JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau
A propos de l’auteur
David C. Pack 

Fondateur et Pasteur GĂ©nĂ©ral de l’Église de Dieu RestaurĂ©e, RĂ©dacteur en Chef du magazine The Real Truth et voix du programme tĂ©lĂ©visuel The World to Come, David C. Pack a atteint plusieurs millions de personnes dans le monde entier en proclamant les puissantes vĂ©ritĂ©s de la Bible inconnues de la plupart des gens. Il est l’auteur de 80 livres et livrets, et a personnellement Ă©tabli plus de 50 congrĂ©gations. Il est Ă©galement apparu en tant qu’invitĂ© sur The History Channel. M. Pack a frĂ©quentĂ© l’Ambassador CollĂšge Ă  Pasadena, en Californie. Il est entrĂ© au ministĂšre de l’Église de Dieu Universelle en 1971 et a Ă©tĂ© personnellement formĂ© par son fondateur, Herbert W. Armstrong.

« Pour oindre tes yeux »

Un avertissement du Christ Ă  Son peuple

par David C. Pack

Christ avertit les LaodicĂ©ens « d’oindre leurs yeux ». POURQUOI? Que voulait-Il dire? POUR QUELLE RAISON a-t-Il dit cela? Comment peut-on le savoir? Cette directive trĂšs importante donnĂ©e Ă  tous les ChrĂ©tiens des temps de la fin, doit absolument ĂȘtre comprise.

Ce livre, un des plus importants destiné aux autres groupes, couvre en profondeur des sujets jamais expliqués à ce jour et il le fait en détail. Pour ceux qui espÚrent échapper à la Grande Détresse, il révÚle exactement quelle est la pensée de Christ et comment répondre à cet avertissement capital.

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski
INTRODUCTION

L’ère de Laodicée est arrivée. Cela signifie que l’Église de Dieu du XXI siècle doit répondre à d’importantes questions et la prophétie révèle que la majorité des membres n’y répondront pas correctement. Pourquoi? Parce qu’ils ne voudront pas obéir au commandement de Christ qui dit de: « …oindre tes yeux, afin que tu voies » (Apoc 3 :18). En conséquence, ils ne pourront pas comprendre comment suivre Son conseil « d’acheter… de l’or éprouvé par le feu ».

Une fois la Grande Détresse arrivée, la pire détresse de tous les temps, seulement la moitié de Laodicée sera sauvée, mais seulement après avoir subi la torture et la mort. Trop faible spirituellement pour survivre, l’autre moitié acceptera la marque de la Bête, échangeant ainsi leur vie éternelle pour quelques années supplémentaires de vie physique.

Quoi de plus sérieux pour ceux qui prendront la mauvaise décision à la fin de cet âge?

Et pourtant, qui de nos jours parle ou s’interroge sur le besoin « d’oindre ses yeux »? Très peu, s’il y en a. Combien de fois avez-vous entendu des gens parler même de la signification de ce terme? Même s’il existe un accord quasi universel sur le fait que l’ère de Laodicée est arrivée et même si Christ ordonne aux Laodicéens de faire cela, quelle est la dernère fois que VOUS vous êtes préocupé de cela? Vous est-il même arrivé d’entendre un sermon sur le sujet, même un seul? Je suis pratiquement sûr que vous répondrez non et la raison est que virtuellement personne ne croit être laodicéen. Pourquoi étudier une chose qui ne sera d’aucune utilité?

Plusieurs questions se posent : Où est Laodicée? À qui parle le Christ? Avez-vous oint vos yeux? En êtes-vous certain? ÊEtes-vous seulement certain de ce que cela signifie?

Vous pouvez savoir de quoi le Christ parle, et à qui Il parle.

Bien comprendre ces questions et leurs significations est vital pour tout véritable Chrétien. Alors que nos autres livres destinés aux « groupes dissidents », qui traitent de sujets cruciaux auxquels doit faire face le peuple de Dieu, doivent être lus afin de bien comprendre l’étendue de l’apostasie et la façon dont elle est survenue, ce livre les dépasse tous. Il souligne les décisions auxquelles vous devez faire face si vous voulez échapper à la Grande Détresse, et recevoir la vie éternelle.

Faire la bonne comparaison.

Ce livre couvrira le sujet de Laodicée en détail et, pour la majorité, le fera d’une façon tout à fait nouvelle. Nous regarderons de près ce que Christ a dit à cette ère et les raisons pour cela. Cela inclut une « visite » de l’antique cité de Laodicée et l’examen de ce que M. Armstrong a enseigné au sujet de la dernière ère de l’Église. Nous reverrons attentivement ce que signifie être un Philadelphien et jetterons un regard fascinant sur l’ancienne cité de Philadelphie. Puis, parce que la dernière ère est reconnue pour être tiède, ce livre explique comment « prendre votre température » par rapport à ce que christ révèle et non pas en comparant votre organisation à une autre.

Paul a dit : « Nous n'osons pas nous égaler ou nous comparer à quelques-uns de ceux qui se recommandent eux-mêmes. Mais, en se mesurant à leur propre mesure et en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d'intelligence (II Cor 10 :12). Six versets plus loin, il ajoute, « Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est APPROUVÉ, c'est celui que le Seigneur recommande » (v.18).

À deux endroits, Daniel affirme qu’aux « temps de la fin », seulement « ceux qui auront de l'intelligence comprendront » (12 :10) le plan de Dieu (11 :32-35). Ce qui peut se traduire en partie par « ceux que Dieu recommande, ou APPROUVE, et les autres ». Cela deviendra très clair en poursuivant votre lecture. Vous ne pourrez pas ne pas comprendre à moins de décider qu’il en soit ainsi. Les deux passages du livre de Daniel établissent la relation entre comprendre et le fait d’être « purifié, blanchi et épuré ».

Il y a beaucoup plus dans ces passages qu’à première vue. Vous allez apprendre ce que signifie recevoir l’approbation de Dieu, et de quelle façon cela est directement relié au commandement donné à Son peuple dans le Nouveau Testament de « oindre [ses] yeux ».

Deux visions – toutes deux erronées!

Deux vues incorrectes, l’une hostile et l’autre simplement fausse, décrivent la façon dont la plupart des lecteurs verront « POUR OINDRE TES YEUX – un avertissement du Christ à Son peuple. ».

D’un côté, pour des raisons évidentes, certains frères et sœurs ainsi que leurs dirigeants se sentiront menacés par ce livre. Ce qui les poussera à l’attaquer. Bien entendu, ils feront cela à leurs propres risques, mettant ainsi en péril leur sécurité future. C’est leur choix. Mais ce que vous devez vous demander est si vous allez permettre aux autres, par leurs attaques, de penser à votre place.

Par contre, certains l’approuveront en disant qu’il renferme de « bons points » et de « bons principes ». Soyez prudents avec la façon dont vous résumerez ce livre. Cela pourrait être trompeur et vous laisser penser que vous avez mis en pratique son message. Tous ceux qui réduiront la grande importance de son message à simplement quelques « indices utiles » seront, en réalité, passés complètement à côté de celui-ci.

Les adorateurs d’Armstrong.

Courant le risque d’être surnommé un « adorateur de M. Armstrong », j’ai choisi de citer ce dernier périodiquement et parfois même in extenso. Vous retrouverez aussi des citations de plusieurs autres apôtres. Mais cela ne signifie pas que je les adore. Les mots « adorateurs d’Armstrong » ont été utilisés afin de dénigrer et de rabaisser ceux qui retiennent la vérité et qui ne veulent pas faire de compromis et afin de les faire se sentir coupables. On les accuse d’être incapables de « croître » comme certains autres qui n’ont pas voulu persévérer dans la vérité déjà prouvée et que ces « adorateurs d’Armstrong » retiennent.

Ce qui est tragique par contre, c’est que l’apostasie a produit une classe de « rescapés » qui adorent plus ou moins M. Armstrong. Ils ont remplacé Dieu et Christ par un homme. Tout comme les Catholiques en ce qui concerne Marie, ces gens ont besoin d’un être humain visible de qui tirer leur force pour continuer. (Rappelez-vous, les leçons des religions de ce monde nous disent qu’il a besoin d’idoles tangibles afin de les aider à adorer). Ils mélangent les enseignements et l’Œuvre de M. Armstrong avec l’homme. Mon expérience personnelle démontre que ces personnes ne récupèrent que rarement. Elles sont sans doute les personnes qui sont le moins susceptibles de « voir » que les directives du Christ s’appliquent à elles alors qu’elles sont certaines qu’elles s’appliquent aux autres en supposant même que ce sujet les intéresse.

Toutefois, il y a ceux qui généralement comprennent et acceptent ce que M. Armstrong a enseigné puis ceux qui ne voudront pas l’accepter. Il semble improbable que je puisse dire à ces derniers quoi que ce soit qui changerait leur opinion. Franchement, les déclarations de M. Armstrong ont été incluses pour ceux qui ont l’esprit ouvert.

Un exercice spirituel poussé.

Ce livre n’est pas un traité intellectuel écrit pour les érudits selon le langage qui les caractérise. Il a été écrit autant que possible dans le même style que celui qu’utilisait M. Armstrong. Le peuple de Dieu est généralement constitué par les personnes folles et faibles du monde (I Cor 1 :27-29). Je ne fais certainement pas exception à la règle. Nous devons dire les choses clairement.

Donc, ce livre est écrit comme un guide pratique qui explique de façon précise comment accomplir ce que dit le titre du livre. Parfois, on y retrouvera des points très explicites afin qu’il n’y ait aucune confusion possible.

Il révèle comment vous devez accomplir un exercice spirituel complet et intensif, chose impossible à faire par l’application d’une simple formule. Je vous dis comment être « intelligent » aux instructions du Christ à Son peuple, comment « oindre vos yeux ». Le livre explique ce qu’il faut faire exactement pour être « approuvé » par Dieu à cette époque, et pourquoi Christ dit qu’Il « conseille » Son peuple à ce sujet.

Ce livre explique ce que Christ veut dire lorsqu’il décrit Laodicée comme étant « nue » et de quelle façon cela est lié à un certain type de « honte ». Le tout est relié à la « tiédeur » de Laodicée qui, elle, est en relation avec d’autres aspects de sa condition décrits par Christ.

Nous verrons pourquoi Christ dit : « Aie donc du zèle et repens-toi » et les raisons particulières pour lesquelles c’est le zèle qui pousse les Laodicéens à comprendre de quoi ils doivent se repentir pour produire le seul résultat acceptable aux yeux du Christ. Nous verrons de quoi ils doivent se repentir.

Tout cela doit être expliqué et c’est ce que fait ce livre.

Je me doute que certains verront le titre et ne voudront pas le lire en supposant qu’ils ont déjà obéi à ce commandement du Christ ou encore qu’ils en connaissent le contenu. Je prie pour que ce nombre soit très petit car ils n’ont presque certainement pas fait correctement ce que Christ exige et, dans certains cas, n’ont même pas entamé le processus.

Dans la première partie du livre, je ferai de temps à autre certaines affirmations extrêmement importantes sans pour autant les développer. Mais nous les examinerons plus en profondeur par la suite. Je vous conjure d’être patient car c’est la seule façon possible de développer ce sujet de grande importance. Il y a trop de choses à voir et trop en jeu pour mettre le livre de côté simplement parce que certaines choses ne sont pas traitées en profondeur immédiatement.

Une lecture irrésistible.

Dans le monde, les livres qui traitent de mystères sont souvent des succès de librairies. Les lecteurs aiment bien savoir « qui est le coupable »? » On peut dire que de nos jours le sens réel des instructions du Christ à Son peuple constitue vraiment un mystère!

Les mystères des religions des hommes demeurent toujours des mystères. Ils ne sont jamais expliqués ni résolus et en fin de compte, les fidèles doivent les accepter et faire acte de foi. Bien entendu, c’est ce que la plupart d’entre-eux font. Et pourtant, les mystères de la Bible peuvent et devraient être compris (I Cor 2 :9-10). Donc, ce que Christ a enseigné à propos de l’onction des yeux devrait aussi être compris!

Ce qui est survenu à notre époque est véritablement un roman à mystère moderne. Tout comme c’est le cas avec ce genre de livres, plusieurs éléments doivent d’abord être éclaircis : le coupable, la victime, le lieu du crime, l’arme, le mobile et les autres preuves.

Bien que certains crimes demeurent un mystère, Christ, quant à Lui, a résolu celui de Sa Parole par ce qu’Il a écrit dans la Bible. Nous verrons la Bible s’interpréter elle-même dans tout ce que nous allons étudier. Aucune supposition ne sera nécessaire, nulle part.

Réfléchissez. La majorité des gens ne considèrent pas les explications techniques de la Bible comme étant une « lecture irrésistible ». Mais ce livre fait exception. Il constitue véritablement une histoire qui n’a jamais été racontée, jusqu’à maintenant.

Si vous faites abstraction de ce que vous pourriez considérer comme une offense personnelle lors de la première partie de votre lecture, tout particulièrement lorsque vous soupçonnerez que c’est de votre groupe dont on parle, vous découvrirez par la suite des choses encore plus fascinantes, plus irrésistibles que vous ne pouvez l’imaginer.

La vue d’ensemble.

Je vous mets en garde : Ce qui est écrit ici est cru et direct. Et ce n’est pas par accident. J’utilise un langage ferme parce que c’est ce qu’exigent les circonstances actuelles. Ce livre contient des vérités capitales et je tente de vous les transmettre de la manière la plus empressée possible.

Le livre est très complet. Ce que Christ dit à Son peuple et à son sujet lors de la dernière ère de l’Église est beaucoup plus profond qu’on ne peut l’imaginer, et pourtant, personne ne semble s’en préoccuper. C’est la plus grosse partie du problème.

À quelle fréquence entendez-vous parler du sens à donner à « oindre ses yeux »? Avez-vous seulement entendu les gens en parler? Bien qu’il soit communément accepté que l’ère de Laodicée soit arrivée, et que Christ ordonne aux Laodicéens de faire cela, quand, pour la dernière fois, vous êtes-vous préoccupés de le faire? Avez-vous seulement entendu un seul sermon à ce sujet? Qui s’interroge ou parle de « oindre ses yeux »? Pratiquement personne. La raison est que presque personne ne croit qu’il est Laodicéen. Donc, pourquoi étudier quelque chose qui ne s’applique pas?

Pour obtenir la véritable vue d’ensemble – complète – présentée dans ce livre, et pour pouvoir réaliser ce que vous devez faire pour obtenir l’approbation de Dieu (II Cor 10 :18), vous devez le lire entièrement. Chaque nouvelle section repose sur la précédente permettant au livre d’élaborer sa structure au fur et à mesure. Ce n’est que dans les derniers chapitres que la grande majorité des éléments peuvent être considérés dans leur ensemble.

Ne perdez pas de vue la façon dont ce livre a été écrit.

Alors que certains pensent pouvoir sauter du coq à l’âne et comprendre, j’affirme que cela est impossible! Pas plus d’ailleurs que vous ne le pourrez par un simple survol. Je vous enjoins de l’étudier soigneusement puis, relisez-le, mais cette fois à Bible ouverte.

Les points, les principes, les passages et les enseignements qui sont étudiés ne sont pas des suppositions, ni des hypothèses, ou encore des théories ou des opinions. Ce sont des réalités de notre époque qui constituent des preuves directes, provenant de la Parole de Dieu, de l’Histoire de M. Armstrong et de la logique élémentaire et de ce à quoi vous faites face.

Prenez note que l’ensemble des événements survenus à la fin de l’ère précédente, suite à l’apostasie qui a frappé l’Église Universelle de Dieu, sont expliqués plus en profondeur dans les livres qui apparaissent sur la liste à l’endos. Divers sermons contenus dans la « trousse explicative » (en anglais : Splinter Explanation Packet) , jettent aussi la lumière sur les vérités décrites dans ce livre. Ceci est spécialement vrai en ce qui concerne les deux articles intitulés « Le corps de Christ : Comment la plupart n’en font plus partie – tout en croyant le contraire! » (présentement en anglais). Ces sermons sont sans doute les plus importants que je n’ai jamais donnés. Ils s’accordent parfaitement avec ce livre. Ils se complètent les uns les autres et permettent de comprendre en profondeur cet important sujet, tout comme la série des sermons intitulée « La seule véritable Église » (One true Church, présentement en anglais).

Lorsque cela est nécessaire, certains des principes contenus dans la trousse sont répétés ici parce qu’ils font partie intégrante de l’avertissement du Christ. Vous retrouverez aussi quelques répétitions obligatoires dans le livre même. Ceci surviendra lorsque certains aspects particuliers auront besoin d’être soulignés.

Pour ceux qui veulent bien le comprendre, ce livre explique au-delà de tout doute, exactement comment « oindre ses yeux » et, exactement à qui s’adresse cet avertissement.

Le moment pour le Christ de faire cette révélation est arrivé. Mais cela exige une préparation qui nécessite du temps.

Chapitre un CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ?

L’Histoire du monde est remplie d’historiens qui revoient, révisent et même réécrivent complètement la vérité des événements afin de refléter ce que les circonstances du moment semblent dicter. Ils y introduisent leur point de vue et leur perspective personnelle.

De la même manière, au sein de l’Église, des milliers de personnes ont soit oublié ou jamais compris les faits même les plus élémentaires à propos des événements qui sont survenus après le mort de M. Armstrong. L’ensemble de l’histoire récente de l’Église est devenue tellement embrouillée que ceux qui croyaient en avoir saisi même les éléments sont complètement perdus.

Une révision sert d’introduction au chapitre.

Un survol historique.

Herbert W. Armstrong est décédé tôt en 1986. Voici, en résumé, ce qui s’ensuivit. Dans les années qui suivirent sa mort, de mauvais dirigeants se saisirent de l’entité corporative et cessèrent de croire et d’enseigner les doctrines qui avaient été révélées par son intermédiaire. Avec le temps, ces hommes rejetèrent totalement la vérité et détruisirent l’Église visible, la laissant spirituellement morte. Subséquemment, un grand nombre de ministres quittèrent l’Église Universelle de Dieu (EUD) dans le dessein de constituer d’autres organisations avec les membres mécontents des changements qui étaient survenus.

Pendant la première moitié des années 90, 80% de l’Église abandonna complètement la vérité. Les 20% restants se dispersèrent dans différents groupes chacun retenant la vérité à différents degrés. La majorité étaient d’accord avec certaines doctrines de base mais en désaccord sur plusieurs autres.

On peut mieux définir le problème comme suit : Alors que la plupart des groupes étaient d’accord qu’ils étaient en désaccord avec M. Armstrong au sujet de différentes doctrines, ils ne pouvaient se mettre d’accord sur quoi ils étaient en désaccord. Le résultat de tout cela fut que des milliers de personnes n’étaient plus capables de s’entendre (Amos 3 :3) et de maintenir l’unité qui régnait autrefois dans l’Église. Par contre, dans chaque cas, ces groupes considéraient généralement qu’ils « défendaient la vérité ».

Nous devons maintenant faire une distinction très importante. Ces organisations ne doivent pas être confondues avec les groupes qui quittèrent l’Église dans les années 70, avant la mort de M. Armstrong. Ces derniers avaient vu le jour par la rébellion contre la vérité et le Gouvernement de Dieu alors que l’Église était sur la bonne voie. La majorité des membres furent capables de reconnaître qu’aucune de ces organisations appartenaient à Dieu, point à la ligne! Le temps, associé à l’aveuglement qui a atteint le peuple de Dieu, en a empêché un grand nombre de voir même cela. Plusieurs aujourd’hui considèrent ces anciens groupes comme des options de remplacement viables. Cette façon de penser représente un renversement étonnant de la compréhension.

Revoyons brièvement les groupes qui sont apparus après que la vérité a commencé à être rejetée par l’Église.

En décembre 1989, le premier véritable « groupe dissident » (groupe) fut créé. Cette organisation devint éventuellement le lieu de rassemblement de milliers de personnes qui croyaient que celui-ci les aiderait a retenir toute la vérité qui avait été rétablie.

En décembre 1991, un autre pasteur quitta en affirmant que l’Œuvre était terminée et que M. Armstrong y avait mis trop d’emphase. Avec le temps des centaines de personnes joignirent puis quittèrent les rangs de cette organisation.

En janvier 1993, un autre groupe se forma. Cela se produisit après qu’un évangéliste de premier rang supplia le successeur de M. Armstrong de le laisser dans les rangs de l’EUD à titre « d’ancien local ». Ce n’est qu’après avoir essuyé un refus qu’il forma son groupe qui crût rapidement en nombre.

En mai 1995, le plus important des groupes se forma. Il était constitué de plusieurs ministres et de certains dirigeants de haut rang de l’EUD ainsi que de plusieurs milliers de membres. Ce groupe avait enfin décidé de mettre fin à son inaction après avoir constaté quelques 300 changements doctrinaux. Ils s’organisèrent sous la direction d’un comité élu qui en retour élisait le dirigeant du groupe.

En 1998, les deux derniers groupes subirent une division importante dans leurs rangs, chacune impliquant de 1500 à 2000 membres. Dans les deux cas, il s’agissait d’une lutte pour le pouvoir qui n’avait aucune relation avec les doctrines. De ces groupes, plusieurs autres petits sous-groupes se sont détachés. Le groupe de 1989 a également subi plusieurs autres divisions pour des raisons administratives, ou à cause de son gouvernement dictatorial, mais surtout sur des points de doctrine suite au non-sens total et absolument blasphématoire enseigné par son dirigeant.

Comme ce fut le cas de la grande majorité qui demeura dans Sardes le groupe de 1995, ayant vu le jour après avoir déjà accepté plusieurs fausses doctrines, a bien des chances de se retrouver bientôt hors du christianisme. La raison de cela est qu’il continue d’accepter des hérésies et de diluer les vérités qu’il lui reste. Fort probablement, ce sera la fin des temps et la Grande Détresse qui mettront un terme à son retour vers les voies du monde.

D’un autre côté, le dirigeant du groupe de 1989 a déjà abandonné Dieu, devenant aussi faux que les premiers apostats eux-mêmes. Ce qui est tragique, c’est de voir ceux qui l’entourent suivre la même direction. Ce retour au paganisme a fait surgir deux façons de penser. Ceux qui acceptent les nombreux titres et les nombreuses fonctions que ce dirigeant s’attribue et ceux qui ne les acceptent pas. Il semblerait que d’autres divisions soient imminentes dans ce groupe et les survivants devront choisir où aller ou simplement abandonner.

Le résultat de tout cela est que le groupe de 1993 (se dirigeant de plus en plus vers le Pentecôtisme et subissant constamment des problèmes internes sérieux), et deux autres groupes plus petits à l’air suffisant, se sont installés confortablement au milieu, se croyant plus équilibrés, possédant plus d’amour et étant capable de plus de croissance que le groupe de 1989 tout en étant plus zélé et fidèle doctrinalement que celui de 1995. Ces groupes du « centre » se considèrent généralement comme la meilleure option et comme le « véritable reste de Philadelphie ». Il leur sera donc plus difficile de voir leur condition sous un vrai jour.

Nous allons voir qu’aucun de ces groupes ne peut représenter Philadelphie.

Les cris d’avertissement de M. Armstrong.

Pendant tout son ministère, M. Armstrong a « crié à plein gosier, sans se retenir » remplissant ainsi son devoir d’avertir ceux qui se dirigent vers le châtiment, vers la calamité soudaine. Il a toujours élevé sa voix « comme une trompette » ne s’inquiétant jamais de ce que pensaient les gens. Il leur a dit ce qu’ils avaient besoin d’entendre sans se préoccuper de ce qu’ils auraient voulu entendre.

Avec régularité, M. Armstrong a obéi, a mis en pratique les enseignements d’Ésaïe 58 :1 avec audace et force. Il a clairement vu la responsabilité qu’il avait d’avertir à la fois Israël physique et spirituel de la Grande Détresse qui approchait. Nous devons examiner la façon dont il a procédé afin de saisir clairement que c’était bien son intention d’avertir ceux qui étaient en route vers le désastre, s’ils ne s’éveillaient pas.

Ci-dessous nous retrouvons toute une suite de citations empressées de M. Armstrong. En réalité, c’est sa voix qui encore aujourd’hui remplit sa responsabilité et qui vous avertit. Plus loin, nous lirons d’autres déclarations sur des sujets spécifiques qui faisaient partie de son enseignement et qui sont en relation directe avec le commandement de « oindre nos yeux ». Nous procéderons ainsi périodiquement.

Assurez-vous de ne pas être offensé par la force des paroles de M. Armstrong que vous n’avez pas entendu depuis plusieurs années. Au lieu de cela, savourez ce qu’il dit en réfléchissant attentivement à l’état dans lequel vous êtes. Ceci donne le ton à ce que j’ai tenté d’écrire dans ce livre. (La majorité de l’accentuation indiquée est celle de M. Armstrong. D’une façon générale, je suis responsable des mots en italique).

« Frères et sœurs, je suis terriblement NAVRÉ et peiné par les rapports qui proviennent de partout disant que PLUSIEURS de nos membres sont TIÈDES sinon totalement LÉTHARGIQUES spirituellement. Si VOUS êtes un de ceux-là, je dois vous avertir; vous n’êtes peut-être pas sur le chemin du Royaume de Dieu, mais en route vers votre FIN dans L’ÉTANG DE FEU ».

« Les rapports indiquent que plusieurs sont « entrés » dans l’Église de Dieu comme suit : ils en sont venus à VOIR et à RÉALISER que c’est véritablement l’Église de DIEU. Ils savent que des TROUBLES MONDIAUX surviendront bientôt. Ils ont entendu dire que l’Église de Dieu sera amenée dans un LIEU DE SÉCURITÉ…Donc, ces gens, d’une manière égoïste, entrent dans l’Église pour obtenir un genre de SÉCURITÉ physique et spirituelle, afin d’obtenir la PROTECTION au moment où la Grande Détresse s’abattra sur le monde! Mais ils ne sont pas eux-mêmes enflammés pour Dieu. Ce sont des ROBOTS spirituels! Et Dieu ne leur accordera pas Sa protection!

« Si c’est le cas, alors laissez-moi vous brûler les oreilles avant que le Dieu tout-puissant vous brûle dans l’étang de feu! Si cela a été votre attitude, si vous n’êtes intéressé qu’à prendre, que vous refusez d’aider et de donner à la cause de Dieu, alors je vous affirme par l’autorité de Jésus-Christ, si vous ne vous repentez pas, rapidement et ne changez… vous n’avez rien à faire dans l’Église de Dieu! Vous n’êtes que les déchets spirituels, pourris, putrides qui engorgent l’intérieur du corps de l’épouse de Christ… (Note de l’éditeur : Ce langage vous offense-t-il?, ou vous pousse-t-il à l’action?).

« Si CELA ne vous chatouille pas les oreilles, et ne vous RÉVEILLE pas, alors Jésus-Christ VOUS dit, par mon intermédiaire, VOUS êtes au bord de l’étang de feu! »

« Avez-vous jamais lu l’épisode de Gédéon qui choisissait ses hommes pour la bataille? Il y avait 32,000 hommes. Il y a environ 32,000 adultes BAPTISÉS (ou qui se disent membres) dans l’Église de Dieu aujourd’hui! Dieu avait demandé à Gédéon de leur dire : Quiconque a peur, qu’il s’en aille et quitte le mont Galaad. Et il partit 22,000 personnes; il n’en resta que 10,000. Puis Dieu les mit À L’ÉPREUVE, et, finalement, SEULEMENT 300 parmi les 32,000 furent choisis par L’ÉTERNEL ».

« Oh! Frères et sœurs! Doit-il en être ainsi dans L’ÉGLISE aujourd’hui, le CORPS même du Christ vivant? »

« À moins que je ne vous POUSSE ou TIRE, vous RAPPELLE ce DEVOIR ENVERS DIEU ET SON ŒUVRE, vous n’avancez pas sur le chemin divin; vous vous assoupissez et vous ABANDONNEZ… »

Lettre aux membres, 2 mars 1967.

« Le monde est tombé dans un sommeil complaisant et indifférent ».

« Ce monde est trop préoccupé à profiter de cette nouvelle prospérité, se dorant sous les rayons ensoleillé du luxe, pour être vraiment préoccupé par la troisième guerre mondiale, NUCLÉAIRE cette fois qui, à moins qu’elle ne soit empêchée par le Dieu tout-puissant, EFFACERA toute vie humaine de cette planète! »

« Les mots doux et le beau langage ne réveillent pas les gens. Cela leur prend une DÉCHARGE ÉLECTRIQUE! »

« Éditorial », Pure Vérité, septembre 1965.

« Le message d’Ézéchiel s’applique à nos jours, c’est un message prophétique pour les États-Unis et la Grande-Bretagne d’aujourd’hui! »

« De tous temps, les véritables prophètes et les ministres de Dieu ont travaillé contre l’énorme majorité en Israël et l’ont fait pratiquement seuls ».

« Ézéchiel classe nos péchés, nos coutumes et nos voies, celles qui semblent justes à nos yeux, mais qui sont contraires aux lois divines et une abomination à SES yeux ».

« Les gens de nos jours croient que ces choses ne font aucune différence! Mais Ézéchiel dit que les prédicateurs ont trompé les gens et les ont égarés. Ils ont acquiescé à toutes ces choses jusqu’à ce que le peuple perde la pure VÉRITÉ divine.

« Pendant ce temps, notre travail est D’AVERTIR les États-Unis et la Grande-Bretagne de ce qui s’en vient! De leur crier de sortir de BABYLONE (Apoc 18 :4) – que ceux qui obéissent peuvent trouver Dieu dès maintenant, peuvent obtenir Sa protection (Ps 91) et que par une vie remplie du Saint-Esprit, obéissant aux VOIES DE DIEU et à Ses lois, peuvent être préparés à devenir un dirigeant ou un enseignant dans le prochain Royaume glorieux du Christ! »

« Will Russia Invade America? » PT, novembre 1948.

« Parfois, je l’avoue, il y a des moments où je me sens impuissant, incapable d’agir et frustré. Je me demande si nos lecteurs sont capables de se mettent à ma place et réaliser ce que je vois et sais, et ce que je ressens.

Oui, des millions de gens entendent le dernier avertissement solennel et effréné de la part de Dieu, croyez-vous que cela me remplit de joie, me transporte d’allégresse? pas du tout! Au lieu de cela, je me sens abattu, frustré!

Savez-vous pourquoi? Parce que je vois tout comme Christ lors de sa prédication : « parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent ». Il n’y a qu’à Ninive que le peuple ait entendu l’avertissement!

Cela me procure un sentiment de totale futilité, celui de faire des efforts suprêmes, combattant pendant des années avec toute ma force et mon énergie, en plus de tout ce que j’ai reçu de Dieu, et pourtant c’est comme si j’étais sur un tapis roulant et n’avançant jamais!

Personnellement, je vois ce qui s’en vient! Cela me remplit d’une terreur furieuse pour la sécurité des gens qui pourraient être épargnés et protégés de manière surnaturelle des catastrophes qu’ils appellent sur eux-mêmes, comme je m’attends à être moi-même protégé par Dieu, alors qu’eux ne le seront pas!

comprendrez-vous? écouterez-vous? Et épargnerez-vous votre précieuse vie des choses à venir? Accepterez-vous l’avertissement?

Dieu dit que si nous avons vu ces choses venir et que nous vous avons averti, nous nous sommes acquitté de notre tâche, votre sang n’est plus sur nos mains. Mais sauver ma propre peau ne me satisfait point. je veux que vous soyez sauvés aussi!

« Cœur à cœur avec l’éditeur », PV avril 1956.

« Si quelqu’un me dit que ma maison est en feu, je ne rirai pas de lui en refusant de le prendre au sérieux. Je vais vérifier pour être certain! S’il se trompe, alors je SAURAI au-moins que ma maison est en sécurité. J’ai appris il y a bien des années qu’il peut être très dangereux de présumer innocemment ou de prendre pour acquis. Il est beaucoup plus sage et sûr d’obtenir tous les FAITS, et décider ensuite.

Et la vie éternelle d’une personne est beaucoup plus précieuse que sa maison.

Je vous ai transmis la Parole de Dieu fidèlement. Elle n’est pas populaire. Ce n’est pas le langage de la majorité.

Ma responsabilité s’arrête lorsque je vous l’ai transmise. J’ai élevé la voix. J’ai crié à plein gosier.

Quel est le jour du Sabbat chrétien? (1976) pp. 7, 107.

Dieu a envoyé Ses prophètes – SON DIVIN FILS – Ses apôtres – ses vrais ministres, implorer un monde obligé de choisir – avertissant ce dernier du résultat inévitable de sa folle rébellion.

La majorité de nos jours est comme une personne en profond sommeil, faisant un rêve agréable. Lorsqu’on tente de l’éveiller pour lui annoncer que sa maison est en feu et qu’il va brûler, il proteste, tout endormi :

« Laisse-moi! Ne me réveille pas! Va-t-en et laisse-moi dormir! »

Alors, écoutez-moi : Votre maison est en feu!

Je dois avertir les gens, ou leur sang sera sur mes mains! Le Dieu tout-puisant m’ordonne, « crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme une trompette, et annonce à mon peuple ses iniquités (És 58 :1). Dieu ne dit pas « murmurer ». Il ne dit pas « dis des choses douces et agréables ». Il me dit de lever ma voix, de crier, de tonner Son avertissement!.

Le temps des choses douces, délicates et apaisantes est passé!

Je ne parle pas doucement et de façon apaisante en ondes. Je crie! Je ne vous épargne pas, je vous dis la vérité avec l’énergie que Dieu me donne!

Nous ne cherchons pas à plaire aux gens. Nous cherchons seulement à obéir à Dieu, et à aider à sauver des gens, parce que nous les aimons.

Dans Son message à Sa véritable Église d’aujourd’hui, qui se soumet en tant qu’instrument pour proclamer cet avertissement et l’évangile de Christ au monde, Jésus a dit : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation (la Grande Détresse — le Jour de l’Éternel) qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apoc 3 :10) Mais en ce qui concerne ceux qui sont tièdes, imprudents et indifférents. Christ dit qu’Il les vomira de Sa bouche (Apoc 3 :16).

Je me sens exactement comme se sentait le prophète Jérémie lorsque Dieu lui révéla que la destruction de la Judée arrivait à cause des péchés des Juifs de son temps. Les armées chaldéennes de Nebucadnetsar approchaient de Jérusalem. Jérémie en voyait la réalité mais le peuple était profondément endormi. Cela lui donnait la nausée.

« Mes entrailles! mes entrailles », criait Jérémie ses mains serrées sur son abdomen. « je souffre au dedans de mon coeur, le coeur me bat, je ne puis me taire » (Jér 4 :19).

Oui, je sais comment se sentait Jérémie!.

croyez-vous que je puisse me taire, aujourd’hui? Dieu m’a révélé le danger dans lequel vous êtes! Et je peux aussi voir votre léthargie.

Certains m’ont écrit pour ronchonner et me critiquer. Quelques-uns n’ont pas voulu voir l’image de la réalité de ce qui s’en vient concrètement! Certains ont menacé de cesser de lire la pure vérité.

…si par la grâce de Dieu, par sa puissance, je puis rendre cela suffisamment réel, je pourrais servir à en sauver quelques-uns. Et vos vies sont très précieuses! Chaque personne qui est sauvée en vaut l’effort, ça vaut toutes les critiques de ceux qui désirent les choses douces et faciles, les mensonges, toutes les persécutions.

votre vie est très précieuse. C’est celle d’un enfant de dieu en puissance. J’espère vous voir, vous connaître et vous aimer dans le royaume de dieu! Oui, votre vie est très précieuse à mes yeux! Je tiens à vous éveiller à la réalité, si je le peux. Critiquez-moi, condamnez-moi… Je ne puis rien faire d’autre que de rendre cet avertissement aussi clair que possible! Cela est motivé par un esprit d’amour! Que Dieu vous aide à vous éveiller et à écouter! »

« Yes, I know », PT, février-mars 1955.

ÊEtes-vous contrarié que j’aie cité M. Armstrong aussi souvent et de cette façon? Croyez-vous que cela était présomptueux? Si oui, pourquoi?

Les principes et la vérité des paroles de M. Armstrong sont intemporels. Bien sûr, il n’est plus avec nous pour nous donner – nous crier – ces avertissements lui-même. Quelqu’un d’autre doit le faire à sa place, sachant que le danger dont il parlait est encore plus grand, et même imminent, et beaucoup plus près de ceux qui n’ont pas écouté.

Tous les ministres de Dieu doivent avoir le cœur d’un berger. Les vrais bergers aiment les brebis de Dieu et doivent être préparés à donner leurs vies pour elles. Dieu dit qu’Il châtie tout fils qu’il aime (Prov 3 :11-12; Héb 12 :6-11), et Il utilise souvent ses serviteurs pour appliquer Son châtiment. Si le reste de ce livre vous déplaît, ç’a peut-être du bon, si cela vous stimule à agir. Si vous choisissez de détester mes paroles, alors c’est un prix que je suis prêt à payer avec l’espoir qu’ils vous réveilleront plus tard à ce que vous avez à faire.

À notre époque, je ne peux parler qu’avec franchise. Mais agir ainsi, et le faire avec autorité, n’est pas gratuit. Je vais continuer de le faire quel que soit le prix que je devrai payer personnellement et peu importe le nombre de personne qui voudront le payer avec nous! Quant à ceux qui ne veulent pas payer ce prix maintenant, ils doivent se rappeler que la prophétie révèle que ce prix doit augmenter de façon dramatique très bientôt, à la fois pour le peuple de Dieu et pour toute la Terre.

Que ceci soit clair à votre esprit : Il n’est pas trop tard pour abandonner la majorité et échapper à ce qu’elle doit subir.

Preuve que deux états différents co-existent.

Avec le temps, il est apparu clairement qu’au moment où l’EUD a abandonné la vérité, devenant ainsi une Église morte, les membres de deux ères différentes (Philadelphie et Laodicée), qui sont en fait deux états différents, ont été forcées de fuir. Ces deux groupes étaient mélangés l’un à l’autre. Ce processus se poursuivit pendant les années 90.

Afin de bien comprendre ce qui s’est passé depuis, on doit reconnaître que ceux qui représentaient Laodicée et ceux qui représentaient Philadelphie ont tous quitté l’Église Universelle de Dieu. Conclure autrement revient à dire que l’EUD fait toujours partie de Laodicée, et toute personne qui croit une telle chose ne comprend plus rien ou n’a jamais compris ni Dieu, ni la Bible ou la vérité, point, à la ligne!

Donc, s’éloigner de l’apostasie a toujours été un processus en deux étapes. Permettez-moi d’expliquer.

Lorsque la direction de l’EUD s’est rebellée contre Dieu et a totalement apostasié, tel qu’expliqué, tous les esprits convertis ont été forcés de quitter cette organisation afin de survivre spirituellement. La grande majorité l’avait déjà fait depuis longtemps. Cela constituait la première étape. (peut-être en reste-t-il encore quelques-uns qui peuvent quitter).

La deuxième étape est semblable à la décision prise par M. Armstrong de quitter l’ère de Sardes pour servir Dieu pleinement. De nos jours, ceux qui ont une attitude philadelphienne (la sixième ère) ou qui veulent la recouvrer doivent d’abord quitter le « reste » dominant de Laodicée d’Apocalypse 12 :17, représenté par plusieurs groupes importants (ainsi que par plusieurs plus petits). Cette étape particulière a été beaucoup plus difficile à comprendre par la majorité.

Bien entendu, la prophétie montre que la grande majorité ne reconnaîtront jamais la nécessité de franchir la deuxième étape! C’est semblable à la proverbiale « grenouille dans le pot ». Elle est dans l’eau qui chauffe de plus en plus, jusqu’au moment où la grenouille est trop « cuite » pour se sauver.

Contrairement à la grenouille, ceux qui sont disposés à faire le deuxième pas savent qu’ils doivent fuir l’eau chaude, qui éventuellement le deviendra beaucoup plus lors de la Grande Détresse. Paradoxalement, ceux qui veulent échapper « à la cuisson » doivent augmenter leur propre température pour y arriver.

Ce livre va démontrer sans l’ombre d’un doute, à ceux qui ont une vision claire et qui sont suffisamment forts et prêts à franchir les deux étapes, que Christ a rétabli, (en fait, a reconstitué) Son Église et Son Œuvre unifiées. Et, graduellement, de plus en plus de frères fidèles quittent la septième ère. Tous ceux qui aiment l’entière vérité, la vérité pure et sans compromis, comme l’Église le comprenait autrefois et qui sont prêts à compléter l’Œuvre de Dieu, comme l’Église le faisait aussi autrefois, ont maintenant un endroit pour le faire.

Oublier ce qu’on avait déjà appris.

Parce que j’ai été congédié en 1993, j’ai pu voir et conseiller très tôt un grand nombre de personnes qui fuyaient l’apostasie. Ils pouvaient voir des choses que des milliers d’autres, qui suivirent plus tard, ne pouvaient encore voir. Plusieurs ont réalisé qu’ils avaient l’obligation d’agir même si des dizaines de milliers d’autres ne purent se convaincre de prendre position et partir. Essayons de comprendre l’ironie de la situation.

Rétrospectivement, nous savons maintenant que l’EUD a complètement abandonné la vérité. Ils se sont débarrassé pratiquement de chaque doctrine, et de ce qu’elles sous-tendaient, que nous considérions autrefois comme la vérité. Je le répète, cela la disqualifie comme organisation susceptible de faire partie de l’Église de Dieu. C’est maintenant un point acquis, même s’il n’est encore que partiellement compris.

Voici de quoi il s’agit. Des milliers de personnes ont douté ce qui précède avant 1995 alors que plusieurs avaient déjà quitté l’EUD ou étaient en train de le faire. Conséquemment, une réalité fascinante apparaît. Un grand nombre de personnes ont été prêtes à quitter l’EUD parce qu’elles croyaient qu’elle était Laodicée. Elles ont agi ainsi parce qu’elles croyaient cela nécessaire pour demeurer des Philadelphiens.

Mais un changement dramatique est survenu. La majorité des membres ne veulent plus faire de pas identiqueune seconde fois – à celui qu’ils furent prêts à faire à cette époque.

Des milliers de frères et sœurs ont déjà entendu mon sermon intitulé « 90 raisons pour obéir à la vérité » (donné en 1993-94). Aujourd’hui, ces raisons trouvent toujours et exactement la même application qu’au moment où les gens quittaient l’EUD. Dans un sens, elles ont encore plus de raisons de s’appliquer aujourd’hui (et j’en cite plusieurs dans le livre, entre autres dans une section spéciale à la fin). Pour ceux qui ont entendu ce sermon, rappelez-vous qu’une des premières des « 90 raisons » était que les objets prennent éventuellement la température de la pièce où ils se trouvent. Le peuple de Dieu court toujours le même danger.

Voici la différence qui existe aujourd’hui, et c’est ce qui rend confus tant de gens. Les groupes, petits et grands, sont en fait devenus l’Église de Laodicée que nous croyions autrefois être l’Église Universelle de Dieu. L’acceptation d’un mélange de vraies et de fausses doctrines, ajoutant continuellement de faux éléments, comme c’était le cas avec l’EUD dans la première moitié de l’apostasie, le prouve. (Nos autres publications portant sur les autres groupes le démontrent sans l’ombre d’un doute).

Alors, pourquoi y en a-t-il tant qui demeurent là? Qu’est-il advenu de la conviction de la majorité, alors qu’ils étaient prêts à rejoindre les rangs d’un tout petit groupe bien que la majorité ne voulait pas faire de même?

Je compare cela à ce que Paul a dit aux Galates : « Vous couriez bien; qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d'obéir à la vérité? (5:7). Ce verset s’est accompli dans la vie de milliers de personnes du peuple de Dieu. Elles avaient fait un bon premier pas, puis se sont arrêtées brusquement en chemin.

Bien entendu, le plus gros des groupes, qui s’est formé en 1995, est sans doute une exception à ce que je dis, voici pourquoi.

C’était le seul groupe (essentiellement le dernier à se former) qui ayant laissé l’EUD ait passé à côté des écrans radars du Christianisme. Lorsque le Pasteur Général précédent rejeta la Loi, le Sabbat, les Jours Saints, les dîmes et la connaissance des viandes impures, cela élimina tout doute quant à savoir si l’EUD deviendrait Laodicée.

(Plus que tout autre, le groupe de 1995 a semblé s’engager à prouver par lui-même qu’il était constitué de Laodicéens. Nous parlerons plus loin des raisons pour lesquelles sa formation rend subtilement confus plusieurs milliers de personnes qui ne sont pas dans ses rangs. Rappelez-vous de ceci. Ayant démontré qu’il est capable de tolérer plus d’hérésies que tous ceux qui ont quitté avant lui, les gens de ce dernier groupe sont ceux les moins susceptibles de comprendre ce que je viens de dire).

La grande majorité du peuple de Dieu est toujours dans Laodicée. Ces gens ne retiennent tout simplement pas pleinement la vérité et ne sont donc pas Philadelphiens, mais se font croire qu’ils le sont. Plusieurs aiment aujourd’hui parler d’une « atmosphère laodicéenne » comme si le problème n’était pas celui des organisations qui sont formées d’individus laodicéens – tout comme les organisations de Sardes étaient composées d’individus de Sardes.

Il est clair que cela est un problème qui a à faire avec les organisations. Et les organisations sont composées d’individus comme vous. Ce n’est pas simplement une question d’atmosphère comme certaines personnes crédules semblent prêtes à le croire.

Lorsque le moment de fuir arrive.

Jetons un coup d’œil sur l’avenir. Un genre de « foi » mystique, superstitieuse et aveugle existe présentement qui veut que les Philadelphiens vont arriver – par magie et de façon simultanée – en provenance de plusieurs organisations ayant des expériences différentes, à Pétra, ou à l’endroit où se trouve le lieu de sécurité. La vaste majorité aujourd’hui, qui croit encore en un lieu de sécurité littéral, a accepté l’idée que Christ va rassembler les Philadelphiens qui viendraient de tous les groupes lorsque le moment de fuir arrivera.

Cette théorie est fausse et absurde, et il est possible de prouver qu’elle est impossible! Et pourtant, il y en a tant qui y croient.

Imaginez-vous des milliers de personnes qui arrivent à l’entrée du lieu de refuge, tous ayant des idées doctrinales et une approche vis-à-vis le gouvernement différentes. Ils arriveraient d’organisations différentes, avec des croyances et des traditions différentes et ayant suivi des dirigeants (qui était leurs préférés) différents. La confusion la plus complète existerait, ne serait-ce que sur la question de savoir quel dirigeant suivre. Imaginez les divisions causées par toutes les autres doctrines qui selon l’un ou l’autre doivent ou ne doivent pas être suivies. La loyauté envers l’organisation qu’elles avaient choisie, et l’expérience qu’elles en ont tirée, empêcherait tout accord sur le choix d’un dirigeant et encore plus sur la forme de gouvernement qu’il devrait utilisé. Dans les conditions du monde d’aujourd’hui, soyez assurés que les gens voudraient mettre leur grain de sel. Et il ne faut pas oublier la question concernant la façon dont les gens de différentes organisations recevraient simultanément le signal du départ.

Soulignons-le à nouveau. Tous auraient pratiqué une forme de gouvernement totalement différente, sous des dirigeants différents – dans des groupes différents - selon des croyances et des traditions différentes et ce, pendant des années!

Dieu ne récompenserait JAMAIS de Sa protection des groupes ou des personnes qui sont dans une telle confusion. Cela aurait comme conséquence de fondre la confusion de ceux qui n’ont pas « retenu ce qu’ils avaient », avec l’unité et la clarté de ceux qui l’ont retenu. Comprenez bien ce point fondamental! Dieu ne permettrait jamais que des circonstances aussi « impossibles » — qu’une division si terrible — existe au lieu de sécurité. Des soi-disant « Philadelphiens » de tout acabit ne pourraient arriver avec leur méli-mélo d’idées et contourner Amos 3 :3, leur permettant de « marcher ensemble » tout en étant en désaccord et ce, dans un lieu si restreint pendant 3 1/2 ans.

J’espère que personne n’est assez crédule pour penser qu’il existe plusieurs personnes fidèles (des Philadelphiens) qui sont « cachées » dans chaque organisation et qui retiennent et pratiquent secrètement les bons enseignements alors que leur organisation ne le fait pas. Vous ne pouvez décider par vous-mêmes d’être un « Philadelphien » au milieu de tous ces Laodicéens et vous dire : Je n’ai pas besoin de faire quoi que ce soit ou à prendre position maintenant.

Ceci revient à la même chose que d’affirmer qu’il n’est pas nécessaire de manger réellement des pains sans levain pendant 7 jours aussi longtemps que nous avons dans notre « cœur », notre esprit, « les pains sans levain de la pureté et de la vérité ». Un grand nombre de personnes dans le monde mettent en pratique ce verset, et d’autres comme lui, exactement de cette manière.

Cela dit, les quelques personnes qui sont présentement en voie d’oindre leurs yeux et qui sont à la veille de prendre leur décision doivent être conscientes de l’obligation de quitter le groupe où elles se trouvent. Il en est de même pour tous celles qui feront éventuellement comme elles. Elles devront d’abord oindre leurs yeux afin de voir clair, puis agir.

M. Armstrong a expliqué nombre de fois qu’il doit y avoir une unité complète dans l’Église. Bien qu’aucune organisation ne puisse affirmer détenir automatiquement votre « billet » pour le lieu de sécurité, (et il y a un groupe qui dit cela), tous ceux qui seront protégés doivent posséder les mêmes acquis et avoir vécu sous la même administration et les mêmes positions doctrinales, autrement dit, venir de la meme organisation! Ils doivent tous voir la vérité de la même manière.

(Si vous voulez savoir qui sera ou ne sera pas protégé, prenez le temps de lire notre brochure intitulée, « La Protection promise par Dieu — LIEU DE SECURITÉ ou Enlèvement secret? »).

J’espère qu’après avoir lu « POUR OINDRE TES YEUX », vous rejetterez le chant de sirène doux et rassurant que Dieu vous accepte « tel que vous êtes », vous et vos croyances, (ce qui n’est que du protestantisme réchauffé), peu importe votre condition spirituelle, vos croyances et l’organisation que vous avez choisie, pour ensuite vous protéger de la Grande Détresse.

Ce que M. Armstrong a enseigné au sujet du gouvernement, de l’unité et de la division.

Vous n’avez pas besoin de me croire à ce sujet. Vous pouvez lire les mots même de M. Armstrong. La première citation vous demande « de vous arrêter et de réfléchir ». Dans un sens, ceci représente l’objectif premier de ce livre. Prenez le temps de réfléchir à la façon dont chaque citation est reliée intimement au gouvernement dans l’Église, à l’unité et à la division. Notez de plus que ces citations sont le reflet de la façon de penser de M. Armstrong sur une longue période.

« Qu’en est-il du Chrétien ‘solitaire’ qui dit : ‘Je vais servir Christ à ma façon?’ Que doit-on penser de celui qui quitte l’Église de Dieu pour établir sa propre relation personnelle avec Christ – pour obtenir son propre salut – sans même fournir sa part des efforts pour annoncer le véritable Évangile par toute la terre.

Ou encore, qu’en est-il de celui qui suit un homme à cause de sa personnalité, de son charisme ou de son charme, ou un autre groupe?

Arrêtez-vous et réfléchissez!

Christ mariera-t-Il des groupes différents, qui ne sont pas en harmonie les uns avec les autres, mais qui ‘professent Christ’?

Jésus a dit. « Celui qui n’est pas avec moi (et puisqu’Il est la tête de la seule et unique Église de Dieu, Il entendait véritablement avec Lui, là ou IL travaille – dans Son Église) est contre moi »; et celui qui n'assemble pas avec moi disperse (Matth 12 :30).

Jésus-Christ mariera la seule et unique véritable Église – pas un nombre de groupes ou d’individus dispersés.

… Celui qui tente d’obtenir son salut en-dehors de l’unique Église que Christ doit marier est sur la voie de ‘prendre’. Ceux qui, dans l’Église, sont loyaux, donnent leurs prières, leur loyauté, leur encouragement et leur soutien… en donnant la bonne nouvelle au monde, ce qui est son unique espérance! »

« 7 Preuves de la véritable Église de Dieu », PT, Sept. 1979.

« La Parole de Dieu nous enseigne clairement qu’il n’y a qu’un seul Esprit, et un seul corps (I Cor 12 :12-13, 20)

Ce corps unique de Christ, qui accomplit son œuvre se doit de fonctionner à l’unisson. Il doit travailler en harmonie et dans l’unité, faire un travail d’équipe, car Dieu n’est pas l’auteur de la confusion. Il ne doit pas y avoir de tiraillement entre ceux qui sont dans ce corps. Il ne doit y avoir aucune compétition ou division. Et toute personne qui sciemment promeut ou encourage quiconque à promouvoir une telle compétition ou division ou à briser l’harmonie, devient l’ennemi de Dieu, et se met au service du diable et non de Dieu.

Pour que cette unité, cette coopération et cette harmonie dans le travail d’équipe soit maintenue et préservée à l’intérieur de l’Œuvre de Dieu, Dieu a établi un gouvernement dans Son Église. Et Il l’a dotée d’une autorité divine.

Ce gouvernement dans l’Église de Dieu est un gouvernement qui vient de Dieu, par Jésus-Christ, par les apôtres, par les évangélistes, par les pasteurs et les autres anciens, dans cet ordre! ».

« Les ministres de Dieu doivent-ils être ordonnés par la main des hommes? », GN, octobre 1962.

« Jusqu’en 1969, nous, dans l’Église de Dieu parlions « d’une même voix ».

En 1978 plusieurs… ministres disaient des choses différentes! Dieu avait… retiré Sa bénédiction et Sa puissance qui depuis 35 ans avait fait que l’Église croissait à un rythme de 30 % par année par rapport à l’année précédente.

Quelle a été la cause du retrait de Sa bénédiction et de Sa puissance?

Exactement la même chose qui a étouffé la croissance de l’Église de Dieu à Corinthe en l’an 56, 25 ans après sa fondation à Jérusalem. Ils suivaient des dirigeants différents, disaient des choses différentes et diluaient les vérités précieuses et sacrées du Christ!

L’apôtre de Christ écrivit à l’église de Corinthe en l’an 56, « Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment » (I Cor 1 :10).

Ils avaient commencer à suivre des hommes différents qui enseignaient des doctrines différentes. L’Église était en train de se diviser! Et une Église divisée contre elle-même ne peut subsister!

Si chacun se met à enseigner selon ses propres croyances ou que tous suivent des dirigeants qui enseignent des choses différentes, alors il tombe sous le sens que le résultat ne sera que confusion.

Mais celui parmi nous qui est égocentrique, même… dans le ministère, ne comprend pas! [Auteur : Et vous?]

« Christ remet l’Église… sur la bonne voie » GN, Avril 1979.

« Je veux, frères et sœurs, que vous réfléchissiez et compreniez ce qui est arrivé à l’Église dans les années 70 afin que l’histoire ne se répète pas! Je veux que vous constatiez les ‘fruits’ de la rébellion contre les voies divines et contre Son Gouvernement!

Après tout, la question fondamentale depuis le tout début en est une à propos du Gouvernement de Dieu dans l’Église. Un de ceux qui a suivi un libéral qui, comme l’apôtre Paul l’avait prédit, cherchait à attirer à lui des disciples (Ac 20 :30) a dit : Nous sommes libérés de ce gouvernement d’Église; nous possédons maintenant une organisation sans contrainte, et c’est ainsi que nous aimons les choses.

L’Église a « … été édifié[e] sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur (Éph 2 :20-21). Veuillez noter que l’Église est bien organisée et bien coordonnée, non pas composée de branches variées qui sont en compétition les unes avec les autres.

Notez ce que dit Éphésiens 4, il n’y a qu’une seule Église organisée et… « bien coordonné[e] et formant un solide assemblage » (v.16), compact comme si tous étaient soudés les uns aux autres pour former un corps solide et bien organisé. Et de quelle façon a-t-Il organisé ce corps? Comment est-il gouverné? « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'Œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ (Éph 4 :11-13). Pas question ici de manque d’unité ou d’une autre forme de gouvernement. Paul a aussi dit de « tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment » (I Cor 1 :10).

Pour clarifier une des raisons, sinon la principale, du conflit causé par l’élément libéral, je cite un journal de l’Ouest. Lors d’une interview avec un ancien ministre qui avait tenté d’attirer à lui des membres, il a été dit de cette Église dissidente, qu’elle avait une structure administrative complètement différente; [Note de l’Auteur : C’est le problème dans bien d’autres groupes].

La majorité des dissensions dans l’Église ont été au sujet du …gouvernement. Les insoumis croyaient en un gouvernement libéral, selon la voie de Satan et de son monde.

Nous, qui demeurons dans la seule véritable Église, sommes peinés par la perte de ceux qui, si avancés, échouent lors de leur examen final ».

Histoire récente de l’ÉUD de l’ère de Philadelphie, WN, 24 juin 1985.

« … La seule véritable Église n’est pas une organisation humaine, mais un organisme spirituel. Pourtant cela n’empêche pas qu’elle soit organisée.

Cet organisme spirituel est le Corps du Christ dont l’existence a pour but d’accomplir l’Œuvre de Dieu.

Si chaque personne qui en fait partie agit seule, de façon indépendante, et tente de remplir la commission divine à la façon dont elle le conçoit, ce sera la confusion; une maison divisée contre elle-même.

Christ a en effet organisé Son Église en un assemblage serré comme l’est un édifice physique construit avec précision par des artisans les plus expérimentés.

Just what is the Church? Tiré à part, 1970.

« Il est toujours vrai que « deux hommes ne peuvent marcher ensemble sans en être convenus ». Je suis d’accord avec Dieu et avec Christ, le chef de l’Église. Je ne diluerai jamais la vérité qu’Il m’a révélée, ni ne ferai de compromis. Nous devrons tous être d’accord avec Dieu et Christ, SON Fils, si nous voulons marcher avec eux jusque dans le Royaume de Dieu ».

« Les rapports sur Garner Ted sont faux », WN, 6 mars 1981.

M. Armstrong parlait constamment de la nécessité d’avoir de l’organisation, une structure et une unité absolue dans l’Église, ce qui était absolument nécessaire pour stabiliser et nourrir le troupeau. Plusieurs de nos jours en sont venus à croire que Christ n’exige plus cette unité complète, ou que cela a toujours été quelque chose d’impossible. Résultat? Plusieurs, croyant cela démodé, ne cherchent même plus ce trait parmi le peuple de Dieu et se satisfont de plusieurs faux enseignements au sein de leur groupe.

Ces personnes sont presque devenues aveugles par choix!

M. Armstrong a quitté Sardes.

Il est bien connu que M. Armstrong a graduellement cessé tout contact avec les groupes de Sardes avec lesquels il fraternisait au moment où il a appris la vérité. Bien pourvu des faits nécessaires pour prendre une décision éclairée, il a choisi consciemment de se séparer d’eux pour ne pas faire de compromis avec ce qu’il venait de prouver.

Si le même choix vous avait été donné dans les années 30 (en présumant que vous ayez pu savoir que M. Armstrong s’en allait afin de fonder ce qui deviendrait l’ère de Philadelphie), seriez-vous demeurés avec un des groupes dominants de la cinquième ère? Auriez-vous rejeté l’occasion de vous joindre au petit groupe dirigé par M. Armstrong? Auriez-vous cru que vous pouviez être, ou devenir, un Philadelphien tout en demeurant dans Sardes?

Bien sûr que non! Pourquoi? Parce que chacun d’entre-nous a déjà compris que ce n’étaient que ceux qui quittaient, qui se retiraient des groupes de la cinquième ère pour se joindre avec ceux de la sixième qui pouvaient être considérés comme en faisant partie. Alors, pourquoi y en a-t-il tant qui hésitent à quitter la septième ère? Pourquoi ont-ils oublié qu’encore aujourd’hui ils doivent toujours agir et se joindre (c’est-à-dire accomplir l’Œuvre et fraterniser), avec les membres de la sixième ère?

Bien que les Laodicéens soient toujours le peuple de Dieu, dans un état de faiblesse déplorable, il est impossible qu’Il les dirige eux ou leurs organisations. Je pose à nouveau la question, pourquoi? Tous devraient comprendre à ce point-ci que « Laodicée » signifie essentiellement « le peuple règne, juge et décide ». C’est Christ qui les a nommés ainsi! Il ne fait pas de doute qu’Il ne dirige pas le peuple auquel Il a donné un tel nom!

Nous allons voir que M. Armstrong a enseigné que le Gouvernement de Dieu a été rétabli seulement à l’ère de Philadelphie. Ce n’est qu’à cet endroit que le peuple retient activement toute la vérité. Ce n’est qu’à cet endroit que le Christ est présent et dirige le gouvernement.

Ceci est clair. Toute personne convertie dans Sardes (en reste-t-il quelques-uns encore aujourd’hui? – Apoc 3 :4) ne pourrait jamais être considérée comme un Philadelphien à moins d’arrêter de donner des excuses, quitter Sardes et joindre les rangs de Philadelphie. Ceci est vrai également pour les « Thyatiriens » dont certains sembleraient avoir adopté la façon de penser (bien qu’il soit improbable qu’ils soient convertis) quelque part sur la Terre de nos jours (Apoc 2 :25). Tous ceux-ci doivent éventuellement venir au seul Corps de Christ unifié. Voilà ce que M. Armstrong a enseigné dès 1954 en ce qui concerne ceux de Sardes qui pourraient toujours avoir l’Esprit de Dieu.

Si cela est clair depuis longtemps aux yeux de tous, alors pourquoi y a-t-il tant de gens incapables de voir que les Philadelphiens doivent agir de la même façon. i.e. se séparer de Laodicée pour ne pas en faire partie? Pourquoi des milliers de personnes veulent faire exception à la règle reconnue depuis si longtemps à propos des autres ères de l’Église?

Parlons clairement! On est Laodicéen aussi longtemps qu’on ne quitte pas Laodicée, quelles qu’en soit les raisons, que l’on soit un simple membre, un diacre, un ancien, un pasteur ou un évangéliste. Malgré cela, combien de gens avec les meilleures intentions décideront de ne jamais quitter le confort et la familiarité de leur groupe? Décidant plutôt de se considérer comme « Philadelphien » là ou ils sont.

Rappelez-vous que Dieu a dit à Adam et à Ève de ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Gen 2 :16-17). La leçon importante de ce passage est d’éviter de mélanger la bonne et la mauvaise connaissance. Ceci inclut certainement la bonne et la mauvaise connaissance doctrinale. M. Armstrong a répété cela des dizaines, si ce n’est des centaines de fois vers la fin de sa vie. Ce thème a été l’essence même de ses derniers messages à l’Église de Dieu avant qu’il ne meure.

Bien entendu, M. Armstrong a mis lui-même cela en pratique pendant toute sa vie. Cette volonté de ne faire aucun compromis avec la vérité a débuté par la décision de mettre fin à son association avec Sardes et de se réunir avec un tout petit groupe de 19 personnes (dont 6 étaient de sa propre famille, en octobre 1933). Toutefois cette même détermination a été démontrée à chaque rencontre qu’il a faite avec l’erreur par la suite.

En y réfléchissant, je ne puis m’empêcher de croire que Dieu a voulu que M. Armstrong répète de multiples fois le message des « deux arbres » comme un témoignage solide et un sérieux avertissement à ceux de la dernière ère qui, jusqu’à maintenant, semblent l’avoir oublié ou totalement ignoré.

Il deviendra évident par la conclusion de ce livre, qu’une autre personne devait recevoir la commission de vous faire parvenir, de la part de Christ, ce qui est sans doute un dernier avertissement.

Chapitre deux LE SEUL POINT DE DÉPART

Il y a plusieurs années de cela, il y avait à la télé une publicité qui illustrait la réticence des gens à boucler leur ceinture de sécurité en automobile. Bien entendu, les lois ont changé et cela est maintenant requis généralement partout. Le message voulait convaincre les gens du danger de ne pas boucler la ceinture.

La publicité utilisait le cliché populaire : « les accidents n’arrivent qu’aux autres ». Elle disait quelque chose comme ceci : « Bien sûr, nous savons que les accidents n’arrivent qu’aux autres, mais juste au cas où vous seriez une de ces autres personnes, s’il vous plaît, bouclez votre ceinture ». La publicité utilisait une approche indirecte pour attirer l’attention des gens. Je n’ai jamais vu les statistiques de cette campagne, mais c’était accrocheur et fonctionnait en se basant sur la façon de penser de la majorité des êtres humains.

Les gens vivent réellement leur vie en croyant que les mauvaises choses n’arrivent qu’aux autres. Les autres attrapent le cancer, c’est la maison des autres qui brûle ou est frappée par les tornades, ce sont les enfants des autres qui meurent de surdoses de drogues etc. La vérité est que pour chaque personne qui a à souffrir de tels événements, il y a quelqu’un d’autre qui a cru que cela n’arrivait qu’aux autres.

Distinguer Philadelphie de Laodicée.

Dieu connaît la nature humaine. Il sait que la tendance des gens à se donner des excuses couplée à la nature de la société de ces derniers jours donnerait naissance à la dernière ère. Il savait également que la majorité des membres à la fin de l’âge présumeraient d’abord que Laodicée est quelqu’un d’autre, ailleurs que là où ils sont, que cet accident ne peut arriver qu’aux autres. Donc, Il devait s’assurer que personne ne pourrait invoquer l’excuse d’avoir choisi accidentellement la mauvaise ère. Il se devait de fournir une façon simple et claire à tous les membres qui seraient suffisamment humbles, déterminés et sincères pour qu’ils puissent reconnaître l’endroit où Il travaille et ce afin qu’ils puissent échapper à « l’heure de la tentation » qui est prophétisée pour le monde entier (Apoc 3 :10; Lc 21 :35).

Dieu S’attend, exige même, que chaque personne convertie reconnaisse — discerne correctement — les ères de l’Église et ce qu’elles représentent. Et pourtant, la majorité des gens sont confus vis-à-vis l’identité de Philadelphie et de Laodicée (et, bien sûr, certains ont même rejeté l’idée qu’il existe des ères de l’Église).

Toutefois, ils n’ont aucune excuse! Et voici pourquoi.

Examinons à nouveau, si vous le voulez bien, l’ère de Sardes. Personne, qui comprend le moindrement, n’est confus quant à son identité. Pourquoi? Parce que la Bible, M. Armstrong et l’Histoire nous ont enseigné qui ils étaient. De la même manière, la Bible, M. Armstrong et l’Histoire nous ont tous enseigné comment établir l’identité de Laodicée. (Nous examinerons cela de plus près plus loin).

Pratiquement personne n’est confus au sujet de la cinquième ère ou ne l’a oubliée. Alors pourquoi y en a-t-il autant de confusion au sujet de la dernière ère du peuple de Dieu?

Qu’avons-nous donc oublié?

Vous devez comprendre ceci. Virtuellement personne ne vous dira qu’il est un Laodicéen. Pas plus que les groupes d’ailleurs. Et pourtant c’est cette ère qui est dominante. D’un autre côté, presque tous vous diront qu’ils sont Philadelphiens. Il en sera de même pour les autres groupes. Et pourtant, Philadelphie n’est plus celle qui est dominante. Rappelez-vous que Christ a dit que les Laodicéens sont aveugles. De toute évidence et en nous basant sur cet unique exemple de la façon de penser des gens, on constate qu’un très grand nombre sont devenus aveugles et incapables de réaliser quel est leur état et l’ère à laquelle ils appartiennent.

Une grande question surgit donc : Comment peut-on identifier l’un et l’autre?

Rappelez-vous, Dieu S’attend à ce que vous discerniez correctement les deux dernières ères. Alors, comme on ne peut se baser sur ce que disent les gens pour nous guider, Dieu est obligé de le révéler! Les gens sincères doivent avoir les moyens d’identifier chaque ère. Dieu doit offrir une normeSa norme – sur la façon de faire cela. Sinon, Il ne peut tenir pour responsables les individus pour avoir choisi une ère en particulier.

Souvenez-vous que Christ a dit aux apôtres, « Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous ». Donc, ce que les persécuteurs ou les détracteurs disent sur ceci ou cela ou à propos de l’autre groupe, ne peut servir de guide, sauf peut-être en tant que compliment indirect envers la personne visée qui pourrait être dans le vrai, sous réserve de ce qu’elle a pu dire. (Jn 15 :20; II Tim 3 :12). En conséquence, le peuple de Dieu doit avoir en main des moyens précis — une méthode basée sur les Écritures — de discerner les véritables fruits d’une organisation — sa doctrine, l’œuvre qu’elle accomplit, son gouvernement, ses objectifs et la façon dont elle nourrit le troupeau. La tâche qui m’incombe maintenant est d’expliquer tout cela.

M. Armstrong a toujours souligné l’importance pour les membres prospectifs de ne pas simplement croire à ce qu’il disait mais plutôt de prouver ses paroles à partir de la Bible. Permettez-moi de dire que ceci s’applique à l’Église de Dieu restaurée et à tout autre groupe. Notre enseignement, notre Œuvre, notre gouvernement, nos objectifs et nos fruits devraient être facilement décelables et analysables! La même norme devrait s’appliquer à tous les groupes.

Si vous lisez ce livre et appliquez son contenu pour oindre vos yeux alors le brouillard de confusion disparaîtra de votre esprit de façon étonnante! C’est la raison pour laquelle j’ai passé des milliers d’heures à écrire les quelque 1500 pages destinées aux « autres groupes » dont ce livre est une des pièces centrales qui prouvent pleinement qui représente le reste de Philadelphie et où Christ rassemble aujourd’hui le reste de Son fidèle troupeau.

Dès le début de 1999, et conduit par Dieu plus que je ne le croyais, je décidai d’enlever tout doute et toute chance de procrastination et de tergiversations à ceux qui ne semblaient pouvoir se décider. Toutes les questions possibles que les membres de l’Église pourraient être en mesure de poser se retrouvent dans ce livre et dans les autres publications destinées aux autres groupes.

Je vous exhorte à tout lire!

Toutefois, selon toute probabilité et à cause de ce que dit la prophétie, même vous serez tenté par la procrastination et voudrez ignorer la nécessité de faire le deuxième pas ou donner des excuses pour ne pas avoir à le faire! Ce livre peut faire la différence, si vous l’approfondissez vraiment et agissez en conséquence.

« Que celui qui croit être debout… »

Un des avertissements les plus importants du Nouveau Testament se retrouve dans I Corinthiens 10 :12 : « …que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! ». Si l’Église avait seulement mis en pratique ce verset, l’ère de Laodicée n’aurait jamais fait son apparition. Malheureusement, presque personne ne l’a fait et la septième ère est arrivée en trombe.

Le contexte de cette déclaration montre sur quoi les gens sont prêts à fermer les yeux tout en continuant de penser que leur condition spirituelle est saine. Prenez le temps de lire les sept versets qui précèdent le verset 12. Presque tout le chapitre parle de la tendance qu’avait l’ancien Israël à tomber dans l’idolâtrie et l’adoration des faux dieux sans opposer de résistance. En réalité, c’est exactement ce qu’a fait l’Israël spirituel d’octobre 1992 jusqu’au printemps 1995.

Permettez-moi d’expliquer davantage car cela permet de faire apparaître une image étonnante qui est en relation avec ce qui est arrivé.

L’infâme brochure « God is… » a été publiée par l’EUD en novembre 1992. Celle-ci introduisait tout simplement un faux dieu dans l’Église. Puis cela fut suivi peu après par l’acceptation du symbole païen et idolâtre de la croix en janvier 1993. C’est pendant cette période de trois mois que je pris la décision de quitter l’Église Universelle de Dieu. Je ne condamne pas ceux qui partirent plus tôt mais je savais que le moment de mon départ était arrivé.

Comprenons ceci. Le contexte de I Corinthiens 10 :13 révèle que Dieu crée une voie par laquelle s’échapper au même moment où une telle fausse doctrine entre dans l’Église. Car une fois que le leadership de l’Église fait disparaître le vrai Dieu, elle ne peut plus être l’Église de Dieu. Le mieux qu’on puisse dire c’est qu’elle est devenue « l’église d’un autre dieu ». Bien entendu, plusieurs du peuple de Dieu demeurèrent dans l’EUD même si le vrai Dieu n’y était plus. Techniquement, c’est à ce moment, et non quand la Loi, le Sabbat et les Jours Saints ont été mis de côté que l’EUD a officiellement rejeté le vrai Dieu de la Bible, s’écartant par l’effet même du véritable Christianisme.

Réalisez bien ce fait primordial!

Je m’explique. La majorité des membres qui éventuellement quittèrent ne le firent pas parce qu’ils avaient lu ou mettaient en pratique I Corinthiens 10 :5-13. Si cela avait été le cas, ils auraient quitté bien avant. C’est un point très important car il démontre que la grande majorité des gens qui en sont venus à croire qu’ils « demeuraient dans la vérité » avaient été parfaitement d’accord pour rester des années dans une organisation qui avait exclu le vrai Dieu. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, ils n’ont pas semblé S’en ennuyer.

Ce seul fait révèle un aveuglement stupéfiant chez la plupart des membres, aveuglement qui dépasse de loin notre capacité à l’exprimer adéquatement par des mots.

Bien entendu, environ 80 % de l’EUD accepta volontiers ce faux dieu et le fit joyeusement, volontiers et sans retour. Il vous faut comprendre que je ne parle dans ce livre que de la condition de ceux qui furent éventuellement assez forts pour quitter. Ce qui précède est la preuve la plus éclatante que l’aveuglement (Apoc 3 :17-18) de Laodicée s’était déjà emparé de l’Église.

Voyez-vous cela? Voulez-vous voir cela?

Une prophétie révélatrice.

Examinons un aspect de la nature humaine à la lumière d’une prophétie bien connue. Elle permet d’illustrer de façon saisissante l’extraordinaire capacité de l’être humain à devenir, du jour au lendemain, aveugle devant un danger immédiat et cela, malgré des avertissements clairs et répétés pendant une longue période. Imaginons-nous pour un moment à la fin du Millénium, 1000 ans dans le futur.

Tous les membres savent que Satan doit être libéré de sa prison « un peu de temps ». Apocalypse 20 :3, 6-9 décrit de quelle façon, juste avant la fin du Millénium, un nombre considérable de personnes seront séduites (apparemment très rapidement), au point où elles attaqueront ce qui est appelé le « camp des saints » assemblés à Jérusalem, sans doute pour la Fête des Tabernacles. Le résultat de leur rébellion sera une destruction immédiate par Dieu.

Comment une telle chose peut-elle arriver? Quelle inclination séduira tant de personnes, si subitement et cela, malgré de très nombreux avertissements?

Réfléchissez! De toute évidence, des avertissements de plus en plus fréquents concernant la libération de Satan de l’abîme seront donnés au fur et à mesure que la fin du Millénium approchera. Cette « courte période » fera certainement partie des conversations. Malgré l’avertissement continuel donné aux nations, pendant 1000 ans, que des millions seront bientôt séduits, cela arrivera tout de même. Personne, avant que cela ne se produise croira qu’ils en seront victimes et pourtant c’est ce qui se passera ! Ce trait extraordinaire de la nature humaine, caché au sein de cette prophétie, montre la susceptibilité des gens à devenir aveugle plus totalement et plus rapidement qu’on peut le croire.

Ce fut la même chose à notre époque. Bien que « l’apostasie » fût depuis longtemps prédite, elle a surpris la majorité de l’EUD. Bien que Dieu ait su que cela se produirait, il n’aurait jamais dû en être ainsi. Bien plus, suite à l’apostasie, l’arrivée de l’ère de Laodicée a pris les gens complètement par surprise exactement de la même manière. Malgré les avertissements répétés pendant des années de la part de M. Armstrong et d’autres personnes, la majeure partie de ceux qui avaient l’Esprit de Dieu (apparemment, comme il se l’est demandé souvent à haute voix, la majorité de l’EUD ne l’a jamais eu) adoptèrent les caractéristiques de la dernière ère très rapidement.

Cela s’est produit presqu’exclusivement parce qu’un grand nombre a présumé que les « accidents n’arrivaient qu’aux autres ». Ils ne voulaient pas « prendre garde de tomber ».

Là où le jugement commence.

Dans Jean 9, Christ a un échange particulièrement instructif avec les Pharisiens. Un verset que nous connaissons bien mais qui n’est pas cité très souvent aujourd’hui nous permet de vous le présenter.

Notez tout d’abord l’avertissement de Pierre à l’Église. Il prépare le terrain. « Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu? » (I Pi 4 :17).

Une question élémentaire surgit : Pourquoi Dieu commence-t-Il Son jugement de l’humanité par ceux qui sont dans Son Église? Deux versets révèlent la réponse, et préparent le récit de Jean 9. Et tout ceci a un rapport direct avec la cécité persistante à notre époque. Le premier est Jacques 4 :17 : « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché ». Le second est Hébreux 10 :26 : « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés ».

Ces versets démontrent que ceux qui ont reçu la connaissance du péché – en d’autres mots, ce qui n’est pas « bien » – ont la responsabilité de l’éviter. Hébreux 10 :26 va plus loin en mentionnant ce qui est en jeu pour ceux qui refusent d’agir selon cette connaissance. Connaître la vérité n’est pas suffisant. Les gens doivent agir sinon ils seront jugés pour les péchés qu’ils ont reconnus et qu’ils ont négligés de combattre. Ceci n’est pas nouveau, mais sert de toile de fond utile pour ce qui suit.

Ceux qui disent « nous voyons ».

Tout cela est en rapport avec un penchant incroyable de la nature humaine. Cela explique pourquoi certains oindront leurs yeux à la fin de l’âge et pourquoi la majorité ne le fera pas. Cela se rapporte aux choses pour lesquelles les gens sont responsables et qu’ils disent voir ou ne pas voir. Le récit qui suit est un parallèle remarquable avec la situation du peuple de Dieu de nos jours.

Voyons maintenant la discussion fascinante du Christ avec les Pharisiens dans Jean 9. Cela parle spécifiquement de ceux qui « voient » et de ceux qui sont « aveugles ». Voyez le verset 39 : « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles ».

Que dit le Christ au juste, de quoi parle-t-Il?

Les Pharisiens voulaient savoir ce que cela voulait dire et si cela s’appliquait à eux : « Quelques Pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent: Nous aussi, sommes-nous aveugles? » (v. 40).

Avant de lire la réponse du Christ, comparons ce passage avec la déclaration du Christ dans Matthieu 9 :13 : « Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs ». Au verset précédent. Il venait de dire : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades » (v. 12). Ce que le Christ voulait dire était : « Je ne suis pas venu guérir les justes mais guérir les malades ».

Comme la Bible dit. « Il n'y a point de juste, pas même un seul » (Rom 3 :10; Ps 14 :1-3; 53 :1-3), que voulait donc dire le Christ? Il parlait des justes à leurs yeux, ceux qui croient être en santé alors qu’ils sont malades, et même très malades. Ceci est une autre façon de dire que les gens pensent être justes alors que leur vie est remplie de péchés. Le problème est qu’ils ne se voient pas comme dieu les voit.

Quel rapport y a-t-il avec les paroles du Christ dans Jean, « pour que ceux qui ne voient point voient »?

Dieu appelle les faibles du monde, ceux qui n’ont pas beaucoup de talent et d’aptitudes, ce qui pourrait diminuer leur capacité de voir la vérité que Dieu veut leur montrer (I Cor 1 :29-31). Ceux que Dieu appelle sont des gens – capables de voir – qui admettent qu’ils « ne voient pas ». Ne soyez pas confus. Ce n’est pas quelque chose de difficile à comprendre. Il s’agit de personnes qui généralement reconnaissent qu’elles ne font pas partie des « grands de ce monde ». Elles peuvent au-moins voir qu’elles sont incapables de connaître les réponses aux grandes questions de la vie. Elles réalisent qu’il n’y a que Dieu qui soit capable de leur révéler ces vérités spirituelles.

D’un autre côté, le monde est rempli de gens qui pensent voir les réponses, qui croient tout savoir. Ils pensent connaître la bonne façon de vivre, (la bonne culture, la bonne Église, la bonne société, la bonne philosophie de vie etc.). En général, personne ne peut se permettre de leur dire qu’ils sont dans l’erreur. Parce que de telles personnes pensent qu’elles voient, Christ leur dit que Son jugement est de les rendre aveugles. Une autre façon de le dire est : « …et que ceux qui voient deviennent aveugles ».

Ceux qui sont prêts à dire : « je ne vois pas, je ne comprends pas, je ne sais pas ce qui me fait « cliquer », ou pourquoi je suis né ou qu’est-ce qui fait tourner le monde », Christ leur dit en réalité, « Je suis venu pour que vous, qui admettez être aveugles, voyiez! ».

Christ poursuit avec les Pharisiens dans Jean 9, verset 41 : « Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché… ». Autrement dit, s’ils étaient ignorants de leur péché, ou du péché en général, ils ne seraient pas jugés à ce moment. Au lieu de cela, les Pharisiens prétendaient voir. Christ acquiesçait lorsqu’ils disaient « … nous voyons », et Sa conclusion était : « C'est pour cela que votre péché subsiste ».

Sans s’en rendre compte les Pharisiens s’étaient pris en souricière. Ils se montraient comme des gens qui connaissaient la Loi, pouvaient expliquer la Bible, savaient qui étaient Abraham, Isaac, Jacob, Moïse et David, ce que Salomon avait écrit et qui étaient les prophètes. Ils disaient clairement à Christ, « Nous voyons donc, nous n’avons pas besoin que tu nous enseignes! ». Et Christ leur répondit, « Bon, si c’est votre façon de penser, alors vos vies sont remplies par le péché, et ce dernier subsiste ». En vérité, Christ ne pouvait enseigner à de telles personnes.

Ce récit est un message d’une importance titanesque à l’endroit de chaque Chrétien aveugle d’aujourd’hui, tous ceux de Laodicée.

En vérité, tous ceux qui, aujourd’hui, prétendent voir ont besoin de toujours avoir été aveugles sinon Dieu les a jugés et continue de le faire. Est-il possible que vous fassiez la même chose que les Pharisiens faisaient? ÊEtes-vous en train de dire que vous voyez alors que vous êtes aveugles et avez besoin de « oindre vos yeux… pour pouvoir voir »? N’êtes-vous pas préoccupé par la possibilité d’être jugé par Dieu du seul fait de prétendre voir alors que vous êtes peut-être totalement aveugle et que de ce fait « votre péché subsiste »?

Réfléchissez très sérieusement à ce passage. Son message est destiné à tous ceux qui vivent pendant l’ère de Laodicée. Christ nous dit : « Admettez que vous êtes aveugles et je vous aiderai à voir » ou, « continuez de prétendre voir et Je vais m’assurer que vous demeuriez aveugle et que votre PÉCHÉ SUBSISTE! »

Avez-vous l’intention d’accepter le conseil du Christ de la même façon que les Pharisiens l’ont accepté?

La plus mauvaise des suppositions.

Tel qu’expliqué précédemment, il est maintenant clair que l’Église Universelle de Dieu a abandonné complètement le vrai Dieu. Si vous acceptez ce fait, alors une question douloureuse surgit : Si l’EUD n’est même pas Laodicée, alors où se trouvent les personnes qui constituent le groupe dominant de la septième ère? Autrement dit, où sont tous les Laodicéens?

Personne espérant échapper à Laodicée, et recouvrer sa santé spirituelle, ne peut éviter de faire face directement à cette immense question!

Rappelez-vous, ce groupe constitue la majorité du peuple de Dieu aux temps de la fin. En fait, leur nombre est si important, si dominant à l’intérieur du peuple de Dieu, que c’est le nom que Christ attribue à cette ère. De plus, rappelez-vous le modèle donné par l’histoire de l’Église. Nous avons toujours compris qu’il y a un changement d’ère lorsque la majorité des personnes engendrées par l’Esprit adoptent un ensemble complètement différent de caractéristiques spirituelles. Cela peut être bien, comme ce fut le cas pour Smyrne et Philadelphie, ou généralement mauvais, comme dans les cas de Pergame, Sardes et Laodicée.

Revenons à la question ci-dessus. Selon mon expérience, la majorité des membres de l’Église qui veulent bien étudier cette question le font en présumant que Laodicée est quelqu’un d’autre, située à un autre endroit!

Voilà la raison principale pour laquelle la majorité aujourd’hui est laodicéenne! Et je le répète, c’est cette majorité qui donne le nom à l’ère.

Posons-nous maintenant deux questions encore plus importantes. Comment une telle chose a-t-elle pu arrivée alors que nous avions été prévenus avec force de l’arrivée de cette ère? Elle est arrivée et très peu étaient prêts. Et la deuxième question, pourquoi? Qu’est-ce qui a fait que tant de gens ont été aveuglés et se sont fait prendre au piège?

Pour l’instant, oublions qui sont ces gens et concentrons-nous sur ces questions.

Coupable jusqu’à preuve du contraire.

Notre système judiciaire dit qu’une personne est présumée « innocente jusqu’à preuve du contraire ». Nous connaissons pratiquement tous cet adage. Bien que ce ne soit plus le cas, la justice britannique a été autrefois basée sur l’adage inverse, on était coupable à moins de prouver notre innocence.

Les deux modèles ont une application directe dans la vie de tous les Chrétiens de l’ère de Laodicée. Je m’explique.

Comme mentionné, la plupart des gens présument qu’ils ne sont pas Laodicéens. Bien que cela ne soit plus vrai, il fut un temps ou, du moins théoriquement, c’était un bon point de départ pour commencer un examen spirituel personnel.

Du vivant de M. Armstrong, l’Église était doctrinalement sur la bonne voie. Le Gouvernement de Dieu était en place, l’Œuvre avançait à plein régime et nous étions dans l’ère de Philadelphie. Il n’y avait aucune confusion sur ces points. En principe, les gens convertis dans l’EUD étaient possiblement, peut-être même probablement, des Philadelphiens. En réalité, les frères pouvaient être considérés comme « innocents jusqu’à preuve du contraire ».

Tout cela a changé!

Le facteur de majorité propre à l’ère de Philadelphie est maintenant disparu et a été remplacé par celui de l’ère de Laodicée. Étrangement, la majorité ne présument pas faire partie de cette nouvelle ère. Et c’est pourtant le cas. En réalité, il faut que ce soit le cas.

Dans l’ère de Laodicée, tous sont « coupables jusqu’à preuve du contraire ». Il est impossible qu’il en soit autrement! Mais il n’est pas obligatoire qu’il en soit ainsi pour quiconque, toutefois en être conscient est le seul vrai point de départ vers la guérison.

Une autre question demeure pendante : Pourquoi y a-t-il tant de gens qui refusent de croire qu’ils font partie d’une ère qui est dominante à leur époque et qui comprend la grande majorité de ceux qui ont l’esprit de Dieu? Je le répète, pourquoi est-il si rare qu’une personne se dise : « si nous sommes dans l’ère de Laodicée, alors il est probable que J’EN fais partie ».

La raison la plus importante qui empêchent les gens de Laodicée de s’examiner est qu’ils sont aveugles — et « nus » (Apoc 3 :17). En fait, ces deux caractéristiques vont ensemble. Quelqu’un se promènerait-il nu à moins d’être aveugle? Bien sûr que non!Donc la pire des conditions parmi « malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu » est d’être aveugle! Voyez ce à quoi cette seule condition nous mène.

Pourquoi dis-je cela? Pourquoi la cécité est-elle pire que les autres caractéristiques de cette ère? Ne semblent-elles pas toutes aussi mauvaises?

La réponse est que si une personne n’est pas aveugle, elle peut voir que cette description s’applique à elle-meme. Voilà pourquoi Christ dit à Laodicée de d’abord « oindre [ses] yeux » avec un collyre. Cette ère ne se voit pas telle qu’elle est, les membres ne se voient pas tels qu’ils sont! Rien ne peut changer tant que leur vision n’est pas restaurée. C’est ce qui doit arriver en tout premier lieu.

La suite de ce livre a pour but de vous aider à voir ce que tant d’autres ne peuvent voir.

Christ a aussi dit à Son peuple de la septième ère : « Aie donc du zèle, et repens-toi. » et aussi « d'acheter … de l'or éprouvé par le feu ». Malheureusement, la prophétie montre que la majorité des gens ne réaliseront pas dans quelle condition ils se trouvent et n’essaieront jamais d’être zélé et de se repentir. Ils ne seront pas prêts à fournir l’effort nécessaire pour oindre leurs yeux, améliorer leur condition spirituelle et leur caractère (« l’or »). Ils n’en viendront jamais à accepter ce qu’il faut faire pour oindre leurs yeux et il faut se rendre pour acheter de l’or. Tout cela parce qu’ils s’entêteront à dire qu’ils voient déjà. Malheureusement, la prophétie prédit que la cécité s’emparera de la majorité des membres de façon permanente à la fin des temps.

Je prie pour que ces mots vous fassent réfléchir, comme ils devraient le faire.

Tous les êtres humains possèdent le libre-arbitre. Vous n’êtes pas obligés de demeurer aveugles. Vous pouvez aller à contre-courant de la majorité. Vous pouvez guérir, même si la plupart ne guériront pas!

Chapitre trois UN COUP D’ŒIL SUR L’AVERTISSEMENT

Personne ne prend plaisir à faire une mise en garde. Je n’ai personnellement jamais eu de plaisir à avertir les membres que leur conduite mettait en danger leur sécurité personnelle ou leur vie éternelle. C’est une grande responsabilité qui ne doit jamais être prise à la légère.

Une des parties les plus importantes d’un avertissement, si les gens le rejettent, est de s’assurer qu’ils comprennent ce qui est en jeu. Christ a effectué une mise en garde très sérieuse à Son peuple en ces temps de la fin. Si vous le rejetez, alors il est nécessaire que vous compreniez ce que vous avez rejeté.

Double avertissement à Laodicée.

Apocalypse 2 et 3 nous décrit l’évaluation que Christ fait de Son Église (Matth 16 :18) pendant les sept ères et, dans cinq cas, l’avertissement qu’Il leur lance. À la fin de chaque message (2 :7, 11,17,29; 3 :6,13,22), Christ met en garde, « Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises ». C’est la même phrase dans chaque cas.

Cela sous-entend que dans chaque ère certains n’écouteront pas les paroles du Christ. Bien entendu, cet avertissement est aussi donné à Laodicée. C’est intéressant parce que leur problème est relié à la vue et à la nécessité d’oindre leurs yeux pour le régler. En réalité, en ce qui concerne Laodicée, Christ souligne un double besoin, celui de s’arrêter pour REGARDER et ÉCOUTER. Ils doivent entreprendre un examen personnel en se basant sur la façon dont Il les décrit.

De toute évidence, il y en a toujours dans chaque ère qui ont tendance à ne pas écouter. Mais ce n’est que dans cette ère qu’il y a danger d’être à la fois sourd et aveugle! En d’autres mots, Dieu leur dit, « si tu as des oreilles pour entendre, tu vas oindre tes yeux d’un collyre! » (Nous verrons plus loin ce qu’est un collyre).

Voilà le message qu’il faut tirer de ce double avertissement de Christ à Son peuple à cette époque. Pour Laodicée, la mise en garde est double, plus forte, comme si Christ voulait mieux faire comprendre ce qu’Il veut leur dire.

Christ prouve en fait que le principal problème de cette ère est la cécité puisqu’Il ordonne à Son peuple de « oindre ses yeux ». La raison de ceci est que c’est cette onction qui les met sur la voie de la guérison.

Surtout, assurez-vous de bien saisir cela!

(Note : Pour l’instant, on doit comprendre que nous ne tentons pas d’expliquer comment se déroule cette onction. Nous le ferons plus loin. Mais nous devons d’abord montrer que Laodicée a bel et bien un problème de vision qui a besoin d’être corrigé).

De toute évidence, cette ère se définit par la propre justice et la complaisance, accompagnées par la conviction qu’il s’agit de quelqu’un d’autre, ailleurs ! Pourtant, il s’agit bien de milliers de personnes incapables de se voir selon les critères utilisés par Christ.

Le problème avec ces personnes est qu’il y en a un grand nombre qui ne sont pas prêtes à oindre leurs yeux. Les Pharisiens ont fourni la preuve que des gens très brillants, instruits et éduqués peuvent croire qu’ils voient alors qu’ils sont aveugles. Prenez le temps de lire les passages suivants dans lesquels le Christ leur répète qu’ils sont « aveugles » (Matth 23 :16, 24, 26).

En premier lieu, vous devez désirer ardemment voir la condition spirituelle de votre caractère. Vous devez vouloir éviter désespérément l’ingestion de fausses informations et de fausses doctrines, ou de quoi que ce soit de faux.

Les leçons que nous apprend l’Israël physique sont que, fois après fois, ils ont refusé de voir la vérité, préférant les dires des devins plutôt que les messages des véritables serviteurs de Dieu. Dieu, dans Sa Parole, affirme que le récit de leurs erreurs « l'a été pour notre instruction » (Rom 15 :4), et que « ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemples… à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles » (I Cor 10 :11). Prenez bien note de ce dernier verset. Il se situe juste avant « Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! ». Et rendez-vous compte aussi que « la fin des siècles » est arrivée. Ce moment, c’est AUJOURD’HUI, il est donc question de NOUS!

L’ordre « d’oindre ses yeux avec un collyre » est donné à tous les frères et sœurs de tous les autres groupes. Voici pourquoi nous pouvons dire une telle chose.

Considérons à nouveau la situation de l’EUD. Ayant apostasié et étant retourné dans le monde, ils ne font plus partie du peuple de Dieu, soit parce qu’ils n’ont jamais eu l’Esprit de Dieu ou parce qu’ils l’ont perdu. En ce qui les concerne, il est hors de question d’oindre leurs yeux, et nous verrons pourquoi plus loin. Ils ne seraient jamais prêts à le faire. (Je ne dis pas qu’un petit nombre ayant toujours l’Esprit de Dieu ne pourraient pas quitter l’EUD, s’ils se repentent et agissent rapidement, mais ces personnes sont dans une Église protestante et sont en présence d’un faux dieu et de faux ministres depuis la fin de 1992).

J’entends souvent parler de gens qui sont restés là-bas et qui apparemment croient toujours au « gouvernement ». Ceci est ridicule! Comprenez bien que 99.9% d’entre-eux ont déjà apostasié. Cela est démontré par le fait qu’ils s’assemblent le dimanche et ont assimilé plusieurs autres doctrines abominables, malgré leurs dénégations à l’effet contraire. Ils font également parvenir les dîmes de Dieu à ses pires ennemis. Ils ont en quelque sorte aidé ces derniers à assassiner le troupeau de Dieu. « Suivre un gouvernement » n’est ni plus ni moins une excuse afin de ne pas avoir à suivre la vérité, quel qu’en soit le prix.

Donc, reconnaissez que le « conseil » du Christ de « oindre tes yeux » s’adresse en premier lieu à ceux qui ont échappé à l’apostasie de l’EUD mais qui n’ont pas démontré les huit caractéristiques essentielles de Philadelphie.

Christ « conseille » Son peuple.

Bien que les paroles du Christ à Laodicée pourraient être décrites comme étant une correction, des instructions ou un avertissement, Il utilise le mot « conseille » pour décrire Sa pensée. Voyez : « je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies » (Apoc 3 :18).

Le mot grec pour « conseille » est sumbouleuo. Sa signification est fascinante et particulièrement instructive pour ceux qui sont prêts à recevoir le conseil du Christ. Il signifie « donner un conseil, prendre conseil des autres, tenir conseil, se consulter, délibérer ensemble ». Après que Christ ait dit au verset 17, que les Laodicéens sont malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus, Il leur dit en fait, « parlons de cela ensemble ». Une autre façon de décrire le sens de ce mot serait similaire à ce que le Christ, en tant que le Dieu de l’Ancien Testament, dit dans (És 1 :18), « Venez et plaidons! ».

Ce genre de conseil inclut la notion d’échange, nécessitant la volonté du Chrétien à demander au Christ de le conseiller sur les raisons pour lesquelles il se trouve dans une condition spirituelle si affreuse. Des échanges intenses doivent avoir lieu. Ceci devient encore plus fascinant lorsque l’on lit le verset 20 : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un (un individu) entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez-lui, je souperai avec lui, et lui avec moi ».

Ici encore, être prêt à écouter semble précéder ce que le Christ dira à celui qui ouvrira la porte et l’acceuillera dans sa maison pour qu’ils puissent plaider ensemble. Puisqu’écouter la voix du Christ (qui appelle de l’extérieur) précède la réception de Son conseil, il est donc primordial de pouvoir identifier parfaitement Sa voix et ce, hors de tout doute.

Vous devez d’abord reconnaître que ce verset parle de l’ouverture d’un dialogue, initié par Christ mais accepté par la personne qui ouvre la porte. Le résultat est le partage d’un repas dont le but évident est de permettre la discussion sur ce que le Christ veut que l’individu (rappelez-vous qu’il y est dit, si « quelqu’un » et non pas si « une organisation ») voit de sa condition spirituelle. (Notez bien : L’ensemble des organisations ne se réveillera pas donc Christ ne dit pas qu’Il est en train de frapper à la porte d’Églises, de groupes ou d’organisations. Il est essentiel que vous notiez bien ce point).

Définir ce qu’est la voix du Christ.

Ici, il faut nous rappeler que Christ avertit toujours Son peuple lorsqu’il est en danger. Une promesse extraordinaire décrite dans Jean 10 :3-5 révèle ce que Christ fait toujours lorsque Ses brebis sont menacées. Prenons un moment pour la lire.

Notez aussi que dans ces occasions, Christ dit qu’Il appelle Ses brebis « par leur nom » : « Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu'il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers ».

L’appel du Christ à Ses brebis est spécifique et individuel, - « par leur nom »! Il n’est pas d’ordre général. Christ se préoccupe de chacune de ses brebis, de chacun de Ses frères. Toutes, à moins que leur condition ne soit trop affaiblie, « reconnaîtront Sa voix ». Ceci est vrai même si elles ne l’ont pas entendue depuis longtemps.

Mais nous devons nous poser la question fondamentale : « Qu’est-ce au juste que la « voix » de Christ?

La première des douze règles de l’étude de la Bible est que celle-ci doit toujours s’interpréter par elle-même. (De combien de ces règles vous souvenez-vous?). En conséquence, Christ doit définir Sa voix sinon cette affirmation n’a pas de sens. C’est ce qu’Il fait, huit chapitres plus loin dans Jean alors qu’il parle à Pilate : « Quiconque est de la vérité écoute (entend) ma voix » (Jn 18 :37) ». Cette voix de vérité signifiera bien davantage pour vous au fur et à mesure que nous progresserons. Toutefois, il apparaît maintenant clairement que les points les plus importants dont Christ veut discuter avec chacun – « qu’Il veut conseiller » -, parlent de la vérité et de sa relation avec la doctrine, le comportement, l’acceptation du gouvernement de Dieu, l’accomplissement de Son Œuvre et la communion fraternelle avec ceux qui croient et font les mêmes choses. Cela devrait être maintenant évident.

Apocalypse 3 :19 montre que le cœur du message du Christ implique la « correction et le châtiment » pour ceux qui Le laisse à la porte. Il sait que faire sursauter les gens est la seule façon de les éveiller à leur terrible et déplorable condition spirituelle. De plus, il est facile de conclure que la tendance naturelle des gens est d’éviter ce genre de discussion déplaisante. Je compare cela à un huissier délivrant une assignation ou à l’arrivée d’un agent de recouvrement à la porte. Il est facile pour la nature humaine de donner des excuses ou de se cacher jusqu’à ce que la personne cesse de frapper à la porte. Personne n’aime les confrontations potentiellement déplaisantes

Comprenez-vous cela? Christ veut que vous répondiez et « ouvriez la porte ». Si vous ne le faites maintenant, alors votre seule autre occasion sera pendant la Grande Détresse, et la prophétie révèle que la moitié des gens seront trop faibles pour répondre. Notez que Christ parle d’or « éprouvé par le feu ». Le mot « éprouvé » signifie « allumé, raffiné, enflammé, en feu, briller ».

Nous verrons plus loin que la Détresse est en réalité le deuxième genre de feu par lequel Son peuple peut « acheter de l’or ». Bien sûr, certains n’iront même pas jusque-là, choisissant plutôt le troisième type de feu, l’étang de feu, en échouant le dernier test de la Grande Détresse et en succombant à la marque de la Bête. Nous verrons qu’il s’agit des cinq « vierges folles » de Matthieu 25 :1-13.

Saisissez bien ce qui suit. La mise en garde à Laodicée l’enjoignant « d’oindre ses yeux » est en cours, et se poursuivra jusque dans la Grande Détresse, pour ceux qui ne veulent pas faire le nécessaire pour recouvrer la vue dès maintenant. Une fois le message du Christ ignoré au-delà du seuil de la Détresse, vous vous serez alors, par votre longue inaction, placé dans la catégorie de « seulement 50% survivront ». Toutefois, l’avertissement du Christ est valable jusqu’à la fin de l’ère.

Donc, si vous devez oindre vos yeux afin de recevoir la vie éternelle, pourquoi ne pas le faire maintenant? Pourquoi attendre que les circonstances vous poussent à le faire alors que celles-ci seront devenues si terribles qu’il sera encore plus difficile de réussir? Et puis, il y a aussi un autre danger à repousser l’échéance qui sera révélée plus loin.

En tant que ministre de Dieu, selon l’esprit du Message de Christ, je vais maintenant vous conseiller sur un point qui, pour des raisons que je vais vous expliquer, ne pourraient être discerné par aucun autre ministre, quelle que soit son organisation.

Ce que le site Internet de l’ÉDR révèle.

Dans un sens, l’Église de Dieu restaurée se retrouve dans une position très particulière, différente de celle de toutes les autres sur Terre. Ce qui nous permet de faire une remarque que personne d’autre ne peut faire au sujet du peuple de Dieu, et dans une certaine mesure, au sujet des gens en général.

Il y a deux choses qui rendent cela possible et nous distinguent des autres groupes. Nous offrons aujourd’hui plus de publications – plus de vérité par écrit (en nombre de pages et nombres de publications) que jamais depuis que Dieu travaille avec l’humanité. (Vous pouvez vérifier cela par vous-même). La deuxième est que nous offrons cette vérité à partir de nos sites Internet, la rendant ainsi plus accessible à la planète que jamais auparavant. De plus, nous constituons la plus importante entreprise de publications religieuses bibliques du monde.

Afin de bien mettre en perspective ce que je viens d’affirmer ci-dessus, je vous rappelle que l’ÉDR a réécrit tous les livres, toutes les brochures, tous les articles et toutes les lettres du passé, et plus encore, incluant des livres comme celui-ci et ce, en un temps record. Je ne dis pas cela pour nous vanter mais plutôt pour illustrer un point d’une importance vitale. L’ensemble de nos sites Internet constituent maintenant les sites religieux les plus importants du monde.

Parce que nous avons offert dans ces derniers un très grand nombre de publications (certains autres groupes ont aussi offert du matériel sur leur site mais en quantité trop petite pour faire la même chose), une image claire qu’il nous est possible de mesurer grâce aux téléchargements effectués, est apparue. (Il y en a des milliers quotidiennement et en croissance constante). Ce que cela révéle est stupéfiant. C’est un véritable reflet des pensées du peuple de Dieu de cette ère.

Voici ce que nous avons pu réaliser. Notre personnel technique est capable de suivre la vitesse avec laquelle les documents sont prélevés. Nous pouvons suivre les publications, les sermons et les autres items par pays et produire des clichés mensuels, hebdomadaires, quotidiens, horaires et même par minute si c’est nécessaire. Considérant le nombre de pièces qui dépasse 400 en anglais (sans compter les magazines et les articles qui peuvent aussi être suivis), il est facile d’imaginer le trésor statistique qui est disponible à intervalle régulier.

Avant de parler de ce que nous avons appris, permettez-moi de mentionner que grâce aux statistiques qui nous sont retournées par les moteurs de recherche ainsi que par d’autres moyens, nous pouvons distinguer qui vient consulter nos sites : le monde, l’ÉDR ou les autres groupes. (Si nous ne pouvions différencier les provenances, cela biaiserait ce que je vais vous expliquer). Il existe une variété d’indicateurs que nous utilisons qui permettent de mesurer l’information avec une excellente précision. D’une façon générale, un rapport complet est généré à chaque lundi. Il révèle l’activité de la semaine précédente en ventilant les milliers d’items qui ont été téléchargés.

Lorsque nous affichons un nouvel item, ce dernier, selon sa nature et parce que nous en faisons la promotion, passe par une période initiale « explosive ». Ceci est arrivé des centaines de fois. Ensuite, avec le temps, l’engouement diminue et la fréquence de téléchargement s’ajuste au niveau régulier des moteurs de recherche. Ces derniers continuent d’amener principalement des gens n’ayant aucune expérience de l’Église de Dieu.

Presque sans exception, c’est le modèle qui s’applique fidèlement dans quatre catégories.

En premier, nous retrouvons les téléchargements sur la prophétie (ce que nous offrons plus que tout autre organisation au monde), en nombre qui fait pâlir toutes les autres catégories. Il existe aussi trois autres catégories qui ont un volume très important à chaque semaine.

Deuxièmement, nous retrouvons les sujets controversés comme le maquillage, les anniversaires de naissance, le service militaire et le rôle de M. Armstrong en tant qu’Élie. (Presque personne d’autre ne publie de choses sur ces sujets « controversés »).

Troisièmement, nous retrouvons les items qui expliquent les fêtes et les coutumes païennes. (Nous offrons énormément plus de ceux-ci que n’importe quelle autre organisation et ils sont pris surtout par les personnes sans expérience de l’Église de Dieu).

Quatrièmement nous retrouvons le matériel que nous offrons pour les enfants, la série de l’Histoire de la Bible, les livres à colorier et d’activités, les Cours de Bible pour enfants, etc. que les gens téléchargent par milliers généralement dans les premières 48 heures après l’affichage.

Voici la triste vérité. Les téléchargements concernant la croissance chrétienne, le développement personnel, l’édification du caractère et la façon de renforcer sa relation avec Dieu sont bien loin derrière les quatre catégories ci-dessus. Bien que ces dernières aient leur importance, elles en ont pris beaucoup plus que les questions de croissance personnelle et de relation avec Dieu.

Christ nous dit que la température de Laodicée n’est ni chaude ni froide, mais plutôt « tiède ». Par les dizaines de milliers de téléchargements hebdomadaires, nos sites Internet sont littéralement en mesure de « prendre la température » avec précision de milliers de personnes dans les autres groupes comme aucun d’eux n’est capable de le faire.

En voici deux exemples. Tout d’abord, il y a plusieurs milliers de personnes qui lisent la série intitulée « l’Histoire de la Bible », écrits surtout pour les enfants. Toutefois, ces personnes ignorent les brochures qui traitent du mariage et de l’éducation des enfants qui sont reliés directement aux enfants. À l’occasion des Fêtes du printemps, nous avons affiché un livre d’activités pour enfants en même temps que notre brochure intitulée « Vous pouvez avoir un MARIAGE heureux ». Le livre destiné aux enfants a été téléchargé à un rythme hebdomadaire dix fois supérieur à celui qui traite du mariage. Cela s’est poursuivi pendant des semaines. Ce fut la même chose avec nos cours de Bible pour enfants qui sont généralement téléchargés de 2000 à 10000 fois par semaine. (De toute évidence, même les groupes les plus importants, qui ne produisent pas de telles brochures, sont incapables de mesurer cela. Ce sont leurs membres qui viennent chercher ces leçons sur notre site).

Voici le deuxième exemple. Presque 2000 personnes ont pris « Les ÉTATS-UNIS et la GRANDE-BRETAGNE selon la prophétie biblique » (en anglais) pendant les deux ou trois premiers jours où le livre a été disponible. Ce nombre a continué de grimper. Les téléchargements de mes sermons sur la prophétie ont largement dépassé ceux traitant d’autres sujets. Toutefois, les brochures et les articles sur la conversion, la foi, les différents aspects du salut, la guérison, la prière, l’étude, le jeûne, la méditation et l’utilisation de l’Esprit de Dieu se retrouvaient constamment au bas de la liste.

Par exemple, j’ai écrit un livre très clair, complet et très fort sur la guérison, et pourtant seulement quelques milliers de personnes ont démontré de l’intérêt pour celui-ci. Ceci est un bien triste bilan des priorités des gens. Bien que se rendre chez les médecins ne soit pas un péché, nous verrons que cette façon de faire est très semblable à celle qui a été adoptée par les habitants de l’ancienne Laodicée qui se préoccupaient beaucoup des médecins et des remèdes.

Réfléchissez à ceci. La majorité des membres qui utilisent l’Internet sont familiers avec la liste interminable de demandes de prières qui sont partagées par les groupes et que l’on retrouve dans les sites Internet ou dans les sites de clavardage. Malgré cela, combien de véritables guérisons, de guérisons authentiques sont annoncées? Ironiquement, la majorité ne réalisent pas la futilité des prières par l’ensemble de l’Église pour la parenté malade et le monde. La prière du Christ dans Jean 17 :9 s’applique à l’Église de Dieu. Elle ne remplace pas non plus Jacques 5 :16 qui est celle qui se fait entre membres.

Il semblerait que la majorité ne comprend plus, ou ne se souvient plus, que les promesses divines de guérison ne sont pas pour ceux avec qui Dieu ne travaille pas. Rappelez-vous que le monde est coupé de Dieu. En dernier lieu, considérant que même ce point élémentaire de connaissance a été oublié par le peuple de Dieu, il n’est donc pas étonnant de voir que les membres de l’Église passent pratiquement autant de temps chez les médecins que ceux du monde.

Malgré sa taille relativement petite comparativement à celle des autres grands groupes, l’ÉDR connaît des guérisons spectaculaires, incluant l’exorcisme. Il y a une raison à ces miracles. Christ décrit Philadelphie comme ayant « peu de puissance » (Apoc 3 :8). Nous avons toujours compris que de la signifiait peu de puissance miraculeuse. C’est ce que le mot grec signifie ici. Il n’en est pas de même de Laodicée. (À cet égard, plusieurs devraient lire I Corinthiens 11 :28-30. Il est toujours possible que cela sauve leur vie physique par la guérison).

Utilisez ce critère important afin d’évaluer votre propre température Ceux qui possèdent une expérience de l’Église de Dieu devraient se demander : Quels sujets du site Internet de l’ÉDR (ou des autres sites) est-ce que je trouve les plus intéressants? Évaluez-vous honnêtement selon le message que cette étude vous renvoie.

Un chanteur agréable.

Il y a un puissant message qui est envoyé par ce que nous venons de voir. La majorité des membres (pas tous) présument que leur caractère est « en règle » et, conséquemment, ils choisissent de se concentrer sur la prophétie, les sujets à controverse et le matériel propre à occuper leurs enfants. Pourquoi, par exemple, n’y en a-t-il pas plus qui se concentrent sur la façon d’avoir un mariage heureux et sur l’éducation de leurs enfants?

Tentons maintenant d’approfondir davantage la question à partir de la Parole de Dieu.

M. Armstrong a enseigné à maintes reprises que l’avertissement d’Ézéchiel concernait les nations d’Israël. Le chapitre 33 résume la responsabilité de l’Église de Dieu qui doit agir en tant que « sentinelle ». M. Armstrong a reconnu qu’il avait à remplir ce rôle. «… les enfants de ton peuple (les nations modernes d’Israël) » parlent sans arrêt entre eux de ce message apparemment attrayant et de ce merveilleux style de prédication. Le verset 31 donne la description de ce peuple qui veut se faire passer pour le peuple de Dieu, alors qu’ils sont assis devant Ézéchiel : « … ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique ». Le verset 32 décrit le prophète qui prononce ces paroles comme un « chanteur agréable, possédant une belle voix, et habile dans la musique ». Mais le verset poursuit en répétant, « ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique ».

Bien que cela représente surtout les millions de personnes dans le monde entier qui ont entendu M. Armstrong et n’ont pas réagi, c’est aussi un commentaire qui s’applique au peuple de Dieu de la dernière ère. Mes publications et mes sermons sont également une belle chanson aux oreilles des personnes des autres groupes aujourd’hui. Bien que cela puisse me flatter, ce n’est pas le cas. Bien au contraire, cela me rend littéralement malade. Je suis triste de constater qu’il y en a tant qui soient devenus si terriblement et si désespérément aveugles au besoin de rechercher Dieu, de purifier leur caractère ainsi que leurs connaissances. Tout comme Ézéchiel, « je soupire et je gémis » (Éz 9 :4) personnellement à cause de la condition malheureuse et déplorable de tant de milliers de frères et sœurs que je connais personnellement.

En aider dès maintenant… et d’autres plus tard.

Si vous n’êtes pas prêt à subir l’épreuve, la tribulation chrétienne contemporaine (Ac 14 :22) qui demande de rester attacher aux doctrines et de purifier notre caractère dès maintenant, alors vous êtes en route vers l’époque la plus horrible de tous les temps, la Grande Détresse! Autrement dit, si vous n’êtes pas prêt à accepter une « tribulation » personnelle en empruntant le sentier plus difficile des Philadelphiens, vous devez vous attendre à en subir une bien pire dans le futur.

Ceci est un choix que chacun fait.

Toutefois, je me réconforte par les points suivants. Premièrement, de plus en plus de gens se réveillent. Reconnaissant qui nous sommes et ce que nous faisons, ils se joignent à nous afin de terminer la véritable Œuvre de Dieu et préparer le Repas de noces. Deuxièmement, nous espérons que les milliers qui sont dans les autres groupes et qui lisent nos publications, mais qui ne se réveilleront pas en temps, se souviendront de ce témoignage ainsi que du zèle et du travail accompli lorsqu’ils se retrouveront au sein de cette horrible détresse. Nous nous consolons par cela, et ceux qui possèdent l’amour fraternel comprennent que nous avons la responsabilité d’en aider un grand nombre qui ne pourra peut-être pas nous rejoindre en temps afin d’échapper à cette épreuve qui doit frapper les descendants de l’ancien Israël (Dan 11 :32-35).

Malgré la perte de la compréhension doctrinale par tant de membres, certains se souviendront qu’elle a été restaurée par Dieu dans Son Église et pourront quand même être sauvés pendant la Détresse.

Chapitre quatre AU SEIN DE L’ANCIENNE LAODICÉE

Vous avez peut-être déjà entendu dire : « Le passé est un prologue! » Cela signifie que les événements d’antan sont toujours répétés dans l’avenir. En d’autres termes, ils servent d’introduction (de prologue) à ce qui va se passer par la suite. En fait, Salomon a déclaré quelque chose de similaire bien avant que cette expression voie le jour. Il a écrit : « Il n’y a rien de neuf sous le soleil ».

Cela s’applique bien plus à l’apostasie du XX siècle que vous ne pouvez le réaliser. L’apostasie du premier siècle, qui débuta avant même que les apôtres originels ne soient tous morts, ressemblait beaucoup à celle de notre époque. Il en fut de même en ce qui concerne les autres époques de l’histoire de l’Église. Ça vaut la peine d’examiner la première pour voir quelles sont les leçons que nous pouvons en tirer.

Cela risque de bien vous surprendre.

1er siècle, les groupes de l’après-apostasie.

Aux environs de 135 ap. J.-C., les Juifs subirent la défaite suite à leur seconde révolte (celle de Bar Kochba) depuis les débuts de l’Église en l’an 31. Après avoir dompté la révolte, les Romains détruisirent Jérusalem, le renommèrent “Aelia Capitolina” et interdirent aux Juifs d’y pénétrer.

À ce moment, la congrégation de Jérusalem-Pella de la véritable Église tomba sous le contrôle d’un « Chrétien » italien dénommé Marcus. Ce dirigeant charismatique convainquit la majorité de la congrégation (pour la plupart des Juifs convertis) de renoncer aux Dix Commandements, aux « Lois de Moïse ». Cela leur permit d’être admis à Jérusalem par les autorités romaines.

Voici ce que dit le réputé historien Edward Gibbons au sujet de ceux qui refusèrent de suivre Marcus : « … les crimes d’hérésie et de schisme furent imputés à l’obscur reste des Nazaréens qui refusèrent d’accompagner leur évêque latin… Seulement quelques années après le retour de l’Église à Jérusalem, il était considéré comme douteux et controversé qu’une personne qui acceptait que Jésus soit véritablement le Messie, mais qui continuait à observer la loi de Moïse, puisse espérer être sauvée… [les fidèles de Marcus] exclurent leurs frères judaïsant… de leurs amitiés, leur hospitalité et de leur vie sociale » (The Decline and Fall, ch. 15, pp. 516-517, c’est nous qui soulignons).

La majorité, prête à abandonner la vérité qu’elle avait si volontiers acceptée, commença à rejeter et à condamner le petit nombre qui avait retenu ce que tous avaient cru autrefois. Les Nazaréens, c’est-à-dire ceux qui demeurèrent fidèles à l’enseignement des apôtres, furent accusés de division et responsables de créer des schismes, ce qui sous-entend plus d’une faction en désaccord.

Le terme « Nazaréen » fut utilisé par le monde pour railler les Chrétiens, tout spécialement en Judée. Puis il en vint à inclure tous ceux qui acceptaient et observaient les préceptes de la Loi de Moïse (c’est-à-dire toutes les lois de Dieu, incluant les Dix Commandements et les Jours Saints). Dès l’an 57, les Juifs avaient accusé Paul devant le gouverneur Félix à Césarée l’appelant le chef de la secte des Nazaréens (Ac 24 :5). Le mot « Nazaréen » est tiré de Nazareth, la ville où Christ a vécu. Il signifiait simplement « Chrétien ».

Parce qu’ils observaient la Loi de Dieu, les Nazaréens étaient considérés avec curiosité par le monde : « Les Nazaréens, une secte judéo-chrétienne peu connue… leur installation à Pella daterait de l’époque de la fuite des Juifs Chrétiens de Jérusalem juste avant le siège de la ville en 70; il (Épiphane) les caractérise comme ni plus ni moins des Juifs mais ajoute qu’ils reconnaissaient le Nouveau Testament comme l’Ancien, croyaient en la résurrection ainsi qu’en un seul Dieu et en Son Fils Jésus-Christ… né de la vierge Marie, qui souffrit sous Ponce Pilate et ressuscita, mais ajoute que ‘désirant être à la fois Juifs et Chrétiens, ils ne sont ni l’un ni l’autre’. Ils utilisent le texte araméen de l’évangile selon Matthieu qu’ils appellent l’évangile aux Hébreux mais, alors qu’ils observent autant que possible la dispensation mosaïque en ce qui concerne…les sabbats, la nourriture et les choses semblables, ils ne rejetaient pas… Paul ou les droits des païens Chrétiens » (Encyclopedia Britannica, 11th éd., vol. 19, p. 319).

Lors des dernières années de l’ère d’Éphèse, plusieurs perdirent leur premier amour et furent victimes de différentes formes d’hérésie qui lentement prirent de plus en plus d’ampleur.

Ceux qui demeurèrent fidèles, qui décidèrent de suivre exactement l’apôtre Jean et qui lui furent loyaux, furent considérés comme inflexibles et intransigeants face à l’acceptation de « nouvelles révélations ». C’est ce qu’on dit souvent au sujet de l’ÉDR.

L’ère de Smyrne fut frappée de plein fouet par l’apostasie. À cette époque, ceux qui demeurèrent fidèles à la vérité était une très petite minorité. Les persécutions par l’empire romain touchèrent toutes les formes de christianisme, la véritable Église et différents autres groupes (incluant plusieurs autres rejetons qui s’étaient détachés de la vérité pour conserver un mélange de vérité et d’erreur), et même le début du mouvement catholique de Rome.

À compter du milieu du II siècle, les Nazaréens de Judée semblent disparaître et être remplacés par les « Ébionites ». Comme Gibbon l’explique, c’était les mêmes personnes : « Le nom de Nazaréen fut jugé trop honorable pour ces Judéo-chrétiens, et on leur attibua bientôt, à cause de leur soi-disant pauvreté de compréhension et de leur état, l’épithète péjorative d’Ébionite (Decline and Fall, ch. 15, p. 516). Veuillez aussi noter : « … les Nazaréens du IV siècle doivent… être identifiés aux Ébionites » (Encyclopedia Britannica, 11th éd., vol. 19, p. 319).

Leurs ennemis les appelaient les Nazaréens, les Ébionites ou les Quartodécimans. Quant à eux, ils s’appelaient l’Église de Dieu.

Le petit nombre de fidèles qui composaient l’Église étaient appelés dédaigneusement les Ébionites ou les « pauvres », les « simples » parce qu’ils acceptaient la Bible de façon littérale. Ce groupe n’a certainement jamais été considéré comme « riche », ce qui était le cas des autres grands groupes qui dédaignaient ce petit reste qui s’efforçait d’obéir à Dieu comme leur avaient enseigné les apôtres.

À partir de leur quartier-général situé à Pella, ils s’étendirent jusqu’en Syrie près de Damas. Nous retrouvons la trace d’un groupe près de Bérée (pas le Bérée d’Actes 17), appelé aujourd'hui Aleppe. On retrouve la trace d’Ébionites à cet endroit jusqu’à la fin du IV siècle.

Parce que les écrits des Ébionites ont disparu, nous en connaissons très peu sur leur histoire. La majorité des informations nous proviennent de leurs ennemis. Ils étaient un petit nombre, avec au-moins deux autres groupes portant le même nom; un rigide, de type pharisaïque, et un autre groupe plus nombreux qui avait adopté les doctrines et les philosophies les plus populaires de l’époque. Ces derniers n’étaient en réalité que des groupes dissidents de première heure qui ont été confondus avec la véritable Église de Dieu.

Le groupe le plus rigide, aussi appelé Ébionite, était en réalité contre Paul. Il était composé de Juifs qui croyaient que Jésus était Dieu, mais qui s’opposaient à Paul pour avoir mis les Gentils sur le même pied que les Juifs leur « accordant » la possibilité d’être sauvés. Irénée dit que ce groupe était aussi strict que les Pharisiens et n’acceptait que l’évangile de Matthieu.

Le groupe dissident le plus important, et le plus populaire tomba dans des doctrines gnostiques variées. Au crépuscule du second siècle, plusieurs avaient remplacé la simplicité de Christ pour un mélange de vérité et d’Essénisme (un conservatisme radical). Certains furent connus en tant qu’Elchasaites du nom de leur dirigeant, un faux prophète influencé par des visions démoniaques (un étonnant parallèle avec un des groupes modernes dominants et son dirigeant). Adoptant un mélange étrange de gnosticisme et de démonisme s’apparentant au spiritisme moderne, un autre de leur dirigeant, Alciabides, étendit leurs croyances jusqu’à Rome vers l’an 220.

Les trois groupes d’Ébionites co-existèrent pendant l’ère de Smyrne. Bien que ces anciens Nazaréens, qui observaient les enseignements des apôtres à la lettre, furent les moins nombreux, ils furent aussi méprisés et accusés par la majorité de causer la division en ne se ralliant pas à elle.

Les libéraux, sous l’influence de chefs apostats tel Marcus, étaient enclins à faire des compromis en adoptant le gnosticisme, la dernière philosophie à la mode. (Il y a un parallèle évident ici avec la situation existante dans le plus grand des autres groupes qui est toujours sous le charme hypnotique des apostats de l’EUD). Éventuellement, les Quartodécimans de l’Asie Mineure aussi furent trahis par les « initiés » de la majorité qui avait abandonné une partie de la vérité.

À l’autre extrême, nous retrouvons ceux qui semblent plus confortables avec un code de conduite pharisaïque baignant dans une atmosphère de leadership tyrannique. (Ce qui aussi est le reflet de un ou deux groupes à notre époque).

Plusieurs types de croyances sont ré-apparues lors de la dernière ère de l’Église au XXI siècle.

Le professeur Santayana de l’université Harvard a déclaré : « Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter ». Rappelez-vous que Salomon a dit : « il n’y a rien de neuf sous le soleil ». Les différentes générations du peuple de Dieu continuent à faire les mêmes erreurs à travers les siècles et les millénaires.

Réalisant la similitude des faits entre aujourd’hui et ce qu’on doit maintenant appeler la période moins libérale des années 70, voyons ce que M. Armstrong écrivait sur ce libéralisme quelque neuf mois après avoir commencé à remettre l’Église sur la bonne voie.

« Dieu dit à Son Église par l’intermédiaire de Paul : ‘Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.’ (I Cor 1 :10).

Ce passage poursuit en disant que l’Église à Corinthe suivait, exactement comme l’Église de Dieu aujourd’hui, plusieurs personnes ayant des doctrines différentes.

Ce qui est arrivé dans ces Églises… nous est arrivé aujourd’hui. Ceux qui sont la cause de divisions combattent Dieu et seront jugés par Lui!

Ces groupes de libéraux ont pris sur eux de déterminer les doctrines de l’Église (tout en ayant l’unité en vue)… c’est-à-dire, une unité par des doctrines diluées que les anciens ministres loyaux n’ont jamais acceptées et n’accepteront jamais!Il ne s’agissait pas d’unité mais bien de DIVISION! » (C’est lui qui souligne).

Qu’est-ce qu’un libéral? GN, Mars 1979.

Le raisonnement humain a affecté chacune des ères de l’Église de Dieu. Lorsqu’un mauvais dirigeant prend le contrôle, le raisonnement humain surgit et propose toutes sortes de solutions imparfaites parce que la majorité n’est pas prête à attendre que Dieu révèle Sa solution. Il n’est pas étonnant qu’on dise aussi « la leçon de l’Histoire est que personne n’apprend de l’Histoire ».

L’apparition des groupes dissidents du premier siècle est une leçon vitale pour nous aujourd’hui. Profitez-en! En fin de compte les Nazaréens – la véritable Église de Dieu – furent rejetés car ils furent jugés trop peu nombreux et trop rigides. Les grands groupes « évoluèrent » sans eux et, en dernier lieu, s’écartèrent totalement de Dieu et se perdirent dans les brumes de l’Histoire.

(Nous enjoignons fortement le lecteur à prendre le temps de lire notre livre fascinant intitulé « La véritable histoire de l’Église de Dieu ». Il donne un aperçu étonnant du chemin emprunté par l’Église de Dieu pendant les 2000 dernières années).

Comment M. Armstrong a décrit Laodicée.

Ce livre serait incomplet si l’on n’examinait pas la façon dont M. Armstrong voyait et décrivait Laodicée. Ses nombreuses déclarations sont autant de témoignages précis qui permettent de rejeter les excuses que certains peuvent se donner ou qui cherchent à se blanchir.

Certains en sont venus à croire que les dix vierges de Matthieu 25 signifient que la moitié de l’Église est philadelphienne et l’autre moitié laodicéenne. M. Armstrong n’a jamais enseigné une telle chose, qui d’ailleurs est fausse, car Christ a dit que toutes les vierges « s'assoupirent et s'endormirent ».

Les trois premières citations ci-dessous démontrent tout le danger qu’il y a à ne pas comprendre cette parabole. En se basant sur Matthieu 25 :1-12, M. Armstrong a toujours compris et enseigné que les Laodicéens, illustrés par les dix vierges et non seulement les cinq qui étaient folles, ont seulement 50 % de chance d’être sauvées.

Ne vous trompez pas, c’est le pourcentage de chances que vous avez si vous ne vous éveillez pas!

Je vous enjoins donc le plus fortement possible à ne pas lire ces déclarations comme si elles s’appliquaient à quelqu’un d’autre, d’un autre groupe. Lisez-les comme s’appliquant à VOUS. Ceux qui ignorent les avertissements de M. Armstrong le font à leurs risques et périls. Vous et moi sommes coupables jusqu’à preuve du contraire. Je le répète, ne vous donnez pas une note de passage alors que les faits ne le font pas !

J’ai inclus plus de citations qu’il peut sembler nécessaire. C’est volontaire. Pendant que vous lisez, suivez le fil de la pensée de M. Armstrong qui met en relation la tiédeur des Laodicéens avec la dilution des doctrines et leur propension à faire des compromis. (Généralement, c’est moi qui mets les mots en italique).

« Alors que nous serons au lieu de sécurité pendant trois ans et demi. Les deux Témoins, protégés contre Satan, prêcheront au monde entier. Mais, Satan dans sa colère démente fera la guerre au RESTE de l’Église. Il s’agit obligatoirement de l’ère de Laodicée de l’Église ». (Apoc 12 :17).

« En fin de compte, qu’en est-il de l’ère de Laodicée de l’Église de Dieu? Rappelez-vous, elle aussi est l’Église de Dieu, ayant les commandements de Dieu et le témoignage de Jésus ». (Apoc 12 :17).

« Mais Matthieu 25 parle de cette ère de l’Église. Matthieu 24 nous montre le signe donné par Jésus avant Son retour pour mettre fin à l’ordre mondial actuel, la Grande Détresse, le Jour de l’Éternel et Son second avènement ».

Matthieu 25 parle du moment juste avant le retour du Christ. Il compare l’Église des Laodicéens à 10 vierges qui prirent leur lampe (leur Bible) et allèrent à la rencontre du Christ à Son retour. Mais cinq d’entre-elles (la moitié de l’Église) prirent leur lampe sans huile pour les allumer (c.-à-d. sans Esprit-Saint afin de rendre leur esprit capable de COMPRENDRE leur Bible). Certaines traductions rendent ce passage en disant qu’elles perdaient l’Esprit-Saint à cause de négligence, du manque de prière, de communion entre les membres de l’Église et avec Dieu et le Christ et à cause de l’envahissement par les intérêts matérialistes du monde. Y en a-t-il qui sont déjà comme ça parmi nous? (J’ai mis en italique).

Alors qu’elles – les vierges retardataires – tentaient de se rapprocher de Dieu, le retour du Christ survient et la porte du Royaume leur est CLAQUÉE au nez! QUELLE ABOMINABLE ET TERRIBLE TRAGÉDIE! Et cela peut vous arriver, et à moi aussi ».

Lettre co-ouvrière, 20 janvier 1981.

« Retournons maintenant à Apocalypse 12 :17. Satan sera rempli de colère contre le reste – la dernière génération de l’Église – l’Église de Laodicée et il la persécutera terriblement. Mais Matthieu 25 montre que même si cette dernière génération est tiède – pas moins émotive, mais plus ‘libérale’, plus séculière et moins spirituelle – moins rigoureusement biblique – la moitié sera malgré tout sauvée au retour du Christ mais l’autre moitié sera vomie de sa bouche (Apoc 3 :16) ».

« Personnel », PT, Août 1980.

« Nous nous approchons dangereusement de la fin de cet âge.

Cette Église était en train de glisser dans un état laodicéen.

L’Église de Laodicée sera caractérisée par une tiédeur spirituelle, – la moitié des membres (Matth 25 :1-13) sera exclue du Royaume de Dieu.

Mais, il semblerait chers frères et sœurs, que la mauvaise nouvelle, nonobstant le ridicule de mon fils, soit que l’ère de Philadelphie est en sérieux danger de devenir aussi l’ère de Laodicée. Je suis personnellement très préoccupé par cela. Si vous ne l’êtes pas, alors vous êtes en DANGER de mort ».

Ce que Dieu n’a jamais permis, ni ne permettra jamais GN août 1979.

« La… Cour… a démis le syndic, mais la poursuite n’est pas terminée.

Nous devons nous demander sérieusement POURQUOI Dieu permet cette [épreuve]. Je connais la réponse. Nos gens, de cette ère de Philadelphie, deviennent tièdes, dérivant petit à petit vers les voies de ce monde. Même des ministres étaient en train de diluer les vérités et les doctrines qu’un Christ aimant avait mises dans Son Église.

Nous avons besoin d’une véritable EXPLOSION afin de nous réveiller! »

Lettre aux membres, 24 février 1979.

« … lorsque mon fils… vint à prendre plus d’autorité qu’il ne lui en avait été confiée, s’entourant d’un groupe de libéraux, qui l’ont guidé et égaré afin qu’il dilue les doctrines divines…sous leur mauvaise influence, une tiédeur et une indifférence laodicéenne, c.-à-d. la perte de l’amour de la vérité divine, ont pris racine dans l’Église ».

Christ remet l’Église sur la voie, GN avril 1979.

« L’Église était en train de basculer. C’est tout comme s’il avait été question d’aller aussi loin que possible dans les voies et croyances « chrétiennes » de ce monde telles qu’inspirées par Satan — ce qui revient à dire, aller aussi loin que possible dans les voies de Satan et nous éloigner des voies de Dieu !

Le dommage qui a été causé à l’Église de Dieu à cause de cette attitude est INCALCULABLE! Cela a nui à des milliers de membres de l’Église du Dieu vivant et cela d’une façon que mon fils n’a pas réalisée. Cela nous a conduits à la tiédeur, à une attitude plus négligente envers l’obéissance réelle et stricte aux voies divines ».

« Rapports au sujet de Garner Ted… », WN, 6 mars 1981.

« Alors que j’étais en voyage 300 jours sur 365 par année à travers le monde, l’Église, au lieu D’OBÉIR de tout cœur au Christ en observant SA PAROLE, LA BIBLE, a été furtivement envahie par l’esprit LIBÉRAL de SATAN ».

Ces dirigeants à qui j’avais confié la responsabilité d’ADMINISTRER les POLITIQUES et les DOCTRINES que le Christ avait établies dans Son Église par Son apôtre ont de beaucoup DÉPASSÉ l’autorité qui leur avait été donnée. Ils ont commencé à CHANGER LES POLITIQUES et à diluer les vérités divines, changeant les DOCTRINES et faisant des compromis, cherchant à voir jusqu’où ils pouvaient aller (et conduire les membres) dans les voies de SATAN! Ils voulaient être plus LIBÉRAUX, davantage comme ce MONDE DE SATAN ».

« … Il en reste QUELQUES-UNS qui ont tendance à LAISSER TOMBER, à perdre leur zèle, et même à devenir TIÈDE ».

Lettre aux membres, 15 septembre 1980.

« À propos de l’Église de Philadelphie, le Christ dit, ‘tu as peu de puissance’. Depuis l’époque des apôtres, c’est sans doute la plus faible en nombre, en force physique et en puissance de toutes les Églises, et ce jusqu’au second avènement. Elle ne possède que peu de ministres.

Il y en a dans l’Église aujourd’hui qui sont devenus las de faire ce qui est bien. Ils se vanteront d’être la véritable Église, se croyant spirituellement riche alors qu’en fait, ils sont spirituellement démunis. Parce qu’ils sont indifférents à la véritable œuvre de Dieu, qu’ils sont tièdes et qu’ils manquent de zèle, Christ les vomira de Sa bouche. Ils ne peuvent pas être utilisés dans Son Œuvre. Ils vont perdre le salut qu’ils se vantent de posséder, à moins de se repentir! Que Dieu vous aide à ne pas glisser dans l’Église de Laodicée ».

Les ministres de Dieu doivent-ils être ordonnés par la main des hommes? GN, octobre 1962.

« Jésus-Christ, le chef de l’Église, a agi rapidement pendant les cinq derniers mois, afin de RÉVEILLER Son Église et la remettre sur la bonne voie.

Nous sommes en train de nous débarrasser de la tiédeur laodicéenne qui commençait à nous endormir.

« C’est un NOUVEAU DÉPART STIMULANT et REMPLI D’INSPIRATION ! AUGMENTONS notre engagement et notre dévouement. L’ŒUVRE DE DIEU EST LOIN D’ÊETRE TERMINÉE! ».

Lettre aux Membres, 23 octobre 1978.

« Une maison divisée NE PEUT SUBSISTER, a dit Jésus. Mon fils a divisé l’Église de Dieu! Jusqu’à il y a dix ans, NOUS N’ÉTIONS PAS DIVISÉS!

Et Dieu nous dit encore : ‘Si DIEU ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent œuvrent en vain’. C’est DIEU par JÉSUS-CHRIST qui a bâti l’Église de Dieu de notre époque aussi sûrement que celle du temps des premiers apôtres. L’Œuvre A CRÛ ET CRÛ grâce aux bénédictions de Dieu pendant 35 ans jusqu’en 1969, et depuis ce moment LES BÉNÉDICTIONS DE DIEU ONT ÉTÉ RETIRÉES. Nous avions commencé à oublier DIEU, laissant la tiédeur laodicéenne nous contaminer. CHRIST NOUS DIT MAINTENANT, RÉVEILLEZ-VOUS! Sortez de cette hébétude qui nous a drogué! RALLIEZ-VOUS À CHRIST ET À SON APÔTRE AFIN DE FAIRE LE TRAVAIL ».

Lettre aux membres, 28 juin 1978.

« Lorsque nous avons à faire face à une situation sérieuse, sinon alarmante, certains ont tendance à SE RELÂCHER DANS LA PRIÈRE, dans L’ÉTUDE BIBLIQUE et, conséquemment, dans leur zèle et leur volonté de se sacrifier pour L’ŒUVRE DE DIEU ».

Croyez-vous que Satan ignore cela? Il le sait très bien! Il fera tout en son pouvoir pour vous décourager, pour vous prendre en défaut afin que vous vous relâchiez dans la prière et l’étude biblique, pour que vous perdiez votre zèle envers l’Œuvre de Dieu!

« JE SAIS que la majorité n’a pas encore PLEINEMENT retrouvé ce ZÈLE énergique et nécessaire pour POURSUIVRE ET TERMINER CETTE ŒUVRE ».

« Si nous considérons la TENDANCE et les FAITS actuels, cela peut nous sembler impossible! Mais il s’agit de L’ŒUVRE DE DIEU, une ŒUVRE DE FOI et les faits, les tendances et les circonstances physiques n’ont RIEN À VOIR AVEC LA FOI. Le Christ vivant a des ressources et des moyens que nous ne SOUPÇONNONS MEME PAS! »

« Et tandis qu’il nous incombe de CONFESSER et de déplorer… nos PÉCHÉS parce que nous avons permis à notre attirance envers les plaisirs du monde de nous éloigner de notre Dieu, et de diminuer notre zèle envers SON ŒUVRE, je fais appel à tous les membres de l’Église pour qu’ils CONFESSENT cette tiédeur… et qu’ils PRIENT avec FERVEUR et CONTRITION, afin d’obtenir de Dieu le pardon de ces offenses et la BÉNÉDICTION immédiate, permanente et continuelle de SON ŒUVRE jusqu’à ce qu’elle soit complétée ».

« Frères et sœurs, un grand nombre sinon la majorité d’entre-nous, avons permis à ce que d’autres intérêts s’infiltrent dans nos esprits et nos cœurs au point où nous n’avons MEME PAS, pour L’ŒUVRE LA PLUS IMPORTANTE SUR TERRE, un niveau de ZÈLE équivalant à celui que des joueurs de football ont pour leur sport ».

« Pourquoi les joueurs de football sont-ils capables de se MOTIVER (par la HAINE), au point d’avoir un ZÈLE pratiquement fanatique alors que nous sommes indifférents, ‘ABATTUS’ et tièdes envers L’APPEL LE PLUS IMPORTANT ET LE PLUS GLORIEUX DE TOUS LES TEMPS? »

« … le Christ fait Sa part, Il ouvre des portes. Il n’y a qu’une chose qui a fait défaut, et nous devons l’admettre!, il y en a trop parmi nous qui sont devenus tièdes… »

« Peut-être pensons-nous que parce que nous observons le Sabbat [de Dieu] nous n’avons pas de péchés à corriger. Mais le laxisme… peut être péché ».

Lettre aux membres, 2 novembre 1972.

Cette dernière citation débutait en faisant référence à la prière et à l’étude biblique. Nous verrons plus loin que la prière fervente et l’étude biblique détaillée sont beaucoup plus importantes en ce qui concerne ceux que Dieu approuve que la majorité ne le réalise.

Avant de poursuivre, il est crucial d’ancrer dans votre esprit le point suivant : Jusqu’à la fin du livre, vous devez accepter la définition (biblique) que donne M. Armstrong des dix vierges de Matthieu 25 qui les identifie à Laodicée. Cela constitue une clé de première importance qui permet de voir en quel danger vous êtes si vous n’oignez pas vos yeux de la façon dont le Christ l’ordonne. Cette parabole est destinée, à la fin de cet âge, à ceux qui constituent la majorité des membres. Étant hors du corps de Christ, donc coupés, « débranchés » de Lui leur réserve en Saint-Esprit est basse. Voilà l’essence même de leur condition et la raison du conseil que Christ leur donne pour corriger la situation.

Chez ceux qui sont toujours intéressés par la question, une compréhension différente a vu le jour. Pour eux, la moitié des vierges sont laodicéennes et l’autre philadelphiennes. Cela constitue une façon de penser particulièrement dangereuse. Elle endort ses partisans en leur faisant croire qu’on a 50% des chances d’être Philadelphiens ou Laodicéens, et donc qu’il n’est pas question de perdre leur salut!

Rien n’est plus faux! À cette époque, les Laodicéens dominent en nombre et constituent l’énorme majorité de ceux qui ont l’esprit de Dieu. Rappelez-vous qu’ils sont suffisamment nombreux pour donner leur nom à une ère. Saisissez bien ceci! Le 50/50 représente ceux qui vivront ou mourront éternellement, mais tout le 100 % entrera dans la Détresse.

Dans l’ancienne cité.

Christ a comparé la dernière ère de Son peuple à l’ancienne cité de Laodicée. Essayons de voir pourquoi Il a choisi cette ville en particulier pour représenter la majorité des Chrétiens des derniers jours. Il y a de nombreux parallèles pour ceux qui veulent bien les étudier et les accepter. Christ savait que l’Histoire nous aiderait à comprendre et c’est ce qu’elle fait. Je soulignerai les parallèles les plus évidents au fur et à mesure que nous avançons, mais je réserve la majorité pour plus tard.

Tout en progressant, méfiez-vous de la raillerie et du dédain. Christ avait des raisons très spécifiques de choisir cette cité pour la comparer à Son peuple lors de la dernière ère. Les parallèles deviendront évidents pour ceux qui ont « des oreilles pour entendre » et « des yeux pour voir », pour ceux qui veulent vraiment que Christ leur montre.

C’est Antiochus II qui fonda la ville de Laodicée entre 261 et 253 av. J.-C. et il l’appela ainsi du nom de son épouse. Antiochus était de la lignée des Séleucides qui régnèrent sur la Syrie après la mort d’Alexandre le Grand (Laodicée faisait partie du territoire élargi de la Syrie). Elle était mieux connu sous le nom de Laodicea ad Lyceum (i.e. sur la rivière Lycus) afin de la distinguer de six autres villes portant le même nom. Deux routes commerciales importantes la traversaient.

La région est enchanteresse, parcourue par des vallées fertiles entourées de collines et donnant sur un port facilement accessible de la côte sud-ouest de la Turquie moderne.

À l’intérieur des terres, le terrain devient plus accidenté et plus rude. On comprend facilement pourquoi les voyageurs choisissaient de s’arrêter à Laodicée lorsque leur destination première était située au-delà de la ville.

Plusieurs visiteurs trouvaient l’atmosphère entourant Laodicée trop invitante pour la quitter. Il y avait un climat méditerranéen, avec des pluies abondantes, une température moyenne et une douce brise qui venait de la mer, même durant les étés chauds et secs. Une légère gelée pouvait apparaître occasionnellement en hiver sur les sommets qui entourent la ville. Il y a aussi deux petites rivières de chaque côté de la cité et les collines environnantes étaient couvertes de forêts. J’ai étudié plusieurs images de la région. C’est très beau.

Le terrain de jeu des riches.

L’environnement commercial de Laodicée était vigoureux et la ville possédait plusieurs commerces à succès. (Cela est possiblement lié au fait qu’au premier siècle, elle possédait une forte population juive). D’importants vignobles couvraient les collines avoisinantes et il y avait une plage tout près où les gens pouvaient se baigner, tout comme c’était le cas à Hierapolis, réputée pour ses sources thermales, et située à 10 km au nord.

Dans la cité même, on retrouvait des fontaines, des bains publics, des gymnases, un immense stade, des salles de conférence et de banquet, et deux théâtres luxueux (un petit et un grand). Tout cela reflétait la prospérité de Laodicée et on la décrivait comme étant le « lieu de plaisir favori des dignitaires » (tels des gouverneurs et la royauté).

En tant que centre bancaire romain de la province d’Asie, Laodicée, réputée pour sa richesse, était la plus prospère de la région. Ses nombreux mausolées sont autant de témoignages du nombre de personnes riches qui y ont été inhumées. Ses citoyens étaient tellement riches que lorsqu’un tremblement de terre détruisit leur ville en 60 ap. J.-C., ils refusèrent l’aide de Rome, préférant la rebâtir eux-mêmes. Cela la rendit célèbre en tant qu’exemple d’autosuffisance.

Doit-on s’étonner que Christ ait dit que les Laodicéens modernes proclament : « Je suis riche, je me suis enrichi (de biens), et je n'ai besoin de rien » (Apoc 3 :17). L’étude des mots-clés de ce passage révèle que Christ parlait de richesse monétaire et de l’accumulation de biens matériels.

Laodicée tirait une partie de sa richesse de l’industrie textile, fameuse pour un tissu de laine doux, noire, luisant et d’apparence soyeuse (que ses citoyens portaient avec fierté). Ici encore, on comprend facilement pourquoi Christ conseille aux Laodicéens modernes de s’acheter « des vêtements blancs » de pureté et de justice. Il est fascinant de constater combien il y a de jeunes gens aujourd’hui dans les autres grands groupes qui aiment porter avec fierté des vêtements noirs, mode adoptée directement du monde. Pour ceux qui sont prêts à examiner les choses, Dieu fournit toujours suffisamment d’indices pour avoir une bonne vue d’ensemble.

Les autres grands groupes, comme c’était le cas de Laodicée, sont des endroits plaisants et confortables, facilement accessibles à partir du « port » ou des « routes d’accès » publiques. Bien sûr, les membres qui y arrivent n’ont pas vraiment le goût de voyager vers « l’intérieur » où c’est plus difficile. De plus, plusieurs « dignitaires » plus âgés de l’Église de Dieu (évangélistes et pasteurs seniors) résident (« sont en vacances » serait probablement plus approprié) dans ces groupes où le « climat » est plaisant, le « vin » est bon et les « plages » ensoleillées. (Veuillez prendre note, qu’alors que Philadelphie possède ce que l’on pourrait appeler les « biens » — beaucoup plus de publications pour accomplir l’Œuvre et nourrir le troupeau — les grands groupes quant à eux offrent généralement plus de « services » — plus de salles de réunions, de pasteurs, de sites de Fête, de camps de jeunes, de réunions sociales et plus de gens pour fraterniser).

Un lieu de rencontre historique.

Au IV siècle, Laodicée fut la scène d’au-moins deux conciles religieux importants illustrant combien certains théologiens et autres « dignitaires » aussi s’y sentaient confortables. Aux environs l’an 365 av. J.-C., l’empereur romain Constantin présida personnellement le concile (catholique) de Laodicée lors duquel il décida que le catholicisme romain devait être la seule religion d’état de l’empire. C’est à cet endroit que l’observance du Sabbat fut rendue illégale.

Le cours de Bible par correspondance originel de l’EUD déclare : « le canon le plus connu de ce concile, le xxix, se lit ainsi : « les Chrétiens NE DOIVENT PAS Judaïser en se reposant le jour du sabbat (le véritable jour de repos divin) mais doivent TRAVAILLER ce jour-là honorant plutôt le jour du Seigneur (le dimanche) en se reposant, si possible, comme des Chrétiens (traditionnels). CEPENDANT, si quelqu'un est découvert à judaïser (comme les véritables observateurs du Sabbat), qu'il soit anathème (maudit) pour Christ (Mansi, II, pp. 569-570, voir aussi Héfèle Councils, Vol. 2, b. 6).

Cette hérésie de masse — qui proscrivait le signe même qui identifie le véritable peuple de Dieu (Ex 31 :13; Éz 20 :12) — fut présenté la première fois à Laodicée. Quelle ironie de constater que c’est à partir de cette cité que ceux qui servaient le vrai Christ furent officiellement déclarés anathème par l’Église romaine.

Rappelez-vous! Le mot Laodicée signifie généralement « le peuple règne, juge et décide » - parce que le leadership du Christ a été involontairement rejeté par cette ère. En ce qui concerne l’environnement politique de Laodicée, il est intéressant à noter que cette ancienne ville pratiquait la démocratie. Elle se félicitait de permettre au peuple de se prononcer sur les questions civiles. Curieusement, nous verrons aussi que la ville de Philadelphie, sa proche voisine, fut dirigée par des monarques bienveillants.

Une destruction soudaine.

En 494 ap. J.-C., un gros tremblement de terre dévasta Laodicée. Éventuellement la ville fut totalement détruite par les envahisseurs islamiques qui en firent, selon les historiens, un « lieu de désolation complète ». Deux tentatives de reconstruction eurent lieu mais sans succès. Bien qu’elle atteignît la notoriété, la cité de Laodicée s’éteignit dans la plus complète ignominie ne laissant derrière elle que quelques fragments archéologiques épars sur un peu plus d’un kilomètre carré comme témoignage de sa destruction. Elle est demeurée inhabitée pendant environ 1500 ans. Les historiens et les archéologues se sont étonnés devant le peu de ruines de ce que fut autrefois (selon les historiens) une ville dynamique, vivante et prospère.

Le parallèle entre ces deux événements (le tremblement de terre et les invasions) qui ont frappé l’ancienne Laodicée et ce qui frappera la dernière ère de l’Église de Dieu est parfait. C’est la raison pour laquelle la section de l’Apocalypse qui décrit cette ère omet de parler du « retour » du Christ. Pourquoi? Parce qu’il ne restera aucun survivant lors de celui-ci. La moitié des vierges meurent lors de la Grande Détresse par décapitation (Apoc 12 :17; 20 :4), résultat de la colère de Satan contre l’Israël physique et spirituelle — et l’autre moitié accepte évidemment la marque de la Bête et meurt pendant le Jour du Seigneur, période de la colère divine à l’encontre de toutes les nations avant le second avènement.

Un problème d’eau.

Le seul inconvénient de Laodicée était l’absence d’un approvisionnement local en eau, tels les puits d’eau fraîche de Colosses tout près ou les sources chaudes de Hierapolis au-delà de la rivière Lycus. Hérode le Grand dut bâtir un énorme aqueduc jusqu’à la ville. Une bonne partie de ce dernier est encore visible tout comme la tour qui servait à distribuer l’eau. Il y a encore quelques restes de « tuyaux » de pierre taillées partiellement bouchés par les sels minéraux contenus dans l’eau qu’ils véhiculaient. (J’ai pu examiner de près des photographies qui montrent qu’ils étaient obstrués à plus de 80%).

Malheureusement, l’unique source d’eau disponible pour tout projet d’aqueduc était située à bonne distance, ce qui faisait en sorte que l’eau passablement minéralisée perdait sa fraîcheur et était devenue tiède une fois rendue à la ville. Conséquemment, elle provoquait souvent des vomissements chez ceux qui la buvaient.

Il n’est pas étonnant que Christ dise à ceux de la septième ère : « je te vomirai [en grec : emeo] de ma bouche ». Malgré son énorme prospérité et les nombreux plaisirs que procurait la vie à Laodicée, les habitants devaient s’habituer à son eau continuellement tiède et minéralisée.

Un parallèle étonnant et inattendu apparaîtra sous peu.

Traitement des yeux et des oreilles.

Finalement, on y retrouvait une école de médecine respectée (située tout d’abord à environ 20 km à l’Ouest, elle vint s’installer à Laodicée) dont les médecins étaient si réputés que leurs visages furent gravés sur la monnaie locale. Cette école produisait un onguent spécifique pour les oreilles et un baume pour les yeux (appelé « poudre phrygienne ») composé d’alun et réputé depuis l’époque d’Aristote.

Cette poudre, exportée sous forme de tablette dans toute la région méditerranéenne, était vendue pour améliorer, et soi-disant guérir les yeux affaiblis. Elle était utilisée comme médicament topique sur les yeux. Les Laodicéens étaient généralement très fiers de leur habilité médicale et plus particulièrement de leur capacité à aider ceux qui avaient des problèmes d’ouïe ainsi que ceux qui étaient considérés comme « légalement aveugles ».

Comme nous l’avons expliqué, une bonne partie du peuple de Dieu d’aujourd’hui constitue un parallèle remarquable. La majorité des membres dans les autres groupes fréquentent les bureaux de médecins aussi souvent que les gens du monde. Quelle tristesse que nous ayons été le seul groupe depuis longtemps qui ait publié une brochure sur la guérison.

Il est important de noter que l’Histoire dit que les citoyens de Laodicée se considéraient spécialement perceptifs, et se flattaient de leur niveau d’instruction, de leur sagesse et de leur intelligence – de leur grande « vision intellectuelle ».

Il n’est donc pas étonnant que Christ dise à Son peuple de l’ère moderne de s’acheter un collyre afin d’avoir une bonne vision spirituelle. Il est aussi intéressant de se rappeler qu’un onguent pour les oreilles était vendu couramment dans la ville. Pourtant, la majorité des Laodicéens modernes ne sont pas seulement aveugles, mais n’ont pas non plus « d’oreilles pour entendre » les paroles du Christ qui les met en garde.

Chapitre cinq COMPARONS AVEC L’ÈRE MODERNE

L’examen de l’ancienne cité de Laodicée n’a de valeur que si nous sommes en mesure de l’utiliser pour comprendre où les mêmes conditions ou caractéristiques sont réapparues dans les temps modernes. Sans quoi, tout ce que nous avons est une leçon d’histoire et de géographie, intéressante sans doute, mais qui ne révèle rien de sa valeur ou de sa signification spirituelle.

À partir de maintenant, le livre va construire graduellement une image destinée à tous les Chrétiens du XXI siècle qui devrait leur permettre de s’analyser eux-mêmes.

Rien de bon à dire.

Maintenant, il est essentiel que nous reposions la question de base : Où se trouvent tous les Laodicéens? Rappelez-vous, la Bible montre qu’ils sont tous dans un état spirituel terrible et que leur nombre est dominant. Christ offre certainement suffisamment d’informations à leur sujet pour que ceux qui choisiront de demeurer dans ce groupe majoritaire le fassent sans pouvoir offrir d’excuses. Il devrait donc être aisé de les reconnaître, si l’on a « des yeux pour voir ».

Tous ceux qui ont participé au club d’orateurs de l’EUD ou au Club Ambassadeur savent que la première règle d’évaluation efficace d’un discours est de toujours commencer par un éloge. On doit avoir quelque chose de bon à dire au sujet des efforts faits par l’orateur. C’est ce que Christ a fait. Il a quelque chose de bon à dire à chacune des six premières ères (et rien de mauvais à dire au sujet de Smyrne et Philadelphie) avant d’offrir une correction. Pourtant, Il n’a absolument rien de bon à dire au sujet de Laodicée. Son « conseil » est un avertissement clair, précis et direct soulignant la terrible condition dans laquelle se trouvent les Laodicéens. Je le répète, cela devrait donc rendre notre tâche d’identification très aisée. Leur seul état spirituel devrait les démarquer clairement – les distinguer – des véritables Chrétiens.

Huit traits d’un Laodicéen.

La Bible a en effet mentionné des signes descriptifs spécifiques — des particularités — de ceux qui font partie de l’ère de Laodicée. Ils ne sont pas difficiles à identifier ni à dénombrer. Bien qu’il n’existe en réalité que sept particularités évidentes, nous allons en fait en examiner huit. Cette huitième particularité est unique et nécessite une explication pour être bien comprise. C’est ce que nous ferons à la fin du chapitre.

Le message.

Pour éviter tout malentendu, voici le message complet de Christ à Laodicée et que l’on retrouve dans Apocalypse 3 :14-22 : « Écris à l'ange de l'Église de Laodicée: Voici ce que dit l'Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu: Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises!

Le problème d’eau réapparaît.

Le verset 16 décrit la première condition, soit celle d’être « tiède ». Le problème évident est que ces membres ne sont pas enflammés par le zèle. Nous allons voir plus loin que, tout comme dans l’ancienne cité où il était difficile de se procurer de l’eau et l’on devait se contenter d’eau « tiède », les problèmes spirituels de la Laodicée moderne peuvent être reliés directement à l’insuffisance d’eau spirituelle dans leur vie (Jn 7 :38-39). De plus, tout comme les nombreux minéraux gâchaient la valeur de l’eau pure de l’ancienne cité, « la force, l'amour et la sagesse » (II Tim 1 :7) de l’Esprit-Saint de la Laodicée moderne sont aussi « pollués » par un « autre esprit » (II Cor 11 :4). Nous allons voir que ce que Jean appelait « l’esprit de l’erreur » (I Jn 4 :6), est mélangé à l’Esprit-Saint dans leur esprit.

Leur tiédeur les conduit à six autres conditions, chacune étant reliée au manque de zèle.

Le second problème est décrit par « Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien ». Tout comme ceux de l’ancienne Laodicée, cela représente une attitude d’autosuffisance. De telles personnes ne ressentent pas le besoin, ni l’obligation ou l’urgence de s’examiner personnellement. Satisfaits et contents d’eux-mêmes, elles sont le reflet du chant protestant « Just as I am (Tel que je suis) ». Suite à cela, trois autres caractéristiques en découlent.

Les troisième, quatrième et cinquième caractéristiques sont décrites par : « malheureux », « misérable » et « pauvre ». Curieusement, le mot grec traduit par malheureux peut être traduit par « malheureux » ou « misérable ». Ces mots sont si semblables qu’on peut croire que Christ est en train d’employer des mots comme affreux, terrible et déplorable afin de souligner plus fortement ce qu’Il dit.

Le mot grec pour « pauvre » (ptochos) est particulièrement fascinant. Il signifie, « s’accroupir, se reculer comme le fait un mendiant, un pauvre », un peu comme le ferait un itinérant (un SDF). Quel est l’habitant moyen de Laodicée qui aurait été prêt à considérer le moindrement qu’il était dans une condition si terrible? Sur quoi aurait-il pu se baser pour en arriver à une telle conclusion à son propre sujet? C’est à une situation similaire devant laquelle se trouve Christ qui tente de rejoindre Son peuple de nos jours.

Si les membres de l’Église de Laodicée avaient simplement suivi les instructions du Christ dans le Sermon sur la Montagne, c’est-à-dire développer une attitude de « pauvreté en esprit » et « d’affliction » (Matth 5 :3-4), ils n’en seraient pas venus à se sentir riches au point de devenir spirituellement pauvres. S’ils en étaient venus à reconnaître leur propre faiblesse à cause du manque d’Esprit Saint, ils se seraient affligés régulièrement de leurs péchés et auraient continuellement eu « faim et soif de justice » (v.6).

Tragiquement, cela ne s’est pas produit.

Tout a rapport à l’aveuglement.

La partie la plus fascinante de la description que Christ donne de Laodicée est illustrée par le sixième signe d’identification. La seule et unique raison pour laquelle une personne est incapable de voir l’état affreux dans lequel elle se trouve est parce qu’elle est complètement AVEUGLE! Le mot grec utilisé par Christ pour « aveugle » est tuphlos qui signifie opaque, aveugle, physiquement ou mentalement ». Le problème de vision qui atteint les Laodicéens est sérieux et consiste en quelque chose de beaucoup plus grave qu’un simple « affaiblissement » de la vue pour lequel les gens, il y a 2000 ans, voulaient être traités par la poudre phrygienne.

Permettez que je répète une chose que j’ai déjà mentionnée. C’est cet état même d’aveuglement qui représente la faute spirituelle la plus grave de Laodicée. Rappelez-vous que si ceux-ci n’étaient pas aveugles, ils pourraient voir qu’ils sont tièdes, malheureux, misérables, pauvres etc. Bien entendu, aucun des anciens Laodicéens, se croyant eux-mêmes des initiés et des experts de la vision physique et de la perception (vision mentale), n’accepterait même de considérer la possibilité qu’ils soient complètement aveugles. (Il est intéressant de noter que les vierges de Matthieu 25 ne semblent pas voir qu’elles perdent l’Esprit-Saint – « l’huile » de leur « lampe » – avant qu’il ne soit trop tard).

Veuillez prendre note que ceux de Smyrne (Apoc 2 :9) ont été décrits de façon totalement opposée à ceux de Laodicée. Cette ère, tout comme celle de Philadelphie, n’a pas reçu de correction par Christ. Rappelez-vous qu’historiquement, les Smyrniens étaient physiquement pauvres, et pourtant Christ les décrits comme étant spirituellement riches. Bien que sachant cela, ils laissèrent volontiers leurs ennemis les appeler Ébionites, ce qui signifie des « pauvres » spirituels.

Ceci constitue un message éclatant pour les Philadelphiens, les Ébionites d’aujourd’hui!

Là où se trouve la richesse.

Préparez-vous à voir les autres grands groupes sous un éclairage différent. À chaque année, chacun de ces groupes reçoit individuellement des millions de dollars et, collectivement des dizaines de millions. Soyez honnêtes avec vous-même et reconnaissez que ces derniers admettent ouvertement posséder des vastes réserves financières.

Pendant cinq ans, suite à un héritage en 1995, j’ai été propriétaire et j’ai géré une compagnie avec relativement de succès. (J’ai également vu mes proches parents fonder plusieurs compagnies à succès). J’ai au-moins de très bonnes notions de ce qu’est un bilan et un état des revenus et dépenses comme tout autre ministre. Que le plus grand des groupes conservent en banque des millions de dollars alors qu’il y a tant de choses à faire et qu’il ait aussi perdu des millions de dollars de revenus annuels pendant l’apostasie, constitue un témoignage flagrant de gens qui disent et disaient littéralement : « Je suis riche, je me suis enrichi ». Les trois autres grands groupes sont proportionnellement aussi riches. Conserver tant d’argent en réserve afin de se protéger physiquement, tout spécialement pour les salaires des ministres et leur fond de retraite, alors que ces fonds sont nécessaires à la croissance de l’Œuvre, constitue une attitude égoïste et, disons-le, épouvantable.

Des soldes bancaires de cet ordre contribuent beaucoup à susciter un sentiment d’autosuffisance et d’invincibilité vis-à-vis ce que le futur peut réserver à une telle organisation. C’est cette même tentation qui a poussé Paul à dire à Timothée d’enseigner « … aux riches du présent siècle de ne pas être orgueilleux, et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines » (I Tim 6 :17). Le verset 18 fournit l’antidote que devait aussi enseigner Timothée aux riches : « Recommande-leur de faire du bien, d'être riches en bonnes oeuvres, d'avoir de la libéralité… »

Sous cet angle, examinez brièvement l’énorme portée de l’Œuvre de l’Église de Dieu restaurée qui se réalise grâce aux dîmes et aux offrandes d’un nombre de membres relativement petit et au travail de quelque 24 personnes qui travaillent de très longues heures afin de redonner toute la vérité divine à ceux qui se l’étaient fait enlever. Malgré cela, tout comme le miracle des « poissons et des pains », Dieu multiplie le produit de nos efforts, accomplissant ainsi bien au-delà de ce que notre taille semble permettre.

Un âge amouraché des plaisirs.

Notre ère moderne, grâce à ses avancées scientifiques, à l’augmentation de la connaissance et la détérioration du caractère, a provoqué l’émergence d’un monde avide de plaisirs avec ses sociétés occidentales baignant dans des montagnes de biens matériels et d’argent permettant d’en obtenir encore davantage. Il semblerait que ce soit la seule chose à laquelle les gens puissent penser.

Paul a dit que l’état de l’Église dans les « derniers jours » serait le reflet de plusieurs personnes « aimant le plaisir plus que Dieu ». Prenez le temps de lire soigneusement le passage de II Timothée 3 :1 jusqu’à II Tim 4 :4, (où le contexte est celui des conditions dans les derniers jours). Bien que la majorité croie que les premiers versets du chapitre 3 représentent l’effondrement de la société dans un état d’immoralité accrue, de manque de caractère et de péchés, même un survol rapide du contexte global montre que ce n’est pas le cas. Bien que notre société moderne soit incluse dans cette description, l’attention particulière se porte sur l’Église, où le refus de « supporter la saine doctrine » peut se produire. Nous démontrerons ceci davantage plus loin.

Cette poursuite universelle du plaisir a eu un impact beaucoup plus fort sur les membres de l’Église que la plupart ne le réalisent. Et c’est exactement ce qui s’est passé avec les membres de L’Église qui vivaient anciennement à Laodicée. Le peuple de Dieu ne peut échapper à l’influence du monde qui les entoure. Voilà pourquoi il y en a autant qui désirent les « services » des autres grands groupes au lieu des « biens » produits par le restant de Philadelphie. Les membres auraient dû voir arriver ce changement vers la pensée matérialiste sauf que l’aveuglement général existant déjà les en a empêché.

Assurez-vous de bien réaliser de qui Paul parle ici puis, relisez les premiers versets de II Timothée 3 afin de bien saisir quelle horrible attitude et quelle mauvaise conduite le peuple de Dieu, influencé par le monde qui l’entoure, a adoptées.

Une colonie nudiste spirituelle.

Nous devons commenter brièvement le fait que Christ dit que les Laodicéens sont « nus », la septième caractéristique. C’est exactement ce que le mot grec signifie : « nu – d’une manière absolue ou relative, de façon littérale ou figurative ». C’est tout comme si la dernière ère dans son entier était devenue une colonie nudiste spirituelle. Ce n’est pas moi qui le dit mais bien Christ! Demandons-nous donc encore : Les gens se promèneraient-ils nus à moins d’être aussi aveugles? De plus, si tous ceux qui les entourent sont aussi aveugles, on ne doit pas s’attendre à ce que quiconque parmi eux puisse le leur faire remarquer.

Il est nécessaire d’avoir quelqu’un qui voit pour dire à une personne aveugle, ou à tout un groupe d’aveugles qu’ils sont nus. Le messager qui leur est envoyé doit être capable de voir et il est donc nécessaire qu’il vienne de l’extérieur de cette ère.

Je le répète, c’est la cécité même des Laodicéens qui les empêche de voir toutes leurs autres mauvaises qualités d’ordre spirituel. Donc, répétons-le, s’occuper d’ABORD de la cécité constitue la clé pour se débarrasser des faiblesses et des mauvais traits. Vous êtes en mesure maintenant de comprendre pourquoi Christ va droit au but lorsqu’il dit que, comme première étape, ils doivent oindre leurs yeux pour recouvrer la vue.

Avant de poursuivre, rappelez-vous que Christ dit à Son peuple que la « honte de sa nudité » ne doit plus paraître. Généralement les gens n’auraient pas honte de montrer la nudité de certaines parties de leur corps à moins qu’il ne s’agisse de leurs organes sexuels. Ce sont ces parties intimes du corps qui doivent être toujours cachées.

Voyons maintenant l’importance que la Bible attache au fait pour une personne de se couvrir les « reins »

Paul a enseigné aux Éphésiens de se revêtir de toutes les armes (l’armure) de Dieu (6 :11). Les versets 14 à 17 décrivent six pièces de cette « armure de l’évangile » que les Chrétiens doivent revêtir afin de « tenir ferme contre les ruses du diable » et pour atteindre le salut.

La toute première pièce mentionnée par Paul est lorsqu’il dit : « ayez à vos REINS la vérité pour ceinture ».Ceci constitue un passage tout à fait extraordinaire, pour ceux qui veulent le reconnaître. Les Laodicéens ont oublié suffisamment de vérité pour que leurs « reins », leurs « parties intimes » soient maintenant à découvert! Autrement dit, ils vivent dans une telle condition honteuse parce qu’ils ont oublié plusieurs des vraies doctrines, mais sont incapables de s’apercevoir que c’est le cas.

Avant la fin de ce livre, nous prouverons ce point sans qu’il y ait de doute possible. Vous n’aurez d’autres choix que de croire que c’est exactement ce que Christ avait en tête lorsqu’Il a conseillé à Son peuple d’oindre ses yeux.

Par contre, il y a un autre aspect de la nudité qui vous affecte, personnellement. Cela concerne les enseignants dénudés qui vous transmettent leurs fausses doctrines. Je dois être très direct. À moins que vous ne recouvriez la vue, il vous est impossible de reconnaître que vous êtes « ébloui » par un « exhibitionniste » qui agite ses nouvelles doctrines devant vos yeux et qui tente de vous arracher vos vêtements!

Considérez la situation à venir, la punition qui attend Laodicée de la manière suivante. Cette ère possédait (et a rejeté) beaucoup de vérité, de compréhension et de connaissance particulière. Cette merveilleuse vérité avait été rétablie (Matth 17 :11) après 19 siècles et donnée au peuple de Dieu (Philadelphie). Une grande partie de cette vérité n’avait jamais été comprise par aucune autre ère depuis l’époque des apôtres. Mêmes les apôtres ne comprenaient pas certains aspects majeurs de la prophétie car ils avaient été scellés jusqu’aux temps de la fin (Dan 12 :9). Avoir reçu tant de vérité, à laquelle des milliards d’individus n’ont pas eu accès pendant des millénaires et l’avoir laissée s’échapper ou l’avoir rejetée du revers de la main est quelque chose que Christ considère outrageant.

Parés des magnifiques vêtements que constituent les doctrines divines qui leur avaient été si généreusement données, suite au sacrifice ultime du serviteur en chef de Dieu, les membres de la dernière ère se sont déshabillés en public. Il ne peut considérer ces gens comme innocents, et Il ne le fait pas!

Vu l’importance du sujet, permettez-moi de répéter. Christ ne punirait jamais une ère entière, ou même une seule personne, si elles étaient devenues « malheureuses, misérables, pauvres, aveugles et nues », sans d’abord donner clairement la signification exacte de ces mots, c’est-à-dire expliquer la cause de leur punition. Il est donc obligé de fournir une explication parfaitement claire de ce que signifie « oindre ses yeux », et c’est bien ce qu’Il fait!

Avant de passer au chapitre suivant pour étudier la signification de ces instructions, souvenez-vous que nous venons de voir huit signes distinctifs des Laodicéens. Nous n’en avons étudié que sept qui s’appliquent à la moitié d’entre-eux. Le huitième signe s’applique à un Laodicéen permanent, un qui, après avoir été admonesté et averti, même par la Détresse, ne voudra toujours pas oindre ses yeux, scellant ainsi son sort pour l’éternité.

À ceux qui veulent réellement comprendre ce qu’ils doivent faire, poursuivez votre lecture. Les autres peuvent choisir de s’arrêter ici.

Chapitre six ABORDER LE PROBLÈME

M. Armstrong parlait sans cesse de la loi de cause à effet et de la façon dont elle imprègne chaque instant de notre vie. Il ne cessait de rappeler à l’Église comment l’homme ne traite que les effets au lieu des causes car, coupé de Dieu, il ne connaît pas les « causes » de la paix mondiale, du bonheur, de l’abondance, du bien-être et de la prospérité. Jusqu’à ce que l’humanité se soumette à Dieu, elle ne sera jamais capable de trouver la réponse, la cause cachée sous-jacente à ses problèmes et à ses maux. C’est pourquoi les solutions réelles et permanentes lui échappent.

Laodicée se trouve dans une condition similaire à celle du monde. Elle ne pourra jamais régler ses nombreux problèmes et modifier son piètre état qui est la conséquence de ceux-ci, à moins qu’elle ne fasse face directement à la cause qui est à leur source. Christ identifie cette cause pour ceux qui sont prêts utiliser leurs « oreilles pour entendre ». Après tout, le message complet qu’Il adresse à cette ère n’a que neuf versets dont la majorité décrivent les effets de sa condition avant d’en identifier la cause.

Le Christ vivant a laissé des instructions spécifiques à Ses brebis qui leur montrent clairement la cause responsable des mauvais effets qui troublent leur vie.

Oindre tes yeux.

Si vous êtes prêts à écouter, ce qui constitue le premier pas pour recouvrer la vue, nous demandons : Pourquoi le Christ utilise le terme « oindre »? Et pourquoi spécifie-t-Il les « yeux ».

Rappelez-vous qu’historiquement les gens de Laodicée se considéraient spécialement perceptifs. Ils étaient fiers de leur niveau d’instruction, de leur habileté médicale en ce qui concerne l’ouïe et la vue, et fiers de leur sagesse et de leur intelligence. C'est l’image classique de notre époque que l’on appelle parfois l’âge de l’information. La société d'aujourd'hui est la plus instruite et la mieux informée qu’aucune autre dans l’histoire. L’individu moderne se considère comme quelqu’un d’éclairé. Et pourtant le peuple de Dieu sait que le monde est totalement aveugle à la calamité universelle qui va bientôt frapper.

C’est en partie ce même sentiment d’illumination qui est la cause de son aveuglement. Pour quelle raison des gens, qui croient voir seraient-ils motivés à corriger une soi-disant perte de la vue? Voyez-vous la relation?

Tout comme la poursuite des biens matériels du monde a frappé l’Église de plein fouet, l’environnement « informationnel » moderne a littéralement servi d’incubateur à la dernière de ses ères. Considérez maintenant ce qui suit. Aujourd’hui, à l’intérieur de l’Église dans son sens large, une grande variété de publications a été produite par les différents groupes. Si nous ajoutons à cela un grand nombre de sites Internet indépendants, chacun offrant une grande quantité d’informations « ecclésiale », cela fait en sorte que la majorité du peuple de Dieu est plutôt satisfaite de la connaissance qu’il peut régulièrement obtenir.

Le nombre sans fin de sites Internet, de communiqués et de prédications sur cassettes audio, le tout dirigé par des « docteurs », des « gourous » et autres « sources de lumière » auto-proclamées, harcèlent le peuple de Dieu comme jamais auparavant et ajoutent énormément à la confusion générale qui existe déjà. Toutefois, je le répète, cela laisse les gens plutôt satisfaits de ce qu’ils peuvent obtenir — et voir — de la situation générale dans les différentes organisations. Mais cela est aussi à la source d’une autre raison qui fait croire aux gens qu’ils peuvent voir, qu’ils sont « OK ». En remarquant que les problèmes, les attitudes et les conditions existant ailleurs sont pires que ce qu’ils vivent eux-mêmes plusieurs se disent : « Je ne suis pas mauvais à ce point! ». Et l’autosatisfaction s’installe.

Voilà pourquoi je ne peux m’empêcher de croire qu’il n’y aura qu’un petit nombre de personnes qui prendront au sérieux le sujet de ce livre, malgré l’importance de ce qui est en jeu.

Puissiez-vous être une de ces exceptions.

Un passage extraordinaire.

Un passage remarquable dans I Jean 2 nous aide à comprendre les termes « oindre tes yeux » et répond aux deux questions du premier paragraphe de la section précédente. Ce que dit ce passage « crève les yeux », si vous voulez bien le comprendre.

Les trois épîtres de Jean ont été écrites dans les années 90 alors que tous les autres apôtres étaient morts. La toile de fond était une apostasie croissante pendant laquelle plusieurs membres commençaient à accepter de fausses doctrines. Tout comme dans son évangile, les mots vrai, véritable et vérité se retrouvent partout dans les épîtres de Jean. Bien qu’il soit reconnu pour être « l’apôtre de l’amour », Jean devrait aussi être connu sous le nom de « l’apôtre de la vérité ». La raison étant que le très vieil apôtre n’a cessé d’exhorter le peuple de Dieu avec empressement et à de nombreuses reprises à retenir la vérité.

Cela nous prépare à ce que nous allons apprendre au sujet de l’onction des yeux. Vous n’avez pas à accepter ce que je dis. Rappelez-vous l’importante règle de l’étude biblique : toujours laisser la Bible s’interpréter elle-même. Voyez comment elle interprète clairement ce que dit le Christ aux gens de Laodicée. Ouvrez à I Jean 2 et lisez chaque verset cité.

Le contexte du message de Jean est également vital. Le verset 4 nous met en garde en disant : « Celui qui dit: Je l'ai [Christ] connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui ». Il est crucial de noter que le verset 5 poursuit en disant que ce ne sont que ceux qui « garde sa (celle du Christ) parole » qui peuvent voir l’amour parfait se développer en eux. (En ce qui concerne les autres, ils ne peuvent que parler de la loi et de l’amour). Après tout, Jean 17 :17 dit : « Ta (celle de Dieu) parole est la vérité ». Garder Sa Parole revient à garder ou retenir la vérité.

Discernez-vous cela clairement?

I Jean 2 :11 poursuit par une mise en garde en disant que celui qui « marche dans les ténèbres, …ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux ». Bien entendu, c’est le principal problème de tous ceux de Laodicée. Alors, lisons avec soin.

« L’Onction ».

Le contexte jusqu’au verset 20 nous prévient de ne pas retomber dans les voies du monde. Le verset 20 débute en nous expliquant comment éviter l’aveuglement et l’éloignement de la vérité qui l’accompagne inévitablement. Voyez : « Pour vous, vous avez reçu l'onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance ». Le verset 21 poursuit : « Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu'aucun mensonge (doctrinal ou autre) ne vient de la vérité ». Donc, cette onction qui permet d’avoir la connaissance de la vérité est cruciale. Mais quelle est-elle au juste?

Poursuivons : Jean nous montre que c’est cette « onction » qui permet aux gens de demeurer dans la vérité divine. Prenez-en bien note. C’est exactement le même mot grec que vous retrouvez au verset 27. Il est très important que vous notiez ceci. Le mot grec utilisé dans ces versets est chrisma, ce qui signifie littéralement « l’attribution du Saint-Esprit; oindre, onction ».

Parlons franchement afin d’éviter tout malentendu. Lors de la conversion et du baptême – par le processus d’engendrement – Dieu oint les vrais Chrétiens de Son Saint-Esprit. Toutefois, la quantité d’Esprit n’est pas la même d’une personne à une autre, ce qui se révèle de plus en plus vrai avec le temps. Nous allons voir que cette variation est ce qui constitue la plus grande partie du problème.

Le verset 26 montre que Jean devait leur écrire comme il l’a fait. « Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent (séduisent). Voilà le problème. Certains dirigeants essayaient d’éloigner les frères de certaines parties de la vérité. C’était le défi auquel les membres avaient à faire face et dont Jean parlait. Bien entendu, il en est de même de nos jours.

Le verset 27 rend parfaitement claire la relation entre « l’onction » chrétienne par l’Esprit Saint et la rétention de la « vérité ». (Gardez en mémoire que l’onction est toujours accomplie à l’aide d’huile). Maintenant, lisez attentivement : « Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable (la vérité) et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés.

Mais comment une personne « demeure-t-elle » en Christ? La réponse à cette question est plus importante que vous ne le pensez.

La nuit précédant Sa crucifixion, Christ a dit à Ses disciples qu’Il leur enverrait le « Consolateur… l’esprit de vérité » (Jn 15 :26). Quelques versets plus loin, Il ajoute, « Quand le consolateur sera venu, l'esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité » (16 :13).

Un Chrétien ne doit « demeurer » que dans les choses que l’esprit de vérité a enseignées à l’Église, et donc à lui aussi. De toute évidence, ceci ne donne pas carte blanche à une personne de suivre à sa guise tout soi-disant « esprit de vérité » car le véritable Esprit de vérité, celui qui vient de Dieu, guidera toujours les membres vers des vérités déjà prouvées. Saisissez bien cela!

Peut-être comprenez-vous davantage ce que Jacques a écrit, « Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures » (1 :18). Bien entendu, il s’agit du saint-esprit (de vérité) qui, entrant dans un nouvel enfant de Dieu lors du baptême (Ac 2 :38), l’engendre.

Le Saint-Esprit est synonyme de la « parole de vérité » et « d’esprit de vérité ». Comprenez bien! Les trois sont la seule et même chose.

Vous pouvez maintenant mieux comprendre I Jean 2 :4 – « et la vérité n'est point en lui ». C’est une autre façon de dire que « l’Esprit de vérité » ou la « Parole de vérité » n’est pas présent dans les personnes qui n’obéissent pas à Dieu.

Je le répète pour que cela soit bien ancré : Toutes les vierges de Matthieu 25 manquaient « d’huile », de Saint-Esprit. La moitié d’entre-elles avaient tellement vu fondre leur réserve, qu’elles ne pouvaient plus guérir spirituellement. On doit donc commencer à comprendre qu’elles étaient en voie de perdre leur onction – l’huile – la Parole de véritél’Esprit de VÉRITÉ.

Nous sommes maintenant en mesure de tirer la conclusion la plus vitale de ce livre. On peut donc maintenant comprendre l’utilisation par le Christ du terme « collyre »; cela nous a été révélé. Il s’agit de l’Esprit de vérité – la « poudre Phrygienne » spirituelle!

Enlever la cause de la honte.

Nous sommes maintenant prêts à lire le verset suivant dans I Jean 2. Le verset 28 ne fait que commencer à expliquer la relation de première importance entre l’onction par l’Esprit de Dieu – c’est-à-dire, voir clairement la vérité – et la raison pour laquelle Christ a lié l’onction des yeux avec l’élimination de la « honte de [la] nudité ».

Notez ce que Jean ajoute : « Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui [Christ], afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et qu'à son avènement nous ne soyons pas confus (honteux) et éloignés de lui ».

Apparaître devant Dieu « les reins ceints par la vérité » — parce que nous avons été oints abondamment par l’Esprit de vérité — fait disparaître la condition de nudité et de honte. La racine grecque des mots « honte » et « pas confus » est la même, schune. Le sens de « pas confus » peut être correctement traduit par « pas déshonoré ». Il serait certainement déshonorant de paraître devant Dieu avec nos parties intimes exposées alors qu’on s’attend à ce que nous paraissions devant Lui dans des vêtements blancs sans taches.

Pas étonnant que Christ envoie les personnes d’une telle impudence dans la Grande Détresse, le dernier endroit où chacun — seulement la moitié — aura l’occasion de retrouver (acheter) suffisamment de caractère et de vérité (« l’or ») pour recevoir le salut.

Commencez-vous à comprendre la raison pour laquelle les gens de la septième ère, dont on constate leur peu d’intérêt pour la prière, l’étude, le jeûne et la méditation sur une base régulière, ont une réserve d’Esprit de vérité qui diminue?

Disons-le ouvertement. Vous devez « oindre vos yeux » avec beaucoup plus « d’Esprit de vérité » sinon vous ne pourrez jamais faire disparaître la « honte de votre nudité ». Nous apprendrons comment faire cela plus loin, mais vous devez reconnaître que le lien a été établi par Dieu à partir de Sa Parole, et non par mes paroles.

Si vous voulez que Christ vous redonne la vue, vous devez d’abord admettre que vous êetes aveugles. De plus, vous ne pourriez certainement pas aider quelqu’un d’autres ayant des problèmes de vision avant de soigner les vôtres.

La véritable compréhension du plan de Dieu et de Sa vérité vient de Lui. Ce ne fut que l’action de Son Saint-Esprit qui nous a ouvert les yeux lors de notre appel. Notez ce qui suit : « afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu'il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints » (Éph 1 :17-18)

Si vous êtes prêt à admettre que l’Esprit de Dieu a diminué en vous, provoquant chez-vous la perte d’une partie ou même de beaucoup de vérité, alors Dieu guérira « les yeux de votre coeur ». Il vous est possible de voir encore clairement toute la vérité que vous aviez comprise autrefois.

Rappelez-vous que l’ancienne Laodicée semblait tout avoir, sauf une bonne eau de source locale. Commencez-vous à voir le parallèle avec le peuple de Christ de cette dernière ère de l’Église?Tout comme aujourd’hui, les gens semblent être « comblés » exception faite de la chose la plus importante, suffisamment d’eau vive, d’Esprit, qui coule de leur sein spirituel (Jn 7 :37-38). Ils ont désespérément besoin d’un puissant collyre!

Aimer la vérité, et vivre selon la vérité.

Avant de conclure cette section, il est absolument vital de planter une autre graine de connaissance de I Jean 2. Elle permet de voir comment ce que vous venez d’apprendre est inséparable de la conduite chrétienne, de la justice.

Le dernier verset de I Jean 2 ajoute un autre élément au contexte et se poursuit au chapitre 3 : « Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né (engendré) de lui (v. 29). Aimer la vérité n’est pas qu’un acte intellectuel. Cela implique l’édification d’un caractère juste – pratiquer la justice – comme preuve que nous avons été engendrés par l’Esprit de Dieu. Cela signifie aimer « en actions et avec vérité » (I Jn 3 :18).

Veuillez noter que les deux premiers versets du chapitre 3, qui sont en réalité la suite du chapitre 2 (ce sont les hommes qui font les divisions), parlent de recevoir le salut et de devenir « semblable » au Christ lors de la résurrection. Et le verset 3 ajoute : « Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même [Christ] est pur ».

Au chapitre 8, nous verrons la relation spirituelle vitale et fascinante entre la justice, le processus chrétien de la purification – i.e. vivre selon la vérité – et l’état des Laodicéens.

Ce que plusieurs ne discernent plus.

En une occasion, alors que les Pharisiens et les Saduccéens vinrent éprouver le Christ en Lui demandant un signe du ciel, Il alla droit au but. Voici ce qu’Il dit : « Le soir, vous dites: Il fera beau, car le ciel est rouge; et le matin: Il y aura de l'orage aujourd'hui, car le ciel est d'un rouge sombre. Vous savez discerner l'aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps » (Matth 16 :2-3)

Ironiquement, ce verset a une application moderne. Contrairement aux Pharisiens, plusieurs de nos jours semblent pouvoir (du moins en partie) discerner les signes des temps (d’une civilisation en perte de vitesse), mais ne peuvent plus discerner la vérité. C’est tout comme si ces frères avaient perdu leur capacité à reconnaître la vérité qu’ils avaient prouvée autrefois. En ce qui les concerne, la raison pour laquelle Christ utilisait les paraboles s’est réalisée. Alors que plusieurs croient toujours comprendre les enseignements de Dieu, ils sont redevenus aveugles.

Notez ceci : « C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils n'entendent ni ne comprennent. Et pour eux s'accomplit cette prophétie d'Ésaïe: Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur coeur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse » (Matth 13 :13-15)

Il est certain que tous ceux qui se trouvaient là écoutant le Christ n’étaient pas tous aveugles ou sourds, mais étaient plutôt incapables de saisir le sens des choses qu’ils voyaient et des paroles qu’ils entendaient.

La description de Laodicée.

Lorsque M. Armstrong condamna les fausses doctrines qui étaient entrées dans l’Église dans les années 70, il faisait généralement allusion aux mêmes fausses idées qui ont cours dans les autres groupes ; mauvaise forme de gouvernement, célébration des anniversaires de naissance, utilisation du maquillage, confusion de la personne du Christ avec l’Évangile du Royaume, mariage à des non-membres, mariage inter-racial, négligence du corps brisé du Christ pour la guérison, le vote, la transgression ou l’oubli des lois divines de la dîme, relâchement concernant la tenue de Sabbat, mauvaise longueur des cheveux pour les hommes et les femmes, et bien d’autres doctrines.

En plus de ces choses, tout un bagage d’autres idées nouvelles et de faux enseignements, auxquels M. Armstrong n’aurait même pas pu penser, sont apparus parmi les différents groupes. La situation est donc bien pire aujourd’hui!

Et pourtant, tout comme ceux qui entendaient les paraboles du Christ, très peu semblent capables de percevoir ce qui se passe. Vous êtes en train de comprendre pourquoi.

Ceux qui aiment la vérité.

Un autre passage important du Nouveau Testament révèle ce que Dieu dit être en jeu pour ceux qui n’aiment pas suffisamment la vérité, qui cessent de renouveler l’esprit de vérité en eux. Pouvez-vous deviner, vous souvenir de ce dont je parle?

Dans II Thessaloniciens 2 :3, Paul prédit « l’apostasie » qui doit survenir avant le retour du Christ : « Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition… » Bien entendu, l’apostasie fait maintenant partie de l’Histoire.

Les six versets suivants du chapitre décrivent la terrible séduction opérée par l’homme du péché. Puis, le verset 10 révèle qui est entraîné par cette séduction. « …avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu [ne reçoivent pas] l'amour de la vérité pour être sauvés ». Nous avons vu que la moitié de la dernière ère de l’Église sera victime de cette dernière et terrible séduction.

Le verset 11 explique quel danger existe lorsque les gens commencent à diluer la vérité, et que leur amour pour celle-ci commence à diminuer : « Aussi, (et c’est pour cela que) Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge ». C’est ce qui arrivera à au-moins la moitié de ceux qui aujourd’hui disent : « les accidents n’arrivent qu’aux autres ».

Est-ce que votre amour pour la vérité a diminué? Avez-vous oublié ce qui attend tous ceux qui n’aiment pas la vérité? Quand avez-vous pour la dernière fois lu le verset ci-dessus? Il montre ce que Dieu va envoyer à ceux qui ne prendront pas position en faveur de la « perle de grand prix » pour laquelle ils étaient prêts autrefois à tout vendre pour l’acheter? Ces mêmes personnes étaient soi-disant prêtes à tout vendre ce qu’ils possédaient pour acheter le « trésor caché » qu’ils avaient trouvé dans un « champ ». Rappelez-vous les paraboles.

Est-il important pour vous que cette « perle de grand prix » ne soit pas ébréchée ou ternie? Est-ce toujours excitant pour vous de voir toutes les choses précieuses que l’on trouve dans le grand coffre aux « trésors cachés » de Dieu? Efforcez-vous de donner une réponse honnête à ces questions. Si vous avez rapidement répondu « oui », arrêtez-vous et répétez la question car vous n’avez même pas pris la peine d’y réfléchir.

Comprenez-vous davantage la raison pour laquelle Christ averti toujours Ses brebis par la voix de la vérité lorsqu’elles sont en danger (Jn 10 :3-5)? Rappelez-vous, Il les appelle toutes « par leur nom » parce qu’Il se préoccupe de chacune d’entre-elles. Peut-être comprenez-vous pourquoi Il dit que Ses vraies brebis connaissent sa voix … celle de la vérité) (18 :37).

Ainsi en est-il de ce livre.

Rappelez-vous que j’ai mentionné que les mots « voix de la vérité » prendraient une plus grande importance. Il devrait être évident maintenant que le principal sujet dont le Christ veut parler (à propos duquel Il voudrait donner « conseil ») avec chaque personne qui Lui ouvre la porte a trait aux vérités doctrinales et à la quantité d’Esprit de vérité qu’elle possède.

Vous devriez voir cela plus clairement maintenant. Le sermon intitulé « Aimez-vous la vérité ou seulement l’idée? » (en anglais : Do You Love the Truth or the Idea?) que vous retrouvez sur notre site Internet, permettra aux gens de voir combien ils se sont trompés eux-mêmes à ce sujet parce qu’ils sont simplement attirés intellectuellement, en amour avec une théorie ou un concept.

De plus, un grand nombre ne comprend plus la signification de ce qu’est le Corps de Christ et de l’obligation de rester attaché à la seule Source d’où ils peuvent recevoir davantage d’Esprit de vérité. Nous parlons de ce sujet au chapitre 11 et il est pleinement expliqué dans la série de sermons intitulés « The Body of Christ » et qui fait partie de l’ensemble appelé Splinter Explanation Packet dont nous avons parlé plus tôt.

Le philosophe du XIX siècle William James a déclaré que « le test ultime de ce qu’est la vérité est la conduite qu’elle dicte ou inspire ». (C’est nous qui traduisons). Combien vrai! Précédemment, nous avons parlé de ceux qui se purifient afin de recevoir le salut. Ce sont ceux qui vivent selon la vérité. Il n’est pas suffisant de seulement l’aimer, nous devons aussi en vivre! Au chapitre 8, nous étudierons attentivement ce que signifie aimer la vérité divine et en vivre!

Pour le moment, nous allons étudier Philadelphie en profondeur, l’ère moderne ainsi que l’ancienne cité.

Chapitre sept CE QUE LES PHILADELPHIENS PEUVENT VOIR

Dans un chapitre précédent, nous avons discuté du fait que les Laodicéens étaient, en fait, une colonie nudiste spirituelle, une ère complète de l’Église de Dieu constituée de gens qui se promènent nus, dévêtus.

ÊEtre totalement vêtu sous-entend porter plusieurs pièces de vêtements. Une des plus importantes de celles-ci, une dont aucun Chrétien ne peut se passer doit maintenant être présentée. C’est en quelque sorte l’entrée en matière du chapitre 7. Ce vêtement pourrait être vu comme aussi important que le vêtement extérieur que tous portent. Pierre a écrit : « … revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu … » (I Pi 5 :5-6). De la même manière, Paul dit aux Colossiens « revêtez-vous …d'humilité, de douceur… » (3 :12).

À ce point, vous avez certainement constaté la nécessité d’agir en ces temps de la fin, y compris approcher les instructions contenues dans ce livre, avec grande humilité. Il n’y a aucune autre approche qui peut vous procurer le véritable succès, i.e. être approuvé par Dieu. Sans cette qualité chrétienne élémentaire, aucun d’entre-nous ne peut espérer se voir tel que Dieu nous voit, encore moins édifier Son caractère en nous en croissant, en accumulant des victoires, en nous améliorant et en apprenant – en vivant selon- Sa vérité. Cela prend une humilité extraordinaire pour admettre que vous puissiez être aveugle, malheureux et nu, etc. spécialement lorsque vos propres sentiments semblent vous dire le contraire (Prov 14 :12, 16 :25).

Sous cet angle, qu’est-ce que les Philadelphiens voient que les Laodicéens ne voient pas? Après avoir vu ce qu’étaient les signes distinctifs des Laodicéens, voyons ce que sont ceux des Philadelphiens. Qu’est-ce que ceux de cette ère ont au juste retenu et que tous ceux de Laodicée ne peuvent plus distinguer?

L’humilité nous présente huit traits des Philadelphiens.

Nous vivons dans un monde où les gens ne s’intéressent plus aux événements internationaux comme c’était le cas autrefois. Plusieurs facteurs ont contribué à cela, en commençant par la surcharge d’informations qui a lassé l’humanité.

Christ a décrit notre époque comme un temps où « l’iniquité se sera accrue » et « l’amour du plus grand nombre se sera refroidi » (Matth 24 :12). Toutefois, Ézéchiel 9 :4 dit que Dieu demande à ce qu'on fasse une marque sur le front des hommes qui « soupirent et qui gémissent » à cause de toutes les « abominations » commises à l’échelle mondiale. De toute évidence, pour qu’un groupe entier reçoive cette marque, cela signifie qu’il reste un peuple très spécial qui ne s’est pas endurci.

Ces personnes sont des gens qui se font du souci et qui s’inquiètent!

Nous savons que L’Église, à toutes les époques, est directement influencée par la société qui l’entoure. C’était exactement le problème des membres qui vivaient dans l’ancienne Laodicée, et aussi une partie de la raison pour laquelle Christ aujourd’hui compare Son peuple (bien qu’il constitue une cité spirituelle) aux citoyens de cette ancienne ville physique. La cécité spirituelle provoque l’incapacité pour les gens de vraiment se soucier des autres ou des questions importantes. La majorité du peuple de Dieu semble avoir « perdu tout sentiment » (Éph 4 :19) envers la condition humaine, les événements ou les autres choses qui autrefois les émouvaient. Et cela inclut les doctrines qu’ils ne comprennent plus.

De pair avec ce qui précède, une génération complète, gonflée d’orgueil (l’opposé de l’humilité) a fait surface dans la société et a littéralement submergé le peuple de Dieu. Il a donc été très facile à ce dernier d’absorber cette même attitude. Même l’humilité physique normale d’il y a seulement une ou deux générations a presque totalement disparu. Le concept d’un examen personnel approfondi, fait avec humilité, n’est plus qu’un lointain souvenir.

Le Message.

Si l’on veut être un Philadelphien, on doit d’abord étudier la description que Christ fait de cette ère. Ensuite, on doit s’examiner soi-même et trouver de quelle façon on en est le reflet ou, dans cette ère de Laodicée, à quel point on s’en éloigne. Vous remarquerez qu’il y a aussi huit traits différents qu'on retrouve chez ceux de Philadelphie.

Voici la façon dont Christ les décrit dans Apocalypse 3 :7-13 : « Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira: Je connais tes oeuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises!

Avant d’étudier les sept autres caractéristiques de Philadelphie, reconnaissez que celle que Christ considère la plus importante est celle dont Il se sert pour nommer la sixième ère. C’est littéralement « l’ère de l’amour fraternel ». Nous allons voir qu’il aurait pu lui donner bien d’autres noms mais qu’il a choisi celui-ci. Nous étudierons cela en profondeur. Qu’il suffise de dire que ce nom reflète combien il est important pour Christ que Son peuple possède l’amour fraternel, alors que les autres deviennent de plus en plus las et endurcis face à l’iniquité dans laquelle vit l’humanité. Donc, un des aspects vitaux du Christianisme dont se soucient les Philadelphiens est l’amour du prochain.

C’est le premier trait descriptif de cette sixième ère.

Les deuxième et troisième traits.

Le deuxième plus important trait dont le Philadelphiens se soucient, est de retenir la vérité divine dans son ensemble. Ils savent qu’ils doivent « retenir ce qu’ils ont » à tout prix! Ils « voient » la nécessité de ne pas laisser la vérité s’échapper. De toute évidence, ils ne permettent pas que la quantité d’Esprit Saint nécessaire pour faire cela diminue. Lorsqu’ils constatent que c’est ce qui arrive, ils retournent à la Source qui est capable de le remplacer, et ils font cela fois après fois, tout au long de leur conversion.

En fait, ceci constitue un des éléments essentiels de « persévérer jusqu’à la fin » (Matth 24 :13). Ce n’est pas non plus une coïncidence si l’avertissement de persévérer suit immédiatement le texte qui dit que l’amour se refroidira (v.12). Rappelez-vous que Romains 5 :5 montre que « l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le (même) Saint Esprit », c’est-à-dire Celui de vérité.

L’amour et la vérité sont tous deux reliés à l’instruction de persévérer!

Jésus leur dit : « tu as gardé ma parole » (Apoc 3 :8). Certains utilisent ces mots comme permission pour changer les doctrines et affirmer : « Ma doctrine vient directement de Dieu, de la Bible. Je garde la parole de Dieu, et non celle de M. Armstrong ». Bien entendu, tous, y compris le pape, les apostats et tout autre dirigeant religieux ou ministre affirmera la même chose. Naturellement, il en est de même des dirigeants des autres groupes. Prétendraient-ils obtenir leurs doctrines de source extérieures à la Bible? (Rappelez-vous que M. Armstrong a déclaré que Christ établissait les doctrines par les apôtres seulement. Nous verrons cela en détail plus loin).

Alors qu’un grand nombre se considèrent Philadelphiens, il est impossible d’être Philadelphien si vous ne retenez pas CHACUNE des doctrines que nous avons apprises autrefois. Le seul fait d’ignorer ce point précis empêche toute personne de profiter de la protection au lieu de sécurité (v.10). Ce ne sera que ce groupe résolu qui sera protégé de « l'heure de la tentation » qui va frapper notre civilisation.

Le reste de Laodicée décrit dans Apocalypse 12 :17 semble connaître les principales doctrines, telles que l’obéissance aux Commandements de Dieu, mais c’est insuffisant pour satisfaire à l’ordre de Christ lorsqu’Il dit : « retiens ce que tu as ». Il considère leur différence doctrinale sérieuse. Saisissez bien ce qui suit! C’est également à cet endroit qu’Il relie le danger pour quelqu’un de perdre sa couronne (v.11). Nous parlerons de ceci d’une façon fascinante et inattendue dans le prochain chapitre.

Le verset 10 contient une troisième caractéristique des Philadelphiens. Notez la phrase « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi ». Ceci souligne le fait que les Philadelphiens reconnaissent la nécessité de poursuivre patiemment comme Christ l’a ordonné à Son peuple qui vit à la fin des temps : « par votre persévérance vous sauverez vos âmes » (Lc 21 :19).

Nous vivons à l’époque la plus impatiente de l’histoire. Les gens veulent leur récompense maintenant et la réalisation de leurs désirs à l’instant même. Suite à l’apparition de la génération du « ici et maintenant » il y a quelques décennies, il y a très peu de gens qui sont prêts à attendre patiemment quoi que ce soit. Et pourtant, toute chose de valeur requiert de la patience. Aux temps de la fin, alors que le salut même est en jeu, ce dicton est d’autant plus vrai, spirituellement. « Les bonnes choses n’arrivent qu’à ceux qui peuvent attendre! ».

« Une porte ouverte ».

La quatrième caractéristique d’un Philadelphien consiste à reconnaître que l’Œuvre doit se poursuivre – « j'ai mis devant toi une porte ouverte ».

Le vrai peuple de Dieu essaie constamment d’accomplir l’Œuvre. Leur amour fraternel est démontré en partie par leur désir d’apporter l’entière vérité à leur prochain dans toutes les nations. Matthieu 24 :14, 46 et 28 :19-20 nous montre que ces efforts se poursuivent jusqu’au moment de la Grande Détresse. M. Armstrong a toujours considéré que soutenir l’Œuvre est un minimum pour tout vrai Chrétien.

Une fois Laodicée devenue supérieure en nombre, la taille et l’étendue de l’Œuvre ne pouvaient plus être considérées de la même façon que du temps où M. Armstrong était vivant. Cela devrait être évident. Ceux qui recherche le plus « gros groupe » oublient qu’il y a eu changement d’ère. C’est une des raisons pour lesquelles je ne parlerai pas du nombre de membres de l’Église de Dieu restaurée ou de ses revenus. Ce n’est plus « notre époque » — et nous savons que la « taille », la « grosseur », « l’importance » des nombres dans l’Église ainsi que les montants des revenus travaillent plus contre les groupes qu’en leur faveur, contrairement à l’âge d’or de Philadelphie et à l’époque où le ministère de M. Armstrong était florissant. Ce sont les gros groupes qui ont un gros problème, c’est à eux d’expliquer qu’ils ne font pas partie de l’ère dominante de Laodicée.

D’un autre côté, les Laodicéens accomplissent aussi une certaine Œuvre car toutes les ères ont fait certains efforts pour proclamer l’Évangile, au-moins localement, comme M. Armstrong l’a souvent expliqué. À cause de sa taille, on devrait s’attendre à ce que Laodicée, même si elle est divisée, accomplisse une « Œuvre » plus grosse que le petit reste de Philadelphie. (Bien entendu, elle sera plus ou moins significative puisque leurs doctrines sont un mélange de vérité et d’erreur). Toutefois, je doute fortement qu’elle puisse même le faire! Le travail accompli par les efforts humains pâlira à côté de l’Œuvre réalisée par Dieu.

Saisissez bien cela!

L’ Œuvre que fait Philadelphie est étudiée plus en détail vers la fin de ce livre et encore plus en profondeur dans le livre destiné entièrement aux autres groupes et intitulé : « L’Œuvre de DIEU est-elle terminée

Voici ce que tant de personnes sont incapables de voir en ce qui concerne l’Œuvre de Dieu. Les Philadelphiens ne se considèrent pas « riches ». (Rappelez-vous le parallèle avec l’ancienne Laodicée dans Apocalypse, les mots grecs signifient richesse financière et matérielle). Comment Philadelphie pourrait-elle faire une Œuvre aussi importante que précédemment puisqu’elle ne possède pas de grandes sommes d’argent? Méfiez-vous de ceux qui se vantent de la grande taille de leur « oeuvre ».

Tous ceux qui possèdent au-moins un « oeil pour voir », même à demi fermé, ne peuvent passer à côté de cela. Pourtant, il existe une façon par laquelle les Philadelphiens compensent, même sans ressources financières.

Le zèle malgré la persécution.

Ceci nous amène directement à la cinquième caractéristique qui montre des Philadelphiens extrêmement zélés par opposition aux Laodicéens. Christ ne dit pas à la sixième ère d’être « zélée et de se repentir ». Ce groupe est animé d’une ferveur extraordinaire pour l’Œuvre et cela se voit par son incroyable productivité et la vitesse avec laquelle il l’accomplit. Tout cela est rendu possible à cause de l’abondance d’Esprit-Saint qui les guide.

Il devrait aussi être évident que leur zèle les conduit à accomplir l’Œuvre en employant le style direct et clair que M. Armstrong utilisait dans l’esprit d’Ésaïe 58 :1 et non avec le ton doucereux et ronronnant des autres groupes.

À cause de leur zèle, de leurs objectifs communs et des bénédictions déversées sur eux, (car Christ est à la tête de ce groupe très uni), ils sont tout de même capables d’accomplir bien au-delà de ce que leur taille pourrait laisser croire de prime abord.

Leur zèle est également démontré par d’autres types d’actions et de services, par leur amour et par la préservation de l’entière vérité, tel qu’expliqué ci-haut.

La sixième caractéristique des Philadelphiens est qu’ils doivent subir une terrible persécution aux mains de la « synagogue [l’Église] de Satan ». Les gens ne semblent pas comprendre qu’il n’y a pas que des Philadelphiens et des Laodicéens à la fin de l’ère, mais qu’il y a aussi de l’ivraie parmi le blé (dont une partie peut-être constituée de dirigeants). Une partie de cette ivraie, en tant que synagogue de Satan, persécute Philadelphie, tout comme elle l’a fait avec les membres des autres ères. (Rappelez-vous que Smyrne, Apoc. 2 :8-9, a aussi été décrite comme étant physiquement pauvre mais spirituellement riche et n’a reçu aucune correction de la part de Christ. Il est intéressant de noter qu’elle aussi a été persécutée par la synagogue de Satan).

L’Église de Dieu restaurée est certainement le plus grand témoignage de cette persécution. Lorsque compris correctement, la nature des attaques outrageuses, ainsi que leur grand nombre, qui ont été faites contre nous tous, et contre moi (tout comme c’était le cas pour M. Armstrong - avant et après sa mort), est en quelque sorte bien plus un témoignage en notre faveur que contre nous.

Bien que je traite de ceci dans le dernier chapitre, j’ai aussi consacré un livre entier à ce sujet intitulé « Doit-on répondre aux ACCUSATEURS? – Croyez-vous les mensonges éhontés? ».

Acceptez le fait que ce livre reçoit et recevra de l’opposition, à la fois par des tactiques de peur et par d’autres « explications » destinées à réfuter la sagesse du « conseil » que Christ donne à Son peuple. Commettant l’erreur de croire que cela ne s’applique pas à eux et manquant suffisamment d’Esprit, plusieurs affirmeront qu’il ne constitue que « l’opinion personnelle de M. Pack ». Je ne doute nullement de cela et vous ne devriez pas en douter non plus.

Le verset 9, qui parle de la « synagogue », conclue par une déclaration fascinante au sujet et à l’endroit de Philadelphie et que la majorité a négligé : « Je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé » Lisez ce passage à nouveau. C’est comme si les gens n’étaient pas capables de reconnaître les Philadelphiens pour ce qu’ils sont à moins que Dieu ne révèle Son amour pour eux. C’est comme s’ils n’étaient qu’un petit groupe, oublié ou méprisé, sans importance, et qui ne sera identifié que plus tard par Dieu devant la synagogue de Satan, le monde et Laodicée pour ce qu’il est véritablement.

Peu de puissance miraculeuse.

La septième caractéristique de la « petite » Philadelphie est reliée à sa taille et à son manque de ressources financières, discutées au point quatre. Les Philadelphiens ont peu de puissance – bien qu’ils soient forts spirituellement, ils ne possèdent pas beaucoup de puissance miraculeuse. J’ai expliqué précédemment que dans l’ÉDR nous voyons régulièrement toute une variété de miracles – ce qui est directement relié à l’autorité apostolique donnée à cette ère – mais ceux-ci ne deviennent significatifs que lorsqu’on compare leur nombre à notre petite taille. (Bien entendu, tous n’étaient pas guéris à chaque fois lorsque Philadelphie était sur la bonne voie). Donc, il est clair que des gens fidèles, ne possédant qu’un peu de puissance miraculeuse, ne peuvent être décrits ainsi à moins de n’être qu’une organisation relativement petite.

Ancrez fermement cela dans votre esprit.

Reconnaître l’autorité du Christ.

La huitième et dernière caractéristique de Philadelphie se retrouve au verset huit. « Tu n’as pas renié mon nom ». Les gens de la sixième ère comprennent la pleine signification de ceci lorsqu’ils considèrent la prestance que Dieu a donnée à l’Église alors qu’Il dirigeait Son apôtre du XX siècle, M. Herbert W. Armstrong.

Cet homme savait que la puissance de Jésus-Christ – Son autorité – Son « nom » - le soutenait dans tout ce que lui, personnellement, et l’Église accomplissait. M. Armstrong savait pertinemment que pas plus qu’une très petite fraction de ce qu’il a accompli aurait été possible si ce n’avait été de la puissance miraculeuse de Dieu (Zach 4 :6).

Tous ceux qui oubliaient cette réalité, comme c’était parfois le cas, lorsqu’on lui parlait ou tentait de le flatter au sujet de ses réalisations, ne l’oubliaient pas deux fois.

Tel que mentionné, M. Armstrong savait que Christ n’établissait la vérité dans l’Église que par les apôtres. Aucune autre fonction ne peut établir de doctrines dans l’Église par l’autorité du Christ – en son nom! M. Armstrong savait également que l’Église devait se fier entièrement à Dieu en toutes choses – et n’a jamais fait montre d’autosuffisance, ce que l’on voit si couramment chez ceux qui se plaisent à parler de Dieu (périodiquement) tout en ignorant ce qu’Il leur dit de faire!

C’est l’autorité même de Christ — exprimée par Son nom — que la synagogue de Satan (dont parle le verset 9), hait. C’est ce qui les pousse à concentrer leur persécution sur Philadelphie. Sachez qu’on pourrait écrire toute une brochure sur la seule signification de « ne pas renier le nom du Christ ».

Ce que voient les Philadelphiens.

Dans un sens général, les Philadelphiens voient la vérité, l’Œuvre de Dieu, leur prochain et eux-mêmes. Ils savent comment reconnaître l’endroit où le Gouvernement de Dieu opère. Ils sont capables de « voir » les doctrines de la seule véritable Église et du Corps de Christ et l’impossibilité pour son leadership d’être divisé. Ils n’ont pas oublié ce que nous savions tous autrefois à ce sujet. Ils « voient » que Christ ne fait pas partie de Laodicée – qu’Il ne dirige aucun des groupes où ce sont les membres et les ministres qui « règnent, jugent et décident », usurpant ainsi Son autorité. Ils « voient » qu’Il frappe à la porte et cherche à entrer (Apoc 3 :20) chez tous les individus qui veulent bien entendre et écouter Sa voix de vérité.

Luc 21 :36 donne la description de ceux qui « veillent et prient en tout temps, afin d’avoir la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront ». De toute évidence, ceux qui sont aveugles ne peuvent faire cela car il faut être capable de voir pour veiller. Mais les Philadelphiens le font continuellement car ils possèdent suffisamment de cet élément spirituel qui leur procure une pleine vision.

Tous ceux qui sont aveugles ont laissé échapper cette connaissance ou ont permis à leur esprit de devenir confus. D’un point de vue spirituel, il y a des milliers de personnes qui ne peuvent même plus distinguer ce qui leur saute au visage. Leur aveuglement à des choses autrefois si élémentaires et si fondamentales est tel qu’il n’y en aura que la moitié qui pourra récupérer et cela prendra l’épreuve terrible de la Grande Détresse pour y arriver.

Les gouvernements humains utilisent la propagande afin de propager leurs idées, bonnes ou mauvaises. D’une façon générale, les pires gouvernements utilisent davantage de propagande et cette dernière est toujours dictée par ce qu’ils veulent faire accepter.

Une très grande partie du peuple de Dieu a oublié que le plus grand propagandiste de l’univers est Satan, le diable. Il ne semble plus capable de concevoir l’énorme capacité du dieu de ce monde et de son gouvernement (II Cor 4 :4) à faire de la désinformation (Apoc 12 :9). Et pourtant, il a répandu tellement de mensonges, de médisances et de calomnies à l’encontre de M. Armstrong et de la vérité que celui-ci nous a enseignée, que les gens sont maintenant terriblement confus au sujet de choses qu’ils voyaient autrefois très clairement. Ce qui autrefois semblait être la pure vérité fait maintenant l’objet de débats et est remis en question ou même ridiculisé. (Je parle ici des survivants de l’apostasie et non des dirigeants fourbes de l’EUD et des gens ou groupes qui, à chaque occasion, vomissent des paroles sataniques à qui veut bien les entendre. On ne peut s’attendre à mieux de leur part).

Daniel a dit : « ceux qui auront de l'intelligence comprendront » ce qui se passe à la fin de l’âge (12 :10). En parlant de lui, Christ a souligné à nouveau ce point dans Matthieu 24 :15. M. Armstrong a souvent exprimé ses doutes à savoir si 90% de l’Église « comprenait ».

En résumé, les Philadelphiens « comprennent »… tout! Ils rappellent où ils ont appris la vérité (II Tim 3 :14) et ils savent exactement quoi faire pendant que « les hommes méchants et imposteurs [avancent] toujours plus dans le mal » (v. 13).

Conditionnés à faire des compromis.

Rappelez-vous le second point auquel les Philadelphiens demeurent attachés, qui en est un de la plus haute importance, le besoin de rester attaché à toute la vérité divine. Ils savent qu’ils doivent « retenir ce qu’ils ont » à tout prix!.

La majorité du peuple de Dieu vit dans des pays démocratiques. Le fonctionnement des démocraties repose presqu’exclusivement sur la capacité d’amener des gens ayant des valeurs et des points de vue différents à faire des compromis. Cela semble être la seule façon par laquelle on peut arriver à obtenir une certaine paix. Comme c’était le cas plus haut, le peuple de Dieu est aussi influencé par cet esprit de compromis que l’on retrouve partout, dans les gouvernements, les affaires, l’éducation et la société en général. C’est comme si les gens étaient conditionnés à croire qu’ils doivent « céder sur quelques points » pour s’entendre ou obtenir ce qu’ils veulent.

Ce n’est pas la façon de fonctionner de Dieu. Les Philadelphiens ne feront JAMAIS de compromis. Contrairement à tant d’autres dans les derniers jours, (II Tim 3 :1, 4 :3), ils supportent continuellement la saine doctrine. Ils refusent de croire à des fables, quelles qu’elles soient!

Réfléchissez au mot compromis. Il est composé de deux parties; « com » qui signifie « avec » et « promis » ou promesse. Ceux qui font des compromis tentent d’ajuster une nouvelle position à une ancienne promesse qu’ils ont faite, dans le cas présent, qui a été faite à Dieu!

Perpétuerez-vous un tel modèle?

Pour ceux qui ont des « yeux pour voir » et des « oreilles pour entendre », cela montre les changements de doctrines sous un jour très différent.

Voici quelques citations de M. Armstrong sur la façon dont il voyait les compromis avec les doctrines. La première a déjà été mentionnée plus haut.

« Il est toujours vrai que deux hommes ne peuvent marcher ensemble sans en être convenus. Je suis d’accord avec Dieu et avec Christ, le chef de l’Église. Je ne diluerai jamais la vérité qu’Il m’a révélée, ni ne ferai de compromis. Nous devrons tous être d’accord avec Dieu et Christ, SON Fils, si nous voulons marcher avec eux jusque dans le Royaume de Dieu ».

« Reports About Garner Ted False », WN, 6 mars 1981.

« Il y a de cela quarante-trois ans, Christ me confia Sa grande commission.

Mais pendant ces 43 années, on m’a souvent pressé de faire des compromis – juste un petit peu – avec la vérité divine.

Il m’a confié Sa précieuse vérité.

Honnêtement, qu’en pensez-vous?

Serait-il correct de faire des compromis, ‘juste un peu’, sur certains ‘points mineurs, sans importance?’ Spécialement sur ceux qui nous font paraître « fous » aux yeux du monde.

Quoiqu’il en soit, si nous commençons le moindrement à faire des compromis avec la vérité divine, même de façon minime, nous permettons à Satan de mettre le pied dans la porte de l’Église et bientôt il ouvrira la porte toute grande (il est plus fort que nous) et il s’emparera de toute l’Église.

Un peu de levain fait lever toute la pâte!… J’ai reçu la charge de conserver intacte la parole de Dieu. De la garder inviolée – sans compromis! je n’ai jamais fait de compromis avec la vérité divine – peu importe ce que cela aurait pu me coûter. Et je n’en ferai jamais!

Tout comme Israël possède une petite population et des moyens financiers limités, l’Église de Dieu est aussi petite en nombre et en popularité parmi les Églises et autres organisations religieuses du monde. Toutefois Israël tient ferme et seule parmi les nations de ce monde avec la détermination de ne pas céder un centimètre face aux méthodes et aux demandes outrageuses des terroristes.

Satan est le terroriste par excellence. Il hait la Parole sainte et sacrée de Dieu.

Je changerai à chaque fois qu’on prouvera une erreur. J’accepterai de nouvelles vérités à chaque fois qu’on pourra me prouver, à moi ou à l’Église que c’est une nouvelle vérité. Mais je ne ferai jamais de compromis avec la vérité. Je ne l’ai jamais fait!

Je ne ferai aucun compromis, même pas un petit. »

« Personal » GN, décembre 1976

« Pourquoi les différents segments de la « Chrétienté » parlent-ils de s’unir? POURQUOI est-il possible pour eux de parler de faire des ouvertures vers des compromis?

Et puis, ne serait-il pas bien qu’ils s’unissent tous ensemble? Pourquoi la Chrétienté devrait-elle être divisée?

Le deuxième concile oecuménique du Vatican ouvre plusieurs portes aux Prostestants ainsi qu’aux Églises orthodoxes de l’Est. Ils adoptent même un ton conciliant envers les Juifs. Récemment, le pape Paul VI a affirmé au monde chrétien non-catholique de son intention de libérer le chemin des obstacles empêchant « l’unité chrétienne ».

La grande question est POURQUOI un tel compromis est-il possible?

Pouvez-vous imaginer Jésus-Christ faisant des compromis et s’unissant aux Pharisiens?

Est-ce que les centaines de sectes en désaccord et d’origine différentes et qui se disent « chrétiennes » ont reçu leurs différentes croyances de la meme source? Bien sûr que non!

À ce point, nous devrions commencer à voir la réponse à la question : comment tous ces groupes religieux peuvent-ils faire des compromis et s’unir? Leurs croyances, leurs coutumes, sont des inventions humaines. En réalité, ils n’ont pas reçu leurs croyances du véritable Dieu vivant, ou de Sa Parole, la Bible. Leurs religions sont d’origine humaine. Les humains se sentent donc libres de modifier ou de changer leurs propres croyances et coutumes.

Nous devrions donc comprendre comment ceux qui, comme l’Église catholique romaine rejettent la Bible en tant qu’autorité suprême, s’installant eux-mêmes, en tant qu’église, au-dessus de cette autorité suprême… nous devrions donc comprendre pourquoi ils peuvent faire des compromis et s’unir.

Puisque [la seule véritable Église] est dirigée et guidée par le Dieu vivant, dont la Parole entend ce qu’elle dit, elle ne peut donc pas faire de compromis ou s’unir aux autres Églises de ce monde. »

« Personal », PT, décembre 1964

Tous les membres de l’Église vivent dans un monde qui est littéralement rempli de l’esprit de compromis. Il n’y a aucune limite à ce que Satan, le monde et la nature humaine feront afin de pousser le peuple de Dieu à faire des compromis avec la vérité, la loi et les principes bibliques. Alors que certains acceptent encore plus ou moins cette vérité au sujet du péché — bien qu’à un moindre degré qu’autrefois — il y en a plusieurs qui n’ont pas pleinement réalisé l’importance de ne pas faire de compromis avec les véritables doctrines en cette fin des temps.

M. Armstrong a enseigné à l’Église de Dieu à ne pas faire de compromis – à retenir ce qu’elle a – et une des doctrines qu’il a enseignée était celle qui dit que les vérités doctrinales n’entrent dans l’Église que par les apôtres. Vous devez réaliser que cette vérité doit d’abord être rejetée avant que tout autre puisse être renversée.

Pratiquez-vous à répéter les paroles de M. Armstrong : « Je n’ai JAMAIS fait de compromis avec la VÉRITÉ divine et quels que soient le coût ou les circonstances, je n’en ferai jamais! » et « je ne ferai jamais de compromis, même de petits. »

Je me suis moi-même pratiqué à répéter périodiquement ces paroles pendant des années. Bien que je ne l’aie fait qu’imparfaitement, cela m’a bien servi.

II Pierre 3 :18 – le grand malentendu!

L’apostasie aurait dû nous apprendre qu’il y a des douzaines de façons que les apostats ont utilisées pour séduire l’Église et l’entraîner vers des centaines de fausses doctrines. J’ai fait une liste de 43 de ces astuces et stratagèmes dès le début de mon livre intitulé : « Puis survint l’apostasie »

Quelques-uns de ces trucs sont utilisés par les différents groupes avec encore plus d’habileté que par les dirigeants apostats de l’EUD. Le plus populaire, et de loin le plus efficace de ces trucs, consiste en l’utilisation frauduleuse de II Pi 3 :18 : « Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ». Cela est souvent résumé par : « Nous devons croître dans la connaissance ». Ceux qui font appel à ce passage ont presque toujours en tête les doctrines.

Ce verset NE PARLE PAS des doctrines, mais bien de connaissance – et c’est bien le mot grec qui est utilisé! Un simple coup d’oeil nous révèle cela. Le mot utilisé pour « connaissance » est gnosis, qui signifie « savoir, par implication, connaissance ». Ce n’est pas difficile à comprendre. Tout le monde acquiert une certaine connaissance (gnosis) à chaque jour de sa vie. Bien entendu, la « connaissance de Jésus-Christ » est la connaissance la plus importante à acquérir. Toutefois ce passage parle bien de « connaissance » et non de « doctrine ».

À l’inverse, le mot grec pour « doctrine » qui se retrouve des dizaines de fois dans le Nouveau Testament (tout comme « connaissance »), est didache. Ce mot signifie « instruction (l’action ou la chose), doctrine (ce qui a déjà été enseigné) ». Remarquez bien les mots « déjà été enseigné ».

Je le répète, le mot grec pour « doctrine » (didache) est totalement différent de celui de connaissance (gnosis). Je ne peux le souligner suffisamment. Il existe une différence très nette entre connaissance et doctrine.

Je vous en prie, pour votre propre bien, saisissez bien ceci!

Chacune des épîtres de Pierre fait partie des « épîtres générales ». En fait elles sont des lettres destinées à tous les membres de l’Église à travers les âges. Alors, essayez d’imaginer Dieu inspirant Pierre à dire à chaque individu, de toutes les époques et partout, de croître dans les doctrines au moyen de ce qui devrait normalement être leur étude biblique personnelle.

C’est une idée absolument ridicule. Ce serait de plus la façon la plus sûre de provoquer la confusion et le chaos le plus total – sans mentionner la division – dans toute l’Église et à chacune des ères! Et pourtant, cela constitue la prémisse sur laquelle s’appuient plusieurs docteurs incompétents pour justifier leur abandon de la vérité pour l’erreur et s’éloigner de ce « qui a déjà été enseigné ». Tout comme ce fut le cas pour les apostats, chaque dirigeant des autres groupes présentent de façon routinière des hérésies sous prétexte de « croître dans la connaissance ».

Ne voulant pas sembler inflexibles ou réfractaires à la croissance, la majorité de leurs membres avalent avidement ligne et hameçon.

Ne vous laisser pas tromper! Toute personne qui ignore la Bible au point de confondre didache et gnosis n’est certainement pas apte à vous enseigner la vérité sur quoi que ce soit, point à la ligne! Ces personnes doivent d’abord croître dans la connaissance du mot « connaissance ». Ensuite elles doivent prendre le temps de prouver et de retenir les véritables doctrines, ce qu’elles n’ont de toute évidence pas fait.

M. Armstrong a répété à nombre de reprises aux nouvelles personnes qui apprenaient la vérité pour la première fois, « d’examiner (prouver) toutes choses et de retenir ce qui est bon ». Apparemment, il n’y en a que quelques-unes qui ont pris la peine de prouver toutes les doctrines divines. Et il semblerait que la grande majorité de l’Église ne l’a jamais fait non plus.

Mais il existe un groupe mitoyen constitué de ceux qui semblent avoir « prouvé certaines choses » ne leur permettant de « retenir qu’une partie de ce qui est bon ». Ces personnes se sont enfermées dans un véritable dilemme. Elles sont insuffisamment préparées pour résister aux arguments de ceux qui veulent les « entraîner par « des fables ». Il est alors facile de rationaliser leur faible compréhension doctrinale en affirmant simplement : « Oh! M. Armstrong a changé les doctrines, alors je ne fais que croître dans la connaissance ». La réalité est que ces personnes ont tout simplement exposé davantage leurs « parties intimes ».

Incroyable! En fait, elles se sont débarrassées de leurs sous-vêtements et ont déclaré qu’elles paraissent mieux ainsi. Quel aveuglement!

Voici quelque chose d’encore plus ironique au sujet de ces personnes. Elles parlent souvent comme si elles s’étaient dégagées de la compréhension plutôt « primitive » (certains diront « simpliste »), qui « était bonne pour l’époque de M. Armstrong ». Imaginez le culot — et le degré d’arrogance — de personnes sans gêne qui se promènent nues et affirment qu’elles ont dépassé M. Armstrong?

Disons les choses autrement. Vous ne pouvez « croître dans la connaissance » des choses que vous avez déjà prouvées! Cela est littéralement impossible à faire.

Une preuve est une PREUVE!

Il est évident qu’un grand nombre de personnes n’ont jamais pleinement prouvé la vérité. En conséquence, en plus d’avoir un bas niveau d’Esprit-Saint, elles affirment paresseusement que leur « croissance » leur permet de voir de « nouvelles vérités », alors qu’en réalité elles s’avancent plus profondément dans l’erreur.

Je le répète, vous ne pouvez croître au-delà de ce que vous avez prouvé. Je le redis : Vous ne pouvez croître au-delà des choses que vous avez vraiment prouvées!

Ceux qui acceptent de faux enseignements et les appellent « croissance » ne font que claironner qu’ils n’ont jamais réellement recherché et prouver les choses qu’ils rejettent aujourd’hui. Ils se vantent littéralement de n’avoir jamais cru Dieu ni M. Armstrong – de son vivant – en ce qui concerne I Thessaloniciens 5 :21 et Romains 12 :2.

Combien feraient ce que disent ces versets s’ils voyaient leurs actions sous cet éclairage?

Une ignorance épouvantable.

Permettez-moi un commentaire. J’ai été renversé par l’ignorance biblique de plusieurs personnes que j’avais considérées comme des géants dans la foi. Les circonstances m’ont obligé à réaliser cela. On aurait dit que certains pouvaient à peine trouver le livre de Matthieu, alors imaginez résister aux fausses doctrines.

Croyez-moi! Je me suis assis aux côtés d’évangélistes et de pasteurs seniors qui avaient pratiquement l’air d’illettrés bibliques. Certains n’ouvraient leur Bible qu’à l’occasion, lorsqu’ils l’apportaient aux réunions. Je ne dis pas cela pour les rabaisser mais pour souligner que Christ a dit « vous les reconnaîtrez à leurs fruits ».

Ne craignez pas d’utiliser la déclaration du Christ à cet égard!

Malheureusement, certains de ces hommes ont appris à répéter les paroles de M. Armstrong sans apparemment construire leurs maisons sur le roc que constituent les paroles de Christ et que M. Armstrong leur avait enseignées. Il n’est donc pas étonnant que tant d’entre-eux aient failli à leurs responsabilités en n’obéissant pas à Tite 1 :9 qui fait partie des qualifications nécessaires au ministère : « …attaché à la vraie parole telle qu'elle a été enseignée, afin d'être capable d'exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs » et, j’ajouterai, de sauver beaucoup de gens des griffes de dirigeants peu scrupuleux à la poursuite d’un programme doctrinal personnel.

Paul nous a prévenu contre les ministres qui se conduisent de façon « honteuse » et qui altèrent la parole de Dieu de façon « astucieuse » (II Cor 4 :2) parce que, tout comme leurs élèves prêts à les croire, « ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité », (II Thess 2 :10).

Les véritables serviteurs et ministres de Dieu n’agissent jamais de cette façon quelles que soient les circonstances. Ils n’utilisent jamais les Écritures à leur avantage.

Dans la majeure partie des cas, si l’on est suffisamment entraîné et fondé dans la vérité biblique, il est relativement facile de déceler la logique trompeuse appliquée à un verset et d’en fournir la bonne explication.

Demandez-vous maintenant : Mon pasteur a-t-il cherché à me protéger des contradicteurs? Dans le MYSTÈRE DES SIÈCLES, M. Armstrong a écrit : « C’est le devoir des véritables ministres de Christ (et combien ils sont rares aujourd’hui) de protéger les saints engendrés mais encore à naître, des fausses doctrines et des faux ministres.

Il est de mon devoir d’obéir à cela et ce livre remplit en partie cette responsabilité.

Je vous exhorte à reconnaître que II Pierre 3 :18 est devenu la bannière (pour ne pas dire la ruse) grâce à laquelle les fausses doctrines sont introduites. Bien que nous devrions tous vouloir croître continuellement dans la « connaissance de Jésus-Christ », ce verset est devenu une excuse permettant de faire passer l’enseignement de fausses doctrines pour de la « croissance ».

Assurez-vous de bien comprendre ce qui suit. Tout ministre vous dira sûrement qu’il espère que ses sermons ont apporté à ses auditeurs plus de connaissances – que les gens ont pu retourner chez-eux ayant compris de nouvelles facettes des doctrines déjà établies, selon un angle nouveau. C’est certainement ce que je souhaite. Il est normal qu’il en soit ainsi.

Faites l’expérience suivante. La prochaine fois que vous entendrez votre pasteur donner un sermon de base, demandez-lui s’il incluait de nouvelles doctrines. Presqu’invariablement, il vous répondra, « Non! ». Ensuite demandez-lui s’il souhaite que l’Église ait acquis de nouvelles connaissances. Il va certainement répondre « Oui! ». Ensuite vous pourrez lui demander respectueusement quelle est la différence entre les deux.

Croître dans la connaissance n’a jamais été équivalent de changer les doctrines, à moins qu’un apôtre vivant guide le processus. Je mets au défi tout membre ou ministre de trouver l’endroit où M. Armstrong ou la Bible a dit le contraire.

Un coup d’oeil à l’ancienne Philadelphie.

Le sujet de Philadelphie, tout comme Laodicée, ne serait pas complet sans l’examen de l’ancienne cité. Bien que géographiquement près de Laodicée, Philadelphie constituait un milieu de vie très différent de celle-ci.

Comme c’était le cas de la cité de Laodicée, il existe des parallèles fascinants entre l’ancienne Philadelphie et les frères de cette époque moderne. Même une comparaison sommaire permet de nous rendre à l’évidence. L’Histoire nous procure une image inspirante remplie de signification spirituelle.

Cette cité tire son nom de son fondateur, Attalus Philadelphe II, roi de Pergame (159 – 138 av. J.-C.). Le roi Attalus s’est vu attribué le nom de Philadelphe à cause de l’amour qu’il avait envers son frère ainsi qu’à cause de sa réputation de loyauté et d’honnêteté. Il était loin de se douter ce que le nom qu’il avait choisi pour la ville signifierait dans l’histoire de l’Église de Dieu.

On dit souvent que les villes ont leur propre « personnalité », New York, Los Angeles, Londres, Paris, Rome etc. Lorsque Christ a inspiré l’apôtre Jean à écrire le livre de l’Apocalypse, la ville de Philadelphie avait environ 250 ans. Sa personnalité était déjà bien établie et, lorsqu’Il l’a comparée aux frères fidèles de l’ère de l’Église du XX siècle, Il connaissait déjà très bien la « personnalité » de la cité.

Il est intéressant de noter que Philadelphie est située à une altitude quelque peu supérieure à celle des six autres villes « ères » que l’on retrouve sur la même route postale et commerciale. Elle était également au-dessus de toutes les autres villes environnantes. À cause de cette position stratégique, elle devint une ville fortifiée puissante.

La comparaison est claire et c’est quelque chose que j’ai pu constater personnellement. Les Philadelphiens spirituels contemporains sont devenus le type d’une forteresse parmi leurs frères. Ils possèdent une détermination indestructible et une volonté ferme de ne jamais faire de compromis. De plus, ils ont une vue plus nette de la situation. Ils sont dans une cité qui ne peut être vaincue et qui, contrairement à celle des Laodicéens, existera au retour du Christ.

Communications, eau et gouvernement.

Alors que la riche Laodicée était un centre bancaire, il est intéressant de noter que Philadelphie, bien que moins prospère, était considérée comme un lien de communication vital pour les autres villes situées sur la même route commerciale (et qui ont donné leurs noms aux différentes ères). Ce parallèle des « communications » entre ce qu’était autrefois Philadelphie et ce qu’elle est encore aujourd’hui est évident par lui-même.

Le ministère de M. Armstrong a été sans conteste la « communication spirituelle » la plus importante que le monde ait jamais connue. Son prolongement au XXI siècle continue de produire une énorme quantité de matériel selon le même esprit qu’au moment où cette ère était à son zénith. L’accessibilité à la technologie moderne d’Internet et le volume des publications en sont une preuve.

Contrairement à l’eau tiède de Laodicée, celle de Philadelphie était abondante à cause de la rivière Méandres (ou Cogamus) qui coulait au nord, au bas de la colline sur laquelle était construite la ville. (Le mot méandres provient du nom de cette rivière). Cette colline surplombait aussi la vallée de la rivière Hermus. La Méandre était un affluent de l’Hermus près de Philadelphie. Ces rivières procuraient à la ville une quantité abondante d’eau fraîche. Le chapitre suivant va illustrer un parallèle incroyable entre les réserves d’eau de l’ancienne Philadelphie et les réserves « d’eau » de celle de l’ère moderne.

Au chapitre quatre, nous avons mentionné que la démocratie était la forme de gouvernement de l’ancienne Laodicée, le peuple ayant le contrôle politique ultime. Philadelphie était différente en ce qu’elle était gouvernée par ce qui en vint à être surnommé une forme de « culte impérial », ce qui est un parallèle fascinant si l’on considère comment certains considéraient M. Armstrong. Il est des plus intéressant de constater que le peuple de Philadelphie préférait avoir un homme, un monarque bienveillant, qui gouverne la ville plutôt que de pratiquer la démocratie. Leur forme de gouvernement a, semble-t-il, duré plusieurs décennies.

Nous verrons plus loin un autre parallèle fascinant entre la forme de gouvernement qui été restauré chez les frères de l’ère moderne qui perpétue le nom de Philadelphie. C’est un enseignement qu’ils n’ont pas oublié.

Une histoire de tremblements de terre.

Une des parties les plus fascinantes de l’histoire de Philadelphie a à voir avec les tremblements de terre qu’elle a subis. La plupart de ceux-ci ont d’ailleurs pratiquement détruit la ville. Le pire fut celui de l’an 17. À chaque occasion et pendant des générations, la ville fut reconstruite démontrant l’esprit indomptable de ses citoyens. Par contre, ces séismes ont rendu les habitants plus prudents, les poussant à vivre près des limites de la ville par crainte des répliques ou d’autres tremblements de terre.

Alors que la Laodicée auto-suffisante refusa l’aide de Rome après son premier grand tremblement de terre, les Philadelphiens furent prêts à accepter de l’aide de l’empereur Tibère. À cause de leur immense gratitude, ils renommèrent Philadelphie Neocaesarea, ou « Nouvelle Césarée ».

Les comparaisons ici sont évidentes. Les Philadelphiens modernes ont subi de nombreux tremblements de terre spirituels, mais ils n’ont jamais abandonné. La complète destruction de l’Église Universelle de Dieu, en tant qu’Église de Dieu, est un bon parallèle avec le séisme de l’an 17, mais l’ancienne ville et les frères de l’Église de nos jours ont aussi connu d’autres séismes.

Il est également intéressant de noter que les citoyens de l’ancienne cité, à cause de ces tremblements de terre fréquents, se précipitaient hors de la ville au moindre signe de secousse, cela parce qu’ils étaient adaptés à l’environnement dans lequel ils avaient choisi de vivre.

Strabo, le réputé historien grec a dit : « Philadelphie ne possèdent pas de murs solides, mais ils tombent et chancèlent quotidiennement dans une direction ou l’autre » (Partout, c’est nous qui traduisons). On rapporte qu’il avait des doutes sur la santé mentale de ses citoyens parce qu’ils tenaient constamment à y retourner et à reconstruire. Ils étaient prêts à vivre dans des huttes aux abords de la ville plutôt que d’abandonner et aller vivre ailleurs. De toute évidence, le maintien d’une apparence de richesse et de prospérité n’avait que peu de signification pour ces personnes.

De plus, contrairement à Laodicée, Philadelphie s’est toujours remise des séismes qui l’ont frappée à travers les siècles. En réalité., Philadelphie existe toujours aujourd’hui. Et pourtant, la longue expérience des tremblements de terre dans la région a vu la destruction permanente d’au-moins dix villes des alentours.

L’historien Edward Gibbon a écrit : « Parmi toutes les colonies grecques et les églises d’Asie, Philadelphie est toujours dressée, comme une colonne dans un amoncellement de ruines » (Smith’s Bible Dictionary, p. 509). Le fait qu’il fasse référence aux restes archéologiques plus significatifs (que ceux de Laodicée) de l’ancienne Philadelphie, se tenant érigée comme une « colonne », trouvera toute sa signification sous peu.

Ville fortifiée défendant ses croyances et sa liberté.

Gibbon poursuit en décrivant la ténacité extraordinaire des habitants de la ville : « Éloignée de la mer, oubliée par l’empereur (grec), submergée par les Turcs, ses vaillants citoyens ont défendu leur religion et leur liberté pendant plus de quatre-vingts ans (ibid).

Voilà un parallèle très fort avec notre ère moderne. Au fur et à mesure que nous avancerons dans le livre, il deviendra de plus en plus clair que, même entourés par des ennemis, les Philadelphiens modernes, tout comme leur contrepartie d’antan, luttent pour conserver ce en quoi ils croient. Ils comprennent ce que signifie défendre (Phil 1 :16, 27-28) ce qu’ils ont reçu – leur « religion (croyances) et leur liberté ».

Mais la religion et la liberté pour un Chrétien revient au même. Voici la façon dont le Christ définit la véritable liberté, ce qui est le coeur de la véritable religion : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jn 8 :31-32).

Ceux qui connaissent en profondeur l’entière vérité réalisent que c’est la seule vraie façon d’être totalement libre – de l’esclavage de Satan, de la nature humaine, du monde, de la confusion, de l’amende du péché (et de ses conséquences), de la souffrance inutile et de bien plus.

Une ville à cinq noms.

Il est intéressant de lire l’histoire des changements de noms de Philadelphie. D’abord une cité romaine pendant 15 siècles, elle tomba aux mains des Turcs en 1392 qui la renommèrent Allah-Sheher, ou « cité de Dieu ». Ceci est en soi intéressant car elle porte toujours le même nom, et Dieu conduit toujours sa contrepartie moderne.

Toutefois, en plus de Philadelphie, Neocaesarea et Allah-Sheher, la ville prolongea son nom en celui de Philadelphia Flavia au I siècle ap. J.-C. Environ 2 siècles plus tard, on lui donna le nom de « Petite Athène », à cause de sa grande idolâtrie. Le parallèle avec l’EUD est fascinant.

La promesse du Christ, dans Apocalypse 3 :12, de donner aux Philadelphiens spirituels un nouveau nom prend une signification nouvelle : « … j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu ». Un autre nom, voilà ce que les Philadelphiens doivent s’attendre à recevoir pour l’éternité. Comme la ville a déjà reçu au-moins quatre noms différents (cinq au total), la raison pour laquelle Christ fait une telle promesse est évidente.

Une ère de piliers.

Gibbon a parlé de « colonne dans un amoncellement de ruines ». Ceci est aussi intéressant car Christ décrit les Philadelphiens comme des « colonnes dans le temple » et dit « il n'en sortira plus » (Apoc 3 :12). Nous avons vu que les Philadelphiens ont dû « sortir » plusieurs fois – de leur ancienne cité, et des organisations des temps modernes où ils étaient, en commençant par M. Armstrong lui-même, afin de sauver leurs vies.

Il est aussi intéressant de noter qu’il existe toujours beaucoup plus de ruines de l’ancienne Philadelphie qu’il n’y en a de Laodicée. Une de ces ruines est constituée par 4 gros piliers de marbre qui ont survécu à tous les tremblements de terre. Ils sont un témoignage extraordinaire de la force et de la persévérance des piliers spirituels modernes à l’intérieur de Philadelphie.

Ce point, jumelé à la référence de Christ qu’ils deviendront des colonnes dans le Temple de Dieu, sont les raisons pour lesquelles le magazine de l’ÉDR écrit pour les membres de l’Église dans l’esprit de l’ancienne publication Good News, est appelé The PILLAR of the Truth (appelé plus communément The PILLAR ). Autre point d’intérêt. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons choisi de placer le dessin d’un pilier du côté gauche de tous nos livres destinés aux autres groupes et groupuscules, (voyez la couverture de ce livre), en plus de notre sceau sur lequel on retrouve les deux énormes piliers du temple de Salomon (Jachin, qui signifie « établi » et Boaz, qui signifie « force »).

Combien de personnes choisiront éventuellement de devenir aujourd’hui des piliers de la voie divine dans un monde couvert de « ruines spirituelles », d’abord de l’EUD puis, des autres groupes qui l’ont quitté? Sous cet éclairage, vous devez admettre que la population de l’ancienne Philadelphie n’a jamais été très populeuse. Malgré son âge, plus de vingt et un siècles, il n’y a toujours pas plus de 40 à 45,000 habitants. Mais, point encore plus intéressant, après être demeurée petite pendant 2100 ans jusqu’au début du XX siècle, la population de la ville a soudainement doublé jusqu’au niveau actuel (bien que toujours petite),

Pas besoin d’expliquer cette comparaison avec notre temps ou celle de la naissance de l’ère de Philadelphie.

Une autre partie de la citation de Gibbon doit être mentionnée. Apparemment, les Philadelphiens n’étaient pas considérés comme des fauteurs de trouble, ils étaient en quelque sorte « oubliés par l’empereur ». À un certain moment, on leur permit de pratiquer leur religion sans obstruction pendant plus de 80 ans. Cela peut-il aussi être un parallèle avec le fait que cette ère sera oubliée par les autorités (et par la majorité des Laodicéens) jusqu’au moment où Dieu décidera de la mettre en sécurité. Car, il est possible que ces membres soient expulsés par les gouvernements des pays où ils résident.

Cela demandera certainement une foi extraordinaire si l’on veut pouvoir voir la façon dont Dieu S’y prendra pour réaliser tout cela.

Chapitre huit ETRE APPROUVÉ PAR DIEU

Bien que la majorité ne l’ait jamais considéré exactement sous cet angle, la mission ultime d’un Chrétien est de développer toutes les qualités qui lui apporteront l’approbation de Dieu pour qu’il puisse hériter le Royaume de Dieu.

En réalité, il existe dans la parole de Dieu un certain « sceau d’approbation » que tout Chrétien DOIT obtenir. Ce sont certaines actions spécifiques de la part de ces personnes qui leur conféreront cette approbation. Parce que Dieu ne fait pas de favoritisme, il n’y a donc aucune exception à cela. Sans ces actions tout Chrétien, quelle que soit sa sincérité, ne peut espérer le salut.

Réfléchissez un instant. Dans le contexte de la famine à venir, des bêtes féroces, de la guerre et des épidémies prédites contre l’Israël moderne, Ézéchiel a écrit : « … et qu'il y eût au milieu de lui ces trois hommes, Noé, Daniel et Job, ils sauveraient leur âme par leur justice… » (14 :14). Le verset 16 réitère, « et qu'il y eût au milieu de lui ces trois hommes, je suis vivant! dit le Seigneur, l'Éternel, ils ne sauveraient ni fils ni filles, eux seuls seraient sauvés ». Les versets 17 à 21 répètent presque mot pour mot la même chose afin de bien en souligner l’importance. Pour ceux qui font encore attention à ce genre d’avertissements directs, répétés si souvent autrefois, il y a de quoi à être effrayé.

Les instructions divines ont toujours été de « travaille[r] à votre salut » (Phil 2 :12). La majorité connaît bien ce passage, mais ne semble pas considérer qu’il s’adresse à eux personnellement comme Dieu le prévoyait. Pour plusieurs, il est grand temps que cela change, et vite.

Un sondage surprenant.

Depuis que je suis dans le ministère, j’ai travaillé avec plus de 10,000 membres. ÊEtre en contact avec tant de gens m’a permis de prendre la température spirituelle du peuple de Dieu. Permettez-moi de vous en donner un exemple.

Dans chacun de mes pastorats, depuis le début des années 70, je demandais aux membres de l’Église de répondre de façon anonyme (sur une carte 3 x 5) à cinq questions très simples au sujet de la fréquence de leurs prières, de leur étude et de leur jeûne.

Les réponses étaient toujours navrantes. 20% ne retournaient même pas leur carte, sans doute parce que leurs réponses n’étaient bonnes. Certains d’entre-eux étaient même ouvertement offensés que je puisse leur demander une telle chose. Étonnamment, un autre 20% admettait qu’il était pratiquement à zéro dans toutes les catégories. Un autre 20% priait et étudiait 5 à 10 minutes par jour, pour les jours où ce n’était pas zéro pour eux aussi! En général, un quatrième groupe priait suffisamment, mais n’étudiait pas assez et jeûnait rarement entre les Jours des Expiations. Le dernier 20% (qui correspond à peu près à ceux qui ont échappé à l’apostasie) priait et étudiait près de 30 minutes la plupart des jours. Toutefois, seulement 2 à 3 % du total atteignait ou dépassait ces chiffres chaque jour dans les deux catégories, et jeûnait de façon régulière.

Doit-on s’étonner que 80% n’ait pas survécu à l’apostasie?Je savais dès la fin des années 70 et le début des années 80, suite à la période libérale, que la majorité n’avait jamais retrouvé le zèle qu’ils avaient peut-être eu autrefois et que la majorité allait avoir de sérieuses difficultés. Bien que je n’aie jamais prévu toute l’ampleur de ces troubles, j’ai pu constater le peu d’utilisation des outils de base du Chrétien, outils absolument nécessaires à la croissance spirituelle.

Pendant cette même période, je commençai à contrôler ce que j’appellerais « la disparition de l’auto-examen » (The Disappearance of Self-examination). Vous retrouverez un sermon portant ce titre sur notre site Internet qui décrit en détail de ce dont il s’agit.

Tout cela constitue la toile de fond qui permettra l’examen de connaissances fascinantes que tout véritable Chrétien aujourd’hui doit avoir l’occasion d’étudier. Ceux qui comprendront ce que nous allons maintenant couvrir pourront constater qu’il s’agit de la seule issue hors du tunnel de l’aveuglement vers la lumière spirituelle qui luit à son extrémité.

Dans ce chapitre, nous arpenterons le corridor pas à pas, passage par passage afin que vous connaissiez parfaitement le sentier qui mène hors de la cécité et que vous appreniez ce que Christ voulait dire par « … oindre tes yeux, afin que tu voies ».

Saisissez bien ce qui suit. L’importance du chapitre ne peut être surévaluée. Vous ne devez passer à côté d’aucune étape. Que Dieu vous aide à comprendre l’énorme importance de ce que vous allez maintenant apprendre!

La Parole de Dieu est une lampe.

Proverbes 6 :23 dit : « Car le précepte est une lampe, et l'enseignement (la loi) une lumière ». Le mot hébreu pour « enseignement » est torah, qui signifie littéralement « amener à voir la lumière ». Nous sommes tous familiers avec les mots « voir la lumière », mais probablement très peu réalisent qu’ils sont tirés directement du mot « loi ».

Les psaumes vont plus loin dans Ps 119 :105; « Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier ». Lorsque considérés ensemble, on ne peut se tromper sur la façon dont Dieu veut que Sa Parole soit utilisée dans nos vies.

Un passage du Nouveau Testament développe encore plus cette identité. Il décrit d’une façon différente la Parole de Dieu. Il dit : « ta parole est la vérité» (Jn 17 :17). Ici encore, lorsque considérés ensemble, la Parole de Dieu, la Bible, se révèle être une lampe de lumière, décrite également comme la vérité. Avant de poursuivre, je vous exhorte à vous arrêter et à réfléchir à ce que vous venez de lire.

Une des choses que les aveugles ne voient pas est la lumière. Leur monde est d’un noir profond.

Jean nous donne un excellent aperçu de la tendance de notre nature humaine à choisir les ténèbres au lieu de la lumière et de la raison pour laquelle il en est ainsi. Lisez les versets suivants, et croyez-les : « Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu » (3 :19-21).

Plusieurs points se dégagent de ce passage. D’abord, rappelez-vous que nous parlons de ceux qui vivent selon la vérité autant que de ceux qui l’aiment. Les deux sont essentiels. Notez le passage ci-dessus qui parle de ceux qui « agissent selon la vérité ». Et rappelez-vous que tous ceux qui ont reçu l’onction de « l’Esprit de la vérité » divine « se purifient » continuellement (I Jn 3 :3). Commencez- VOUS « à voir la lumière » dans tout cela?

Ce processus décrit la personne qui « vient régulièrement à la lumière » – « la parole de vérité » – afin qu’elle puisse examiner ses « actions » afin de vérifier si elles sont « faites en Dieu ». Autrement dit, se conduit-elle comme un Chrétien?. Sa vie est-elle remplie de l’Esprit de Dieu et selon la véritable doctrine – particulièrement axée vers la purification? Sa vie réfléchit-elle la conduite de Christ? Croît-elle en caractère? Ce n’est qu’une étude intense de la Parole de Dieu qui peut révéler cela.

Il est très intéressant de lire que Dieu ordonne de « faire disparaître (purger) » le levain avant de manger les pains « de la pureté et de la vérité (I Cor 5 :7-8). Vous allez voir qu’il y a plus ici qu’à première vue et que cela est relié spécifiquement à la nécessité « d’oindre ses yeux ».

Le mot grec pour « pureté » est fascinant. Il signifie « examiner à la lumière du soleil et être trouvé pur ». Et il est aussi très intéressant de constater que Dieu lie la pureté, telle que définie, avec la vérité et qu’Il parle d’un processus de purgation (rendre pur). La façon dont cela s’accomplit va devenir claire.

Maintenant, retournons à Jean 3 et considérons le mot « dévoilées ». Disons-le clairement afin que cela soit compris par tous. La majorité des gens ne viendront pas à la lumière de la Parole de Dieu parce qu’ils ne veulent pas que leur conduite soit dévoilée – révélée – au grand jour. Ils préfèrent demeurer dans les ténèbres, ne voyant pas où ils vont, plutôt que d’admettre la nécessité d’effectuer des changements dans leur vie.

De plus, s’ils ne vivent pas selon la vérité, cela ajoute à « leur nudité ». Bien entendu, certains ayant partiellement découvert que leur conduite faisait défaut, cherchent à se cacher de la lumière. De toute évidence, il n’existe pas beaucoup de gens qui veuillent se pavaner nus en public. Malheureusement, ils trouvent plus facile de fermer la lumière (fuir la Parole de Dieu) que de s’habiller.

Cela vous décrit-il? Examinez-vous, et continuez de le faire alors que vous lisez. Reconnaissez honnêtement ce puissant attrait en vous, admettez honnêtement que votre nature n’est pas différente de celle des autres.

Mais il y a encore bien plus à comprendre. Regardons cette image facinante apparaître lentement dans son entier!

Se laver pour être propre.

Dans les psaumes, David a écrit au sujet d’un des éléments essentiels que doit apporter le processus de purification. Après son péché avec Bath-Schéba et le complot subséquent pour assassiner Urie, il commence le psaume 51 en demandant humblement pardon à Dieu.

Au verset 2, David crie vers Dieu, « Lave-moi complètement de mon iniquité, et purifie-moi de mon péché ». Le verset 7 présente un nouvel élément : « Purifie-moi avec l'hysope (un ancien remède utilisé pour purifier), et je serai pur; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige ».

Finalement, il demande, « crée en moi un coeur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé… ne me retire pas ton Esprit-Saint (v 10-11).

Parce qu’il se trouvait dans une condition spirituelle déplorable, l’Esprit-Saint diminuait en David et il savait qu’il était en danger de le perdre. Il savait que Dieu pouvait commencer à retirer celui qui restait encore, s’il ne se repentait pas. Tous ceux qui sont convertis devraient prendre note de ceci. Si cela pouvait arriver à David, et nous verrons plus loin que Paul aussi a eu la même préoccupation, cela peut vous arriver aussi.

Ces versets lient les mots laver et purifier, la purification de soi à l’aide de Dieu. Mais comment Dieu dit-Il que nous devons faire cela?

Dans Éphésiens 5, Paul décrit la manière dont les maris doivent aimer leur femme « comme Christ a aimé l'Église » (v. 25). Le verset 26 poursuit, « afin de la sanctifier par la parole [la parole de vérité divine nous sanctifie – Jean 17 :17] … [et] l’avoir purifiée par le baptême d'eau ».

La version KJV le rend ainsi : « … sanctifier et l’avoir purifiée par le bain d’eau de sa parole ». Et la version Williams par « … la lavant par sa parole comme dans un bain d’eau », (C’est nous qui traduisons).

Ce passage relie directement l’élément d’une étude biblique rectificatrice au processus de la purification, du lavage, du nettoyage et de la sanctification, ce qui est le coeur même de ce qu’un Chrétien doit mettre en pratique.

Doit-on s’étonner de ce que juste avant d’être trahi et crucifié, Jésus a dit à Ses disciples, « Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée » (Jn 15 :3)? Ce verset prend donc une signification beaucoup plus profonde.

Mais, il y a encore plus à comprendre.

La correction et la vérité.

Dans II Timothée 3 :16, au milieu d’un long passage qui parle de la saine doctrine, Paul explique qu’un des quatre objectifs de l’étude biblique est la « correction ». Ce mot vient du mot grec epanorthosis, signifiant « un redressement, une rectification, une correction ».

La racine de ce mot est utilisée en médecine. Les orthopédistes, médecins qui sont des spécialistes des os, des tissus conjonctifs (ligaments, tendons, cartilage) et de la structure corporelle générale tirent leur nom de ce mot grec à cause de sa relation avec la posture et la fonction squelettique. Ils sont habiles à reconnaître les problèmes de maintien d’une personne qui n’est plus physiquement droite. Ils savent qu’il faut souvent une chirurgie afin de corriger le problème, et parfois même une importante chirurgie.

Il doit être évident que les Laodicéens ont besoin d’une chirurgie majeure, que Christ est prêt à accomplir – s’ils viennent à Lui après s’être préparés eux-mêmes.

Jérémie 5 :3 et 7 :28 établit une relation entre le fait d’accepter ou de rejeter la correction à la production de la vérité dans notre vie. Lisez-les attentivement.

Se présenter comme quelqu’un d’approuvé.

Nous sommes maintenant prêts à étudier un passage crucial. Il rapproche de la lumière au bout du tunnel et du rétablissement complet de la vue tous ceux qui cherchent la correction divine. Ce passage, qui faisait autrefois partie du vocabulaire habituel des membres de l’Église, est un des plus importants cités dans ce livre.

Paul a écrit à Timothée. « Efforce-toi d’être digne d’approbation aux yeux de Dieu comme un ouvrier qui n’a pas à avoir honte de son travail [et] qui annonce correctement le message de la vérité ». (II Tim 2 :15 – Français courant). Les mots « efforce-toi » sont traduits en anglais par « study, i.e. étudie afin de… » qui démontrent l’effort qui doit être accompli pour connaître la Parole divine.

Il y a dans ce passage trois points importants étroitement reliés dont le sens est très profond :

(1) L’étude biblique, lorsque faite correctement, permet de se présenter comme une personne « approuvée par Dieu ».

(2) Ceux qui font cela « n’ont pas à rougir ».

(3) Ils doivent dispenser correctement la Parole de la vérité.

Ce passage est littéralement rempli de signification. D’abord, le mot grec pour « éprouvé ou approuvé, selon les versions » est dokimos. Sa signification est fascinante et énormément plus importante que la majorité (de ceux qui le connaissent) ne pourraient l’imaginer. C’est en quelque sorte le moyen principal par lequel on peut connaître la signification de « oindre ses yeux ». Dokimos signifie littéralement, « mettre au test par essai afin d’établir la véracité et l’authenticité; sans alliage. Ce mot a une signification très profonde, et ici encore relie la vérité à la pureté mais en relation avec un genre d’étude biblique intensive — le genre qui permet de dispenser droitement la parole de la vérité.

Ce processus est la clé pour obtenir l’approbation de Dieu. Bien entendu, ceux qui étudient mais sont incapables de dispenser droitement la Bible ou ceux qui n’étudient pas du tout ne seront pas approuvés par Dieu, et ils rougiront!

Pouvez-vous voir la relation avec Apocalypse 3 :18 – « d'acheter … de l'or éprouvé par le feu »? Vous devriez maintenant saisir. Rappelez-vous que Christ a dit que les Laodicéens devraient rougir parce qu’ils sont nus. De quelle façon? Souvenez-vous qu’ils n’ont pas caché leurs parties intimes (leurs reins) par la ceinture de vérité (Éph 6 :14). L’Esprit de vérité nous guide en « dispensant droitement » la Parole divine de la vérité.

Nous en viendrons à comprendre que II Timothée 2 :15 dit que lorsque vous étudiez la Bible, cela doit être une épreuve, une épreuve ardente, si elle est faite correctement. Voilà son message. Vous devriez vous mettre à l’épreuve afin que la vérité et l’authenticité en soient le résultat – un or sans aucun alliage.

Il n’est donc pas étonnant non plus que le Christ dans le Sermon sur la Montagne ait enseigné : « Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu! » (Matth 5 :8). Voilà une connaissance passionnante et que j’espère, vous la trouvez inspirante. La connexion entre la pureté — et la capacité de voir Dieu — devrait maintenant être parfaitement claire. Tout comme devrait l’être sa relation avec la recherche de la vérité. Sachez que les Laodicéens ne peuvent voir Dieu, ni voir comment ni où Il travaille.

Mais il y a encore plus!

La clé cachée dans « dokimos ».

Retournons brièvement vers les Jours des Pains sans levain, cette fois en nous concentrant sur ce qui doit toujours être fait avant la Pâque. I Corinthiens 11 dit deux choses qui aide à comprendre plus précisément comment appliquer dokimos dans nos vies.

Avant que les Chrétiens puissent prendre la Pâque, Paul enseigne, « Que chacun donc s'éprouve (s’examine) soi-même… » (v. 28) pour qu’il ne mange pas de manière « indigne ». Le mot grec pour « s’éprouve » est dokimazo, de la même racine que dokimos. Ceci montre que Dieu S’attend à ce que l’examen personnel avant la Pâque soit beaucoup plus intensif que la plupart ne l’ont jamais réalisé. Cela signifie également que sans ce genre d’examen, on n’a même pas l’approbation de Dieu pour prendre la Pâque.

Cet examen est vital! Saviez-vous cela?

Autre chose importante mentionnée plus tôt dans ce chapitre et où Paul utilise le mot dokimos. Ce dernier est relié directement au discernement entre la vérité et l’hérésie, entre les vraies doctrines et les fausses. Prenez note : « … j'apprends que… il y a parmi vous des divisions… car il faut qu'il y ait aussi des sectes parmi vous » — POURQUOI? – « afin que ceux qui sont approuvés (dokimos) soient reconnus comme tels au milieu de vous (v.18-19).

Réfléchissez profondément à ceci. Ce n’est que lorsque les gens sont entraînés par les fausses doctrines, parce que de toute évidence ils ne « s’efforçaient » (n’étudiaient) pas et ne « dispensaient pas droitement la parole de la vérité » comme ils l’auraient dû (et aussi parce que la quantité d’Esprit-Saint en eux avait diminué), que ceux qui font les choses correctement sont immédiatement reconnues et « approuvées » par Dieu.

Pourquoi? Parce qu’elles n’ont pas été entraînées par les hérésies. Elles sont capables de RÉSISTER car elles ont conservé la pureté de la vérité et cela implique nécessairement posséder de la puissance de l’Esprit de vérité en abondance. Elles peuvent éviter la « honte » d’être prises les « culottes baissées » (nues) comme les personnes qui ont été attirées dans l’erreur et ont perdu leurs vêtements.

SAISISSEZ BIEN CE QUI SUIT!

Une étude biblique intensive, et rectificatrice, crier vers Dieu pour qu’Il vous lave et vous nettoie, est de beaucoup plus important que les aveugles contemporains ne peuvent le croire. La majorité des membres n’ont jamais beaucoup étudié et ils ne le font toujours pas, encore moins avec intensité. Ils permettent aux « soucis du siècle » (Matth 13 :22) de leur voler leur temps. Une étude en profondeur, diligente (dokimos) est nécessaire si l’on veut retourner à la véritable doctrine.

Mettrez-vous du temps à part pour cela?

Un examen à deux niveaux est requis.

Dans II Corinthiens 13 :5, Paul a dit, « Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous? à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés? Concentrons-nous tout d’abord sur le sens du mot « réprouvés ». Comprendre ce point est crucial si nous ne voulons pas le mettre en pratique de la mauvaise façon. Démystifions-le. Le mot grec utilisé est adokimos, et il signifie simplement « sapprouvés ». Ce qui, bien entendu, est le contraire de « approuvés ». Si nous allons plus loin, ce verset décrit en fait deux niveaux différents d’examen personnel. Le premier est résumé par « examinez », et l’autre par « éprouvez ». Voilà un point très intéressant à comprendre.

Ce qui est surprenant est que bien que nous retrouvions le mot dokimazo dans ce verset, il n’est pas traduit par « examinez » qui lui est la traduction du mot peirazo, qui signifie plutôt « tester, s’efforcer, scruter ». Cela représente le genre d’examen personnel moins intense que quelques-uns sont prêts à faire. Bien sûr, certains ne seront même pas prêts à aller jusque-là, mais ceux qui sont prêts à le faire doivent reconnaître que peirazo ne représente que le point de départ d’un examen personnel en profondeur permettant de savoir si une personne est toujours « dans la foi ».

Ce qui est intéressant est que dokimazo est ici traduit par « éprouvez ». Il ne suffit pas à un Chrétien de s’examiner (se scruter). Il doit effectuer un examen intense et profond, capable d’apporter la preuve de sa conversion, de son caractère, de sa pureté et de son authenticité.

Veuillez le comprendre! Ce verset ordonne aux Chrétiens d’accomplir les deux genres d’examens, et voici la raison : Ceux qui ne le font pas, ne sont même pas capables de discerner s’ils sont Chrétiens ou non, c’est-à-dire si « Jésus-Christ [l’Esprit de vérité] est en [eux] » ou s’ils sont « réprouvés ».

C’est un état pitoyable dans lequel personne ne devrait se retrouver.

Commencez-vous à voir pourquoi la moitié des Laodicéens dont l’état spirituel est si lamentable vont éventuellement apostasier ?

Notez que le contexte général de II Corinthiens 13 se conclut au verset 8 en montrant qu’on est « contre la vérité » ou « pour la vérité ». (Notez aussi que le verset 7 utilise dokimos – « approuvés »).

Comprenez-vous mieux maintenant? Voyez-vous le rôle vital que joue la vérité divine ici?

Le contexte du chapitre 13 montre que certains s’interrogeaient à savoir si Paul était « approuvé » (v. 6-7). Sous ce jour, il est important de noter que Paul disait, cinq chapitres plus tôt (8 :8), qu’il cherchait à éprouver « la sincérité de leur amour » - et non pas la sienne. Dans ce passage, dokimos (éprouver) est encore lié à la sincérité, et à l‘amour (l’accomplissement de la Loi de Dieu, Sa lumière).

Ici, on découvre une autre facette fascinante de Paul, et en quelque sorte, de nous. Dans sa première épître aux Corinthiens, Paul s’était inquiété en disant que même lui pourrait être « rejeté » et perdre son salut. Il a écrit : « Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure; je frappe, non pas comme battant l'air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres » (9 :26-27).

Le mot grec utilisé pour « rejeté » est adokimos. Tout comme David dans le psaume 51, Paul surveillait sa propre condition spirituelle et il demeurait vigilant afin que, même en tant qu’apôtre, Dieu ne le désapprouve.

Il y a une évidence ici et elle devrait vous frapper de plein fouet. Si les apôtres et les rois convertis se préoccupent d’être approuvés par Dieu, alors qu’en est-il de vous?. Ou peut-être préférez-vous vous désintéresser d’une chose pour laquelle PAUL traitait durement son corps?

Ce que la majorité n’a jamais fait.

Reconnaissez ce qui suit. Il n’existe que deux catégories d’êtres humains sur la planète, les dokimos et les adokimos, ceux qui sont APPROUVÉS et ceux qui sont DÉSAPPROUVÉS.

Il est donc plus facile de comprendre pourquoi Paul a aussi dit à la majorité des autres congrégations d’appliquer le principe de « dokimos » à leur conversion. Il a conseillé les Galates de la façon suivante : « Que chacun examine (dokimazo) ses propres oeuvres » (6 :4). Paul ne faisait aucune exception. TOUTE personne doit faire la même chose.

Il a aussi exhorté les Thessaloniciens. Rappelez-vous que nous avons vu que la majorité des gens ne prennent jamais le temps « d’examiner (prouver) toutes choses » et, par conséquent, n’ont pas été capables de « retenir ce qui est bon » (I Thess 5 :21).

Vous l’avez deviné! Le mot « examiner » ici est dokimazo. Cela devrait vous faire l’effet d’une bombe qui explose de façon assourdissante!

Combien de personnes croyez-vous ont prouvé la vérité divine au début de leur appel à l’aide d’une telle étude biblique passionnée? Très peu! Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait eu des dizaines de milliers de personnes qui ont apostasié. Au mieux, quelques dizaines de milliers ont appliqué peirazo alors qu’un très petit nombre ont pratiqué dokimos. Arrêtez-vous et relisez cette dernière phrase avant de poursuivre.

Permettez-moi une anecdote personnelle. C’est exactement le même genre d’étude biblique qui a consolidé en moi les connaissances contenues dans ce livre. De plus, la réécriture de toutes les publications de M. Armstrong en seulement 4 1/2 ans (alors qu’il le fit en 52 ans) a constitué le processus le plus intense de révision de la vérité jamais tenté auparavant. Du moins sur une si courte période et de cette façon. Je ne dis pas cela pour me vanter mais bien pour expliquer que j’ai été forcé de le faire car aucun autre ministre n’a été envoyé pour m’aider. Autrement dit, cette entreprise — ce « projet dokimos » — a duré dix années, dès mon congédiement de l’EUD en 1993. Je n’en oublierai jamais la valeur !

Vous pouvez faire la même chose. Il n’est pas trop tard pour creuser et prouver aujourd’hui ce que qui aurait dû l’être auparavant. Mais vous devez décider consciemment de le faire.

Je ne peux le dire plus clairement. Je m’efforce littéralement de crier à vos oreilles avec toute la force que je puis rassembler, car il n’est toujours pas trop tard pour le faire. Il reste encore un peu de temps avant la Grande Détresse, moment où il sera trop tard pour éviter le deuxième type de feu qu’un Dieu aimant réserve à ceux qui n’ont pas « d’oreilles pour entendre » ni « d’yeux pour voir » pour faire ce qu’Il leur commande de faire MAINTENANT.

L’ÉDR a réécrit l’ensemble des vérités qui avaient été restaurées. Si vous n’avez plus les livres, brochures et articles de M. Armstrong, ainsi que les autres publications qui renfermaient la vérité (un grand nombre de personnes les ont jetés au début des années 90 lorsque Pasadena leur conseilla de le faire), alors vous pouvez utiliser les nôtres qui sont disponibles gratuitement sur notre site Internet. Nous sommes honorés de pouvoir vous aider et espérons que ceux qui ont besoin d’aide additionnelle dans cette recherche nous la demanderons

En tant que référence, notre livre très complet intitulé « Puis survint l’apostasie » (à être traduit), décrit en détail et prouve 280 changements de doctrines effectués par l’EUD. Cela peut s’avérer très utile dans vos recherches.

Se rapprocher de Dieu.

Jacques à écrit, « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes » (1 :22). Ensuite il compare ceux qui ne font « qu’écouter » la Parole à des personnes qui se regardent dans un miroir et voient leurs problèmes spirituels pour ensuite s’en détourner immédiatement et les ignorer. Il les appelle des « auditeurs oublieux ». Le verset 25 parle de ceux qui plongent « les regards dans la loi parfaite… de la liberté, se mettant à l'oeuvre ».

Cela nous conduit à Hébreux 10, qui nous indique comment nous pouvons nous mettre à l’oeuvre : « approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure » (v. 22).

Il n’y a que Dieu qui puisse nous pardonner nos péchés et nous aider à utiliser correctement « l’eau pure » de Sa Parole pour « laver nos corps ». Notez que le verset commence par « approchons-nous… ». Cela signifie que nous devons nous rapprocher de Dieu par l’étude de Sa Parole et par la prière fervente. Ce n’est donc par hasard que le verset suivant nous dise : « Retenons fermement la profession de notre espérance, (car celui qui a fait la promesse est fidèle) ». Et puis cela est suivi trois versets plus loin par « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles » (23, 26-27).

Ne vous y méprenez pas! Tout cela est très sérieux aux yeux de Dieu! Il est indigné lorsque les gens piétinent Sa vérité et Il considère ceux qui prennent cela à la légère comme Ses adversaires. Tous les membres, et la mise en garde de Paul s’adresse à tous ceux qui ont l’Esprit-Saint aux temps de la fin (v.25), devraient craindre et trembler devant une idée semblable.

Que Dieu aide ceux qui lisent ceci à retenir fermement toute la vérité afin d’échapper à Sa colère ardente.

Retournons maintenant à l’épître de Jacques où nous retrouvons une promesse extraordinaire. Elle nous est présentée par les mots « Dieu résiste à l'orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu… » (4 :6-7). Veuillez noter ici encore que la clé essentielle pour retourner près de Dieu est l’humilité. La raison de cela étant que l’orgueil provoque — déclenche — une résistance de la part de Dieu. Il devient donc évident que se revêtir d’humilité prend encore plus d’importance.

Maintenant, en ce qui concerne la promesse : « Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos coeurs, hommes irrésolus » (v.8).

Comprenez bien. Lorsque nous nous « approchons de Dieu », Il promet de faire la même chose, toujours. Il S’est engagé à le faire SI nous nettoyons aussi nos péchés (et nous avons vu qu’Il nous aide même à faire cela), ce qui se fait par une étude biblique intense, en dispensant droitement la Parole de la vérité, et grâce à l’aide de l’Esprit-Saint renouvelé et augmenté en nous. Le verset 9 poursuit en ajoutant : « Sentez votre misère (qui signifie « jeûner »); soyez dans le deuil et dans les larmes; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » lorsque les circonstances le demandent. En réalité, la majorité des Chrétiens aux temps de la fin doivent faire face exactement aux mêmes circonstances.

Demandez-vous : Combien de fois ai-je été préoccupé par ma condition au point de jeûner pour découvrir si je n’étais pas devenu, sans m’en rendre compte, Laodicéen?

Dans quelques instants, nous verrons un lien fascinant entre dokimos et le contact plus intime avec Dieu qui en résulte.

Par où commencer.

On a dit, « le voyage de mille kilomètres commence par le premier pas ». Alors par quoi commence ce voyage? La réponse est que vous devez admettre honnêtement où vous en êtes aujourd’hui.

Proverbes 16 :2 déclare : « Toutes les voies de l'homme sont pures à ses yeux; mais celui qui pèse les esprits (attitudes), c'est l'Éternel ». Acceptez la révélation faite par ce verset telle quelle. Tous les êtres humains naissent croyant naturellement que ce qu’ils font est « pur ». Proverbes 21 :2 répète la même chose, sauf qu’il utilise le mot « droit » au lieu de « pur ». La signification dans les deux cas est la même. (Proverbes 12 :15 dit spécifiquement que cette façon de penser est insensée).

L’approche humaine naturelle — tout comme la vôtre — est loin d’être comparable à celle de David qui voulait être « lavé » et « purifié » (Ps 51).

Voici les choix : Dites que vous êtes « propre et droit à vos propres yeux » ou, demandez à Dieu, qui pèse les coeurs, de vous laver et de vous rendre vraiment droit.

Puisque le but visé est d’être « approuvé par Dieu » et non par nous-mêmes, nous devons nous tourner vers Lui, et chercher la correction dans Sa Parole inspirée afin que nous soyons ramenés à la vérité et à la pureté. Le processus commence au moment où nous admettons devant Dieu que nous ne sommes pas « propres ».

Je vous le demande à nouveau. Réalisez-vous que le tout premier vêtement que vous devez « enfiler » pour atteindre votre but est l’humilité?

Un autre passage important, le dernier qui emploie le mot dokimos et qui a directement à faire avec ceux qui s’approuvent eux-mêmes alors qu’ils devraient rechercher l’approbation de Dieu. (Nous l’avions cité dès le début du livre).

Notez à nouveau la norme : « Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé [dokimos], c'est celui que le Seigneur recommande » (II Cor 10 :18). Le mot « recommande » ici signifie littéralement « se tenir proche », « placé avec », ceux qu’IL approuve! Rappelez-vous que c’est ce que Dieu promet de faire quand Il dit : « je le ferai asseoir avec moi sur mon trône » (Apoc 3 :20). C’est ce qu’Il dit à tous ceux qui voudront bien le laisser entrer chez-eux pour recevoir Son conseil.

Il est vraiment merveilleux de voir la parole « vivante » de Dieu (Héb 4 :12) s’agencer morceau par morceau, comme un puzzle géant, pour donner une image claire seulement quand toutes les pièces sont rassemblées.

Ne vous méprenez pas sur ce que vous avez lu. L’approbation de Dieu, et seulement la Sienne, est ce qui est important. Vous ne pouvez vous leurrer en vous déclarant personnellement approuvé. Vous devez accepter de passer par le feu – soit maintenant, soit plus tard – afin d’en arriver à la pureté et à la vérité exigées par Dieu.

Trois feux : faites votre choix.

I Corinthiens 3 nous présente une des pièces maîtresses du puzzle qui est inséparable du processus que nous étudions. Vous devez saisir la manière par laquelle Dieu bâtit le caractère et amène les gens vers la vérité et la pureté. Rappelez-vous qu’étudier pour être corrigé sur des points de doctrine ou d’autre nature est toujours une épreuve intense.

Ce passage commence en nous présentant différents genres de caractères que les gens bâtissent. : « Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume… » (v.12). Trois de ces matériaux, comparés au caractère, sont résistants et même purifiés par le feu alors que les autres sont consumés par celui-ci.

Voyez maintenant ce qui, selon Dieu, « teste le métal » (ou les pierres précieuses) du caractère de chacun : « l'oeuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'oeuvre de chacun (v.13).

Le développement chrétien implique plusieurs « épreuves ardentes » (ce que nous révèle I Pierre 4 :12). Dans un certain sens, I Corinthiens 3 révèle que l’expérience chrétienne consiste en une longue « épreuve par le feu » qui, nous l’avons vu, est inséparable du dokimos. Souvenez-vous que c’est ce genre d’épreuves qui produit « la véracité et l’authenticité; l’absence d’alliage ». La seule façon d’éliminer les alliages (les faux enseignements, les mauvaises conduites) des métaux qui sont contaminés, qui ne sont pas authentiques, est par la chaleur intense du feu. Ils doivent être brûlés.

Voyez maintenant de quelle manière le caractère juste, comparé à l’or, l’argent et les pierres précieuses, procure la récompense divine : « Si l'oeuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense » (v. 14). D’un autre côté, le bois, le foin et le chaume ne survivront pas, même à basse intensité : « Si l'oeuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu » (v. 15).

Ceux dont le caractère est faible au point où leurs oeuvres brûlent peuvent toujours être sauvés, mais ils doivent « passer par le feu » et perdre leur récompense. Réalisez qu’une perte suffisante de caractère peut résulter aussi dans la perte du salut.

Cette section traite et décrit trois types de feux. Tous les êtres humains – du passé, du présent ou du futur – doivent, sans aucune exception, choisir l’un de ces trois feux.

Premièrement, il y a ceux qui choisissent de s’examiner par l’étude de la Parole de Dieu d’une manière intensive et rectificatrice, cherchant à croître dans la pureté et la vérité, ce que Dieu compare à une épreuve par le feu. (Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas ici du feu de moindre intensité, de type peirazo, qui est un examen d’un niveau trop superficiel).

Ensuite, nous retrouvons ceux dont la tiédeur et l’inaction actuelle, suite à leur refus de s’engager dans l’épreuve intense du dokimos par l’étude, vont pousser Dieu à les faire passer par l’épreuve la plus terrible de tous les temps, la Grande Détresse. Bien entendu, nous avons vu qu’une moitié de ceux qui passeront par la grande Détresse « perdront leur récompense » mais seront sauvés « comme à travers le feu ».

En dernier lieu, tout comme ce sera le cas de ceux qui ne survivront pas spirituellement à la Détresse, il y en a qui choisiront l’étang de feu comme ultime « récompense ».

À ce point-ci, il est bon de rappeler que Christ dit spécifiquement à Laodicée « d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu… ». Il explique que ce n’est que de cette manière que des « vêtements blancs » pourront couvrir « la honte de (leur) nudité). Certains de Laodicée accepteront humblement le conseil du Christ avant la Détresse. D’autres tarderont et seront obligés de le faire pendant la Détresse. Autrement dit, certains choisiront le feu maintenant tandis que d’autres le choisiront plus tard, et, tragiquement, d’autres encore choisiront l’étang de feu beaucoup plus tard. (Ceci est vrai de la moitié des Laodicéens qui, par peur ou faiblesse, corrompront leur caractère totalement et abandonneront la vérité entièrement afin de sauver temporairement leur vie physique).

Tout comme la publicité télévisée au sujet du filtre à l’huile dans laquelle on dit au consommateur, « vous pouvez me payer maintenant ou me payer plus tard ». Vous pouvez vous repentir maintenant et éviter la Détresse, ou vous repentir plus tard PENDANT la Grande Détresse. Bien que vous puissiez encore être sauvé rendu à ce point, est-ce bien ce chemin que vous voulez emprunter? Ce feu sera des plus réels, même pour ceux qui aujourd’hui, croient que les accidents n’arrivent qu’aux autres.

Comprenez bien, il n’existe aucune autre catégorie que le dokimos aujourd’hui, la Détresse plus tard, ou l’étang de feu beaucoup plus tard!

M. Armstrong le savait.

M. Armstrong comprenait bien plus sur la relation entre les Écritures et les principes que nous expliquons ici que vous ne pouvez le penser. Examinons brièvement ce qu’il a dit sur l’importance d’une étude biblique et la nécessité de « crier vers Dieu » afin qu’Il nous lave et nous purifie par ce genre d’étude corrective. Cela sert de préparation à la suite du chapitre.

La première citation est une répétition parce qu’elle s’applique particulièrement bien ici. Maintenant que vous avez bien compris le sens de « dokimos », être approuvé par Dieu, relisez-la avec vous-même à l’esprit (c’est lui qui souligne).

« Lorsque nous faisons face à une situation sérieuse et angoissante, nous avons la tendance de NÉGLIGER LA PRIÈRE, l’ÉTUDE BIBLIQUE, et par conséquent le zèle et la volonté de nous sacrifier pour L’OEUVRE DE DIEU ».

« Croyez-vous que Satan ignore cela? Il le sait! Il fera tout en son pouvoir pour vous décourager, vous pousser à critiquer, à diminuer vos prières et votre étude biblique, à perdre votre zèle inspiré pour l’Œuvre de Dieu ».

Je SAIS que la majorité d’entre-nous ne sommes pas encore revenus de TOUT COEUR à ce ZÈLE énergique qui est ESSENTIEL POUR POURSUIVRE CETTE OEUVRE et la terminer.

Si on regarde les FAITS et les TENDANCES, cela nous semble impossible! Mais il s’agit de L’ŒUVRE DE DIEU, une ŒUVRE DE FOI et les faits actuels, les tendances et les circonstances n’ont RIEN À VOIR AVEC LA FOI. Le Christ vivant possède des ressources que NOUS NE CONNAISSONS PAS.

Et tandis qu’il nous incombe de CONFESSER et déplorer… nos PÉCHÉS qui laissent les intérêts et plaisirs mondains nous attirer loin de Dieu, à perdre notre zèle pour SON ŒUVRE, je demande à tous les membres de CONFESSER cette tiédeur… pour qu’ils PRIENT avec FERVEUR et CONTRITION, afin d’obtenir de Dieu le pardon de ces offenses et des BÉNÉDICTIONS permanentes pour SON OEUVRE et cela, de façon continue, jusqu’à son terme.

Frères et soeurs, plusieurs parmi nous avons permis à d’autres intérêts de se glisser dans notre esprit au point où nous n’avons MEME PLUS un ZÈLE comparable pour l’oeuvre la PLUS IMPORTANTE SUR TERRE que celui que des joueurs de football ont pour leur sport.

POURQUOI les joueurs de football peuvent-ils se MOTIVER au point d’avoir un ZÈLE presque fanatique, motivé par la HAINE, alors que nous sommes indifférents, ABATTUS et tièdes face à l’APPEL LE PLUS IMPORTANT ET LE PLUS GLORIEUX DE TOUS LES TEMPS? »

« … Christ fait Sa part, Il ouvre de nouvelles portes. Il n’y a qu’une chose qui ne va pas! – et nous devons l’avouer! – il y en a trop parmi nous qui sont devenus tièdes… »

« Peut-être pensons-nous, parce que nous observons le Sabbat divin, que nous n’avons pas de méchancetés ou de péchés dont nous devons nous repentir, mais le laxisme… peut être un péché. »

Lettre aux membres, 2 novembre 1972

« Maintenant, cette Détresse [mentionnée dans Matth 24 :9] est effectivement survenue, en tant que préfiguration, chez la nation de Juda en 70 de notre ère. Mais il ne s’agissait que d’un « type », un avant-goût de cette captivité et de cette invasion nationale qui doit encore se produire ».

« [Matth 24 :10-13,21] : Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l'iniquité se sera accrue, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé… Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

Ce passage parle aussi des Chrétiens individuels engendrés par l’Esprit qui sont devenus si tièdes, sans contact réel avec Dieu par la prière, qu’ils ne seront pas jugés dignes d’échapper à ces choses. Et cette phase de la Grande Détresse est celle qui débute lors de l’ouverture du 5e sceau d’Apocalypse 6… ».

The Book of Revelation Unveiled At Last (1972), pp. 25, 26, 27, 31

La citation suivante de M. Armstrong (que nous répétons aussi), prépare le terrain à ce qui est nécessaire pour conclure ce chapitre et établir la relation entre une étude la biblique efficace, déceler les fausses doctrines, la quantité d’Esprit qu’une personne possède et oindre ses yeux. Tous les textes entre parenthèses sont de lui. Lisez ses mots avec attention.

« Matthieu 25 nous parle d’un temps juste avant le retour du Christ. Le passage est une illustration de l’Église de Laodicée en tant que 10 vierges qui ont apporté leurs lampes (leur Bible) et sont allées à la rencontre de Christ lors de Son retour. Mais cinq d’entre-elles – la moitié de l’Église – prirent leurs lampes (Bibles) mais sans huile pour les allumer (d’Esprit-Saint pour COMPRENDRE la Bible). Certaines versions traduisent cela en disant qu’elles perdaient l’Esprit-Saint à cause de leur négligence, leur manque de prière et de communion avec les membres de l’Église, avec Dieu et le Christ et parce qu’elles étaient attirées par les choses matérielles et les intérêts mondains. Y en a-t-il parmi nous qui sont ainsi, même aujourd’hui? »

« Alors qu’ils essayaient – ceux qui s’étaient éloignés – de revenir près de Dieu, le retour du Christ a lieu et la porte vers le Royaume de Dieu leur est CLAQUÉE au nez! QUELLE TERRIBLE TRAGÉDIE! Et cela peut vous arriver à vous, à moi! »

Lettre co-ouvrière, 20 janvier, 1981

Le premier paragraphe de la déclaration de M. Armstrong réitère que les « lampes » et « l’huile » de Matthieu 25 sont en fait, la Bible et l’Esprit de Dieu qui, dans le cas présent, ont peu d’importance dans la vie des vierges.

Rendu à ce point, et ceci est des plus important dans le processus d’onction des yeux, nous devons poser la question suivante : Comment est-il possible que ceux qui autrefois connaissaient la vérité aient pu la perdre de vue aussi complètement? Que s’est-il réellement passé dans leur esprit? On peut répondre à cela si on comprend exactement, précisément, ce qu’est la véritable conversion.

Un regard sur ce qui entre en nous lors de l’engendrement.

Revoyons les éléments de base. Nous avons vu plus tôt que la Bible révèle que le Chrétien est actuellement engendré lors de la conversion par ce que Jacques appelle « la parole de vérité » (1 :18). Nous avons aussi vu que Christ appelle cela « l’Esprit de vérité » (Jn 15 :26, 16 :13), et que Pierre identifie ces deux termes comme étant une autre façon de décrire le « Saint-Esprit » (Ac 2 :38), donné lors du repentir et du baptême.

Le dernier passage dans Jean 16 :13 révèle que c’est par le Saint-Esprit – l’Esprit, ou Parole, de vérité qu’une personne, tel qu’expliqué par Christ, est conduite « dans toute la vérité ». Il est vital que vous saisissiez bien le sens de cela. Afin de bien comprendre ce que Christ voulait dire, nous devons examiner attentivement une autre série de versets.

Tout d’abord, dans le Sermon sur la Montagne, Jésus a enseigné que ses vrais disciples sont ceux qui bâtissent leur « maison » sur Sa « Parole ». Lorsqu’Il leur dit de construire sur le « roc » et que cela les protégerait contre la « pluie », les « torrents » et le « vent » (Matth 7 : 24-28), c’est ce qu’Il s’attendait qu’ils fassent. Autrement dit, lorsque de nouveaux convertis parlent de se fonder sur Christ, cela signifie qu’ils construisent sur Ses enseignements, Sa vérité, c’est-à-dire comme quelqu’un qui « entend ces paroles que je dis et les met en pratique » (v.24).

Relisons maintenant le milieu de Jean 8, où Christ parle de ceux qui ont « cru en Lui » (v. 30). Connaissant leur attitude meurtrière et réalisant qu’ils n’étaient pas réellement intéressés par Ses enseignements mais se faisaient plutôt passés pour des adeptes, Il expliqua à ces « faux croyants » que Ses disciples (en grec : étudiants, apprentis, élèves) ne peuvent être identifiés à de véritables Chrétiens que s’ils « demeuraient dans sa Parole » et qu’alors ils connaîtraient la vérité et la vérité les affranchirait (v. 31-32).

Poursuivons. Plus tôt dans Jean, Christ avait expliqué à Ses disciples qu’Il était le « Pain venu du Ciel que les hommes devaient manger » pour « vivre éternellement » (6 :50-51). Au verset 63, Il expliqua ce qu’il voulait dire : « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

Cela constitue une déclaration extraordinaire et la majorité ne sait même pas ce que Christ voulait dire par là, ou l’a déjà su mais l’a oublié

Un livre vivant.

Il est important de comprendre. Contrairement à tout autre livre, la Bible est, dans un certain sens, vivante – rappelez-vous que c’est ce que dit Paul dans Hébreux 4:12. La Bible est un livre vivant. Ceux qui l’étudient doivent comprendre que cette étude est différente de celle de tout autre livre écrit par les hommes. Lorsque le Saint-Esprit est à l’oeuvre dans une personne, il écrit les paroles de Dieu, Sa loi, Sa vérité dans l’esprit de cette dernière. Ce qui signifie que sans l’Esprit-Saint lors de l’étude, il n’y a aucune chance de comprendre correctement. De plus, pour ceux qui possèdent l’Esprit mais en petite quantité, un « autre esprit » (II Cor 11 :4), « l’esprit d’erreur » (I Jn 4 :6) peut facilement, et rapidement corrompre le travail accompli et apporter de mauvaises conclusions.

Même ceux qui sont à l’étape d’être « attiré » à Christ, bien que non convertis, reçoivent l’aide du Saint-Esprit (qui n’est pas encore en eux, mais avec eux), rendant ainsi la compréhension initiale possible. Prenez un instant pour lire Jean 6 :44 et 65 puis Jean 14 :17). En fait, vous ne pouvez littéralement pas comprendre les choses que j’explique ici si l’Esprit de Dieu ne travaille pas, avec vous – pour vous attirer – ou, si vous êtes converti, en vous (I Cor 2 :13-14).

Retournons à Hébreux 4 :12 car cela est en relation directe avec un autre point. Là, la Bible nous est présentée comme une sorte « d’épée ». Voyez : « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit… elle juge les sentiments et les pensées du coeur ».

Mais de quoi Paul parle-t-il au juste? Comment peut-on mieux comprendre ce qu’est cette épée? La réponse se trouve dans Éphésiens 6, dont nous avons parlé à plusieurs reprises auparavant. Là on parle des armes de Dieu – le « casque du salut », la « cuirasse de la justice », la « ceinture de la vérité » à vos reins etc. Notez la pièce suivante de l’armure : « C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour… et, prenez… « l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. » (v. 13,17).

Voilà une connaissance cruciale pour tout étudiant de la Bible qui cherche à utiliser fidèlement la parole de Dieu. Vous devez être convaincu de cela si vous espérez comprendre les Écritures ou rattraper les vérités perdues. La Bible est une épée spirituelle vivante. Elle mettra en pièces toute fausse doctrine, à l’aide de ses « deux tranchants » mais seulement SI celui qui la manipule possède une bonne mesure d’Esprit-Saint.

Pendant des siècles, des millions, voire des milliards de personnes ont étudié la Bible, parfois avec diligence, sans la comprendre. Maintenant vous connaissez la raison de cela. Ils ne possèdent pas l’Esprit de vérité.

Oint avec de l’huile lors de la conversion.

Finalement, avant de compléter le sujet de la conversion, jetons un coup d’oeil sur plusieurs autres passages qui parlent d’un point connexe.

Nous avons vu au chapitre 6 que recevoir l’Esprit-Saint est l’équivalent d’une « onction » (I Jn 2 :27). Or nous savons que les onctions sont toujours effectuées avec de l’huile. Nous reviendrons à ceci dans un instant. Rappelez-vous d’abord que tout le premier chapitre de la première épître de Jean confirme l’importance de retenir la vérité.

Tôt dans le second chapitre, le lien entre l’obéissance à la Parole de Dieu comme seul moyen de parfaire l’amour de Dieu est établi. Regardons à nouveau : « Mais celui qui garde sa parole (ne fait jamais de compromis), l'amour de Dieu est véritablement parfait (en train de se parfaire) en lui » (v.5).

Ceci en lui-même, bien que secondaire dans le présent ouvrage, est une connaissance incroyable que très peu de personnes dans l’Église de Dieu semblent avoir comprise. Mais ceux de l’amour fraternel comprendront bien cette relation. Des millions de personnes disent que les Chrétiens doivent avoir « l’amour » mais presqu’aucun relie cela avec la détention de la vérité biblique. Il n’est donc pas étonnant que si peu de gens connaissent la définition biblique de l’amour de Dieu (I Jn 5 :3; Rom 13 :10) et que si peu le mettent en pratique. Les autres groupes parlent beaucoup de « l’amour » et y attachent une grande importance dans leurs écrits et leurs sermons, mais essayez de trouver une seule mention de sa relation avec I Jean 2 :5. Qu’en est-il de votre groupe?

Ils ignorent ce passage!

Ensuite, dans I Jean 2, commençant au verset 20 qui parle de l’onction, nous avons vu que le verset 26 explique que ce n’est que par cette onction – la réception de la parole de la vérité en notre esprit – que nous pouvons résister avec succès à ceux qui, comme Jean le dit, veulent nous éloigner de la vérité par la « séduction ». Pour que cela soit possible, il faut une réserve significative d’Esprit-Saint qui nous guide lors de notre étude biblique quotidienne. Rappelez-vous de la dernière citation de M. Armstrong ci-haut.

Résumons maintenant le tout. Les vierges folles ont laissé échapper « l’huile » de leurs « lampes ». Nous venons de voir qu’il n’y a que l’huile de l’Esprit de Dieu qui peut allumer la lampe (c’est-à-dire la Bible).

Une lecture attentive de Matthieu 25 :8 démontre que le problème des vierges est qu’elles sont en train de perdre l’huile de leur lampe, c.-à-d., elles n’ont plus d’Esprit-Saint pour faire leur étude biblique. Elles n’avaient pas fait le plein d’Esprit quotidiennement. Hors du corps de Christ, et donc débranchées de Sa puissance, elles ne mettaient pas non plus en pratique Sa parole.

Rendu à ce point, il devrait maintenant apparaître clairement que la Parole de vérité de l’Esprit, dans un esprit converti, va de pair avec les Écritures - la Parole de vérité écrite.

Voici un point absolument essentiel : La Parole vivante de Dieu est telle que l’étudier renforce l’Esprit-Saint, tout comme la présence de celui-ci permet de renforcer l’étude. Le manque de l’un entraîne la disparition de l’autre.

Je le répète, des millions de personnes dans le monde étudient la Bible chaque jour sans jamais arriver à la comprendre vraiment. Pourquoi? Parce qu’elles n’ont pas le Saint-Esprit pour les guider, elles ne sont pas converties. Par la même occasion, la prophétie révèle que ceux qui aujourd’hui possèdent, ou ont eu le Saint-Esprit, ont permis à leur réserve de s’amenuiser ou de disparaître complètement. Nous verrons au chapitre 11 que ceci est inséparable du concept du Corps de Christ et de la nécessité d’être branché au bon endroit, à la seule organisation, où Christ et Son Esprit sont à l’œuvre et en charge.

Rappelez-vous que Christ a comparé le Saint-Esprit à une eau vive disant qu’il coule du sein d’une personne (Jn 7 :37-39) et produit du « fruit » (Gal 5 :22-23).

L’Esprit de Dieu n’est pas immobile, il ne peut être mis en bouteille. Il doit être utilisé et renouvelé quotidiennement (II Cor 4 :16; Lc 11 :13). Lorsque l’Esprit diminue chez une personne, la vérité et la résistance aux erreurs doctrinales en fait autant que cette personne étudie ou non sa Bible régulièrement (en réalité, la majorité n’étudie plus leur Bible régulièrement). Cela se produit parce que la lampe de la Parole de Dieu devient absolument inutile sans cette huile essentielle qui l’allume dans l’esprit du lecteur.

Les milliers de personnes qui ont perdu de vue la vérité ont permis au Saint-Esprit de diminuer en elles, lui permettant sans aucun doute de s’éteindre (I Thess 5 :19) ou de s’attrister (Éph 4 :30) à un moment précis de leur vie. Certains, ayant manqué d’huile et d’intérêt pour une étude biblique sérieuse et soutenue, ont été trompés et ont accepté des substituts et des explications contrefaites des véritables doctrines. Elles sont devenues les vierges de Matthieu 25. L’avenir dira si elles seront au-moins parmi les « sages ».

Pratiquement toutes n’ont pu comprendre ce que vous venez de lire. Assurément, les Églises de ce monde n’ont jamais compris ou enseigné ce que ce chapitre (et le chapitre 6) a expliqué. Malheureusement, le peuple de Dieu a fait à peine mieux. Toutefois, peut-être que certains qui autrefois comprenaient au-moins une partie de ce qui est écrit ici seront-ils capables de retrouver ce qu’elles ont perdu.

Soyez déterminés à conserver cette connaissance clairement à votre esprit, sans aucune déviation! Promettez-vous à vous-mêmes que rien ne vous éloignera de cette connaissance.

Le but de l’étude biblique.

Avant de conclure ce chapitre, retournons momentanément à l’instant où une personne est appelée à la conversion. Il y a un point à ce sujet dans l’une des paraboles de Christ.

Dans Matthieu 13, Jésus prononça sans doute Sa plus longue parabole, celle du semeur. Les versets 4 à 8 parlent de la « semence » qui tomba le « long du chemin », puis dans « des endroits pierreux », parmi « les épines » et dans de la « bonne terre ». Jésus dit que la semence est dans chaque cas « la Parole » qui est semée dans le coeur des gens alors que Dieu commence à travailler avec eux. Dans trois cas sur quatre, la semence ne germe pas complètement.

Christ donne l’interprétation de la parabole du verset 18 au verset 33. La semence qui tombe le long du chemin est mangée par les oiseaux, un type de Satan, qui enlève ce qui avait été semé dans les coeurs avant qu’elle puisse prendre racine. La semence qui tombe dans les endroits pierreux peut prendre racine, mais pas en profondeur, et le soleil, un type d’épreuves sévères (« des tribulations » ou de persécutions), brûla rapidement la plante qui mourut. La semence qui tomba parmi les « épines » représente la personne qui entend la Parole, mais celle-ci est étouffée par les « soucis du monde » et les « richesses ». Puis, nous avons la semence qui tombe dans la bonne terre. Cela représente la personne qui possède une attitude « fertile » qui, non seulement « entend la parole » mais la « comprend » et porte du fruit. Ces dernières utilisent le Saint-Esprit qui est en eux et le renouvellent régulièrement.

Ce ne sont que ceux qui sont dans cette dernière catégorie — la bonne terre — qui pourront bénéficier de la vérité enseignée ici, ce qui fait partie du processus d’onction des yeux.

Cela nous conduit à un autre principe important. Paul a enseigné ceci aux Éphésiens : « Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, … qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés » (Ac 20 :32).

La Parole de Dieu peut certainement édifier les membres qui l’étudient et l’utilisent dans leur vie (incluant reconstruire leur compréhension de la saine doctrine). Mais cela ne se produira qu’après qu’ils auront oint leurs yeux et reçu suffisamment d’huile — d’Esprit et de parole de vérité – pour la comprendre à nouveau. Ce n’est pas une chose qui se produit du jour au lendemain.

En esprit et en vérité.

Un dernier mot est nécessaire ici. Plusieurs semblent ignorer les doctrines officielles que leur organisation enseigne. J’en entends parler régulièrement. Lorsque je mentionne à ces gens ce que leur groupe croit et enseigne ouvertement, j’entends souvent des choses comme « Ah oui?, je ne savais pas! ». Parfois même ils diront, « en êtes-vous sûr? ». Lorsque cela arrive, je demeure incrédule, pensant en moi-même : « Comment se fait-il que vous ne le sachiez pas? C’est votre groupe ». À qui la faute si vous ne le savez pas? Vérifiez-vous? Lisez-vous ou étudiez-vous les publications de votre organisation? Et si oui, de quelle manière?

Rappelez-vous, I Jean contient un avertissement à propos de ceux qui sont conduits par « l’esprit de l’erreur ».

Il faut que cela soit clair. Il n’existe que deux types d’esprit reconnus par la Bible, l’Esprit de vérité et l’esprit de l’erreur. Jean relie le fait d’entendre la voix de Christ (là où on trouve la vérité) qui s’entend par l’intermédiaire de ses serviteurs à celui de discerner la grande différence entre ces deux esprits. Voici comment il exprime cela : « Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu [relisez I Jn 2 :4] nous écoute (entend); celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute (entend) pas: c'est par là que nous connaissons l'Esprit de la vérité et l'esprit de l'erreur » (4 :6).

Pendant que nous discutons en détail de la vérité, je veux vous demander : Entendez-vous l’Esprit de vérité dans les paroles de Jean? – et dans les paroles de M. Armstrong? – et dans mes paroles qui confirment les leurs? Pouvez-vous voir comment elles s’appliquent à vous?

Réfléchissez à votre organisation. Ces deux esprits ne peuvent la conduire ou, quant à cela, vous conduire em même temps, (bien que les deux soient présents dans tous les autres groupes). C’est soi l’un, soit l’autre. Christ ne dirige qu’une Église. Seul, vous ne pourrez pas continuer à chercher ou retenir l’esprit de vérité très longtemps après que l’esprit d’erreur soit entré dans votre groupe ou organisation (Jc 3 :11-12). Cela fait maintenant des années que c’est commencé. Vous devez être greffé à nouveau là où Christ travaille, c’est-à-dire sur Christ Lui-même.

Le temps ne joue pas en votre faveur parce qu’il n’en reste pas beaucoup et parce que l’aveuglement ne fait qu’empirer. Donc, retarder plus longtemps peut vous être fatal.

Comprenez-vous mieux la raison pour laquelle Christ nous enseigne – en réalité nous ordonne ce qui suit : : « Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité » (Jn 4 :23-24).

Nous sommes faits de chair, mais Dieu est fait du Saint-Esprit de vérité. Voilà pourquoi Il n’accepte pas d’être adoré d’une autre façon. Voilà pourquoi Son peuple DOIT littéralement L’adorer en esprit et en vérité. Ce passage affirme de façon positive que les vrais adorateurs « ADORERONT… ». De toute évidence, c’est une chose impossible sans posséder une quantité significative de l’Esprit de vérité – de la Parole de vérité – dans notre esprit, ne laissant pas de place à l’esprit d’erreur.

J’espère que maintenant vous comprenez la raison pour laquelle ceux qui aiment la vérité et vivent selon elle doivent se rendre à une seule organisation — l’unique Corps de Christ, unifié — là où on retrouve la pleine lumière de la vérité et où l’esprit de Dieu se retrouve en abondance et s’exprime avec puissance. Voilà le test qui détermine en dernier ressort quelle ère chaque personne choisira. Nous verrons au prochain chapitre que ce test comprend un autre élément très important et que chaque Chrétien est sur une trajectoire de collision vers ce dernier.

Chapitre neuf PRENEZ VOTRE TEMPÉRATURE

Suite à l’apostasie qui a vu apparaître une foule de groupes différents, plusieurs ont été dans la confusion, pensant qu’un des groupes émanant de l’EUD devait être philadelphien, tous les autres étant Laodicée. Et pourtant, tous les groupes étaient laodicéens car c’était obligatoire! Nous sommes dans l’ère de Laodicée. La réalité est que tous ces groupes font partie de la même ère, et, aux « sens spirituels » de ceux qui les ont quittés, même après un examen superficiel, ils paraissent tous semblables, que ce soit au goût, à l’odorat, au toucher ou à la vue.

Peut-être y a-t-il eu quelques Philadelphiens qui ont échappé (Dieu seul le sait). Peut-être d’autres qui ont oint leurs yeux ont-ils quitté l’ère qu’ils reconnaissent maintenant comme Laodicée. Cela a été possible parce qu’ils étaient prêts à faire le deuxième pas que les autres ne voulaient pas faire, ni même considérer. Ils quittent Laodicée comme ils ont dû quitter une Église (l’EUD) qui était devenue totalement fausse. Dieu exige des Philadelphiens qu’ils démontrent d’une manière claire et non équivoque qu’ils ne sont pas Laodicéens, qu’ils ne se satisferont pas que partiellement de la vérité. Il exige qu’ils agissent.

Cela dit, nous entendons régulièrement parler de membres de partout sur la planète et en provenance de tous les groupes. Le fil conducteur chez chacun est qu’ils veulent « retenir ce qu’ils ont » (Apoc 3 :11), toutes les doctrines qui ont été restaurées dans l’Église par M. Armstrong (Matth 17 :11). Ils savent qu’ils ne peuvent demeurer là où ils sont, donc plusieurs quittent leur groupe. Ils sont maintenant capables de voir qu’il existe (depuis plusieurs années) une organisation qui ne fait aucun compromis avec les vérités comprises autrefois par l’Église.

Je souhaiterais seulement pouvoir partager avec vous toute la joie et l’excitation exprimées par ceux qui découvrent que tout ce qu’ils ont cru autrefois a été réécrit et est à nouveau disponible pour ceux qui peuvent encore être appelés à cette époque. L’extraordinaire plaisir de voir les gens « se réveiller » à une vérité qu’ils croyaient impossible à retrouver, de les revoir revivre leur premier amour, vaut mieux que des centaines de chèques de paies.

Par contre, nous travaillons également avec des gens en provenance des principaux autres groupes qui, eux, ne sont pas prêts à revenir à tout ce que croyait autrefois l’Église de Dieu. Après avoir travaillé des centaines d’heures avec eux, j’ai appris qu’il n’y a que peu de différence qui distingue leurs différents groupes. Leur raisonnement est très similaire. Nous en avons déjà parlé mais il est bon que nous le répétions. Tel que mentionné, ils sont en désaccord avec M. Armstrong, mais aucun ne peut se mettre d’accord sur les points de désaccord avec M. Armstrong et donc aucun ne peut « marcher ensemble ». Leur premier amour est disparu!

Toutefois, plusieurs autres, rendus confus par les circonstances, ne tombent pas dans ces catégories. Ils sont entre deux chaises. Pour ces personnes, l’effet de cette confusion peut être éliminé, s’ils s’attaquent à la cause.

Tous les autres groupes sont dans la zone de « tiédeur ».

Il est maintenant nécessaire de parler d’un sujet dont j’ai traité dans les autres livres. Cela concerne directement ce que j’appellerais la « confusion du facteur de température ». Faisons une courte révision.

Lorsque Christ a parlé de la « tiédeur » des Laodicéens, Il faisait allusion à une gamme de températures. Rappelez-vous qu’Il dit aux Laodicéens qu’Il préférerait qu’ils soient chauds ou froids plutôt que tièdes. Chaud, froid et tiède ne sont pas des températures précises. Chacun de ces termes est le reflet d’un écart de température. Par exemple un froid glacial est plus froid qu’un froid ordinaire, mais plus chaud que le zéro absolu, la température la plus froide de l’univers. Chaud (pour un être humain) peut varier de 32 degrés jusqu’à la température au centre du Soleil (15 millions de degrés). Toutefois, les astronomes disent que notre soleil est une étoile « froide ». Même ce niveau de température est relatif.

Voici où je veux en venir. Les membres de l’ère de la tiédeur sont à différents niveaux de températures. Selon les groupes, ils peuvent être un peu plus chauds ou un peu plus froids, mais toujours dans la zone de tiédeur. Avez-vous réalisé cela? Voilà ce qui pousse certains à croire qu’ils sont mieux — plus Philadelphiens — que d’autres. Posséder un peu plus de la vérité ne fait pas d’une personne un Philadelphien. Etre un peu plus chaud que les autres, ne nous rend pas chauds pour autant. Toutefois, ceux qui sont un peu plus chauds ont plus de chance de demeurer fidèles durant le martyre de la Détresse.

Le fait d’être « un peu plus chaud » dépend souvent du moment où quelqu’un a quitté l’apostasie. Plus cela a tardé, plus les chances sont faibles pour cette personne de réaliser ce qu’est son état et d’oindre ses yeux. (Bien sûr, certains peuvent être à une température relativement basse, au bas de la tiédeur, et donc incapables de réaliser dans quelle condition is se trouvent). Ceux qui ont quitté tôt l’apostasie semblent plus enclins à procéder à cette onction.

Considérez cette confusion au sujet des températures comme suit. M. Armstrong a enseigné des centaines de doctrines (en détail), et non pas des douzaines comme certains le croient. Certains groupes en ont conservées la moitié. D’autres, peut-être les deux tiers. D’autre encore 80 %. Un groupe ou deux a peut-être 90%, bien que j’en doute. Bien sûr certains affirment avoir 100%, alors qu’ils ne s’en approchent même pas! En réalité, plusieurs se contentent inconsciemment de la zone supérieure de tiédeur.

Considérez l’analogie suivante. Comme un alcoolique dans une ruelle par une nuit froide boit pour conserver sa chaleur, mais dont la température corporelle diminue, plusieurs groupes sentent une chaleur artificielle alors qu’en réalité ils se refroidissent graduellement. On peut expliquer cela par le fait qu’ils sont entourés par un grand nombre de corps tièdes qui élèvent artificiellement la température de la pièce, ce qui donne une fausse impression de sécurité apportée par le grand nombre de personnes.

Je prie pour que vous teniez compte de cela avant que ce processus illusoire provoque une engelure spirituelle dont on ne revient pas!

L’aveuglement du groupe le plus important.

Une partie (seulement) de la confusion qui règne au sujet de la température dans les différents groupes provient de la taille même de la plus grande de ces organisations, celle qui s’est formée au printemps de 1995. On ne peut que constater combien ce groupe cause indirectement un problème de vision chez tous ceux qui n’en font pas partie. Cela se passe ainsi.

Le paysage doctrinal de cette organisation a tellement été dévasté que toute personne qui n’en fait pas partie est en mesure de constater qu’elle est en bien plus mauvaise posture que les autres groupes. Elle enseigne un bien plus grand nombre de fausses doctrines que les autres. En fait, elle a fait preuve de comportements malsains qui ont dépassé de loin les années libérales de 1970, et les changements constants qu’elle apporte ne semblent pas avoir de fin. Tout comme les apostats formèrent un comité pour examiner les doctrines de l’Église Universelle de Dieu, cette organisation a aussi formé un comité (et nombre de sous-comités) qui passe en revue d'une façon continue pratiquement toutes les doctrines enseignées par M. Armstrong. Cela l’a entraînée vers un grand nombre de fausses doctrines (II Tim 4 :3) dont le nombre ne cesse d’augmenter de jour en jour. Elle s’est de plus éloignée de plusieurs traditions saines que la Bible nous dit de retenir (II Thess 2 :15, 3 :6).

Leur exemple est tellement public et « éclatant » qu’il est impossible de ne pas le voir, sauf apparemment pour ceux qui font partie du groupe. Leur condition est si pitoyable, que même les ministres des autres groupes (même s’ils sont eux-mêmes terriblement déviants) sont capables de voir que M. Armstrong, s’il était toujours vivant, exclurait immédiatement tout le ministère. Je n’exagère pas.

Bien que demeure la question de la raison pour laquelle on voudrait appartenir à un groupe si faible et guidé par de tels dirigeants, cela ne constitue pas le problème principal de ce groupe.

Confusion dans la température.

À nouveau, plusieurs groupes peuvent aisément déceler la condition déplorable de cette organisation. Voici le problème. Ce groupe devient la norme de l’aveuglement vis-à-vis des autres groupes qui, comparés à lui, se croient capables de « voir ».

La condition misérable de ce groupe sert en quelque sorte « d’écailles sur les yeux » pour les autres groupes, ce qui les aveugle aux nombreuses fausses doctrines de leur propre organisation. Je le répète, en comparaison, les autres groupes considèrent qu’ils « retiennent » la vérité. Cet grand groupe, et à un degré moindre certains autres plus petits, aveuglent la majorité des membres qui les regardent et se disent, « ils doivent être Laodicéens car nous sommes bien mieux qu’ils ne le sont », alors qu’eux-mêmes ne sont qu’un peu plus chauds mais dans la même gamme de température.

Par contre, le plus grand groupe est sans doute le plus mauvais repère,car encore quelques années et il aura disparu totalement du paysage du véritable Christianisme. À peine mieux que Sardes, ils sont pratiquement rendus à moitié Prostestants. Bien entendu, ils ne croient pas qu’ils soient même 1 % prostestants, mais ils le sont! Si la Grande Détresse ne mettait pas un terme à leur marche vers la confusion, vers la division et la complète désintégration doctrinale, clairement provoquées par l’esprit de l’erreur, ceux qui restent en viendrait à apostasier complètement.

Toutefois, il existe un autre énorme problème, relié directement au tout premier groupe qui s’est formé tard en 1989. Ce dernier rend les choses encore plus compliquées pour ceux qui examinent les différentes possibilités d’affiliation. Premièrement, à ses propres yeux, ce groupe croit qu’il retient le mieux la vérité parce qu’au tout début, il a retenu la majorité des enseignements de M. Armstrong. Il a aussi la plupart des droits d’auteur de ses publications.

Mais sans doute plus que tout autre groupe, il a ajouté, sous le couvert d’une « nouvelle révélation » reçue par son dirigeant, tellement d’erreurs et de confusion au sujet des prophéties de l’Ancien Testament, qu’il enseigne peut-être plus de faussetés que n’importe quel autre groupe. De plus, il accuse si férocement les autres groupes et souffre tellement de propre justice qu’il a donné à l’idée même de retenir la vérité une réputation terrible.

Fausses doctrines à part, les gens reconnaissent que ce groupe ne peut être reconnu comme celui de l’amour fraternel. Pourtant, il contribue à la confusion et trouble la vision. La raison de cela est que pour ceux qui sont à l’extérieur de leur organisation il semble retenir la vérité, et il porte le nom de la sixième ère. Mais la direction supérieure est loin d’appartenir à Dieu. Elle a déjà apostasié. (Rappelez-vous, « vous les reconnaîtrez à leurs fruits ». Pas besoin de deviner).

Le dirigeant de cette organisation affirme qu’il est « ce Prophète » et cela quoique la Bible et M. Armstrong enseignent que cette Personne est le Christ et c’est sans compter la trentaine environ d’autres titres divins ou religieux qu’il s’attribue. Il est impossible pour tout membre du peuple de Dieu de servir un faux prophète violent et blasphémateur tout en demeurant un serviteur du vrai Dieu. Après avoir reconnu que l’on sert un faux prophète, on doit se repentir et quitter immédiatement. Il est donc encore plus impératif de quitter ce groupe que tout autre. (Malheureusement, à cause de l’adoration exigée par ce dirigeant de la part des membres, plusieurs de ceux qui quittent le groupe sont devenus des adorateurs de M. Armstrong plutôt que ses élèves).

On retrouve malgré tout plusieurs personnes de bien dans les groupes ci-haut. Même si elles ne voulaient que maintenir leur tiédeur, elles devront quitter rapidement et bientôt ces organisations.

Quoi qu’il en soit, sous prétexte de « retenir la vérité », la direction du groupe de 1989 est si radicale et si bizarre qu’elle a terriblement brouillé l’image aux yeux de ceux qui seraient prêts à jeter un premier coup d’œil à toute cette confusion.

Réfléchissez et rendez-vous à l’évidence, puis réfléchissez à ce qui suit.

Ceux du milieu.

Maintenant que nous avons décrit les groupes situés aux deux extrémités de la septième ère, on ne peut souligner assez fortement la nécessité pour les deux autres gros groupes « du milieu » de ne pas se laisser prendre à l’idée complaisante qu’ils sont le « meilleur choix » qui reste à Dieu. Bien qu’ils puissent être plus ou moins en meilleure position spirituellement pour survivre à la Détresse, c’est ce qui peut leur arriver de mieux. Leur condition doctrinale a bonne apparence seulement parce que plusieurs de leurs membres se servent de ces repères tordus. (Le groupe de 1993 a déjà développé l’obsession pentecôtiste des « miracles » et des « bénédictions » pour lesquels leur dirigeant leur demande constamment de jeûner afin de soi-disant « rétablir le christianisme apostolique », comme il le dit. Mettre l’accent sur ce genre de choses ne fera qu’augmenter le sentiment de supériorité de cette organisation en lui faisant croire qu’elle a une « relation plus intime avec Dieu ». On doit noter que les compromis, la perte croissante de nombreux ministres et de plusieurs centaines de membres et la dissimulation directe sont la cause de l’implosion et, possiblement, de l’éclatement éventuel de ce groupe).

Laissez-moi répéter que, pour l’instant, les deux premiers groupes créent un problème particulier pour tous les autres groupes qui peuvent plus facilement dire « nous retenons la vérité ou faisons mieux en comparaison ». Nous ne sommes pas aussi libéraux que le plus gros groupe ou aussi extrême que l’autre. Nous sommes plus équilibrés, nous avons plus d’amour et sommes davantage prêts à « croître ».

Tous ceux qui font partie de ces deux groupes du « milieu » doivent peser soigneusement ces mots.

Combien sont prêts à reconnaître qu’il n’y a qu’une Église qui possède toute la vérité? Combien comprendront que la majorité des groupes peuvent facilement affirmer, grâce à une vue artificielle et déformée d’eux-mêmes en se comparant aux autres organisations, que la leur retient l’idéal « philadelphien »? (Comprenez bien. Nous ne serions pas différents si nous ne pouvions démontrer à l’aide de preuves absolues, que c’est nous qui retenons cet idéal). Combien sont capables de reconnaître qu’il ne s’agit ici que d’un artifice et un jeu astucieux pour permettre aux groupes d’établir leurs positions par rapport aux autres groupes. Combien sont en mesure d’établir la relation entre cela et ce qui rend confus des milliers de gens et les empêche de soigner leur aveuglement?

Ces deux groupes, et d’autres comme eux, sont un énorme obstacle que les gens doivent franchir individuellement, car aucune organisation admettra collectivement sa condition et résoudra le problème de ses membres.

Donc, combien d’individus seront prêts à oindre leurs yeux afin de pouvoir connaître – « voir » – que la norme qu’ils utilisent est mauvaise? Combien se rappelleront qu’il est écrit : « en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d'intelligence » (II Cor 10 :12). Combien oublieront que « … ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, c'est celui que le Seigneur recommande » (v. 18).

Scruter en profondeur.

Dans l’esprit du mot peirazo expliqué plus tôt, on doit prendre sa température d’une manière sérieuse et méthodique. Si vous voulez réellement « … oindre vos yeux, afin de voir », vous devez être prêts à examiner tous les aspects de votre conversion et de votre vie chrétienne. Un examen superficiel, de la façon dont plusieurs le font pour se préparer à la Pâque est loin d’être suffisant. Je vais vous présenter une courte liste de questions que vous devriez vous poser en ce qui concerne votre conduite et qui représente un minimum absolu

Les outils de croissance.

En ce qui concerne les cinq outils de la croissance chrétienne : Est-ce que vous priez, étudiez, jeûnez et méditez régulièrement et est-ce que vous vous efforcez d’utiliser l’Esprit de Dieu? Dans lequel de ces domaines êtes-vous faible? Dans lequel pourriez-vous faire mieux ou davantage? À quelle fréquence faites-vous ces choses? Et, depuis quand avez-vous négligé ces outils chrétiens reconnus par l’Église depuis des décennies comme les seuls par lesquels un Chrétien peut croître spirituellement?

Vous avez à coup sûr failli dans un domaine ou l’autre. Demandez-vous pourquoi cela est arrivé et soyez déterminés à agir en conséquence. S’agit-il de quelque chose que vous allez améliorer MAINTENANT, ou dont vous vous occuperez « plus tard », lorsque vous aurez « plus de temps »?

Le Sabbat et les Jours Saints.

De quelle façon voyez-vous le Sabbat de Dieu? Est-ce que vous vous y préparez adéquatement, et que vous êtes content de le voir arriver? Vous arrive-t-il « d’abandonner votre assemblée »?Si oui, à quelle fréquence et qu’est-ce qui vous a amené à penser que vous pouviez agir ainsi (Héb 10 :24-26)? Vous êtes-vous relâché dans votre façon de vous vêtir par rapport à ce qui était pratiqué alors que l’Église était sur la bonne voie? Vos conversations sont-elles remplies de paroles vides, si oui, essayez-vous de les éliminer de vos discussions de Sabbat avec les autres membres? Suivez-vous toujours attentivement lors des assemblées? Prenez-vous toujours des notes, avec votre Bible ouverte parce que vous avez l’intention d’y retourner une fois ou plus durant la semaine qui vient? Le téléviseur est-il allumé pendant le Sabbat, et si oui, pour quelle durée et dans quel but? Votre norme de conduite a-t-elle dégénéré à cet égard? Considérez-vous toujours le Sabbat comme un commandement-test?

Qu’en est-il de la Fête des Tabernacles? Etes-vous présent à tous les jours de la Fête et, ici encore, comment êtes-vous vêtu? Conservez-vous toujours une deuxième dîme complète en préparation de la Fête tout en remettant le surplus avant et après la Fête afin que les autres, moins fortunés, puissent aussi assister? Votre participation là où vous êtes en ce moment, dénote-t-elle la loyauté envers votre groupe ou allez-vous au site de Fête qui est le plus prêt de chez-vous ou qui est le plus attrayant, peu importe son affiliation?

L’étude biblique et la lecture.

À quelle fréquence étudiez-vous votre Bible afin de revoir intensivement les doctrines de base (selon le principe du dokimos), ou pour votre propre correction personnelle? Quelle est la dernière fois que vous avez pris une brochure de M. Armstrong pour la lire attentivement à Bible ouverte? (I Tim 4 :13 dit : « applique-toi à la lecture »). À quelle fréquence faites-vous toutes ces choses, en supposant que vous les fassiez toutes? Vous pourriez vous demander : « Combien de Chrétiens des ères précédentes convoiteraient le grand nombre de livres et de brochures qui amassent la poussière sur mes tablettes? ». Cela fait combien d’années, ou de décennies, que vous avez fait ces choses?

Si ce n’est pas votre pratique courante, combien de fois le faites-vous et quelle importance donnez-vous à la lecture des publications de votre propre groupe de cette façon? (Ceci n’est pas une approbation de ses publications mais seulement pour permettre de prendre votre température). Pensez-vous souvent à la vérité? Ou, parlez-vous et étudiez-vous souvent avec le concept de la vérité présent à l’esprit? À quelle fréquence pensez-vous consciemment et spécifiquement à la nécessité de « retenir ce que vous avez », avec Apocalypse 3 :11 à l’esprit? Ou ne le faites-vous jamais?

Suivre l’accomplissement de la prophétie.

Selon cette optique, avec quel empressement étudiez-vous les prophéties, ou plus exactement la vérité des prophéties? Est-ce que ce sujet en est toujours un qui vous fait frissonner, vous alertant à l’urgence de notre temps et faisant de vous un meilleur Chrétien à chaque fois que vous étudiez les événements qui vont bientôt se produire et ébranler le monde par la même occasion?

Peu importe le temps qui reste, il y en a moins qu’au moment où M. Armstrong nous disait de simplifier notre vie (janvier 1980) parce qu’il savait que des événements prophétisés catastrophiques allaient s’abattre sur un monde sans méfiance. Plus de 25 ans se sont écoulés. De quelle façon mettez-vous en pratique Luc 21 :36 de « Veillez … et priez en tout temps », reconnaissant quel grand danger vous menace si vous ignorez les versets 34 et 35, particulièrement ce dernier? Pouvez-vous toujours, ou avez-vous jamais pu, expliquer correctement les bêtes, les têtes, les cornes et les orteils d’Apocalypse 13 et 17 et de Daniel 7 et la statue de Daniel 2?

Votre conduite personnelle.

Qu’en est-il des autres aspects de la conduite chrétienne? Buvez-vous un peu plus d’alcool que vous devriez? Vos paroles durant la semaine sont-elles le reflet de ce que Christ dirait, et cela vous préoccupe-t-il vraiment? Comment se porte votre mariage? Jusqu’à quel point essayez-vous d’améliorer cette relation ordonnée par Dieu, reconnaissant que c’est une institution divine? Votre mariage est-il toujours quelque chose de spécial, en constante croissance?

Mettez-vous en pratique les principes bibliques d’éducation des enfants? ÊEtes-vous constant et unis en cela sachant que vous entraînez de jeunes membres potentiels de la Famille de Dieu? Reconnaissez-vous que vous n’en avez que la charge temporaire, administrant au nom de Dieu jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes?

Payez-vous fidèlement les dîmes sur chaque pièce de monnaie que vous gagnez? Qu’en est-il des offrandes qui sont aussi ordonnées par Dieu (Mal 3 :8-10)? Payez-vous toujours la troisième dîme ou faites-vous partie d’un de ces groupes qui a mis de côté la loi éternelle à ce sujet, ignorant ainsi le commandement de prendre soin des veuves, des orphelins, des nécessiteux, des étrangers et des Lévites? Avez-vous laissé les arguments de vos dirigeants vous convaincre que Dieu a aboli cette loi parce qu’eux l’ont rejetée? Ou parce qu’ils vous ont convaincu en disant que M. Armstrong aurait pris cette décision pour toute l’Église s’il était toujours vivant?

Avez-vous de la ferveur pour l’Œuvre?

Pendant sa vie, M. Armstrong ne cessait de parler de l’importance de l’Œuvre. En faisant abstraction de la bonne façon dont la véritable Œuvre de Dieu doit être accomplie et Sa vérité entière enseignée, est-ce que, du moins dans votre groupe, vous êtes toujours emballé du progrès qu’elle accomplit autour du monde?

À quelle fréquence priez-vous pour l’Œuvre de Dieu? Quelle est la durée de ces prières et combien spécifique sont-elles (Matth 9 :36-38)? Vous arrive-t-il de penser de vous sacrifier pour faire des offrandes supplémentaires comme M. Armstrong nous en parlait régulièrement dans ses lettre co-ouvrières? Avec quelle inensité pensez-vous à l’annonce au monde du merveilleux Royaume de Dieu et de l’avertissement d’Ézéchiel aux nations israélites modernes?

S’examiner et vaincre.

À quelle fréquence cessez-vous vos activités pour prendre le temps de vous examiner? Connaissant la puissance de Jérémie 17 :9, à quelle fréquence priez-vous pour être corrigé (10 :23-24), suppliant Dieu de pouvoir vous voir comme Il vous voit Lui-même? À quelle fréquence vous repentez-vous sincèrement de ce que le miroir de Dieu vous montre (Jc 1 :22-25)?

Jusqu’à quel point vous préoccupez-vous de copier la vie de Christ? Pensez-vous souvent à cette responsabilité qui vous incombe? ÊEtes-vous déterminé à vaincre vos problèmes? Quelles sont les faiblesses que vous avez honnêtement combattues, et vaincues? À quelle fréquence et avec quelle intensité sentez-vous votre « faim et votre soif de justice »? À quelle fréquence pensez-vous et essayez-vous de mettre en pratique les neuf « fruits de l’Esprit » - l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance (Gal 5 :22-23) – selon les enseignements donnés à quatre reprises dans Jean 15 de « porter beaucoup de fruit » (2,5,8,16) comme preuve que vous êtes Son disciple?

Pourquoi êtes-vous né?

Pensez-vous activement et consciemment à régner avec Christ, assis sur un trône et régnant sur les nations? Jusqu’à quel point pensez-vous au processus de qualification nécessaire pour régner? Reliez-vous cela à la nécessité de dominer sur tous les aspects de votre vie, aujourd’hui? Vous arrive-t-il souvent, ou jamais, de méditer afin de savoir si Dieu règne dans votre vie? Vous rappelez-vous périodiquement que vous êtes en entraînement pour être enseignant?

Nous pourrions continuer indéfiniment. Ce dont nous avons fait la liste ici n’est qu’un commencement. C’est loin d’être complet et la sincérité de votre intérêt à recouvrer la vue sera en partie définie par la longueur de votre propre liste au-delà de celle que je viens de vous fournir. Si vous vous bercez d’illusions en vous fermant les yeux tel que prophétisé, sur votre comportement de Chrétien, vous ne ferez mal qu’à vous-même, mettant même votre vie éternelle en danger.

Chapitre dix TOUT EST UNE QUESTION DE GOUVERNEMENT

La Bible est par-dessus tout un livre au sujet du gouvernement. Bien que j’aie appris cela de M. Armstrong, presque 40 ans d’étude de la Parole de Dieu m’ont confirmé que cela était vrai. Considérez les points suivants : La rébellion de Lucifer contre le Gouvernement de Dieu, une rébellion semblable de la part d’Adam, la méthode utilisée par Dieu pour gouverner l’ancien Israël (Moïse, Josué, les juges, les rois et les prophètes, etc.), la révolte de Koré, la rébellion de Saül, l’alliance spéciale du sceptre (du gouvernement) faite à la maison de David, la façon dont Christ S’est qualifié pour remplacer Satan, le gouvernement dans l’Église, les raisons pour lesquelles les gouvernements de ce monde n’ont jamais fonctionné et ne fonctionneront jamais, et le prochain Gouvernement universel de Dieu qui règnera sur le monde et qui sera administré par Christ et les saints afin de remplacer les gouvernements des hommes et apporter la paix, le bonheur, l’abondance et la prospérité à toutes les nations. Tout cela constitue le sujet central de la Bible!

L’Évangile du Royaume de Dieu est un message au sujet du gouvernement – celui que nous venons de décrire – sous l’autorité de la Famille de Dieu. Et ce sujet est la pièce maîtresse de toute la Bible. Voilà pourquoi le gouvernement a été un thème constant des écrits de M. Armstrong. Il y faisait référence ou le décrivait d’une façon ou d’une autre dans pratiquement chacun de ses livres et chacune de ses brochures. Croyez-moi. Ayant complété la tâche de les réécrire tous, je le sais! Je dois l’admettre, je comprends maintenant pourquoi M. Armstrong a enseigné que « tout est une question de gouvernement » comme je ne l’avais jamais compris auparavant. Peut-être vous rappellerez-vous ses propres mots à cet effet. Nous lirons ses déclarations dans un instant.

Il y a une énorme raison pour laquelle il croyait cela. Au début de l’hiver de 1952-53, alors que Dieu lui révélait cette formidable vérité M. Armstrong, qui dirigeait Radio Church of God alors âgée de 19 ans et dont la croissance augmentait plus rapidement, commença dès janvier 1953 à proclamer l’Évangile dans le monde, au-delà de l’Amérique du Nord. Ce n’est pas par accident que Dieu lui révéla, dans tout le processus de restauration de la vérité à Son Église, cette vérité particulière et à ce moment-là. Dieu savait, tout comme le comprenait M. Armstrong par son expérience, qu’une Œuvre de grande envergure devant atteindre toutes les nations et couvrir la planète, devait posséder la bonne forme de gouvernement si elle voulait accomplir une telle tâche. Une importante prophétie devait être accomplie. S’il avait fallu que l’Église ait à faire face à des querelles internes et aux mêmes désaccords qui avaient été le lot de Sardes, à cause de leur forme inefficace, maladroite et non biblique de gouvernement, l’Œuvre sous la direction de M. Armstrong aurait été ralentie et limitée à une fraction de ce qu’elle est devenue.

Comme introduction à ce chapitre, voici deux citations de M. Armstrong traitant de l’extraordinaire importance de bien comprendre la façon dont Dieu gouverne Son Église. Tous ceux qui liront la première déclaration ne douteront plus jamais de l’intensité des sentiments de M. Armstrong à l’égard du gouvernement ni de sa capacité à en saisir toute l’importance. Il en a parlé dans un de ses derniers sermons. On aurait dit que Dieu voulait qu’il dise cela à la fin de sa vie en tant que témoignage ultime pour l’Église afin qu’elle n’en oublie jamais l’importance fondamentale. Après avoir écouté cet extrait, je souhaiterais pouvoir transmettre toute la force et l’intensité avec laquelle cet homme de près de 93 ans a prononcé ces mots. Le prochain livre auquel il faisait allusion était le MYSTÈRE DES SIÈCLES. La deuxième citation ne fait que renforcer la première.

« Lorsque je fus mis au défi, avant de connaître les Jours Saints et les autres choses, je le fus sur une question de loi divine et de gouvernement de Dieu. Tout concernait le gouvernement. Ce que Satan avait enlevé, c’était le gouvernement. Ce que Christ va rétablir sera le gouvernement. Et la raison pour laquelle Il m’a appelé était pour rétablir le gouvernement dans Son Église! Et le défi en question était d’abord une épreuve, après que Dieu m’eut assoupli un peu par d’autres méthodes dont je parlerai dans ce livre, au sujet du gouvernement ».

Rely on God, 6 avril 1985, Sermon.

« Et c’était Pierre qui leur parlait à cette occasion. Verset 19 du troisième chapitre des Actes, Pierre a dit : Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu'il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir (Il était monté au ciel qui doit le recevoir jusqu’à un moment précis) jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes.

Le rétablissement maintenant. Regardez la signification du mot dans un dictionnaire. Rétablissement veut dire remettre dans un état premier, antérieur. Rétablir ce qui avait été enlevé. Rétablir ce qui avait été enlevé, [répété 2 fois]. Alors, je vous demande, qu’est-ce que Christ vient rétablir et qui avait été enlevé? Ce qui avait été enlevé? C’était le gouvernement de Dieu. Le gouvernement de Dieu! Et si vous connaissez toute la Bible, cela constitue toute l’histoire de la Bible. C’est son véritable but – tout. »

La mission de l’ère de Philadelphie de l’Église, 17 décembre 1983, sermon.

Savourez ce que vous venez de lire dans ces deux courtes citations. Elles contiennent un thème qui a littéralement modelé toute la vie de M. Armstrong, son ministère et sa pensée. Il savait que Dieu l’avait envoyé vers les nations du monde et leurs dirigeants avec un message unique – « l’annonce », comme il le disait, du prochain gouvernement universel de Dieu.

Accueillir les faux prophètes.

Une des dernières mises en garde de Christ à l’Église fut de les prévenir que, juste avant Son retour, il y aurait de faux christs et de faux prophètes qui en séduiraient plusieurs. Jésus dit simplement, peu importe ce que pourrait dire un faux prophète, « ne le croyez pas ». Ces mises en garde ont provoqué un ironique retour des choses à la dernière ère du peuple de Dieu. Examinons-la et voyons quelle relation elle a avec le gouvernement dans l’Église. La section qui suit est une introduction à ce qui reste du chapitre.

Les passages parallèles de Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21, appelés la prophétie du mont des Oliviers, renferment plusieurs avertissements très sérieux. À trois reprises dans Matthieu 24, Christ prévient contre ceux qui viendraient et en « séduiraient plusieurs ». Notez : « Car plusieurs viendront sous mon nom, disant: C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens » (v.5). Personne ne peut nier que cela s’est produit, à la fois dans le monde et dans l’Église. Depuis 2000 ans, plusieurs sont venus en Son nom (voir Luc 21 :8), et ont utilisé Son autorité, et plusieurs ont été séduits.

Le verset 11 est plus spécifique. Il prévient que plusieurs seront séduits, mais cette fois par des « faux prophètes ». Jésus parle à l’Église ici! Comment la savons-nous? Les versets 12 et 13 s’adressent directement à l’Église parce que c’est le seul endroit où les gens pourraient ne pas persévérer jusqu’à la fin. Ce n’est que dans l’Église que l’iniquité peut s’accroître au point où l’amour divin (agape) se refroidira. Ne vous y trompez pas, il est prophétisé que les faux prophètes tromperont l’Église au temps de la fin. Rappelez-vous que le monde a toujours été séduit (Apoc 12 :9)!

Maintenant, en ce qui concerne l’avertissement le plus sérieux de Christ : « Si quelqu'un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. Voici, je vous l'ai annoncé d'avance. Si donc on vous dit: Voici, il est dans le désert, n'y allez pas; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas ». (24 :23-26)

Il y a plusieurs points ici. D’abord, Christ avertit Ses disciples qu’ils peuvent être séduits. Notez l’utilisation répétée du « vous ». Toutefois, parce les disciples ne vivent pas aux temps de la fin, mais NOUS y vivons, l’avertissement s’adresse donc à NOUS aujourd’hui (24 :3)!

Saisissez bien cela.

La séduction à la fin des temps est si grande qu’il est même possible pour le peuple de Dieu de suivre non seulement des faux prophètes mais aussi des faux Christs! Christ nous dit que la finesse et la séduction que ces faux prophètes ou ces faux christs utilisent pour réussir – et de plus en plus réussissent – est renversante! Et pourtant certains s’étant fait dire que cela ne pourrait pas arriver aux « vrais » élus (v. 24), rejettent le plus sérieux des avertissements comme quelque chose qui ne s’applique pas à eux!

Ceci est en soi la séduction la plus renversante qui puisse exister!

Lorsque vous entendrez ceux qui disent que Christ est « ici » ou « là », Jésus dit « ne les croyez pas » (Matth 24 :26). Et pourtant, certains dans les autres groupes semblent empressés de croire les faux prophètes et les faux christs au lieu du vrai Christ. Comme nous l’avons expliqué plus tôt, l’expérience m’a montré que les gens pensent d’abord que ce sont les autres qui sont séduits ou en danger de l’être. Christ nous dit que la séduction va empirer (v. 24) et que certains faux prophètes et faux christs accompliront même des miracles. Cela trompera plusieurs personnes, y compris des membres de l’Église, car il y a déjà un grand nombre d’aveugles qui reçoivent ceux que Christ N’A PAS ENVOYÉS. Préférant ignorer l’importance des fruits, un grand nombre ne prend pas la peine d’examiner – de voir – si une personne est vraiment appelée par Dieu ou si c’est elle qui affirme l’être. Et je ne fais pas exception. Tout dirigeant doit pouvoir faire face à l’examen de ses qualifications devant Dieu, démontrant les vrais fruits, mais dans un sens cela devient inutile si les membres lui accordent un « laissez-passer ».

Étonnamment, deux ou trois dirigeants de ces groupes qui se sont déclarés prophètes (un d’entre-eux disant même être « Ce Prophète » de Deutéronome 18 :15), ont dupé des milliers de personnes qui ignoré complètement – ou oublié – la mise en garde de Christ. Ils ont cru que Son avertissement était destiné « aux autres ».

Christ a dit que tout cela arriverait. Cela ne vous inquiète-t-il pas? Ça le devrait. Il a averti l’Église en ce qui concerne ceux qu’elle ne devait pas recevoir. Le résultat? Environ 120,000 personnes (80 %) ont abandonné la vérité! La majorité des 20 % restant a accepté, au-moins en partie, des fausses doctrines. Suivant le modèle de 2000 ans d’histoire de l’Église, les gens sont plus que volontiers prêts à recevoir ceux que Dieu n’a pas envoyés.

Ayez présent à l’esprit le principe suivant : Il n’y a jamais eu d’avertissement important, pas un seul, donné par Christ que Son Église n’ait pas ignoré, au-moins temporairement.

Poursuivons l’étude de cette ironie.

La vérité, uniquement par les apôtres.

Plusieurs membres, y compris les dirigeants des autres groupes, ont choisi de rejeter sciemment certaines des doctrines auxquelles l’Église croyaient autrefois. Aujourd’hui en revanche, il est clair que la majorité du peuple de Dieu a tout simplement oublié certaines des doctrines que toute l’Église connaissait auparavant.

Les membres se rappelleront comment M. Armstrong répétait souvent les enseignements les plus importants, ceux que l’Église ne devait jamais oublier. Malgré cela, certaines des doctrines centrales qu’il a enseignées ont été rejetées ou, je le répète, oubliées. Il y en a peu qui soient plus importantes que celle qui veut que Dieu établisse la vérité dans Son Église par l’intermédiaire de Ses apôtres et seulement par Ses apôtres.

Avant de poursuivre, examinons quatre déclarations de M. Armstrong. En les lisant, voyez si la clarté et la force de ses mots ne ravivent pas vous le souvenir de choses que nous connaissions tous très bien. Remarquez au début de la première citation comment M. Armstrong parle de ceux que Dieu envoie et donne la définition de ce qu’est un apôtre.

« Le mot apôtre signifie ‘un envoyé’

L’Église de Dieu du Nouveau Testament a reçu toutes ses connaissances, ses pratiques, ses coutumes des apôtres, Pierre étant le chef de tous les autres.

Les apôtres étaient les enseignants qui ont inculqué à l’Église ses croyances, ses connaissances, ses pratiques et ses coutumes. Et Dieu a demandé à tous les membres de l’Église de croire la meme chose et d’avoir un meme langage!

Il n’y avait aucun conseil doctrinal! Les enseignements de l’Église ne venaient pas d’un conseil de ministres ou de membres qui votaient sur ce qui devait être cru.

Ici, rappelez-vous bien ceci : Dieu introduit Sa vérité dans Son Église par l’intermédiaire de Christ et de Ses apôtres!

Notez ceci! L’Église de Dieu est édifiée sur le fondement des apôtres et des prophètes…

Je vous ai montré… que Pierre était le chef des apôtres – et que l’Église recevait ses connaissances et ses doctrines des apôtres!

Alors que ceci soit déclaré officiel, par l’apôtre de Christ du temps présent, que le pouvoir de lier et de délier a été donné clairement et simplement à l’apôtre en chef du Christ, non pas à des ministres de rang subalterne ordonnés par son autorité, non pas à l’Église en tant qu’organisation, mais à l’apôtre!

Jésus-Christ est le chef vivant de cette Église! C’est lui qui l’a construite par Son apôtre. Et Christ en est toujours le chef supreme, là, au seul endroit sur la Terre où le gouvernement de Dieu existe de nos jours ».

« How Christ Gives the Church its Beliefs», Good News (GN), 20 novembre 1978

« Dieu dit que nous qui sommes dans Son Église devons tenir tous un meme langage – nous devons être d’accord sur ce qui constitue la vérité, sur ce qui est bien et bon par rapport à ce qui est mal et péché.

Mais COMMENT? Comment Jésus-Christ introduit-Il ses doctrines dans l’Église? Comment l’a-t-Il fait en l’an 31? Et en l’an 1933?

Uniquement par les apôtres qu’Il avait choisis.

Les enseignements et les doctrines doivent venir de Dieu! Par Christ! Et par Son apôtre!

Dieu, en faisant affaires avec les êtres humains, a toujours travaillé par l’intermédiaire d’un homme à la fois – quelqu’un qui croyait Dieu! Certains dans l’ancien Israël ont défié cette façon de faire, certains l’ont aussi défiée aujourd’hui!

D’abord, le frère et la soeur de Moïse ont mis au défi cette forme de leadership et… ‘La colère de l'Éternel s'enflamma contre eux. (Nb 12 :9).

Et pourtant, quoique les membres et les ministres sachent cela, certains ne craignent pas de parler dédaigneusement, ou avec hostilité ou d’une manière diffamatoire de l’apôtre de Christ aujourd’hui! Ils n’ont pas besoin de ME craindre! Je ne me tournerai pas contre eux et je ne les frapperai pas.

Alors, pourquoi ne craignent-ils pas Dieu? Ça ne peut être qu’une chose ou l’autre. Ou ils ne comprennent pas vraiment cet enseignement… ou ils ne croient pas que Dieu m’ait choisi en tant que Son apôtre et dirigeant humain aujourd’hui.

Cette Église est l’Église de DIEU. Le chef de l’Église, sous Dieu, est Jésus-Christ. Sous Christ, au niveau humain, il y a l’apôtre qu’Il a choisi, par qui il a fondé et édifié ce TEMPLE spirituel vers lequel le Christ régnant viendra bientôt dans la gloire (Éph 2 :20-21).

Toutes les doctrines de l’Église depuis le début en l’an 31 ont été introduites par les apôtres. Toutes les doctrines dans la présente ère de Philadelphie ont été introduites dans l’Église par Jésus-Christ, par l’intermédiaire de Son apôtre ».

“And Now Christ Sets Church Back on Track Doctrinally!”, Worldwide News (WN), 19 février 1979.

« Les enseignements de l’Église étaient en train d’être changés. La brochure la plus populaire, Les Anglo-Saxons selon la Prophétie, était attaquée… tout comme plusieurs autres brochures fondamentales qui ont été écrites par l’apôtre de Christ.

Comment l’Église de Dieu reçoit-elle ses doctrines, ses croyances et ses enseignements? Directement de Dieu, par le canal de Jésus-Christ en tant que chef de l’Église, et de Sa part, par les apôtres! jamais autrement! jamais par un groupe de ministres s’érigeant eux-mêmes en comité doctrinal! Il en était de même au premier siècle.

De quelle façon l’Église Universelle de Dieu a-t-elle reçu ses doctrines, croyances et enseignements? Exclusivement par l’apôtre de Christ!

Mais toutes les doctrines, croyances et tous les enseignements de l’Église Universelle de Dieu sont venus de Christ par l’intermédiaire de l’apôtre qu’Il a choisi! »

« What is a Liberal? », WN, 19 février 1979.

« Le Christ vivant a fondé la seule véritable Église de Dieu en l’an 31. Le même Jésus-Christ a initié l’ère de Philadelphie de l’Église de Dieu par mon intermédiaire, l’apôtre qu’Il a choisi au mois d’août de 1933. »

« Dieu ordonne dans Sa parole que nous ayons tous ‘un meme langage’. Ce ‘même langage’, Il l’a introduit dans l’Église par Son apôtre ».

« Watering down – Or Slowly Building Solidly Up? », WN, 11 juin 1979.

Nous aurions pu ajouter d’autres déclarations, certaines plus longues et aussi fortes. Toutefois celles-là devaient être suffisantes pour faire comprendre à ceux qui veulent savoir ce que M. Armstrong enseignait sur la façon dont les doctrines sont données à l’Église et qui sont prêts à l’accepter. Réfléchissez un instant et demandez-vous si c’est une chose à laquelle vous croyez toujours.

Adoration de M. Armstrong ou une foi en Dieu basée sur des preuves?

Ceux qui veulent retenir la vérité comme l’Église y croyait autrefois et qui croient que cette vérité n’est apportée que par les apôtres sont souvent accusés « d’adorer M. Armstrong ». J’ai déjà mentionné cela dans l’introduction. Il y a quelque chose d’ironique dans cette idée, et dans ce qui va suivre.

Réfléchissez. Lorsque 150,000 personnes croyaient ce que M. Armstrong enseignait, pendant qu’il était vivant, aucune n’aurait suggéré que nous « l’adorions ». Pourquoi certains disent-ils cela aujourd’hui. Qu’y a-t-il de changer?

Les membres en grand nombre se sont toujours efforcés de suivre les enseignements des autres apôtres (Pierre, Paul, Jean, Jacques, Matthieu, Jude etc.) et personne n’a prétendu qu’ils les adoraient. Pourquoi M. Armstrong est-il donc traiter différemment?

Réfléchissez à ceci. Comme tous les apôtres avant lui, M. Armstrong est mort. Ceux qui obéissent d’une façon équilibrée aux instructions des autres apôtres ne sont pas accusés de les sanctifier ou de les adorer. Il devrait en être de même en ce qui concerne M. Armstrong. En vérité, il est un apôtre méprisé par les siens. Méprisé par ceux qui croient qu’être « son imitateur » (I Cor 11 :1) après qu’il est décédé est l’équivalent de l’adorer

M. Armstrong a enseigné très clairement que la vérité ne pouvait entrer dans l’Église que par les apôtres. Cela était déjà une doctrine solidement établie. La majorité avait appris à ne pas contester les preuves formelles qui avaient été présentées. Mais combien les avaient intériorisées? Le fait de rejeter cette connaissance fondamentale est en soi une fausse doctrine. Réfléchissez-y à deux fois! Les gens doivent d’abord rejeter cette doctrine pour pouvoir ensuite rejeter les autres doctrines. Reconnaissez aussi que cela constitue la seule façon d’accepter tout autre fausse doctrine de la part de non-apôtres. Je le répète, il n’y a pas d’autre façon de s’éloigner des croyances antérieures.

Plusieurs dans l’Église n’ont plus comme autrefois la foi nécessaire pour croire que Dieu a guidé M. Armstrong de la façon extraordinaire dont Il l’a fait. Toutefois, ils ne douteraient pas de cela s’ils avaient prouvé ce qu’il a enseigné – y compris le fait que Dieu met la vérité dans Son Église par les apôtres.

Pensez-y! Il est pratiquement certain que c’est la raison pour laquelle Christ a demandé : « Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » (Lc 18 :8). Cette question fait référence à la période immédiate avant Son retour. Et les seules personnes auxquelles peut s’appliquer la possession ou la perte de la foi sont ceux de Son Église. Il savait qu’il n’était pas question du monde. Jésus savait pertinemment que les conditions dans les derniers jours en entraîneraient un grand nombre à perdre la foi sur la façon dont Il avait guidé avec succès et béni Son Église jusque-là, et comment Il l’avait conduit dans la vérité. L’homme a la mémoire courte!

Lorsque M. Armstrong disait sans cesse que c’était Christ qui le guidait, que ce qui s’accomplissait dans l’Église Universelle de Dieu n’était pas le produit d’un être humain, la majorité a pu voir cela et croire qu’il disait la vérité, et une partie en fit la preuve. Puis M. Armstrong mourut, et le temps passa et la foi diminua. Aujourd’hui, plusieurs ne sont même plus certains qu’il était un apôtre ou s’ils le sont, ils sont incertains de ce que cela sous-entend pour l’Église.

Recevoir ceux que Dieu envoie.

Examinons l’aspect inverse de l’avertissement que Christ nous donne de ne pas recevoir de faux prophètes et de faux christs. Il s’agit, bien entendu, de ceux que Dieu A ENVOYÉ et qui devraient être reçus. Plusieurs n’ont pas fait cette distinction, ayant d’abord oublié que Dieu n’enverrait pas quelqu’un sans S’assurer que nous puissions savoir qu’il venait de Dieu. Rappelez-vous que le mot apôtre signifie « un envoyé » de Dieu! Si Dieu envoie un homme, c’est qu’Il veut, de toute évidence, que Ses autres serviteurs le sachent afin qu’ils puissent le soutenir.

Juste avant Sa crucifixion, Christ a dit à Ses disciples, « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j'aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui [le Père] qui m'a envoyé ». (Jn 13 :20).

Ceci constitue un test suprêmement important pour tous les serviteurs de Dieu à travers le temps. Recevoir ceux que Dieu envoie c’est recevoir à la fois Christ et le Père. Inversement, et conséquemment, rejeter ou ignorer ceux que Christ a envoyés équivaut à rejeter ou ignorer Christ et le Père.

Un passage plus élaboré souligne ce point et rend absolument limpide l’importance que ce principe revêt aux yeux de Dieu. On le retrouve dans Matthieu 10 :40-42. Nous allons l’examiner un verset à la fois. « Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé » (v.40). Cette portion du passage est pratiquement identique à Jean 13 :20.

Mais ce n’est pas tout. La suite révèle qu’il y a plus en jeu qu’on le croirait à première vue, davantage que seulement obéir à la directive de Christ de recevoir les serviteurs qu’Il a autorisés ou envoyés : « Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste » (v.41).

Cela signifie qu’il y a littéralement quelque chose pour vous et moi si nous pouvons distinguer ceux que Dieu a envoyés de ceux qu’Il n’a pas envoyés. Une récompense réelle, et éternelle, est en jeu ici. Voyez maintenant le verset suivant : « Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense » (v.42).

Réfléchissez à ceci. Le simple fait de donner à boire, au nom d’un disciple, assure la personne d’une récompense certaine de la part de Dieu. Voici pourquoi. Quoi que nous fassions pour un véritable serviteur de Dieu, même pour ceux qui détiennent le « poste » le plus humble d’un « petit », Christ considère que c’est à Lui que cela a été fait : « Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à MOI que vous les avez faites » (Matth 25 :40).

Ce dernier passage nous montre la nécessité de toujours recevoir les véritables frères en Jésus-Christ. Bien entendu, en comparaison avec les apôtres, prophètes, évangélistes etc., cela est beaucoup plus difficile, sinon impossible à faire. En fait, c’est le sujet même de tout le passage dans Matthieu 25. Les gens ne pouvaient pas toujours savoir qu’ils recevaient une des « frères » du Christ, un de « ces petits ». Mais Christ prend note du comportement des gens même envers la « moindre » de Ses brebis.

Pourquoi tout cela? Parce que ça démontre encore plus l’importance que revêt aux yeux de Dieu le commandement de recevoir un apôtre lorsque Dieu l’envoie. Puisqu’un apôtre est quelqu’un qui a été « envoyé » par Dieu, malheur à ceux qui ignorent Jean 13 :20, Matthieu 10 :40-42 et 25 :40! Plus bas, nous verrons que c’est encore plus vrai en ce qui concerne M. Armstrong.

Je ne puis souligner suffisamment l’importance que cela a aux yeux de Christ, Lui qui attache à votre empressement à recevoir celui qu’Il a envoyé au fait que vous LE receviez ou receviez LE PÈRE. Ne vous leurrez pas en vous faisant croire qu’il y a moins que cela en jeu! Une récompense particulière est promise à tous ceux qui savent qu’ils donnent un verre d’eau à un disciple parce qu’il est un disciple.

Qu’en est-il alors d’un apôtre?

Bien entendu, il y en a qui ne se préoccupe pas de ce que Dieu dit à ce sujet. Ils semblent recevoir ou rejeter ceux qu’ils veulent bien sans considérer si ce sont les instructions de Dieu ou si c’est Lui qui les a envoyés.

Quand même quelqu'un des morts ressusciterait.

En réalité, ce titre est un des principaux points de la parabole de « Lazare et le riche ». Il révèle à quel point certaines personnes se refermeront sur elles-mêmes et refuseront de reconsidérer leur erreur. À la fin de cette histoire, le riche, constatant qu’il avait raté son salut, presse Abraham, qui est maintenant dans le Royaume, d’envoyer Lazare informer ses cinq frères de ce qu’il vient lui-même de rejeter. Abraham lui répond : « Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent » (Lc 16 :29).

Le riche, croyant qu’une personne ressuscitée serait plus convaincante, encourage Abraham à changer d’idée (v. 30).

La réponse d’Abraham renferme une mise en garde de grand poids pour ceux qui rejettent, en tout ou en partie, l’autorité que Dieu a placée en Son apôtre Herbert W. Armstrong. Notez : « Et Abraham lui dit: S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait » (v.31).

Il est très difficile de faire changer ceux qui se sont déjà fait une idée. Si nous nous basons sur cette parabole, je reconnais que ce livre, écrit par quelqu’un que la plupart verront comme présomptueux, et certainement pas envoyé par Dieu, a peu de chance de convaincre un grand nombre de membres. (Il est possible qu’il pousse à l’action un très petit nombre de ministres seniors). Mais parce que Christ l’a inspiré il en convaincra quelques-uns. J’espère que vous réfléchirez à ce que le riche n’a pu comprendre au sujet de l’entêtement de la nature humaine à ne pas vouloir mettre en pratique les enseignements de Moïse et des apôtres dans leur vie même si quelqu’un des morts revenaient pour les en convaincre.

Étudions davantage l’ironie que j’ai mentionnée plus tôt. Il est étonnant de constater combien les gens sont prêts à recevoir des dirigeants trompeurs, des faux prophètes et des faux christs et ceci directement à l’encontre de la mise en garde faite par Christ (à ceux de la fin des temps). Et pourtant, lorsqu’un des grands serviteurs de Dieu mourut au terme d’un ministère phénoménal de 52 ans qui a atteint 250 millions de personnes, la majorité de ceux qui l’avait connu ont rejeté la façon dont Dieu l’a utilisé pour s’attacher à ceux-là mêmes que Christ leur a dit d’éviter! Renversant!

Comme les temps ont changé. Il fut un temps ou un tiers des chefs d’état de la Terre, rois, reines, présidents, premiers-ministres et chanceliers, recevait M. Armstrong en tant « qu’ambassadeur sans-portefeuille ». Il a été honoré spécialement et a reçu récompenses et cadeaux de la part de dirigeants mondiaux charnels, des hommes qui n’avaient aucune idée du rôle que l’Église savait être le sien. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de personnes – qui autrefois comprenaient bel et bien ces choses – ont rejeté l’ensemble ou une partie des doctrines, des principes et des traditions qu’il a enseignés, ce qu’il représentait et, dans plusieurs cas, le fait qu’il était un apôtre. De plus, ils ont rejeté le rôle extraordinaire, remarquable et historique qu’il a joué dans la réalisation de la prophétie.

Tout ce qui précède nous permet de voir encore mieux la nécessité de recevoir celui qui a été envoyé, quelqu’un en l’occurrence, qui est même plus qu’un apôtre ! Que veux-je dire par là ?

Les dirigeants qui rejettent M. Armstrong en tant qu’Élie.

Maintenant que nous comprenons que la vérité est révélée à l’Église par les apôtres et comment reconnaître ceux-ci, allons plus loin. En plus de rejeter cette connaissance particulière pour leur permettre de changer les doctrines, les gens doivent aussi rejeter l’idée que M. Armstrong était l’Élie de la fin des temps qui est venu rétablir toutes choses (Matth 17 :11).

Parmi tous les désaccords chez les autres groupes, un des plus importants (sinon le plus important) est sans doute celui de savoir si M. Armstrong était « l’Élie » prophétisé qui doit venir avant le Jour de l’Éternel et le retour du Christ pour « rétablir toutes choses ». Si M. Armstrong était cet homme, alors toutes les vérités qu’il a enseignées doivent être retenues, fermement! Les implications de cet accomplissement sont prodigieuses! Le livre « Je vous enverrai ÉLIE pour rétablir toutes choses », qui prouve sans conteste le rôle de M. Armstrong, examine ces implications et les raisons pour lesquelles il y en a tant qui ont rejeté à la fois son rôle et sa signification.

Bien que certains en disputeront la signification, personne ne niera que Dieu dit aux Philadelphiens qu’ils doivent « retenir ce qu’ils ont », en parlant de la vérité. Malheureusement, il y en a un grand nombre qui, bien que se souvenant de cela, ont fait de l’accomplissement, de l’enseignement de la doctrine de l’Élie et des implications qui en découlent, une exception. Chacun semble voir ce sujet à sa façon.

Certains en rejettent directement l’accomplissement par M. Armstrong. D’autres l’acceptent, mais font partie d’une organisation qui enseigne plusieurs doctrines bizarres sur le soi-disant accomplissement par leur dirigeant du rôle de « Ce prophète ». D’autres encore, ayant quitté ce dernier groupe pour joindre d’autres groupuscules, l’acceptent mais possèdent également leurs propres idées farfelues en ce qui concerne les prophéties. Il y a une quatrième catégorie qui est constituée de gens qui croient cette doctrine mais sont incapables d’en reconnaître les implications.

Finalement, il y a plusieurs centaines de personnes qui ont une approche équilibrée du rôle de M. Armstrong et les implications de ce rôle. Ces personnes n’ignorent pas les faits évidents, la montagne de preuves disponibles au sujet de ce qu’il était. Elles ne suivent pas de faux prophète et ne croient pas à toutes sortes de folles idées prophétiques. Elles savent que l’Œuvre ne se terminera pas avant le début de la Grande Détresse. Ceux de ce groupe ne calomnieront pas et n’attaqueront pas les frères qui sont dans la confusion sur ce point ou un autre. Ce groupe ne reflète pas les attitudes malsaines, hésitantes, ignorantes, indisciplinées, déséquilibrées, réfractaires à l’enseignement et au gouvernement que l’on retrouve chez tant de groupes qui affirment accepter le rôle de M. Armstrong et particulièrement chez ceux qui sont demeurés longtemps au sein du groupe de 1989. Ces derniers sont ceux qui ternissent le plus la réputation de ceux qui retiennent convenablement cette vérité.

Ceux qui baisent sa tombe.

Bien entendu, la majorité des dirigeants des autres groupes partagent consciemment ou non la responsabilité de la tromperie envers les membres de l’Église car ils ne cessent de dire : « Nous aimons M. Armstrong ». Les dirigeants apostats de l’EUD continuent d’affirmer qu’ils « aiment M. Armstrong ». Tout comme les Pharisiens qui décoraient de fleurs les sépulcres des prophètes qu’ils avaient tués (Matth 23 :29), ils « baisent sa tombe » dans un dessein politique. En passant, même le pape et tout télévangéliste contemporain diraient sûrement si on leur demandait qu’eux aussi « aiment M. Armstrong ».

Le diable lui-même ne tenterait pas de vous tromper en disant qu’il « hait M. Armstrong », ou « je n’aime pas M. Armstrong ». La majorité des dirigeants des différents groupes peuvent ajouter « c’était quelqu’un de bien » ou « il a fait du bon travail » ou encore « il était, ou il était probablement, un apôtre », avant de poursuivre en mentionnant où il s’était trompé sur tel ou tel sujet. Ils savent que leur chance de vous entraîner, vous ou les membres de leur organisation, vers une mauvaise façon de penser ou vers une nouvelle doctrine, est beaucoup plus élevée s’ils donnent l’apparence de respecter M. Armstrong et d’être d’accord avec lui. Ils utilisent l’hypocrisie de la flatterie et, bien attendu, cela fonctionne. Les ennemis de Dieu et tous ceux qui diluent Sa vérité attaquent toujours Ses grands serviteurs. Mais ceux qui sont dans l’Église au sens large procèdent généralement avec ruse niant attaquer et affirmant qu’ils respectent ce qu’il a accompli.

Chacun des autres dirigeants tient à apposer sa signature sur son propre groupe. Ces hommes ne veulent pas donner l’apparence d’être stagnants. Ils veulent être considérés comme des hommes de vision, « capables de croître ». Voilà pourquoi ils ne parlent jamais de « rétablir toutes choses » (à l’exception d’un dirigeant senior qui met constamment l’emphase sur les miracles et sur le « rétablissement du christianisme apostolique », comme si M. Armstrong n’avait jamais fait cela). Ils ne parlent jamais non plus que M. Armstrong a enseigné que ce ne sont que les apôtres qui établissent la vérité dans l’Église. Réfléchissez sérieusement à cela quand vous les observez! Ces hommes n’ont pas voulu recevoir M. Armstrong comme l’envoyé de Dieu, en tant qu’apôtre qui seul possédait l’autorité pour apporter la vérité à l’Église, comme l’Élie envoyé par Dieu pour rétablir toutes choses. Puis, ils ont le culot de dire que l’Église, et M. Armstrong, n’ont jamais été certains de cela, alors qu’ils savent pertinemment que l’Église le croyait fermement.

Il s’agit d’une hérésie dangereuse que celle d’ignorer ou même de minimiser la saine doctrine de l’Élie acceptée par l’Église. Un grand nombre de personnes à travers le monde sont profondément convaincues de la relation essentielle entre retenir la vérité et l’accomplissement par M. Armstrong de Matthieu 17 :11 et Malachie 4 :5-6. Ils font donc face à un énorme dilemme lorsqu’ils étudient la possibilité de joindre un des principaux groupes.

Pour l’instant, faites abstraction de toutes les erreurs des différents dirigeants, sauf en ce qui concerne la prophétie de l’Élie. Puis, réfléchissez au dessein de Dieu pour notre époque. Il a planifié Matthieu 17 :11 il y a 6000 ans, incluant la destruction potentielle de la Terre si l’Élie n’apparaissait pas (Mal 4). Il savait aussi que ceux qui demeureraient (ou redeviendraient) Philadelphiens auraient à passer un test difficile lorsqu’ils voudraient retenir toute la vérité face à une majorité qui ferait le contraire.

Dieu serait-Il l’auteur de la confusion?

Comprenez bien ceci! Christ n’assemblerait jamais et ne pourrait jamais assembler ceux qui croient la grande prophétie de l’Élie autour d’un homme qui ne croirait pas qu’elle a déjà été réalisée par M. Armstrong ou pire encore, autour d’un évangéliste qui déclare diriger le reste de Philadelphie et espère personnellement accomplir cette prophétie.

Essayez d’imaginer toute la confusion que Christ créerait chez Son troupeau fidèle s’Il S’attendait à une telle chose. Cela reviendrait à dire que ceux qui croient que M. Armstrong est l’Élie devraient « découvrir » par eux-mêmes que Christ ne S’attend pas à ce qu’ils suivent un dirigeant qui y croit aussi. Comment Christ peut-Il S’attendre à ce qu’ils arrivent à cette conclusion? Cela leur demanderait de marcher ensemble sans être d’accord (Am 3 :3), ce qui est impossible. Ce serait aussi leur demander de suivre un faux docteur. Dieu sait bien que ceux qui croient cette prophétie, et saisissent son importante relation avec « retenir toute la vérité », doivent trouver un dirigeant qui la comprenne et y croit. Que Dieu fasse le contraire est l’équivalent de folie spirituelle, ce qui ferait de Dieu l’auteur de la confusion. Il m’est impossible d’imaginer quelque chose de plus hypocrite de la part de Dieu si jamais Il devait faire une telle chose.

C’est insulter Dieu que de Le croire capable de mettre en oeuvre un plan si trompeur et si confus. Arrêtez-vous et réfléchissez à ce que vous venez de lire.

Encore plus, ceux qui auraient réussi à « résoudre l’énigme » devraient aussi « réaliser » que tout ce que M. Armstrong a enseigné au sujet de ne pas faire de compromis avec les doctrines – comme l’ensemble des autres groupes le font de multiples façons – était faux. Par exemple, comment les femmes qui ont compris les explications données par M. Armstrong au sujet de Satan introduisant le maquillage dans l’Église pour l’amener sur la voie du libéralisme, pourraient-elles marcher avec celles qui se maquillent ? Comment ceux qui croient être dans la seule véritable Église pourraient-ils marcher avec d’autres qui croient qu’ils ne sont « qu’une des véritables Églises »? Puis, imaginez les disputes entre ceux qui rejettent le rôle qu’a joué M. Armstrong en tant qu’Élie (comme si leur dirigeant ou quelqu’un d’autre pouvait remplir ce rôle) et ceux qui connaissent le rôle de M. Armstrong et toute l’importance de ce rôle en relation avec le maintien de l’entière vérité. Des disputes terribles s’ensuivraient inévitablement sur un tas de sujets. En fait, c’est même ce qui se passe maintenant.

Cet évangéliste senior va même jusqu’à nier la doctrine de base que l’Église soit notre mère, ce qu’il m’a confirmé à plusieurs reprises. Le groupe le plus important a aussi rejeté cette doctrine. Ils ne comprennent pas les versets pourtant clairs à ce sujet (nous les verrons plus loin). La brochure de M. Armstrong sur « naître à nouveau » explique en détail à quel point il comprenait l’importance de cette doctrine dans le plan que Dieu a de Se reproduire Lui-même. Il est pratiquement impossible d’ignorer l’importance de cette connaissance. Pourtant, plusieurs le font.

La majorité des autres dirigeants permettent aux femmes d’utiliser le maquillage, aux membres de célébrer les anniversaires de naissance, de se marier hors de l’Église et bien d’autres fausses doctrines trop nombreuses pour les énumérer. Personne ne doute que si M. Armstrong était vivant, il exclurait immédiatement ces hommes pour chacune de ces hérésies, combien plus pour l’ensemble. Je le répète afin de le souligner, rappelez-vous seulement de la force avec laquelle il parlait des cosmétiques.

En résumé, suivre des personnes qui sont aveugles au rôle qu’a joué M. Armstrong est contraire à la raison d’être du test qui demande aux Philadelphiens de retenir ce qu’ils ont pendant l’ère de Laodicée. Dieu n’utiliserait pas aujourd’hui pour diriger Son Église des hommes qui ne comprennent pas comment Il a utilisé M. Armstrong! Comment ces hommes pourraient-ils remplir une fonction qu’ils n’ont jamais réellement comprise?

Demandez-vous comment une organisation qui renfermerait une façon de penser aussi disparate et des croyances si différentes pourrait fonctionner. La division serait encore pire qu’aujourd’hui

La véritable motivation.

Regardez l’homme ou les hommes que vous suivez maintenant. Concentrez-vous sur la doctrine, et, sur la façon dont Dieu choisirait le chef sous lequel Il rassemblerait Son fidèle troupeau.

La majorité des dirigeants enseignent volontiers — et de façon fort opportune — certaines fausses doctrines populaires afin de garder avec eux les gens — et leurs dîmes. Ils comprennent très bien les conséquences financières qu’entraînerait le rejet d’erreurs acceptées par tous telles l’utilisation du maquillage et l’abolition de la troisième dîme. De cette façon, ils permettent à « la vérité d’être calomniée » et « trafiquent du peuple de Dieu » afin de conserver leurs dîmes (II Pi 2 :1-3).

Ils auront à répondre de leurs actions! (J’espère qu’ils sont plus aveugles et séduits qu’ils en ont l’air). Ne vous y trompez pas, ces hommes sont convaincus. Si vous en doutez, essayez de vous opposer activement à eux en conseillant à leurs membres affiliés d’abandonner leurs hérésies et de quitter leur organisation. Ceux qui agissent ainsi connaîtront rapidement leur sort, mais recevront la récompense divine s’ils ne sont pas des mercenaires (Jn 10 :11-13). Sachez qu’il existe plusieurs versets qui révèlent qu’il n’y a pas que les ministres qui ont une responsabilité en ce sens (entre-autres Jc 5 :19-20; Gal 6 :1-2; Jude 22-23; Dan 11 :32-35).

Tous les anciens, les diacres et autres dirigeants (et tous les membres) qui croient que M. Armstrong était l’Élie, devraient réfléchir très soigneusement aux points suivants. Que vous demeuriez dans un groupe qui rejette l’ensemble du rôle de M. Armstrong envoie aux membres des autres groupes un signal de confusion terrible et dit à ces personnes qu’elles peuvent croire que M. Armstrong était l’Élie mais qu’elles peuvent quand même suivre quelqu’un qui ne le croit pas. ÊEtes-vous prêts à vous tenir devant Dieu et défendre votre position? Vos chefs sont peut-être séduits, mais vous, comme plusieurs autres, affirmez que vous ne l’êtes pas, que vous « voyez ». Donc, « votre péché demeure », et cela signifie que vous pourriez être jugé plus sévèrement que vos chefs si vous refusez d’agir.

Le fait même que tant de gens aient oublié qui était l’Élie est en soi un témoignage éloquent de l’aveuglement régnant parmi le peuple de Dieu. Considérez leur « cécité » de la façon suivante. Des milliers de personnes ne sont plus capables de discerner ceux qui ont fait des compromis avec la vérité et se sont par là disqualifiés. Pire encore, ils ne peuvent même pas discerner ceux qui sont envoyés par Satan des grands serviteurs ENVOYÉS PAR DIEU.

Lisez attentivement Hébreux 5 :13-14 qui parle des Chrétiens matures capables de « discerner spirituellement entre le bien et le mal ». Demandez-vous ensuite ce qui est arrivé avec ceux qui autrefois étaient si sûrs des choses dont ils ne peuvent même plus aujourd’hui se rappeler, et encore moins les reconnaître comme bonnes.

Si vous n’ouvrez les yeux afin de comprendre que vous devez recevoir Herbert W. Armstrong comme celui qui a accompli la formidable prophétie de l’Élie (rappelez-vous Malachie 4 :5-6 et ce qui était en jeu si cet homme n’était pas envoyé avant le Jour de l’Éternel), il ne vous reste absolument aucun espoir de faire tomber les écailles qui recouvrent vos yeux comme c’est le cas de la majorité du peuple de Dieu aujourd’hui. Et vous ne pourrez jamais plus comprendre correctement le véritable gouvernement.

Mais j’ai constaté des abus dans ce Gouvernement.

Avant que nous examinions quelques déclarations au sujet de l’endroit, selon M. Armstrong, où le gouvernement devait être rétabli, entre les mains de qui il devait être remis et qui comprenait cette doctrine, on doit d’abord reconnaître que l’accomplissement de la doctrine de l’Élie et celle de la seule véritable Église et du Corps de Christ sont directement reliées à ce rétablissement.

Malheureusement, plusieurs personnes ont été victimes d’abus administratifs et d’injustices même lorsque l’EUD était encore sur la bonne voie. Cela a certainement été mon cas. Là où il y a des humains, il y a des imperfections, ce qui signifie que parfois certains seront blessés. Mais si ces personnes cherchent Dieu et se concentrent comme elles doivent le faire sur le développement du caractère parfait de Dieu en elles, alors elles auront l’esprit clair et reconnaîtront que même « Christ a appris par les choses qu’Il a souffertes » (Héb 5 :8) et que l’homme sage met sa gloire à oublier les offenses (Prov 19 :11).

Ces personnes doivent aussi se rappeler les autres enseignements de Dieu lorsque cela arrive : « Car c'est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c'est une grâce devant Dieu. Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple (I Pi 2 :19-21).

Avec le temps, la majorité finit par oublier l’importance d’un bon gouvernement dans l’Église. Presque tout de suite après la mort de M. Armstrong, ses successeurs ont dénigré le Gouvernement de Dieu, le comparant à quelque chose de dur et terrible (sauf lorsqu’ils en ont eu besoin pour persécuter ceux qui ne voulaient pas faire de compromis ou qu’ils ne pouvaient les contrôler dans un mauvais dessein). J’ai goûté plus d’une fois à l’extrême âpreté de leur rébellion contre ce que Dieu voulait établir dans l’Église par Son Gouvernement, et à leur ruse pour faire paraître cela comme de « l’amour ».

Les ministres (et j’ai entendu cela très souvent) ont été intimidés pour qu’ils évitent l’utilisation du gouvernement, même dans des situations sérieuses de discipline au niveau local. Ils se faisaient dire presque continuellement que toute utilisation du gouvernement était l’équivalent « d’agir en policier et non en berger ». Ce type d’expression est devenu un cliché répété sans cesse par des gens qui n’avaient aucune idée de ce qu’ils disaient ou de ce que Dieu avait enseigné sur le sujet. Une autre phrase : « On ne doit jamais contrôler la vie des autres » (ce qui est vrai), en est venu à signifier que les ministres de Dieu ne devraient jamais — ou très rarement — corriger les membres ou leur dire qu’ils étaient dans l’erreur peu importe le sujet. Des offenses sérieuses furent tolérées alors que les membres ont vite appris à « dénoncer » les pasteurs « qui jouaient à la police ».

On ne peut douter que la mauvaise utilisation du gouvernement en ait repoussé plusieurs. Mais, abandonneriez-vous le Sabbat parce que certains font un mauvais usage de cette bénédiction hebdomadaire? J’ai vu des gens voler les dîmes de Dieu, mais je n’ai jamais utilisé cela pour ignorer ma propre responsabilité à cet égard. Si certains parents appliquent mal les principes bibliques de bonne éducation des enfants, cela donne-t-il aux témoins d’une telle chose l’autorisation d’être permissifs? Doit-on abolir le mariage parce que la moitié des mariés se divorcent?

Depuis quand le fait que d’autres fassent les choses incorrectement annule-t-il notre responsabilité de les faire correctement?

Parce qu’on peut dire « j’ai constaté des abus du gouvernement » n’enlève pas l’obligation de l’utiliser à la façon de Dieu. Assurez-vous de ne pas blâmer le système de Dieu pour ce que les agents de Satan ont fait, ou font toujours. C’est ce qu’on appelle « jeter le bébé avec l’eau du bain » et c’est vous qui en souffrirez si vous n’êtes pas capables de juger correctement. Discernez bien ce qui suit. Ne dites pas que le système était dans l’erreur alors que c’était la faute des hommes. Gardez-vous également de dire inconsciemment que le système qui a produit des fruits merveilleux et vous a amenés à la vérité divine, vers Son Oeuvre et Son Église, ne vient pas de Dieu.

Le gouvernement a uniquement été rétabli à Philadelphie.

M. Armstrong n’a pas été ambigu sur la façon dont le Gouvernement de Dieu a été rétabli dans l’Église pendant l’ère de Philadelphie. Comme les citations suivantes le révèlent, il n’a ménagé personne. Lisez-les soigneusement.

« Je ne le savais pas, alors que j’étais jeune adolescent, dans la vingtaine ou la trentaine, mais Dieu guidait ma vie depuis ma naissance… Jésus-Christ, par Sa Parole écrite, ouvrit mon esprit aux grandes vérités de base qui étaient nécessaires pour devenir Son serviteur… le moment pour Dieu était arrivé! Le moment pour quelqu’un dont Jean-Baptiste avait été un type et préfiguration pour préparer la voie pour le second avènement du Christ… Je n’ai pas trouvé ces fondements de la vérité par moi-même! Jésus-Christ me les a révélés… Il préparait quelqu’un appelé et choisi par Dieu, même contre la volonté de cette personne, à la tâche importante de rétablir la Loi et le Gouvernement de Dieu sur la Terre – dans la toute petite Église Universelle de Dieu. Il préparait quelqu’un qu’IL avait conquis et conduit au repentir et à la foi pour remplir cette grande commission de la fin des temps! »

The History…of the Worldwide Church of God,” GN, avril 1980.

« Jésus S’était QUALIFIÉ pour rétablir le Gouvernement de Dieu – pour établir le ROYAUME DE DIEU sur toute la Terre, pour administrer le GOUVERNEMENT DE DIEU. L’Évangile de Jésus était la BONNE NOUVELLE qu’Il rétablirait (lors de Son second avènement) le Gouvernement de Dieu au moyen du ROYAUME DE DIEU. Voilà le véritable ÉVANGILE! Cet Évangile fut supprimé moins de 22 ans plus tard (Gal 1 :6-7) et ne fut plus proclamé au monde jusqu’à ce que CETTE ÉGLISE commence à le proclamer — aux États-Unis au début de 1934, puis au monde entier à partir de 1953 –— exactement 100 cycles astronomiques après avoir été supprimé ».

«Avons-NOUS, par cette œuvre, RÉTABLI quoi que ce soit? Bien sûr que oui! Nous avons RÉTABLI le VÉRITABLE ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST — par notre intermédiaire, JÉSUS-CHRIST a déjà commencé à RESTAURER la CONNAISSANCE de ce qui avait été enlevé — celle du GOUVERNEMENT DE DIEU. Par notre intermédiaire, le Christ vivant prépare Son SECOND AVÈNEMENT dans le DESSEIN de RÉTABLIR TOUTES CHOSES!

PERSONNE D’AUTRE n’a RÉTABLI la connaissance au sujet de l’établissement sur la Terre du GOUVERNEMENT DE DIEU, et de sa DESTRUCTION et de son abolition par le chérubin Lucifer (Satan) et ses démons.

Jésus N’A PAS rétabli le gouvernement de Dieu lors de Son premier avènement. Au lieu de cela, Il en a proclamé la BONNE NOUVELLE (l’Évangile). Il a été crucifié pour les PÉCHÉS du monde, Il a vaincu Satan, Il S’est qualifié pour établir et diriger le Royaume de Dieu, PUIS IL EST MONTÉ AU CIEL ».

Lettre co-ouvrière, 24 août 1982.

« Jésus a dit qu’Élie devait venir et rétablir toutes choses. Élie [l’original] n’a pas rétabli ce qui avait été enlevé… C’est le Gouvernement de Dieu qui avait été enlevé. Il devait être rétabli… Dieu m’a appelé pour le rétablir. Dieu s’est servi de moi pour rétablir le Gouvernement de Dieu. Mais il n’est rétabli que dans l’Église pour le moment. Je n’ai aucune autorité de la part de Dieu, ni aucune capacité pour rétablir le gouvernement de Dieu ailleurs que sur vous, membres de l’Église. Mais cela a été accompli. Cela a été fait frères et soeurs. Retournez et lisez Malachie 3 :1-5 et 4 :1-6. [Et] Jésus dit : ‘Élie doit venir’, et cela même après que Jean ait été mis en prison. Il devait toujours venir. Il [l’Élie] devait rétablir… Jean-Baptiste n’a rien rétabli. Vous devriez réaliser ce qu’est cette Église et qui vous soutenez lorsque vous dites être derrière moi à 100% ».

Sermon, 2 octobre 1982.

« …Matth 17… Les disciples demandèrent à Jésus : Pourquoi disent-ils [les scribes] qu’Élie doit venir premièrement? Or Jean-Baptiste était déjà venu. Et Jésus leur dit : Il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu'Élie est déjà venu, qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu et ils l’ont décapité et l’ont tué. Et Jean-Baptiste était déjà mort lorsqu’ils ont dit cela mais il a dit qu’Élie devait venir. Qu’est-ce qui a été rétabli? L’Évangile du Royaume de Dieu a été rétabli! Le gouvernement de Dieu a été rétabli dans cette Église! Il y a bien quelque chose qui a été rétabli frères et soeurs! Et Christ doit revenir pour rétablir toutes choses ainsi qu’un gouvernement universel, pas seulement dans l’Église, mais dans le monde entier. Et nous devons régner et diriger avec Lui. » (Note de l’auteur : Cette citation est à toute épreuve).

Sermon de la FdT, 21 septembre 1983.

«Il devait y avoir un Élie qui devait venir et rétablir toutes choses dans l’Église. Ceci s’est fait et ce qui a été rétabli, c’est le gouvernement de Dieu – et un grand nombre de vérités, au-moins 17 ou 18 doctrines principales et vitales ont été ajoutées aux trois qui avaient survécues dans l’ère de Sardes de l’Église ».

Dernier sermon, Trompettes, 16 septembre 1985.

« Mais, pour poursuivre à propos des choses qui ont été rétablies… Le gouvernement de Dieu a été rétabli dans l’Église, et le gouvernement de Dieu a été instauré dans l’Église. Vous lisez à ce sujet dans Éphésiens 4 et I Corinthiens 12. Christ est le Chef de l’Église et sous Lui, pour l’administration du gouvernement, on retrouve le ou les apôtres, puis les évangélistes, ensuite les pasteurs, ensuite tous ceux qui sont appelés anciens, tous les ministres du haut jusqu’en bas. Donc il y a des docteurs et des anciens, des anciens locaux et des anciens prédicateurs, des diacres et diaconesses. Et l’Église est rétablie sous cette forme de gouvernement. L’Église de Sardes n’avait même pas la bonne forme de gouvernement ».

Sermon, 17 décembre 1983.

Rappelez-vous. Les Philadelphiens retiennent toutes les doctrines qui leur ont été enseignées, sans aucune exception. Comme M. Armstrong a enseigné que « tout est une question de gouvernement », et qu’il avait été rétabli chez ceux de Philadelphie, il va sans dire que peu importe l’endroit où ces derniers sont en train d’être rassemblés, on doit s’attendre à retrouver exactement la même forme de gouvernement que celui qui était utilisé par M. Armstrong. Il devrait être clair que si une autre forme de gouvernement y est établie, cela viole la description que Christ donne des Philadelphiens qui doivent « retenir ce qu’ils ont ». Tout compromis doctrinal les disqualifie. (Le livre intitulé Le Gouvernement de Dieu, en comprendre les fonctions et les responsabilités, étudie ce sujet en profondeur).

Ceux que vous suivez.

Voulez-vous rejeter les déclarations ci-dessus en prétextant, comme certains le croient, qu’ils n’ont plus leur raison d’être parce que de mauvais dirigeants ont eu le pouvoir de détruire de façon permanente le Gouvernement de Dieu dans l’Église jusqu’à la fin de l’ère? Ou, peut-être croyez-vous que le Gouvernement de Dieu n’avait jamais été rétabli dans l’Église?

Le comité en charge du plus grand groupe croit que Dieu n’a pas suscité d’homme en particulier que l’on doit suivre. Ils n’ont cessé de répéter que si Dieu l’avait fait, ils le suivrait et que si jamais Il le fait, ils le suivront. Quelle hypocrisie!

Soyons sérieux! Cela suscite plusieurs questions, pour eux comme pour vous. Ont-ils recherché cet homme? Ont-ils examiné les fruits des candidats auxquels ils ont pu penser? Savent-ils comment chercher? D’où croient-ils que cet homme viendra? S’ils procèdent par élimination — ministres ou organisations — se basent-ils sur un fondement correct? Se préoccupent-ils ou pensent-ils même aux doctrines qu’il devrait enseigner… et combien il leur faudrait changer pour pouvoir le suivre? Réalisent-ils que cet homme ne ferait jamais — ni ne pourrait — faire de compromis avec le gouvernement comme ils le font? Existe-t-il un plan pour abandonner leur organisation et suivre cet homme lorsqu’il arrivera? Je parle en homme qui extravague.

Plus important encore, ont-ils tous demandé à Dieu de les guider pour qu’ils puissent trouver cet homme, en priant et en jeûnant? Ensuite, ont-ils réfléchi au fait que Dieu ne fermerait jamais les yeux sur leur utilisation d’une forme de gouvernement tout à fait non-biblique en attendant cet homme? Croient-ils réellement qu’ils seraient tout à coup prêts à se placer sous l’autorité d’un seul homme après avoir fonctionné par « consensus » pendant plus d’une décennie? Qui croient-ils tromper par une telle hypocrisie?

Il n’y a personne qui, réfléchissant sérieusement à tout cela, peut croire que ces hommes, qui ont été élus, aient mis en pratique UNE SEULE de ces choses. Tout comme les chercheurs qui cherchent un remède au cancer, ils savent très bien que s’ils trouvaient quelqu’un, ils perdraient leur travail. Ne laissez pas ce comité vous tromper et vous convaincre que vous êtes en de bonnes mains et qu’il vous informera lorsqu’il aura trouvé cet homme. Ces hommes ne le cherchent même pas. Ils n’ont aucune stratégie pour le trouver et n’ont pas l’intention d’en avoir!

Ils sont devenus aveugles. Mais ils n’ont aucune excuse. Comme tous les hommes aujourd’hui — même si ces hommes cherchaient vraiment — ils auraient tendance à chercher quelqu’un dont on parle en bien quoique le Christ ait dit : « Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous ». Suivrez-vous de tels hommes? Vous contenterez-vous de leurs promesses vides et égoïstes?

Est-ce que VOUS cherchez à suivre une personne qui a « joué le jeu » et a réussi à monter en grade et à obtenir l’approbation générale.

Tous les autres groupes aujourd’hui ont oublié le Gouvernement de Dieu. Les gens de Sardes aussi en avaient depuis longtemps perdu la trace lorsque M. Armstrong les a rencontrés. Tout comme Laodicée de nos jours, ils sont divisés, en désaccord et en compétition. Que seule Philadelphie, insérée entre ces deux ères, ait pu expérimenter l’unité grâce au rétablissement de ce merveilleux Gouvernement, n’en constitue qu’une preuve supplémentaire.

Un Gouvernement hiérarchique?

Examinons certains autres points. Bon nombre de groupes possèdent une forme hiérarchique de gouvernement. Mais cela ne signifie pas qu’ils aient le Gouvernement de Dieu? Il y a deux raisons à cela.

D’abord, certains ne comprennent pas ce que signifie un gouvernement hiérarchique. Ils semblent croire que cela implique le contrôle ultime par un comité, là où le chef peut être déplacé par un vote de la majorité. Cela n’est même pas un gouvernement hiérarchique, encore moins le Gouvernement de Dieu! Il s’agit purement et simplement d’un gouvernement démocratique. Quelques petits groupes utilisent aussi ce système. Ils sont aveugles et incapables de voir que c’est Dieu seul qui choisit et désigne celui qu’Il a choisi. Celui que Dieu choisit n’a de compte à rendre qu’à Dieu, personne d’autre et si Dieu veut l’enlever, Il le fera. M. Armstrong a dit : « Le Gouvernement de Dieu est, par nécessité, un gouvernement du haut vers le bas. Il ne peut s’agir d’un gouvernement selon le consensus de la majorité » (MYSTERY OF THE AGES , p.49). Cela inclut les comités quelle que soit leur taille.

Conformément à l’esprit « d’un homme, un vote », tout le ministère des autres grands groupes votent sur le budget, les plans stratégiques, les doctrines, les traditions, les règlements et la sélection des membres du conseil. Tout cela s’accomplit dans un esprit « d’ouverture » et de « transparence ». Mais c’est aussi fait pour assurer que leurs membres (et ministres) plus ou moins confiants soient satisfaits et continuent de donner leur accord (traduisez ceci par leurs dîmes), à leur « siège central ».

Des dirigeants et des membres comme ceux-là ne croient pas en la capacité de Dieu de diriger Son Église sous la direction d’un homme.

Un groupe annonce même publiquement la façon dont a voté tel ou tel membre du conseil, révélant même qui est considéré pour remplir les postes de direction. Quelle division et quelle folie! Quelle que soit la sincérité de ces dirigeants qui essaient de corriger — d’une façon temporaire ou permanente — une forme de gouvernement qui, selon leurs convictions avait été introduite dans l’Église par erreur par M. Armstrong, cela représente un voyage extraordinaire vers la confusion, la division et l’aveuglement le plus total. Malheureusement, selon un parallèle remarquable avec la prophétie de Jérémie (5 :31), « les sacrificateurs [ministres] dominent… », et il semblerait que la majorité du peuple de Dieu « prend plaisir à cela ».

Voilà ce qu’est l’ère où « le peuple règne, juge et décide ».

Comprenez-le bien. Les hommes n’ont pas l’autorisation d’établir ou de changer la forme du Gouvernement de Dieu et ensuite recommander à Christ de changer sa façon de penser. La majorité semble avoir oublier que les « recommandations » se font dans l’autre sens.

Toutefois, il y a aussi cet autre énorme problème. Certains dirigeants possèdent bien l’autorité ultime dans le processus décisionnel, mais enseignent par la même occasion une panoplie de fausses doctrines qu’ils ont baptisées « croître dans la connaissance » ou « ajustements mineurs » aux doctrines qui ne sont pas « essentielles au salut ». Leur gouvernement possède la forme hiérarchique, mais ne peut en aucun cas prétendre avoir l’autorité de Dieu, car Celui-ci n’y est pas PRÉSENT. La raison de cela est que le reste de Philadelphie « retient » toute la vérité (Apoc 3 :11). En fait, ces hommes se sont désignés eux-mêmes car leurs fruits (leur enseignement) démontrent que Dieu n’a pas pu les désigner en tant que dirigeant de Son Église. Il ne peut être à la tête de tels gouvernements car cela reviendrait à travailler contre Lui-même, contre Sa propre vérité!

Arrêtez-vous et réfléchissez un instant. Après avoir vu les dirigeants apostats et ceux d’un ou deux autres groupes dont les dirigeants tièdes ont dilué la vérité; après avoir vu la direction du premier groupe (de 1989) abuser terriblement du gouvernement pour brutaliser son troupeau, vous faites face à un choix personnel. Vous devez soit : (1) Conclure que le système de gouvernement par un homme est dans l’erreur parce qu’il a permis l’arrivée de mauvais dirigeants ce qui a éventuellement entraîné la formation de comités élus pour choisir un dirigeant, ou (2) en toute foi, chercher avec détermination l’homme que Dieu a choisi et entraîné et qui ne fait aucun compromis avec la vérité.

Il n’y a aucun autre choix. Songez à ceci très soigneusement. IL N’Y A AUCUN AUTRE CHOIX!

Le Gouvernement divin a été rétabli dans la sixième ère de l’Église de Dieu. M. Armstrong a enseigné que le Gouvernement « était tout ». Aucun dirigeant apostat, ni personne d’autre, n’a l’autorité (de Dieu ou de quiconque) de l’éliminer de l’Église. Ils ne peuvent non plus en modifier la forme. Vous retrouverez le Gouvernement de Dieu là où la vérité rétablie dans son entier est enseignée et pratiquée, là où l’Évangile est prêché dans le monde entier, là où un avertissement particulier est lancé aux nations constituant l’Israël moderne et là où le troupeau est nourri adéquatement et où se trouve le dirigeant choisi par Dieu.

Il n’y a qu’un seul endroit comme celui-là!

Ce qu’a enseigné M. Armstrong.

Voici une longue et unique citation de M. Armstrong. Le sujet du nombre d’organisations par lesquelles Dieu choisit de travailler pour accomplir Son Œuvre serait incomplet sans elle. Elle est tirée de la lettre co-ouvrière de 30 pages publiée en mai 1974. Cette lettre contient des preuves importantes et établit la norme de ce qui était compris et cru par l’Église au sujet du gouvernement alors que celle-ci avait à faire face à la plus grande rébellion de l’ère de Philadelphie jusque-là.

M. Armstrong a toujours admis que le Gouvernement de Dieu fonctionne toujours du haut vers le bas, en commençant par un homme, ce qui signifie qu’il n’y a toujours qu’une seule organisation à la fois. Vous devez admettre qu’il est impossible que le leadership d’un seul homme soit divisé entre plusieurs groupes. Ne croyez pas, comme certains le veulent bien, que la façon dont les dirigeants de la septième ère choisissent de constituer le gouvernement de leur groupe puisse affecter de quelque manière la façon dont Dieu gouverne ceux de la sixième ère. (Partout c’est M. Armstrong qui souligne).

« Aujourd’hui, certains dans l’Église de Dieu ne COMPRENNENT pas ce qu’EST réellement l’Église de Dieu! Certains sont confus en ce qui concerne son ORGANISATION ou gouvernement — et je parle ici de L’ÉGLISE QUI APPARTIENT À DIEU! Dieu n’a QU’UNE SEULE ÉGLISE! (I Cor 12 :12-13). Mais nous, qui avons « de l’intelligence », comprendrons! Cela sera rendu très CLAIR dans la présente lettre.

À plusieurs reprises, chers frères et sœurs, je vous ai dit que lorsque Dieu m’a appelé à l’automne de 1926, Christ m’a fait connaître Sa vérité une étape à la fois. VOUS n’avez pas eu à apprendre la vérité si lentement, Christ S’est servi de moi pour cela. Et une des toutes dernières vérités qu’Il m’a révélée fut celle de l’organisation de l’Église et du gouvernment!

Frères et sœurs, j’ai cru nécessaire que vous sachiez ceci et que vous compreniez ces choses pour que vous puissiez réaliser les RAISONS pour lesquelles je n’ai pas totalement compris la vérité au sujet de l’organisation et du gouvernement de l’Église en février 1939, IL Y A DE CELA PLUS DE 35 ANS, lorsque j’ai écrit un article sur l’organisation de l’Église. [Note de l’auteur : Plusieurs aiment citer cet article afin de promouvoir leur programme personnel].

Il y avait eu beaucoup de confusion et de disputes entre les membres de « Sardes » au sujet de l’organisation de l’Église. Lorsque la soi-disant « nouvelle forme biblique d’organisation ecclésiale » a été introduite à Salem, les gens de Stanberry s’y sont naturellement opposés. Je crois que nous étions tous dans la confusion à ce sujet. C’était semblable à être trop près de l’arbre pour voir la forêt… Chez les deux, Stanberry et Salem, les gens votaient. Un gouvernement du bas vers le haut comme ceux des dissidents aujourd’hui.

Nous avons publié un article révélant de nouvelles vérités au sujet de l’organisation de l’Église dans le GOOD NEWS de novembre 1952, et aussi en août 1953, intitulé « Le GOUVERNEMENT dans notre Église » et en novembre 1953, « le JUGEMENT et la DISCIPLINE dans l’Église de Dieu ». L’Église a accepté cette nouvelle vérité révélée par Dieu. Et depuis longtemps maintenant nous en sommes venus à comprendre TOUTE LA VÉRITÉ au sujet de l’organisation et du gouvernement dans l’Église.

Notez maintenant la FORME ou le PRINCIPE de fonctionnement du gouvernement de Dieu chez l’ancien Israël. On retrouve cela dans Exode 18 :13-27 ».

Voici un gouvernement DU HAUT (DIEU), vers le bas. Voici le principe PYRAMIDAL du gouvernement divin chez l’ancien Israël.

À cette époque, toute la NATION (ou l’Église et l’État ne faisaient qu’un) n’occupait qu’une zone restreinte. Ce type d’organisation pouvait être administré par UN SEUL HOMME sous Dieu, au sommet. Il s’agissait du gouvernement à partir de DIEU. En autorité sous l’Éternel, on retrouvait Moïse. Sous Moïse, PLUSIEURS dirigeants, chacun établi sur des MILLIERS (possiblement plusieurs milliers sous chacun). Sous chacun de ces derniers, des dirigeants de centaines et sous ceux-ci des dirigeants de cinquantaines et sous ceux-ci, de dizaines.

Il s’agissait d’un GOUVERNEMENT DU HAUT VERS LE BAS, c’est-à-dire À PARTIR DE DIEU — c’était le GOUVERNEMENT DE DIEU! Dieu choisit Moïse. Moïse choisit des dirigeants de milliers, et ainsi de suite.

Aux jours de Samuel, Israël rejeta Dieu qui régnait par son intermédiaire. À cette époque, c’est DIEU qui choisissait les humains par l’intermédiaire desquels IL dirigeait. Ils exigèrent un HOMME pour être leur roi. Dieu leur donna Saül qui se rebella contre Dieu. Puis Dieu leur donna David, un homme selon Son cœur. Même là, nous voyons un gouvernement DU HAUT VERS LE BAS.

Voilà le PRINCIPE de fonctionnement du GOUVERNEMENT DE DIEU. Il en est de même aujourd’hui! Il dit, « JE NE CHANGE PAS! » (Mal 3 :6).

Au fur et à mesure que nous étudions la question du GOUVERNEMENT dans la Bible, le PRINCIPE, du HAUT VERS LE BAS est constant. Toutefois, son application, ou les détails de sa STRUCTURE diffèrent afin de s’adapter aux époques et aux conditions. Les rebelles dans l’Œuvre de Dieu confondent la structure avec le PRINCIPE du gouvernement qui est TOUJOURS du HAUT (DIEU) vers le bas. Les deux sont DIFFÉRENTS.

Dans l’Ancien Testament, Dieu a choisi UNE personne (Moïse, Samuel, Saül, David etc.) à la fois, SOUS LUI, parce qu’Israël était UNE nation à UN endroit. UNE personne au sommet, sous Dieu, puis d’autres sous cette personne, voilà tout ce qui était nécessaire pour conserver le PRINCIPE du gouvernement DU HAUT VERS LA BAS.

Mais au premier siècle de l’Œuvre de l’Évangile dans le Nouveau Testament, Dieu répandait l’Évangile dans PLUSIEURS PAYS, sur de grandes étendues. Alors, Il organisa son Œuvre en DEUX principales divisions, deux secteurs — ISRAËL et les PAÏENS — qui étaient largement séparés géographiquement. La communication était virtuellement nulle, sauf par contact personnel. Les déplacements se faisaient à pied, ou à dos de chameau ou d’éléphant, ou encore par voilier. Si Pierre avait été le seul dirigeant humain sous Christ, cela aurait pu lui prendre des semaines pour communiquer avec un subalterne situé à Rome à partir de Jérusalem. Donc Dieu travailla directement avec DEUX secteurs séparés.

Avec le type de communications et de transport disponibles aujourd’hui, Christ n’a besoin que d’UNE personne directement sous Son autorité. Je me suis demandé plusieurs fois si Christ ordonnerait un ou plusieurs autres apôtres mais à chaque fois, après avoir consulté les évangélistes, leur réponse a été un NON catégorique ».

« … le GOUVERNEMENT DE DIEU opère du HAUT vers le BAS ».

« Regardons maintenant dans le Nouveau Testament comment cela est DÉFINITIVEMENT RÉVÉLÉ.

J’ai déjà cité Galates 2 :7-8 qui montre que Paul a été désigné par Christ comme chef de l’ŒUVRE chez les païens.

Notez maintenant Tite 1 :4-5 et 2 :15, où Paul écrit à Tite (qui est son SUBORDONNÉ), ‘à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi (tout comme ceux qui sont sous mon autorité dans L’ŒUVRE aujourd’hui, sont MES propres enfants, directement ou indirectement dans le Seigneur)… de la part de Dieu le Père (premier en autorité) et de Jésus Christ notre Sauveur (second)! Je (le suivant en autorité – sur les Gentils – sous Christ) t'ai laissé (sous l’autorité de Paul dans l’Œuvre) en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens (sous Tite qui est sous Paul qui est sous Christ) dans chaque ville ».

« Aucune autorité dans l’Église? Que VOULAIT DIRE Dieu lorsqu’Il dit dans Sa Parole : « OBÉISSEZ à vos CONDUCTEURS et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte (c’est ce que je devrai faire); qu'il en soit ainsi, afin qu'ils le fassent avec JOIE, et non en gémissant, ce qui VOUS ne serait d'aucun avantage. Priez pour nous (CEUX QUE DIEU A PLACÉ EN AUTORITÉ AUJOURD’HUI); car nous croyons avoir une bonne conscience, voulant en toutes choses nous bien conduire (Héb 13 :17-18).

Aucun gouvernement dans l’Église de Dieu? Alors POURQUOI Dieu a-t-Il inspiré ceci pour les Thessaloniciens? ‘Nous vous prions, frères, d'avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, QUI VOUS DIRIGENT dans le Seigneur, et qui vous exhortent. Ayez pour eux beaucoup d'affection, à cause de leur oeuvre. Soyez en paix entre vous (I Thess 5 :12-13).

Une des choses sur lesquelles SATAN travaille avec le plus d’ardeur consiste à injecter dans l’esprit des gens qui sont prêts à l’accepter, du RESSENTIMENT vis-à-vis L’AUTORITÉ. L’autorité DE DIEU est administrée avec AMOUR — en réalité, comme une personne qui sert ceux qui y sont soumis, pour LEUR BIEN et avec une SOLLICITUDE bienveillante à leur égard. Voilà la façon dont j’essaie d’utiliser l’autorité que Dieu m’a accordée, et j’essaie d’enseigner à ceux qui sont sous mon autorité à l’utiliser de la même façon — comme un serviteur, et non pas en l’imposant sur les autres — comme JÉSUS nous en a donné l’exemple. Satan MÉPRISE l’autorité sauf lorsque LUI-MEME l’utilise avec dureté et avec haine.

Mais que dit Dieu au sujet du MÉPRIS DE L’AUTORITÉ? »

« … ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d'impureté et qui MÉPRISENT L'AUTORITÉ. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d'injurier les gloires, tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur. Mais eux, semblables à des brutes qui s'abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour êtres prises et détruites, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption » (II Pi 2 :10-12).

Frères et soeurs, IL S’AGIT DE LA PAROLE DE DIEU, non de la mienne!

Lisez maintenant I Corinthiens 12 : Dans ce chapitre, Dieu nous montre que dans L’ŒUVRE accomplie par l’Église — proclamer au monde l’Évangile et paître le troupeau, — il existe des MINISTÈRES variés et différentes façons de FONCTIONNER au sein de l’Église et en regard de cela, Dieu a fait des DONS spirituels, a accordé des pouvoirs par l’Esprit-Saint.

Donc, dans l’Église, Dieu a établi différents MINISTÈRES. Par exemple, nous avons de nos jours, le département de l’administration de l’Église (CAD en anglais) ou, le département exécutif en charge des églises locales et du ministère. Il y a aussi le département de l’Éducation ou, direction exécutive des Collèges et des Écoles Impériales. Il y a également département de l’Édition, puis celui des émissions radiophoniques et de la télévision etc. Toutes ces choses exigent une organisation. La forme exacte ou leur STRUCTURE peuvent varier selon les conditions et les besoins, mais le PRINCIPE de l’organisation DOIT COPIER CELUI DU GOUVERNEMENT DE DIEU, du HAUT, Dieu, ensuite Christ et en descendant, les autres selon ce que CHRIST a décidé et choisi.

Le fait même que Dieu ait pourvu différents membres de Son Église de dons spirituels supplémentaires à ceux de leurs talents naturels démontre clairement qu’il existe dans Son Église une ORGANISATION précise et que celle-ci est basée sur le PRINCIPE de commandement hiérarchique que DIEU (notre branche législative) a déterminé soit, UNE AUTORITÉ DU HAUT VERS LE BAS. Voilà le PRINCIPE. Le FONCTIONNEMENT de l’Église est le résultat de l’application du principe de gouvernement qui nous a été donné par DIEU.

L’ADMINISTRATION de l’Église quant à elle se réfère aux responsabilités exécutives et de gestion ET NON à l’établissement des politiques. En d’autres mots, nous devons adapter nos méthodes de fonctionnement selon le PRINCIPE que DIEU (notre Responsable et Législateur) a établi, et non selon nos propres principes.

Maintenant, que nous montre ce chapitre (I Corinthiens 12)? Que l’Église est UNE – et SEULEMENT UNE – et possède plusieurs membres. Qu’il existe une diversité de ministères et d’opérations (v. 5-6). Qu’il y a différents DONS spirituels (mais UN SEUL ESPRIT, v.4, 7-11). Christ est le chef (la tête) de l’Église, appelée le « Corps de Christ », possédant plusieurs membres pour accomplir plusieurs fonctions. Pour le démontrer, elle est comparée au corps humain (v. 12-26). Ensuite, nous apprenons les différents postes hiérarchiques (v.27-30).

Donc, en ce qui concerne le RANG des postes administratifs et des autres fonctions, nous lisons « Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues » (I Cor 12 :28).

Alors notez ce que DIEU, la sainte PAROLE DE DIEU dit : « Et DIEU a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs… « C’est ce que DIEU dit. Mais un des chefs de la théologie des dissidents de l’Église de Dieu dit, « MAIS JE CROIS qu’il est bien mieux d’appeler cela des titres plutôt que des rangs. Il ESSAIE de contourner le GOUVERNEMENT DE DIEU et d’échapper à L’AUTORITÉ que CHRIST a déléguée.

DIEU DIT, premièrement, secondement et troisièmement. Mais il tente de déjouer la PAROLE DE DIEU! Frères et soeurs, l’Église de DIEU n’ose pas traiter la Parole de Dieu avec si peu de prévenance, d’une manière si astucieuse.

Dans ce monde non converti, ceux qui sont en autorité exerce leur pouvoir sur leurs subordonnés. Christ a dit qu’il NE DEVRAIT PAS en être de même en ce qui nous concerne. Mais Il n’a pas dit qu’il fallait abolir toute autorité. Au contraire, Il a DÉLÉGUÉ L’AUTORITÉ à Son Église. Ce qu’Il enseignait à Ses futurs apôtres, c’est que nous, dans le GOUVERNEMENT DE DIEU, ne devrions PAS dominer d’une FAÇON SÉVÈRE ET FROIDE comme le monde non converti le fait.

Soyons parfaitement CLAIRS! C’est élémentaire. Des malentendus sur ce point ont entraîné des gens à quitter l’Église de Dieu et peut-être même à perdre le salut et le don divin de la vie éternelle.

Voyez ce que Jésus a enseigné…[dans] Marc 10 :42 : ‘…Vous savez que ceux qu'on regarde comme les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les dominent. Il n'en est pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit l'esclave de tous. Car le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir …’ Toutefois, personne ne peut dire que Jésus n’avait pas d’autorité.

Il y a plusieurs années, voyant cela et ne considérant pas les très NOMBREUX passages confiant autorité et direction à certaines personnes dans l’Église et les chargeant de réprimander les indisciplinés, j’ai interprété le passage précédent comme signifiant qu’il n’y avait pas d’autorité dans l’Église. Je ne voulais pas exercer d’autorité. J’étais encore un NOVICE dans la vérité divine (il y a plus de 40 ans de cela). Donc, au début de l’Église de l’ère de Philadelphie, à Eugene en Oregon, j’ai permis à des « loups en vêtements de brebis » d’entrer et de semer les graines de discorde parmi les membres. Cela a provoqué la séparation de l’Église en deux parties et mettant possiblement la moitié de mon troupeau sur le chemin de l’étang de feu! Dieu avait Sa façon de me RÉPRIMANDER SOLIDEMENT, en me permettant de voir cela sous son vrai jour. Jésus parle ici de la FAÇON dont doit être utilisée l’autorité déléguée par Christ. Il NE DIT PAS qu’il n’y a PAS D’AUTORITÉ ».

« … lors du même entretien où Jésus enseignait de ne pas « dominer » sur ceux qui sont sous notre autorité (Lc 22), Il leur délégua l’autorité ROYALE en leur disant qu’ils régneraient sur 12 trônes.

J’ai dû en corriger quelques-uns dans l’Œuvre sur ce point précis – la façon avec laquelle l’autorité était appliquée. Nous dans l’Église de Dieu ne sommes pas ENCORE parfaits. Nous devons continuer de VAINCRE et de CROÎTRE dans la grâce. Le remède n’est pas de REJETER toute l’autorité que Christ a déléguée, mais bien d’apprendre à l’administrer de la MANIÈRE dont Il nous l’a enseignée.

Le passage parallèle sur les niveaux d’autorité dans l’Église se retrouve dans Éphésiens 4, en commençant par le verset 11 : « Et il [Christ] a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de L'ŒUVRE du ministère (proclamer l’Évangile du Royaume au monde entier), et de l'édification du corps de Christ.

Dieu n’a QU’UNE SEULE ÉGLISE sur la Terre qu’Il dirige dans l’accomplissement de Son Oeuvre – pas DEUX Églises – pas PLUSIEURS confessions et sectes, et groupes. Mais, il y a plusieurs membres, MAIS UN SEUL CORPS (I Cor 12 :20 – voir aussi v.12-13). Nous avons tous (pas quelques-uns), en effet été baptisés dans un seul Esprit, pour former un SEUL corps » (C’est lui qui souligne).

Lettre aux membres, 2 mai 1974

Voilà une déclaration très forte – et il vaut la peine de lire toute la lettre. M. Armstrong ne laisse aucun doute sur la forme du Gouvernement de Dieu. Prenez note qu’il n’a jamais affirmé que la direction par une « seule personne » n’était applicable que durant la vie d’un apôtre. Il n’a jamais enseigné une telle chose. Notez bien aussi le dernier paragraphe. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans le prochain chapitre.

M. Armstrong n’a jamais ordonné ou désigné son successeur comme apôtre, et la lettre complète citée ci-dessus montre que Dieu a utilisé plusieurs personnes qui n’étaient pas des apôtres (des juges, des rois etc.). Certains disent innocemment « nous n’avons pas d’apôtre aujourd’hui », nous n’avons donc pas à suivre un seul homme — tout en déclarant utiliser un « gouvernement hiérarchique » (où un conseil peut congédier un chef spirituel qu’il ne veut plus suivre). Il s’agit d’une affirmation clairement malhonnête de ce que M. Armstrong a enseigné de la part d’hommes qui ne veulent pas se soumettre à celui que Dieu a choisi ni examiner soigneusement si cet homme pourrait être un apôtre. Quelle considération apporterez-vous à tout cela?

Nous pourrions nous demander au sujet de ces groupes : Où veulent-ils en venir? Pourquoi ne peuvent-ils pas simplement dire qu’ils sont en désaccord avec M. Armstrong sur la question du gouvernement, puisqu’ils le sont sur tant d’autres points? Ils réinventent ou déforment les déclarations claires de M. Armstrong sur la nécessité de travailler sous une personne afin de détourner l’attention des fausses doctrines qu’ils tolèrent ou enseignent.

Faites un effort, appliquez-vous à saisir cette réalité.

Choisi, mais jamais élu.

Quand le chef choisi par Dieu n’est pas présent dans une organisation et qu’un conseil se choisit un chef spirituel, ce dernier accepte en fait l’autorité de ce conseil. Il ne peut nier à ce conseil l’autorité de le congédier. Il ne peut non plus affirmer que Dieu l’a placé à ce poste dans l’Église qu’il préside ni qu’il n’a de compte à rendre qu’à Dieu. Cela serait tout à fait malhonnête pour un homme d’affirmer que Dieu l’a placé dans un poste de leadership alors que c’est un conseil ou un comité d’hommes qui ont voté pour l’établir sur l’organisation qu’il « dirige ».

C’est la prémisse même utilisée par le chef d’un des autres groupes qui s’est rebellé et a quitté le sien qui n’avait pas voulu accepter son autorité et l’avait congédié. Il avait affirmé ouvertement : « Puisque le conseil m’a élu à deux reprises cela signifie que Dieu m’a choisi ».

Tout à fait ridicule! Malgré tout, il y a peut-être 2000 personnes qui suivent cet homme.

Le dirigeant de l’Église de Dieu — celui que Dieu a choisi — ne se prêterait JAMAIS à une élection, quels que soient les électeurs.

Le dirigeant choisi par Dieu est désigné après qu’il a été entraîné et préparé soigneusement — après avoir été éprouvé et testé intensément afin que Dieu ait l’assurance qu’il ne fera aucun compromis avec la vérité ou avec l’Œuvre après l’avoir désigné. Ce processus d’entraînement garantit que le dirigeant que Dieu a choisi sera à la tête d’une organisation qui aura des débuts les plus humbles, là où on pourra constater des fruits de croissance, de travail et de vérité, et où il aura commencé essentiellement seul, tout comme l’avait fait M. Armstrong. Il ne peut gravir les échelons d’une organisation déjà existante dirigée par un comité qui l’aura nommé et duquel il tirera son autorité — au lieu de l’obtenir de Dieu en tant que Son unique dirigeant.

Ce que les comités d’hommes peuvent donner, ils peuvent aussi le retirer!

Toute grande organisation, qui commencerait par des centaines ou des milliers de personnes et qui comprendrait plusieurs ministres, comme c’est le cas des autres grands groupes, devrait immédiatement faire face à la question : « qui est en charge? ». Parce qu’elle a commencé de cette façon, cette organisation est obligée d'élire un chef. Réfléchissez et acceptez le fait que celui que Dieu choisirait ne participerait jamais à un tel processus. (Bien entendu, ce grand groupe justifie son rejet de la méthode de sélection par Dieu en continuant d’affirmer sans réfléchir que Dieu n’a pas clarifié encore Son choix de la personne qu’ils devront suivre. Mais je le demande à nouveau : Qui parmi eux cherche à savoir si Dieu a envoyé un autre homme aujourd’hui?)

L’Église de Dieu restaurée offre une série de six sermons sur le gouvernement intitulée « The Towering Government Doctrine —The Truths That Most Forgot », qui sont différents de tout ce que vous avez entendu jusqu’ici sur ce sujet. Ces sermons permettent de retrouver la vérité sur le Gouvernement de Dieu que tant de gens ont oubliée.

Je vous supplie de réfléchir soigneusement à la logique spirituelle utilisée par M. Armstrong au moment où il a quitté Sardes avec dix-neuf personnes dont six de sa famille. Cela représentait vraiment le plus humble des commencements. Pourtant ce fut le début d’une énorme organisation qui eut un impact qui dépasse l’imagination. La raison de cela fut la puissance miraculeuse de Dieu agissant en l’homme qu’Il avait choisi et envoyé. Assurez-vous de ne pas passer à côté du message qui nous est lancé.

Cela nous amène directement à un autre sujet connexe que nous devons maintenant clarifier.

Chapitre onze UNE SEULE ÉGLISE

La doctrine de la seule véritable Église et du Corps de Christ est devenue extrêmement confuse dans l’esprit d’un grand nombre de personnes qui croyaient pourtant bien les comprendre. Comment cela est arrivé est en soi un mystère à l’intérieur d’un autre mystère tel que décrit dans l’introduction de ce livre.

Par le passé, le peuple de Dieu avait accepté avec simplicité ce que Christ avait dit : « je bâtirai Mon Église » (Matth 16 :8). Et c’est bien ce qu’Il a fait car Dieu et Jésus-Christ tiennent toujours leurs promesses. L’Église a cru ce passage et tous les membres croyaient que l’Église Universelle de Dieu sous la direction de M. Armstrong en était l’accomplissement. Mais nous avions aussi toujours accepté l'idée qu’il restait quelques personnes dans Sardes qui avaient le Saint-Esprit. Puis tout cela a changé. Pourquoi? Que s’est-il passé? Pourquoi en reste-t-il si peu qui croient que Dieu ne travaille qu’au sein d’une seule Église — une organisation unifiée. Pourquoi tant de gens ont-ils oublié que Christ n’est pas divisé?

La question suivante se pose maintenant plus que jamais aux autres groupes : Existe-t-il une seule véritable Église, un seul endroit où Christ dirige quoiqu’Il ait dispersé des brebis à caractère tiède (accomplissant ainsi la prophétie de Daniel 12 :7) dans différents groupes et diverses organisations? Ou, le leadership du Christ est-il maintenant divisé entre plusieurs groupes en désaccord et en compétition, tous possédant Son autorité et Son approbation? En d’autres mots, y a-t-il toujours une seule Église véritablement unifiée conduite par Christ ou y a-t-il maintenant plusieurs « véritables Églises » toutes dirigées par le Christ?

Le livre serait incomplet si on n’examinait pas ce sujet soigneusement, bien que cela soit fait dans d’autres livres et sermons de l’ÉDR. La doctrine de la seule véritable Église et la façon dont Christ gouverne Son Église se recoupent obligatoirement. Elles ne peuvent être séparées et la façon dont nous le démontrons ici le prouve.

Pas là où le peuple règne.

Rappelez-vous que les formes de gouvernement utilisées par les gens et les groupes de la septième ère sont identifiés par le nom même qu’Il a choisi pour celle-ci — Laodicée — c’est-à-dire qui rejette Son leadership. Donc, Christ ne peut être Celui qui les conduit, même s’ils sont le peuple de Dieu. Ils sont dans un état de faiblesse déplorable et Christ ne peut les diriger car nous avons vu ce que signifie Laodicée. Christ sait très bien qu’Il ne règne pas, et ne pourrait jamais régner, sur des gens qui croient être en charge.

Dieu ne travaille qu’avec une seule organisation à la fois. Ceux dont les doctrines sont en désaccord et dont les organisations ne sont pas dirigées par Dieu vont continuer à se disperser pour le reste de l’ère. Amos 3 :3 dit clairement que la conséquence naturelle des désaccords est que les gens ne peuvent marcher ensemble. Dieu ne peut travailler que dans l’organisation qui est prête à observer « toute Sa vérité et rien d’autre que Sa vérité », et avec ceux qui Lui permettent de diriger par l’intermédiaire du dirigeant qu’Il a choisi.

Ne vous y trompez pas. Christ est très clair ici. Il n’imposera pas Son leadership à une ère qui a rejeté et exclu ce leadership.

Dieu ne travaille que dans une seule organisation à la fois.

Nous avons appris de M. Armstrong que le Gouvernement de Dieu avait été rétabli uniquement à Philadelphie là où les membres sont capables de marcher ensemble parce qu’ils sont d’accord avec Dieu, Christ et Son apôtre. C’est l’endroit où les gens retiennent activement toutes choses. Il s’agit là du seul endroit où Christ travaille — sinon Il est divisé (I Cor 10 :13).

Il n’y a aucune autre possibilité!

Soyez honnêtes. Dieu ne peut agir dans le gouvernement de plus d’une organisation à la fois ni par l’intermédiaire de plus d’un seul dirigeant, sinon Christ EST divisé. Voilà la leçon que Christ, Paul et M. Armstrong avaient comprise et qu’ils nous ont enseignée. Ce livre, ceux de notre trousse explicative ainsi que nos cassettes en fournissent la preuve. (Nos deux séries de sermons intitulés « The One True Church » et « The Body of Christ » éliminent tout doute et toute possibilité de confusion en ce qui concerne cette importante doctrine biblique).

Christ a déclaré que le diable comprend qu’une maison divisée contre elle-même ne peut tenir (Matth 12 :25-26). Or Jésus-Christ est certainement aussi intelligent que le diable. Il sait aussi qu’Il ne peut travailler que dans une seule organisation, par l’intermédiaire d’un seul homme à la fois, tel que M. Armstrong l’a enseigné. La septième ère toutefois est divisée à cause des erreurs. Mais là où Christ travaille, elle n’est pas divisée par des croyances disparates (I Cor 1 :10-11). Pardonnez-moi si je me répète, mais cela doit être clair. J’essaie de le dire d’autant de manières différentes que possible.

Comprenez! L’Église catholique a toujours dit qu’elle était la seule véritable Église. Mais cela n’a jamais entraîné le peuple de Dieu à rejeter la doctrine simplement parce que des imposteurs ont dit qu’elle s’appliquait à eux. Pourquoi tant de gens la rejettent-elle aujourd’hui? Il semblerait qu’ils soient simplement las d’entendre tant d’organisations dire qu’elle s’applique à elles.

Voici une autre situation ironique. Certains, devenus cyniques, rejettent la doctrine de la seule véritable Église parce que plusieurs croient qu’elle ne s’applique plus à aucun groupe. D’autres la rejettent, avec le même cynisme, parce qu’il y en a trop qui prétendent être ce groupe.

Qu’en est-il?

La réponse est que ni l’une ni l’autre est vraie! Le fait que plusieurs rejettent cette compréhension ou qu’autant disent qu’ils sont la véritable Église, ne donne pas raison à un camp plus qu’à l’autre. Donc, il faut analyser soigneusement et discerner entre les groupes qui disent retenir toute la vérité et la seule véritable Église qui le fait.

Il reste une autre question reliée è cette doctrine : Certains ont demandé, comment Christ peut-il avoir une Église philadelphienne et une Église laodicéenne, et diriger quand même une seule Église? Les Laodicéens ne sont-ils pas également le peuple de Dieu, ne sont-ils pas Sa véritable Église?

La réponse est simple. Rappelez-vous que le mot grec pour église est ekklesia, signifiant simplement « les appelés ». Tous les Laodicéens possèdent l’Esprit de Dieu et obéissent aux Commandements (Apoc 12 :17). Il s’agit en fait de véritables frères — des appelés! Mais, tout comme ceux de Sardes, et ceux de Thyatire (Apoc 2 :25), s’il en reste, ils ne font pas partie de la véritable Église et du Corps de Christ — là où Christ par Son Gouvernement est présent, travaille et dirige. Cela n’est pas difficile à comprendre. Les Laodicéens font partie de Son peuple. Ils ont Son Esprit. La moitié seront sauvés. Mais ils ne sont pas là où Il travaille, et ils ne seront pas protégés pendant la Détresse, parce qu’ils n’ont pas rectifié leur condition spirituelle. (Bien entendu, oindre leurs yeux corrigerait la situation).

Comme Laodicée signifie, « le peuple règne, juge et décide », les raisons pour lesquelles tous les autres groupes ont rejeté un grand nombre des enseignements rétablis à Philadelphie (à part le gouvernement) son évidentes. Toutefois, ceux qui sont dans les autres groupes, et qui possèdent l’Esprit de Dieu (Rom 8 :9, 14) sont une partie de Son peuple, dispersé à l’extérieur de l’Église et du Corps où Il est à l’oeuvre. Il en est ainsi parce qu’ils ne veulent pas oindre leurs yeux et Lui permettre d’entrer dans leur vie pour que leur misérable nudité spirituelle soit couverte et pour être protégés de la punition à venir.

Le corps spirituel n’est pas une compagnie.

Plusieurs de ceux qui rejettent les enseignements de M. Armstrong au sujet d’une Église de Christ unique ont trouvé une façon de dire qu’ils sont quand même d’accord avec ses enseignements. Voici comment ils procèdent.

Il est bien connu que M. Armstrong a enseigné que l’Église de Dieu, qui est une entité spirituelle, n’était pas synonyme avec la compagnie connue sous le nom de: « Église Universelle de Dieu Inc ». Bien entendu, cela est vrai. En retournant dans le passé, nous réalisons que cela est encore plus vrai que nous le croyions.

Si approximativement 80% de ceux qui assistèrent aux assemblées de l’EUD n’ont jamais été convertis, n’ont jamais eu l’Esprit-Saint, ils ne faisaient donc pas partie du Corps spirituel de Christ (Éph 1 :22-23; Col 1 :18). Par contre, ils ont été affiliés avec la compagnie et l’on a cru qu’ils étaient membres du Corps de Christ. Autrement dit, toute personne (et il y en avait 120,000) pouvait faire partie de la compagnie, mais pas nécessairement de l’unique véritable Église. Cela devrait être clair, et cela l’était généralement pour les personnes converties qui ont entendu M. Armstrong le répéter plusieurs fois. Les autres n’y ont peut-être jamais réfléchi.

Voici comment les enseignements de M. Armstrong, qui sont en accord avec la Bible, ont été changés afin de permettre d’aller avec n’importe quel groupe tout en se considérant comme membre de la « seule véritable Église » et du « Corps de Christ ». Plusieurs aujourd’hui soutiennent que les circonstances obligent Christ à travailler dans plusieurs organisations différentes — i.e. partout là où les gens sont conduits par l’Esprit de Dieu — puisque que le Corps de Christ n’est pas une compagnie! (Mais le Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement).

Comme c’est commode!

Voyez-vous le problème? Pouvez-vous voir à quel point les gens ont embrouillé la vérité au sujet de ce que nous comprenions tous autrefois? M. Armstrong n’a jamais dit que vous pouviez être à l’extérieur de l’EUD (où Christ oeuvrait et dirigeait) et faire partie de la véritable Église, être membre du Corps de Christ (comme l’est le reste de Philadelphie aujourd’hui). (Nous verrons sa déclaration à ce sujet plus loin). Il savait qu’on pouvait être à l’extérieur et être converti, car il a toujours su qu’il y en avait quelques-uns de Sardes qui avaient l’Esprit de Dieu (qui n’avaient « pas souillé leurs vêtements », Apoc 3 :4). Mais ceux-ci devaient éventuellement et obligatoirement être conduits au Corps de Christ.

Bien que faire partie d’une organisation en particulier ne puisse être la garantie d’avoir l’Esprit-Saint, cela n’est pas incompatible avec le fait que Christ DIRIGE une seule organisation à la fois, et que ceux qui sont dans Son Corps font tous partie de cette organisation. Vous avez déjà lu au début du livre plusieurs citations de M. Armstrong sur le sujet.

Ne permettez pas à un imposteur, guidé par son programme personnel, de vous convaincre du contraire.

Examinons seulement quelques versets afin de voir pourquoi M. Armstrong a enseigné que Dieu travaille à un seul endroit à la fois. Nous verrons qu’il traduisait honnêtement la Parole de Dieu. Ses citations précédentes parlaient de ces passages.

Aux débuts de l’Église.

Le deuxième chapitre des Actes montre le Christ accomplissant Sa promesse de bâtir Son Église, et cela se produisit au moment où l’Esprit-Saint fut donné à tous ceux qui étaient présents à la Pentecôte de l’an 31 de notre ère. Le premier coup d’oeil sur l’Église nous donne un aperçu extraordinaire de ce à quoi elle aurait dû ressembler pendant les 2000 ans qui suivirent. Réfléchissez-y bien.

Le verset 1 nous montre que tout ce qui se déroula dans ce récit, y compris la réception de l’Esprit-Saint, fut rendu possible parce qu’ils étaient tous ensemble dans un même lieu.

Puis, notez ce qui se passa immédiatement après que 3000 personnes eurent été baptisées le même jour : « Ils persévéraient dans l’enseignement (doctrine) des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières (v.42).

Deux points émergent ici. Les gens persévéraient dans l’enseignement (doctrine) des « apôtres » et non celui d’autres personnes. Ceci est un énoncé d’une extrême importance — et une des principales raisons pour laquelle M. Armstrong affirmait que la vérité n’entre dans l’Église que par les apôtres (voir aussi Éph 2 :20).

Mais il y a aussi un autre point de grande importance ici — les gens persévéraient aussi « dans la communion fraternelle ». Ils étaient ensemble. Le verset 44 le dit clairement : « Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu… ». Voilà la raison pour laquelle le reste du verset peut affirmer « qu’ils avaient tout en commun ». Pour faire cela, ils devaient être ensembles, dans une Église, dans une seule organisation.

Le verset 46 conclut très bien. Notez : « Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons (des uns et des autres), et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur ». Ici aussi, ils mangeaient ensemble avec « simplicité de cœur ». C’est certainement ce qui entraînait la « joie » dont on parle ici, car Dieu dit dans l’Ancien Testament, « qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble! » (Ps 133 :1). Satan sait cela et il a convaincu le peuple de Dieu qu’il peut être divisé et être quand même la véritable Église – et que Christ doit les diriger tels qu’ils sont.

Nous venons juste de voir le premier cliché que Christ nous présente de Son Église. Commencez-vous à comprendre l’ensemble de la situation — de l’Ancien et du Nouveau Testament — et comprenez-vous que Satan cherche à nous peindre un tableau bien différent?

La division à Corinthe.

La congrégation de Corinthe avait pratiquement tous les problèmes spirituels imaginables. Le premier, et sans doute le plus important, était la division interne. Après l’introduction de neuf versets dans sa première épître aux Corinthiens, Paul s’attache immédiatement à résoudre les difficultés, révélant l’unique façon selon laquelle l’Église de Dieu, où qu’elle soit, doit fonctionner.

Notez : « Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment (jugement) » (I Cor 1 :10).

Dans ce simple verset, Paul nous dit clairement de cinq façons différentes — pour ceux qui ont des « yeux pour voir » — que l’Église où le Christ vivant dirige possède l’unité totale. Toute personne honnête ne peut tirer d’autre conclusion de ce passage. Relisez soigneusement les mots en italique ci-dessus.

Le verset 13 débute en posant une question pour la forme : « Christ est-il divisé? » La seule raison pur laquelle la question n’est pas suivie par « non » ou quelque chose de semblable est simplement que la réponse est tout à fait évidente. Compte tenu de ce qu’il venait d’écrire, Paul savait que le sens de sa question était semblable à demander « l’herbe est-elle verte? » ou « le ciel est-il bleu? ». Lorsqu’une telle question est posée, les gens ne répondent généralement pas parce que la réponse est trop évidente. Dans Amos 3 :3, même la question « Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus? » est laissée sans réponse pour la même raison. C’est impossible!

Pourquoi y a-t-il autant de membres qui soient incapables de répondre à une question aussi facile que « Christ est-Il divisé? » par un NON catégorique? La raison est qu’un aveuglement complet aux points les plus fondamentaux de la connaissance spirituelle a aujourd’hui frappé la majorité de ceux qui ont été engendrés par l’Esprit-Saint.

Un seul Corps, et ce que cela signifie.

Rappelez-vous que c’est dans la même lettre que Paul a écrit : « Car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix » (14 :33), suivi par « Mais que tout se fasse avec bienséance et avec ordre » (v. 40). Je vous pose la question à nouveau, « pourquoi? » Pourquoi les gens ont-ils oublié des versets si élémentaires? La « bienséance » et « l’ordre » véritables seraient impossibles si l’Église de Dieu était divisée en centaines d’organisations comme aujourd’hui.

Pourquoi y en a-t-il tant qui semblent avoir oublié la totalité de I Corinthiens 12 qui essentiellement compare le corps humain physique — et toutes ses parties liées entre-elles (yeux, oreilles, bouche, mains. pieds etc.) — au Corps du Christ? Est-ce parce que ce que Paul a dit a été « spiritualisé » par la majorité des membres comme cela a été fait autrefois par les églises du monde? Nous allons voir que c’est bien ce qui est arrivé. La signification de ces versets est que toute partie qui est coupée du corps — qui n’y est plus reliée — est condamnée à mourir. En tant que Créateur du corps humain, Christ doit le savoir.

Rappelez-vous Éphésiens 1 :22-23 et Colossiens 1 :18. Ces versets disent clairement que Christ est le Chef suprême de l’Église qui est Son Corps (Éphésiens) et qu’Il est la tête du corps de l’Église (Colossiens), fournissant la preuve que le Corps du Christ et l’Église sont une seule et même chose, et qu’Il dirige l’une et l’autre comme une seule entité. Les deux sont décrits par l’ensemble des versets de I Corinthiens 12. Autrement dit, le Corps du Christ est l’image de l’intégrité d’un corps humain illustrant clairement par cela que toutes ses parties fonctionnent d’une manière unifiée à l’intérieur de la seule vraie Église.

Permettez-moi de répéter. Dans une des plus importantes séries de sermons que j’ai donnée – « The Body of Christ: How Most Are No Longer In It—But Assume They Are! », l’importance absolue d’être branché à Christ et à la puissance de l’Esprit de Dieu est clairement démontrée. Cela signifie trouver et faire partie de Son Corps, se retrouver à l’endroit et dans l’organisation où Il est véritablement la vigne. M. Armstrong nous a enseigné, tout comme la Bible le fait, que c’est le seul endroit où les branches [sarments ] sont attachées à Lui et ont accès à Son Esprit! Vous retrouverez dans ces sermons des preuves étonnantes, de la bouche même des Protestants, des apostats et des dirigeants des autres groupes, qu’ils enseignent tous MAINTENANT exactement la même chose. Et ces choses sont toutes le contraire de ce que M. Armstrong a enseigné et de ce que la Bible nous enseigne.

Un exemple classique.

Avant d’examiner — et d’être prêt à pleinement apprécier — ce que M. Armstrong a enseigné au sujet de la véritable Église et du Corps de Christ, jetons un coup d’oeil sur la confusion et l’erreur qui règne dans les autres groupes en étudiant un des meilleurs exemples donnés par l’évangéliste qui dirige le deuxième plus grand groupe.

Dans sa brochure, permettant soi-disant d’identifier les allers et venues de la véritable Église aujourd’hui, cet homme révèle ce qui ne peut être identifié qu’à une renversante perte de compréhension et de vision. Notez soigneusement ses quatre citations et comment ce dirigeant tente de valider directement des enseignements protestants en faisant appel à l’autorité de M. Armstrong. Les deux premières déclarations préparent le terrain, et la dernière enfonce le clou. Tout en lisant, demandez-vous ce que votre organisation enseigne. (C’est nous qui soulignons partout).

« Il est important de prendre note que bien que la véritable Église de Dieu soit un organisme spirituel, la Bible démontre qu’il est normal pour l’Église d’exister sous différentes « communautés » corporatives ou « branches » en même temps ».

« Pour faire partie du Corps de Christ, vous devez vous être remis totalement entre les mains de Dieu et être conduit par le Saint-Esprit… toutefois, à travers les époques, il y a eu plusieurs communautés différentes d’Églises de Dieu. — plusieurs « branches » de la véritable Église – qui ont parfois vécu en même temps ».

« L’Église Universelle de Dieu devint de loin le plus important groupe de croyants qui soumirent leur vie… Même à notre époque, il y a eu les Églises de Dieu du Septième Jour mentionnées ci-haut. M. Armstrong a souvent admis que ces différentes communautés étaient des ‘branches’ de la véritable Église ».

« Nous comprenons que selon la Bible et l’Histoire, l’Église de Dieu est le « Corps » de Jésus-Christ — le corps de ceux qui croient l’authentique vérité de la Bible… À l’intérieur du corps élargi de Christ… Là où ces gens sont regroupés en communautés corporatives différentes, il y aura des forces différentes et des accents différents. Mais l’amour… doit être présent chez les membres convertis de l’Église de Dieu, peu importent où ils vivent et la communauté à laquelle ils appartiennent ».

Ceci ne représente absolument pas ce que la Bible enseigne ni ce que M. Armstrong a enseigné au peuple de Dieu au sujet de ce qu’est l’Église de Christ. Il n’existe tout simplement pas de « corps élargi de Christ » composé de plusieurs communautés corporatives, ayant des forces et des accents différents. Pourtant, des milliers de personnes qui savaient toutes ces choses se laissent convaincre par cette épouvantable tromperie, et ignorance.

Posons la question : Est-il possible que ce dirigeant senior ait simplement oublié cette vérité — malgré son importance — pour retomber dans les croyances méthodistes de sa jeunesse? Nous reviendrons à cette question plus en détail plus loin.

Lisez soigneusement la citation suivante de l’Église Méthodiste Unie au sujet de leur vision de l’Église du Christ et notez les passages en italique qui sont des parallèles presque parfaits de ce que vous venez de lire.

« Les branches de l’Église de Christ ont développé des traditions diverses qui augmentent l’ensemble des connaissances communes. Notre engagement oecuménique avoué en tant que Méthodiste Unis consiste à rassembler nos propres accents doctrinaux à l’intérieur de la grande unité chrétienne pour qu’ils deviennent plus significatifs à l’intérieur d’un tout plus riche ».

Peut-on douter que le dirigeant de ce groupe ait directement adopté la théologie protestante/méthodiste?

M. Armstrong a enseigné que tout le Corps de Christ faisait partie d’une seule et même organisation.

Nous sommes maintenant prêt à étudier les deux premières déclarations de M. Armstrong qui définissent le Corps de Christ et son dessein. La première prouve que l’Église et le Corps ne sont absolument pas séparés et que ce Corps ne peut être composé de divers groupes — « communautés corporatives » ou « branches ». (D’autres citations viendront plus bas). Veuillez noter la question que M. Armstrong pose au tout début de la première citation.

« Jésus-Christ doit marier l’Église de Dieu – appelée le corps du Christ. Alors, ce Corps est-il uni et repose-t-il aussi sur une fondation solide et unie, ou sur un assortiment d’individus ‘indépendants’ et de ‘groupes’ variés?

Le seul dessein de l’Église est de poursuivre l’oeuvre que Christ a commencée! C’est aujourd’hui le corps dans lequel le Saint-Esprit travaille. Et Dieu a mis dans l’Église, pour qu’elle soit organisée, des apôtres, des prophètes, des pasteurs…

L’Église est le corps du christ. Et Jésus S’est comparé à la vigne, et Il nous (membres de l’Église) a comparé aux branches (sarments) de cette vigne. Voyez-le, étudiez-le dans Jean 15. Jésus n’est pas constitué de plusieurs vignes séparées – Il n’est qu’une seule vigne! Les membres du corps de christ sont les SARMENTS! – mais pas des branches séparées et isolées. Tous sont attachés à cette vigne, au corps de christ.

Les ‘Chrétiens’ ou les ‘groupes’ séparés sont des branches détachées de la vigne – du corps de christ!

Le Père en est le Vigneron. Chaque branche de la vigne (l’Église) qui ne porte pas de fruits pour le Royaume, le Père l’émonde – la coupe – de façon à ce que la vigne organisée et unie puisse porter davantage de fruit ».

« Is God’s Church composed of many separate ‘groups’? », GN, 18 déc. 1978.

On ne peut se méprendre sur le sens de cette déclaration de M. Armstrong. L’Église de Dieu est unie en une seule organisation. Sa déclaration suivante permet de mieux comprendre pourquoi la Bible utilise les mots ‘Corps du Christ’ et en explique le dessein global.

« Dieu a commencé L’ŒUVRE de l’Évangile — proclamer l’Évangile (la bonne nouvelle) de SON ROYAUME – par le CORPS humain de Christ, par l’individu. Mais, après Sa résurrection, Jésus envoya le SAINT-ESPRIT le jour de la Pentecôte, en l’an 31 pour qu’il entre dans le CORPS COLLECTIF de ceux qui constituaient L’ÉGLISE DE DIEU.

L’ÉGLISE est donc le CORPS COLLECTIF dont Christ Se sert en tant qu’INSTRUMENT PERSONNEL, fortifié par l’Esprit de Dieu, pour accomplir L’ŒUVRE DE DIEU. Jésus-Christ en est le Chef et la dirige à partir du ciel.

Mais QUELLE est la MISSION divine de cette Église? Quel est son BUT? La réponse est accomplir L’ŒUVRE DE DIEU que Jésus a initiée et qui aujourd’hui se poursuit grâce à elle.

Où que se trouve la véritable Église de Dieu – la seule qui appartienne à Christ – elle est en train de prêcher CET ÉVANGILE au monde entier – sur tous les continents – maintenant. Nous approchons de la FIN! Voilà l’Évangile du Christ vivant! C’est la BONNE NOUVELLE du prochain ROYAUME DE DIEU qui RÉGNERA SUR LE MONDE!

Mais où que soit cette UNIQUE vraie Église, elle s’appelle l’Église de Dieu… Mais ce n’est pas tout. Plusieurs se sont approprié le nom de Dieu, mais n’annonce pas le ROYAUME DE DIEU…

Cette véritable Église prêche l’imminence de la venue de CHRIST en tant que ROI des rois et SEIGNEUR des seigneurs qui RÉGNERONT sur toutes les nations de la Terre pendant mille ans.

Il n’y a qu’UNE SEULE Église comme elle!

Elle accomplit L’ŒUVRE DE DIEU. Il s’agit, comme Jésus l’a dit, d’un « petit troupeau » persécuté et méprisé par le monde ».

« Personal, GN, Août. 1983 »

Ici encore, comme à l’habitude, M. Armstrong ne laisse aucune place à la confusion. Il affirme très clairement que le but de l’Église est de faire l’Œuvre de Dieu — d’annoncer le Royaume de Dieu (le véritable Évangile) dans le monde entier — sous la direction et l’autorité du « Christ vivant ». Cela ne peut donc être accompli par Lui qu’à partir d’un seul quartier-général.

Nous devons maintenant examiner un ensemble de sujets connexes : Le Corps de Christ, « l’Œuvre » qui est faite dans les autres groupes et voir si Jésus fait partie de l’Évangile. Nous rattacherons ensuite le tout au genre d’esprit — i.e. quel ESPRIT — est à l’oeuvre dans ces organisations! Finalement nous ferons le lien entre tout ceci et la nécessité pour une personne d’oindre ses yeux afin de recevoir davantage de l’Esprit de Dieu et, la raison pour laquelle cet Esprit a tellement diminué, au point où des milliers de personnes sont maintenant incapables de voir comme autrefois.

Vous serez abasourdis et, je l’espère, profondément motivé à réagir suite à ce que vous allez apprendre.

Le Corps de Christ protestant et les autres groupes.

Une nouvelle question a fait surface au sein des « autres groupes » : Qu’est-ce au juste que l’Évangile? Qu’a enseigné M. Armstrong à ce sujet? La majorité ayant été conditionnée à croire « l’évangile » des apostats, qui se concentrait exclusivement sur Jésus, ont fusionné Son rôle avec le Royaume de Dieu, créant ainsi un nouvel évangile hybride.

Il est important de consacrer du temps à cette question afin de clarifier la distinction qu’il faut faire entre le rôle de Christ et ce qu’est le véritable Évangile. Il y a plus qu’il n’y paraît ici et la majorité des autres groupes se font terriblement trompés au sujet de la pièce maîtresse de la Bible! Il est vital que le lecteur comprenne comment toutes ces choses sont reliées pour démontrer où et qui doit faire l’Œuvre de Dieu et pourquoi il y en a tant qui ont des réserves d’Esprit-Saint si basses.

Uniquement le Royaume de Dieu!

Le Nouveau Testament est très clair au sujet du véritable Évangile et, avant l’apostasie, le peuple de Dieu en entier savait à quoi s’en tenir. L’Évangile est défini plusieurs dizaines de fois comme le « Royaume de Dieu », le « Royaume », le « Royaume de Christ ou de Dieu » ou « le Royaume des cieux » (et non au ciel). Nulle part dans les évangiles le voyons-nous décrit comme étant « Jésus », « Christ » ou « Jésus-Christ ».

Toutes ces expressions sur le « Royaume » sont en accord avec ce que M. Armstrong a enseigné pendant 52 ans de ministère. Et vous pourrez noter dans ce qu’il dit partout dans notre livre intitulé « L’ŒUVRE de DIEU EST-ELLE TERMINÉE —Est-elle différente? », qu’il n’a pas une seule fois fait référence au Christ comme faisant partie de l’Évangile – pas une seule fois! Sa brochure « Quel est le vrai Évangile » ne le mentionne pas non plus. Je mets au défi le lecteur de trouver même un seul livre ou article ou une seule brochure ou lettre ou même un sermon dans lequel M. Armstrong aurait JAMAIS suggéré que la Personne de Christ puisse faire partie de l’Évangile. En fait il a enseigné et souligné justement l’opposé. M. Armstrong comprenait très bien le rôle de Christ en tant que Sauveur, Souverain Sacrificateur et Prince du salut et autres titres à venir.

M. Armstrong était des plus catégoriques en ce qui concerne la différence entre le Messager — Jésus-Christ — et le Message qu’Il a apporté. — le Royaume de Dieu ( le super-gouvernement mondial à venir). Bien sûr, bien des gens ont tenté de dire que l’Évangile de Christ en était un au sujet du Christ. C’est tout à fait faux – car le mot « de » ne connote que la possession. Le message au sujet du Royaume de Dieu est l’Évangile de Christ. Il s’agit d’une connaissance élémentaire de notre passé.

Le rôle du Christ est distinct.

Tirez la leçon de ceci! L’idée que Jésus-Christ est l’Évangile ou en fait partie est entièrement conforme à la pensée protestante. La tentative des autres grands groupes de faire de Jésus une partie de l’Évangile n’est pas seulement erronée mais fait courir un bien plus grand danger – celui d’un « autre Jésus » issu d’un « autre esprit » (II Cor 11 :3-4). Ce dernier passage décrit les Corinthiens comme étant tombés dans la croyance d’un « autre Évangile » et d’un « autre Jésus ». Si Jésus est, ou fait partie, de l’Évangile, pourquoi Paul reconnaît-il cela comme deux problèmes distincts à Corinthe? (tous deux liés à un troisième qui est celui de suivre un « autre esprit », à l’origine du « corps de Christ » protestant).

À titre d’exemple, le plus grand des groupes déclare dans sa brochure sur « l’Évangile » que celui-ci inclut la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus-Christ. Bien que soigneusement rédigée, elle décrit les apôtres comme ayant acquis une « meilleure » connaissance du message du Christ — de Son Évangile — au sujet du Royaume. Le dessein de ce groupe semble vouloir inclure le rôle du Christ dans l’Évangile pour aider les gens à entrer dans le Royaume.

Mais le rôle du Christ est différent – totalement distinct!

Le deuxième plus grand groupe va plus loin en décrivant l’Évangile de la façon suivante : « L’Évangile de Christ est la ‘Bonne Nouvelle’ du pardon de nos péchés grâce au sacrifice de Christ, et du prochain Royaume et Gouvernement de Christ ».

Un autre Jésus — un autre Esprit.

Je le répète, cet « évangile » est très, très différent de ce que M. Armstrong a enseigné dans sa brochure et dans ce que j’ai rapporté dans mes autres brochures sur les autres groupes. Prenez un instant pour lire Galates 1 :6-9 et la malédiction (répétée) liée au fait d’apporter un « autre évangile ». Puis, prenez un instant pour saisir ce que cela signifie vraiment pour comprendre l’énorme danger que représente l’introduction de cet « évangile » révisé dans l’Église. Vous DEVEZ comprendre POURQUOI Dieu prononce une malédiction contre ceux qui pervertissent l’Évangile (ceux qui troublent ou confondent le message) que nous retrouvons de la « Genèse à l’Apocalypse », celui de Son prochain Gouvernement mondial.

Ensuite, lisons II Corinthiens 11 :3-4. Je le répète, ce passage explique la relation entre « l’autre Jésus » et « l’autre évangile » que l’on retrouve dans le monde et la relation qu’ils ont avec un « autre esprit ». L’apôtre Jean appelle cet esprit étranger, « l'esprit de l'erreur » (I Jn 4 :6). Il s’agit du MEME ESPRIT que celui qui conduit les églises du Christianisme traditionnel.

Comprenez l’énorme gravité de la situation ici. Comprenez pourquoi il est VITAL que cela soit clair dans votre esprit.

Cet « autre esprit », très différent mais très réel, est en train d’introduire et d’importer dans ces deux grands groupes (et chez d’autres aussi) la fausse définition du corps de (leur) « Christ » des impudiques protestantes. (Prenez le temps de lire soigneusement notre brochure intitulée « Lequel est le vrai Évangile? » afin de comprendre comment les apôtres ont enseigné le rôle du Christ en parallèle avec le Royaume de Dieu et non en tant qu’élément de ce dernier. Cette brochure couvre nombre de passages du Nouveau Testament qui expliquent comment les apôtres ont prêché le rôle du Christ uniquement en conjonction avec le Royaume de Dieu).

Comprenez! Là où le mauvais esprit est entré, le mauvais « Jésus » va toujours suivre. Vice-versa, là où « Jésus » a été ajouté à l’Évangile, un mauvais esprit va suivre aussi. Un précède l’autre et ensemble ils conduisent à un problème des plus sérieux.

Danger extrême!

Ici, nous retrouvons un autre élément critique, directement lié à l’endroit où Christ dirige Son Œuvre et Son Église. Ces deux groupes, ci-haut, (comme nombre d’autres) enseignent que Christ ne travaille plus exclusivement dans une seule organisation, ne dirige plus une seule Église unie qui ne fait aucun compromis. Depuis l’apostasie, il y en a plusieurs qui sont forcés de croire que l’Église de Christ — l’équivalent selon la Bible du Corps de Christ et comme l’a déclaré M. Armstrong à plusieurs reprises — consiste maintenant en plusieurs « communautés », « branches » ou « groupes de fidèles ».

Nous avons vu que cela est totalement contraire à I Corinthiens 1 :10, 13 et 12 :1-31, Éphésiens 4 :2-16, Jean 15, Matthieu 12 :25-30 et à ce que M. Armstrong a enseigné au sujet du Corps de Christ. Cette idée soutient en réalité que Christ et Son Corps sont maintenant divisés en plusieurs groupes. C’est exactement ce que les filles « impudiques » (Apoc 17 :5) croient et ont enseigné aux apostats de l’EUD. À leur tour, les apostats ont enseigné le « Jésus » protestant et cette notion contrefaite du « corps » de Jésus aux dirigeants des autres groupes avant qu’ils ne fuient l’apostasie.

Voici ce que le lecteur doit savoir: Le monde protestant croit en un corps différent (une contrefaçon) d’un Christ différent (une contrefaçon) émanant d’un ESPRIT totalement différent (aussi une contrefaçon), qui n’est pas celui de Dieu. Toutes ces églises sont conduites par un « esprit de désobéissance » qui est identifié dans Éphésiens 2 :2, passage qui montre qu’il provient du « dieu de ce siècle » (II Cor 4 :4).

Pour résumer, lorsque les dirigeants des autres groupes ont accepté les enseignements « impudiques » des apostats à propos du « corps » de leur « Jésus », les plus grands groupes se sont inconsciemment retrouvés en position d’être chassés HORS du véritable Corps de Christ vers le faux « corps de Christ » protestant. Tout cela a préparé l’entrée de l’ensemble de l’Église de Dieu dans l’âge de la division laodicéenne qui a suivi l’apostasie. Le lecteur devrait s’arrêter et relire la dernière phrase afin d’en saisir pleinement le sens et la portée.

Ce que les Prostestants peuvent lire.

Rappelez-vous que Paul a enseigné aux Corinthiens que « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps » et « Ainsi le corps n'est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres » (I Cor 12 :13-14).

Bien entendu, les Protestants ont lu ce passage et les autres au sujet du Corps de Christ. Il y avait un problème. Ils devaient trouver un enseignement qui soit compatible avec leur monde divisé en de multiples confessions. Ils devaient faire la conciliation entre le concept d’un seul « Corps de Christ » et la réalité de centaines de confessions protestantes en constante augmentation. Et il ne faut pas oublier que les Protestants sont conduits par l’esprit du « dieu de ce siècle » (II Cor 4 :4). Ils tireront toutes les conclusions vers lesquelles cet esprit voudra bien les conduire, et ces dernières ne seront pas celles que la Bible enseigne.

Saisissez bien ce qui suit. L’esprit étranger dont Jean et Paul parlent, qui est le levain (I Cor 5 :6; Gal 5 :9), le cancer et la gangrène (II Tim 2 :16) auquel Paul fait allusion dans ses épîtres, est en réalité un esprit de contrefaçon dans lequel les Protestants baptisent leurs membres pour les placer au sein de leur « corps de Christ » modifié.

Se brancher sur cet esprit – L’ESPRIT DE SATAN – celui qui conduit le monde protestant, voilà ce qui a rapidement détruit l’EUD. Alors comprenez! Parce que virtuellement tous les autres groupes ont jeté par-dessus bord la vérité enseignée par M. Armstrong au sujet du Corps de Christ (et de bien davantage), ce MEME ESPRIT a pu entrer chez-eux et il les détruit lentement, plus rapidement pour certains que pour d’autres. Il n’y a que la Grande Détresse qui mettra un terme à ce processus de sorte que la moitié de Laodicée pourra être sauvée.

Je répète qu’il est essentiel de reconnaître que l’esprit de l’erreur ne fera que croître en force et envahira toujours davantage les endroits où on lui aura permis d’entrer. M. Armstrong nous a fortement averti de ne pas laisser entrer le diable « ne serait-ce qu’un peu », car il « ouvrirait la porte complètement puisqu’il est plus fort que nous ». C’est ce qui, entre autres, est arrivé dans les grands groupes! (Nous encourageons fortement le lecteur à écouter les sermons intitulés « Body of Christ » pour avoir une image encore plus complète. La preuve qui est fournie dans ces sermons est étonnante et contient de nombreuses déclarations très claires de la Bible, de M. Armstrong, des Catholiques, des Protestants, des apostats et d’autres directement de la bouche des dirigeants des autres groupes. Par la suite, vous serez obligés de décider si oui ou non vous allez agir).

Il est important de comprendre que je ne suis pas en train de dire que tous les membres des autres groupes n’ont plus l’Esprit-Saint. Plusieurs, sinon la majorité l’ont toujours! Le problème est que deux esprits différents — celui de Dieu et celui de Satan — sont maintenant à l’oeuvre dans ces groupes. Là où l’esprit de Satan est présent (comme le levain ou la gangrène) — parce que la porte lui a été ouverte — l’Esprit de Dieu a tendance à diminuer et éventuellement disparaître pour lui laisser complètement la place. Un autre Jésus, un autre évangile et un autre esprit sont en train de RAMENER ces groupes directement DANS LE MONDE.

C’est le même phénomène qui se répéte depuis 2000 ans d’histoire de l’Église et, comme on l’a dit, « ceux qui n’apprennent pas de l’Histoire sont condamnés à la répéter ».

Rappelez-vous, les vraies brebis de Christ connaissent — peuvent reconnaître — la voix du Christ et la distinguer de la voix étrangère provenant d’un « autre Jésus ». Tenez-vous le pour dit! L’Esprit du véritable Christ, qui a enseigné le seul véritable Évangile, ne dirigerait jamais « l’église » et « l’oeuvre » de ceux qui ont avec eux un autre évangile, provenant d’un autre esprit et qui, invariablement, nous présentent un autre Jésus accompagné d’un autre « corps de Christ » contrefait. Il ne dirigerait pas non plus une organisation qui a ouvertement permis à « l’esprit d’erreur » d’entrer en compétition avec Son leadership.

(Notre site Internet offre un sermon intitulé « Another Jesus ». L’auditeur sera totalement abasourdi d’apprendre que ce « Jésus » a été connu sous plusieurs noms à travers l’Histoire et est âgé de plusieurs milliers d’années, datant de bien avant l’époque du vrai Christ du Nouveau Testament).

Lisez et relisez ce que vous venez de voir ici jusqu’à ce que cela soit limpide à votre esprit, jusqu’à ce qu’il soit impossible de vous méprendre sur ce qui est en jeu lors du choix de l’organisation à laquelle vous vous joignez. Rappelez-vous, le véritable Christ n’est pas divisé. Cela signifie qu’il n’y a qu’une seule véritable Église de Dieu! Jusqu’à ce que vous trouviez cette Église, ce seul et unique Corps uni de Christ, vous ne pouvez être à nouveau « branché » au Christ vivant qui la dirige, celle-là ET NULLE AUTRE! Sans ce nouveau branchement, il est simplement impossible de renouveler l’Esprit de Dieu, maintenant en partie perdu, qui vous permettrait d’oindre vos yeux et de recouvrer la vue!

Qu’y a-t-il de plus important?

De plusieurs façons, la partie centrale de ce chapitre donne la cohésion à tout le livre. Elle nous explique pourquoi Christ se tient à l’extérieur et frappe à la « porte » de l’endroit où chacun habite (Apoc 3 :20). Ce passage signifie que tout Son peuple, pendant la septième ère, se retrouve à l’extérieur de Son Corps et Il invite chacun à y retourner. Il les invite à se soumettre à nouveau à Lui, qui est la « Tête » de ce Corps, afin de recevoir davantage de Son Esprit et de Sa Parole de vérité pour participer à Son Œuvre véritable, à la condition qu’ils acceptent Son conseil et qu’ils oignent leurs yeux.

Le rôle du ministère.

Éphésiens 4 soulève la question de la croissance dans l’unité, du rôle des ministres fidèles de Christ et de la façon dont ils doivent aider à maintenir cette unité à l’intérieur du Corps de Christ.

Le chapitre débute par « l’exhortation » de Paul aux frères d’Éphèse pour qu’ils s’efforcent de conserver l’unité de l’Esprit… » (v.3) en leur rappelant qu’il n’y a « qu’un seul Corps » et un « seul Esprit » (v.4). Le rôle du ministère est présenté au verset 11 où les postes d’apôtres, de prophètes, d’évangélistes, de pasteurs et des autres docteurs sont mentionnés.

Le verset 12 commence la description de leur fonction, ce que chacun est supposé faire. Pendant plusieurs versets, on retrouve le thème de l’unité dans le Corps de Christ, de la vérité dans l’amour et de la nécessité d’éviter les mauvaises doctrines qui seraient introduites par la « tromperie des hommes ».

Prenez bien note de la description détaillée des devoirs et du travail d’un ministre fidèle : « pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans l’amour, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. C'est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s'édifie lui-meme dans la charité » (v.12-16).

Considérez tous les éléments dans ce passage dont la nécessité de « professer la vérité » et de le faire « dans l’amour ». C’est la seule façon par laquelle les membres — « les saints » — peuvent en venir à des « hommes faits » de manière « bien coordonnée » et « former un solide assemblage ». Il n’y a pas de place ici pour des centaines de groupes (ni même pour deux ou trois) comme éléments du Corps de Christ, ni dans tout ce que nous avons lu. Quelle tragédie de voir tant de personnes incapables de « croître » — de retenir la vérité à cause « de la ruse et de la tromperie » de personnes qui les ont entraînés « à tout vent de doctrine ».

Apprendre à se défendre en maintenant l’unité.

Paul a encouragé les membres de Philippes à être unis dans la foi. Au verset 15 du premier chapitre, il les prévient contre « certains » qui « prêchent Christ par envie et par esprit de dispute » dans le dessein de lui « susciter des tribulations » (v. 17). Or Paul a dit qu’il est « établi pour la défense de l’Évangile » (v.16), disant aux frères de demeurer fermes, de combattre dans un même esprit et d’avoir une même âme pour la foi de l’Évangile (v.27).

Voilà des paroles fortes pour ceux qui vivent dans une atmosphère de division générale et ce qui constitue une des principales raisons pour lesquelles je défends si fermement les vérités que les autres ignorent, ou même attaquent. Tout comme les Philippiens, l’Église de Dieu restaurée s’efforce de mettre en pratique ce que Paul enseigne en étant « aucunement effray[ée] par nos adversaires (v. 28) ». Prenez le temps de lire le reste du verset 28 afin de voir ce qui attend ceux qui ont leur propre programme, se faisant ainsi les adversaires de tous ceux qui « demeurent fermes… pour la foi » — et pour ce que croyaient tous les membres de l’EUD autrefois. Nous avons déjà souligné un autre passage qui révèle ce que Dieu réserve à Ses adversaires.

À partir du verset 10 du même chapitre, on peut établir un lien fascinant entre le combat des Philippiens contre la division (causée par ceux qui « prêchent Christ par envie et par esprit de dispute ») et le mot dokimos. Paul veut que l’amour des Philippiens augmente pour le discernement (dokimos=approbation) des choses les meilleures afin qu’ils soient purs et irréprochables pour le jour de Christ.

Nous allons parlé plus loin de l’importance de la relation entre être approuvé par Dieu, l’amour de Dieu et l’amour fraternel.

Ce que Christ a dit lors de Sa dernière Pâque.

Juste avant d’être crucifié, Christ a transmis deux instructions vitales à Ses apôtres. Dans un cas, Il leur enseignait et dans l’autre Il priait.

Dans Jean 15, Christ, dans l’exemple bien connu, s’identifie à la « Vigne » et identifie les Chrétiens aux « branches » (v.1). Même s’Il dit « Vous (les disciples et tout Chrétien individuel) êtes les sarments (branches) (v.5), nous avons vu que les ministres seniors enseignent maintenant que ces branches sont différentes organisations de la seule véritable Église.

C’est une perversion très nette de ce que Christ a enseigné – et M. Armstrong a toujours été fortement contre cette idée. L’objectif de ce passage est d’expliquer que les Chrétiens individuels doivent demeurés connectés à Christ s’ils veulent croître.

Mais, afin que nul ne se méprenne quant à ce que Christ voulait dire, Il l’a clarifié dans Sa prière du chapitre 17. À partir du verset 11, Christ parle du genre de rapport que les disciples, comme tous ceux qui les suivraient, devraient avoir entre-eux. : « Père saint, garde en ton nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils soient un COMME NOUS ».

Ce passage établit une norme très élevée en ce qui concerne l’unité que Christ S’attendait à voir dans Son Église – être « un, comme nous ». Certains oseront-ils suggéré que le Père et Christ ne sont pas en parfaite unité, telle que décrite par I Corinthiens 1 :10?

Le passage de Jean 17 se poursuit au verset 21, après avoir répété qu’Il priait pour tous ceux qui croiraient à « leur parole », c’est-à-dire les paroles et enseignements des apôtres. Notez le nombre de fois qu’Il utilise le mot « un » : « afin que tous soient UN, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient UN en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient UN comme nous sommes UN, moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement UN, et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé » (v. 21-23).

Où dans ce passage pouvons-nous voir que Christ permet à plusieurs organisations — « églises » — d’agir en Son nom? Où, dans cette description, y a-t-il place pour des centaines de groupes en compétition et en désaccord sur les enseignements diminuant ainsi l’impact de l’annonce du Royaume au monde et de l’avertissement à l’Israël moderne?

Réponse : Nulle part! Il n’y a pas la moindre différence dans la façon de penser de Dieu et de Christ.

Et pourtant aujourd’hui, c’est le désaccord total qui règne. Bien que les dirigeants affirment que c’est « triste » et que c’est une « honte que l’Œuvre soit ainsi divisée », la réalité est qu’ils ont oublié que M. Armstrong soulignait, il y a longtemps, l