JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
Où se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
New York, Etats-Unis Jamaïque Pérou Idaho, Etats-Unis Inde Belgique Kenya Arkansas, Etats-Unis Afrique du Sud Angleterre Nigéria Ohio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entière vérité de la Bible et qui est appelée à vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonné
  • appelerait les membres mis à part par la vérité pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau

Pouvez-vous expliquer Romains 7 :4 s’il vous plaît ?

 Langue Afrikaans Deutsch English Español Français Italiano Kiswahili Nederlands Polski Srpski Tahiti

Dans ce verset Paul a écrit : « De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu »

Plusieurs citent ce passage comme preuve que la Loi de Dieu n’est plus en force. Il est important de noter que Paul a dit, « vous avez été … mis à mort » et non « la Loi est morte ». Le sacrifice du Christ n’a pas aboli la Loi de Dieu. Mais plutôt ce sont les gens qui, par l’acceptation du sacrifice du Christ (le repentir qui mène au baptême et à la réception du Saint-Esprit) en tant que paiement de l’amende de la mort pour leurs péchés, ont été mis à mort selon la Loi, (Voyez Gal 2 :20).

Notez maintenant Romains 7 :5 : « Car, lorsque nous étions dans la chair [avant la conversion et alors que nous vivions sous l’influence de la chair, de Satan et du monde], les passions des péchés provoquées par la loi [voir v. 7] agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort ». Alors que nous étions des pécheurs, n’ayant pas l’Esprit-Saint, nous n’étions bons que pour la mort, ayant transgressé Sa Loi, (Rom 3 :23).

Au verset 6 Paul écrit : « Mais maintenant, nous avons été dégagés de [la peine de mort assurée par] la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli ».

Observer la Loi ne sauve personne. C’est le sacrifice du Christ qui accomplit cela. Mais Paul, que la majorité des Églises aiment citer comme leur source de croyance en l’abolition de la Loi, a écrit : « Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péchaient ? Loin de là! Mais je n’ai connu le péché que par la loi [analogie : Un conducteur ne saurait pas qu’il dépasse la limite de vitesse permise si cette limite n’était pas affichée clairement. Il pourrait être pardonné dans ce cas. Mais, une fois l’affiche de la limite bien visible, il ne lui resterait plus d’excuse pour la dépasser]. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’eût dit: Tu ne convoiteras point », (Rom 7 :7). De plus, bien qu’observer la limite de vitesse n’exclue pas la possibilité d’un accident, la loi requiert quand même qu’il ne dépasse pas celle-ci. (Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché,[ Jc 4 :17]). De plus, si le sacrifice du Christ a aboli la Loi alors le péché n’existe plus. Si c’était le cas pourquoi, sauf dans les évangiles, le terme même de péché devrait-il apparaître dans le Nouveau Testament ?

Christ Lui-même a dit : « je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir ». Qui donc peut, Paul inclus, avoir autorité pour dire que la Loi est annulée ? Imaginez-vous le scénario suivant.

Une personne est amenée devant le tribunal pour avoir commis les crimes les plus inimaginables. Des centaines de personnes ont été témoins de ceux-ci, chacune d’elle pouvant témoigner de sa culpabilité. Bien plus, il y a de nombreuses preuves médico-légales suffisantes pour faire condamner cette personne. Nonobstant la bureaucratie et les échappatoires du système légal contemporain, cette personne est coupable sans l’ombre d’un doute. Elle mérite la peine de mort.

Mais le juge, sachant que cette personne regrette légitimement ce qu’elle a fait et se repent des actes qu’elle a commis, lui pardonne. Toutefois, le système judiciaire exige que quelqu’un paie l’amende pour ses crimes. Le fils même du juge, qui n’a jamais contrevenu à une seule loi, ni même imaginer le faire, se porte volontaire pour être exécuté à la place de cette personne. Le juge accepte cette décision. Il présente le « marché » à l’individu condamné, en lui stipulant la seule condition de son pardon total et immérité.

« À partir d’aujourd’hui, vous avez… la liberté la plus absolue et la permission de faire ce que vous voulez : contrevenir à n’importe quelle loi, tout particulièrement à celles que vous jugez injustes ou inéquitables ou qui ne s’applique pas à vous personnellement. Mon fils n’a absolument rien fait pour mériter la mort et a offert volontairement sa vie à la place de la vôtre. Vous êtes donc dégagé de l’obligation d’obéir à la loi. Vous pouvez mentir, tricher, voler, tuer, violer ou quoi que ce soit que vous puissiez juger nécessaire, agréable ou approprié selon les circonstances. Vous avez le droit d’ignorer et même de poursuivre quiconque aurait l’audace de vous dire que ce que vous faites est mal (dans le sens légal ou moral), ou que votre façon de vivre devrait être différente de celle que vous aviez avant. Si vous choisissez d’accepter les termes stipulés, vous avez ma bénédiction inconditionnelle la plus complète. Séance levée !

Alors que la majorité des Chrétiens traditionnels (et bien des individus pas intéressés à la religion) trouverait le scénario ci-dessus totalement absurde, c’est la façon même selon laquelle ils voient la Loi de Dieu — que le sacrifice du Christ a éliminé la nécessité de s’y soumettre.

Romains 7 :4-6 ne prouve absolument pas que la Loi divine soit annulée. Paul y dit que le sacrifice du Christ a payé l’amende exigée par la Loi à notre place. Et, tout comme le montre Romains 6 :3-4, nous sommes morts avec lui. (Prenez note à nouveau de Gal 2 :20). Comme illustré par Romains 8 :1, nous ne sommes plus condamnés parce que par la résurrection du Christ nous sommes rendus spirituellement vivants, (6 : 4-5,11).