JavaScript

This website requires the use of Javascript Explain This   to function correctly. Performance and usage will suffer if it remains disabled.
Enregistrer pour le lire plus tard
Disponible dans ces langues :
  Français
OĂč se trouve l’Église de Dieu aujourd'hui ?
Photo of a CongregationNew York, Etats-Unis Photo of a CongregationJamaïque Photo of a CongregationPérou Photo of a CongregationIdaho, Etats-Unis Photo of a CongregationInde Photo of a CongregationBelgique Photo of a CongregationKenya Photo of a CongregationArkansas, Etats-Unis Photo of a CongregationAfrique du Sud Photo of a CongregationAngleterre Photo of a CongregationNigéria Photo of a CongregationOhio, Etats-Unis

Il existe une seule organisation qui enseigne l’entiĂšre vĂ©ritĂ© de la Bible et qui est appelĂ©e Ă  vivre de “toute parole de Dieu.” Savez-vous comment la trouver ? Christ a dit qu’elle :

  • enseignerait tout ce qu’Il a ordonnĂ©
  • appelerait les membres mis Ă  part par la vĂ©ritĂ© pour sortir du monde
  • serait un petit troupeau

Le sacrifice du Christ a-t-il aboli la loi comme semblent l’indiquer Colossiens 2 :14 et ÉphĂ©siens 2 :15 ?

Dans Colossiens 2 :14, l’apôtre Paul a écrit, en parlant de Christ, « il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix ».

Éphésiens 2 :15 dit : « … ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix ».

Ces versets n’abolissent pas les lois de Dieu. Le mot « ordonnances » provient du mot grec dogma qui fait référence aux lois et aux décrets des hommes — « … les ordonnances et les doctrines des hommes », (Col 2 :22).

C’est à cela que le Christ faisait référence dans Marc 7 :6-9, lorsqu’Il a dit, « Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit: Ce peuple m’honore des lèvres, mais son coeur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition ». Au verset 13, Il dit « … annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables ».

Le sacrifice du Christ a aboli la nécessité des sacrifices d’animaux, ainsi que les autres devoirs et exigences physiques des sacrificateurs (Héb 7 :12 ; veuillez aussi noter Gal 3 :10-13).Les « ordonnances » faisaient référence aux décrets et aux restrictions que les Pharisiens avaient imposés aux Juifs et ainsi qu’à certaines règles oppressives d’ascétisme tel que « Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! », (Col 2 :21) qui avaient aussi été imposées aux païens de Colosses. (Prenez note aussi de I Cor 8 :4-10).

Elles devinrent un « mur de séparation » (Éph 2 :14) entre les Juifs et les païens appelés dans l’Église de Dieu. Elles provoquèrent des préjugés, de l’animosité, de la suspicion et de la division. Mais Christ abattit ce mur par Son sacrifice suprême : « Car il [Christ] est notre paix, lui qui des deux [les Juifs et les païens] n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation », (Éph 2 :14).

Plusieurs nouveaux Chrétiens engendrés du temps de Paul continuèrent à être accablés par leurs anciennes croyances. Par exemple, au Temple, il y avait un véritable mur qui séparait la cour des Gentils (païens) de celle des Juifs. Les païens n’osaient pas le traverser sous peine de mort.

Il était difficile pour certains convertis au Judaïsme d’abandonner des coutumes si profondément enracinées dans leur vie. L’apôtre Pierre lui-même avait été affecté par cela (Gal 2 :11-12) et avait été réprimandé par l’apôtre Paul. Ce dernier a aussi démontré que la circoncision physique, (à laquelle, selon les Juifs, les païens devaient se soumettre), « n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout », (I Cor 7 :19)

Les Gentils étaient influencés par la philosophie païenne teintée de restrictions et de règlements. La cité de Colosses était réputée pour son ascétisme. Les païens jugeaient les Chrétiens à cause de la liberté dont ils bénéficiaient — manger des viandes (voyez à nouveau I Cor 8 :4-10), boire du vin et observer les Sabbats hebdomadaires et annuels de Dieu de la façon joyeuse comme Il l’avait prévue.

De plus, l’ascétisme enseignait qu’en faisant pénitence (abstinence, jeûne, et même s’infliger des douleurs et des souffrances), on pouvait recevoir le pardon de nos péchés. En parlant à l’encontre de tels jugements et de telles normes humaines, Paul a écrit : « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie [humaine] et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ », (Col 2 :8). En d’autres mots, toutes ces pratiques n’avaient aucune puissance spirituelle, pas plus qu’elles n’apportaient de bénéfices à ce niveau.

Christ n’a aboli aucune partie de la Loi de Dieu (Matth 5 :17). Il S’est offert en sacrifice pour nos péchés (payé l’amende de la mort à notre place et en lavant notre conscience de la culpabilité). Ce qu’Il a aboli par contre, ce sont les ordonnances et les traditions talmudiques (des fardeaux pesants), … sur les épaules des hommes - Matth 23 :4). Pierre a écrit : « … parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces », (I Pi 2 :21). Les Chrétiens sont ceux qui marchent « … comme il a marché lui-même », (I Jn 2 :6).

Par Son sacrifice, Christ a rendu possible pour tous (Juifs et Gentils) que nous devenions des Israélites spirituels, les enfants de Dieu (Gal 3 :26-29), vivant ensemble encadrés par Sa Loi parfaite, (Jc 1 :25). Dans Matthieu 5 :17-18, Il a dit : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; … tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé ». Christ a souligné l’importance d’observer l’esprit de la Loi tout autant que la lettre de celle-ci (Matth 5) lorsqu’Il a dit : « Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez », (Jn 13 :17).

Christ a aboli les ordonnances des hommes, pas la Loi de Dieu. Paul la dit « sainte, juste et bonne », (Rom 7 :12). La Loi de Dieu nous a été donnée pour notre bien et est plus que jamais obligatoire. Voyez Deutéronome 4 :40 : « Et observe ses lois et ses commandements que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, et que tu prolonges désormais tes jours dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne ».