JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau
A propos de l’auteur
David C. Pack 

Fondateur et Pasteur GĂ©nĂ©ral de l’Église de Dieu RestaurĂ©e, RĂ©dacteur en Chef du magazine The Real Truth et voix du programme tĂ©lĂ©visuel The World to Come, David C. Pack a atteint plusieurs millions de personnes dans le monde entier en proclamant les puissantes vĂ©ritĂ©s de la Bible inconnues de la plupart des gens. Il est l’auteur de 80 livres et livrets, et a personnellement Ă©tabli plus de 50 congrĂ©gations. Il est Ă©galement apparu en tant qu’invitĂ© sur The History Channel. M. Pack a frĂ©quentĂ© l’Ambassador CollĂšge Ă  Pasadena, en Californie. Il est entrĂ© au ministĂšre de l’Église de Dieu Universelle en 1971 et a Ă©tĂ© personnellement formĂ© par son fondateur, Herbert W. Armstrong.

Pourquoi L’Église de Dieu restaurĂ©e?

par David C. Pack

Il existe plus de 200 groupes « dissidents ». Était-il nĂ©cessaire d’avoir un autre groupe ? N’y a-t-il pas dĂ©jĂ  « quelque chose pour tout le monde » ?

Pourquoi l’ÉRD a-t-elle Ă©tĂ© fondĂ©e ? En quoi est-elle diffĂ©rente des autres ? Pourquoi avoir choisi le nom Église RestaurĂ©e de Dieu ? Que pensons-nous de M. Armstrong ? Ce dernier n’était-il qu’un ministre fidĂšle — un apĂŽtre — ou plus ? Comment la « dispersion » prophĂ©tisĂ©e (Da. 12 :7) cadre-t-elle avec le besoin de « restaurer » quoi que ce soit ?

Cette brochure rĂ©pond Ă  toutes ces questions importantes, et introduit L’Église de Dieu restaurĂ©e.

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti

Cet ouvrage montre le début d’un choix évident. Le 3 mai 1999, j’ai été renvoyé de l’Église Mondiale de Dieu, ce qui m’a amené à fonder l’Église Restaurée de Dieu (ÉRD). Cet ouvrage est donc un résumé de ces événements; et il répond aux questions entourant les débuts de l’ÉRD.

Parmi le peuple de Dieu, plusieurs réalisent que « la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3) a été diluée par tous les groupes dissidents qui sont sortis de l’Église Universelle de Dieu (ÉUD). Plusieurs d’entre eux cherchent l’endroit où l’on enseigne encore toutes ces vérités. Ils veulent être protégés contre les faux enseignements. Un nombre croissant de gens, fatigués de ces interminables compromis, dans les doctrines comme dans les comportements, souhaitent que les choses (en parlant de doctrines) reviennent « comme avant » — qu’elles soient restaurée à nouveau.

Bien sûr, les autres sont furieux, parce qu’ils perçoivent l’ÉRD comme n’étant qu’une autre fraction.

Les appels téléphoniques et le flot de courrier électronique qui ont afflué au début, montraient que tout le monde se posait les mêmes questions :

  • Que s’est-il passé ?
  • Pourquoi avez-vous fondé une « nouvelle Église » ?
  • Dieu a-t-Il prévu pour Son troupeau un endroit où celui-ci peut s’assembler, et où toute la vérité est préservée ?
  • Quelle importance l’ÉRD accorde-t-elle aux enseignements de M. Armstrong ?
  • Qui est Dave Pack ?
  • …ainsi qu’une foule d’autres questions connexes.

J’espère que cette rétrospective en aidera plusieurs à retrouver la vision et leur premier amour de la vérité. Le Christ dit aux laodicéens : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe » (Apoc. 3 :20). Les prophéties révèlent que la plupart d’enter eux ne vont pas répondre à leur « porte ». Parce que Dieu aime tout Son peuple, une route spéciale attend ceux de la dernière ère. Cependant, quand Son troupeau se trouve en danger, le Christ promet alors d’appeler « par leur nom les brebis qui lui appartiennent » (Jean 10 :3). Et, le Christ tient toujours Ses promesses. Reconnaîtrez-vous Sa voix ? Y répondrez-vous ?

L’Église Restaurée de Dieu ne cherche pas à concurrencer avec les autres groupes qui se sont formés après le déclin de l’Église Universelle de Dieu. Ces groupes nous font peut-être la concurrence, mais nous, nous ne rivalisons pas avec eux — à la quête de membres ou d’argent. Jamais je ne le répèterai assez fort ! Nous sommes sortis de tous ces groupes qui ne cessent de se disputer et de s’attaquer mutuellement.

L’ÉRD est le seul endroit où les gens peuvent s’assembler, sans risquer la confusion par de fausses idées. Cela facilite l’unité et la pratique du véritable amour fraternel. L’apôtre Paul a dit, et M. Armstrong l’avait renforcé : « Je vous exhorte, frères…à tenir TOUS un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment » (I Cor. 1 :10). L’apôtre Pierre ajouta (après avoir baptisé 3 000 personnes) : « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle » (Actes 2 :42). Il a été dit aux philadelphiens : « Retiens CE QUE TU AS » (Apoc. 3 :11). Ceci est directement lié au fait de demeurer ferme, pour garder sa couronne.

L’apôtre Paul parla du danger qui prévaudrait dans les derniers jours (II Tim. 3 :13-14), expliquant ce que les gens devaient faire lorsqu’ils sont menacés par des « hommes méchants et imposteurs [qui] avanceront toujours plus dans le mal. » Le contexte tourne entièrement autour de l’époque où « les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs » (4 :3). Et, une fois arrivé à cette époque, le verset 14 nous donne cette directive : « Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises. » Ces « choses » (ou « vérités »), nous les avons apprises de M. Armstrong.

Plus loin, dans I Timothée 4 :3 et 16, se trouve une directive importante qui s’adresse à tout ministre qui désire être perçu par le Christ comme ayant été fidèle, ainsi qu’à tous ceux qui voudront « nous entendre ». Il y a certainement d’autres ministres et d’anciens locaux fidèles qui sont fatigués des compromis. L’apôtre Paul leur donne l’instruction suivante : « Jusqu’à ce que je vienne, applique-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement (ou aux doctrines)…Veille sur toi-même et sur ton enseignement; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. » Allez-vous « écouter » cette instruction biblique ? Celle-ci pourrait sauver votre vie éternelle !

« Pourquoi aviez-vous quitté l’ancienne formation de l’Église Mondiale de Dieu (ÉMD) ? »

Je ne l’ai pas quittée volontairement. J’ai été congédié et exclu pour avoir protégé le troupeau contre des fausses doctrines et des faux enseignants. Tout ministre qui agi ainsi doit s’attendre à subir le même sort ! Jean 10 :15 et 15 :13 enseignent aux ministres fidèles à donner leur vie pour les brebis. Personnellement, c’est ce que je vais continuer à faire. On m’avait accusé d’avoir « semé la division et la discorde ». Évidemment, on ne m’avait pas accusé d’avoir « protégé le troupeau » — ce dont j’étais certainement « coupable ».

Plusieurs membres avaient contacté le siège social, pour leur rapporter les hérésies qu’ils entendaient dans les sermons. Mais, puisque les dirigeants refusaient de les entendre, certains membres avaient décidé de m’appeler au sujet de cette affaire. Les ministres fidèles ne refusent jamais de discuter de ce genre de problèmes. J’avais donc référé ces membres à leurs ministres locaux. Et, c’était à ce moment-là que l’Église Mondiale avait entrepris de porter des accusations contre moi. Mais, j’avais reçu cette instruction de M. Armstrong, dans son livre Le Mystère des siècles : « Les VRAIS ministres du Christ (et ils sont rares, de nos jours) ont le devoir de PROTÉGER les enfants de Dieu en gestation spirituelle contre les fausses doctrines et les faux ministres. » (p. 227.) M. Armstrong était certainement d’accord avec le Christ et l’apôtre Paul.

Sachant cela, je ne pouvais pas agir autrement !

Malgré de graves problèmes internes — ce qui fut confirmé par leur déchéance —, je n’aurais pas quitté l’Église Mondiale à ce moment-là. Bien que je savais qu’on y tolérait des fausses doctrines et des faux enseignants, j’avais d’abord tenté d’agir depuis l’intérieur de l’organisation, implorant ses dirigeants de régler ces problèmes. Si j’avais quitté à ce moment-là aurait été un geste tout simplement irréfléchi et irresponsable. Mais, voyant que la direction ne faisait rien pour protéger le troupeau contre ces hérésies, je compris que, ou bien on me forcerait à partir, ou bien l’Église Mondiale risquerait de s’effondrer financièrement, ou les deux ! Je voulais cependant m’assurer que je ne serais pas la cause de cet effondrement financier, lequel était assuré. (Celle-ci fut plus tard ruinée à cause des poursuites engagées contre elle par le dirigeant de la Living Church of God [Église du Dieu vivant].) J’avais donc décidé d’attendre le temps qu’il fallait, dans un délai raisonnablement. Après le schisme de la LCG, il était toujours possible pour les dirigeants qui restaient d’intervenir et de corriger les faux enseignements. Mais non. Au lieu de cela, ils ont choisi d’agir contre moi, en « s’attaquant au messager ».

C’était précisément ce que l’ancien dirigeant de l’Église Mondiale avait tenté de faire six mois auparavant, et pour exactement les mêmes raisons. À l’époque, ce dernier m’avait accusé d’avoir semé la division au Michigan. (J’y avais prêché, avec force, disant aux Frères de demeurer fermes et de rejeter les fausses doctrines qui étaient introduites dans l’Église Mondiale à une vitesse alarmante.

Certains avaient prétendu que j’avais quitté parce que je « ne croyais pas que Dieu pourvoirait à l’ÉMD les fonds nécessaires à sa survie. » C’est ridicule. L’imminence d’une faillite n’est pas une raison pour quitter. En fait, si cette administration avait tout fait pour protéger et préserver l’ÉMD, avoir quitté à ce moment-là aurait été de l’abandon.

L’histoire prouve qu’une mauvaise gestion entraîne inévitablement la perte de toute organisation — même si on a la « foi ». J’ai la foi que Dieu bénit ceux qui Lui sont agréables, ni plus ni moins. Je n’avais certainement pas foi dans les dirigeants de l’Église Mondiale. Avec le temps, cette dernière finit par s’effondrer et se dissiper. L’effondrement de tout groupe dissident est néfaste, parce que les gens impliqués en ressortent davantage blessés et dispersés !

J’ai été congédié et exclu de l’Église Mondiale de Dieu exactement pour les mêmes raisons pour lesquelles j’avais été congédié et exclu de l’Église Universelle de Dieu, en 1993. Les deux fois, j’avais dit les même choses. Certains se souviennent peut-être de mon premier sermon sur le 30 raisons (15 mai 1993). Ce dernier a clairement démontré, aux milliers de gens qui l’ont écouté, que ce que je croyais à l’époque, je le crois encore aujourd’hui. La Bible enseigne que lorsqu’une organisation devient laodicéenne, nous devons quitter, et rechercher l’endroit que Dieu a pourvu. Ceux qui ont entendu ce sermon (peut-être de 10 000 à 15 000 personnes), et les deux autres de la série, savent que je n’ai pas dévié de ces principes en fondant l’ÉRD !

Quand je m’étais joint à l’Église Mondiale, je croyais que son président-évangéliste et son second avaient institué cette organisation dans le but de protéger toutes les vérités qui nous avait été transmises par M. Armstrong. Ces deux hommes étaient les deux évangélistes les plus anciens de notre temps ? Je croyais qu’ils savaient (et que nous savions tous), depuis plus de dix ans (en 1993), que M. Armstrong était l’Élie prophétisé qui devait « rétablir toutes choses » (Matth. 17 :11). Après maintes discussion, je compris que le président-évangéliste n’y croyait plus, et qu’il ne souhaitait pas non plus changer sa position. Ensuite, je remarquai qu’il avait aussi commencé à diluer et à changer d’autres vérités. En outre, il était évident que le comportement de certains ministres était franchement contraire aux lois de Dieu.

Comme j’étais membre du Conseil des Anciens de l’Église Mondiale, et ce depuis sa constitution, j’avais essayé autant que possible de m’interposer depuis l’intérieur de l’organisation, pour ramener l’Église sur la bonne voie. Je croyais sincèrement que c’était ce que Dieu voulait que je fisse. Ma voix avait une certaine « portée » sur le Conseil, et je m’en servais — beaucoup ! Au début, je croyais que le départ de l’ancien dirigeant allait régler plusieurs problèmes. J’avais tort !

Trois mois plus tard, je voyais bien que le nouveau dirigeant n’en était pas moins disposé à tolérer les faux enseignants et qu’il faisait autant de compromis que son prédécesseur. Je me rendais compte aussi que la direction n’administrait toujours pas correctement les dîmes et les offrandes. (Dans l’éventualité où l’on aurait cherché à poursuivre en justice la Living Church of God [LCG] et/ou son dirigeant, j’avais officiellement déclaré que je ne tenais pas à participer à un tel acte. I Corinthiens 6 interdit formellement de s’engager dans le genre de spectacle dans lequel cela aurait conduit.)

Il était devenu évident que le troupeau se divisait et se dispersait. J’ai essayé, tant bien que mal, de maintenir celui-ci dans l’unité, et ce, jusqu’à ce que l’on me chasse. Je dois cependant admettre que je leur ai forcé la main, en les confrontant. Je ne pouvais plus accepter les choses que l’on y tolérait.

« Comment tous les groupes “dissidents” en sont-ils arrivés à s’écarter de la voie ? »

L’ÉMD avait été formée à cause de l’apostasie qui submergeait l’Église Universelle de Dieu (ÉUD). Je fus en fait le premier pasteur à y être renvoyé pour avoir voulu rester attaché aux doctrines que M. Armstrong nous avaient enseignées. (Un autre homme fut également congédié, à la fin de 1989, parce qu’il croyait et enseignait plusieurs fausses doctrines.) En 1993, plusieurs se rendait compte que l’ÉUD devenait laodicéenne (Apoc. 3 :14-22). Mais, les hérésies qu’on prêchait devinrent bien pires que ce qu’on aurait pu imaginer. Ces gens finirent par s’écarter complètement de Dieu.

M. Armstrong explique comment tous les groupes dissidents se sont écartés de la voie : « Mais il est toujours vrai que deux hommes ne peuvent pas marcher ensemble, s’ils ne sont pas d’accords. Je suis d’accord avec Dieu et avec le Christ, le Chef de l’Église. Jamais je ne diluerai la VÉRITE qu’Il m’a révélée, ni ne ferai de compromis avec celle-ci, de quelque façon que ce soit. CHACUN DE NOUS devra être D’ACCORD avec Dieu et avec le Christ, Son Fils, si nous voulons marcher ensemble avec Eux, jusque dans le Royaume de Dieu. » (C’est lui qui souligne).

—Worldwide News, 6 mars 1981,“Reports About Garner Ted False”

Il existe un principe biblique crucial que tous les groupes ont abandonné, ou qu’ils n’ont pas appliqué correctement, après être sortis de l’ÉUD. La Bible commande de s’ éloigner de ceux qui enseignent l’hérésie ou qui créent de la division.

Qu’est-il arrivé à ce passage biblique : « Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, NE LE RECEVEZ PAS dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! » (II Jean 10) ? Et qu’est-il advenu de celui-ci : « ÉLOIGNE DE TOI, après un premier et un second avertissement, celui qui provoque des divisions » (Tite 3 :10) ? Et de celui-ci : « Je vous exhorte, frères, à prendre garde à [à MARQUER, selon certaines versions] ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. ÉLOIGNEZ-VOUS d’eux » (Rom. 16 :17) ? Et de ce passage-ci : « Il y a, en effet…beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, auxquels il faut FERMER la bouche. Ils bouleversent des familles entières, enseignant pour un gain honteux ce qu’on ne doit pas enseigner » (Tite 1 :10-11) ? Et finalement : « Chasse le moqueur, et la querelle prendra fin; les disputes et les outrages cesseront » (Prov. 22 :10) ?

M. Armstrong n’oublia certainement jamais ces versets-là. Remarquez : « L’apôtre Paul nous enseigne que, dans l’Église, nous devons être d’un commun accord et tenir tous un même langage (I Cor. 1 :10). Nous devons marquer ceux qui ont une attitude hostile et qui créent la division et la controverse parmi les Frères; nous devons nous éloigner d’eux. »

« Si toute l’Église avait obéi à ces préceptes divins, nous n’aurions pas connu le chaos dans l’Église en 1974 et à la fin des années 70…L’Église de Dieu doit suivre ces instructions bibliques… »

—Lettre aux membres, 1er avril 1984

« Dans l’Église, il nous est commandé de tenir tous le même langage que le Christ — à être tous parfaitement EN accord. L’Église doit SE SOUMETTRE à 100 pour cent à l’autorité divine. Dans une équipe athlétique, un seul coéquipier hostile amènera toute l’équipe à perdre des tournois. Une pomme pourrie corrompra les autres pommes qui se trouvent dans le même panier. Dieu nous ORDONNE de MARQUER ceux qui sont hostiles et qui créent la division — et de nous en éloigner en les excluant. C’est parce que nous n’avons pas obéi à ce commandement divin que nous avons connu des problèmes dans l’Église au cours de ces quatre ou cinq dernières années. »

—Lettre aux membres, 20 sept. 1983

« L’apôtre Paul, après avoir fait ses adieux aux anciens de l’Église à Éphèse, a déclaré : “Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux” » (Actes 20 :29-30).

« C’EST EFFECTIVEMENT CE QUI S’EST PASSÉ, DANS L’ÉGLISE ! »

« Le plus grand danger, c’est lorsque quelqu’un, qui est parmi nous et qui se déclare être des nôtres, vous approche avec une doctrine ou une interprétation qui est CONTRAIRE à celle de l’Église de Dieu, ainsi qu’à celle des ministres de Dieu.

« Qu’il s’agisse d’un “Témoin de Jéhovah” ou d’un soi-disant membre dans l’Église de Dieu, rappelez-vous CE COMMANDEMENT : “Si QUELQU’UN vient à vous” — on ne parle pas ici d’un membre d’une autre Église, mais bien de “QUELQU’UN” qui vient à vous — “et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre MAISON” » — NE L’ÉCOUTEZ PAS !

« Ce que nous disons, c’est de ne plus écouter ceux qui apportent une doctrine DIFFÉRENTE ! Si vous avez déjà connu la vérité — si vous l’avez déjà PROUVÉE à partir de votre Bible — et si vous avez prouvé que c’est ici la véritable Église de Dieu, alors ce que DIEU ENSEIGNE, ainsi que je vous l’ai montré dans cet article de la BIBLE, c’est : N’ÉCOUTEZ PAS ceux qui apportent une doctrine différente. ».

—“Should We Listen to Others ?” (Good News, mai 1960).

M. Armstrong ne se souciait pas de savoir si on le croyait « sévère », « trop strict », « peu affectueux » ou « abusif », quand il lui fallait protéger l’Église contre les hérésies :

« Y en a-t-il parmi vous qui cherchent à être plus gentils, plus prévenants et plus miséricordieux que Dieu Lui-même ? Lui désobéissons-nous, en ayant une approche douce et apathique envers notre prochain ?

« “Nous vous RECOMMANDONS, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous…Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez-le (ou, marquez-le) , et n’ayez point de communication avec lui” (II Thess. 3 :6, 14).

« Dieu est beaucoup plus strict concernant toutes ces questions dans l’Église que nous sommes parfois enclins à l’être nous-mêmes.

« Nous NE DEVONS PAS faire comme si nous cherchions à être plus gentils que Dieu. Le Christ nous dirait alors : “Éloignez-vous de moi !” nous ne devons pas faire de compromis ! Dieu, Lui, n’en fait pas !

« Je prie pour toutes ces choses. Je prie Dieu pour qu’Il BÉNISSE CES GENS, avec tout ce que Lui seul sait, dans Sa suprême sagesse, ce qui leur CONVIENT LE MIEUX — même si, pour cela, Il doit les PUNIR sévèrement ! »

—“Can We Fellowship with the Disfellowshipped ?”, Worldwide News, 1980

« L’Église Restaurée de Dieu (ÉRD) n’est-elle qu’un autre groupe “dissident” » ?

Au début, plusieurs étaient tristes, voire même en colère, parce que l’ÉRD semblait être un autre « schisme ». Il est vrai que des dirigeants, de plusieurs groupes, ont divisé leurs organisations. Des affrontements internes, causés par des conflits de personnalité, l’administration, les politicailleries ou d’autres questions non doctrinales, se sont multiplié au sein des groupes dissidents. L’Église Restaurée de Dieu n’est pas « rien qu’un autre schisme ». Pourquoi ?

Quand des gens enseignent l’hérésie, ce sont eux qui créent de la division — et non ceux qui s’y opposent ! M. Armstrong fut-il coupable d’avoir créé de la « division », lorsqu’il quitta Sardes pour des questions de vérités doctrinales apparemment minimes ? Quand j’ai quitté l’ÉUD à cause des fausses doctrines, ai-je « divisé » l’Église ? Et, quand VOUS avez quitté vos familles et vos amis qui en faisaient parties, causiez-vous de la division — ou défendiez-vous la vérité ?

Tous les groupes « dissidents » possèdent quelques ou plusieurs vérités. En règle générale, plus les gens ou les groupes ont tardé à quitter l’ÉUD, plus ils ont ramassé de bagages doctrinaux. À cela s’ajoute une autre règle : plus les gens ont ramassé de fausses doctrines, moins ils semblent s’en rendre compte. (J’aborde cette question plus en détails dans Pourquoi y a-t-il autant de groupes « DISSIDENTS » ?)

La plupart des gens ne réalisent pas le danger qu’il y a de laisser s’introduire ne serait-ce qu’une seule fausse doctrine. Seuls les apôtres sont autorisés par Dieu à changer les doctrines — même les plus « minimes ». Le fait de ne pas avoir tenu compte de cette clef essentielle, c’est ce qui a ouvert la « boîte de Pandore » de la confusion doctrinale et de la division qui sont si répandues, aujourd’hui. D’avoir négligé de demeurer ferme, c’est ce qui a continuellement divisé l’Église, avec des conséquences dévastatrices. Ce processus, il ne fera qu’empirer.

L’ÉRD réunit et rassemble, au lieu de diviser et disperser. Laissez-moi vous expliquer. Dieu a suscité cette réorganisation de Son Église pour tous ceux qui désirent fraterniser avec les autres qui se soucient de l’exactitude, de la précision des vraies doctrines.

Plusieurs cherchaient un endroit où l’on enseignait toute la vérité. Ces gens apprennent maintenant où aller. Pour les autres qui sont demeurés dans les groupes plus importants, il devient de plus en plus clair que leurs dirigeants demeurent de moins en moins fermes à toutes les vérités divines. Les doctrines divines ne sont pas comme les plats d’un buffet que les gens peuvent choisir, selon leurs goûts !

Nous réalisons qu’il faut du courage pour se joindre à nous. Dans la vie, les gens choisissent la voie facile, et restent là où ils s’étaient « installés » — « confortablement». Ils raisonnent, à tort : « Eh bien, mon pasteur semble enseigner la vérité. »

« Pourquoi est-il si important de reconnaître M. Armstrong comme l’Élie ? »

Autrefois, toute l’Église savait que M. Armstrong remplissait le rôle prophétique de l’Élie des temps de la fin. Personne semble-t-il n’en doutait. Plusieurs milliers de gens ont maintenant perdu cette connaissance ! L’ont-ils tout simplement oubliée ? Se sont-ils « assoupis » ? Ne s’en souciaient-ils pas ? Qui les en a convaincu du contraire ? Comment un trou de mémoire aussi important a-t-il pu se produire ? Mon premier sermon sur cette connaissance remonte au 24 avril 1982, et je ne m’en suis jamais écarté depuis.

Le fait de savoir si M. Armstrong était, oui ou non, l’Élie prophétisé, est sans contredit l’une des doctrines les plus profondes et les plus importantes qui soient ! J’ai écris une brochure volumineuse, Je vous enverrai Élie pour « rétablir toutes choses », afin d’établir, avec certitude, que M. Armstrong a accompli cette prophétie. Vous serez stupéfait par les preuves et les implications relativement à cette compréhension !

« Quelles sont les priorités de l’ÉRD ? »

  1. Être trouvé en train de prêcher l’Évangile et l’avertissement d’Ézéchiel, sous la conduite du Christ, selon les fonds qu’Il nous alloue pour le faire.
  2. Rassembler et nourrir le troupeau, et lui enseigner à demeurer ferme aux doctrines que le Christ nous a transmises par Ses prophètes et Ses apôtres, y compris M. Armstrong.
  3. Retrouver vivement et pratiquer le véritable amour fraternel dans l’ÉRD, et envers ceux des groupes de la septième ère.

« Quelle forme de gouvernement y pratique-t-on ? »

Sous M. Armstrong, l’ÉUD était dirigé par un seul homme. Cette forme de gouvernement était la bonne, parce qu’a cette époque nous avions un apôtre vivant, dont le rang était supérieur à tous les autres ministres. Ce rang d’apôtre conférait à M. Armstrong le pouvoir d’apporter des corrections doctrinales et d’avoir le « dernier mot » dans l’Église. Personne, ayant un rang inférieur, ne peut revendiquer la même autorité. Depuis la mort de M. Armstrong, Dieu n’a pas suscité un autre apôtre, pour diriger l’Église de la même manière. Conséquemment, depuis ce jour, la forme divine de gouvernement d’Église est mieux définie par celle où un seul homme DIRIGE.

C’est cette forme de gouvernement que nous pratiquons. Mais, qu’est-ce que cela signifie au juste ?

Certaines personnes voulaient savoir pourquoi nous n’utilisions pas une forme de statut d’entreprise individuelle. Essentiellement, cela signifie que la corporation, en tant que telle, n’est formée que d’un seul individu. Cela était de circonstance sous l’autorité d’un apôtre (M. Armstrong avait déjà utilisé momentanément ce type de gouvernement de société). Ce ne sera peut-être plus nécessaire, quoiqu’on ne peut en écarter l’idée. Qui plus est, selon le décret de l’État de l’Ohio, une telle chose n’est pas permise. Donc, pour nous, la question est réglé, puisque c’est ici, dans l’État d’Ohio, que Dieu a placé notre siège central.

Dans l’Église il y a, sous le Christ, un dirigeant — et non un dictateur. Qu’est-ce que cela signifie ? Que personne, y compris moi-même, n’est autorisé à changer les doctrines. Cela est stipulé dans nos statuts, et donc irrévocable, parce que notre position doctrinale définit qui nous sommes et quelle est la raison d’être de cette organisation.

Un Conseil des Anciens sera établi (lorsque nous aurons suffisamment de ministres expérimentés) afin qu’il se prononce sur les questions majeures, comme M. Armstrong avait lui-même coutume de le faire. Déjà, je demande conseil auprès de nos ministres. Dans l’ÉRD, le Conseil des Anciens ne sera autorisé à changer une doctrine — ni par un soi-disant « vote majoritaire », ni par quelque moyen que ce soit.

« N’avez-vous pas changé votre position sur la question de gouvernement ? »

J’ai toujours cru, ainsi que M. Armstrong l’enseigna dans la première de ses « dix-huit vérités », que Dieu travaille par un seul homme. Je le répète, seul un apôtre est autorisé à changer une doctrine. L’ancien dirigeant de l’ÉMD avait commencé à changer des doctrines. Je croyais qu’un Conseil des Anciens habilité pouvait « empêcher » un dirigeant de s’égarer, pour ainsi préserver l’ÉMD. Franchement, je ne voyais aucune autre organisation, ni aucun autre homme que j’aurais pu suivre. J’ai essayé d’agir depuis l’intérieur, et ce, aussi longtemps que j’ai pu. Je ne m’imaginais pas que Dieu Se servirait de moi.

Après la séparation de la Living Church of God (l’Église du Dieu vivant) de l’ÉMD, j’ai appuyé l‘ancien évangéliste qui restait, croyant que c’était lui qui prenait les décisions. Ce ne fut que le 13 avril 1999 que je me rendis compte que nous n’avions même pas un chef de l’exécutif (celui qui prend les décisions au nom de la corporation). M. Armstrong était le chef exécutif de l’ÉUD. Après m’être plaint de vive voix, j’ai appris par la suite qu’on en avait désigné un, hâtivement, sans tambours ni trompettes. Trois hommes se partageaient le leadership, mais personne n’assumait la responsabilité de prendre les décisions qui s’imposaient. Les années ne sauraient épargner toute organisation ainsi dirigée.

Le Christ a dit : « Les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière » (Luc 16 :8). Aucune entreprise de « ce monde » ayant du succès n’est dirigée par un comité. Souvent M. Armstrong avait fortement exprimé son désaccord au sujet des « comités ». Les Conseil des Anciens et les comités exécutifs jouissant d’une autorité suprême n’ont de voix que pour leurs ambitions personnelles !

« Quelle importance accorde-t-on à M. Armstrong et à ses enseignements ? »

Dieu a transmis plusieurs centaines de doctrines à Son Église par M. Armstrong. Beaucoup de gens ne semblent pas se rendre compte du fait qu’une bonne partie de ce qui avait été rétabli par M. Armstrong fut à nouveau perdu. Nous avons réécrit et « restauré » — encore une fois — ce qui avait été rétabli. comme tous les autres apôtres avant lui, M. Armstrong est mort. Cependant, ses enseignements font partie du « fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire » (Éph. 2 :20), sur lequel l’Église s’appuie. Mais, en tant que l’Élie, M. Armstrong accomplissait une prophétie plus grande que tout autre apôtre avant lui. Il a atteint beaucoup plus de gens que tous les premiers apôtres réunis ne l’avaient fait. Nous ne devons cependant pas mettre l’accent sur lui avec exagération, ni le vénérer. Cela serait de l’idolâtrie, et le déshonorer.

Les seuls domaines dans lesquels nous pouvons croître dans la connaissance sont ceux qui ne supplantent rien. On peut ajouter à ce que Dieu a enseigné par M. Armstrong — mais uniquement pour clarifier les vérités existantes, sans en altérer le fondement. L’Église Restaurée de Dieu va cependant continuer à croître dans la compréhension des vérités déjà révélées. M. Armstrong avait dit ouvertement (en public comme en privé) que Dieu ne lui avait pas révélé tous les détails dans les prophéties.

« Prêchez-vous l’Évangile au monde ? »

Nos deux ouvrages Le Plan stratégique de l’Église Restaurée de Dieu et L’Œuvre est-elle terminée ? témoignent de notre engagement à faire l’Œuvre. Nous l’accomplissons déjà à travers notre site Web. Avec l’aide de Dieu, nous l’élargirons grandement. Bien entendu, celle-ci ne sera jamais faite au détriment du troupeau déjà existant, en négligeant de le nourrir correctement !

Notre site Web porte l’Évangile et le message d’Ézéchiel au monde, avec plusieurs brochures, articles, lettres et sermons. Nous offrons beaucoup plus de littérature que tous les autres groupes réunis, et nous en rajoutons régulièrement.

M. Armstrong a écrit de nombreux ouvrages. Étant donné que les lois sur les droits d’auteurs (copyrights) nous interdisent actuellement de les reproduire, j’ai pour ma part réécrit (sous forme de brochures et d’articles) toutes les vérités que Dieu a enseignées par M. Armstrong.

Quiconque croit que l’Église n’a pas à continuer à prêcher l’Évangile du Royaume de Dieu ne comprend pas le christianisme élémentaire, et encore moins les enseignements de M. Armstrong ! Personne ne peut prétendre aimer les gens, et en même temps dire que nous ne devrions pas partager avec d’autres ce trésor que d’autres ont partagé avec nous ! Cette attitude est connue. Certaines personnes, déformant les propos de M. Armstrong, vont même jusqu’à citer ce dernier comme étant la source de cette croyance.

Mon livre There Came a Falling Away (disponible en anglais seulement) propose vingt-cinq citations de M. Armstrong sur la nécessité de poursuivre l’Œuvre jusqu’à la Tribulation. En voici deux, qui prouvent que ceux qui se servent des citations de ce derniers pour établir que l’Œuvre est terminée ont tort : « Frères, si nous devons continuer à croître — SPIRITUELLEMENT et en nombre — nous devons nous rappeler que le BUT premier de l’Église, c’est de prêcher l’ÉVANGILE DU CHRIST AU MONDE ENTIER. C’est la PREMIÈRE mission de l’Église. Ceux qui voient la grande mission du Christ comme étant « l’œuvre personnelle de Herbert Armstrong » ne font tout simplement pas partie de l’Église de Dieu. Quiconque ne place pas tout son cœur dans cette œuvre, N’EST PAS MEMBRE DE LA VÉRITABLE ÉGLISE DE DIEU et, en aucun cas, ne peut s’assembler ou fraterniser dans aucune des congrégations locales. »

—“Why Local Assemblies ?”, Good News, mars 1954

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’être tièdes ! Nous ne pouvons pas nous permettre de nous détourner de l’immense besoin de cette mission très spéciale, en cette époque particulière dans l’histoire et si proche du retour du Christ et de SON ROYAUME !

« Parlons maintenant de l’ Œuvre elle-même.

« Peu de gens comprennent ce qu’est, au juste, que l’Église. Il y a tellement d’églises dans le monde, que les gens les prennent pour acquises. Mais, il y plus de 1 953 ans, le Christ a dit : “Je bâtirai mon Église”. Peu de gens savent POURQUOI Il l’a bâtie, et dans quel BUT. D’abord, ce but comprenait une dualité :

  1. Proclamer au monde le message de l’Évangile, que Dieu a envoyé à l’humanité par Jésus, en tant que le Messager divin (Mal. 3 :1), de la venue du Royaume de Dieu;
  2. Appeler et préparer un peuple choisi…

« Je n’ai JAMAIS DIT que je m’attendais à vivre jusqu’au retour du Christ. »

—Lettre co-ouvrière du 19 mars 1981

Nous accomplirons l’Œuvre quelque soit l’étendue et l’importance que Dieu voudra lui donner. Nous avons un personnel significatif, et d’autres sont embauchés. Nous avons amplement de littérature et d’idées sur la manière d’accomplir l’Œuvre. Le programme des kiosques de la Pure vérité, par exemple, était un projet que j’avais largement développé (et que d’autres avaient ensuite amorcé), et ce pratiquement du début. J’ai aimé travailler avec ce programme, ainsi que d’avoir donné tout au long de mon pastorat des conférences publiques, dans presque toutes les grandes villes, ainsi que dans les moins grandes. J’ai également fait quelques émissions de télévision.

« Qu’y a-t-il d’autre de différent à propos de l’ÉRD ? »

Nous faisons les choses « avec bienséance et avec ordre ». Nous sommes résolus à éliminer la confusion que Satan insuffle chaque fois qu’il le peut. L’une des caractéristiques marquante de l’ÉRD, c’est que nous y parlons « tous un même langage ». Remarquez ces paroles de M. Armstrong :

« Au cours de ces quarante-trois dernières années, on a souvent cherché à me contraindre à faire des compromis — “juste un peu” — avec la VÉRITÉ divine…[Dieu] m’a confié cette précieuse VÉRITE. Mais, franchement, QU’EN PENSEZ-VOUS ? »

« Serait-ce mal de faire des compromis, “juste un peu”, sur certains “points minimes sans importances” ? Notamment sur ceux qui sont prétendument sans importances et qui nous font passer pour des “névrosés” aux yeux du monde ?

« Néanmoins, si nous commencions à faire des compromis avec la vérité divine, ne serait-ce que dans les plus petites choses, nous permettrions à Satan de mettre un pied dans la porte de l’Église, et en peu de temps, il ouvrirait la porte (il est plus fort que nous), et s’emparerait de l’Église…Un peu de levain fait lever toute la pâte !…Je n’ai jamais fait de compromis avec la VÉRITE divine…et je n’en ferai jamais ! »

—Éditorial, The Good News, décembre 1976

Relisez-les ! M. Armstrong aurait exclu plusieurs ministres, dans les groupes dissidents. Un des ministres senior soutient que M. Armstrong aurait « toléré des solutions de rechange ». Mais, la citation plus haut prouve la fausseté d’une telle hypothèse. M. Armstrong n’a jamais « toléré des solutions de rechange ». J’ai été exclus de deux organisations (et marqué par d’autres) pour n’avoir pas fait de compromis — pour n’avoir pas « toléré des solutions de rechange ». Il est ahurissant de voir la rapidité avec laquelle les dirigeants des groupes dissidents sont retournés aux mêmes tactiques que celles qu’utilisèrent les successeurs de M. Armstrong !

L’ÉRD encourage et pratique le véritable amour fraternel. On ne peut faire partie de l’ère reconnue pour son amour fraternel que si l’on possède soi-même ce compagnon indispensable pour demeurer ferme. Nous accueillons ceux qui ont amassé des « cultures d’Église » différentes. Nous avons tous suivi des chemins différents, qui nous ont conduit de l’ÉUD à l’ÉRD. Tous ont assimilé des idées, des attitudes et des pratiques différentes. Nous travaillons diligemment afin de les désapprendre. M. Armstrong disait que la conversion impliquait deux choses : apprendre la vérité et désapprendre l’erreur. Nous demeurons « fermes dans un même esprit…une même âme [une même pensée, selon certaines versions] » (Philip. 1 :27).

Nous nous assurons que les membres de l’ÉRD soient le groupe le mieux informé. Le peuple de Dieu n’est pas stupide. Il apprécie l’honnêteté et la franchise; et il les reconnaît quand il les voient. Les Frères ont sans cesse été trompé par des dirigeants en qui il avait confiance, jadis. Malheureusement, presque tous se méfient de l’autorité. Des gens furent exclus pour avoir mis en doute des dirigeants qui ne défendaient pas la vérité. Nous nous efforcerons d’être « sans tache », et de nous cramponner fermement aux principes et à l’éthique chrétienne. Je m’efforce d’être aussi disponible que possible. En outre, on ne peut plus me congédier pour cela.

Nous gérerons correctement les dîmes et les offrandes de Dieu. Nous prendrons grand soin de ne pas dépenser à outrance les revenus que Dieu nous donne. Nous gardons prudemment un fond de réserve, comme le faisait M. Armstrong. De plus, nous faisons de judicieuses projections budgétaires, afin de contrôler les dépenses et la marge d’autofinancement. Je connaît les masses salariales exorbitantes de certains dirigeants des groupes dissidents. Les dîmes appartiennent à Dieu, et doivent être considérées en tant que tel.

Dans l’ÉRD, les Frères vivent vraiment le BONHEUR. Un jour, avant la fin de cet âge, on dira de nous que nous étions le groupe le plus heureux. Quand tous croient aux mêmes enseignements et pratiquent le même véritable amour fraternel, les deux raisons majeures qui avaient amené l’Église à cesser d’être un endroit joyeux sont alors systématiquement éliminées. Rendre le christianisme agréable et serein à nouveau, est en soi une grande priorité. La Bible est remplie d’exemples montrant à quel point les gens peuvent vraiment devenir heureux, s’ils obéissent pleinement à Dieu. Voyez nos fruits !

Finalement, nous ne nous disons pas philadelphiens parce que nous prétendons l’être, nous « glorifiant » nous-mêmes de ce statut. Cette tâche appartient à Dieu ! Nous nous efforçons ardemment d’être philadelphiens. La raison majeure pour laquelle la tiédeur est prédominante aux temps de la fin, c’est parce que tous tendent à présumer la même chose : le laodicéen est quelqu’un d’autre, QUELQUE PART ailleurs ! Nulle prétention ne saurait être plus dangereuse ! Être philadelphien dérive directement de nos actions et de nos croyances — et de rien d’autre. Ne vous laissez pas séduire ! Ne vous faites pas prendre par cette idée selon laquelle on devient philadelphien sur une simple déclaration ou en devenant membre d’un groupe particulier. C’est un piège, et plusieurs s’y sont faits prendre.

Chaque groupe possède sa propre mentalité, habituellement hautement créative, du : « Voici pourquoi nous sommes philadelphiens et que tous les autres sont laodicéens ». Nous devons demander à Dieu de nous aider à revêtir les particularités (ou caractéristiques) bibliques relatives à la sixième ère. Puis, nous devons prier Dieu, et Lui demander de nous en rendre dignes.

Nous croyons à la doctrine d’une seule vraie Église. Tous ceux qui demeurent fermes aux croyances auxquelles l’ère de Philadelphie de l’Église était attachée jadis, marcheront éventuellement ensembledans une seule organisation. Plusieurs passages bibliques confirment cela (I Cor. 1 :10; Phillip. 1 :27; Actes 2 :42; Matth. 12 :25-30) !

« Qu’enseignez-vous sur… ? »

On me pose souvent des questions commençant ainsi : « Je sais que vous voulez enseigner ce que M. Armstrong enseignait, mais, qu’enseignez-vous sur… ? » Quoique la suite des questions varie d’une personne à l’autre, leurs préambules ne changent pas. La réponse à toutes les questions suivant ce préliminaire est la même : nous enseignons ce que Dieu a enseigné par M. Armstrong !

Certains voient des solutions là où d’autres voient des problèmes. Plusieurs disent avoir des « problèmes » avec ceux qui s’efforcent de demeurer ferme aux enseignements de M. Armstrong. Ils donnent toutes sortes de « raisons » pour expliquer pourquoi cela n’est pas faisable, ou pourquoi personne ne devrait même plus chercher à les suivre. Ils prétendent que certaines politiques et doctrines enseignées par M. Armstrong étaient « problématiques ». Et pourtant, pratiquement personne n’avait dit cela de son vivant ! Maintenant qu’il n’est plus, un nombre incalculable de gens pensent maintenant de la sorte.

Réfléchissez ! Pourquoi est-ce que 150 000 personnes (dans l’ÉUD), qui croyaient que nous pouvions tous être unis par les enseignements que Dieu nous communiquait par M. Armstrong — que les gens pouvaient pratiquer cette connaissance lorsque ce dernier était en vie — jugeraient-ils maintenant que cela est quasiment impossible à faire ? Il est incroyable que très peu de gens semblent encore capables de comprendre ce dont tout le monde avait coutume de comprendre, depuis des décennies. Pendant plusieurs années, on nous répétait ce verset biblique : « …examinez [prouvez] toutes choses; retenez ce qui est bon (I Thess. 5 :21). Pourquoi est-ce maintenant si difficile de le mettre en pratique ?

L’ÉRD ne tiendra aucun compte de ceux qui font preuve de négativisme, et on ne tolérera pas la division qu’entraînent inévitablement les fausses doctrines.

« Pourquoi dites-vous que tous les autres groupes sont dans l’erreur ? »

Tous les autres groupes ont fait des compromis avec les doctrines. Ils justifient ces changements avec les mêmes ruses astucieuses que les apostats avaient utilisées. Les astuces et les stratagèmes qui avaient été utilisés par l’ÉUD ont été réinventés et infligés une fois de plus au peuple de Dieu. Seuls les plus perspicaces semblent le discerner — ou s’en soucier. Certaines des phrases suivantes vous paraissent-elles familières ? Les entendez-vous encore dans votre groupe ?

  • « Il s’agit d’une nouvelle compréhension. »
  • « Seuls les chrétiens matures comprendront. »
  • « Ce n’est pas un gros changement ou la base. »
  • « Nous devons croître dans la grâce et la connaissance. C’est ce que faisait M. Armstrong. »
  • « Ce changement n’est pas indispensable au salut. »
  • « Ce changement est mineur. »
  • « M. Armstrong a souvent changé des doctrines. Nous devons suivre son exemple. »
  • « Ce n’est que de la pure spéculation. »
  • « Il ne s’agit pas d’une doctrine fondamentale. »
  • « Il n’y a pas eu de changement…. »

Dans mon ouvrage There Came a Falling Away (disponible en anglais seulement), je donne une liste de 43 façons différentes qui avaient été utilisés pour justifier ces changements, avant ou après que ceux-ci furent faits. Songez-y N’importe qui peut changer pratiquement n’importe quoi, après qu’on ait d’abord déclaré ce changement comme étant « mineur ». J’ai remarqué deux dirigeants faire cela à plusieurs reprises, et réussir à chaque fois. La plupart des groupes ont un énoncé « officiel » des croyances. Celles-ci sont toujours passablement évasées, incomplètes et chétives, de manière à satisfaire la plupart des factions au sein de leurs organisations respectives. Cela ouvre la porte à une grande diversité d’enseignements.

La plupart des groupes pourraient s’échanger ces déclarations, et les trouver interchangeables !

Les dirigeants des groupes dissidents tendent à faire la sourde oreille, laissant leurs ministres favoris et bien connus présenter leurs théories personnelles préférées — gardant ainsi les payeurs de dîmes « à l’intérieur » (du moins temporairement).

L’hérésie existe à deux niveaux distincts, dans tous les groupes dissidents : le niveau officiel et le niveau officieux (ou non-officiel) ! Que signifie cela ? Le niveau officiel consiste d’erreurs enseignées et approuvées par le siège central. Le niveau officieux (ou non-officiel) consiste, quant à lui, d’un très large éventail d’idées, étranges et bizarres (ayant souvent un attrait superficiel), que des ministres corrompus prêchent librement, sans s’inquiéter de la discipline ou des restrictions officielles.

D’un autre côté, 2 000 années d’histoire montrent que les ministres ne font pas de compromis sont tout de même réprimés et disciplinés par leurs dirigeants qui, eux, en font !

Cela m’est arrivé à trois reprise.

« L’ÉPD prétend demeurer ferme — en quoi l’ÉRD est-elle différente ?

L’Église Philadelphienne de Dieu (ÉPD) s’est davantage écartée des enseignements de M. Armstrong et de la Bible que tout autre groupe. Ce qui au départ était sans doute une tentative honnête et sincère de demeurer ferme, s’avère maintenant quelque chose de tout à fait différent. Un simple coup d’œil objectif à l’ouvrage Le message de Malachie permet d’arriver à cette conclusion. Ce livre est grotesque, et n’a JAMAIS constitué « le petit livre » d’Apocalypse 10 ! Voyez Apocalypse 22 :18 et Proverbes 30 :5-6 ! Notre brochure « Le prophète » est-il vivant, aujourd’hui ? explique le sinistre danger auquel font face ceux qui demeurent dans l’ÉPD !

Nos standards sont clairs, comme l’étaient ceux de M. Armstrong, mais les gens n’ont cependant pas à être « brimés » pour se joindre à l’ÉRD. De tous les Frères qui s’étaient joints à l’ÉPD, plusieurs comptent parmi les plus zélés. Je les loue pour cela ! Il est cependant triste de voir l’extrême crainte qui existe parmi plusieurs d’entre eux, à cause des tactiques que l’on y exerce sur eux. Des milliers de personnes ont quitté, ou ont été exclus, à cause de la pure brutalité et du terrorisme spirituel (sans parler des fausses doctrines) que l’on y pratique. Si « l’amour parfait bannit la crainte » (cela, bien sûr, est vraie), il serait tout aussi vrai de dire que la crainte bannit l’amour. L’ÉPD s’avère en être la preuve !

J’ai vu des gens quitter des groupes qui s’attaquaient continuellement aux autres, et finir par ne plus pouvoir aimer. Tragiquement, c’était comme s’ils avaient été « ruinés ». Les traitements brutaux provoquent un manque d’amour et insuffle la crainte et la méfiance chez ceux qui en sont victimes. À cause d’abus dans le passé, certains finissent par mépriser toute forme de gouvernement. Certains deviennent littéralement irrépressibles et impossible à enseigner. L’ÉPD a détruit des gens, de manière impitoyable ! Ceux qui restent là seront détruits.

Dans Ézéchiel 34 :4, Dieu parle des bergers : « …vous les avez dominées avec violence et avec dureté. » Malheur à tous les dirigeants qui disciplinent systématiquement les Frères sans raison. M. Armstrong n’était certes pas quelqu’un de timide, et moi non plus. On l’accusait souvent d’être dur, alors que ce n’était pas le cas. C’est quelque chose à laquelle je suis familier. Mais, cela est fort différent de ce qui ce fait dans l’ÉPD.

« Qui êtes-vous ? »

Avant de répondre à cette question, laissez-moi vous dire qui je ne suis pas. Je ne suis ni apôtre, ni prophète, ni évangéliste. Je ne suis pas Élie ou Élisée. Je ne suis pas Pasteur général, ni le « président » de quoique que ce soit. Et je ne pense certainement pas être l’un des deux témoins. Je ne suis qu’un pasteur senior qui ne fera aucun compromis avec la vérité divine. À la résurrection, je vais me retrouver devant Dieu et le Christ (et M. Armstrong). Je veut être en mesure de donner un bon compte rendu de moi-même. Seul Dieu décidera de la manière qu’Il voudra m’utiliser. J’ai une foi absolue en cela.

Je suis dans le ministère depuis ma première assignation, à l’été de 1970. J’ai d’abord été affecté en Indiana, puis en Illinois, au Wisconsin, à New York, au New Jersey et en Ohio, travaillant directement auprès de plus de 10 000 Frères. Sauf pour ma dernière affectation, j’ai remplacé des ministres qui avaient été congédiés ou suspendus, ou qui avaient démissionné du ministère. Ces circonstances me forcèrent à affronter — et à apprendre — de nombreuses leçons concernant les divisions, la confusion, les hérésies, les comportements dépravés et les pratiques infâmes, tant de la part de ministres que de membres. J’avais hérité d’une suite de circonstances chaotiques. Le simple fait d’avoir dû résoudre une succession de problèmes graves m’avait forgé une réputation d’irascible et de dur. Cette impression finit par devenir une réalité dans l’esprit de bien des gens — qui pourtant ne m’avaient jamais connu.

J’avais dû accepter le fait que jamais je ne pourrais défaire cette impression. Plusieurs semblent chercher une « confirmation » de ma réputation, jusqu’à ce qu’ils la « trouvent ». Mais, les brebis du Christ entendent Sa voix de la vérité à travers le brouillard de ces interminables accusations.

J’ai décidé, il y a bien des années, que je ne ferais pas de compromis. Je n’ai certainement pas toujours fait cela à la perfection. Certains soutiennent que j’aurais prétendu n’avoir jamais fait de compromis avec les doctrines. C’est faux. J’ai accepté quelques fausses idées, au début des années 90. J’avais demandé pardon ma congrégation, par écrit. Cette lettre est là pour « prouver » que j’ai déjà fait des compromis. Je l’avoue de mon plein gré. Et, j’ai pris sur moi la responsabilité du tort que j’ai fait.

Qui d’autre a agi pareillement ? Je n’ai pas souvenir d’un autre ministre qui aurait écrit une lettre d’excuses à sa congrégation. Ayant été le premier pasteur à se faire congédier pour avoir demeuré ferme, j’ai enseigné beaucoup moins d’erreurs — et pendant une période beaucoup plus courte — que tout autre ministre. La plupart ont enseigné — et enseignent toujoursplusieurs fausses doctrines. Ils ne se sont jamais excusés de quoique ce soit. Bien sûr, personne ne peut les accuser en se référant à leurs lettres d’excuses. Ces lettres n’existent pas !

Je suis toujours étonné de voir que des ministres, qui enseignent encore des fausses doctrines, obtiennent pour ainsi dire « carte blanche », et ce, uniquement parce qu’ils prétendent demeurer fermes. Quatre « amis », qui plus tard ont adhéré au groupe dissident le plus important, m’avaient dénoncé et avaient obtenu mon licenciement de l’ÉUD. Ces mêmes hommes enseignaient, et enseignent encore, plusieurs fausses doctrines. Jamais ils ne s’en sont excusés. J’ai dû me rendre à l’évidence que plus je m’efforcerais de demeurer ferme, plus je risquais d’être néanmoins attaqué pour ne pas l’avoir fait parfaitement. C’est un fait que j’accepte.

Ma politique de non-compromission a souvent été la cause de mon renvoi du ministère, et d’être rétrogradé à trois autres occasions. J’ai également été jugé, littéralement, à cinq occasions différentes, par les dirigeants de l’Église, menacé par Pasadena, et plus tard par San Diego, à plusieurs autres occasions. J’ai été « marqué » et accusé d’avoir « créé de la discorde et de la division » — toujours à propos de doctrines, quoique ce n’était jamais cette raison qui était invoquée. (Il est possible qu’un jour tous les membres de l’ÉRD, y compris moi, se fassent marquer par tous les groupes.) J’enseigne toujours exactement les mêmes doctrines que j’enseigne depuis plus de trente ans. C’était ce zèle qui m’avait amené, en 1993, à consigner par écrit toutes les hérésies qu’enseignaient les successeurs de M. Armstrong.

J’ai eu la chance exclusive d’entretenir des liens privilégiés avec M. Armstrong. Je n’étais certes pas aussi proche de lui que ne l’étaient ses proches collaborateurs, mais j’ai quand même eu le privilège de passer de nombreuses et merveilleuses heures en sa compagnie, à parler de doctrines, de prophéties, et de plusieurs autres choses, et ce, sur une période de plus de quinze ans. Cette relation avait commencé le jour où j’ai épousé sa secrétaire (Shirley Ochs), en 1971. À partir de ce jour, notre amitié grandit progressivement. M. Armstrong m’avait personnellement fait promettre de ne jamais prêcher autre chose que la vérité. Jamais il ne m’était venu à l’idée qu’un jour cette promesse pourrait me placer dans la situation dans laquelle je me trouve actuellement, néanmoins, je suis tout aussi déterminé, encore aujourd’hui, à m’y accrocher. Je chéris du temps que nous avons passé ensemble, alors qu’il remettait l’Église « sur la voie ». Il nous arrivait parfois d’en parler des heures durant. J’en ai appris plus au cours de ces moments passés avec lui que je ne peut le relater ici. Parfois, après avoir écrit des articles et des lettres, il lui arrivait de m’appeler pour me les lire. Durant toutes ces années, nous avons aussi parlé de stratégie, de libéralisme, d’offres d’emploi, et de bien d’autres choses. À vrai dire, cela a beaucoup plus de sens et de valeur pour moi, aujourd’hui, que ça en avait à l’époque.

J’ai souvent vu M. Armstrong prendre courageusement d’audacieuses décisions. Il n’avait jamais cherché à les éviter ! Il s’efforçait toujours de faire ce qui est juste. J’ai observé son désintéressement à faire des compromis — peu importe le prix à payer. Il ne se souciait pas de savoir si, à cause de certaines prises de décisions doctrinales, des gens quitteraient l’Église ou si cela entraînerait une baisse des revenus. Il ne voulait absolument pas faire de compromis, avec quelle que doctrine que ce soit. Son seul souci était de plaire à Dieu — et non aux hommes ! Je me suis rendu compte que beaucoup de gens prétendent agir ainsi; mais M. Armstrong, lui, le mettait vraiment EN PRATIQUE — et ne craignait nullement pas les hommes !

Peu après mon arrivée dans l’ÉMD, j’ai donné une série de trois sermons, intitulés 30 Reasons to Follow the Truth (30 raisons pour suivre la vérité — disponibles en anglais seulement). Ces sermons avaient aidé des milliers de gens, de par le monde, à comprendre qu’il leur fallait quitter l’apostasie. Plusieurs se joignirent à l’ÉMD. Ces messages, et mes ouvrages THERE CAME A FALLING AWAY et EXCEPT THE LORD BUILD THE HOUSE (disponibles en anglais seulement), démontrent que j’ai effectivement essayé d’enseigner au peuple de Dieu à ne pas s’écarter de Ses vérités. Il y a si longtemps que je me prononce ouvertement que, si je prêchais l’hérésie, personne ne me le pardonnerait. Le peuple de Dieu (et mes détracteurs) s’empresseraient aussitôt de me « rappeler à l’ordre ».

Dieu avait appelé M. Armstrong à sortir du monde des affaires. Il nous rappelait souvent sa formation en publicité. Certains parmi vous savent peut-être que j’avais hérité d’une petite entreprise familiale, à la mort de mon père, en 1995. Tout au long de ma vie j’ai côtoyé, dans ma famille, des gens qui ont eu du succès en affaires. Bien que je ne sois pas un Bill Gates, un Warren Buffet, ou un « chef d’industrie », je possède néanmoins des connaissances dans le domaines des affaires corporatives de l’Église. Mais, c’est seulement Dieu, et non les êtres humains, qui entretient l’Église. N’oublions jamais cela. Dieu nous permet cependant acquérir certaines expériences, pour que nous devenions un jour Ses instruments. Je crois qu’Il m’a permis d’acquérir certaines expériences en affaires, et qui me sont précieuses, aujourd’hui !

L’ÉMD avait instauré un Conseil des Anciens, en 1995, et duquel j’ai fais partie. J’ai servi dans cette fonction pendant plus de quatre ans, jusqu’à mon renvoi. J’ai cherché à travailler à partir de l’intérieur de l’organisation, pour inciter les dirigeants à bannir les faux enseignements (et, si nécessaire, les faux enseignants).

On m’avait même déjà offert un poste élevé, au siège central. Je l’avais décliné, parce que je ne voulais pas abandonner les Frères à Akron, en Ohio. Je me suis toujours considéré comme un ministre de terrain, et je le pense encore, aujourd’hui. Cependant, j’ai dû m’ajuster à un rôle plus exigeant, qui requiert de ma part de remplir plus de tâches, de faire des choses que je n’avais pas à faire lorsque je n’avais qu’à m’occuper de mon pastorat. J’ai pu acquérir de l’expérience comme pasteur régional. J’ai pu acquérir deux années d’expérience comme pasteur régional dans le nord-est des États-Unis. Parce que je m’étais opposé aux hérésies et aux hérétiques dans ma région, on m’avait retiré de ce poste. On me répétait que mes actions « coûtaient de l’argent à l’Église ».)

J’ai essayé de protéger les brebis qui m’avaient été confiées. Plusieurs m’accusait d’être dur, rien que parce que je ne permettais pas que les gens fussent meurtris par la division et les fausses doctrines. On peut parfois travailler avec ceux qui causent des divisions, et leur montrer de quelle façon ils nuisent au troupeau. Mais, lorsqu’ils sont animés d’un autre esprit, le premier devoir d’un pasteur est de protéger le troupeau. Il n’a pas à se soucier de ce que diront les gens. Quand de telles circonstances se présentent, le ministre fait alors face à un certain « dilemme » : protéger le troupeau, et être perçu comme un dur — ou ne pas protéger le troupeau, et être perçu comme un « bon gars ». De telles décisions définissent les leaders.

Ayant observé autant d’évangélistes et de ministres faire des compromis avec les doctrines et changer d’attitude, que je n’ai pas eu d’autres choix que de poursuivre seul, sachant que le Christ m’avait choisi, dans un dessein qu’il m’est encore difficile de saisir pleinement. Le grand nombre de gens courageux et convaincus qui se sont joints à nous est un message en soi. Je suis déterminé à rester « petit à mes yeux », car trop souvent j’ai vu ce qui arrive à ceux qui l’ont oublié.

« Pourquoi s’en prend-on aussi souvent à vous ?

Il n’est pas étonnant d’être persécuté pour avoir défendu la vérité. M. Armstrong a enseigné la vérité, et cela lui valut d’être persécuté plus que n’importe qui. Au cours des événements qui entourèrent renvoi de l’ÉMD, toutes sortes d’accusations furent portées contre moi, lesquelles faisaient partie d’une vaste campagne de dénigrement visant à dissuader les gens de quitter l’ÉMD. En voici quelques exemples :

  • « Il cherche à s’élever dans le but de s’attirer des partisans. »
  • « Il conseille aux membres de ne pas verser la dîme, dans le but de provoquer la perte de l’ÉMD. »
  • « Il fait preuve d’un manque de foi, en prédisant la faillite de l’ÉMD. »
  • « Il n’applique pas Matthieu 18 :15. »
  • « Il sème la discorde et la division. »
  • « Il est irrespectueux et rebelle. »

Quoique ces accusations soient ridicules, elles étaient prévisibles. En fait, cette attitude que mes détracteurs m’imputaient depuis tellement longtemps, avait pour ainsi dire fini par faire de moi un sujet de légende. Si le quart seulement de ce qu’on attribuait à mon caractère était vrai, personne ne m’aurait suivi jusqu’à la cuisine, et encore moins serait resté dans ma congrégation — sachant que l’on doit suivre le Christ. Les gens qui me disent dur correspondent tous au même signalement — il est clair qu’ils font des compromis avec les doctrines, les enseignements ou la Loi de Dieu. Il m’a souvent été donné de réprouver ces gens pour leur mauvaise conduite — alors que ce genre de décisions étaient d’ordinaire jugées comme étant « politiquement incorrectes » ou « dangereuses » par d’autres ministres, à cause de la réaction probable du siège central.

Plusieurs ministres se cherchent des prétextes pour éviter de prendre des décisions « difficiles ». J’ai dû apprendre que les leaders se sentent souvent seuls. Je n’ai jamais oublié cet enseignement de mon père : « Si la route présente une difficulté, la difficulté, elle, poursuit sa route. » Ces paroles m’ont été utiles; et elles ne m’ont jamais failli.

Réfléchissez. La haine que Satan éprouve envers ceux qui croient et qui enseignent la vérité est directement proportionnelle au NOMBRE de vérités auxquelles ils croient, et qu’ils enseignent. Peut-on s’attendre à ce que les gens comprennent ceux qui ont l’amour, le zèle et le courage de protéger et de défendre toutes les vérités, alors qu’eux mêmes ne ressentent pas ces choses ? Sur quelle base peuvent-ils nous comprendre ou prétendre être des nôtres ? À leurs yeux nous paraissons étranges, austères, intolérants, accrochés au passé, incapables de croître, bornés, etc. Leur système de valeurs spirituelles ne leur permet pas de nous voir autrement. Et, dans leur ardeur malavisée, ils nous persécutent.

Les philadelphiens ne rendent jamais la pareille ! Nous acceptons nos afflictions MAINTENANT — car « c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu » (Actes 14 :22 — version Darby). Pour ceux qui choisissent de ne pas se joindre à nous, c’est avec un amour fraternel que nous les traitons, et nous acceptons volontiers leurs « outrages », les considérant comme une « bénédiction » (Matth. 5 :11-12. Lisez attentivement notre brochure Should Accusers Be Answered ? (disponible en anglais seulement).

Le livre des Proverbes dit que « le juste a de l’assurance comme un jeune lion » (28 :1). Nous ne nous laissons pas troubler par les outrages. David a dit : « L’Éternel est pour moi, je ne crains rien : que peuvent me faire des hommes ? » (Ps. 118 :6). Je ne vais pas fléchir devant la persécution, quelles qu’en soient l’ardeur ou l’intensité !

Les efforts que déploie Satan pour s’attaquer à moi et pour tenter d’effrayer le peuple de Dieu semblent avoir un effet contraire chez plusieurs. Malheureusement, d’autres se sont laissés ébranler ou tout simplement détourner par des fausses accusations.

« Voulez-vous ou espérez-vous voir d’autres groupes échouer ? »

Plusieurs organisations se sont formées suite à l’apostasie; et elles jouent toutes un rôle dans les prophéties. Pour la vaste majorité du peuple de Dieu qui ne demeure pas pleinement ferme, celles-ci représentent un « chez soi ». Ces gens ont besoin d’un endroit où aller, sinon ils délaisseraient complètement. Aucun chrétien, encore moins celui qui a un amour fraternel, ne peut souhaiter la déchéance d’aucun de ces groupes. Il s’agit de deux attitudes incompatibles.

Réfléchissez ! Ceux qui refusent de faire l’Œuvre, qui rejettent le Gouvernement divin et toute forme d’autorité ministérielle, qui ne s’assemblent pas, qui ne paient pas les dîmes à Dieu, qui renient la doctrine d’une seule vraie Église, etc., ne sont tout simplement plus des chrétiens désormais. Ces gens ont également tendance à accuser et à calomnier les autres. Personne n’a à souhaiter leur disparition : ils ont déjà outrepassé le cadre de la septième ère, et sont sortis du christianisme. Leur repentir ayant été superficiel, ILS SONT PARTIS !

Nous souhaitons la survie de tous les groupes corporatifs tièdes — quelle que soit leur condition doctrinale. Car, autrement, plusieurs abandonneraient complètement, et ne feraient même plus partie de la dernière ère. Le chrétien prie pour tous ceux qui font partie du peuple de Dieu, sans égard à leur condition spirituelle. Nous devrions désirer que tous parviennent à la repentance, et entrent dans le Royaume de Dieu. Dieu dit qu’Il ne veut pas « qu’aucun ne périsse » (II Pi. 3 :9), mais « que tous les hommes soient sauvés » (I Tim. 2 :4). On ne peut pas vouloir moins que cela.

« Pourquoi avez-vous autant écrit sur l’ÉMD et la LCG ? »

Une seule raison explique pourquoi je mettais autant l’accent sur les problèmes doctrinaux de l’ÉMD et la LCG. La majorité de ces questions venaient de Frères qui faisaient partie de ces organisations, ou qui les avaient quittées pour se joindre à l’ÉRD. Cela avait été mon centre d’intérêts pendant plus de six ans. Si j’étais arrivé par un autre groupe, mon intérêt aurait été portée à répondre aux questions pertinentes à ce groupe, et non à l’ÉMD et la LCG. Ces organisations ne sont pas différentes des autres. Elles ont pris leur place parmi les divers segments corporatifs formant l’ère de Laodicée. Je ne dis pas que tous ceux qui font partie de ces groupes sont laodicéens. Je sais bien que ce n’est pas le cas. Cependant, tous les philadelphiens devront éventuellement quitter ces groupes, pour se joindre à nous ! Quant à la DIRECTION corporative de ceux-ci, c’est là une toute autre histoire. Plusieurs autres Frères fidèles, et peut-être quelques ministres, qui sont dans ces organisations, devront finalement quitter, pour demeurer fermes.

Dès que les questions relatives à mon départ de l’ÉMD/LCG cessèrent d’affluer, il ne fut plus nécessaire que je me concentre sur leurs problèmes doctrinaux. (Lisez Les perpétuelles FAUSSES DOCTRINES — Comment la plupart s’y font encore prendre !, dans la brochure intitulée : Pourquoi y a-t-il autant de groupes « DISSIDENTS » ?

Ces groupes croient sans doute que je m’en prend à eux, et ce parce que j’ai relaté leurs erreurs doctrinales. Mais, ce ne sont pas mes ennemies, pas plus que leurs dirigeants d’ailleurs. Bien sûr, ils se sentent menacés à cause de mon refus de faire des compromis, là où eux en font. Leur seul recours est alors de me traiter comme un ennemi. Je m’en moque. Je souhaite quand même la survie de leurs organisations. Je m’efforce d’appliquer Matthieu 5 :39-45, qui déclare : « Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre…Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent », et de continuer à prier pour eux.

« Êtes-vous le “gardien doctrinal” de tous les groupes ? »

Certains m’ont écrit, me suggérant de l’être. Cette idée découle de la lecture de mon livre sur les changements doctrinaux de l’ÉUD. Ce n’est pas là la tâche que Dieu m’a confiée.

Le problème avec cela, c’est que plusieurs faux enseignements sont souvent transmis dans les sermons, et non par écrit — rendant plus ardue la tâche de les « examiner ». Songez aux nombreuses heures qu’il faudrait pour écouter tous les sermons, donnés par tous les ministres, dans tous les groupes. Puis, il faudrait transcrire le tout sous une forme organisée et documenté, de manière à ce que tous puissent les lire. Cela représenterait un travail colossal, et exigerait un temps considérable. Même une équipe de plusieurs personnes, travaillant à temps complet, n’y arriverait pas. Maintenir l’ÉRD dans une pureté doctrinale, voilà ma principale responsabilité. Le Christ peut trouver ceux qui ne veulent pas faire de compromis, pour les conduire ici.

Ceux qui sont dans les autres groupes devraient évaluer les enseignements qu’on y prêche et les comparer avec les doctrines divines. There Came a Falling Away (disponible en anglais seulement) constitue une aide dans ce sens. Vous devez prendre sur vous la responsabilité d’être votre propre gardien doctrinal et de travailler à votre propre salut « avec crainte et tremblement » (Philip. 2 :12).

« Où se situe l’Église dans les prophéties, aujourd’hui ? »

J’ai quitté l’ÉUD croyant qu’elle resterait laodicéenne, et non qu’elle apostasierait complètement. Mon premier des trois sermons intitulés « 30 Reasons » (30 raisons [pour demeurer ferme]) le reflète clairement. Peu de temps après, j’ai réalisé que, une fois qu’Il avait appelé Son peuple à sortir de l’apostasie, pour se disperser dans divers organisations, le Christ devait maintenant appeler les philadelphiens à sortir de Laodicée, avant de les conduire au lieu de refuge. Comprenez bien ! M. Armstrong avait dû quitter Sardes pour être philadelphien — même si ce n’est que plus tard qu’il le comprit pleinement.

Il est évident qu’il y a des gens, dans la plupart des groupes dissidents, qui s’efforcent d’être philadelphiens. Le fait que ces organisations soient laodicéennes ne signifie pas que tous ceux qui en font partie le sont également. Ceux qui ont un esprit philadelphien devront éventuellement quitter leur groupe. Nous savons, depuis fort longtemps déjà, que Dieu ne mélange pas les ères. Les gens doivent quitter Laodicée s’ils veulent demeurer — ou devenir — philadelphiens. Sinon, ils revêtiront les caractéristiques de Laodicée. Et, tous finiront par assumer la température spirituelle des « pièces » corporatives dans lesquelles ils auront demeuré.

Si le peuple de Dieu s’est dispersé, c’est parce qu’il a abandonné son zèle pour toutes Ses doctrines. Les laodicéens n’ont pas le discernement et l’ardeur pour protéger la vérité. Le Christ a comparé cette dernière à un « trésor caché ». Plusieurs ont laissé une partie de ce trésor s’échapper de leur coffre aux trésors. À cause de cela, les gens sont incapables de s’accorder sur les doctrines qu’il leur faut adopter, et ne peuvent pas marcher « ensemble » (Amos 3 :3). Cela fait partie d’un plan magistral qui est remarquablement exécuté. Rien n’est hors contrôle ! Et, le Plan divin est parfaitement ! Il y a deux groupes, au temps de la fin : « Ceux qui [ont] de l’intelligence » (Dan. 11 :32-34; 12 :10), et ceux qui sont « aveugle[s] et nu[s] », et qui ne comprennent pas (Matth. 24 :15).

En général, les groupes corporatifs de grandes taille ne font pas partie de l’apostasie. L’ÉUD et ses dirigeants, sont l’apostasie. Les gens se sont dirigés vers diverses organisations, croyant qu’elles les aideraient à demeurer fermes. Invariablement, celles-ci demeuraient fermes à certaines choses, mais non à toutes choses. Dans tous ces groupes, certains s’efforcèrent à demeurer pleinement fermes; mais, pour la plupart, ce n’était pas le cas.

Deux ères distinctes ont émergé de cette apostasie. Un groupe, composé de la combinaison de tous les groupes, serait important en nombre, mais serait divisé — dispersé ! Cette combinaison de groupes serait incapable d’unité doctrinale, et n’arriverait pas à s’entendre sur ce qui est vrai et ce qui est faux.

De plus, si des gens se font baptiser dans l’un ou l’autre de ces groupes, le Christ promet de « frapper à [leur] porte » (Apoc. 3 :20). Rappelez-vous, lorsque Ses brebis sont en danger, Il les « appelle par leur nom » (Jean 10 :3). Et, si elles répondent à Son appel, Il les place alors dans le plus petit groupe, formé de ceux qui retiennent ce qu’ils ont (Apoc. 3 :11).

Souvent, j’entends des gens dire qu’ils attendent de voir surgir quelqu’un — un « héros » — qui réunira toutes les églises. Certains croient même qu’il pourrait s’agir d’un futur Élie — soit parce qu’ils ont oublié, soit parce qu’ils ne reconnaissent pas que M. Armstrong était l’Élie prophétisé.

Il est certainement normal que les gens souhaitent nous voir tous réunis à nouveau. Mais, c’est un faux espoir. Les prophéties ne parlent pas d’une réunification, et la dispersion ne fera qu’empirer ! La nostalgie est un puissant sentiment humain. Qui d’entre nous n’a pas la nostalgie du bon temps que nous partagions tous, lorsque M. Armstrong était en vie ? Très peu, j’en suis sûr. Dans le Plan divin relativement à la coexistence — et non à la fusion — des deux dernière ères de l’Église, la Bible ne parle tout simplement pas d’un retour en arrière, vers une réunification. Puisque que les laodicéens manquent de zèle pour toutes les choses de Dieu, jamais cette ère-là ne s’entendra suffisamment avec elle-même pour « marcher ensemble », dans une seule organisation. Amos 3 :3 et plusieurs autres passages bibliques montrent clairement qu’il est inconcevable de penser que les organisations pourraient s’unir, pour ensuite se fusionner à Philadelphie. Les philadelphiens vont s’unir, parce qu’ils croient tous la même chose ! Les laodicéens, eux, ne s’entendent pas avec les philadelphiens, pas plus qu’ils ne s’entendent entre eux-mêmes. Est-ce clair ?

L’histoire confirmera que l’ÉRD aura fait plus pour rassembler le troupeau que pour le disperser. Cependant, je ne crois absolument pas qu’en se joignant à l’ÉRD les gens deviennent automatiquement philadelphiens. Le fait d’avoir choisi la bonne organisation ne fait pas de nous des philadelphiens. Cependant, une parfaite unité doctrinale dans les enseignements que Dieu nous avait donnés par M. Armstrong est le seul bon POINT DE DÉPART ! Il faut comprendre cela. Les philadelphiens doivent être réunis avant qu’ils ne fuient, tous ensemble, vers le lieu de refuge. Il existe de nombreuses preuves bibliques expliquant pourquoi le Christ doit réunir cette ère d’abord. En conséquence, Dieu a édifié l’ÉRD pour achever Son Œuvre, et pour rassembler Son peuple avant qu’il ne fuit.

« Selon vous, quelle croissance l’ÉRD atteindra-t-elle ? »

Plusieurs m’ont demandé combien nous sommes. Je n’ai aucunement l’intention de répondre à cette question ! Je l’ignore, et je ne cherche pas à le savoir. L’ÉRD n’est pas concernée par le « nombre ». À ce stade-ci, dans les prophéties , le nombre est sans importance — sauf celui de la DERNIÈRE ère !

Le roi David apprit une douloureuse leçon, pour avoir fait le dénombrement des tribus d’Israël. J’ai souvent fait cette erreur. Dieu rassemble ceux qui demeurent fermes. Et, ce nombre sera ce qu’il sera — mais nous savons que celui-ci sera très inférieur à celui de ceux qui ne demeurent pas fermes. J’ai été stupéfait d’apprendre qu’il y avait autant de gens qui tenaient bon, et ce, dans des conditions exceptionnelles. Les circonstances étaient parfois si pénibles, qu’il leur fallait démontrer beaucoup de courage, de patience et de conviction, pour les endurer. Les gens qui sont d’un même esprit semblent posséder cette faculté de se retrouver les uns les autres — nul doute avec l’aide invisible de Dieu. C’est là un aspect du développement de l’histoire de l’ÉRD.

Nous ne faisons pas le « dénombrement des armées », ni nous fixons-nous le but de devenir « nombreux » ! Nous ne sommes plus dans l’ère de Philadelphie ! Les philadelphiens doivent s’attendre à être grandement surpassés en nombre, à être le plus petit des groupes d’importances — et le plus persécuté — celui qui a « peu de puissance » (Apoc. 3 :8). Puisque les gens qui se joignent à nous viennent de tous les groupes, nous sommes attaqués par tous les groupes. Plusieurs préfèrent la sécurité des groupes plus importants — en terme de « nombre ». Cela indique que nous resterons un groupe relativement petit. Du reste, pour la plupart des gens, c’est trop difficile, trop ardu de demeurer fermes !

Considérez la tendance suivante qui, depuis plusieurs décennies, n’a cessé de grandir au sein des politiques de l’Occident. Sur le plan politique, la plupart des gens pensent en terme de libéraux et de conservateurs. Il y a longtemps que nous savons que les tendances sociales affectent directement le peuple de Dieu — qu’il le réalise ou pas. Une tendance politique affecte déjà presque tout le peuple de Dieu, sans même qu’il ne le reconnaisse.

Plusieurs analystes et experts ont remarqué que, pendant une quarantaine d’années, les politiciens ainsi que l’ensemble de la population se déplacent vers la gauche ! Ce virement est à ce point dramatique, que les libéraux démocrates des années 60 seraient généralement perçus, aujourd’hui, comme des républicains conservateurs. Plusieurs peuvent croire qu’ils sont des conservateurs, mais à en juger d’après les standards des années 60 et du début des années 70, ils ne sont en fait que de « fervents libéraux ». Cela a directement affecté le peuple de Dieu ! Cela a pour ainsi dire aussi avantagé les prophéties.

L’une des raisons pour lesquelles il est maintenant si difficile de demeurer ferme, c’est que, dans un monde qui ne cesse d’aller vers la gauche, une telle chose paraît trop conservateur — et il en va de même pour les doctrine ! Au fond, tout le monde veut être vu comme ayant des idées progressistes ! Personne ne veut être vu comme quelqu’un d’« embourbé » ou de « rétrograde ». Les gens veulent être perçus comme étant au « diapason », et non comme étant « dépassés ». Parlons franchement. Pour la plupart des gens, demeurer ferme semble démodé. Selon eux, agir ainsi ne permettra pas d’être acceptés comme des « progressistes » par les autres, parmi le peuple de Dieu. Être acceptés par les autres, c’est ce qui motive 90% des décisions que prennent les gens. Souvent cette acceptation des autres est, en soi, suffisant pour amener les gens à ne pas vouloir s’engager dans la voie PLUS DIFFICILE de la non-compromission ! Je vous en supplie, analysez-vous à la lumière de ces derniers paragraphes !

Plusieurs semblent attendre de voir nos « fruits » avant de se joindre à nous. Assurez-vous bien, cependant, que le « nombre » ne fasse pas partie de votre définition du mot « fruits ». Le nombre est sans rapport avec votre décision. Un seul coup d’œil à notre site Webb révèle une explosion de fruits. Celui-ci décrit le qui, quoi, , quand, pourquoi et comment sur l’ÉRD. Considérez que si tout le monde devait attendre, pendant des mois ou des années, avant de voir des fruits, alors personne ne se serait joint à nous, pour justement nous aider à produire ces fruits que les autres veulent évaluer. Il y a donc deux types de gens qui se joindront à nous. En fin de compte, les deux se joindront à nous.

D’abord, il a ceux qui passeraient par le feu, la grêle, le vent et la tempête, pour être au bon endroit, en autant qu’ils savent qu’il s’agit bien du bon endroit. Pour ceux-là, le nombre ne signifie absolument rien.

Puis, il y a tous les autres qui ont besoin d’en voir d’autres faire d’abord le premier pas. À tort ou à raison, historiquement, c’est toujours ainsi que les choses se passent.

« À quoi ressemble l’ÉRD ? »

Les nombreux éléments relatifs au démarrage d’une nouvelle organisation se mirent rapidement en place. Dieu bougea promptement afin de nous fournir un magnifique espace de bureaux, qui est idéalement situé le long d’une autoroute majeure, en banlieue d’Akron, en Ohio. L’emplacement peut contenir cent quarante personnes, pour les assemblées. Le propriétaire ne nous demanda même pas un dépôt. De plus, l’ancien locataire nous offrit beaucoup d’ameublement et d’équipement de bureau, usagé mais de très bonne qualité, et à une fraction du prix de la valeur marchande. Cela venait visiblement de Dieu. Jamais je n’aurais imaginer que nous aurions pu avoir un tel endroit et aussi rapidement et, en plus, qui soit aussi parfait pour nos besoins.

L’incorporation, la location d’une boîte postale, l’ouverture de comptes bancaires, l’obtention d’une police d’assurance, la rédaction des statuts, etc., tout cela se fit rapidement. Lors de la première année, nous avons été confrontés à bien des obstacles et des embûches, mais Dieu nous a semble-t-Il toujours aidés à passer au travers. Les prochaines pages de cet ouvrage pourraient servir à décrire tous les miracles qui ont eu lieu, chacun d’eux témoignant, d’une manière remarquable, de l’intervention de Dieu.

Dieu nous a pourvu d’un assez grand personnel et dont le nombre ne cesse d’augmenter, pour mieux servir les Frères et pour accomplir l’Œuvre. Leur zèle, leur enthousiasme et leur détermination à s’appliquer aux nouvelles choses complètent les besoins des tâches qui nous attendent. En dépit des nombreux problèmes que nous avons rencontrés au début, ce personnel fut une réponse à nos prières. Cela est crucial, parce que la raison d’être du siège central c’est de servir les Frères — et non pas l’inverse.

Nous sommes incorporés et nous avons un statut d’exonération fiscale aux États-Unis et au Canada. De plus, nous avons des sites de Fête partout dans le monde. Lorsque des Frères d’autres régions du monde se joignent à nous, nous établissons d’autres congrégations locales, et d’autres sites de Fête. C’est le Christ qui guide ces choses !

Un Catalogue d’informations est envoyé à chaque personne, famille ou congrégation qui s’assemble, de manière à ce que tous puissent diriger les assemblées « avec bienséance et avec ordre » (I Cor. 14 :40). Aussi, des informations détaillées sur le leadership sont mises à la disposition de ceux que Dieu forme, pour qu’ils servent davantage dans Son Œuvre. D’autres projets et programmes ont été développés, et d’autres sont en développement. Notre croissance est stable et accélérée.

« Qui devrait se joindre à l’Église Restaurée de Dieu ?

La brochure Should You Join the RESTORED CHURCH OF GOD ? (disponible en anglais seulement) répond à cette question, et est beaucoup plus approfondie que les quelques paragraphes qui suivent.

L’ÉRD n’est pas pour tout le monde ! Beaucoup de gens ne veulent pas de toutes les doctrines de Dieu. Dieu laisse les gens choisir leur propre chemin. J’ai déjà suggéré à certaines personnes de regarder ailleurs, sachant parfaitement bien que cela nous ferait perdre des dîmes et des offrandes. Nous n’allons pas faire des compromis avec les principes chrétiens, dans le but d’avoir plus de membres ou d’argent. J’ai vu cela se faire trop souvent ailleurs.

L’ère dominante n’est pas assez zélée pour choisir la voie difficile qu’est celle qui consiste à demeurer ferme. Plusieurs, ayant « la démangeaison d’entendre des choses agréables », « se [donnent] une foule (grec : une pile) de docteurs selon leurs propres désirs » (II Tim. 4 :1-3). Ils sont même trop faibles pour supporter « la saine doctrine ». C’est tellement plus facile de faire « comme tout le monde ». La plupart des gens se contentent du trois quart ou même de la moitié du « pain » de la rigueur doctrinale, et de rester avec la majorité.

Nous invitons de tels individus à se chercher un autre endroit, où ils se sentiront plus à l’aise. Cela ne veut pas dire que certains ne vont pas se joindre à nous, en emmenant d’autres idées. Cela s’est déjà produit. Aussi, nous restons vigilants, afin d’éviter que cela ne se reproduise. Puisque nous sommes peu nombreux dans le ministère, nous reconnaissons que nous avons besoin de la protection de Dieu.

Plusieurs font la même erreur, lorsqu’ils décident de quitter une organisation. Celle-ci comporte deux applications, égales mais opposées.

Je m’explique. Bien que les gens devraient avoir les yeux fixés sur Dieu, la plupart les fixent plutôt sur les gens et les célébrités. Tandis que certains vont se joindre à une organisation en se basant sur leur seule conviction, la plupart observeront les autres pour voir qui se joindra à telle ou telle organisation, ensuite seulement agiront-ils de même. Certains disent : « Eh bien, si un tel ou une telle y va, alors j’irai. » En revanche, il y a ceux qui disent : Eh bien, si un tel ou une telle ne se joint pas à eux, alors moi non plus. » Ces deux façons de penser sont mauvaises !

Revenons vingt ans en arrière. Nous savons maintenant que la grande majorité des gens, dans l’ÉUD, n’a jamais cru à la vérité ou n’a jamais vécu par elle. Quatre-vingt pour cent de ceux que croyions être le peuple de Dieu ont maintenant abandonné la vérité. Mais, cela ne veut pas dire que ceux qui étaient restés avaient eu tort de le faire. Le siège central est sur la bonne voie !

Au fil du temps, il y aura certainement des parasites, des flatteurs et des faux frères qui se joindront à nous. Certains l’ont déjà fait ! MAIS, VOUS NE DEVRIEZ PAS BASER VOTRE DÉCISION LÀ-DESSUS. Je le répète, nous nous efforçons de faire preuve de vigilance, et Dieu doit veiller sur nous afin d’éviter le plus possible que cela ne se produise. Ayez les yeux fixés sur Dieu, et non sur les gens — et gardez-les toujours fixés sur Lui !

On ne peut pas forcer les gens à s’intéresser aux choses auxquelles ils ne sont pas intéressés ou ne veulent pas s’intéresser ! Cet ouvrage n’a PAS été écrit dans le but d’amener les gens à changer d’idée — à s’intéresser — à aimer la vérité divine. Croyez-moi, j’ai essayé de le faire ! Dieu Lui-même ne peut pas changer le libre-arbitre des individus, pour les amener à s’intéresser ou à être zélés pour la justice ou la Vérité, s’ils ne sont pas intéressés. N’essayez pas de le faire. Les gens doivent « oindre [leurs] yeux » (Apoc. 3 :18).

Vous devriez leur faire connaître votre position, fermement mais gentiment. Si vous vous êtes joint à l’ÉRD, informez-en vos amis et expliquez-leur pourquoi vous l’avez fait. Mais, n’essayez pas de les convaincre d’agir pareillement. S’ils veulent en parler avec vous, alors soyez disponible — soyez serviable. Comprenez la décision à laquelle ils sont confrontés. Vous y avez fait face aussi, et elle fut peut-être été tout aussi difficile à prendre pour vous. Il n’en sera donc pas moins pénible pour eux. Donc, faites preuve de prudence. Et surtout, ne bousculez pas les gens.

Un mot à tous ceux qui sont « non affiliés » : Plusieurs d’entre vous reconnaissent d’emblée que toutes les organisations « incorporées » ont fermé les yeux sur les hérésies ou les comportements déplacés. Vous avez choisi de ne pas vous joindre à l’une d’elles (ou vous l’avez fait, et vous vous êtes ensuite senti contraint de la quitter), mais d’essayer de demeurer ferme, seul ou avec un petit groupe peu structuré. Plusieurs d’entre vous ont été trompés par les politicailleries qui existaient dans l’ÉUD, et plus tard dans les autres groupes. J’ai espoir que vous prendrez en considération ce que Dieu accomplit dans l’ÉRD. N’oubliez pas ce qu’Il a dit : « Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour » (Héb. 10 :24-25). Tous ceux qui demeurent fermes se doivent d’être réunis, en tant que le Corps du Christ, afin de se préparer en tant que Son « épouse » qui « s’est préparée » (Apoc. 19 :7). Si vous vous joignez à nous, vous serez nourris ! Nous vous aiderons à vous préparer. Vous devrez cependant continuer à faire diligemment votre part.

Un dernier conseil : Les gens qui se joignent à nous veulent être sûrs de nous et des doctrines que nous pratiquons ! Cependant, nous aussi nous voulons faire preuve de prudence, et être sûrs qu’eux-mêmes demeurent fermes à toutes les doctrines divines ! Cela signifie que nous voulons être sûrs que les gens qui se joignent à n’emmènent pas avec eux, à leur insu ou inconsciemment, des fausses doctrines. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous répertorions autant de fausses doctrines dans Pourquoi y a-t-il autant de groupes « DISSIDENTS » ?

Plusieurs croient qu’ils demeurent fermes aux enseignements de M. Armstrong, mais ce n’est pas le cas ! On leur a dit qu’il a enseigné des choses qu’il n’a jamais enseigné. Voilà aussi pourquoi j’ai écrit les deux ouvrages THERE CAME A FALLING AWAY et EXCEPT THE LORD BUILD THE HOUSE (disponibles en anglais seulement) et dans lesquels j’ai répertorié, d’une manière exhaustive, le plus grand nombre possible de ses enseignements. Je tiens à ce que les gens sachent ce qu’il a enseigné, et qu’ils sachent que nous enseignons les mêmes choses !

Il y a deux types d’hérétiques : (1) Ceux qui adoptent de plein gré les fausses doctrines, et qui croient que les autres sont « accrochés à M. Armstrong »; et (2) il y a ceux qui acceptent spontanément les fausses idées qu’ils croient que M. Armstrong a enseignées — mais qui refusent de croire qu’ils ont tort ! Il est particulièrement frustrant d’observer cela. Mais, ce n’est là qu’un autre moyen par lequel Satan en a séduit certains parmi le peuple de Dieu, et les amener à accepter des fausses idées. Croire que M. Armstrong a enseigné que l’Œuvre se terminerait au moment de sa mort, en est un des nombreux exemples.

Réfléchissez attentivement, analysez, approfondissez et scrutez bien toutes vos croyances ! Ce que vous découvrirez pourrait vous surprendre !

« Que ferait M. Armstrong, s’il était vivant aujourd’hui ? »

La plupart de ceux qui étaient dans l’ÉUD se souviennent des « années libérales » du milieu des années 1970. Cela correspond presque parfaitement à TOUS les groupes dissidents d’aujourd’hui ! Pour bien voir cette équation pour ce qu’elle est, soustrayez tout simplement l’actuelle ÉUD du portrait. Elle ne fait plus partie de l’équation. Maintenant, regardez ce qui reste du portrait. Nous avons deux périodes identiques — avec vingt-cinq années d’écart —, mieux décrites par les termes « libéralisme » et « dilution de la vérité ». Toute personne objective ne peut écarter ce parallèle avec ce qui s’était passé au milieu des années 70 et comment cela s’est si clairement reproduit à la fin des années 90 et au-delà. Il n’y a qu’une seule différence.

Les conditions qui existent au sein des groupes dissidents sont devenues pire encore que celles qui prévalaient au milieu des années 1970 !

Une fois que vous avez compris que chacune de ces période a mélangé les vraies doctrines avec les fausses, vous savez alors exactement ce que M. Armstrong ferait ! Vous n’avez qu’à considérer ce qu’il FIT, lorsqu’il fut confronté à ce que les gens sont confrontés, aujourd’hui. Il nous disait, dans des termes sûrs, que l’Église s’était écartée de la voie. Il expliquait que Satan était entré dans l’Église. Il avait averti l’Église, disant qu’elle était devenue libérale — laodicéenne ! Il s’écriait que Dieu retenait Ses bénédictions ! Il ne cessait pas d’expliquer comment cela était arrivé. Il nous répétait souvent que le CHRIST était en train de remettre l’Église sur la bonne voie. Il mettait l’accent sur la vérité. Il ne tolérait aucune fausse doctrine — aussi minime et insignifiante eut-elle pu paraître. Parfois, cela voulait dire retirer, sur-le-champ, d’anciens ministres haut placés ! Il semblait qu’un seul homme pouvait parfois, aidé de la puissance divine, ramener plus de 100 000 personnes sur la bonne voie. Les conséquences ? — l’Église récupérerait et se remettait à croître d’une manière fulgurante !

Comment autant de gens ont-ils pu oublier cette grande leçon aussi rapidement ? Rappelez-vous : « Ceux qui n’apprennent pas de l’histoire sont voués à répéter les mêmes erreurs. »

Au cours des dernières années de sa vie, M. Armstrong semblait « accroché » aux « deux arbres ». J’avoue que, chaque fois qu’il en reparlait, je me disais en moi-même : « Et nous y voilà, c’est encore repartis ! ». Je suis maintenant convaincu que c’était Dieu qui l’avait inspiré à répéter continuellement cette histoire, en tant qu’avertissement à l’Église — et que témoignage à et contre la septième ère. Aucun de nous ne pouvait savoir ce qui se passerait après sa mort — mais Dieu, Lui, le savait ! M. Armstrong nous a expliqué, dans un langage clair, le danger qu’il y a de mêler la bonne et la mauvaise connaissance (une doctrine est une connaissance spirituelle). C’était-là la leçon sur les deux arbres !

Quand Dieu m’a appelé en 1966, j’entendais M. Armstrong discourir sur les deux arbres. Il expliquait que si une personne faisait un gâteau à partir de bons ingrédients, mais qu’elle y ajoutait ensuite un peu d’arsenic, de cyanure ou de strychnine, que ce gâteau tuerait tout de même la personne qui en mangerait. Les bons ingrédients ne pouvaient pas supplanter le pouvoir du poison contenu dans le gâteau. J’avais dix-sept ans à l’époque, et cette leçon m’avait frappé tel un coup de massue. Souvenez-vous de cette leçon, et de toutes les fois qu’il l’avait répétée. Cela sauvera votre couronne.

Tout le monde devrait maintenant savoir ce qu’est l’Église Restaurée de Dieu. Toutes les vérités restaurées de Dieu y sont observées et activement enseignées. Maintenant vous comprenez « Pourquoi l’Église Restaurée de Dieu ? »

Je termine avec une citation de M. Armstrong. Il croyait qu’il n’y avait qu’une seule vraie Église. Cet extrait, entre autres, l’atteste clairement. Mon sermon en quatre volets intitulé La doctrine d’une seule vraie Église, prouve aussi, de manière exhaustive, la justesse de cette vérité.

» « Qu’en est-il du chrétien “solitaire” qui dit : Je servirai le Christ à ma façon ? Qu’en est-il de celui qui quitte l’Église de Dieu, pour avoir sa propre relation exclusive avec le Christ, dans le but d’obtenir son propre salut, sans participer aux efforts de l’Église de proclamer le vrai Évangile dans le MONDE ENTIER ?

« Ou qu’en est-il de celui qui suit un HOMME pour sa personnalité, son charisme ou son charme, ou un autre groupe ?

« Arrêtez-vous, et RÉFLÉCHISSEZ !

« Le Christ va-t-Il épouser plusieurs groupes différents, qui ne s’accordent pas entre eux, et ce tout en “professant le Christ” ?

« Jésus a dit : “Celui qui n’est pas avec moi [et puisqu’Il est le Chef de la seule et unique vraie Église de Dieu, il est clair qu’Il voulait dire avec Lui, là où Il œuvre — dans la seule Église de Dieu !] est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse” (Matth. 12 :30).

« Jésus-Christ va épouser LA SEULE VRAIE ÉGLISE — pas des groupes ou des individus dispersés.

« La voie et la Loi divines pourraient se résumer par un seul mot : “AMOUR”, qui consiste à “DONNER”, tandis que la voie de Satan consiste, elle, à “PRENDRE”. Celui qui cherche à OBTENIR son salut autrement que par la seule Église que le Christ va épouser, marche dans la voie qui consiste à “PRENDRE”. Pour ce qui est des fidèles dans l’Église, ils DONNENT par leurs prières, leur loyauté, leurs encouragements et leur support…en DONNANT au monde la BONNE NOUVELLE de son SEUL ESPOIR ! » — La traduction française est la nôtre.

— Les sept preuves de la véritable Église de Dieu, La pure vérité, sept. 1979.

Tout au long de mon ministère, ma plus grande observation a été celle-ci : Lorsque les gens ont à choisir entre faire le bien ou faire le mal , la plupart d’entre eux choisissent de faire le MAL !

Vous, que choisirez-vous ?

Vous pouvez lire ce que vous dĂ©sirez :