JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau

Nous ne sommes pas des TĂ©moins de JĂ©hovah ni des Adventistes du SeptiĂšme Jour

Les enseignements de l’Église de Dieu restaurĂ©e sont diffĂ©rents de ceux du christianisme traditionnel. Toutefois, lorsque certains de nos lecteurs remarquent des similitudes doctrinales avec d’autres groupes religieux, ils concluent que nous devons avoir des liens avec ces organisations. Cet article a pour but d’éliminer ce malentendu.

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti

Plusieurs ont remarqué que l’Église de Dieu restaurée (ÉDR) qui publie la revue The Real Truth n’observe pas Noël, Pâques, l’Halloween et d’autres fêtes d’origine païenne. À cause de cela, certains associent immédiatement ces façons de faire aux Témoins de Jéhovah (TJ).

D’autres similitudes telles le fait de ne pas célébrer les anniversaires de naissance ou l’importance que nous accordons au royaume de Dieu renforcent encore cette idée. Toutefois, lorsqu’on compare de plus près nos croyances avec celles des Témoins de Jéhovah, les différences dépassent de loin les similitudes.

Plusieurs ont tendance à nous classer avec tout groupe qui semble pratiquer quelques croyances semblables aux nôtres. C’est aussi la raison pour laquelle on nous rapproche des Adventistes du Septième Jour (ASJ). De toute évidence, cela est dû au fait que nous observons le Sabbat du septième jour comme l’enseigne la bible. Une comparaison plus serrée avec nos enseignements permet par contre de distinguer de nombreuses différences.

Bien qu’ils soient entièrement indépendants l’un de l’autre, il est intéressant de noter que les mouvements des Témoins de Jéhovah et des Adventistes du Septième Jour sont tous deux d’origine américaine. Contrairement à l’Église de Dieu restaurée dont les origines remontent à l’Église du premier siècle qui a été fondée par Jésus-Christ, ces deux organisations sont nées au XIX siècle. Traditionnellement, les deux groupes ont concentré leur message prophétique sur le retour de Jésus-Christ. Les différences entre leur approche et celle de l’Église de Dieu restaurée sont plus significatives que la majorité ne peut l’imaginer.

Il y a plusieurs personnes sincères et dévouées qui ont accepté les croyances des Adventistes du Septième Jour et des Témoins de Jéhovah. Il n’est donc pas dans nos intentions de discréditer leurs convictions, mais seulement de comparer leur position doctrinale à la nôtre. Puisque plusieurs de nos lecteurs nous confondent avec ces organisations, notre but est de souligner que nous ne souscrivons pas à la majeure partie de leurs doctrines.

Les débuts du mouvement des Adventistes du Septième Jour.

Pour mieux comprendre l’origine du mouvement des Adventistes du Septième Jour et l’influence qu’ont eue ceux qui restaient de l’Église de Dieu (observatrice du Sabbat), nous devons revoir les événements qui sont survenus dans les années 1800. Mais nous commencerons par jeter un coup d’oeil à l’année 1664 lorsque Steven Mumford arriva d’Angleterre au Rhode Island et aida à susciter l’intérêt envers les doctrines de l’Église de Dieu. Après quelques décennies, des congrégations virent le jour à Newport et à Westerley.

Le nombre de membres au Rhode Island et au Connecticut se développa grandement tout comme ce fut le cas des congrégations établies plus tard au New Jersey et en Pennsylvanie. En 1818, la majorité de ces observateurs du Sabbat se mirent d’accord pour fusionner en une organisation appelée la Conférence Générale des Baptistes du Septième Jour. Croyant que le nom «Église de Dieu» avait un ton trop «exclusif», ils désirèrent adopter un nom similaire aux noms des Églises qui les entouraient. Toutefois, ils continuèrent d’observer le Sabbat. Cela mena à une division au sein de ses membres dont une minorité poursuivit sous le nom d’Église de Dieu. (Vous pouvez lire notre livre fascinant intitulé The History of God’s True Church pour en apprendre davantage).

Juste avant 1843, un mouvement de grande popularité vit le jour aux États-Unis dont faisait partie un théologien renommé du nom de William Miller. Il affirma que Christ reviendrait aux environs de 1843 ou 1844. C’est ce qui fut connu sous le nom du mouvement adventiste (qui fait référence au second avènement du Christ). Le mouvement de M. Miller à ce moment était constitué seulement d’observateur du dimanche.

Lorsque Christ ne revint pas en 1844, la déception fut grande chez M. Miller et ses centaines d’adeptes. En fait, l’abandon d’un grand nombre d’entre eux fut surnommé «la Grande Déception».

Plusieurs de ceux qui avaient quitté William Miller commencèrent à s’associer avec le reste de l’Église de Dieu qui continuait d’observer le Sabbat et refusèrent d’accepter les doctrines de l’immortalité de l’âme et de la trinité. Après environ une quinzaine d’années de cette association, la majorité des membres de l’Église de Dieu commencèrent à accepter certaines des croyances des Adventistes, tout comme cela avait été le cas de la majorité qui avait accepté les croyances populaires des autres Églises lors de la fondation de la Conférence Générale des Baptistes du Septième Jour.

En 1860, les Adventistes observateurs du dimanche convainquirent la majorité de membres de l’Église de Dieu pour qu’ils abandonnent le nom «Église de Dieu» (comme cela avait été le cas de leurs prédécesseurs en 1818) en faveur d’un nom qui «décrivait mieux leurs croyances». Ils fusionnèrent avec les anciens Adventistes (qui étaient beaucoup plus nombreux) et décidèrent conjointement de s’appeler les «Adventistes du Septième Jour». Ce ne fut pas avant 1863 que l’Église des Adventistes du Septième Jour s’organisa de façon formelle. Nous constatons donc que ce mouvement incluait certains membres qui provenaient de l’Église de Dieu qui les avaient influencés et desquels ils avaient accepté le véritable Sabbat et quelques-unes de leurs autres croyances initiales sur la trinité, l’âme immortelle et le feu éternel de l’enfer.

Ellen G. White eut une influence prépondérante sur la forme que prit le nouveau mouvement adventiste. C’est elle qui articula les nombreuses doctrines et les connaissances prophétiques qui devinrent ses croyances fondamentales. Elle est considérée comme étant la fondatrice du mouvement. Mme White soutint que la prédiction de M. Miller était correcte, mais que l’année de référence n’était que le début d’un «jugement d’investigation», une période pendant laquelle Christ commençait à juger les vivants et les morts sur la terre. Elle croyait que cette période serait suivie du retour du Christ. Plus de 160 ans se sont écoulés depuis 1844 sans qu’il y ait eu de signes apparents du retour du Christ comme l’avait prédit Miller et que White l’avait supposé.

Quelques pratiques et doctrines du mouvement adventiste.

Bien qu’elle soit originaire des États-Unis, l’Église des Adventistes du Septième Jour est répandue dans le monde entier. Les ASJ soutiennent la recherche médicale, des cliniques et des dispensaires et en font la promotion. De plus, ils dirigent au-delà de 90 collèges et universités à travers le monde.

Un des aspects particuliers de ce groupe est l’intérêt qu’il porte au domaine de la santé. Plusieurs de ses membres sont propriétaires de magasins et de restaurants santé ou associés avec eux. Une des raisons pour lesquelles les ASJ portent un intérêt inhabituel à la santé est qu’ils s’abstiennent de manger de la viande, même celle que la bible déclare être pure. Par contre, ce ne sont pas tous les ASJ qui observent cette pratique. Une de leurs doctrines prophétisées pour les «derniers temps» a rapport à ceux qui s’abstiennent de manger des viandes: «Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi… prescrivant… de s’abstenir d’aliments [en anglais, “meat”] que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces» (I Tim 4:1,3).

Une des doctrines mal comprises par plusieurs Adventistes du Septième Jour est celle sur la nature de Jésus-Christ. Au lieu de le rabaisser au niveau de l’archange Michel comme l’enseignent les Témoins de Jéhovah, les Adventistes élèvent l’archange Michel au niveau du Christ. Les deux groupes considèrent le Christ et l’archange Michel comme étant la même personne.

Une grande différence dans la compréhension des prophéties.

Une des principales différences entre les enseignements de l’Église de Dieu restaurée et ceux des Adventistes du Septième Jour est la croyance en un Millénium sur la Terre, 1000 ans de paix et d’abondance sous le règne du Christ et de Ses saints.

Les ASJ par contre enseignent que les saints qui sont décédés seront ressuscités et emmenés au ciel. Ils croient que pendant les 1000 ans subséquents, il n’y aura que Satan et ses démons qui vivront sur terre et que la planète sera désolée. Puis, à la fin du Millénium, se tiendra la deuxième résurrection et les justes y reviendront et établiront la nouvelle Jérusalem.

Illustrer le Millénium comme un temps de désolation revient à déformer ce que les Écritures révèlent très clairement. Contrairement à la position des ASJ, nous pouvons lire dans Apocalypse 20:6: «Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans».

Apocalypse 5:10 révèle l’endroit où vont régner ces saints: «tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre».

Ce n’est que sur la terre que nous pouvons retrouver des conditions semblables à celles-ci: «Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau; le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l’ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte; et le lion, comme le boeuf, mangera de la paille. Le nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipère, et l’enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne sainte; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent» (És 11:6-9; voyez aussi 35:1-2 et Am 9:13-14).

Nous retrouvons aussi de vastes différences doctrinales dans d’autres domaines, entre autres dans l’observance des Jours Saints divins (qui sont l’illustration du plan de salut pour l’humanité) au lieu des jours fériés païens.

Les débuts du mouvement des Témoins de Jéhovah.

Peu après que le mouvement des Adventistes du Septième jour ait débuté aux environs de 1860, le mouvement des TJ a vu le jour. Cette organisation est née en Pennsylvanie sous la direction de M. Charles Taze Russell et fut établie en tant que société religieuse regroupant plusieurs ministres. La «Watchtower Bible and Tract Society» fut incorporée en 1884 avec M. Russell comme président. La revue de la société, la Watchtower (Tour de garde en français), a été publiée pour la première fois en 1879».

La Société des Témoins de Jéhovah a tiré son nom d’Ésaïe 43:12 tel qu’on le retrouve dans l’American Standard Version (ASV) de la Bible: «Vous êtes mes témoins, dit l’Éternel [en hébreu, “YHVH” traduit dans l’ASV en anglais par Jéhovah], c’est moi qui suis Dieu» (World Book Encyclopedia, Vol. 11). Le TANAKH (la traduction des Écritures selon les textes traditionnels hébreux par la Jewish Publication Society) traduit ce passage par: «… vous êtes donc mes témoins, déclare le Seigneur et je suis Dieu». La version King James (KJV) utilise le mot Seigneur également et la version Louis Segond le mot ÉTERNEL.

On peut lire dans Exode 6:2-3: «Dieu parla encore à Moïse, et lui dit: Je suis l’Éternel. Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme le Dieu tout-puissant [El Shaddaï]; mais je n’ai pas été connu d’eux sous mon nom, l’Éternel». Au verset 2 et 3, le mot Éternel est la traduction du mot hébreu YHWH selon la concordance Strong (no 3068).

Ce mot, rendu par Jéhovah dans la bible KJV, ne se retrouve pas dans la bible Louis Segond et est traduit par Yahvé dans la bible de Jérusalem. On le retrouve aussi dans Psaume 83:18, És 12:2 et 26:4 de la bible KJV. Chacun de ces cas n’est en fait qu’une mauvaise traduction de YHWH. Le TANAKH et d’autres versions basées sur le texte original hébreu le traduisent correctement par Éternel (au lieu de Jéhovah).

La vraie prononciation du mot hébreu YHWH a été perdue. Cela s’est produit parce que la langue hébraïque utilise des consonnes et des demi-consonnes, mais pas de voyelles. Dieu a inspiré Moïse d’écrire le nom du Créateur en utilisant les quatre lettre hébraïques YHWH qui signifie «qui existe en soi» ou «Éternel». Le mot hébreu que les Israélites savaient prononcer provient d’un autre mot hébreu «HWH», qui est une forme ancienne de la racine HYH qui signifie «être» ou «qui devient».

Si le mot «Jéhovah» ne vient pas de la Bible, alors d’où vient-il? La Jewish Encyclopedia donne un bon aperçu du sujet: «Jéhovah» est supposé être l’invention du confesseur du pape Léon X, Pierre Galatin, mot dont l’utilisation fut ensuite reprise par Fagius… Mais il semble que même avant Galatin le mot «Jéhovah» fut d’usage courant… on le retrouve dans l’ouvrage «Pugio Fidei» écrit en 1270 par Raymond Martin (Jewish Encyclopedia, article «Jehovah» Vol. VII, p. 88 – partout c’est nous qui traduisons). Selon les différentes sources, le nom de Jéhovah a été introduit dans le monde moderne par l’Église catholique.

Une différence doctrinale cruciale.

La doctrine la plus particulière de ce groupe est leur croyance que Christ est un être spirituel créé. Cela va à l’encontre de Jn 1:1-2: «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu». Nous voyons Dieu ici en tant que deux Êtres, tous deux appelés Dieu. C’est la raison pour laquelle lors de la création du premier homme, Dieu (en hébreu, Élohim) a dit, «Faisons [au pluriel] l’homme à notre image, selon notre [au pluriel] ressemblance…» (Gen 1:26).

Un de ces deux Êtres, appelé «la Parole», devint plus tard Jésus-Christ (Jn 1:14). Christ était le YHWH (l’Éternel) de l’Ancien Testament (I Cor 10:1-4) qui a créé toutes choses (Jn 1:3; Éph 3:9; Col 1:16-17).

L’autre Être divin, appelé «le Père» était inconnu de l’humanité et a dû être révélé par Jésus-Christ (Matth 11:27). Malgré cela, les Témoins de Jéhovah croient qu’il n’existe qu’un seul Être divin qu’ils appellent «Jéhovah» et que le Christ a été créé comme le furent les anges.

Il n’y a qu’un seul Dieu (I Tim 2:5), mais il y a deux Êtres qui partagent le même nom de «Dieu». Élohim est un nom collectif, tout comme le mot «famille». Une famille est constituée de plusieurs membres. «Dieu» est un nom de famille!

Bien que Jésus-Christ soit sous le Père (Jn 14:28), la bible nous révèle qu’il est Dieu et le second membre de la famille divine. (Pour en apprendre beaucoup plus sur la vraie nature de Dieu et du rôle de l’homme au sein de la famille de Dieu, lisez nos livres intitulés Le FORMIDABLE POTENTIEL de l’homme et The TRINITY – Is God three-in-one?)

Bien que les Témoins de Jéhovah considèrent le Christ et l’archange Michel comme la même personne, le passage suivant prouve qu’Il est un Être bien plus grand que les anges: «Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui? Et encore: je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils? Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit: que tous les anges de Dieu l’adorent! De plus, il dit des anges: celui qui fait de ses anges des vents, et de ses serviteurs une flamme de feu. Mais il a dit au Fils: ton trône, ô Dieu, est éternel; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité» (Héb 1:1-8).

La puissance du royaume?

Alors que les Témoins de Jéhovah soulignent l’importance de prêcher la bonne nouvelle du royaume de Dieu, leur façon de concevoir ce royaume est bien différente de celle de l’Église de Dieu restaurée.

William Miller avait prédit que Jésus-Christ reviendrait aux environs de 1844. Les Témoins de Jéhovah ont accepté l’année 1914 comme celle de Son retour. Pourtant, ce n’est que bien des années plus tard que la WatchTower a donné de l’importance à cette date comme étant celle où le royaume de Dieu avait été établi sur terre.

Les Témoins de Jéhovah affirment que 1914 marque le commencement de l’augmentation des malheurs dans le monde. Ils affirment que cela avait été prophétisé par le Christ en soulignant que ces signes prophétiques devaient apparaître à la fin de cet âge. Ces signes prouveraient que Jésus est présent, mais invisible et investi de pouvoirs royaux. Ces signes de guerres mondiales, de famines, d’épidémies et de tremblements de terre se produiraient comme le prédit Matthieu 24. Depuis le début de la Première Guerre mondiale en 1914, des armes possédant une puissance de destruction au-delà de toute imagination n’ont cessé de faire leur apparition. Les TJ considèrent ces signes et tendances comme étant les indicateurs des temps de la fin.

Prenez note de la façon dont ils expliquent le fait que le royaume de Dieu a pu être établi sur terre en 1914, après le retour discret du Christ: «C’est Satan le diable qui est responsable. Lorsque le Christ a reçu les pouvoirs royaux, son premier geste fut de déclarer la guerre à Satan dans les cieux invisibles. En conséquence, Satan, qui “égare toute la terre habitée” fut précipité avec ses anges à proximité de la terre. Sachant que sa destruction approchait, il provoqua de grands troubles…» (Watchtower Bible and Tract Society of Pennsylvania, 2004).

Ensuite, ils donnent les raisons pour lesquelles le Millenium de paix et d’abondance ne s’est pas encore manifesté sur la terre: «N’y aura-t-il jamais de fin à ces malheurs? Oui! — lorsque le gouvernement céleste lui-même, le Royaume du Dieu tout-puissant, entrera en action afin de “détruire ceux qui détruisent la terre”… Dieu ne permettra jamais aux pouvoirs politiques, aux faux chrétiens ou à quiconque de détruire Son Oeuvre, la Terre, au moyen d’armes nucléaires… Jéhovah, par Son Christ, utilisera les grandes forces de l’univers qu’Il maîtrise afin de détruire complètement ceux qui obéissent à Satan sur la terre. Cela s’accomplira à l’échelle mondiale, comme ce fut le cas lors du Déluge au temps de Noé.

Dans la bible, cette destruction des nations pécheresses est appelée la bataille d’Harmaguédon… Uniquement les personnes humbles… pourront survivre à Harmaguédon pour arriver au nouveau système paisible de Dieu… Le grand oeuvre de la restauration du Paradis sur terre pourra alors commencer» (ibid. – partout c’est nous qui traduisons).

Bien qu’ils aient eu plus de quatre-vingt-dix ans pour clarifier leur explication, plusieurs détails sont manquants. Les TJ croient que le Christ a reçu la «puissance du royaume» lorsqu’Il est retourné sur la terre en 1914. Ils croient qu’ils doivent maintenant prêcher au monde pendant la période qui sépare 1914 et la bataille d’Harmaguédon.

Or, le livre de l’Apocalypse nous montre que lorsque Christ revient, Il fait cesser la rébellion humaine et lie Satan immédiatement, en l’espace de quelques jours (Apoc 19:11-16, 20:1-3).

Selon les enseignements des TJ, ce n’est qu’au moment de la bataille d’Harmaguédon que le royaume de Dieu pourra pleinement agir, subjuguer le mal et mettre fin à toute opposition. Et pourtant, l’ordre qu’ils nous donnent des événements à venir contredit nettement la séquence des événements mentionnés dans les Écritures.

Période de protection ou retard du royaume?

Une bonne compréhension d’Ésaïe 26 est cruciale ici puisque les Témoins de Jéhovah utilisent des passages comme celui-ci afin d’expliquer l’attente entre 1914 et la future bataille d’Harmaguédon. Les versets 20 et 21 disent, «Va, mon peuple, entre dans ta chambre, et ferme la porte derrière toi; cache-toi pour quelques instants, jusqu’à ce que la colère soit passée. Car voici, l’Éternel sort de sa demeure, pour punir les crimes des habitants de la terre; et la terre mettra le sang à nu, elle ne couvrira plus les meurtres».

Le même événement est décrit dans Apocalypse 3:10: «Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre». Cette «heure de la tentation» est la Grande Détresse dont Christ a parlé dans Matthieu 24: 21-22: «Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés».

Au sujet de cette protection réservée aux serviteurs de Dieu, nous pouvons lire ce qui suit, «Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme» (Lc 21:36).

En résumé, plusieurs passages des Écritures, qui décrivent la protection que Dieu accordera à Son peuple pendant la Grande Détresse à venir et le Jour de l’Éternel, sont mal utilisés.

Christ revient régner sur terre.

Afin de prouver que ces événements ne s’accompliront pas secrètement ou sans que l’humanité s’en aperçoive, notez le passage suivant qui décrit le Jour de l’Éternel: «Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu’un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister?» (Apoc 6:12-17).

Il en sera de même du retour du Christ. Ce ne sera pas un événement caché et invisible. Le monde entier sera témoin de Son arrivée: «Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre [brille] jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme» (Matth 24:27).

Il vaincra les armées rassemblées pour le combattre d’une façon décisive. Après leur défaite (Apoc 19:15-21), Ses pieds se poseront sur le mont des Oliviers (Zach 14:4). Immédiatement après, la dernière coupe, celle qui achèvera la colère de Dieu, sera versée (Apoc 16:17-21). Ce tremblement de terre, le plus grand que la terre n’aura jamais connu sera suivi par la chute de grêlons de plus de 50 kilogrammes, ce qui brisera ce qui reste de rébellion contre Dieu dans l’homme. C’est à ce moment que nous pourrons entendre la voix de l’ange qui dira: «C’en est fait!»

Ce que Christ fera par la suite est prophétisé dans Apocalypse 20:1-3. Il éloignera Satan pour le reste du Millénium. Cela se fera rapidement. Rien dans les Écritures ne nous montre Christ qui combat Satan pendant plus de quatre-vingt-dix ans (comme le propose la théorie de 1914). Lors du retour de Christ, la rébellion humaine sera réprimée et Satan emprisonné pendant mille ans. Alors, le royaume de Dieu sera véritablement établi sur terre.

De toute évidence, il n’est pas encore ici. (Lisez notre brochure L’APOCALYPSE enfin expliquée! Pour avoir plus d’informations).

Des différences majeures.

Comme nous le mentionnions plus tôt, les enseignements de l’Église de Dieu restaurée sont très différents de ceux des Adventistes du Septième Jour et des Témoins de Jéhovah.

En plus de ce que révèle ce résumé, nous pourrions citer plusieurs autres différences. Ces deux organisations ignorent plusieurs grandes doctrines bibliques ou les comprennent incorrectement.

Mais, seulement par l’étude de la nature de Dieu et de la séquence des événements des temps de la fin, il est évident que les différences entre l’ÉDR et ces deux groupes sont beaucoup plus importantes que les quelques similitudes superficielles.

Si vous voulez en connaître davantage à notre sujet, lisez notre brochure intitulée: Voici l’Église de Dieu restaurée.

Vous pouvez lire ce que vous dĂ©sirez :