JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau

Vous pouvez lire ce que vous dĂ©sirez :

Boire est-il un péché?

Beaucoup pensent que boire de l'alcool est un pĂ©chĂ©. Est-ce que c'est ce que la Bible enseigne? Pour ĂȘtre absolument sĂ»r, sur ce sujet ou tout autre sujet, nous devons abandonner toutes les idĂ©es prĂ©conçues et ĂȘtre prĂȘts Ă  examiner attentivement la Bible.

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti

Savez-vous pourquoi vous croyez que ce que vous faites? Avez-vous examiné la source de vos croyances? Avez-vous prouvé que la Bible soit la base de votre compréhension dans tous les domaines?

Beaucoup de ce que JĂ©sus a enseignĂ© provient de l'Ancien Testament. Par exemple, il a dĂ©clarĂ©, dans Matthieu 4: 4: «Il est Ă©crit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Il a effectivement citĂ© DeutĂ©ronome 8: 3, qui dĂ©clare, « Il t'a humiliĂ©, il t'a fait souffrir de la faim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pĂšres, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Éternel. »

Lorsque l'on Ă©tudie la Bible, sur tout sujet, toutes les Écritures relatives Ă  ce sujet doivent ĂȘtre examinĂ©es ensemble. Ensuite, nous pouvons «examiner [prouver] toutes choses» (I Thess. 5:21).

Abstinence ou modération?

Sur la plupart des questions, il semble qu'il y a deux fossĂ©s, deux extrĂȘmes de gens qui tombent dedans. Cela est vrai pour l'alcool. Un fossĂ© est la croyance que la Bible dĂ©clare que toutes boissons (alcoolisĂ©es) sont mauvaises, pĂ©cheresse. L'abus d'alcool et l'ivresse est l'autre fossĂ©. Mais est-ce que toute utilisation de l'alcool est mauvaise? Ou bien la Bible enseigne-t-elle que son usage abusif est erronĂ©?

Les gens ont ignorĂ© ce que la Parole de Dieu nous enseigne Ă  ce sujet. Par exemple, le mouvement de tempĂ©rance des femmes de la fin des annĂ©es 1800 et au dĂ©but des annĂ©es 1900 a jouĂ© un grand rĂŽle dans l'interdiction lĂ©gale de l'alcool aux États-Unis Cette organisation a Ă©tĂ© considĂ©rĂ© comme le «chien de garde morale» de la nation. Le nom de l'organisation est trompeur. Il aurait Ă©tĂ© plus appropriĂ© d'appelĂ©, «Interdiction de la condition fĂ©minine» ou Mouvement « d'abolition ». Elles ne croyaient pas Ă  la tempĂ©rance, mais plutĂŽt Ă  l'abstinence totale. Cette organisation estime que le problĂšme Ă©tait toute consommation d'alcool, plutĂŽt que son abus.

La pĂ©riode de la prohibition aux États-Unis Ă©tait de courte durĂ©e. Les contrebandiers apportĂ©s de vastes quantitĂ©s d'alcool illĂ©gal sur les lacs et les riviĂšres, ou sur des camions, cachĂ© dans des moyens ingĂ©nieux pour contourner les autoritĂ©s. BientĂŽt, le gouvernement a rĂ©alisĂ© que la demande privĂ©e pour l'alcool l'emportait sur la demande du public pour l'interdire.

Vin ou jus de raisins?

Avant de discuter de l'avis de la Bible sur l'alcool, nous allons supprimer les idĂ©es fausses. Une commune est que le sens du mot traduit dans le Nouveau Testament comme «vin» est en fait du jus de raisin ou peut-ĂȘtre mĂȘme de la mĂ©lasse.

En fait, il y a quinze mots de l'hébreu et du grec traduit par «vin» dans la Bible. Comparons ces mots dans le contexte dans lequel ils sont utilisés. Cela vous aidera à mieux comprendre leurs significations scripturaires.

GenĂšse 9:21 est la premiĂšre Écriture oĂč le vin est mentionnĂ©. Le mot hĂ©breu utilisĂ© est « yayin ». Cela signifie toujours «vin fermentĂ©, principalement Ă  partir de raisins ». Notez: « Et il [NoĂ©] bu du vin [yayin], s’enivra. » Si NoĂ© est devenu ivre, alors il ne pouvait pas avoir bu du jus de raisin. Ce ne pouvait pas ĂȘtre autre chose qu'une boisson alcoolisĂ©e.

Maintenant, remarquez le verset 24: «Lorsque NoĂ© se rĂ©veilla de son vin. » Cela indique que c’était le vin qui le faisait dormir ou qui lui avait fait perdre connaissance. Le jus de raisin ou la mĂ©lasse ne causent pas de perte de connaissance.

En outre, I Samuel 25:36 fait Ă©tats, « Nabal. Et voici, il faisait dans sa maison un festin... il avait le cƓur joyeux, et il Ă©tait complĂštement dans l'ivresse. » Ceci est une autre preuve que le vin Ă©tait une boisson enivrante.

Un exemple de plus de l'Ancien Testament se trouve dans Esaïe 28: «Malheur à la couronne superbe des ivrognes d'Ephraïm... Sur la cime de la fertile vallée de ceux qui s'enivrent [yayin] » (verset 1).

Ensuite, remarquez GenĂšse 14:18. Une personne est identifiĂ©e comme Ă©tant MelchisĂ©dek, roi de Salem, servi du vin Ă  Abraham. Ce vin (yayin) Ă©tait le mĂȘme liquide qui avait rendu NoĂ© ivre! HĂ©breux 7: 2-3 dĂ©clare que MelchisĂ©dek Ă©tait « roi de paix... sans pĂšre, sans mĂšre, sans gĂ©nĂ©alogie, qui n'a ni commencement de jours, ni fin de vie; mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu; ce MelchisĂ©dek demeure sacrificateur Ă  perpĂ©tuitĂ©. »

Cette personne est nul autre que JĂ©sus-Christ! (Pour preuve, lisez notre livre The Bible’s Difficult Scriptures Explained!) Dieu a apportĂ© le vin Ă  Abraham parce qu'Il approuvait l'utilisation modĂ©rĂ© de l'alcool.

Un autre mot hĂ©breu, est Shekar, qui signifie « une boisson enivrante. » Ceci est le vin prĂ©parĂ© ou distillĂ©e soit Ă  partir de miel, de dattes ou d'orge. La Bible la dĂ©crit comme « boisson forte. » C’est vraiment une boisson enivrante et contenant de l'alcool.

La FĂȘte des Tabernacles

Dieu dit qu'il n'est pas incorrect de dĂ©sirer du vin ou des boissons fortes lors de Sa fĂȘte annuelle des Tabernacles, qu'Il ordonne Ă  Son peuple de garder: «LĂ , tu achĂšteras avec l'argent tout ce que tu dĂ©sireras, des bƓufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l'Éternel, ton Dieu, et tu te rĂ©jouiras, toi et ta famille. » (Deut. 14:26).

La FĂȘte des Tabernacles (survenant Ă  l'automne) est l'un des sept Jours Saints annuels, ou fĂȘtes, que Dieu ordonne Ă  Son peuple d'observer. La vĂ©ritable Église de Dieu les garde (Lire nos livres Jours saints divins ou jours fĂ©riĂ©s paĂŻens?).

Le vin peut Ă©galement ĂȘtre utilisĂ© pour aider Ă  vous dĂ©tendre et Ă  vous rĂ©jouir. Le roi Salomon a Ă©crit: «On fait des repas pour se divertir, le vin rend la vie joyeuse » (Ecc. 10:19). Il y a plusieurs endroits dans la Bible oĂč Dieu met l'accent sur ​​l'importance d'avoir un cƓur joyeux et profiter d'un rire chaleureux. Des quantitĂ©s modestes de vin ou d'autres types d'alcool peuvent aider Ă  promouvoir cela.

Beaucoup d'Ă©critures supplĂ©mentaires pourraient ĂȘtre citĂ©s pour montrer que les serviteurs de Dieu ont utilisĂ© le vin d'une maniĂšre responsable, et avec l'approbation de Dieu.

Le mot du Nouveau Testament pour Vin

Le mot du Nouveau Testament « vin » est gĂ©nĂ©ralement traduit par le mot grec « oinos ». L'histoire du Bon Samaritain montre que le vin (alcool fermentĂ©) peut ĂȘtre utilisĂ© comme un antiseptique pour soigner les blessures. Une petite quantitĂ© d'huile (huile d'olive en gĂ©nĂ©ral) serait versĂ© sur la plaie pour la ramollir, puis un peu de vin utilisĂ© pour la nettoyer (Luc 10: 30-37). Aujourd'hui, l'alcool Ă  friction est encore couramment utilisĂ© comme un antiseptique.

L'eau en vin

Le miracle d'abord enregistrĂ© de JĂ©sus Ă©tait lorsqu'il changeĂąt l'eau en vin. Prenez note que son miracle n'Ă©tait pas dans l'autre sens! Il n'a pas changĂ© le vin en eau. Non seulement le Christ a approuvĂ© de boire du vin, mais son miracle Ă©tait en rĂ©alitĂ© dans le but de fournir de l'alcool pour tous les participants! L' «ordonnateur» au mariage a mĂȘme commentĂ© que c'Ă©tait du «bon vin» (Jean 2: 1-12).

Si cela avait Ă©tĂ© simplement de jus de raisin, il n'aurait pas dit, « mais tu as gardĂ© le bon vin jusqu'Ă  prĂ©sent. » Le fait est que le meilleur vin devait normalement ĂȘtre consommĂ© au dĂ©but d'une fĂȘte, et que la qualitĂ© infĂ©rieure devait ĂȘtre prĂ©servĂ©e pour plus tard, quand le goĂ»t n'est plus tout Ă  fait aussi important. Ce principe ne vaut certainement pas pour du jus de raisin.

L'instruction de Paul à Timothée

I Timothée 5:23 contient une déclaration remarquable sous la forme de l'enseignement de l'apÎtre Paul à Timothée. Il a écrit, « Ne continue pas à ne boire que de l'eau; mais fais usage d'un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions. » Le vin a des propriétés inhérentes, qui sont bénéfiques pour le corps humain.

Envisager la citation suivante: «De nombreuses études bien conçues ont conclu que la consommation modérée est associée à une amélioration de la santé cardiovasculaire», écrit le directeur de l'Institut national sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme (NIAAA) en 1966. Le Comité de nutrition de l'American Heart Association à également signalé en 1966, «la plus faible mortalité se produit chez ceux qui consomment un ou deux verres par jour. »

Bien que ces déclarations aient été écrites en 1966, elles ont résisté à l'épreuve du temps et sont tout aussi pertinentes aujourd'hui. Le vin rouge a prouvé qu'il contenait des éléments qui abaissaient le taux de cholestérol et lutter contre le cancer.

Comprendre sa valeur lorsqu'il est utilisĂ© avec modĂ©ration, certaines cultures permettent mĂȘme l'utilisation modeste de l'alcool par des mineurs, sous l'Ă©troite surveillance d'un adulte, ce qui entraĂźne des avantages mesurables sur la santĂ©.

Un avertissement des Proverbes

Il y a quelques Ă©critures, qui, Ă  moins de les lire attentivement, semblent condamner l'usage du vin. Nous verrons qu'elles ne condamnent pas son bonne usage, mais plutĂŽt sa mauvaise utilisation. Nulle part dans la Bible, Dieu condamne l'usage du vin, aussi longtemps que cela n'est pas abusĂ©. En fait, comme indiquĂ© ci-dessus, il encourage l'utilisation modeste du vin et autre boisson forte au cours de la FĂȘte des Tabernacles. Le moment ou la surconsommation d'alcool commence est le moment ou le pĂ©chĂ© commence.

Prenons maintenant Proverbes 23: 29-35 (version LS): « Pour qui les ah? Pour qui les hĂ©las? Pour qui les disputes? Pour qui les plaintes? Pour qui les blessures sans raison? Pour qui les yeux rouges? Pour ceux qui s'attardent auprĂšs du vin, Pour ceux qui vont dĂ©guster du vin mĂȘlĂ©. Ne regarde pas le vin qui paraĂźt d'un beau rouge, Qui fait des perles dans la coupe, Et qui coule aisĂ©ment. Il finit par mordre comme un serpent, Et par piquer comme un basilic. Tes yeux se porteront sur des Ă©trangĂšres, Et ton cƓur parlera d'une maniĂšre perverse. Tu seras comme un homme couchĂ© au milieu de la mer, Comme un homme couchĂ© sur le sommet d'un mĂąt: On m'a frappĂ©,... je n'ai point de mal!... On m'a battu,... je ne sens rien!... Quand me rĂ©veillerai-je?... J'en veux encore! »

Ceci est une description d'une personne qui a consommĂ© beaucoup trop d'alcool. Un homme ivre est belligĂ©rante, combatif, apparemment toujours prĂȘt pour un combat et toujours en train de se plaindre de ceci ou de cela, de l'injustice parce que ses sens sont dans un Ă©tat de stupeur. Ceux dans cette condition semblent souvent s'imaginer eux-mĂȘmes comme ayant Ă©tĂ© lĂ©sĂ©s. L'utilisation excessive d'alcool brouille le jugement et la perception.

Ces versets peint l'image familiĂšre d'un achoppement ivre et chavirant, et se faisant peut-ĂȘtre lui-mĂȘme des ecchymoses, sans le savoir Ă  ce moment. Ses yeux « injectĂ©s de sang » (rougeurs) viennent de la consommation excessive d'alcool. Plus tard, une telle personne peut dĂ©griser et se demander oĂč et comment il a acquis ses blessures. Pourtant, il est peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  Ă  la recherche de son prochain verre.

Oui, celui qui est un buveur ou un alcoolique Ă  une forme tristesse. Il ne peut pas fonctionner correctement, est-il est souvent antisociale, et, Ă  la fin, habituellement concernĂ© que par lui-mĂȘme. Il ne tient pas compte des besoins des autres.

Est-ce une partie de cette image qui vous ressemble? Serait-ce une image de vos week-end ou mĂȘme d'une sortit nocturne typique? Êtes-vous celui qui va Ă  la taverne locale ou dans un bar pour « juste un petit verre» et ne sait pas quand il doit s'arrĂȘter? L'ivresse et l'alcoolisme sont des violations manifestes de la loi de Dieu.

Galates 5:21 contient un avertissement à propos de la conduite qui va garder les gens hors de la venue du Royaume de Dieu. Il précise que, « l'envie, l'ivrognerie, les excÚs de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. »

Dans une instruction similaire aux Corinthiens, Paul a écrit que ni les voleurs, ni les idolùtres, ni les adultÚres, ni les ravisseurs ou les ivrognes, etc., « n'hériteront le royaume de Dieu» (I Cor. 6: 9-10).

Dieu a des normes qui sont décrites dans Sa Parole. Cela inclut la bonne et la mauvaise utilisation de l'alcool. Dieu prescrit ni l'abstinence ni la surconsommation de boissons alcoolisées.

Qu'attend Dieu?

Est-ce que la consommation de vin et autres alcools est un plaisir pécheur, ou une habitude de vie saine? Nous avons vu que le Christ a approuvé de boire du vin. Ses actions et ses mots donnent l'exemple par lequel les chrétiens doivent vivre.

Qu'est-ce que Dieu attend de vous? Il attend que vous consommez de l'alcool Ă  bon escient JĂ©sus n'a pas changĂ©. HĂ©breux 13: 8 dĂ©clare qu'il « est le mĂȘme hier, aujourd'hui, et Ă©ternellement. » Nous devons «suivre ses traces» (I Pierre 2: 21-24.). Ce principe est clair. Boire des boissons alcoolisĂ©es n'est pas mal oĂč pĂ©cher! L'utilisation abusive de boissons alcoolisĂ©es est un pĂ©chĂ©! Ce n'est pas la bouteille qui est le problĂšme mais c'est la personne tenant la bouteille!

Comme avec la nourriture, l'argent, ou tout ce qui a le potentiel d'abus, la modération est la norme biblique pour tous les vrais chrétiens. Paul a écrit: « Que votre douceur [modération] soit connue de tous les hommes. » (Phil. 4: 5).

Vous pouvez lire ce que vous dĂ©sirez :