Qu’est-ce que LA VRAIE FOI?

Par David C. Pack

Pourquoi la plupart des gens sont-ils subjugués par la peur et les soucis ? Parce qu’ils manquent de foi ! Mais, qu’est-ce que la VRAIE foi ? Est-ce de la pensée positive ? Un sentiment ? Une affiliation à une église ? Croire que Jésus est mort pour nos péchés ? La confiance ? L’espoir ? Ou s’agit-il de quelque chose de plus grand ? Pourquoi des millions de gens comprennent-ils mal ce sujet ? Voici les réponses bibliques !

La Bible déclare que « sans la foi il est impossible de lui (à Dieu) être agréable » (Héb. 11 :6). Cette déclaration, quoique invraisemblable, se trouve pourtant dans votre Bible ! Acceptez ce verset exactement pour ce qu’il déclare. Songez-y ! Quoiqu’on fasse pour essayer de devenir chrétien, sans la foi, cela ne donne absolument rien. Sans elle, il n’y a pas d’espoir — aucune possibilité d’être agréable à Dieu. Pour tous ceux qui ne Lui sont pas agréables, c’est en vain qu’ils sont « chrétiens ». C’est sérieux ! Qu’en est-il de vous ? Avez-vous une vraie foi ? Celle-ci suffit-elle au salut ? Pouvez-vous le savoir ? Absolument ! Cet ouvrage vous explique comment.

L’absence de la vraie foi

Au fil des ans, les gens ont souvent demandé : M. Pack, je manque de foi. Je ne sens pas la présence ou la puissance de Dieu dans ma vie. Comment puis-je avoir davantage de foi ?

Qu’en est-il de vous ? Manquez-vous de foi, pour ne pas savoir que Dieu est avec vous ? Pour vaincre le péché et la culpabilité ? Pour être guéri de la maladie ? Pour croire pleinement en Sa parole ? Manquez-vous de foi pour croire que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom. 8 :28) ? Pour croire que Dieu résoudra les injustices qui vous sont faites ? Et qu’il pourvoira à vos besoins ? Pour croire que vous pourrez pour endurer des épreuves difficiles et la persécution ? Ou que Dieu vous délivrera ? Manquez-vous de foi au point de ne pas voir clairement l’imminence du Royaume de Dieu, et que vous en ferez partie ?

La Bible stipule que la foi est nécessaire pour recevoir toutes ces choses ! Vous pouvez développer de la vraie foi. La Bible déclare, cependant, que durant l’époque précédant le retour du Christ la plupart des gens n’auront pas suffisamment de foi pour revendiquer avec assurance aucune de ces promesses, ni quoique ce soit d’autre de la parole divine.

Y aura-t-il de la foi quand le Christ reviendra ?

Ce monde a des problèmes. Tous les habitants de cette planète étant coupés de Dieu, les problèmes connaissent une croissance exponentielle. Le retour du Christ est imminent. Cet événement n’aura lieu qu’après l’apparition de certaines événements cataclysmiques. Des guerres, des famines, des maladies épidémiques, la confusion religieuse, des bouleversements économiques et des conditions climatiques catastrophiques auront d’abord ébranlés les fondations de cette planète.

En parlant de notre époque — la dernière génération avant Son retour —, le Christ demande : « Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 :8). Songez à tout ce qu’implique cette question ! Est-il possible que la vraie foi pourrait avoir totalement disparue de cette terre, au second Avènement du Christ ? Le Christ pouvait voir dans le futur, à notre époque, et savoir que les conditions qui y prévaudraient pourraient faire en sorte que cela soit vrai — enfin, presque !

Dans un article intitulé Une famine de la parole de Dieu, la journaliste Wendy Griffith parle de l’ignorance des gens concernant la Bible : « Il est clair que beaucoup d’Américains ne connaissent pas leur Bible, et un sondage récent de George Barna, appuie cette pensée.

« Les recherches de Barna ont montré que 60 pour cent des Américains sont incapables de nommer cinq des Dix Commandements, et que 63 pour cent ne connaissent pas le nom des quatre Évangiles du Nouveau Testament. Quatre-vingt-un pour cent croient que l’expression “Dieu aide ceux qui s’aident eux-mêmes” vient directement de la Bible…. » — La traduction française est la nôtre.

Quelle honte ! Quelle témoignage pitoyable de la part de la nation la plus bénie sur terre. Nul doute, c’est la principale raison pour laquelle il s’y trouvera si peu de vraie foi.

Cependant, le Christ a dit qu’Il bâtirait Son Église, et qu’elle ne mourrait jamais (Matth. 16 :18). Son Église — la vraie Église de Dieu — en est donc une qui possède la vraie foi, d’après sa définition biblique. La présence du vrai peuple de Dieu sur terre assurera qu’il y aura au moins un petit nombre de gens qui auront la foi, quand le Christ reviendra. (Demandez-nous notre brochure gratuite intitulée : Où se trouve la VRAIE ÉGLISE DE DIEU ?)

Remarquez Galates 5 :22-23 : « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité [la foi], la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. » Il nous faut d’abord établir un autre point important relativement à la vie de tout vrai chrétien. La véritable foi vient de l’Esprit de Dieu; c’est un fruit de l’Esprit. Aucun vrai chrétien ne peut l’avoir sans l’Esprit divin.

Mais, qu’est-ce que la foi ? Bien sûr, Dieu n’avertirait pas les gens en disant que ceux qui manquent de foi sont incapables de lui être agréables — pour ensuite en cacher la vraie définition à tous ceux qui cherchent à la connaître. Avant de voir ce que la Bible a à dire sur la foi, voyons la définition qu’en ont les gens.

Diverses contrefaçons

Il existe diverses idées communes sur la foi. Si vous en doutez, alors demandez à une demi-douzaine de gens de l’expliquer. Préparez-vous à entendre toutes sortes d’idées divergeantes — et probablement toutes erronées.

J’ai connu beaucoup de gens qui croient que la foi est un « sentiment » insaisissable et indéfinissable. Souvent, l’on croit que c’est quelque chose de personnel, mystérieux et unique à chaque individu. Ce sentiment ne possède habituellement aucune définition, ni structure ou but précis; aussi représente-t-il fatalement la volonté ou le désir que ressentent les gens. En d’autres termes, presque tout le monde possède sa propre description et sa propre définition de la foi. Il est étonnant de voir le nombre de gens pour qui c’est cela avoir de la foi; et pourtant, la Bible n’a jamais rien déclaré de tel.

D’autres croient que la foi consiste en une sorte de « pensée positive ». Pour eux, garder un esprit optimiste, rester positif en dépit des événements, c’est démontrer de la foi. Ce sont certainement là de bonnes qualités de l’esprit, mais, nulle part dans la Bible la foi est-elle défini par les mots positivisme ou optimisme.

On perçoit aussi la foi comme étant de l’espérance ou de l’assurance. C’est faux ! Hébreux 10 :35 déclare effectivement que l’assurance est importante. Remarquez : « N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. » Bien que ce verset montre clairement que l’assurance est essentielle à tout chrétien, celle-ci n’est pas en elle-même de la foi. Concernant la foi et l’espérance, I Corinthiens 13 :13 déclare : « Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, la charité (l’amour); mais la plus grande de ces choses, c’est la charité (l’amour). » Si la foi et l’espérance étaient la même chose, pourquoi auraient-elles été énumérées séparément ? Pourquoi Dieu S’y réfèra-t-Il en disant « ces trois choses » ? En l’associant à la charité, n’aurait-Il pas dû dire : « ces deux choses » ? Manifestement, la foi et l’espérance (l’espoir) sont deux choses différentes.

D’autres, encore, croient que la foi correspond à la confession religieuse ou l’église à laquelle on est affilié. Cette description de la foi est erronée, et donc non biblique. Notez Éphésiens 4 :4-5 : « Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême…. » Si la foi devait correspondre à une confession religieuse, sachant qu’il y en a plus de 2 000 rien qu’aux États-Unis, alors il ne pourrait pas y avoir qu’« une seule foi ». Naturellement, cette idée ferait aussi de l’apôtre Paul un menteur. Car il lui aurait alors fallu écrire qu’il y a « des milliers de foi ». Rappelez-vous bien que vous venez de voir, dans votre Bible, qu’il n’y a qu’une sorte de foi ! Plus loin nous verrons si la Bible défini, avec précision, cette unique sorte de foi, ou si elle laisse aux gens le soin d’en deviner eux-mêmes la signification.

La dernière, et sans doute la plus répandue des idées, c’est que la foi correspond à toute croyance qui accepte que Jésus est mort pour nos péchés. Comme avec l’idée que la foi est un sentiment, le degré de croyance des gens au sacrifice du Christ est déterminé par la définition que chaque soi-disant chrétien a choisi de lui donner. Nous verrons que la vraie définition de la foi implique certainement cette croyance importante. Nul doute, si l’on ne croit pas à cette connaissance des plus fondamentales (que le Christ est mort pour ses péchés), on n’a pas la foi qui mène au salut. Rappelez-vous, sans la foi il est impossible d’être agréable (de plaire à) Dieu, et si quelqu’un n’y croit pas, il ou elle n’est certainement pas agréable à Dieu, et ne sera pas sauvé ! Cette croyance est une voie, une avenue, de la foi; elle n’est pas de la foi.

La définition de la foi

Le moment est maintenant venu de poser la question la plus fondamentale de cet ouvrage. La Bible donne-t-elle une définition exacte de ce qu’est la foi ? Puisque la Bible déclare qu’il n’y a qu’une seule foi, y a-t-il un endroit où il est dit : « La foi est… », pour ensuite en donner une définition précise ? Si oui, où se trouve-t-il, et que déclare-t-il ?

Hébreux 11 est souvent appelé le chapitre de « la foi ». Ce long chapitre décrit plusieurs des plus grands serviteurs de Dieu qui vécurent à travers l’histoire, en montrant comment leur foi leur permit d’accomplir des actes d’importance, et des miracles, ou d’endurer des épreuves. Ce chapitre est fort inspirant, et tous ceux qui souhaitent avoir de la foi devraient le lire de temps en temps. Le mot foi y est mentionné vingt-quatre fois. Le verset 2 déclare : « Pour l’avoir possédée (la foi), les anciens (ces personnages bibliques) ont obtenu un témoignage favorable. »

Comment auraient-ils pu obtenir un « témoignage favorable » s’ils n’avaient pas compris ce qu’est la foi ? Voyons maintenant la définition que Dieu, Lui, donne de la foi. Au verset 1, nous lisons : « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. » Avez-vous remarqué que la foi implique une ASSURANCE « des choses qu’on espère », une « démonstration de celles qu’on ne voit pas » ? Si on espère quelque chose, c’est qu’on ne l’a pas encore reçue. Cependant, là où il y a de la foi, il y a aussi l’ASSURANCE que l’on obtiendra ces choses que l’on espère !

Mais, comment cette démonstration peut-elle se rapporter à quelque chose que l’on ne voit pas ? Ne pense-t-on pas plutôt à démonstration comme à quelque chose que l’on peut voir ? Dans une salle d’audience, une démonstration c’est quelque chose que l’on peut prouver (démontrer), et que le jury peut manifestement voir. En d’autres termes, une démonstration n’implique que ce qui peut être vu ou démontré. Mais alors, comment la foi peut-elle impliquer une démonstration de quelque chose d’invisible, que l’on ne voit pas ?

Voici comment la foi implique une espérance. La vraie foi, en toutes les promesses divines, c’est en fait l’espérance. La foi est l’espérance. Si Dieu promet de faire quelque chose, il Lui est impossible de mentir (Héb. 6 :18). Votre foi indéfectible, c’est votre espérance qu’Il fera ce qu’Il a promis de faire. Comprenez-vous cela ? Rappelez-vous de ce que déclare Hébreux 11 :1 : « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. » Si vous avez une vraie foi de chrétien, alors vous n’avez pas besoin d’en rechercher une démonstration — vous la possédez déjà.

La doctrine de la foi

Nous venons de lire la définition biblique de la foi, qui est aussi une doctrine. Remarquez : « …les éléments de la parole de Christde la foi en Dieu (selon certaines versions : les principes de la doctrine de Christ) » (Héb. 6 :1). La foi est toujours exercée envers Dieu, mais c’est le Christ qui rend la chose possible.

Le Christ a enseigné la foi; c’est pourquoi la Bible l’appelle « la doctrine de Christ ». Il est important pour chaque chrétien de comprendre ce qu’est la foi. Vous n’avez pas à être confus au sujet de la foi, même si les gens autour de vous le sont. Vous devez extirper tout malentendu et toute fausseté à propos de la foi. Quand le Christ reviendra, peut-être trouvera-t-Il de la foi en vous !

Pour chaque doctrine divine, il y a d’innombrables idées que les gens présentent à leur sujet. La Bible explique ce que Dieu dit et pense de Ses doctrines. Quand une doctrine vient de Dieu, et qu’elle Lui appartienne, nous devrions examiner ce que LUI en dit. Vous ne devriez jamais vous soucier de l’opinion des gens. Le reste de cette brochure explique les vrais enseignements bibliques concernant la doctrine de la foi envers Dieu. Vous serez étonné !

Rien à voir avec les cinq sens

Presque tout le monde croit que la foi implique des sentiments. Les sentiments viennent des sens humains; ils n’ont absolument rien à voir avec Dieu !

Les êtres humains accueillent la connaissance qu’ils reçoivent par le biais de leurs cinq sens : la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goûter. Ces sens impliquent tous des informations physiques — des connaissances physiques. Le cerveau reçoit et traite ces mêmes informations de manière à tirer des conclusions relatives aux choses et aux événements se produisant autour de ces informations. La foi est spirituelle, et non pas physique. C’est une ferme assurance qui émane de l’Esprit de Dieu et qui s’unit à l’esprit de l’individu converti.

Beaucoup de gens, aujourd’hui, n’ont pas la force — le pouvoir — de croire que Dieu remplira les promesses contenues dans Sa parole. Pour des milliards d’individus qui sont prisonniers d’un monde matérialiste, Dieu semble loin, vague et platonique. La plupart des gens n’ont pas de temps à consacrer à Dieu. Il ne semble pas y avoir de place pour la prière, les études bibliques, le jeûne et la méditation. Toutes ces choses nous rapprochent de Dieu. La plupart ne cherchent plus à les pratiquer, et ils se demandent ensuite pourquoi ils n’ont pas de foi ! Cela les incite à se guider eux-mêmes, en se fiant uniquement à leurs cinq sens. La plupart des gens croient que tout ce qui provient d’une source autre que leurs sens, n’est pas fiable.

Physiquement parlant, personne ne voudrait perdre la vue à cause d’une maladie ou d’un accident. Certainement, aucun individu ne songerait même à conduire une automobile s’il était aveugle. Maintenant, veuillez considérer le verset suivant : « CAR NOUS MARCHONS PAR LA FOI ET NON PAR LA VUE » (II Cor. 5 :7). Pratiquer la vraie foi c’est apprendre à ne pas tenir compte de ce que l’on voit. À proprement parler, la vue ne compte pas lorsqu’il est question du moment ou de la manière que Dieu fera ce qu’Il a promis de faire. Ce verset explique que les chrétiens ne marchent pas d’après ce qu’ils voient.

Réfléchissez à cet exemple de la façon suivante : de même que vous ne songeriez pas à conduire une automobile SANS LA VUE, de même il n’est pas permis à un chrétien de marcher dans la vie PAR LA VUE ! Ce n’est pas un principe que les gens apprennent du jour au lendemain. L’idée même de ce type de compréhension spirituelle est étrangère — contraire — au raisonnement humain. Désapprendre le mauvais concept au sujet de la foi exige toute une vie de pratique.

La prière, l’étude, le jeûne et la méditation sont des activités spirituelles. Comme le Christ l’explique dans Jean 4 :24 : « Dieu est Esprit, et il faut que ceux [en parlant des vrais chrétiens] qui l’adorent [le Père] l’adorent en esprit et en vérité. » Bien sûr, ceux qui ne CONNAISSENT pas la vérité relative à toutes les autres doctrines divines sont incapables d’adorer Dieu « en vérité », même s’ils connaissent la vérité concernant la foi. Il leur serait impossible d’adorer Dieu en esprit, même s’ils s’efforçaient de le faire, parce qu’ils ignorent les nombreuses autres vérités bibliques. Au moins, tous ceux qui liront cet ouvrage n’ignoreront plus la vérité concernant la doctrine de la foi — ni que la foi se rapporte à l’adoration de Dieu en esprit.

Plusieurs aussi se demandent pourquoi ils ne sont jamais guéris ou que leurs prières ne sont jamais exaucées. Ils se demandent pourquoi Dieu ne les bénis pas ou ne les délivre pas lorsque c’est nécessaire. Ils manquent de foi, qui vient de l’Esprit de Dieu. S’ils avaient la foi, ils auraient de l’espérance, de l’assurance; ils seraient confiants d’être guéris, bénis, délivrés ou de recevoir une réponse à leurs prières ! Ils SAURAIENT qu’ils ont déjà obtenu ces choses avant même qu’elles ne se produisent.

Le Christ avait la vraie foi

Nous avons vu que la foi est un fruit de l’Esprit de Dieu. La foi du Christ était incommensurable. Il était la personne la plus convertie ayant jamais existé. Il était rempli de l’Esprit de Dieu; Il le possédait depuis Sa conception. Cela Lui donna, tout au long de Sa vie, une extraordinaire compréhension sur l’importance de la puissance du Saint-Esprit. C’est pourquoi Il a déclaré : « Je ne puis rien faire de moi-même » (Jean 5 :30) ! Il savait que « le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres » (Jean 14 :10).

C’est par le Saint-Esprit qui habitait en Lui qu’Il a pu faire tout ce qu’Il a fait. Il comprenait parfaitement bien que c’était la présence du Saint-Esprit en Lui qui Lui permettait d’accomplir des miracles. Il exerçait parfaitement le fruit de la foi qui L’habitait. Nul doute, Dieu Lui suppléa le don de la foi (I Cor. 12 :1, 7-9) afin qu’Il pût endurer tout ce qu’Il allait devoir subir à travers Son sacrifice en tant que Sauveur du monde.

Le Christ poursuit, dans Jean 14, en disant que « celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes » (v. 12). Tous les apôtres, les évangélistes, et d’autres (y compris des diacres), accomplirent de puissants miracles après la résurrection du Christ et le commencement de l’Église du Nouveau Testament. C’est ce qui est consigné dans la Bible. Par la puissance de la vraie foi, des gens ordinaires peuvent accomplir des choses extraordinaires.

Mais, peut-on avoir la même sorte de foi que le Christ avait ? Les chrétiens, aujourd’hui, ont-ils une autre sorte de foi ?

La foi DU Christ

Quelle sorte de foi le Christ veut-Il que vous ayez ? La plupart des gens croient qu’ils doivent « développer » une foi humaine. Ils croient qu’il s’agit de quelque chose qui vient de l’intérieur, et qu’ils peuvent l’obtenir par la « volonté ». Cela est tout à fait faux, et la Bible est très claire là-dessus. Saviez-vous que vous pouvez avoir exactement la même foi que le Christ possédait ? Non seulement vous le pouvez, mais vous le DEVEZ !

Remarquez : « Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en [DE] Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en [DE] Christ (d’après le texte original grec, on devrait lire : DE au lieu de en) » (Gal. 2 :16). Ce verset est fort important. Il caractérise deux points importants. Premièrement, il déclare que nous devons « croire » en Jésus-Christ — c’est quelque chose que l’on doit faire. Deuxièmement, c’est la foi DE Christ— Sa foi EN NOUS, en fait — qui nous justifie (qui nous rend juste). Cette compréhension, la plupart des gens n’arrivent jamais à bien la saisir. La foi débute avec la croyance humaine, mais doit rapidement parvenir à la vraie foi DE CHRIST. Elle entre dans un individu au moment du baptême et de la conversion, à la réception du Saint-Esprit divin.

La Bible décrit une certaine foi humaine temporaire que beaucoup de gens ont. Quand le Christ guérissait les gens, aucun de ces derniers n’était converti. Pourtant, Il leur disait parfois : « Ta foi t’a guérie » (Matth. 9 :22) ou, encore, « qu’il vous soit fait selon votre foi » (v. 29). Ces gens n’avaient pas l’Esprit de Dieu, mais ils avaient une foi humaine temporaire qui permettait au Christ de les guérir.

C’est à cette croissance DE la foi humaine POUR la foi de Christ que l’apôtre Paul faisait allusion lorsqu’il parla de « la justice de Dieu par la foi (humaine) et pour la foi (de Christ en nous) » (Rom. 1 :17). Sil n’y avait pas de foi humaine et la foi du Christ en nous, comment pourrions-nous marcher par la foi et pour la foi ? Si une personne se trouve dans une pièce, elle ne peut pas se rendre dans une autre pièce tout en restant dans la même pièce. Voyez-vous le point ? Ainsi en est-il de la foi. La foi humaine est comme une petite pièce, que les vrais chrétiens doivent quitter pour entrer dans la grande pièce de la foi du Christ en eux.

La foi humaine chancelle constamment; elle varie selon les émotions qu’un individu vit au gré du temps. Elle ressemble beaucoup aux montagnes russes. Quand les événements semblent positifs ou paraissent « biens », la foi humaine est à la hausse. En revanche, quand les choses semblent mauvaises ou qu’elles paraissent s’assombrir, la foi humaine disparaît aussitôt. La foi divine est permanente; elle ne chancelle pas. Dieu exige de la part de ceux qui Lui adressent des prière et des requêtes, de « ne pas douter ». Il les considère comme étant des êtres « irrésolus, inconstants dans toutes [leurs] voies ». De plus, Il dit que ce genre d’individus ne recevront rien de Lui (Jacques 1 :6-8).

Les promesses bibliques

Chaque fois que vous démontrez de la foi en Dieu, cela implique une promesse spécifique. Une promesse peut impliquer une guérison, une réponse à une prière, la réception d’une bénédiction (Jacques 1 :4-8), être guidé dans une prise de décision difficile et, plus important encore, la réception du salut. Dans chaque cas, la foi implique la revendication d’une promesse spécifique faite par Dieu. Nous verrons l’importance de scruter Sa parole afin de trouver ces promesses.

Réfléchissez-y ! L’apôtre Paul a écrit : « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin » (Éph. 6 :16). Maintenant, remarquez : « Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge (selon certaines versions : Toute parole de Dieu est pure : Il est un bouclier pour ceux qui placent leur confiance en lui…). N’ajoute rien à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur » (Prov. 30 :5-6).

Lorsque combinés, ces deux passages montrent que Dieu, au moyen de la foi, devient un BOUCLIER pour tous ceux qui placent entièrement leur foi en Sa parole. Douter de Sa parole ou la changer de quelque façon, c’est appeler Dieu UN MENTEUR ! C’est très grave ! Quand Dieu fait une promesse, Il tient parole. Il arrive peut-être aux êtres humains de manquer parfois à leurs paroles, mais pas à Dieu. S’Il vous dit qu’Il va faire quelque chose pour vous, si vous rencontrez certaines conditions, Il tiendra Sa promesse. Votre foi est votre assurance qu’Il le fera. Vous forcer à avoir de la foi est ridicule, car cela revient à dire que vous doutez que Dieu fera Sa part une fois que vous aurez fait la vôtre. La foi est sereine. Elle est paisible. Elle est certaine. Là où la plupart des gens pourraient avoir des doutes, la personne qui est conduite par la foi est assurée que Dieu guide l’issue finale des choses.

Quand vous revendiquez une promesse, attendez-vous à ce que Dieu la réalise, et ne cherchez pas à savoir quand, ni comment Il va S’y prendre. J’ai appris deux choses concernant les prières exaucées. Premièrement, Dieu répond toujours à mes prières si je cherche à connaître quelle est Sa volonté; mais, deuxièmement, Il n’y répond presque jamais de la façon dont je m’attendais. Voilà pourquoi marcher par la foi n’a rien à voir avec la vue. S’attendre à « voir » Dieu répondre aux prières d’une certaine façon ou à un certain moment dans le temps, est une perte d’énergie. D’ailleurs, ce qui compte le plus, c’est que Dieu exauce nos prières et S’acquitte de Ses promesses, et non la MANIÈRE qu’Il S’y prend.

Toujours chercher à connaître quelle est la volonté de Dieu

On ne peut pas revendiquer une promesse divine si l’on ne sait pas de quelle promesse il s’agit. Il y a des choses que Dieu promet, et il y en a d’autres qu’Il ne promet PAS. Cependant, la seule façon de connaître les promesses qu’Il a faites, c’est d’étudier sans cesse Sa parole. Quel qu’en soit le sujet, demandez-vous toujours : « Que déclare la Bible ? »

L’apôtre Paul a écrit que nous devons discerner « …quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rom. 12 :2). Le « discernement » implique des études. Les études impliquent des efforts. Puis la connaissance des promesses divines donne de l’assurance (de la foi) à ceux qui prient pour ces choses. Dieu veut bénir les gens, mais Il ne peut pas le faire si ces derniers ignorent ce qu’Il est disposé à faire. L’apôtre Paul a aussi écrit : « C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur » (Éph. 5 :17). Admettons-le. Il est extrêmement « inconsidéré » (imprudent ou malavisé) pour quiconque de vivre dans l’ignorance des promesses divines. Pourquoi ? Parce que cela détache les gens de tout ce que Dieu est disposé à faire pour eux ! Par conséquent, ils n’ont pas à se demander quelle est la volonté de Dieu. Sa parole nous éclaire sur chacun des aspects importants de la vie — voyez II Timothée 3 :14-17. Mais, ce n’est pas là la seule condition relative à la foi.

Les autres conditions

La plupart des gens croient que le seul type de « foi » nécessaire au salut est de « juste croire ». Il est populaire de déclamer : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur…tu seras sauvé » et « quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé » (Rom. 10 :9, 13). Mais, cela suffit-il au salut ? Est-ce vraiment aussi simple ? Si tel était le cas, alors la Bible ne devrait avoir que deux versets; le reste serait alors inutile et ne serait bon que pour être mis au rebut !

Il est étonnant que des millions de gens se contentent d’accepter une totale déformation de la Bible et ce, afin de pratiquer un « christianisme » issu de leur propre création. L’apôtre Pierre a écrit qu’« aucune prophétie de l’Écriture ne peut être un objet d’interprétation particulière » (II Pi. 1 :20), et cela est aussi vrai en ce qui concerne toutes les autres doctrines bibliques (És. 28 :9-10). Toutes les Écritures pertinentes à un même sujet doivent être regroupées, afin d’obtenir une meilleure vue d’ensemble. Choisir des versets que l’on « préfère », et les mettre hors contexte, engendre la duperie, la confusion et l’ignorance.

Qu’en est-il de la Loi, du péché, de la grâce, de la foi et des œuvres ? De quoi en retourne-t-il ? Ces choses impliquent-elles des exigences de la part de ceux qui pratiquent la vraie foi ? À elle seule la foi suffit-elle à toutes choses ? Les chrétiens doivent-ils obéir à Dieu ? Le salut impute-t-il certaines œuvres ? La plupart des gens croient que la réponse aux deux dernières questions est « non ». Ils veulent bien croire que le Christ est « mort pour leurs péchés », que c’est « la foi seulement » qui les sauve, mais ils ne font rien pour enrayer le péché de leur vie. La nature humaine ne veut pas obéir à Dieu (Rom. 8 :7). Pourtant l’apôtre Paul a prêché que « ce ne sont pas…ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés » (Rom. 2 :13).

Si la Loi avait été abolie, personne ne serait coupable d’avoir péché. Romains 3 :23 déclare pourtant que « tous ont péché… ». Comment cela serait-il possible s’il n’y avait pas de loi à observer ? Plusieurs choses nécessitent une considération attentive. I Jean 3 :4 précise que « le péché est la transgression de la loi ». Tous les soi-disant chrétiens s’entendent certainement pour dire que le Christ est « mort pour leurs péchés », pourtant ils continuent d’admettre que, parce qu’Il est mort pour des péchés PASSÉS, ils n’ont pas à se soucier des péchés À VENIR. Quoique cet argument soit ridicule, il a cependant engouffré des centaines de millions d’individus, et ce depuis près de 2 000 ans.

Voyons maintenant Éphésiens 2 :8-9 : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » Les gens aiment citer ce passage. Ils ont aussi coutume de citer Romains 3 :20, qui déclare que « nul [personne] ne sera justifié devant lui [Dieu] par les œuvres de la loi…. » Peu de gens sont disposés à lire la suite du verset, qui précise que « c’est par la loi que vient la connaissance du péché. » Quel est le but d’avoir une loi, sinon de l’observer ? Le seul but de la Loi est-il de montrer que les gens peuvent librement la transgresser, sans s’inquiéter, parce que le Christ est « mort pour leurs péchés » ? Le but de la Loi n’a jamais été de pardonner les péchés ou d’amener la justification. Cela, c’est le sang du Christ qui le fait. Voilà pourquoi l’humanité a besoin d’un Sauveur. Le but de la Loi est de faire connaître le péché !

Regardez les systèmes carcéraux dans la plupart des pays du monde. Les criminels obtiennent parfois le pardon ou voient leurs peines commuées. D’autres sont relâchés avant la fin de leur peine grâce à une soi-disant « libération conditionnelle ». Accorde-t-on le pardon à ces gens et les libère-t-on de la prison avec l’idée que leur réinsertion dans la société risquerait de les amener à récidiver, en commettant EXACTEMENT LES MÊMES CRIMES pour lesquels ils avaient été emprisonnés ? Bien sûr que non ! L’idée même est absurde ! La police devrait procéder une fois de plus à leur arrestation, puis les faire une fois de plus incarcérer — sans doute avec une peine plus sévère ! Comment des chrétiens peuvent-ils croire un seul instant que le Dieu suprême de l’univers puisse appliquer Sa Loi avec moins de rigueur que ne le font les autorités civiles et charnelles ? C’est une insulte à Dieu que d’insinuer qu’Il aurait donné Son Fils pour les crimes spirituels (les péchés) des gens rien que pour voir ces derniers continuer à commettre les mêmes péchés pour lesquels le Christ est mort. Comme la logique humaine est lamentable !

Croire que le pardon, par le sang du Christ, autorise les gens à enfreindre impunément la Loi est de l’hypocrisie. Non seulement c’est une insulte à Dieu et à l’intelligence de Son Plan magistral, mais c’est ignorer cette longue suite de versets dans Jacques 2. Ces verset, pourtant clairs, expliquent comment la Loi, le péché, la foi et les œuvres vont ensemble. Considérez-les bien : « Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ?… Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même…je te montrerai la foi par mes œuvres. Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite…Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement » (versets 14, 17-22, 24). Comme les démons, beaucoup de gens croient que Dieu existe. Mais, la plupart d’entre eux ne tremblent pas devant l’existence de Dieu — tandis que les démons, eux, tremblent !

Rappelez-vous, il ne faut jamais « ajouter aux paroles de Dieu », parce que « chacune de ses paroles est pure ». Dieu dit ce qu’Il pense et Il pense ce qu’Il dit. Ces passages n’enseignent pas que nous sommes sauvés par les œuvres, mais que la foi doit être accompagnée des ŒUVRES. C’est ce que l’apôtre Paul voulait dire lorsqu’il a demandé : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? LOIN DE LÀ ! » (Rom. 6 :15).

Qu’en est-il de la grâce, de la foi et des œuvres ? Comment les trois sont-elles reliées ? Remarquez : « Demeurerions-nous dans le péché (la transgression de la Loi), afin que la grâce abonde ? LOIN DE LÀ ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » (Rom. 6 :1-2). La réponse aux question rhétoriques de l’apôtre Paul est évidente : c’est NON. Finalement, remarquez comment la Bible demande : « Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? » Elle répond elle-même à sa question : « LOIN DE LÀ ! Au contraire, NOUS CONFIRMONS LA LOI » (Rom. 3 :31). Les ministres de ce monde permettent peut-être aux gens de transgresser la Loi divine — d’ordinaire parce qu’ils convoitent leur argent —, mais Dieu, Lui, l’interdit !

Le diable n’obéit pas à la Loi divine, parce qu’il la hait — de même que ses ministres, d’ailleurs (II Cor. 11 :13-15). Ils ignorent consciemment ces versets, et bien d’autres. Ils séduisent les gens, qui accueillent volontiers leurs arguments futiles, lesquels ignorent la pure vérité des Écritures.

L’apôtre Paul enseigna que la Loi de Dieu est sainte, juste, bonne et spirituelle (Rom. 7 :12, 14); elle est affermie pour l’éternité (Ps. 111 :7-8), et elle est parfaite (Ps. 19 :7). Jacques appelle les Dix Commandements « la loi royale…de liberté » (Jaques 2 :8-12). Le Christ a dit que la Loi ne sera jamais abolie (Matth. 5 :17-19). Les imposteurs séducteurs enseignent que les chrétiens doivent mettre uniquement l’accent sur « l’amour », ignorant du coup des Écritures explicites, comme Romains 13 :10 qui déclare que « l’amour est…l’accomplissement de la loi. » Il n’est donc pas étonnant que l’apôtre Jean ait déclaré que quiconque prétend connaître le Christ, « et qui ne garde pas ses commandements, est UN MENTEUR, et la vérité n’est point en lui » (I Jean 2 :4). Ces paroles sont puissantes ! J’ai connu bien de gens qui prétendait connaître le Christ, mais qui ne gardaient pas Ses Commandements. Nous savons maintenant comment Dieu perçoit ces gens.

Le chrétien doit avoir foi au Christ pour pouvoir observer la Loi divine. Rappelez-vous que le Christ a dit qu’Il ne pouvait rien faire de Lui-même, que c’était le Père qui agissait à travers Lui. Il a observé la Loi parfaitement; et le chrétien, c’est celui qui suit Ses traces (I Pi. 2 :21-24).

Le Christ enseigna l’observance de la Loi

Avec l’aide de Dieu, vous pouvez observer les Commandements. Ne laissez jamais personne vous dire le contraire.

Jésus n’a jamais enseigné que les gens devaient seulement « croire en Lui », pour recevoir le salut. Lorsqu’un jeune homme riche Lui a demandé ce qu’il lui fallait faire pour obtenir la « vie éternelle » — pour recevoir le salut —, Jésus lui a répondu : « Si tu veux entrer dans la vie, OBSERVE LES COMMANDEMENTS. » Les disciples, ayant entendu cela, furent très étonnés. Comme ils ne comprenaient pas comment cela était possible, ils demandèrent : « Qui peut donc être sauvé ? » Jésus répondit : « Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible » (Matth. 19 :17, 25-26). Vous êtes incapables d’observer la Loi divine, mais LE CHRIST, QUI HABITE EN VOUS, LE PEUT — si votre foi est authentique et vivante !

Dieu donne Son Esprit à ceux qui Lui obéissent (Actes 5 :32). L’obéissance à Dieu est précédée par le repentir et le baptême. Le Saint-Esprit est donné au moment du baptême à celui qui s’est repenti d’avoir transgressé la Loi divine (Actes 2 :38).

Le Christ a dit : « C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes » (Marc 7 :7-8). Il est possible d’honorer le Christ en vain. Il est également possible de penser à Lui, de parler de Lui, et même d’utiliser Son nom souvent, et que tout cela soit néanmoins fait EN VAIN !

Remarquez : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des [“des” et non “dans les”] cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matth. 7 :21). C’est « celui-là seul » qui sera justifié.

Le « combat de la foi »

L’apôtre Paul a dit à Timothée : « Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle » (I Tim. 6 :12). La foi est plus qu’un combat. C’est une guerre que tous les chrétiens doivent mener durant toute leur vie ! Ce n’est pas une guerre facile, que l’on gagne en une seule bataille — elle implique plusieurs combats.

L’apôtre Jude exhorte tous les chrétiens « à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3). Le verset suivant parle de « certains hommes » qui s’étaient glissés dans la première Église du Nouveau Testament, la corrompant avec de faux enseignements. À cet époque, la signification de la vraie foi avait été corrompue dans l’esprit de plusieurs. L’histoire démontre que les gens ont toujours laissé les séducteurs diminuer le christianisme pour en faire un où « il suffit de croire seulement ». Ne vous y faites pas prendre.

Nous avons vu que les chrétiens doivent observer la Loi divine, et qu’ils sont du coup justifiés par la foi DE Christ. Le livre de l’Apocalypse rapporte : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi DE Jésus » (Apoc. 14 :12). Il y a une raison pour laquelle ce verset relie la patience, l’observance des Commandements et la foi de Christ. Elles sont inséparables. Les chrétiens peuvent observer les Commandements, mais uniquement par la foi de Jésus dans leur vie. Il faut de la patience pour agir ainsi durant toute une vie. Et pourtant, c’est précisément ce que tous les vrais chrétiens — les saints — doivent faire, continuellement.

Il y a un verset, dans l’Ancien Testament, qui est tellement important, qu’il est répété deux fois dans le Nouveau Testament. Habakuk 2 :4 déclare : « Mais le juste vivra par sa foi. ». C’est une importante déclaration relative à la foi en tant que mode de vie ! C’est la foi de chaque personne (remarquez le mot singulier « sa ») qui guide les individus tout au long de leur vie. Ce verset a été cité afin de démontrer que Dieu a toujours enseigné que Ses vrais serviteurs doivent avoir une foi authentique. La foi n’est pas qu’une simple exigence du Nouveau Testament, pour obtenir le salut. Certains des plus grands exemples de foi se trouvent dans l’Ancien Testament. En fait, tous les personnages dont les exemples sont cités dans « le chapitre de la foi » (Héb. 11), vécurent à l’époque de l’Ancien Testament. Cela ne les empêchèrent pas d’être des « témoins » (12 :1) du pouvoir extraordinaire qui est rattaché à la foi correctement comprise.

Hébreux 10 :38 (et Romains 1 :17) répète presque mot à mot le passage dans Habakuk : « Et mon juste vivra par la foi… ». Veuillez notez que la définition de la foi, dans Hébreux 11, suit immédiatement le verset 1. Je le répète, Dieu n’exigerait pas des gens qu’ils vivent par la foi, sans qu’Il ne leur dise ce qu’elle est ! Dieu poursuit, en disant : « …mais, s’il [le juste] se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. » Lorsqu’il y a un manque de foi, Dieu n’est pas content.

La foi n’est pas quelque chose que l’on exerce uniquement dans des moments de crise, lorsque « les choses vont mal ». Elle ne doit pas être exercée que dans « les mauvais moments »; elle doit être exercée en tout temps ! La foi est tout à fait inhérente à la pleine compréhension spirituelle grâce à laquelle vous pouvez faire face à toutes les choses auxquelles vous êtes confrontés dans votre « marche » en tant que chrétien (II Cor. 5 :7).

Tous les habitants de la terre seront fortement éprouvés durant les années à venir. Ne vous y trompez pas ! Sans la foi personne ne survivra aux terribles cataclysmes qui, selon les prophéties, se produiront juste avant le retour imminent du Christ. Se fier à ses propres moyens ou à l’ingéniosité humaine ne suffira pas pour survivre à la grande affliction qui pointe à l’horizon ! Une foi absolue, dans toutes les promesses divines, est requise — et indispensable.

Un exemple personnel

Il n’est pas facile d’accepter et de pratiquer les vérités de Dieu et de croire en Ses promesses. Il m’a fallu trente-cinq ans pour apprendre cette leçon — profondément ! Dieu éprouvera votre foi — et le diable tentera, lui, de vous la faire abandonner. N’en doutez pas. J’ai aussi appris que Dieu délivre toujours.

J’ai grandi dans un milieu favorable. Dieu m’a appelé à l’âge de dix-sept ans; et c’est à ce moment-là que les vraies épreuves ont commencé.

À l’âge de vingt-trois ans, j’étais marié et j’avais un bébé, un garçon, d’à peine quatre mois. Mon épouse avait failli mourir durant l’accouchement. À cause de cela, elle avait perdu tout son lait maternelle. Elle ne pouvait pas nourrir notre fils. Durant cette courte période, je ne travaillais pas à plein temps dans le ministère. J’avais perdu mon salaire. J’étais sans emploi, et nous devions lutter dur à cause des dettes importantes que j’avais accumulées durant mes années de Collège. Nous vivions à Milwaukee, dans le Wisconsin. L’appareil de chauffage dans notre voiture venait tout juste de cesser de fonctionner — et nous étions à la fin de novembre. L’espace me manque pour vous décrire toutes les épreuves auxquelles nous étions confrontés à l’époque. Notre foi était fortement mise à l’épreuve !

Je n’oublierai jamais un moment particulier que nous avons partagé, mon épouse et moi. Nous en étions pour ainsi dire à notre dernière pièce de dix sous. Il n’y avait pratiquement plus d’essence dans la voiture, ni de nourriture dans la maison. Notre bébé criait, et nous n’avions rien à lui donner. Tout ce qui me restait dans les poches, c’était une pièce de dix sous. Je l’ai prise dans ma main et j’ai élevé les bras dans les airs, face à la lumière au-dessus de la table de cuisine. Nous étions résolus à nous fier à Dieu pour qu’Il subvienne à nos besoins. Et Il l’a fait !

Ce soir-là (je me souviens : c’était un jeudi soir), mon épouse avait pu donner deux leçons de flûte, pour lesquelles elle avait reçu un montant totale de sept dollars. Aussitôt elle alla acheter du lait pour le bébé. Le lendemain matin (le vendredi) j’ai obtenu un emploi; et dès le premier jour de travail, mon patron m’a offert une avance d’une semaine de salaire. Dieu avait répondu à nos prières, et cette expérience fortifia notre foi. Nous ne l’avons jamais oubliée. Chaque fois que les temps devenaient difficiles, nous nous rappelions cette époque. Il nous arrive, encore aujourd’hui, de nous rappeler cette expérience, et d’autres événements semblables que nous avons vécus au cours de notre vie, pour y puiser la force nécessaire.

Le soleil n’a pas toujours « brillé », tout le temps. J’ai dû faire face à de nombreux obstacles durant mes quelques trente années dans le ministère. Cette Œuvre en est une de foi. Dieu pourvoit toujours à nos besoins. Parfois, les entraves des accusateurs, des diffamateurs et des ennemis incontestés étaient pour nous un mode de vie presque quotidien. Dieu ne nous a jamais laissé tomber. Finalement, Il vainc toujours les méchants qui cherchent à détruire Son Plan. Il nous a toujours délivrés et protégés, mon épouse et moi, contre « vents et marées ». J’ai l’assurance — j’ai la foi — qu’Il va continuer à le faire. Vous aussi pouvez développer l’assurance — la foi — que Dieu va toujours vous délivrer.

D’habitude, les gens croient que la foi est quelque chose que l’on provoque ou que l’on exprime à Dieu, afin qu’Il puisse à Son tour faire aussi quelque chose pour eux. Mais dans la réalité, c’est souvent exactement le contraire qui se produit ! Souvent Dieu va donner de la foi à quelqu’un afin qu’il puisse avoir la force de faire lui aussi quelque chose pour Dieu — souvent dans le but d’accomplir l’ensemble de Son Plan. Cela, je l’ai vu se produire dans ma vie à plusieurs occasions; et si vous le Lui demandez, Dieu fera la même chose pour vous. Parfois votre foi devra produire du fruit, et parfois il vous faudra peut-être demander à Dieu de vous donner le don de la foi, pour affronter des épreuves ou prendre des décisions difficiles dans votre vie.

La Bible énumère neuf fruits différents de l’Esprit (Gal. 5 :22-23), et neuf dons différents de l’Esprit (I Cor. 12 :1, 7-10). La foi est la seule qualité du caractère spirituel qui est énumérée aux deux endroits. Elle est à la fois un fruit et un don de l’Esprit. Souvent Dieu donnera à certaines personnes une portion additionnelle de foi — en tant qu’un don —, parce que cela sera nécessaire pour accomplir Son Dessein. Rappelez-vous, l’Esprit de Dieu nous est donné (Actes 2 :38). L’occasion d’apprendre à pratiquer le fruit de la foi commence aussi avec un don — la foi que renferme le Saint-Esprit. Dieu vous donnera cette même foi qui était jadis en Jésus-Christ.

« Où est votre foi ? »

Les livres de Matthieu et de Luc rapportent un important récit parallèle au sujet de la foi. Alors que le Christ et Ses disciples étaient montés dans une barque, une grande tempête s’éleva sur la mer. Les disciples éprouvèrent une grande peur, tandis que le Christ, Lui, « dormait ». Ce récit reflète la stupéfiante différence qui existe entre la foi que le Christ avait et la PEUR qui domine le raisonnement de la plupart des êtres humains. Notez qu’ils « le réveillèrent, et dirent : Seigneur, sauve-nous, nous périssons ! » (Matth. 8 :25). Les disciples croyaient vraiment qu’ils allaient mourir. Ils avaient même perdu la foi humaine de base qui leur aurait permis de croire qu’une telle chose ne pouvait pas se produire, étant donné que le Christ était dans la barque avec eux.

La réponse du Christ est révélatrice. Il posa deux questions différentes — dont l’une se trouve dans les deux récits des Évangiles. Dans Matthieu, le Christ demande à Ses disciples : « Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ? » (v. 26). Voyons maintenant le récit dans Luc. Ici, le Christ a été plus direct avec Ses disciples. Il leur a demandé : « Où est votre foi ? » (Luc 8 :25). Les disciples n’étaient pas encore convertis. N’ayant pas le Saint-Esprit, ils ne pouvaient pas développer une authentique foi divine. Apparemment, à ce moment-là, ils manquèrent même de foi humaine de base. Cependant, la question dominante du Christ s’applique à TOUT LE MONDE — Pourquoi avez-vous peur ? Où est votre foi ? De même que les disciples finirent par apprendre et pratiquer une grande foi durant leur vie (leurs écrits rapportent qu’ils ont également enseigné sa signification à plusieurs autres), les vrais serviteurs de Dieu doivent aujourd’hui répondre à ces mêmes questions, dans leur propre vie. Ces questions, elles VOUS sont posées à travers cette brochure : Pourquoi avez-vous peur ? — Où est votre foi ?

Nous avons commencé avec Hébreux 11 :6, qui déclare : « Sans la foi il est impossible de lui être agréable (de plaire à Dieu, selon certaines versions). » Dieu veut que vous appreniez à Lui faire confiance — une confiance absolue, en toutes choses ! Si vous voulez Lui être agréable, vous n’avez pas vraiment le choix. Comme tous les pères, sur le plan humain, Dieu ne veut pas que vous vous fassiez du souci, des inquiétudes, ou que vous vous tourmentiez à propos de vos besoins. À plusieurs endroits, dans Sa parole, Dieu promet de pourvoir à TOUS vos besoins. Il prendra toujours soins de vous. N’en doutez pas ! Croyez Dieu ! Ayez foi en Lui ! Dépendez de Lui ! Attendez-vous à ce qu’Il tienne toutes Ses promesses — et Il le fera ! La foi est votre assurance !

Un don divin

Dans sa brochure intitulée Qu’est-ce que LA FOI ?, M. Herbert W. Armstrong a bien résumé l’attitude sereine de celui qui fait pleinement confiance à Dieu, pour résoudre toute chose dans sa vie, et même pour le sauver :

« Rappelez-vous que la foi est un don divin. On pense, en général, que toute chose venant de Dieu est un don, mais que l’on doit développer soi-même la foi nécessaire pour recevoir ce dont on a besoin. Toujours est-il que nous devons croire en Dieu en toutes circonstances, même pour obtenir cette foi par laquelle nous recevons toutes choses (Éph. 2 :8).

« Dans Apocalypse 14 :12, on trouve une description de l’Église véritable d’aujourd’hui; ceux qui appartiennent à cette Église ont la foi de jésus. Ce n’est pas notre foi en Lui, mais Sa foi en nous, cette foi par laquelle Il accomplit Ses miracles; c’est cette foi qui est placée en nous, et qui agit en nous.

« Que devez-vous donc faire pour posséder cette foi vivante ? Approchez-vous de Dieu; efforcez-vous de Le connaître. Faites Sa volonté et observez Ses commandements. Avant tout, priez, car c’est par vos prières intimes et sincères que vous parviendrez le mieux à connaître Dieu et à saisir les choses spirituelles.

« Quelle expérience heureuse et joyeuse sera la vôtre quand vous aurez atteint cet objectif ! »

020101
F

Autres Brochures