Est-ce que Actes 13 :2-4 prouve que Dieu est une trinité ?

Ac 13 :2-4 dit : « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés. Alors, après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent partir. Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie… ».

Ce passage décrit très bien comment les spécialistes de la religion ignorent le contexte et se concentrent sur un seul aspect d’un verset afin de lui faire dire ce qu’il ne dit pas.

Veuillez noter les sept éléments de ces versets :

(1) « Pendant qu’ils servaient le Seigneur » — Ces hommes cherchaient quelle était la volonté de Dieu pour un sujet en particulier, l’ordination de deux hommes. Jc 4 :8 dit : « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous ».

(2) « … qu’ils jeûnaient… après avoir jeûné » — Le jeûne est un des outils de croissance employés par les Chrétiens. Il nous aide à accepter le fait que sans Dieu, nous ne sommes rien. Le jeûne lie aussi Satan, bloquant son influence. Si vous vous approchez de Dieu, alors vous résistez en même temps à Satan. Comme Jacques 4 :7 le mentionne, si vous « résistez au diable, …il fuira loin de vous ». Par leur jeûne, ces hommes démontraient à Dieu qu’ils voulaient qu’Il S’implique totalement dans ce qu’ils faisaient.

Un jeûne signifie que l’on se prive de nourriture et d’eau généralement pendant une période d’environ 24 heures. (Demandez notre article gratuit « Ce que vous devez savoir au sujet du jeûne » afin d’en connaître davantage sur la manière de jeûner). Lisez Jér 36 :6, ; Matth 9 :15 ; Mc 2 :19-20 ; Lc 5 :35. Donc la période de temps écoulé entre les versets 2 et 3 est d’environ vingt-quatre heures. [Jud.20:26 & II Sam.1:12 montrent que l’on peut jeûner pour des périodes plus courtes].

(3) « …le Saint-Esprit dit » — Est-ce que ces gens ont entendu constamment une voix pendant vingt-quatre heures ? Pour comprendre ce passage, relisez l’explication de Ac 5 :3-4. De plus, s’ils avaient entendu littéralement une voix venant de Dieu, pourquoi se seraient-ils senti obligés de poursuivre leur jeûne et leurs prières ? Ils auraient eu leur réponse ! (Voyez II Sam 12 :16-23 et Dan 10 :3-13). Ils étaient guidés par le Saint-Esprit en eux : « car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu », (Rom 8 :14).

(4) « Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés ». — C’est Dieu le Père qui appelle, (Jn 6 :44, 65). Le Saint-Esprit est le moyen par lequel Il accomplit cela. C’est aussi le Père qui détermine qui est appelé au ministère et quel rôle la personne jouera, (I Cor 12 :28). À nouveau, notez ce que dit Rom 8 :14. De plus, s’il s’était agi littéralement d’une voix audible en provenance de Dieu, pour que tous l’entendent, elle aurait été accompagnée par une démonstration évidente de forces naturelles. (Notez Jn 5 :37 ainsi que Ac 9 :3-7. Pour obtenir des preuves additionnelles, demandez le tiré à part « TREMBLEMENTS DE TERRE ET VOLCANS selon la prophétie », une de nos publications de la série prophétique).

(5) « … et prié », — La prière est un autre outil de la croissance chrétienne dont on se sert afin de faire connaître nos besoins à Dieu. C’est aussi la façon de demander à Dieu de nous faire connaître Sa volonté. (Voir Matth 6 :10, 26 :39,42). Encore ici, s’ils avaient déjà reçu une réponse audible, pourquoi auraient-ils continué à prier ?

(6) « … ils leur imposèrent les mains ». — L’imposition des mains est un geste symbolique lorsque l’on fait appel à Dieu, avec foi, afin de bénir et de sanctifier ou afin de transmettre l’autorité ou un pouvoir. Elle est utilisée en quatre occasions différentes et particulières : lors d’une bénédiction, au baptême, lors de guérison et lors d’une ordination.

Gen 48 :13-20 rapporte qu’Éphraïm et Manassé reçurent une bénédiction unique et de grande envergure lorsque Israël (Jacob) leur imposa les mains. La bénédiction des petits enfants est également accomplie par l’imposition des mains, telle qu’enseignée par le Christ, (Mc 10 :15-16 ; Matth 19 :13-15 ; Lc 18 :15-17).

Lors de la cérémonie du baptême, la personne repentante reçoit le don du Saint-Esprit suite à l’imposition des mains. On voit ceci pour la première fois dans Ac 8 :17-18 : « Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit…le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres… ». Voyez également Ac 19 :5-6 : « Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux… ». C’est aussi par les mains de Paul que Timothée a reçu le Saint-Esprit de Dieu, (II Tim 1 :6).

La guérison accordée par Dieu est aussi le résultat d’une prière de foi faite par un Ancien et accompagnée par l’imposition des mains sur la tête de la personne malade. Nous en voyons un exemple dans Ac 9 :17 : « … Ananias sortit ; et, lorsqu’il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, … m’a envoyé pour que tu recouvres la vue… ».

L’ordination à un poste dans l’Église de Dieu est aussi faite par l’imposition des mains. Un premier exemple est donné dans Ac 6 :6-8, pour l’ordination de diacres : « … après avoir prié, leur imposèrent les mains… Étienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple ». L’Église de Dieu aujourd’hui observe fidèlement cette pratique lors de chaque ordination. Hébreux 6 :2 la mentionne comme étant une des doctrines de Dieu.

(7) « … et les laissèrent partir ». — Ces personnes agissaient au nom de Dieu, ordonnant des hommes à des postes plus élevés dans le ministère. Cette partie du verset nous révèle deux choses : (a) En plus d’avoir jeûné et prié, ils s’étaient consultés les uns les autres afin de prendre une décision sage. (Notez Prov 11 :14, 15 :22), (b) ce n’est pas le Saint-Esprit qui les laissa partir. Le verset dit, « ils [Niger, Lucius, Manahen, vraisemblablement tous des apôtres] leur imposèrent les mains et les laissèrent partir ».

Autre publication apparentée :

La TRINITÉ, un Dieu en trois personnes ?

050101
P194