indĂ©pendantes les unes des autres, ils travaillĂšrent directement sous l’ApĂŽtre JĂ©sus Christ.

Plusieurs assument que les prophĂštes du Nouveau Testament fonctionnaient aussi indĂ©pendamment. Cela n’est pas vrai, avant ou aprĂšs que Christ construisit Son Église.

PremiĂšrement, notez la rĂ©fĂ©rence à la prophĂ©tesse Anne. Les parents de JĂ©sus L’amenĂšrent au temple oĂč IL la rencontra, et elle “...parlait de JĂ©sus à tous ceux qui attendaient la dĂ©livrance de JĂ©rusalem” (Luc 2:38).

Durant le premier siĂšcle et le commencement des annĂ©es de l’Église de Dieu, les prophĂštes occasionnellement apparaissaient. Notez Actes 11:27-28: “En ce temps-là, des prophĂštes descendirent de JĂ©rusalem à Antioche. L’un d’eux, nommĂ© Agabus, se leva, et annonça par l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva en effet, sous Claude”. Il prĂ©dit aussi que les Juifs de JĂ©rusalem attacheraient Paul et le livreraient aux paĂŻens (Actes 21:10-11).

Actes 13:1 fait rĂ©fĂ©rence aux “prophĂštes et aux docteurs (enseignants)” ordonnant Paul et Barnabas, et Actes 15:32 parle de Jude et Silas comme Ă©tant des prophĂštes, et “considĂ©rĂ©s
parmi les frĂšres” (verset 22), mais travaillant à cĂŽtĂ© des apĂŽtres Paul et Barnabas.

Plusieurs regardant Jean Baptiste comme seulement un prophĂšte (Luc 1:76) puisqu’il vint dans “l’esprit (et la puissance)” d’Élie. Mais le ministĂšre de Jean reprĂ©sentait un point tournant dans la maniĂšre que Dieu travaillait avec Son peuple: “Car tous les prophĂštes et la loi [les Écritures de l’A.T.] ont prophĂ©tisĂ© jusqu’à Jean” (Matt. 11:13). Mais la Bible aussi appelle Jean “plus qu’un prophĂšte” (Luc 7:26).

Au moment oĂč le Nouveau Testament fut Ă©crit et compilĂ©, mais pas encore canonisĂ©, les seules rĂ©fĂ©rences aux prophĂštes en Ă©taient des fausses. Lorsque les apĂŽtres Pierre, Jean et Jude Ă©crivirent leurs Ă©pitres gĂ©nĂ©rales, il n’y avait aucune rĂ©fĂ©rence à quelque prophĂšte actif. Mais Jean enregistra que “les faux prophĂštes” Ă©taient devenus un obstacle majeur pour l’Église (I Jean 4:1). Pierre compara les faux enseignants aux “faux prophĂštes” et Jude fit rĂ©fĂ©rence aux “rĂȘveurs grossiers (KJV)” (Jude 8), ceux qui peuvent ĂȘtre apparentĂ©s aux faux prophĂštes.

Consistant avec cela, l’expĂ©rience moderne/rĂ©cente dĂ©montre que ceux qui prĂ©sentent leurs propres rĂ©fĂ©rences comme prophĂštes parmi les groupes dissidents et dans le monde, sont invariablement faux, ils ne travaillent pas ensembles et ils sont constamment en dĂ©saccords dans les idĂ©es qu’ils prĂȘchent.

Avec le temps, dans la pĂ©riode du Nouveau Testament les vrais prophĂštes de Dieu ne semblent jouĂ©s aucun rĂŽle. Cela Ă©tablit sa propre dĂ©claration au sujet de ce poste, avec l’arrivĂ©e des apĂŽtres, ce poste s’effacera de la scĂšne jusqu’aux derniĂšres annĂ©es finales, jusqu’aux temps de la fin.

Dissiper une notion

Plusieurs ont attaquĂ© M. Armstrong en disant: “M. Armstrong Ă©tait un faux prophĂšte.” Ces gens devraient aussi ĂȘtre assez intelligents pour rajouter qu’il Ă©tait aussi un faux apĂŽtre, parce qu’il n’a jamais dit qu’il Ă©tait un prophĂšte, et en fait, il n’était pas un prophĂšte, dans aucun sens. Bien sĂ»r, les gens ont en esprit qu’il “mettait des dates” et que les Ă©vĂšnements qu’il avait supposĂ©ment “prophĂ©tisĂ©s” arriveraient sur ces dates, et ils n’arrivĂšrent pas. M. Armstrong n’a jamais prophĂ©tisĂ©, mĂȘme la tendance d’estimer un nombre d’annĂ©es trĂšs prĂ©cis de certaines conditions ou Ă©vĂšnements particuliers à survenir.

Le lecteur devrait noter que l’apĂŽtre Paul croyait que la DeuxiĂšme Venue de Christ surviendrait durant sa propre vie (I Thess. 4:15). Puisque qu’il Ă©tait dans l’erreur de presque 2,000 ans, deux milles ans! Et M. Armstrong calcula certains Ă©vĂšnements de moindre importance par seulement quelques annĂ©es, pourquoi les mĂȘmes personnes ne croient-elles pas que Paul soit un faux prophĂšte?

Pour rajouter, combien de fois vous ĂȘtes vous vous-mĂȘmes trouvĂ©s en train de spĂ©culer combien de temps restait-il avant que la Grande Tribulation arrive? Combien de fois avez-vous regardĂ© les nouvelles internationales ou les drames des Ă©vĂšnements courants se dĂ©roulant devant vous, et vous demandant à vous-mĂȘmes: “Je me demande si nous avons encore 10 ans?” Ou “Aurions-nous possiblement cinq ou sept ans?” Ou “Quand commencerons tous les tremblements de terre, les famines, les pestes, les sĂ©cheresses, ou la ‘famine de la parole?” Ou “Quand l’Europe s’unira t-elle et la bĂȘte et le faux prophĂšte apparaitront-ils?” Étiez-vous un faux prophĂšte sur ces occasions?

J’ai souvent spĂ©culĂ© moi-mĂȘme sur ces choses, ainsi que vous. Je dĂ©testerais que quelqu’un regarde à ce que j’ai dit, et à ce que j’ai prĂȘchĂ©, depuis plusieurs dĂ©cennies, au sujet de ce que je pensais sur les choses, et de la maniĂšre qu’elles “arrivent à une fin”. J’ai plus souvent qu’une fois spĂ©culĂ© tout haut dans mes sermons, des Ă©tudes bibliques, et autres rĂ©unions au sujet de ce que je pensais, et ce que j’espĂ©rais, tout comme Paul a espĂ©rĂ©, de la maniĂšre que les prophĂ©ties s’accomplissaient. Qui peut blĂąmer M. Armstrong pour souhaiter: “Que Ton rĂšgne vienne” de mĂȘme que Paul pourrait ĂȘtre blĂąmĂ© pour la mĂȘme chose? Lequel de nous n’a pas priĂ© pour cela à plusieurs reprises, et puis, s’attendre à le voir arriver?

L’admission de M. Armstrong

Voici ce que M. Armstrong a dit, et notez ce qu’il dĂ©clara au sujet de la seule sorte de “prophĂštes” vivant à la fin de cet Ăąge:

“Certainement, je ne suis pas un prophĂšte, dans le sens de quelqu’un à qui Dieu parle spĂ©cifiquement et directement, à qui IL rĂ©vĂšle personnellement un futur Ă©vĂšnement sur le point d’arriver ou une nouvelle vĂ©ritĂ©, ou de nouvelles instructions, directement de Dieu, des choses sĂ©parĂ©es et à part de ce qui est contenue dans la Bible. Et je n’ai jamais dĂ©clarĂ© ĂȘtre un prophĂšte.

“Il n’y a aucun prophùte humain vivant aujourd’hui!

“La Bible est la Parole Ă©crite de Dieu, et pour notre temps, maintenant, elle est complĂšte! Je n’ai jamais cru ou rĂ©clamer que Dieu me rĂ©vĂ©lait de nouvelles vĂ©ritĂ©s qui n’étaient pas contenues dĂ©jà dans la Bible, en plus de, ou à part de la Bible.”

“Regardons à l’Église de Dieu du premier siĂšcle, comme nous la trouvons rĂ©vĂ©lĂ©e dans le Livre des Actes, commençant sur le jour de la PentecĂŽte, 31 A.D. La Bible n’était pas entiĂšrement Ă©crite, seulement l’Ancien Testament, en 31 A.D. Dieu alors communiquait encore de nouvelles vĂ©ritĂ©s, des instructions et de la connaissance directement et personnellement aux prophĂštes. Comme l’Église progressait, c’était la fonction des prophĂštes de communiquer aux apĂŽtres les messages spĂ©ciaux, que Dieu leur avait personnellement rĂ©vĂ©lĂ©s. D’autres Ă©taient inspirĂ©s pour Ă©crire les livres du Nouveau Testament.

“Ainsi, nous lisons dans Actes 11:28 et 21:10-11, du prophĂšte Agabus. Mais aujourd’hui, nous avons la Parole complĂšte de Dieu, pour notre temps, dans la Bible. Il n’y a pas de tels prophĂštes, exceptĂ© les faux”.

Personal, Tomorrow’s World, Feb. 1972

Encore et encore, et nous avons vu cela, M. Armstrong parla et Ă©crit au sujet du rĂŽle des apĂŽtres et des prophĂštes, et la maniĂšre qu’ils travaillent ensembles. J’ai rĂ©visĂ© un nombre sans fin de cas auxquels M. Armstrong discute comment ils fonctionnent ensembles. Cela seulement, dit à la personne astucieuse, que le rĂŽle des prophĂštes Ă©tait quelque chose que M. Armstrong avait soigneusement Ă©tudiĂ©, et bien compris. Il savait exactement ce qu’il disait et que c’était la vĂ©ritĂ© de la Bible.

Pas de place pour le doute

Deux citations finales de M. Armstrong finissent de dĂ©peindre le tableau de ce deuxiĂšme plus haut poste dans l’Église, et s’il y a eu des prophĂštes plus tard, aprĂšs la jeune pĂ©riode du Nouveau Testament. Voyez-vous de la place pour de vrais prophĂštes aujourd’hui (d’autres que les deux tĂ©moins) dans ces dĂ©clarations?

“L’Église de Dieu est fondĂ©e sur les apĂŽtres et les prophĂštes, JĂ©sus Christ Ă©tant la pierre angulaire principale. Les prophĂštes sur qui l’Église est fondĂ©e ne sont pas des prophĂštes du Nouveau Testament. Seulement quatre sont mentionnĂ©s, et aucun d’eux n’a contribuĂ© à aucune doctrine ou croyance à l’Église, mais les apĂŽtres, oui, et ils ont citĂ© beaucoup des prophĂštes de ‘l’Ancien Testament’.”

“Now God Speaks to You Ministers,” GN, Oct.-Nov. 1979

“L’Église de Dieu est construite sur la fondation des apĂŽtres et des prophĂštes, JĂ©sus Christ Ă©tant Lui-mĂȘme la pierre angulaire principale. Les prophĂštes qui formĂšrent la fondation sont les prophĂštes de l’ancien testament, parce que les enseignements des apĂŽtres et les Ă©crits du Nouveau Testament sont en grande partie construits sur les prophĂštes de l’Ancien Testament.

“Il n’y a eu aucun prophĂšte du nouveau testament qui ait contribuĂ© aux doctrines ou aux enseignements de l’Église.”

“Non-Tithing is Stealing,” WN, July 9, 1979

AprĂšs avoir Ă©tĂ© littĂ©ralement forcĂ© de rechercher le poste de prophĂšte à un grand coĂ»t, je peux vous confirmer les dĂ©clarations de M. Armstrong. Il n’y a pas de vrais prophĂštes aujourd’hui, pas mĂȘme les deux TĂ©moins, qui n’ont pas encore Ă©tĂ© nommĂ©s en poste.

Seuement un poste reste pour ĂȘtre examinĂ©, celui de M. Armstrong et tous ceux qui sont directement nommĂ©s comme ambassadeurs de l’évangile et personnellement envoyĂ©s par JĂ©sus Christ


Chapitre Onze – APÔTRES

Nous sommes maintenant prĂȘts pour examiner le dernier et le plus haut poste dĂ©crit dans le Nouveau Testament, celui d’apĂŽtre. À cause du poids extraordinaire de l’autoritĂ© et de la responsabilitĂ© que ce poste engendre et supporte, aussi bien de ce qui est en jeu pour identifier un vrai apĂŽtre de ceux qui sont faux, c’est mieux de couvrir tous les nombreux aspects de ce poste en deux chapitres, avec un troisiĂšme chapitre examinant le poste d’une perspective trĂšs diffĂ©rente. Puisque ce poste est seulement, rarement donnĂ©, lorsque les circonstances dans l’Église et dans le monde le requiĂšrent, il doit recevoir une attention spĂ©ciale.

Seulement deux buts

Le premier chapitre couvrira deux points de base. PremiĂšrement, similaires aux autres postes, il expliquera en termes simples exactement ce qu’est un apĂŽtre. Il devrait ĂȘtre clair maintenant, ce qu’est un diacre, ce qu’est un ancien, ce qu’est un pasteur, etc. Mais, le plus haut poste a besoin d’ĂȘtre expliquĂ© dans sa signification et dans son but. Il deviendra Ă©vident, que beaucoup d’explications seront nĂ©cessaires pour le discerner correctement.

Le deuxiĂšme but du chapitre est que, puisque tous les autres postes dans le ministĂšre dĂ©rivent leur autoritĂ© de celui ou ceux qui occupent ce poste, il devient crucial de comprendre comment savoir avec une absolue certitude lorsque quelqu’un a cette autoritĂ©. Savoir ce qu’un apĂŽtre est, est de peu de valeur si nous ne pouvons savoir avec certitude si cet homme tient ce poste. Par consĂ©quent, nous devons faire doublement attention pour reconnaitre un vrai apĂŽtre. En d’autres mots, la maniĂšre que nous discernons correctement, lorsque Christ a envoyĂ© un homme, lorsque quelqu’un a Ă©tĂ© “choisi” pour ĂȘtre un apĂŽtre (Éph. 4:11), d’un imposteur!

Ces deux Ă©lĂ©ments du poste sont sĂ©parĂ©s du travail et des responsabilitĂ©s, le niveau d’autoritĂ© et de responsabilitĂ©s, qu’un apĂŽtre accomplit dans le gouvernement de Dieu. Comme n’importe quel autre poste, ceux qui sont apĂŽtres ont certaines tĂąches à accomplir, et elles seront le sujet du chapitre douze et une partie du treize.

Ce que M. Armstrong expliqua

La courte dĂ©finition d’un apĂŽtre est trĂšs facile à comprendre. Ce que cela signifie est plus engageant, et il sera couvert plus tard. Voici trois des nombreuses citations dans lesquelles M. Armstrong offre au moins la dĂ©finition de base:

“Notez soigneusement. Cette grande mission d’ĂȘtre envoyĂ© avec le Message de l’Évangile de Christ fut donnĂ©e seulement à ceux qui Ă©taient apĂŽtres, et le mot ‘apĂŽtre’ signifie ‘celui qui est envoyé’ avec le Message!”

“
Le grande mission fut donnĂ©e aux apĂŽtres, ceux qui Ă©taient ‘envoyĂ©s’ avec le Message, pas le membre laĂŻc de l’Église.

“Alors quoi? Est-ce que le membre laĂŻc n’a aucune part dans la proclamation de l’Évangile? DĂ©finitivement, il a une part, comme nous l’avons vu. Leur part Ă©tait/est de soutenir les apĂŽtres, de se tenir derriĂšre eux avec leurs priĂšres, leur encouragement, leurs dimes et leurs offrandes. Les membres laĂŻcs font partie d’une Ă©quipe bien organisĂ©e, et nous le dĂ©montrerons avec plusieurs dĂ©tails”.

“JĂ©sus Christ appela spĂ©cialement Ses disciples, IL les entraina pour devenir Ses apĂŽtres. Pour eux, les apĂŽtres, ceux ‘envoyĂ©s’ avec Son message de l’Évangile, IL leur donna la grande mission, pas à tous les membres laĂŻcs de l’Église.

THE INCREDIBLE HUMAN POTENTIAL, pp. 117-118

“Le mot apĂŽtre signifie ‘celui qui est envoyĂ©â€™â€.

“L’Église de Dieu du Nouveau Testament a reçu tous ses enseignements, ses pratiques, ses coutumes, des apîtres, avec Pierre comme chef sur tous les autres”.

“Les apĂŽtres Ă©taient les enseignants, qui Ă©tablirent dans l’Église les croyances, les enseignements, les pratiques et les coutumes de l’Église. Et tous les membres de l’Église Ă©taient requis par Dieu de croire et de parler les mĂȘmes choses!”

“Il n’y avait pas de comitĂ© doctrinal! Les enseignements de l’Église ne venaient pas d’un comitĂ© de ministres et/ou de membres laĂŻcs, qui votaient sur ce qu’on devait croire”. [Note de l’auteur: Ceux qui sont dans le plus gros groupe dissident devraient revoir cette dĂ©claration, et plusieurs autres comme celle-ci.]

“How Christ Gives The Church Its Beliefs,” GN, Nov. 20, 1978

“Dans Marc 3:14, 16, nous lisons: ‘IL [JĂ©sus] en Ă©tablit douze, pour les avoir avec Lui, et pour les envoyer prĂȘcher
Simon, qu’IL nomma Pierre’. Simon fut surnommĂ© Pierre, selon le dictionnaire Webster, ‘un nom ajoutĂ©, dĂ©rivĂ© d’une occupation’.

“Le surnom Pierre avait Ă©tĂ© pour des siĂšcles un surnom, ou un titre, dĂ©signant une personnalitĂ© religieuse, un leader, un chef ou un quartier gĂ©nĂ©ral. Pierre Ă©tait le premier et le chef des apĂŽtres. Un apĂŽtre est ‘celui qui est envoyĂ© pour proclamer ou prĂȘcher’”.

MYSTERY OF THE AGES, p. 221

Regardant attentivement au nom

Il y a beaucoup d’autres endroits dans ce livre oĂč M. Armstrong explique que le mot apĂŽtre a une connotation avec celui qui est envoyĂ© par Christ. Par consĂ©quent, ce n’est pas nĂ©cessaire d’inclure un grand nombre additionnel de citations disant toutes la mĂȘme chose. Et il n’y a certainement rien de compliquĂ© au sujet de “celui (ou quelqu’un) envoyĂ©â€.

Pour la derniĂšre fois, mĂȘme si nous verrons la signification de base et la valeur de la comprĂ©hension des mots clĂ©s travaillant avec d’autres responsabilitĂ©s spĂ©ciales du Nouveau Testament, nous venons de dĂ©mystifiĂ© un autre poste ministĂ©riel. La plus haute position humaine sous Christ est rĂ©vĂ©lĂ©e comme Ă©tant le poste ou le rang de “celui qui est envoyĂ©â€. La dĂ©finition est simple à se souvenir, c’est d’une Ă©norme importance à comprendre, rĂ©ellement, en prĂ©paration pour comprendre les responsabilitĂ©s et les fonctions de ce poste.

Le mot Grec pour apĂŽtre ressemble plus à celui pour prophĂšte dans ce que c’est similaire dans le son, la prononciation, en Anglais. C’est apostolos (a’-pus-tol’-os), et signifie littĂ©ralement: “un dĂ©lĂ©guĂ©, un Ambassadeur de l’évangile, officiellement un commissaire de Christ [avec des pouvoirs miraculeux], messager, celui qui est envoyĂ©â€.

Cette dĂ©finition dĂ©taillĂ©e rĂ©vĂšle que ceux qui occupent ce poste sont directement nommĂ©s par Christ et envoyĂ©s pour accomplir ce qui sera vu comme ses responsabilitĂ©s extraordinaires. Un apĂŽtre est le reprĂ©sentant personnel de Christ ou, en effet, il est Son dĂ©lĂ©guĂ©, Son ambassadeur, Son commissaire et Son messager, accomplissant Son agenda personnel et spĂ©cifique et Son autoritĂ©, et il fait les choses complĂštement diffĂ©remment de, et mĂȘme plus spĂ©cifique que, n’importe quel autre poste. Ce poste est aussi scellĂ© par Christ, dans un vĂ©ritable sens, avec des pouvoirs miraculeux spĂ©ciaux. Ces pouvoirs, incluent des signes, des prodiges, et des miracles, ils seront examinĂ©s de plus prĂšs au chapitre dix-huit.

Nous devrions aussi noter, encore une derniĂšre fois, que M. Armstrong a aussi correctement expliquĂ© la dĂ©finition du poste qu’il occupait. Nous dirons une derniĂšre fois qu’il avait “raison.” Cela sera d’une trĂšs grande importance lorsque nous nous Ă©loignerons du poste d’apĂŽtre, et comment vous devez savoir reconnaitre lorsque quelqu’un occupe ce poste, reconnaitre l’autoritĂ© de M. Armstrong et la prĂ©cision dans la dĂ©finition exacte de ce que son poste Ă©tait supposĂ© faire, comment cela devait fonctionner!

Cela deviendra d’une importance croissante à cause de ce qui sera couvert au chapitre treize. Le lecteur devrait se prĂ©parer maintenant pour de la comprĂ©hension trĂšs sĂ©rieuse qui sera rĂ©vĂ©lĂ©e plus tard. Le poids et l’autoritĂ© derriĂšre cette comprĂ©hension doit ĂȘtre Ă©tablie dans ce chapitre et le prochain pour que le lecteur puisse apprĂ©cier ce qu’il apprendra au sujet de ceux qui sont confus ou prennent pour eux-mĂȘmes les responsabilitĂ©s qui ne leur sont pas donnĂ©es. Cet aspect du sujet n’est pas aussi plaisant à discuter, mais il est d’aussi Ă©gale importance. Le chapitre treize l’examinera.

Les apÎtres originaux furent envoyés

L’histoire rapportĂ© que les apĂŽtres du premier siĂšcle furent envoyĂ©s par Christ vers diffĂ©rents endroits reculĂ©s du monde. Par exemple, les apĂŽtres Matthieu, Thomas et BarthĂ©lemy servirent dans la rĂ©gion Ă©loignĂ©e de Parthes. Le ministĂšre de Thomas resta le mieux documentĂ© jusqu’à ce jour. AprĂšs avoir prĂȘchĂ© l’évangile aux tribus d’IsraĂ«l à Parthes, son ministĂšre, plus tard, incluait l’Inde et mĂȘme la Chine.

Philippe et AndrĂ© furent envoyĂ©s en Scythes (Pakistan), Le plus grands nombre des apĂŽtres durant cette pĂ©riode furent dirigĂ©s vers la Grande Bretagne (GB). De plus, Pierre, qui coordonnait les apĂŽtres dans toutes les rĂ©gions, nous trouvons aussi Simon le Cananite et Jacques le fils d’AlphĂ©e, servant là. La citation suivante confirme la prĂ©sence de quelques uns d’eux (aussi bien que d’autres) en GB: “La vĂ©ritable Religion ChrĂ©tienne fut implantĂ©e là [en GB], plus anciennement par Joseph d’ArimathĂ©e, Simon le Cananite, Aristobulus, par St. Pierre et St. Paul, comme il est prouvĂ© par DorothĂ©e, ThĂ©odore et Sophronius [des historiens hautement acclamĂ©s de cette pĂ©riode]” («Remains of Britain», William Camden, 1674, page 5). Sans aucun doute, ces apĂŽtres du premier siĂšcle, furent envoyĂ©s pour prĂȘcher l’évangile au monde entier, suivant la mission de Christ (Marc 16:15).

Il y a des Ă©vidences des autres apĂŽtres dans les siĂšcles suivant, comme Polycarpe, qui suivirent dans les pas de Jean et Polycrates, le successeur de Polycarpe, aussi un apĂŽtre. D’autres apĂŽtres semblent avoir Ă©tĂ© formĂ©s dans l’ùre de Smyrne, aussi bien que dans Pergame. Au dĂ©but de l’ùre de Thyatire, nous observons le dĂ©dain de l’ÉvĂȘque Catholique de Clugny (contre/envers les vrais ChrĂ©tiens), comme il dĂ©tourna deux hommes connus d’avoir occupĂ©s le poste d’apĂŽtre durant le dĂ©but des annĂ©es 1100. Il se moqua: “Est-ce que le monde entier a Ă©tĂ© aussi aveugle, [qu’il aurait] qu’il eut à attendre aussi longtemps pour vous, et choisit Pierre de Bruis et Henri, son disciple, comme trĂšs rĂ©cents apĂŽtres, pour corriger cette erreur aussi ancienne” (Ambassador College Bible Correspondence Course, leçon 51, p. 6). Bien sĂ»r, Peter Waldo (1161-1218) fut reconnu ĂȘtre un apĂŽtre durant l’ùre de Thyatire, et il fut probablement l’homme le mieux connu pour occuper ce poste entre le deuxiĂšme et le vingtiĂšme siĂšcle. L’Oeuvre qu’il conduisit fit un impact durable sur le continent EuropĂ©en de l’Ouest.

Chacun de ces hommes, tous envoyĂ©s par Christ, fidĂšlement, complĂ©ta sa mission. Les Ă©tudiants de l’histoire peuvent en apprendre plus par notre livre: «The History of God’s TRUE CHURCH».

Quel apĂŽtre?

Un point de clarification est nĂ©cessaire avant de continuer: les apĂŽtres humains sont envoyĂ©s ou donnĂ©s leur poste par Christ (Éph. 4:11), pas le PĂšre, parce que Christ est le Chef de l’Église, qui est Son Corps. Alors, les apĂŽtres du Nouveau Testament sont des apĂŽtres de Christ, pas du PĂšre. Mais, il a Ă©tĂ© mentionnĂ© plus tĂŽt que JĂ©sus Christ Ă©tait Lui-mĂȘme envoyĂ© sur terre par le PĂšre pour accomplir Son but et pour ĂȘtre le Chef de l’Église. La Bible appelle Christ “l’ApĂŽtre et le Souverain Sacrificateur de la foi que nous professons
” (HĂ©b. 3:1), et par consĂ©quence, IL est comme l’ApĂŽtre du PĂšre. Mais nous pourrions aussi dire qu’IL est comme l’ApĂŽtre de Dieu, parce que le PĂšre est Dieu.

Vous pouvez vous rappeler que M. Armstrong se rĂ©fĂ©rait lui-mĂȘme dans ses derniĂšres annĂ©es de vie comme apĂŽtre de Christ. Il se rĂ©fĂ©rait originellement lui-mĂȘme comme apĂŽtre de Dieu. MĂȘme si ce n’est pas juste techniquement, parce que Christ est aussi Dieu autant que l’est le PĂšre, M. Armstrong s’est grandement gardĂ© de rĂ©fĂ©rer à lui-mĂȘme comme apĂŽtre de Dieu.

En rĂ©sumĂ©, Christ est l’ApĂŽtre du PĂšre, les apĂŽtres humains sont des apĂŽtres de Christ et Christ et les apĂŽtres humains sont des apĂŽtres de Dieu, mĂȘme les apĂŽtres humains, devraient ĂȘtre regardĂ©s, et plus gĂ©nĂ©ralement rĂ©fĂ©rĂ©s, comme envoyĂ©s par Christ.

Nous, vous, devons savoir!

À partir de ce point, nous nous adresserons à l’autre Ă©lĂ©ment central de ce chapitre, comment savons-nous que quelqu’un a Ă©tĂ© donnĂ© le poste d’apĂŽtre? (Bien sĂ»r, et comment cet homme le saurait-il?) Christ ne ferait jamais ce qui semble ĂȘtre une nomination personnelle extraordinaire, et alors, ne pas le dire à l’Église, signifiant les membres et le ministĂšre inclut, incluant ceux qu’IL appellerait plus tard, comment ĂȘtre sĂ»r qu’IL ait fait cela.

Pensez-y de cette façon, que serait le point de Christ pour nommer un homme à un poste ou une responsabilitĂ©, n’importe quel poste ou responsabilitĂ©, et de ne pas avoir rĂ©vĂ©lĂ© à l’Église comment savoir qu’IL l’a fait, et comment savoir distinguer cette personne des imposteurs. Qu’en est-il si le poste Ă©tait Ă©norme en responsabilitĂ© et en autoritĂ©, qu’il affecterait tous (chacun d’eux) les aspects et les Ă©lĂ©ments possibles concernant le fonctionnement de l’Église autour du monde. Ce que l’Église croit, incluant les doctrines et les traditions, ses missions, qui dĂ©tient les postes à tous les niveaux, incluant qui devient ministres et ne le devient pas, qui fait les diffĂ©rents niveaux de dĂ©cisions et quand, aussi bien que de savoir qui a l’autoritĂ© finale sur les dimes de Dieu? Comment est-ce que l’Église sait qu’il faut suivre un tel homme? Que penser des autres ministres sachant qu’ils sont en dĂ©saccords avec une telle autoritĂ© extraordinaire?

Il est Ă©vident qu’un immense point est en jeu, que de reconnaitre lorsqu’un homme dĂ©tient ce poste. Christ ne pourrait jamais laisser les moyens de le savoir dans le doute. IL aurait à Ă©tablir le critĂšre d’une maniĂšre que personne ne pourrait rĂ©ellement ĂȘtre dans le doute, et qui saurait comment IL travaille, ne serait confus ou dans l’erreur sur ce sujet. Et les moyens qu’IL prĂ©senta auraient à ĂȘtre au-dessus des dĂ©bats, clair comme du crystal. Celui qui a fait cela, et la formule est comme la dĂ©finition du poste lui-mĂȘme, simple et trĂšs profond. Une sĂ©rie de citations aidera à clarifier et à apprĂ©cier cette dĂ©claration.

M. Armstrong ne comprit pas son poste tout d’un coup. MĂȘme s’il en vint à rĂ©aliser qu’il dĂ©tenait le poste d’apĂŽtre plutĂŽt soudainement, il ne comprit pas les dĂ©tails en particulier au mĂȘme instant. Cela lui prit du temps, et impliquait un processus de croissance dans la connaissance et la comprĂ©hension. Il n’y a pas d’espace ou de temps dans ce livre pour raconter toute son histoire, mais un peu, aide et est intĂ©ressant.

M. Armstrong a expliquĂ© que l’ùre de Philadelphie commença en Octobre 1933. À partir de ce moment, il assumait occuper le poste d’évangĂ©liste, et vous lirez son explication, et le pourquoi de sa conviction. Environ 19 ans plus tard, à l’automne de 1952, il concluait qu’il avait eu tort, et ce processus de conscientisation commença un an plus tĂŽt.

Un fruit trĂšs important

La premiĂšre citation est prĂ©sentĂ©e comme fondation pour la pĂ©riode avant que M. Armstrong ne le rĂ©alise pleinement. Avant de regarder comment identifier un apĂŽtre, regardez à cette citation expliquant l’histoire:

“Dans un groupe spĂ©cial d’un festival tenu à Belknap Springs, en OrĂ©gon (USA), à l’automne de 1951, je fus surpris, et ceux qui Ă©taient là aussi, d’entendre Herman L. Hoeh, qui venait de graduer de l’Ambassador College, dire avec conviction, d’un ton autoritaire: ‘M. Armstrong n’est pas un prophĂšte, mais un homme appelĂ© à la mĂȘme sorte de mission que les Ă©vangĂ©listes originaux et que les apĂŽtres du premier siĂšcle de l’Église de Dieu, pour proclamer l’évangile, le Message, l’annonce de la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu, le Message que Christ amena de Dieu et enseigna à Ses disciples.’”

“Personal from Herbert W. Armstrong,” TW, Feb. 1972

La prochaine citation offre un commencement d’aperçu dans le Tout-Puissant critĂšre pour savoir reconnaitre oĂč Dieu travaille. Actuellement, comme vous apprenez, ça devrait ĂȘtre Ă©vident la maniĂšre de discerner plusieurs choses vitales, incluant oĂč Christ est le Chef, oĂč est Sa vĂ©ritable Église, qui dĂ©tient les postes dans Son ministĂšre, qui y dĂ©tient le plus haut poste, aussi bien que bien d’autres points clĂ©s insĂ©parables du gouvernement de Dieu. Ne manquez pas la beautĂ© et la simplicitĂ© de ce qui suit.

Regardons par la fenĂȘtre que Dieu nous ouvre afin de savoir comment reconnaitre/discerner toutes ces choses:

“Si vous avez surveillĂ© la croissance et le dĂ©veloppement de cette Oeuvre, pour quelque temps, la rĂ©colte riche et abondante des Ăąmes prĂ©cieuses, les miracles de guĂ©rison, et les vies changĂ©es, que Dieu performe à travers cette Oeuvre, alors, vous la reconnaitrez, et vous saurez, et exulterez avec joie et grande rĂ©jouissance dans cette reconnaissance, que c’est rĂ©ellement l’Oeuvre de Dieu!

“Vous le saurez par ses fruits, riches, abondants, continuels.”

“And Now
ON TO EUROPE!” GN, April 1952

Des fruits et l’Oeuvre

L’Oeuvre de Dieu est connue par ses fruits, M. Armstrong ajoute: “riches, abondants, continuels!” C’est aussi simple, si le lecteur accepte encore ce qu’il a dĂ©jà cru et compris. Bien sĂ»r, trĂšs peu rĂ©ellement doute de la citation de M. Armstrong. Quelques uns peuvent se questionner comment distinguer les fruits qui sont importants pour regarder et examiner, et d’autres, se dĂ©battent avec cette distinction parce qu’ils n’ont pas pris le temps de soigneusement examiner ce que la Bible dit, rĂ©vĂšle. Mais, trĂšs peu qui sont de vrais ChrĂ©tiens seraient aussi loin en pensĂ©e du passĂ© qu’ils en auraient complĂštement oubliĂ© les promesses de base de sa dĂ©claration. Et discuter comment distinguer les fruits est aussi vital, et cela ne sera pas laissĂ© hors de l’équation.

Un autre petit point, en Avril 1952, «Radio Church of God (Radio Église de Dieu) Ă©tait une trĂšs, trĂšs petite Église. Cela n.empĂȘcha pas M. Armstrong de dĂ©clarer ses fruits comme il le fit. Nous pouvons certainement faire pareil, puisque RCG et l’Oeuvre accomplit ici est grandement, grandement plus grande que l’Église de Dieu et l’Oeuvre d’alors.

Ce que quiconque chercherait

Continuons en regardant au monde en gĂ©nĂ©ral. Il est reconnu que les compagnies avant d’engager des employĂ©s, les investisseurs achĂštent du matĂ©riel, les Ă©leveurs achĂštent des animaux, les collĂšges acceptent des Ă©tudiants, les Ă©quipes de sports engagent des joueurs, les militaires affichent des postulants, et avant qu’une personne prenne la dĂ©cision de se marier, tout comme dans toutes autres situations, tous, examinent soigneusement les fruits de la personne ou de l’animal ou de l’objet sous considĂ©ration, c’est aussi l’approche pratiquĂ©e dans virtuellement toutes les dĂ©cisions importantes dans le monde. Cela est spĂ©cialement vrai de ceux pour qui mal calculer coĂ»te trĂšs cher.

Maintenant, demandez-vous: Que serait-il plus coĂ»teux, mĂȘme que notre vie Ă©ternelle, que de suivre un faux apĂŽtre? Suivre un leader qui croit ĂȘtre de Dieu, mais qui est en rĂ©alitĂ© de Satan, en d’autres mots, penser erronĂ©ment que quelqu’un en suit un autre vers le royaume de dieu et le salut! C’est la plus grande erreur que quelqu’un puisse faire. C’est de la plus haute importance pour les ChrĂ©tiens et l’Église de s’assurer qu’ils ne suivent pas un charlatan. Combien de milliers de personnes se sont trompĂ©s avec le successeur de M. Armstrong?

La prochaine citation commence à introduire la connection vitale aux leaders dans l’Église de Dieu. Il commence par un petit rĂ©sumĂ© en extra et Ă©tablit ce qui est rĂ©pĂ©tĂ© ici du dernier chapitre, parce que cela vous aidera à apprĂ©cier l’extraordinaire image de ce qui suit. M. Armstrong rendit clair comment il Ă©tait reconnu qu’il Ă©tait un apĂŽtre. Vous devriez noter que M. Armstrong offre une sorte de description additionnelle du poste d’évangĂ©liste, et c’est consistent avec ce que nous avons vu de ce qu’il a dit au sujet de ce poste plus tĂŽt, et en mĂȘme temps consistent avec ses propres responsabilitĂ©s lorsqu’il enseigna qu’il tenait ce poste (le sous-titre inclu est le sien):

“Nous trouvons des prophĂštes mentionnĂ©s dans les parties historiques du Nouveau Testament, mais ils ne possĂ©daient pas de pouvoirs administratifs, et ils n’avaient aucune autoritĂ©. Les Écritures du Nouveau Testament n’étaient pas encore Ă©crites. Dieu employa ces prophĂštes pour donner des messages directement de Lui aux apĂŽtres. Nous ne trouvons pas de prophĂštes dans l’Église aujourd’hui. Les Écritures sont maintenant complĂštes. Il ne semble pas y avoir de besoin pour des prophĂštes aujourd’hui. De plus, c’est dieu qui les Ă©tablit dans Son Église, et s’il n’y en a pas, c’est parce que dieu n’a pas vu le besoin d’en Ă©tablir dans Son Église. C’est la responsabilitĂ© de dieu, pas la nĂŽtre.”

“Ainsi, cela nous laisse avec les postes spirituels exĂ©cutifs et administratifs dans l’Église. Ces postes d’autoritĂ©, alors, sont premiĂšrement, celui d’apĂŽtre; secondement, d’évangĂ©liste; troisiĂšmement de pasteur; quatriĂšmement d’enseignant.

“Christ est le chef vivant de l’Église!

“il Ă©tablit l’apĂŽtre au poste.

Tous les postes restaurés encore une fois

“Jusque dans les derniĂšres annĂ©es, il n’y avait aucune vraie Ă©vidence que Dieu avait Ă©tablit quelqu’un au poste d’apĂŽtre dans Son Église aujourd’hui. Les hommes ne peuvent Ă©lire ou placer en poste un apĂŽtre. Et la seule maniĂšre que les hommes peuvent reconnaitre lorsque Dieu en a Ă©tabli un dans ce poste est par les fruits.

“Mon poste personnel, depuis le commencement de l’ùre de l’Église de ‘Philadelphie’, paraissait ĂȘtre celui d’évangĂ©liste. À ce moment là, Dieu m’avait employĂ© pour prĂȘcher l’Évangile dans plusieurs villes et villages, pour en amener plusieurs à la repentance, et à la conversion, pour guĂ©rir les malades, pour fonder des Ă©glises en diffĂ©rentes localitĂ©s, et d’ordonner des anciens et des diacres. Mais, l’Oeuvre en elle-mĂȘme n’avait pas grandi au point oĂč qu’il y avait d’autres Ă©vangĂ©listes pour m’aider dans cette tĂąche.

“La premiĂšre proclamation fut faite par Herman Hoeh, avant que Dieu n’ait pourvu le poste d’apĂŽtre à l’Église, lors de son sermon à la FĂȘte des Tabernacles, à Belknap Springs, Oregon, en 1951. Il ne m’avait pas consultĂ©. Je n’avais pas un indice de ce qu’il allait dire. Sur le coup, ses paroles frappĂšrent mes oreilles comme une bombe atomique, et ma premiĂšre impulsion fut de me lever et de renier sa dĂ©claration et de le corriger immĂ©diatement. Seulement la dĂ©cence restreint cette impulsion. Je croyais que M. Hoeh Ă©tait juste un peu trop jeune, et qu’il se laissait emporter. Je n’avais jamais pensĂ© dans ma vie occuper un tel poste.

“Mais à la lumiĂšre des Ă©vĂšnements, le fait dans la façon que Dieu a Ă©tablit Son Église aujourd’hui, est devenue Ă©vident pour tous. C’est l’Oeuvre de dieu. Si quelqu’un trouve que Dieu l’a placĂ© dans un tel poste, il n’a qu’un seul choix, il doit l’accepter avec humilitĂ©, rĂ©alisant ses propres faiblesses, et se soumettant totalement à dieu comme un instrument entre Ses mains, reposant entiĂšrement sur Dieu pour ĂȘtre guider et d’obtenir le pouvoir et l’aide dans les besoins.”

“Six More Ministers Now Ordained” GN, Feb.-Mar. 1955

Est-ce que M. Armstrong fut ordonnĂ© “apĂŽtre”?

L’histoire que nous venons de voir est trĂšs intĂ©ressante, et probablement Ă©trangĂšre à la plupart qui l’ont lue. Mais c’est clair.

M. Armstrong reconnaissait que c’était solennellement par les fruits qu’il Ă©tait un apĂŽtre! Le dernier paragraphe dans la citation a un message. Il devient une sorte de “plateforme” ou de “patron, modĂšle”, une instruction claire, pour quiconque viendrait plus tard et trouve qu’il dĂ©tient ce poste!

Comprenons. M. Armstrong n’a jamais liĂ© le fait qu’il tenait le poste d’apĂŽtre à une cĂ©rĂ©monie d’ordination le dĂ©signant spĂ©cifiquement à ce rang. Comme Paul, cela aurait du arriver sous la direction d’autres apĂŽtres vivants. Des hommes de plus bas rangs n’auraient pas pu l’ordonner au-dessus d’eux-mĂȘmes.

Rappelez-vous qu’il n’y avait pas d’apĂŽtres dans Sardes. Certainement les leaders là n’étaient pas autorisĂ©s de faire ce que les prophĂštes et les enseignants qui ordonnĂšrent Paul et BarnabĂ©. Cela signifie que M. Armstrong pourrait seulement ĂȘtre devenu un apĂŽtre à un certain point plus tard, lorsque christ dĂ©cida que c’était le temps de le mettre dans ce poste.

Peter Waldo Ă©tait un apĂŽtre, mais il n’y a aucune Ă©vidence qu’il y avait un autre apĂŽtre avant son temps qui aurait pu l’ordonner. S’il y aurait eu un tel homme, quel apĂŽtre aurait ordonnĂ© cet homme, et ainsi de suite en reculant dans le temps, en arriĂšre, ultimement, et nĂ©cessairement, jusqu’aux apĂŽtres originaux? Essayez de confronter cette question.

Le point devient irrĂ©mĂ©diablement clair. Ceux qui croient qu’un apĂŽtre doit ĂȘtre ordonnĂ© par un autre apĂŽtre n’ont jamais compris M. Armstrong, et ils croient de la mĂȘme maniĂšre que les Catholiques. Pensez! Ce sont les Catholiques avec leurs papes qui croient en ce qui est rĂ©fĂ©rĂ© à la “doctrine de succession”, que chaque pape doit ĂȘtre succĂ©dĂ© par un autre, et qu’il ne doit pas y avoir aucun intĂ©rim sans un autre pape. Mais mĂȘme eux, le pape ne choisit pas l’autre pape, son successeur, ou au moins seulement que trĂšs rarement, beaucoup plus loin dans l’histoire. Le problĂšme est que les Catholiques n’agissent rĂ©ellement pas comme si Christ choisissait leurs papes non plus, mais au lieu, semblable au plus grand groupe dissident, par son ComitĂ© des Anciens choisissant ses prĂ©sidents, croit que le vote des membres du CollĂšge des Cardinaux doit faire cela.

Combien feront le lien entre ce parallĂšle à quel esprit, I Jean 4:6, conduit ce groupe au modĂšle lui-mĂȘme si prĂšs de rome?

M. Armstrong expliqua soigneusement qu’il pensait qu’il Ă©tait un Ă©vangĂ©liste pour au moins 19 ans. Aucune personne sĂ©rieuse ne peut croire que Dieu lui aurait permis de tenir un poste, encore moins le plus haut dans l’Église, pour un cycle plein de temps (1933-1952), et à aucun moment ne lui avoir permis de savoir qu’il tenait le plus haut poste! (Son ordination fut actuellement 28 mois plus tĂŽt, en Juin 1931, accroissant le nombre d’annĂ©es à 21.) Comment est-ce que M. Armstrong aurait su que ses responsabilitĂ©s avaient changĂ©es si Dieu ne lui avait pas à un certain moment donnĂ© pleinement rĂ©vĂ©lĂ© le poste qu’il tenait? Pour que M. Armstrong procĂšde à l’extraordinaire autoritĂ© nĂ©cessaire pour le plus extraordinaire ministĂšre qu’il Ă©tait envoyĂ© pour accomplir, il aurait eu à ĂȘtre assure à un moment donnĂ© qu’il n’agissait pas prĂ©somptueusement mais plutĂŽt avec tous ses paramĂštres ordonnĂ©s d’autoritĂ© par Dieu dans l’Église et l’Oeuvre! Laisser Son serviteur permanemment dans le noir aurait Ă©tĂ© cruel au mieux et de la torture dans le pire, et cela n’aurait tout simplement pas fait de bon sens.

M. Armstrong comprenait que JĂ©sus Christ, et Lui seulement, lui donna le poste qu’il occupait. Bien sĂ»r, M. Armstrong fut ordonnĂ© par le ministĂšre de Sardes. Mais, cette ordination n’est pas d’oĂč venait son autoritĂ© apostolique. Les fruits, et rien d’autres, dĂ©montrant qu’il Ă©tait, dans tous les sens, “un envoyĂ©â€ par jĂ©sus christ!

Une autre distinction significative doit ĂȘtre faite ici en ce qui regarde les fruits d’un homme, et si Dieu l’utilise. Tous les fruits doivent ĂȘtre dĂ©terminĂ©s par un ensemble de critĂšres sujets à une investigation indĂ©pendante et sous une approbation. Les assertions d’un homme au sujet de lui-mĂȘme ne jouent virtuellement aucun rĂŽle dans l’examen. Christ ne requierrait jamais le peuple à simplement “croire l’homme” comme preuve suffisante pour le suivre.

Une personne devrait ĂȘtre capable de vĂ©rifier avec un standard Ă©tabli et de confirmer ou de renier la crĂ©dibilitĂ© spirituelle de l’homme. Cela n’aurait, et ne pourrait, jamais avoir quoi que ce soit à faire avec ce que les “gens disent”. Les ĂȘtres humains sont capables de dire n’importe quoi, et le disent habituellement. Cela peut inclure tout homme qui parle de la question de sa propre autoritĂ©, en d’autres mots, pourquoi devrait-il ĂȘtre considĂ©rĂ© comme apĂŽtre, prophĂšte ou dans n’importe quel autre poste.

Ainsi, que sont les fruits du ministĂšre d’un homme? PremiĂšrement, et le plus important, il ne doit pas, jamais, compromettre avec la vĂ©ritĂ© de Dieu. C’est le plus important point de tous les points. Mais il y a une multitude de critĂšres, comme la croissance progressive et continuelle de l’Oeuvre et de l’Église, de vraies conversions survenant, de la littĂ©rature abondante et de qualitĂ© prĂ©parĂ©e pour accomplir l’Oeuvre et pour nourrir le troupeau, des miracles, des dĂ©mons exorcisĂ©s, des guĂ©risons, et bien d’autres, et qu’il soit occupĂ© et capable d’accomplir toutes les responsabilitĂ©s et les tĂąches d’un apĂŽtre, qui seront couverts dans le prochain chapitre. Bien sĂ»r, il serait absolument essentiel que l’homme ait une entiĂšre et solide comprĂ©hension du gouvernement de Dieu. AprĂšs tout, il ne pourrait possiblement ĂȘtre employĂ© pour conduire un gouvernement qu’il ne comprendrait pas! Ni annoncer son arrivĂ©e au monde.

Pas parfait

L’authenticitĂ© d’un apĂŽtre, ou tout autre ministre, n’est pas fondĂ© sur le fait qu’il est ou ait Ă©tĂ©, parfait. Puisque personne n’est parfait, sans pĂ©chĂ© (Rom. 3:23; Jean 8:7), ce ne pourrait jamais ĂȘtre le critĂšre par lequel les fruits sont reconnus. Et Dieu le sait. Plusieurs ont ressentit que M. Armstrong n’aurait pu ĂȘtre un apĂŽtre à cause de ce que les “gens disaient” à son sujet. MĂȘme s’il a fait des erreurs, et qu’il ait certainement commis des pĂ©chĂ©s, rien de prĂšs de tout ce qui est rapportĂ©, ne pourrait altĂ©rer le poste qu’il occupait.

ConsidĂ©rons quelques uns des plus grands serviteurs de Dieu. L’apĂŽtre Pierre Ă©tait coupable de racisme, et Paul le confronta face à face dans Galates 2. Il est enregistrĂ© là pour nous, pour voir, que mĂȘme le chef des apĂŽtres n’était pas parfait, et loin de là. Peu importe les choses que Pierre fit durant son entrainement, avoir de recevoir l’Esprit de Dieu. Et ce qui est enregistrĂ© au sujet de Paul, regardant les persĂ©cutions qu’il infligeait à l’Église avant qu’il fut convertit, ne pourrait seulement ĂȘtres dĂ©crites comme horribles (Phil. 3:6; I Tim. 1:15).

Combien suivraient NoĂ© aujourd’hui s’ils sauraient qu’il buvait et qu’il fut sodomisĂ© par son petit fils? Mais, il est dans la liste avec Job et Daniel comme des “hommes justes” de stature spirituelle rĂ©ellement extraordinaire (ÉzĂ©k. 14:14, 20). Puis, il y a la terrible attitude dĂ©montrĂ©e dans un livre en entier de la Bible entiĂšrement au sujet de la propre justice de Job.

Combien suivraient Abraham aujourd’hui comme le pĂšre des fidĂšles s’ils savaient qu’il avait menti à deux reprises par peur regardant Sara sa femme, et l’offrit à un roi Ă©tranger pour des faveurs sexuelles dans le but de sauver sa peau? La plupart penseraient que cet homme n’est pas fidĂšle du tout encore moins le pĂšre de tous ceux qui ont la foi (Rom. 4:16) pour le plan de Dieu d’une durĂ©e de 7,000 ans.

C’est Ă©vident que MoĂŻse avait un grave problĂšme de colĂšre, ça l’empĂȘcha d’entrer dans la Terre Promise de son vivant, et il manqua de foi dans la capacitĂ© de Dieu de l’employer devant le Pharaon. Il Ă©tait un bĂšgue et il tua un Égyptien lors d’une confrontation violente. Et beaucoup plus tard, il souhaita mourir parce que ça lui semblait trop difficile de continuer. Dans une rĂ©bellion entĂȘtĂ©e, Jonas aussi, souhaita mourir. Ainsi qu’Élie, et Job. L’autobiographie de M. Armstrong rapporte la mĂȘme chose. Bien sĂ»r, tous se sont repentis, et ont persĂ©vĂ©rĂ©.

Certainement Samuel, Aaron et Éli n’étaient pas reconnus pour avoir Ă©duquĂ© leurs enfants, regardez à leurs fils.

Finalement, il y a David. OĂč commencerons-nous avec lui? Il Ă©tait coupable d’adultĂšre, ensuite, du meurtre du mari, qui Ă©tait de surcroit un de ses plus fidĂšles serviteurs, mĂȘme requĂ©rant la participation d’autres fidĂšles serviteurs pour accomplir son meurtre, coupable d’avoir comptĂ© les armĂ©es, sans mentionner le fait qu’il n’était pas le meilleur des parents. Et encore, sa “seule rĂ©compense” dans le royaume de Dieu est qu’il rĂšgnera sur toutes les tribus d’IsraĂ«l et les 12 apĂŽtres se rapportant à lui.

Non, M. Armstrong n’était pas parfait, ni aucun autre apĂŽtre. Ses fruits furent discernĂ©s par les choses Ă©numĂ©rĂ©es dans ce chapitre, pas par la liste des pĂ©chĂ©s rĂ©els ou supposĂ©s de quelqu’un. À tout Ă©vĂšnement, le lecteur peut toujours se demander: “Est-ce que Christ utilise cet homme?” Si oui, si l’homme a Ă©tĂ© envoyĂ© à ce haut poste, et à de grandes responsabilitĂ©s pour cette grande mission, son authenticitĂ© ne dĂ©pend pas de ce que les gens pensent qu’il “passe le test”. Les critiques devraient se demander si JĂ©sus Christ semble ĂȘtre satisfait avec Sa sĂ©lection, et ils devraient examiner, scruter leurs propres vies aussi. (C’est vital de lire mon livre: SHOULD ACCUSERS BE ANSWERED – Do You Believe Obvious Lies? Pour avoir un plus grand aperçu de ce sujet.)

Une vision de plus

La prochaine citation est plus longue et provient d’un sermon que M. Armstrong donna en 1978, juste comme il commençait à remettre l’Église sur la bonne voie. Elle est inclue parce qu’elle offre plusieurs aperçus intĂ©ressants au-delà de juste la question de son poste. Je vous empresse de le lire trĂšs soigneusement et “d’écouter” aux paroles de M. Armstrong.

Manifestement, toutes les emphases dans son discours sont les miennes, et j’ai essayĂ© d’utilisĂ© des lettres capitales et des points d’exclamations là, oĂč M. Armstrong employait plus de force d’intonation. Quelques fois, il tonitruait dans ses exclamations aussi fortes que je ne l’ai jamais entendu, et je souhaite seulement, que chaque lecteur puisse entendre ce qui est Ă©crit avec la propre emphase de M. Armstrong:

“‘AggĂ©e, envoyĂ© de l’Éternel, dit au peuple, d’aprĂšs l’ordre de l’Éternel: Je suis avec vous, dit l’Éternel’ (AggĂ©e 1:13). Regardez frĂšres, si nous sommes avec Lui, laissez-moi vous dire que le Christ vivant est avec nous.

“Nous avons notĂ© des attaques de la presse publique. Pas seulement de nos deux journaux ici dans la rĂ©gion de Los Angeles et de Pasadena, mais dans le magazine le Time, et d’autres magazines tout autour du monde. Il y a eu beaucoup d’intĂ©rĂȘts à notre sujet dans les journaux quotidiens à Londres, Angleterre. Et le peuple lit à notre sujet partout. Mais, laissez-moi vous dire, lorsque cela arrive, je ne m’en fais pas. Mais je vais au trĂŽne de la grĂące. Je vais sur mes genoux et à JĂ©sus Christ le Chef vivant de cette Église. Et IL nous a dĂ©livrĂ©s à chaque fois. Et IL le refera encore. Mais nous avons à croire qu’IL est vivant, qu’IL est ici!

“Pendant que j’y pense, laissez-moi vous dire quelque chose d’autre qui est dans mon esprit. Je vais avoir à Ă©crire quelque chose, et le mettre dans une ligne du The Good News, et de le donner à toute l’Église aussi tĂŽt que je peux. Il y a trop de gens qui se demandent: Qui va prendre la place de M. Armstrong s’il meurt? Je suis supposĂ© de mourir tout de suite. Parce que, bien sĂ»r, beaucoup de gens meurent avant d’ĂȘtre aussi vieux tel que je le suis maintenant (il Ă©tait alors ĂągĂ© de 86 ans). Mais que je meurs ou non, va dĂ©pendre si le Christ vivant me le permettra ou s’IL me gardera vivant. Et peut ĂȘtre que nous verrons quelque chose à ce sujet avant que nous au travers tout de suite, maintenant.

“Mais, quelqu’un demanda: si j’avais nommĂ© quelqu’un pour prendre ma place? La rĂ©ponse est NOOOoon! Ce n’est pas à moi de le faire! Je n’ai aucune autoritĂ© de faire une telle chose! Vous savez, c’est trĂšs semblable à la mĂšre des fils de ZĂ©bĂ©dĂ©e, deux hommes, apĂŽtres de Christ, qui s’approcha de JĂ©sus, et Lui demanda: ‘Ordonne Lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans Ton royaume, l’un à Ta droite et l’autre à Ta gauche. IL rĂ©pondit: ‘Vous ne savez ce que vous demandez
cela ne dĂ©pend pas de Moi, et ne sera donnĂ© qu’à ceux à qui Mon PĂšre l’a rĂ©servé’ (Matt. 20: 20-23).

“Laissez-moi vous dire, que le Chef de l’Église est vivant! Le croyez-vous? JĂ©sus Christ! Croyons-nous qu’IL est vivant? Croyons-nous qu’IL est à l’oeuvre? Croyez-vous que si j’ai besoin de correction, qu’IL est capable d’y voir et de la donner? Bien, laissez-moi vous dire que je le crois. Je le crois fermement, et je le respecte, et je tremble à cela. Si quelque chose devait m’arriver, et cela arrivera seulement si Dieu le permet, Dieu peut me garder vivant aussi longtemps que cela est nĂ©cessaire. Et IL le fera, aussi longtemps qu’IL le trouvera nĂ©cessaire. Et je ne pense pas qu’IL va m’enlever de cette Oeuvre jusqu’à ce qu’elle soit accomplie. Mais si j’ai tort à ce sujet, croyez-vous que le Christ vivant pourvoira l’homme nĂ©cessaire pour continuer? Si vous me demanderiez de choisir, je ne pourrais pas le faire. Je ne sais pas qui choisir, tout de suite. Et je n’ai aucune autoritĂ© pour le faire.

“Cela va ĂȘtre un test de/pour votre foi! Ou voulez-vous prendre entre vos propres mains cette autoritĂ© et responsabilitĂ© et savoir à l’avance qui vous approuverez, pour qui vous voterez? Oh, quelques fois je dis honte sur nous. RĂ©veillons-nous.

“Regardons. Regardons si je peux trouver ma place ici. ‘AggĂ©e, envoyĂ© de l’Éternel, dit au peuple, d’aprĂšs l’ordre de l’Éternel: Je suis avec vous, dit l’Éternel’ (AggĂ©e 1:13).’

“Je pense que c’est oĂč j’étais. Et nous avons besoin de rĂ©aliser qu’IL est avec nous. Et IL va prendre soin de Sa part. Je ne suis pas ici parce que beaucoup de gens ont dĂ©cidĂ© de voter pour moi ou placĂ© ici. Vous n’avez rien à y voir le fait que je sois, suis devenu, l’apĂŽtre de Dieu.

“Quelqu’un m’a dit: ‘M. Armstrong, comment savez-vous que vous ĂȘtes l’apĂŽtre de Dieu? Est-ce que Christ vous est apparu, vous a t-IL parlĂ©, a-t-IL dit: maintenant, Herbert Armstrong, Je vous fais Mon apĂŽtre?’ J’ai rĂ©pondu non.

“‘Saviez-vous en 1933 lorsque cet ùre de l’Église commença que vous Étiez l’apître de Dieu ou que vous le deviendriez?’ Non, je ne le savais pas.

“‘Saviez-vous combien grosse ou grande cette Oeuvre deviendrait?’ Non, je ne le savais pas. Je savais seulement que Dieu m’avait appelĂ©, et qu’IL m’utilisait et que j’irais aussi loin qu’IL voulait que j’aille, pas plus, pas moins. Peu importe ce que c’est. Si ça veut dire le monde entier, je savais que je serais capable de le faire, parce que je le ferais dans le pouvoir et dans la force du Christ vivant.

“Alors, maintenant, comment le saurais-je? Je rĂ©pondrai tout comme JĂ©sus Christ a rĂ©pondu lorsque les messagers de Jean Baptiste vinrent Lui demander: ‘Jean
 fit dire par ses disciples: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?’ JĂ©sus n’a pas dit oui ou non. IL leur rĂ©pondit: ‘Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez’. Au verset 5 JĂ©sus Ă©numĂ©ra les miracles (les fruits) dĂ©coulant de Son Oeuvre. Et encore, vous les reconnaitrez à leurs fruits (Matt. 11: 2-5, 7: 16-19).

“Non en 1933, je ne le savais pas. Alors, comment le sais-je maintenant? Parce que j’ai regardĂ© en rĂ©trospective dans toutes ces annĂ©es, et je regarde aux fruits. Et vous ĂȘtes ici pour y participer. Vous faites partie de l’évidence, la preuve. Parce que vous ĂȘtes ici. Et j’avais quelque chose à faire avec cela. Ainsi que JĂ©sus Christ. Et IL m’employait. Je ne l’ai pas fait moi-mĂȘme. Et malheur à moi si j’en prends le crĂ©dit.”

Sermon, July 21, 1978

Le lecteur devrait considĂ©rer relire cet extrait pour l’incroyable aperçu qu’il offre. Prenez une note spĂ©ciale que M. Armstrong ne raconte pas aucune sorte de service d’ordination sĂ©parĂ©e le dĂ©signant spĂ©cifiquement comme apĂŽtre survenu en 1952. Et il n’y eut aucun autre Ă©vĂšnement inhabituel dĂ©crit. Il n’a certainement jamais vu un “signe” indiquant son poste ou qu’il ait entendu une voix des cieux dĂ©clarant qu’il Ă©tait l’apĂŽtre de Christ.

Rappelez-vous la suite de questions que M. Armstrong offrait comme illustration. Et notez qu’il reconnaissait simplement qu’il Ă©tait absolument Ă©vident, derriĂšre toute question, que Christ l’avait employĂ©, aussi bien que dans la maniĂšre de la savoir, par les fruits!

MĂȘme le manuel du Ambassador-Spokesman Club (Club d’Orateurs de l’Ambassadeur CollĂšge), lu et Ă©tudiĂ© par des milliers d’hommes, reconnaissait l’importance des fruits sous/dans la section expliquant que pratiquer le gouvernement de Dieu Ă©tait un des buts du Club:

“JĂ©sus dit aux apĂŽtres: ‘Ce n’est pas vous qui M’avez choisi; mais Moi, Je vous ai choisis 
’ (Jean 15:16).

“Dans toute la Bible, nous trouvons que le gouvernement de Dieu est par nomination, du haut en bas.

“Dans cet Ăąge, nous, dans l’Église de Dieu regardons aux fruits (Matt. 7:17), que Dieu a choisis M. Herbert W. Armstrong comme Son Chef berger humain ou ministre dans Son Église. De la mĂȘme maniĂšre, selon leurs fruits, M. Armstrong a nommĂ© d’autres aux positions de responsabilitĂ© dans l’Oeuvre de Dieu aujourd’hui.”

“Les membres ou participants du Club (d’Orateurs) apprennent comment le gouvernement de Dieu fonctionne par un contact Ă©troit par le programme de ce Club. Ils sont enseignĂ©s à regarder vers Christ comme Celui qui se tient derriĂšre chacun des participants du Club. Par l’expĂ©rience et le fait de voir les ‘fruits,’ ils apprennent que Christ guide directement dans les nominations de chacun des participants.”

Combien se rappellent ce but central de ces Clubs? La prochaine citation, pat le Dr. Hoeh, confirme un peu plus la définition et le rÎle des apÎtres:

“L’Évangile du royaume est la bonne nouvelle du Gouvernement de Dieu. L’Église est composĂ©e d’agents, des Ă©missaires (reprĂ©sentants, ambassadeurs) de ce gouvernement. Pour hĂ©riter et rĂ©gner dans ce royaume, nous devons nous soumettre à l’autoritĂ© de Dieu maintenant, durant cette vie”.

“Il y a donc des diffĂ©rences d’autoritĂ© dans le gouvernement de Dieu; il y en a de plus grandes que d’autres, quelques unes sont des chefs. Mais, elles sont toutes au service de Dieu, et non comme seigneurs sur l’hĂ©ritage de Dieu.

“Comprenons-nous la toute puissante signification de cet enseignement? Comprenons-nous rĂ©ellement la grande signification de cela? Parmi le peuple de Dieu, dans Son Église, notre Ă©glise, il y en a qui ont de plus grandes responsabilitĂ©s et autoritĂ©s que d’autres. Mais ils exercent leur pouvoir comme les serviteurs de Dieu pour les autres membres de l’église.”

“Christ dirigea l’église par les apĂŽtres qui Ă©taient choisis directement par Lui (Luc 6:13). Les apĂŽtres Ă©taient Ses reprĂ©sentants directs, Ses dĂ©lĂ©guĂ©s, envoyĂ©s dans le monde comme ambassadeurs portant autoritĂ©. Le mot apĂŽtre signifie ‘quelqu’un envoyĂ© portant l’autoritĂ©.’ Les apĂŽtres Ă©taient des instruments entre les mains de JĂ©sus, par lesquels IL pouvait rĂ©pandre l’Évangile, corriger, enseigner et conduire l’église.”

“JĂ©sus ordonna aux apĂŽtres de prĂȘcher l’évangile au monde et leur donna l’aide d’évangĂ©listes. Mais IL a aussi dit à Pierre de “Pais Mes brebis” (Jean 21:15-17).”

“
Encore, c’était Jacques, pas l’apĂŽtre Jacques, mais le frĂšre de JĂ©sus, qui, comme pasteur en autoritĂ© sur les autres anciens, leva sa voix pour dĂ©cider (trancher) (Actes 15:14).”

“Voici, alors, le gouvernement spirituel de Dieu au dĂ©but de l’église clairement citĂ©: Le PĂšre manifestait Sa volontĂ© à JĂ©sus, le Chef vivant de notre Ă©glise, qui en retour, manifestait Sa volontĂ© aux apĂŽtres. Eux, ensuite, instruisaient les Ă©vangĂ©listes pour accomplir l’évangile. Les Ă©vangĂ©listes, avec les apĂŽtres, enseignaient les anciens qui prĂ©sidaient sur les congrĂ©gations locales. Dans chaque congrĂ©gation il y avait un pasteur prĂ©sidant, habituellement avec d’autres anciens, qui enseignaient les membres. Il n’y avait aucune politique de participation, ni aucun vote, sur les officiels ou les doctrines. Les anciens rĂ©gissaient l’église locale, mais ils n’étaient pas rĂ©gis par la congrĂ©gation ou les membres laĂŻcs.”

“
Dieu, pas les hommes, dĂ©cidait qui devrait ĂȘtre donnĂ© les responsabilitĂ©s pour accomplir Son Oeuvre.

Le gouvernement dans notre Église aujourd’hui

“Depuis le tout dĂ©but des Ăąges JĂ©sus a choisi directement ceux qui servaient dans la responsabilitĂ© d’apĂŽtres, Ses reprĂ©sentants directs portaient Son autoritĂ©.”

“Mais dans notre Ă©glise, l’église de Dieu, dans laquelle le gouvernement de Dieu existe aujourd’hui, JĂ©sus a choisis M. Armstrong comme Son reprĂ©sentant direct, comme un Ambassadeur du Royaume de Dieu aux nations de ce monde, comme un homme par qui IL peut travailler à prĂȘcher et à publier le vĂ©ritable Ă©vangile au monde entier. Le poste de M. Armstrong inclut de l’autoritĂ© divine, endosse par la puissance de Dieu. JĂ©sus l’a envoyĂ© pour parler en Son nom et par Son autoritĂ©, et IL lui a donnĂ© un tĂ©moignage par les fruits que seulement Dieu peut produire.”

“
JĂ©sus dit aux disciples de Jean: de regarder aux fruits, le malade Ă©tait guĂ©ri, l’évangile du royaume Ă©tait prĂȘchĂ© (Luc 7:22). C’est par les fruits que nous les reconnaitrons le poste que Dieu a donnĂ© à Son reprĂ©sentant direct.

“Dans l’accomplissement de la proclamation de l’évangile aux nations, M. Armstrong a eu à choisir de jeunes hommes, tout comme l’apĂŽtre Paul; et comme Dieu a donnĂ© des preuves par leurs fruits, il les a ordonnĂ©s comme ministres, avec l’autoritĂ© d’évangĂ©listes administrant les Ă©glises locales et servant dans diffĂ©rents d’autres domaines dans notre ministĂšre complexe d’aujourd’hui lorsque nous devons utiliser la radio et les journaux.”

“Comment clair cela peut ĂȘtre que Dieu dirige notre Ă©glise. Les congrĂ©gations sont dirigĂ©es par des anciens, qui sont dirigĂ©s par des Ă©vangĂ©listes, et eux sont dirigĂ©s par l’apĂŽtre qui lui-mĂȘme est dirigĂ© par Christ qui est dirigĂ© par Dieu! Tous les postes sont nommĂ©s, par un poste supĂ©rieur. C’est le gouvernement de Dieu en descendant vers chacun des individus, membres dans l’église.”

Herman L. Hoeh, “Government in Our Church,” GN, August 1953

Il est Ă©vident de ce plus long extrait que l’Église a dĂ©jà compris prĂ©cisĂ©ment comment le gouvernement de Dieu travaille, et cette comprĂ©hension commença au dĂ©but de 1950. Mais aujourd’hui, c’est devenu un sujet de dĂ©bat et de controverse, à cause de loups ravisseurs, qui, n’ayant rien de Christ, entrĂšrent dans le troupeau, il a dĂ©jà Ă©tĂ© trĂšs clair pour tout le peuple de Dieu comment Christ dirige dans Son Église. Et cette comprĂ©hension Ă©tait la norme pour des dĂ©cennies. En fait, cette connaissance Ă©tait encore en place presque deux ans aprĂšs la mort de M. Armstrong. Voici ce qui paru dans un article à ce moment là:

“Juste comme les preuves dans la vie de Paul l’établirent comme un apĂŽtre de JĂ©sus Christ, à notre Ă©poque d’autres ont aussi Ă©tĂ© employĂ© par Dieu de maniĂšres puissantes. À travers un apĂŽtre, Herbert W. Armstrong, l’Église Universelle de Dieu fut Ă©tablie. À travers lui, les doctrines de Dieu furent restaurĂ©es au Corps de Christ
À travers lui, des dĂ©mons ont Ă©tĂ© exorcisĂ©s, et plusieurs ont Ă©tĂ© guĂ©ris. N’est-ce pas là les fruits, le sceau, d’apostolat?”

“Plusieurs annĂ©es avant sa mort, il a finalement reconnu par les fruits que Dieu l’avait nommĂ© apĂŽtre.” [Note de l’auteur: Vous venez de voir que M. Armstrong reconnaissait son poste plus de 33 ans avant sa mort.]

L. Leroy Neff, “How Many Apostles Were There?” GN, Sept.-Oct. 1987

Le sceau de l’apostolat de Paul

Cette derniĂšre citation lie deux passages enregistrĂ©s par Paul, et rĂ©fĂšre à la façon que la validitĂ© de son apostolat peut ĂȘtre comprise. Paul Ă©crit aux Corinthiens: “Si pour d’autres je ne suis pas apĂŽtre, je le suis au moins pour vous; car vous ĂȘtes le sceau de mon apostolat dans le Seigneur” (I Cor. 9:2).

Lorsque nous lisons soigneusement, il est compris que Paul dĂ©clare simplement que les Corinthiens, “vous” (et cela serait vrai, consĂ©quemment, de toutes les autres congrĂ©gations qu’il Ă©tablit), faisaient parti des fruits, le “sceau”, de son apostolat. Ainsi, ce que cela dit, est que c’est le fruit lui-mĂȘme, les conversions dans une grande rĂ©gion à la suite des efforts d’un homme, cela est le sceau. MĂȘme avec un regard rapide chapitre aprĂšs chapitre dans le livre des Actes, rĂ©vĂšle que Paul prĂȘchait le royaume de Dieu, des miracles Ă©taient prĂ©sents et des conversions prirent place, souvent nombreux. Les miracles accompagnaient son poste, les conversions le scellaient!

Dans son deuxiĂšme Ă©pĂźtre aux Corinthiens, Paul ajouta un autre gros Ă©lĂ©ment à l’image entourant un vĂ©ritable apostolat: “RĂ©ellement, les signes d’un apĂŽtre Ă©taient visibles parmi vous avec toute patience, dans les signes, et des prodiges et des miracles” (2 Cor. 12:12). Ensembles, ces deux passages prĂ©sentent les moyens que nous avons vus dĂ©crits dans les derniĂšres citations. Elles utilisent les mots “sceau” et “signes,” mais l’image est claire. Le “sceau” est une autre façon de dĂ©crire les fruits, les “signes” Ă©tant une preuve de confirmation du poste.

Revoyons les Ă©lĂ©ments de II Corinthiens 12:12; les signes d’un apĂŽtre, au chapitre dix-huit, dans un contexte plus large, vous y trouverez que ce que vous apprenez est fascinant.

Est-ce ce que Christ approuvait?

Regardons au principe mentionnĂ© plus haut dans les propres mots/paroles de Christ. Est-ce que M. Armstrong a inventĂ© l’idĂ©e des fruits d’un homme comme Ă©tant tout important, et ensuite, tordre ce que Paul enregistra pour dĂ©velopper une fausse dĂ©claration?

Voici ce que JĂ©sus instruisit en privĂ© Ses disciples vers la fin du Sermon sur la Montagne: “Gardez-vous des faux prophĂštes, ils viennent à vous en vĂȘtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaitrez à leurs fruits.... C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaitrez” (Matt. 7:15-16, 20).

Si c’est vrai des prophùtes, combien plus des apîtres?

Plusieurs ont peur aujourd’hui de “juger” les leaders comme Christ emploie le terme. Dans le monde politiquement correct, les gens ont Ă©tĂ© conditionnĂ© à croire que mĂȘme une simple reconnaissance de ce que leurs yeux leur disent, c’est de “juger” les autres, lorsqu’actuellement, c’est seulement de faire une observation basĂ©e sur des faits discernables. Bien sĂ»r, juger, voulant dire condamner, c’est la prĂ©rogative de Dieu.

Ce qui identifie un homme comme vĂ©ritable ou faux, c’est son enseignement, et les autres choses discernables. Tragiquement, beaucoup aujourd’hui se contentent d’accepter l’apparence extĂ©rieure du caractĂšre d’un homme, son vĂȘtement de brebis, et lui donnent un laissez-passer à cause de son rang d’évangĂ©liste ou de son rang de sĂ©nioritĂ© ou de son charisme ou qu’il rĂ©clame qu’il a passĂ© des “milliers d’heures avec M. Armstrong.” La plupart ne dĂ©ploieront pas l’effort pour se rapprocher de trĂšs prĂšs de tels leaders pour examiner les dessous et voir “quels grands yeux ils ont” et “quelles grosses dents ils ont.”

Des fruits abondants

Lorsque nous considĂ©rons les fruits en gĂ©nĂ©ral dĂ©montrĂ©s dans les 52 annĂ©es du ministĂšre de M. Armstrong, l’évidence est claire. Tout comme Paul qui dĂ©fendait son apostolat dans les deux passages mentionnĂ©s mĂȘme s’il n’en avait pas besoin, M. Armstrong pourrait simplement s’assoir sur la grande rĂ©colte et l’abondance des fruits dans son ministĂšre, incluant des signes miraculeux, et arrĂȘter toutes les bouches (mauvaises langues)! Pourtant, beaucoup aujourd’hui ne peuvent mĂȘme pas se souvenir que les fruits sont ce qu’ils devraient rechercher, et encore, la sorte de fruit qui devrait ĂȘtre Ă©vident. Alors, les loups et les voleurs parmi le troupeau s’en sortent avec ces meurtres spirituels (Jean 10:10), les brebis aujourd’hui se donnent virtuellement elles-mĂȘmes aux loups et aux voleurs sur des plats avec les “ustensiles”!

Christ commande Ses vĂ©ritables adeptes de connaitre les hommes, de faire la distinction d’un leader par ses fruits, par ce qu’il enseigne. C’est la maniĂšre que chaque personne qui discerne “devra connaitre” ses leaders ou son leader! Pourquoi autant de gens aujourd’hui ignorent l’instruction de Christ (et de M. Armstrong)? Pourquoi n’y a t-il pas des milliers de gens cherchant pour le “sceau” d’un homme, incluant s’il existe aujourd’hui un “sceau d’un apostolat,” avec des “signes” aussi Ă©vidents?

Si les frĂšres ne veulent pas savoir ce que Christ leur a dit qu’ils peuvent savoir, ils feraient mieux de se prĂ©parer maintenant à payer un trĂšs haut prix!

Que ferez-vous?

Maintenant que nous avons vu ce que signifie le poste d’apĂŽtre, ce qu’il est! Et nous avons vu comment le savoir, comment le prouver! Lorsque Christ a envoyĂ© quelqu’un à ce haut poste, nous devons examiner aussi prĂšs que possible, aux responsabilitĂ©s de cette position. Quelles sont les responsabilitĂ©s et les fonctions dans ce poste?

Nous devons apprendre ce que les apîtres font 


Chapitre Douze – RESPONSABILITÉS APOSTOLIQUES

Il est Ă©vident que Christ doit avoir une prise ferme (une main ferme) sur ce qui pourrait ĂȘtre appelĂ© un “aviron” d’apĂŽtre, et Il L’a! Cela nous mĂšne au sujet crucial et sĂ©parĂ© de la direction que donne Christ à ce poste, comment (de quelle maniĂšre) un apĂŽtre sert sous Lui. À quelles responsabilitĂ©s ces hommes ont-ils Ă©tĂ© envoyĂ©s?

Comme tous les autres ministres, ceux qui dĂ©tiennent les plus hauts postes sont aussi des serviteurs, mais, ils sont des serviteurs investis avec de l’autoritĂ© extraordinaire. Manifestement, Dieu ne peut laisser un tel poste, cela veut dire, n’importe quel homme qui le dĂ©tient, dans l’ignorance de ce qui lui est requis. Cela signifie que l’homme doit aussi comprendre tous les autres postes et comment ils doivent fonctionner, ce que sont leurs responsabilitĂ©s et obligations, et ce que ces postes ne sont pas permis ou autorisĂ©s de faire, parce que Christ a seulement dĂ©lĂ©guĂ© ces choses au plus haut poste! Nous clarifierons ces choses dans ce chapitre.

Une occasion de doute?

Toutefois, nous devrions une derniĂšre fois nous poser la question si Christ permettrait possiblement à un apĂŽtre d’ĂȘtre incertain au sujet de ses propres responsabilitĂ©s, et pour de nombreuses dĂ©cennies. Si Christ doit montrer à un homme qu’il est un apĂŽtre, pourquoi le garderait-il dans l’ignorance au sujet des buts du poste? Quel sens cela ferait-il?

Puisque nous avons vu que M. Armstrong Ă©tait prĂ©cis dans sa description des responsabilitĂ©s des autres postes, est-ce que ce serait la mĂȘme chose pour le sien? Alors, est-ce que sa pensĂ©e aurait demeurĂ©e incertaine pour autant d’annĂ©es au sujet des fonctions qu’il accomplissait quotidiennement? Serait-il si ignorant, avec le Chef de l’Église, JĂ©sus Christ, qu’il ne croitrait pas avec le temps dans la pleine et entiĂšre maturitĂ© de la comprĂ©hension des choses pertinentes à/de gouverner si intrinsĂšques à la vie quotidienne de l’Église, et de l’Oeuvre autour du monde?

Ayant mĂȘme un minimum de foi dans la capacitĂ© du Christ vivant amenĂ© dans l’équation, est-ce que Christ minimiserait Son choix de l’homme qui devait restaurer toutes choses à l’Église, que cet homme ne comprendrait pas tous les alĂ©as du poste qu’il dĂ©tient? Et n’aurait-IL pas soigneusement prĂ©parĂ© cet homme pour le suivre humblement dans toutes les affaires au moins importantes?

Rappelez-vous encore que Christ est un apĂŽtre Lui-mĂȘme, sachant qu’IL savait qu’IL Ă©tait Lui-mĂȘme envoyĂ©. Et IL connaissait ce qu’étaient Ses responsabilitĂ©s. IL parla souvent dans les Écritures d’accomplir seulement la volontĂ© de Son PĂšre, pas la Sienne. La derniĂšre chose que le Tout-Puissant, trĂšs sage JĂ©sus Christ ferait, est de choisir un homme qu’IL ne pourrait pas conquĂ©rir suffisamment, afin que cet homme comprendrait ce qu’il doit/supposĂ© faire ou ne pas faire. (Rappelez-vous, Christ doit ĂȘtre capable de diriger la personne avec une telle grande autoritĂ©.) Puisque nous avons vu que Christ a guidĂ© M. Armstrong à comprendre les responsabilitĂ©s des autres postes correctement, nous devrions nous attendre à ce que M. Armstrong comprenne le sien.

Rappelez-vous, la Bible enseigne qu’il y a diffĂ©rentes “administrations (ministĂšres)” et “opĂ©rations mais le mĂȘme Dieu” (I Cor. 12:5-6). ConsĂ©quemment, c’est reconnu que des diffĂ©rences dans la personnalitĂ© signifie que pas tous les apĂŽtres feraient tout de la mĂȘme maniĂšre exactement. (Bien sĂ»r, c’est vrai aussi pour chacun de ceux dĂ©tenant un autre poste.) C’est en partie parce que les circonstances et les besoins peuvent varier dans un Ăąge ou d’une Ăšre donnĂ©e de l’Église. Mais, certainement, dans un sens gĂ©nĂ©ral, ceux qui dĂ©tiennent les plus hauts postes dans les fonctions du ministĂšre du Nouveau Testament de la mĂȘme maniĂšre. Ils ont les mĂȘmes responsabilitĂ©s, et ils ont la mĂȘme autoritĂ©. Et chacun doit ĂȘtre compris.

Mes commentaires seront quelques fois minimaux. Les paroles de M. Armstrong prĂ©sentent une image complĂšte des responsabilitĂ©s d’un apĂŽtre dans le gouvernement de Dieu. Le lecteur ne sera pas confondu.

Il serait plus appropriĂ© que ce chapitre commence avec la premiĂšre responsabilitĂ© et peut ĂȘtre la plus grande, et la plus importante des apĂŽtres. Le point d’ouverture couvert est aussi la place naturelle pour commencer, parce que toutes les autres responsabilitĂ©s du plus haut poste de l’Église proviennent directement de la fondation de celui-ci.

Parmi tout ce qui sĂ©pare l’Église de Dieu de toute autre Ă©glise de ce monde, ce sont ses enseignements!

La vérité par les apÎtres

La Bible dĂ©clare catĂ©goriquement que “La Parole de Dieu est la vĂ©ritĂ©â€ (Jean 17:17), et que “vous connaitrez la vĂ©ritĂ©, et la vĂ©ritĂ© vous affranchira” (Jean 8:32). LittĂ©ralement, plusieurs autres passages pourraient ĂȘtre ajoutĂ©s à ces deux là parce que croire et vivre la vĂ©ritĂ© ne dĂ©finit pas seulement l’Église, mais aussi que quiconque fraternise avec l’Église est un vĂ©ritable ChrĂ©tien. ConsĂ©quemment, Christ devrait avoir une mĂ©thode trĂšs spĂ©cifique, bien comprise et bien dĂ©finie en plus d’ĂȘtre visible pour tous les frĂšres et les ministres, pour connaitre comment, exactement la maniĂšre! Qu’IL introduisit la vĂ©ritĂ© dans Son Église. Ceci ne serait pas, et ne pourrait pas, ĂȘtre une mĂ©thode sujette à l’interprĂ©tation humaine ou une opinion personnelle. La seule opinion qui compterait, serait celle de Christ, et IL la ferait comprĂ©hensive à tous les observateurs sincĂšres.

En fait, nous pourrions facilement argumenter que la plus grande vĂ©ritĂ© connue par l’Église de Dieu est la maniĂšre que l’Église reçoit la vĂ©ritĂ©. Sans connaitre les moyens ou le vĂ©hicule par lequel (ou par qui) Christ opĂšre, l’Église ne pourrait jamais connaitre avec certitude toutes les autres vĂ©ritĂ©s de la Bible, qui et quoi est Dieu, le salut, les cieux, l’enfer, le jugement, l’évangile, la prophĂ©tie, le Sabbat, la loi, les Jours Saints, les viandes pures et impures, les lois financiĂšres, le repentir, la signification du baptĂȘme, lorsque nous sommes “nĂ© de nouveau”, qui et quoi est l’Église, et bien sĂ»r, comment est-ce que l’Église est gouvernĂ©e. Comme toutes les Ă©glises des hommes, nous pourrions prĂ©sumer que l’Église de Dieu, peut de par elle-mĂȘme, discerner correctement quelques unes, ou une partie, des vĂ©ritĂ©s bibliques, mais, aussi comme les Ă©glises des hommes, elle aurait presque tout de travers.

De plus, si quiconque, ou n’importe qui dans le ministĂšre, pourrait se lever et Ă©taler ses propres idĂ©es, qui sĂ»rement, seraient diffĂ©rentes de celles des autres dans leur maniĂšre de “voir les choses,” comment est-ce que l’Église pourrait en venir à un consensus? Puisque Dieu n’est pas l’auteur de la confusion, le tout dernier enseignement qu’IL permettrait au peuple de dĂ©cider par eux-mĂȘmes serait les moyens de connaitre quoi croire. Lorsque cela arrive (la vĂ©ritĂ© du gouvernement serait une des premiĂšres victimes), le rĂ©sultat devrait ĂȘtre Ă©vident, des centaines de groupes et de groupuscules dissidents apparaitraient, et tous rĂ©clameraient ĂȘtre de “l’Église.”

J’ai couvert ce sujet dans d’autres livres en grands dĂ©tails, et beaucoup de citations. En voici quatre Ă©videntes:

“Il n’y avait pas un tel comitĂ© doctrinal au QG de l’Église du premier siĂšcle à JĂ©rusalem. Tous les enseignements venaient de Christ par les apĂŽtres, et à quelques reprises, Christ communiquait aux apĂŽtres via les prophĂštes (desquels il n’y en a pas dans l’Église de Dieu aujourd’hui puisque que la Bible pour notre Ă©poque est complĂšte). L’Église de Dieu aujourd’hui, comme au premier siĂšcle, reçoit ses enseignements du Christ vivant, par un apĂŽtre, juste comme en A.D. 31.

“Une autre fonction organisationnelle Ă©norme sera dirigĂ©e de ce QG de l’Église, de la fonction de direction de toutes les Ă©glises locales dans le monde. Ces Ă©glises seront composĂ©es de ceux qui devinrent convertis, engendrĂ©s de Dieu en recevant Son Saint-Esprit, mĂȘme s’ils sont encore mortels.

MYSTERY OF THE AGES, p. 350

“Les enseignements de l’Église changeaient. Le plus connu des livres: The United States and British Commonwealth in ProphĂ©tie (Les États-Unis et la Grande Bretagne en ProphĂ©tie), Ă©tait attaqué et bien d’autres livres et livres de base et les plus importants Ă©crits par l’apĂŽtre de Christ.”

“Comment est-ce que l’Église de Dieu reçoit ses doctrines, ses croyances et ses enseignements? Directement de Dieu, à travers les moyens de JĂ©sus Christ comme chef de l’Église, et de Lui, à travers les apĂŽtres! Jamais d’aucune autre maniĂšre! Jamais par un groupe de ministres se nommant eux-mĂȘmes un ComitĂ© Doctrinal! Ainsi Ă©taient les choses au premier siĂšcle.

“Comment est-ce que WCG reçut-elle ses doctrines, ses croyances et ses enseignements? Exclusivement par l’apître de Christ!... mais chaque doctrine, croyance et enseignement dans wcg sont venus de Christ par son apître choisi!”

“What Is a Liberal?” WN, Feb. 19, 1979

Notez que M. Armstrong commenta sur le fait que: “les livrets de base et les plus importants [furent] Ă©crits par l’apĂŽtre de Christ.” Je n’avais pas dĂ©couvert cet extrait jusqu’aprĂšs ce je fus requis d’écrire, presque littĂ©ralement, bien au-delà de ce que M. Armstrong avait Ă©crit. Cela devint pour moi une grande source d’inspiration lorsque je regardai en arriĂšre. Continuons:

“JĂ©sus Christ vivant fonda la seule vraie Église de Dieu, en A.D. 31. Le mĂȘme JĂ©sus Christ vivant dĂ©buta l’ùre de Philadelphie de l’Église de Dieu par moi, comme Son apĂŽtre choisi, en AoĂ»t 1933. “Dieu commande dans Sa Parole que nous ‘parlions tous la mĂȘme chose’. Cette ‘mĂȘme chose’ qu’IL plaça dans Son Église par Son apĂŽtre.”

“Watering Down—Or Slowly Building Solidly Up?” WN, June 11, 1979

“Mais, comment? Comment est-ce que JĂ©sus Christ met ses doctrines dans Son Église? Comment le fit-IL en A.D. 31? Comment le fit-IL en A.D. 1933?”

“Dieu dit que nous dans Son Église devons croire et parler la mĂȘme chose, nous devons agrĂ©er sur ce qu’est la vĂ©ritĂ© et le bien et le mal comme opposĂ© à ce qui est pĂ©chĂ© et mauvais.”

“Seulement par Ses apîtres choisis.”

“Notre enseignement et nos doctrines doivent venir de Dieu! Par Christ! Et par Ses apître!”

“Dieu a toujours, en travaillant avec les humains, travailler à travers un seul homme à la fois, un qui croit Dieu! Quelques uns dans l’ancien IsraĂ«l dĂ©fiĂšrent le leadership d’un homme. Quelques uns de la mĂȘme maniĂšre, l’ont dĂ©fiĂ© aujourd’hui!

“PremiĂšrement, le propre frĂšre et la propre sƓur de MoĂŻse dĂ©fiĂšrent le leadership de cet homme
 ‘Et la colĂšre de l’Éternel s’enflamma contre eux’ [Nom. 12:9].”

“Encore, mĂȘme si nos membres et nos ministres le savent tous, quelques uns n’ont pas peur de parler avec mĂ©pris en hostilitĂ©, ou diffamation contre l’apĂŽtre de Christ aujourd’hui! Ils ne me craignent pas! Parce que je ne me retournerai pas pour les frapper.

“pourquoi alors, ne craignent-ils pas Dieu? Ça peut ĂȘtre une de deux choses. Soit qu’ils ne comprennent rĂ©ellement pas cet enseignement,
 ou ils ne croient pas que Dieu m’ait choisi comme Son apĂŽtre et leader humain aujourd’hui.”

“L’Église, est l’Église de Dieu . Le chef de l’Église sous Dieu, c’est JĂ©sus Christ. Sous Christ, sur le niveau humain, se trouve Son apĂŽtre choisi, à travers lequel IL a Ă©tabli et construit ce temple spirituel auquel le Christ rĂ©gnant viendra bientĂŽt dans la gloire (Éph. 2:20-21).”

“Lorsque l’Église commença en A.D. 31, toutes les doctrines furent Ă©tablies par les apĂŽtres. Toutes les doctrines dans cette Ăšre de Philadelphie furent mis dans l’Église JĂ©sus Christ par Son apĂŽtre choisi.”

“And Now Christ Sets the Church Back on Track Doctrinally!” WN, Feb. 19, 1979

Oui ou non?

Vous avez compris que ces dĂ©clarations seraient claires, et nous avons discutĂ© que Dieu ne pourrait jamais laisser la responsabilitĂ© pour les enseignements de l’Église, une affaire de vĂ©ritĂ© Ă©ternelle, suspendue dans le doute, ambiguĂ«, et sujet aux opinions. Dieu n’a pas fait cela! Soit que vous croyez ce que vous venez de lire ou, en effet, vous croyez que quiconque, n’importe oĂč. Peut enseigner n’importe quoi aussi longtemps qu’il croit “C’est Ă©crit dans la Bible” ou “JĂ©sus me l’a dit.”

Croyez-moi, il y a des milliers de gens dans le monde qui croient cela. Nous recevons des lettres d’eux quotidiennement. Malheureusement, et incroyablement, la majoritĂ© du peuple de Dieu en sont venus à croire comme le monde. MĂȘme si un jour ils ont cru ces dĂ©clarations claires comme du cristal, maintenant, ils croient les comitĂ©s, les “prophĂštes,” les Ă©vangĂ©listes, les pasteurs, les anciens, les membres laĂŻcs, les Protestants et les femmes incluant la veuve Jones à Jonesboro, peuvent avoir des rĂ©vĂ©lations ou “venir à la vĂ©ritĂ©â€ qui est “vitale pour tous.” Des centaines de lettres que nous avons reçues sont des tĂ©moignages à ce que les ĂȘtres humains peuvent sincĂšrement croire qu’ils ont “reçu de Dieu.”

La vĂ©ritĂ© vient dans l’Église par les apĂŽtres et seulement les apĂŽtres. Si l’apĂŽtre qui enseigna cela avait tort, alors, il n’y aurait aucune doctrine dont il enseigna au peuple de Dieu qui ne pourrait ĂȘtre mis au dĂ©fi, et c’est exactement ce que les apostats enseignĂšrent!

Pourquoi le peuple de Dieu se laisserait berner pour cette façon de penser? Qu’est-il arrivĂ©? Comment ont-ils pu ĂȘtre si facilement sĂ©duits sur un point aussi grand par ceux qu’ils savaient ĂȘtre des agents de Satan? Encore, des milliers l’ont Ă©tĂ©, incluant la majoritĂ© du ministĂšre qui supposĂ©ment Ă©chappa à leurs Ă©glises.

Reformulons cela exactement, ou plus justement pour ceux qui croiront les rapports. Un apĂŽtre fut envoyĂ© au vingtiĂšme siĂšcle par le Chef de l’Église pour y expliquer le gouvernement de Dieu. (À cet Ă©gard, comme vous lisez, vous aurez à dĂ©cider si j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© pour le rĂ©expliquer, pour restaurer encore ce qui avait Ă©tĂ© restaurĂ©.) Si vous croyez que Christ envoya M. Armstrong, vous ne pouvez pas croire qu’il aurait Ă©tĂ© permis d’avoir tort sur quelque chose d’une telle importance aussi colossale, de la maniĂšre que Christ gouverne, dont IL est le Chef, Son Église. La foi de base, simple, dans le Tout-Puissant JĂ©sus Christ vivant, et Sa capacitĂ© de guider Son Église ne permettra pas de croire qu’IL permettrait M. Armstrong de se tromper, de se fourvoyer. Si vous croyez qu’IL le ferait, et que vous n’ĂȘtes pas convaincu que M. Armstrong eu les Ă©critures correctes sur cette affaire, ce livre ne pourra pas vous aider, et vous ĂȘtes condamnĂ© d’errer parmi les groupes dissidents et les groupuscules, ou de rester à la maison, ne sachant pas oĂč planter vos pieds!

Comment Christ enseigne Son Église, et comment IL gouverne Son Église dĂ©passe toute chose. Je rĂ©pĂšte, certainement, IL communiquerait cela à cette Église.

Manifestement, ce poste a aussi l’autoritĂ© d’établir des traditions dans l’Église. Paul commanda qu’elles soient retenues fermement, et elles Ă©taient si importantes que quiconque n’y adhĂ©rerait pas, ne pourrait “faire partie” de l’Église (II Thess. 2:15; 3:6). À cette lumiĂšre, et personne ne pointe cela aujourd’hui, il faut noter que l’Apocalypse 3:11 dĂ©clare que les Philadelphiens devraient: “retiens ferme ce que tu as.” Cette phrase est intĂ©ressante, dans sa formulation. C’est parce que Philadelphie ne reçoit pas seulement la vĂ©ritĂ©, mais aussi une armĂ©e de traditions, qui travaillent ensemble pour organiser et unifier l’Église. ConsĂ©quemment, la phrase a mĂȘme une plus grande signification que peut ĂȘtre ceux qui se rappellent encore et cherchent à la suivre, comprendront.

Un dernier point de confirmation de ce que vous venez de rĂ©apprendre, et c’est facile de comprendre: Nous avons vu qu’ÉphĂ©siens 2:20 dĂ©clare que l’Église repose sur la fondation des apĂŽtres et des prophĂštes, avec JĂ©sus Christ. En plus, Actes 2:42 parle de continuer dans: “la doctrine des apĂŽtres’”, pas des Ă©vangĂ©listes’ (ou un Ă©vangĂ©liste prĂ©sidant), un pasteur, un ComitĂ© des Anciens’, une ConfĂ©rence GĂ©nĂ©rale des Anciens’, ou mĂȘme dans les doctrines des prophĂštes, parce que dans le Nouveau Testament il y avait des apĂŽtres à qui n’importe quels prophĂštes se seraient rapportĂ©s.

Sur quoi vous fiez-vous? Plus spĂ©cifiquement, sur qui, vous fierez-vous? Si vous dites Christ, mais vous Choisissez des Ă©vangĂ©listes, des pasteurs ou n’importe quel autre poste, vous vous ĂȘtes Ă©loignĂ©s, en fait, laissez tomber la fondation biblique, et vous avez choisi de vous fier sur les hommes qui se sont nommĂ©s eux-mĂȘmes! Quel prix ĂȘtes-vous prĂȘts à payer si vous avez torts?

PrĂȘche l’Évangile du Royaume à toutes les nations

À quelques reprises, le livre fait des rĂ©fĂ©rences à une autre des grandes responsabilitĂ©s assignĂ©es aux apĂŽtres. Christ a littĂ©ralement ordonnĂ© ces hommes comme Ses ambassadeurs à toutes les nations, comme reprĂ©sentants de Son gouvernement, avec la proclamation de Son royaume qui bientĂŽt, rĂšgnera sur tout le monde. Mais, cette responsabilitĂ© est si importante, si extraordinaire, en dimension et en signification, que le chapitre doit inclure au moins deux citations de M. Armstrong l’expliquant:

“‘Maintenant, les onze disciples (Judas les avait dĂ©jà laissĂ©s) allĂšrent en GalilĂ©e, sur la montagne que JĂ©sus leur avait dĂ©signĂ©e. Quand ils Le virent, ils se prosternĂšrent devant Lui, mais quelques uns eurent des doutes. JĂ©sus, S’étant approchĂ©, leur parla ainsi:’ à qui? Pas à toute l’Église! Seulement aux disciples qui deviendraient les apĂŽtres originaux! ‘“Toute pouvoir (autoritĂ©) M’a Ă©tĂ© donnĂ© dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples [Ă©tudiants, ceux qui sont enseignĂ©s] les baptisant au nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que Je vous ai prescrit. Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde”’ (Matt. 28:16-20).

“Notez soigneusement: cette grande mission d’ĂȘtre envoyĂ© avec le Message de l’Évangile de Christ fut donnĂ©e seulement à ceux qui Ă©taient apĂŽtres, et le mot ‘apĂŽtre’ signifie ‘celui qui est envoyé’ avec le Message!”

THE INCREDIBLE HUMAN POTENTIAL, p. 117

“Pour cet entrainement, ce dĂ©veloppement spirituel du caractĂšre de Dieu, Dieu a donnĂ© à l’Église une double responsabilitĂ©:

“1) ‘Allez à travers le monde entier’ et prĂȘchez la Bonne Nouvelle, l’annonce, du royaume de Dieu.

“2) ‘Paissez mes brebis.’

“Mais, en nourrissant les ‘brebis,’ dĂ©veloppant en eux le caractĂšre spirituel de Dieu, Dieu leur a donnĂ© leur part en supportant la grande mission: ‘Allez à travers le monde entier.’

“Cette premiĂšre et grande mission fut donnĂ©e aux apĂŽtres.”

MYSTERY OF THE AGES, p. 265

Cela a toujours Ă©tĂ© le travail officiel des apĂŽtres de proclamer l’évangile du royaume de Dieu à toutes les nations, au monde entier! Cela commença avec les douze apĂŽtres originaux lorsqu’ils furent dit par JĂ©sus avant la PentecĂŽte: “Allez [les apĂŽtres], et enseignez-leur (à toutes les nations), les baptisant, les enseignant à observer tout ce que je vous ai prescrit.” (Matt. 28:19-20).

Bien sĂ»r, il est prophĂ©tisĂ© que: “Cette bonne nouvelle du royaume sera prĂȘchĂ©e dans le monde entier” avant et jusqu’à: “Alors, viendra la fin” (Matt. 24:14).

(Avant de continuer, notez encore, que j’ai couvert ce sujet de la premiĂšre ou la grande mission, le sujet de ce sous-titre et le prochain, en plus grand dĂ©tail dans notre livre: THE WORK OF DIEU – Its Final Chapter! Ce qui est Ă©crit ici est seulement le commencement de tout ce qui s’applique à ce sujet dans cet Ăąge. Le lecteur a besoin d’ĂȘtre capable de faire le lien de cette responsabilitĂ© comme Ă©tant donnĂ©e aux apĂŽtres à la connaissance de ce que M. Armstrong dit à plusieurs reprises, et Christ Lui-mĂȘme dit dans Matthieu 24:14, que l’Oeuvre de Dieu continuerait jusqu’à la Tribulation.)

Combien souvent M. Armstrong a citĂ© ces deux versets de Matthieu? Plusieurs, plusieurs fois! Mais, il a aussi reconnu que personne n’avait proclamĂ© le vrai Évangile à tout le monde pour 1900 ans. PremiĂšrement, c’est parce qu’il n’y avait aucun apĂŽtre pour accomplir cette fonction. (Bien sĂ»r, Pierre Waldo est une exception, mais il n’avait pas les moyens de le faire sur une grande Ă©chelle.) Il y a une autre raison principale: le but de Dieu impliquerait un homme accomplissant Matthieu 24:14, et les moyens de la tĂ©lĂ©vision, et de la Parole imprimĂ©e ne seraient pas disponibles à cet homme sur une grande Ă©chelle jusqu’au vingtiĂšme siĂšcle. (Les Ă©vĂšnements rĂ©vĂšlent mĂȘme qu’il y en aurait un autre qui finirait une derniĂšre “Ɠuvre courte (KJV)” (Rom. 9:27-29.))

Mais, il y a une troisiĂšme grande raison: Cette responsabilitĂ© devait commencer avec l’homme qui devait aussi “restaurer toutes choses” à l’Église (Matt. 17:11). Voici comment vous le savez.

Saisissez cela fermement! Il est vital que vous ne manquiez pas ce point, un qui est directement reliĂ© aux responsabilitĂ©s apostoliques de prĂȘcher l’évangile à toutes les nations: Il ne serait pas possible pour l’Église d’enseigner “toutes choses” à ceux qui seraient baptisĂ©s dans toutes les nations à la fin à moins que tous ces points de doctrine (tout ce qui regarde les enseignements de l’Église, toute la comprĂ©hension reliĂ©e à la vĂ©ritĂ©, la signification reliĂ©e à la vĂ©ritĂ©, la signification de “toutes choses”) avaient aussi Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©s au mĂȘme moment par l’homme que Dieu Ă©tablit pour restaurer toutes choses! Cela est ce qui permettrait cet accomplissement à survenir à la fin de cet Ăąge. Bien sĂ»r, cela inclurait naturellement le vĂ©ritable, bon et seul Évangile au monde comme il avait Ă©tĂ© proclamĂ© par les apĂŽtres originaux il y a 1,900 ans plus tĂŽt.

Pouvez-vous mieux comprendre pourquoi Dieu amĂšne la vĂ©ritĂ© à Son Église seulement par les apĂŽtres? Pourquoi avoir toute la vĂ©ritĂ© est une partie ou une parcelle d’enseigner toutes choses à toutes les nations? Pourquoi l’homme qui restaura ces choses à la fin de cet Ăąge se devait ĂȘtre le dernier Élie? Et pouvez-vous maintenant voir la nature ridicule de tout autre homme disant qu’il “restaurait la ChrĂ©tientĂ© apostolique” tout en rejetant M. Armstrong comme Élie, affirmant que la vĂ©ritĂ© doctrinale venait dans l’Église par des postes plus bas et redĂ©finissant le gouvernement de Dieu? Et pouvez-vous voir pourquoi il est absolument crucial que l’évangile du royaume ne soit pas pervertie au point d’inclure JĂ©sus avec (lorsque compris, actuellement “un autre JĂ©sus”)? Et finalement, à cet Ă©gard, pouvez-vous aussi voir pourquoi de tels hommes penseraient se permettre de prĂȘcher l’évangile (dans ce cas, leur Ă©vangile) à toutes les nations, entre autres responsabilitĂ©s apostoliques qu’ils s’assignent eux-mĂȘmes?

Pouvez-vous voir ces choses? Pouvez-vous faire le lien entre ces points de comprĂ©hension vitaux, afin que l’importante bonne comprĂ©hension gĂ©nĂ©rale devienne claire à vos yeux? Pouvez-vous voir pourquoi il est si crucial de tenir ferme à tous les points et, par-dessus tout, ne pas oublier la vĂ©ritĂ© colossale de la maniĂšre que le gouvernement de dieu administre Ses voies à Son peuple comme toute l’Église accomplit Son Oeuvre?

Message pour Israël

Nous avons vu plus tĂŽt que les postes plus bas du ministĂšre ne sont pas permis d’annoncer le royaume de Dieu au monde entier, et que mĂȘme les Ă©vangĂ©listes ne sont pas permis d’accomplir cela au monde entier, à moins qu’ils soit nommĂ©s pour le faire par un apĂŽtre, comme avec le successeur de M. Armstrong. Mais, il y a une autre responsabilitĂ© performĂ©e avec la proclamation de la bonne nouvelle du royaume de Dieu à toutes les nations. Cela a à faire avec un plus petit nombre de nations, et ça implique de mauvaises nouvelles!

DĂ©jà mentionnĂ©, le chapitre quinze couvrira cette responsabilitĂ© en plus grand dĂ©tail. Toutefois, il devrait ĂȘtre trĂšs briĂšvement mentionnĂ© et rĂ©sumĂ© ici, parce que c’est une responsabilitĂ© qui n’a jamais Ă©tĂ©, et ne pourrait pas, ĂȘtre accompli par quiconque autre par un prophĂšte ou un apĂŽtre.

Le leader spirituel, et seulement le leader spirituel, de l’Église est chargĂ© d’ĂȘtre la “sentinelle” d’ÉzĂ©kiel 33:7-9 et 3:17, à toutes les nations modernes d’IsraĂ«l avant qu’elles ne reçoivent la plus terrible punition que le monde n’a jamais vu, la Grande Tribulation (Matt. 24:21-22; JĂ©r. 30:7; Dan. 12:1)! Cette responsabilitĂ© implique aussi de bonnes nouvelles, qu’un Ă©vangĂ©liste ou un pasteur pourrait livrer, mais seulement dans une petite rĂ©gion. La sentinelle doit parler dans l’esprit d’ÉsaĂŻe 58:1-2, il doit “Crie à plein gosier, ne te retiens pas” dans son avertissement à ces nations.

Supervision de toutes les Églises

M. Armstrong portait le titre de Pasteur GĂ©nĂ©ral. C’est parce qu’une responsabilitĂ© additionnelle qui fut donnĂ©e aux apĂŽtres, est celle de supervision de toutes (universellement) les congrĂ©gations. Actuellement, cela rĂ©sume la DeuxiĂšme Mission, qui est de “nourrir le troupeau” (Jean 21:15-17). C’est aussi une responsabilitĂ© qui n’est pas donnĂ©e aux Ă©vangĂ©listes ni aux pasteurs ou aucun autre poste. Cela a Ă©tĂ© fait clair dans les chapitres prĂ©cĂ©dents.

Christ est appelĂ© le Chef Berger au verset 4 de I Pierre 5. Juste avant cela, au verset 18 de Matt. 16, l’apĂŽtre Pierre, le chef des douze, et par consĂ©quent, le chef humain berger sous Christ, avait l’autoritĂ© de dire à tous les autres anciens de “nourrir le troupeau de Dieu (Jean 21: 15-17).” C’est trĂšs intĂ©ressant que Pierre, comme le leader humain sous Christ, Ă©tait celui que Christ dit de “nourrir le troupeau” et celui qui plus tard à tous les anciens dans une Ă©pitre gĂ©nĂ©rale de nourrir le troupeau de Dieu. Dans cela, Pierre rĂ©vĂ©lait un modĂšle aux apĂŽtres qui viendrait plus tard. M. Armstrong compris cela, et c’est la raison qu’il employa le titre de Pasteur GĂ©nĂ©ral, un qui correspondait directement seulement aux responsabilitĂ©s de sa DeuxiĂšme Mission. Il reconnut qu’il dĂ©tenait la responsabilitĂ© d’établir des politiques et des rĂšgles gĂ©nĂ©rales d’administration pour toutes les congrĂ©gations afin qu’il puisse enseigner, croire, et comprendre en unitĂ© harmonieuse les doctrines et la mission de l’Église.

Voici ce qu’il enseigna:

“La seule Église, unie, est surlignĂ©e encore: ‘Mais, maintenant, il y a plusieurs membres, mais un seul corps, une Ă©glise non-divisĂ©e! MĂȘme dieu, est composĂ© de plus d’un Personnage, mais le mĂȘme seul dieu, dieu, rappelez-vous, est la famille de dieu. Ceux qui sont dans l’Église sont dĂ©jà des fils engendrĂ©s, des membres engendrĂ©s de cette famille de dieu. Mais pas encore nĂ©s comme des ĂȘtres divins.!

“Notez: ‘Afin qu’il n’y ait aucune division dans le corps, mais que les membres aient le mĂȘme soin les uns pour les autres.’

“Pour administrer ces nombreuses opĂ©rations, Dieu, pas un vote des membres, ‘A donnĂ© les uns comme apĂŽtres, les autres comme prophĂštes, les autres comme Ă©vangĂ©listes, les autres comme pasteurs et docteurs (Éph. 4:11).’

“Un apĂŽtre est ‘celui qui est envoyé’ avec le message de l’évangile de Christ, incluant la supervision de proclamer ce message au monde par l’emploi de personnes d’autres que lui. Un apĂŽtre Ă©tait aussi donnĂ© la supervision sur toutes les congrĂ©gations locales ou les Ă©glises (I Cor. 16:1). L’apĂŽtre Paul devait superviser les Ă©glises du monde des gentils (II Cor. 11:28).”

MYSTERY OF THE AGES, p. 244

Manifestement, Christ n’aurait jamais un homme par lequel Il rĂ©vĂ©lerait la vĂ©ritĂ© à l’Église et qui accomplirait la PremiĂšre Mission qui est de proclamer l’évangile au monde et d’avertir IsraĂ«l, pendant qu’un autre homme d’égale autoritĂ© Ă©tait responsable pour la DeuxiĂšme Mission qui est de baptiser, d’organiser, et de nourrir tous les nouveaux convertis au troupeau et qui rĂ©sulterait de ce que le premier homme ferait. Cela crĂ©erait une terrible confusion, puisque ce serait les dimes et les offrandes de Dieu, payĂ©es par le troupeau et qui rendraient possible l’accomplissement de la PremiĂšre Mission.

Bien sĂ»r, M. Armstrong a toujours largement dĂ©lĂ©guĂ© la responsabilitĂ© de nourrir le troupeau un homme à la fois et qui servirait comme leader de l’Administration de l’Église (ou aux Services MinistĂ©riels) afin que toutes les politiques venant de plus haut seraient accomplies, et dans l’unitĂ©. (Malheureusement, chacun de ces hommes, sans exceptions, trahirent M. Armstrong.) Le lien de ce “leader de la DeuxiĂšme Mission” est peut ĂȘtre mieux dĂ©crit comme un parallĂšle entre le PĂšre et le Fils, avec le Fils ayant une Ă©norme autoritĂ© avec/dans le Plan de Dieu, mais entiĂšrement sujet à la volontĂ© du PĂšre dans les affaires.

La comprĂ©hension du poste qui supervise toutes les Ă©glises, rĂ©ellement, devient la clĂ© trĂšs importante à qui dĂ©tient l’autoritĂ© ultime sous Christ pour administrer un vaste nombre de politiques, de rĂšgles, de lignes directrices, de prioritĂ©s, d’enseignements, et de traditions auxquelles les congrĂ©gations doivent adhĂ©rer. Cela implique aussi une autre responsabilitĂ© qui est directement reliĂ©e à tous ceux qui baptisent, prĂȘchent, enseignent, visitent, organisent et supervisent les congrĂ©gations locales.

Approuver des ordinations et nommer des ministres

Il ne peut y avoir un troupeau sans bergers. Manifestement, quelqu’un a à avoir la responsabilitĂ© ultime d’ĂȘtre certain que seulement des hommes qualifiĂ©s, consacrĂ©s, dĂ©diĂ©s, expĂ©rimentĂ©s et conduits par Christ, et qui veulent faire “l’Ɠuvre d’un Ă©vĂȘque,” sont ordonnĂ©s et placĂ©s sur le troupeau.

M. Armstrong a Ă©tĂ© trĂšs clair sur cela. Voici quatre citations diffĂ©rentes qui devraient toutes ĂȘtre lues ensembles avec seulement un commentaire au milieu. Regardez pour l’image claire:

“Notez spĂ©cialement, qu’il y a seulement une Ă©glise. Pas plusieurs Ă©glises. L’Église n’est pas divisĂ©e. Il n’y a seulement qu’une seule Église. Pas une Ă©glise parentĂ© et plusieurs petites Ă©glises filles qui se sont sĂ©parĂ©es et divisĂ©es en protestant. Des divisions dĂ©chirantes ne sont pas encore dans l’église. C’est l’Église qui va marier Christ à la rĂ©surrection à Son arrivĂ©e, pas des Ă©glises protestantes, pas des groupes qui se sont divisĂ©s! Pas une Ă©glise parentĂ© et des filles apostates. Cela deviendra plus Ă©vident comme nous continuons.

“Notez aussi que l’Église conduit diffĂ©rentes opĂ©rations. Il y a aussi dans la seule Église diffĂ©rentes administrations ou dĂ©partements exĂ©cutifs, avec un responsable exĂ©cutif sur chaque dĂ©partement ou opĂ©ration (versets 4-6). Rappelez-vous, un administrateur exĂ©cutif n’établit pas des politiques ou des procĂ©dures ou des doctrines. Il administre, il accomplit et dirige, ce qui a dĂ©jà Ă©tĂ© Ă©tabli plus haut.

“MĂȘme dans ce monde, aux États-Unis le PrĂ©sident ne fait pas les lois. Il administre les politiques comme une de ses fonctions autorisĂ©es par le CongrĂšs, il renforce les lois faites par le CongrĂšs. Des administrateurs sont Ă©tablis dans l’Église dans le but de superviser, diriger, exĂ©cuter les politiques, les procĂ©dures, les doctrines qui leurs sont assignĂ©es d’en haut.”

MYSTERY OF THE AGES, pp. 243-244

“Ainsi, nous voyons en opĂ©ration le gouvernement de dieu dans son Ă©glise, par Ses agents humains choisis par Lui, conduis par les prophĂštes envoyĂ©s par les apĂŽtres! ‘Alors, aprĂšs avoir jeĂ»nĂ© et priĂ©, ils leur imposĂšrent les mains et les laissĂšrent partir (Actes 13:3).’

“Au verset 9, Saul renommĂ© Paul, aprĂšs avoir Ă©tĂ© officiellement ordonnĂ© au verset 3 avec Barnabas, aprĂšs un jeĂ»ne et une priĂšre, et par l’imposition des mains, par ceux qui Ă©taient en autoritĂ©, furent envoyĂ©s par ceux en autoritĂ©, les apĂŽtres, et ils furent dirigĂ©s par le Saint-Esprit! Dieu n’ordonna pas Paul en privĂ©, ou en secret ou indĂ©pendamment de son Ă©glise. Il fut ordonnĂ© par la main des hommes, selon l’ordre du gouvernement de dieu, comme dirigĂ© par Christ le chef de l’Église, mais, par ses instruments humains selon le propre ordre de Dieu.”

“Les prophĂštes avec les enseignants, qui Ă©taient venus de JĂ©rusalem, et sous les instruction directes de Christ, ordonnĂšrent Paul à Antioche. Et dans l’opĂ©ration du gouvernement de dieu dans Son Église, cela ne serait pas arrivĂ©, exceptĂ© par l’autoritĂ© de Pierre et les apĂŽtres. Rien et en aucun temps n’a Ă©tĂ© fait contrairement ou en opposition de Pierre ou les apĂŽtres. Il y avait toujours de l’harmonie parfaite et de la coopĂ©ration.”

“Must God’s Ministers be ordained by the Hand of Man?” GN, May, 1954

La derniĂšre citation inclut une rĂ©pĂ©tition qui aidera, et la prochaine Ă©tait le sous-titre “Dieu Ordonne toujours Par la Main des Hommes.”

Le premier paragraphe fait rĂ©fĂ©rence à l’oeuvre de Satan, le destructeur, comme il est dĂ©montrĂ© par le fait que diffĂ©rents hommes dans diffĂ©rentes organisations ne peuvent pas valider des hommes ordonnĂ©s à des postes spirituels dans le ministĂšre de JĂ©sus Christ, lorsqu’ils n’ont pas l’autoritĂ© donnĂ©e par JĂ©sus Christ pour le faire.

M. Armstrong appelle ces hommes clairement et exactement ce qu’ils sont, des ennemis de Dieu, servant le diable. Croiriez-vous que c’est si facile/simple aujourd’hui? Ou pensez-vous que M. Armstrong condamnerait ce qui arrive aujourd’hui? “S’il pourrait juste voir que nous avions aucun choix, et pourquoi autant de groupes devinrent nĂ©cessaires”? Continuons:

“Ce corps entier, uni de Christ, accomplissant son oeuvre, doit fonctionner comme une unitĂ©. Il doit travailler en harmonie et en unitĂ©, en Ă©quipe de travail, par ce que Dieu n’est pas l’auteur de la confusion. Il ne doit pas y avoir de partisannerie, de tiraillements en diffĂ©rentes directions par diffĂ©rents hommes men dans ce Corps uni. Il ne doit y avoir aucune compĂ©tition, ou division. Et personne qui promouvoie en toute connaissance de cause, des malentendus, de la compĂ©tition, et des divisions, et devenir l’ennemi de Dieu, et servir le diable et non Dieu!

“Pour que cette unitĂ©, cette entiĂšretĂ© de but et d’action, cette harmonie et travail d’équipe coopĂ©ratif soit maintenue et prĂ©servĂ©e dans l’Ɠuvre de dieu, Dieu a ordonnĂ© le gouvernement dans son Église. Et IL a endossĂ© Son Église avec l’autoritĂ© divine.

“Ce gouvernement dans l’Église de Dieu est le gouvernement de Dieu, à travers Christ, à travers les apĂŽtres, à travers les Ă©vangĂ©listes, à travers les pasteurs, à travers les autres anciens, dans cet ordre!

“Maintenant, supposez que Dieu n’avait pas ordonnĂ© ces diffĂ©rents officiels par la main des hommes. Qu’arriverait-il? Un homme à New York se nommerait lui-mĂȘme, et dĂ©clarerait: ‘Je rĂ©clame un poste et une autoritĂ© Ă©gale avec ceux qui sont ordonnĂ©s à Pasadena. Je ne fus pas ordonnĂ© par la main des hommes, mais directement par la main de Dieu.’ Et alors, cet homme accomplit sa propre oeuvre indĂ©pendante. Une telle oeuvre ne peut pas faire partie de l’oeuvre de la vĂ©ritable Ă©glise de dieu, pour la simple raison que tĂŽt ou tard il divergera dans une direction diffĂ©rente, à moins qu’il y ait une direction de Christ, dans un ordre du gouvernement de l’église comme Dieu l’a ordonnĂ©. TĂŽt ou tard la compĂ©tition, l’incomprĂ©hension, les conflits, et la division rĂ©sulteront! Christ n’est pas divisĂ©!

“Ainsi vous voyez frĂšres, pourquoi Dieu ordonne toujours les hommes à des postes à travers sa propre Ă©glise, par son propre ordre Ă©tabli, comme dĂ©clarĂ© dans sa parole! Dieu ordonne toujours en poste par la main des hommes, desquels IL a placĂ© en poste.il n’y a aucun exemple dans le nouveau testament oĂč un homme s’est nommĂ©, ou ordonnĂ© lui-mĂȘme sans la main d’un homme sĂ©parĂ© ou indĂ©pendant de sa propre Ă©glise! Toutes rĂ©clamations comme celles-là pour une ordination ou un poste n’ont pas d’autoritĂ© basĂ©e sur les Ă©critures!

“Notez ces quelques exemples bibliques:

“Jean 15:16: JĂ©sus Christ Lui-mĂȘme ordonna Ses ApĂŽtres, par Ses propres mains, en Personne, directement. Voir aussi Marc 3:14.

“Actes 1:22: Matthias, aprĂšs que Dieu par le Saint-Esprit, dĂ©cida de le nommer, le choisir, fut ordonnĂ© par les onze autres comme un des douze apĂŽtres. (Versets 23-26.)

“Actes 14:23: Les anciens furent choisis et ordonnĂ©s dans chaque ville, par les mains de Paul et de Barnabas, avec des jeĂ»nes et des priĂšres.

“I Tim. 2:7: Est-ce que Paul fut ordonnĂ©, ou juste fait un apĂŽtre par Dieu directement sans ordination? Paul ici, dit clairement, qu’il fut ordonnĂ©! C’est suffisant!

“II Tim. 1:6 et 4:1-5: TimothĂ©e fut envoyĂ© par Paul comme un Ă©vangĂ©liste, revĂȘtu avec autoritĂ© pour nommer et ordonner des anciens et des diacres dans les Ă©glises locales, et donnĂ© autoritĂ© sur les pasteurs locaux et les Ă©glises. Dieu fit cela par les mains de Paul, et dans ces Écritures, nous voyons que Paul avait imposĂ© les mains sur TimothĂ©e. Si c’était pour communiquer le Saint-Esprit, c’était aussi certainement pour son ordination.

“Tite 1:5: Paul donna à Tite l’évangĂ©liste, autoritĂ© pour ordonner des anciens dans chaque ville, tout comme Paul l’avait ordonnĂ©. Par consĂ©quent, Tite fut ordonnĂ© à cette autoritĂ© par les mains de Paul, et des anciens dans plusieurs Ă©glises furent ordonnĂ©s par les mains de Tite, l’évangĂ©liste. Voilà le gouvernement de dieu, opĂ©rant de Christ, par Paul l’apĂŽtre, par Tite, l’évangĂ©liste, par les anciens locaux, dans l’ordre de l’autoritĂ© de Dieu dans Son Église selon Éph. 4:11.

“Et ainsi de suite. Il n’y a aucun exemple dans le Nouveau Testament dĂ©montrant qu’un homme fut ordonnĂ© à un poste d’autoritĂ© sans la main de l’homme! Les seuls exemples et instructions que nous avons montrent que Dieu le fait à travers les mains des hommes de Son choix!

“Must God’s Ministers be ordained by the Hand of Man?” GN, May, 1954

“PentecĂŽte
1,932 ans aprĂšs ce jour lorsque l’Esprit de Dieu descendit des cieux et emplit ceux qui avaient Ă©tĂ© mis à part par Dieu pour commencer l’Église du Nouveau Testament (Actes 2).

“M. Roderick C. Meredith, Ă©vangĂ©liste dans l’Église Universelle de Dieu, disait aux membres assemblĂ©s au sujet d’un appel tĂ©lĂ©phonique. C’était un appel transatlantique avec Londres et qui aurait un grand effet dans la vie de ceux qui Ă©coutaient. M. Herbert W. Armstrong avait autorisĂ© une ordination!”

Three Set Apart, COG News, Chicago-Midwest Edition, June, 1963

Tous ont dĂ©jà su!

L’homme dans cet exemple dans un appel tĂ©lĂ©phoniques avec M. Armstrong semble dĂ©montre qu’il avait dĂ©jà compris qu’il doit y avoir une approbation apostolique avant qu’une ordination puisse avoir lieu. Aujourd’hui, il ordonne des ministres, mĂȘme des Ă©vangĂ©listes, de sa propre autoritĂ©. Il a dĂ©jà su que les Ă©vangĂ©listes ne pouvaient pas faire cela. Des histoires comme plus haut Ă©taient rĂ©guliĂšrement imprimĂ©es et publiĂ©es afin que toute l’Église le sache clairement. Bien sĂ»r, et cela devrait ĂȘtre au moins mentionnĂ© ici, cet homme Ă©tait manifestement permis à performer des ordinations, et la mĂȘme chose serait tout aussi vraie des circonstances similaires aujourd’hui, mais seulement qu’aprĂšs un apĂŽtre l’ait approuvĂ©! L’effort dĂ©ployĂ© pour atteindre M. Armstrong en Angleterre rĂ©vĂšle que c’était une importante affaire dans l’Église.

Notez bien ici le pouvoir de l’esprit humain pour “oublier” des choses d’une telle magnitude lorsque c’est commode.

Rappelez-vous que j’ai mentionnĂ© que j’avais deux certificats d’ordination, comme ancien local (“ancien”) et ancien prĂ©dicateur (“ministre”), les deux signĂ©s personnellement par M. Armstrong. Parce qu’il Ă©tait celui qui approuvait chaque ordination pour des postes spirituels. Comme une note importante appropriĂ©e ici, tout comme M. Armstrong, je fus ordonnĂ© dans le ministĂšre par ceux qui Ă©taient revĂȘtus avec l’autoritĂ© pour le faire, quoique cette importante autoritĂ© en diffĂ©rentes Ăšres de l’Église, Sardes avec M. Armstrong, et Philadelphie avec la mienne.

Voici le point: Comment Dieu employa (et prĂ©para) M. Armstrong plus tard, aprĂšs la bonne ordination initiale, et comment Dieu m’employa moi, ou n’importe qui, aprĂšs la bonne ordination initiale, Lui appartient, et à Lui seul. M. Armstrong compris cela, et moi aussi! Si quelques uns croient que j’ai changĂ© de position sur ce sujet, ils ont torts. Je ne compromettrai pas, je ne changerai pas de position, parce que quelques uns sans une bonne comprĂ©hension des faits souhaitent que je change, que je rejette ce que M. Armstrong enseigna et ce que l’Église toute entiĂšre a dĂ©jà su à propos de la maniĂšre que Christ choisit les dĂ©tenteurs de poste de chaque niveau. Plusieurs aujourd’hui prĂ©fĂ©reraient manifestement la circonstance plus facile, que n’importe qui peut ordonner n’importe qui à n’importe quel rang, dans n’importe quelle organisation, parce que l’Église est maintenant â€œĂ©parpillĂ©e” et le Corps de Christ est maintenant “divisĂ©.”

Reconnaissez que pour une ordination soit valide, elle doit ĂȘtre, soit:

(1) performée dans le Corps organisé de Christ ou, si elle est performée ailleurs, comme dans cet ùge,

(2) elle doit ĂȘtre formellement affirmĂ©e, approuvĂ©e par le Corps que Christ a, en fait, employĂ© un homme avant de l’amener pour Le servir dans le gouvernement de Sa seule Ă©glise.

“Liant et dĂ©liant”

La prochaine citation introduit une autoritĂ© que JĂ©sus donna seulement à l’apĂŽtre conduisant Son Église, et c’est si important que JĂ©sus le dĂ©clara immĂ©diatement aprĂšs avoir expliquĂ© qu’IL construirait Son Église. MĂȘme si la majoritĂ© ont oubliĂ© ce passage, JĂ©sus savait que cela serait absolument impossible d’administrer l’unitĂ©, la paix, et l’harmonie à travers toutes les congrĂ©gations sans dĂ©lĂ©guĂ© une autoritĂ© trĂšs spĂ©ciale pour “lier” et “dĂ©lier” dans les affaires importantes, et que cela doit ĂȘtre investi dans quelqu’un afin que ce soit possible. Matthieu 16:19 dĂ©clare ceci de Pierre: “Ce que tu [Pierre] lieras sur la terre sera liĂ© dans les cieux, et ce que tu dĂ©lieras sur la terre, sera dĂ©liĂ© dans les cieux.”

Christ Ă©tait certainement au courant qu’une variĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral, de jugements administratifs à la grandeur de l’Église auraient à ĂȘtre accomplis sous une armĂ©e de diffĂ©rentes sortes de circonstances qui seraient prĂ©sentĂ©es à Son Église il y a deux milles ans. IL dĂ©lĂ©gua cette autoritĂ© à Pierre, celui qui serait l’apĂŽtre en chef aprĂšs que l’Église soit fondĂ©e.

Maintenant, lisons, spécialement, notez le paragraphe quatre:

“Directement ici, marquez bien ce point: dieu mit sa vĂ©ritĂ© dans son Ă©glise par christ et par les apĂŽtres!”

“notez ceci: l’Église de Dieu est construite sur la fondation des apîtres et des prophùtes
”

“Je vous ai montré que Pierre Ă©tait le leader des apĂŽtres, et que l’Église reçut ses enseignements et ses doctrines des apĂŽtres!”

“Ainsi, maintenant, faisons cela officiel, par l’apĂŽtre actuel de Christ, que cette responsabilitĂ© de lier et de dĂ©lier, clairement, fut donnĂ©e au chef apĂŽtre de Christ, pas aux ministres de plus bas rangs ordonnĂ©s par son autoritĂ©, pas par l’Église comme entitĂ©, mais par l’apĂŽtre!”

“jĂ©sus christ est le chef vivant de cette Église! Il la construisit par Ses apĂŽtres. Et IL, christ, rĂšgne encore suprĂȘme au seul et unique endroit sur terre oĂč le gouvernement de dieu est administrĂ© aujourd’hui!”

“How Christ Gives the Church Its Beliefs,” GN, Nov. 20, 1978

Nous ne pouvons argumenter avec ce qui est enregistrĂ© ici, ça doit ĂȘtre acceptĂ© ou rejetĂ© pour sa valeur. M. Armstrong dĂ©clare au quatriĂšme paragraphe que la dĂ©cision qu’il rendit Ă©tait “faite officielle.” Personne ne peut changer cela aujourd’hui, et la Bible est claire que M. Armstrong “avait raison.” MĂȘme si plusieurs ont essayĂ© de changer cette practique, personne ne le voudrait. Cela Ă©limine la division et produit la paix. Prenez un moment pour lire en entier Matthieu 16:18-19. Et ne permettez pas à la comprĂ©hension erronĂ©e des Catholiques que ce passage est rĂ©servĂ©/reliĂ© aux papes, commençant avec Simon le Magicien (un “Pater (Pierre, PĂšre)”), pour ĂȘtre une pierre d’achoppement pour rejeter ce que l’Église a toujours compris et appliquĂ© aux apĂŽtres, commençant avec Simon Pierre. Christ savait exactement ce qu’IL faisait et pourquoi IL avait à le faire!

Il y a une armĂ©e de dĂ©cisions et de jugements qui doivent ĂȘtre faits dans l’Église. ConsidĂ©rons-en quelques uns. Quelqu’un doit avoir l’autoritĂ© pour dĂ©cider ou dĂ©lĂ©guer à quelqu’un d’autre


(1) Si un mariage est liĂ© ou a à ĂȘtre dĂ©liĂ© à la vue de Dieu

(2) Si le nom de Dieu doit ĂȘtre placĂ© sur le site d’une location dĂ©signĂ©e à recevoir une FĂȘte

(3) Si une personne devrait ĂȘtre baptisĂ©e

(4) Si un prĂ©cĂ©dent baptĂȘme est considĂ©rĂ© valide ou non

(5) Si un homme devrait ĂȘtre ordonnĂ© ou Ă©levĂ© en rang

(6) Si un ministre devrait ĂȘtre dĂ©savouĂ© ou enlevĂ© du ministĂšre

(7) Comment l’Oeuvre devrait ĂȘtre accomplie

(8) Si un administrateur sénior devrait changer de positions avec un autre

(9) Si un collĂšge devrait commencer

(10) Si un poste rĂ©gional devrait ĂȘtre Ă©tablit

(11) Si un bĂątiment dispendieux devrait ĂȘtre construit

(12) Si un jet devrait ĂȘtre achetĂ©, et ainsi de suite


ConsĂ©quemment, seulement l’apĂŽtre est autorisĂ© pour rendre des jugements administratifs à la grandeur de l’Église. Seulement ce poste a l’autoritĂ© de lier ou de dĂ©lier, et de rendre des jugements administratifs majeurs. Mais, disons le autrement, “fait officiel” dans un sens, que l’apĂŽtre doit rester prĂšs de Dieu. Il doit ĂȘtre en complĂšte harmonie avec Dieu, et avec la volontĂ© du Chef de l’Église, JĂ©sus Christ, dans toutes les affaires (Col. 1:18, 29; Éph. 1:22-23). Mais, c’est certain que Christ ne choisirait pas un homme qu’IL n’aurait pas Ă©prouvĂ©, avant, un qu’IL ne pourrait “contrĂŽler” qu’IL ne pourrait conduire! Il y a beaucoup de choses en jeu avec ce poste Ă©levĂ©.

Les prophĂštes se rapportent aux apĂŽtres

Nous avons vu plusieurs preuves que les prophĂštes n’ont aucune autoritĂ© administrative dans l’Église et que, et lorsqu’un ou deux existent, ils doivent travailler sous les apĂŽtres, ce qui signifie qu’il doit y avoir au moins un apĂŽtre à qui ils doivent se rapporter.

Pourquoi est-ce si important de le rĂ©pĂ©ter, puisqu’il n’y a aucun prophĂšte aujourd’hui?

PremiĂšrement, c’est une fonction des apĂŽtres, ainsi, ça devrait ĂȘtre inclu dans ce chapitre. (Le chapitre dix-sept couvrira ce sujet en plus grand dĂ©tail, mais, comme pour avertir IsraĂ«l, ça devrait au moins ĂȘtre mentionnĂ© parmi les responsabilitĂ©s apostoliques.) DeuxiĂšmement, les Deux TĂ©moins sont dĂ©crits par Christ dans l’Apocalypse comme amenant “leur prophĂ©tie” (Apoc. 11:6) et comme “ces deux prophĂštes” (v. 10). MĂȘme s’ils n’ont pas encore apparus, ils doivent se rapporter à, et travailler sous, nous le verrons lorsque leur ministĂšre commencera, un apĂŽtre humain. Nous avons vu plus tĂŽt que cela faisait partie de la comprĂ©hension restaurĂ©e et que ça correspondait aux enseignements bibliques. Les prophĂštes, certainement, ne peuvent se rapporter à un Ă©vangĂ©liste ou à n’importe quel autre poste plus bas et, parce qu’ils dĂ©tiennent leur poste directement de Christ dans Son Corps, ils doivent provenir de Sa seule Église. Cela devient une raison de plus qu’il doit y avoir un apĂŽtre de plus aprĂšs M. Armstrong.

Personne ne se serait jamais demandĂ© si les Deux TĂ©moins ne viendraient pas de l’extĂ©rieur de WCG lorsqu’elle Ă©tait sur la bonne voie, et personne ne douterait qu’ils viendront de la vĂ©ritable Église et du Corps aujourd’hui. Lisez soigneusement le chapitre dix-sept.

Un résumé précis

Commençant en 1978, M. Armstrong commença à remettre l’Église sur la bonne voie, terminant les “annĂ©es libĂ©rales,” rĂ©fĂ©rĂ©es plus tĂŽt. Ce qui suit a Ă©tĂ© Ă©crit parce que son fils avec d’autres avaient quittĂ© pour former une autre organisation. Bien sĂ»r, ils dĂ©clarĂšrent que c’était aussi une “Église de Dieu,” mĂȘme s’ils enseignaient plusieurs fausses doctrines en introduisant la division au peuple de Dieu, exactement comme il arrive aujourd’hui!

Juste comme aujourd’hui, plusieurs sont devenus confus (et moins alors que maintenant) au sujet de qui et quoi est l’Église, ce qu’était son but, quelles doctrines devraient ĂȘtre crues, qui avait l’autoritĂ© finale, et à qui les dimes devaient ĂȘtre payĂ©es. Plusieurs milliers de personnes avaient quittĂ© WCG dans les annĂ©es 70, et l’esprit libĂ©ral avait prĂ©parĂ© les frĂšres pour ĂȘtre ramassĂ©s par les ministres joignant cette nouvelle organisation. M. Armstrong ressentit qu’un court rĂ©sumĂ© (mise au point) avait besoin d’ĂȘtre fait.

Voici ce qu’il Ă©crivit sous le titre: “OĂč est l’Église de Dieu?” Cela enlĂšve tout doute, alors et pour toujours aprĂšs:

“
identifiant clairement qu’elle Ă©tait la vraie Église de dieu, c’est:

“1) OĂč la vĂ©ritĂ© de Dieu se trouve. Pas avec ceux qui ont Ă©tĂ© dĂ©savouĂ©s pour diluer cette vĂ©ritĂ©.

“2) OĂč la vĂ©ritable Oeuvre de Dieu s’accomplit au monde entier.

“3) OĂč l’apĂŽtre choisi de Christ se trouve.

“Les dimes de Dieu doivent ĂȘtre payĂ©es à l’Église de dieu, oĂč christ travaille. JĂ©sus Christ ne travaille pas avec deux â€œĂ©glises,” dont l’une compĂ©titionne avec l’autre en essayant de lui soutirer des membres. Christ n’est pas divisĂ©!

“Dieu n’a pas deux Ă©glises, seulement celle dont JĂ©sus Christ Ă©tablit/fonda en A.D. 31
”

“CHRIST IS THE LIVING HEAD OF ONLY ONE CHURCH—NOT TWO,” GN, Dec. 18, 1978

Il y a trois points. Et ils s’appliquent mĂȘme s’il y en a deux, dix, ou des centaines “d’églises” dans le portrait. Si vous l’acceptez, si vous l’acceptez! DĂ©clarent clairement encore, vous avez juste vu en rĂ©sumĂ© le modĂšle que vous devriez cherchez aujourd’hui!

Que penser du successeur de M. Armstrong?

Que penser au sujet de Sardes?

Lorsqu’on Ă©tudie les responsabilitĂ©s d’un apĂŽtre, des questions se soulĂšvent naturellement, en ce qui regarde la cinquiĂšme Ăšre de l’Église. Quelques uns peuvent demander: “Comment le gouvernement de Dieu fonctionne durant un temps oĂč il n’y a pas d’apĂŽtre?” Comment ses nombreux aspects, dĂ©crits dans ce livre, s’appliquent à Sardes?

Avant d’examiner plusieurs points, nous devons Ă©tablir les bons faits. Nous savons que Christ dit: “...Je bĂątirai Mon Église, et que les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre elle” (Matt. 16:18). Cela s’applique à Sardes. Toutefois, nous comprenons aussi que cette Ăšre est dĂ©crite comme essentiellement “morte” (Apoc. 3:1) et que seulement quelques uns qui “n’ont pas souillĂ© leurs vĂȘtements” (verset 4). Cela dĂ©crit toute l’ùre, pas juste les derniĂšres annĂ©es lorsque M. Armstrong vint en contact avec elle. Avant de procĂ©der, reconnaissez que nous ne pouvons plus regarder vers Sardes pour une image correcte que nous pourrions pour LaodicĂ©e:

(1) Rappelez-vous, Sardes n’avait pas le gouvernement de Dieu, il devait ĂȘtre restaurĂ©, et c’est pourquoi cette Ăšre Ă©tait dans un tel dĂ©sarroi! Saisissez cela. Sans le gouvernement de Dieu (Thyatire l’avait, Sardes, non) plusieurs points discutĂ©s dans ce livre ne pourraient simplement pas s’appl