L’APOCALYPSE enfin expliquée!

Par David C. Pack

Des événements stupéfiants ébranleront bientôt le monde entier ! Le livre de l’Apocalypse renferme de grandes PROPHÉTIES, qui révèlent comment et quand ces événements catastrophiques auront lieu. Cet ouvrage contient des connaissances essentielles qui changeront à jamais votre perception de l’AVENIR. Mais, vous devez avoir les CLEFS qui les dévoilent ! Et vous devez examiner chacune des Écritures qui y sont citées, ainsi que tout le livre de l’Apocalypse. Ce fascinant livre des prophéties est enfin percé, révélé et… expliqué !

Chaque jour on voit naître une recrudescence d’agitations autour du monde. Le terrorisme s’intensifie. Les mauvaises nouvelles augmentent, alors que les bonnes nouvelles, elles, se font de plus en plus rares. Chaque jour les conditions empirent.

L’homme a exploité la puissance de l’atome. La science et la technologie semblent déchaînées, suscitant de nouvelles découvertes toujours plus horrifiantes. Aujourd’hui, de plus en plus de pays possèdent des armes de destructions massives. Ce danger est encore plus grand, aujourd’hui, parce que la méfiance et la dissension qui existent entre les nations n’ont jamais été aussi grandes.

De plus, la décadence et l’immoralité humaines, la famine, les maladies, le racisme et les conflits entre des rivaux ethniques, le crime et la violence, sont en pleine explosion. Où ces tendances à la déchéance nous mèneront-elles ? La vie humaine y survivra-t-elle ?

Que nous réserve l’avenir ? Tout le monde veut le savoir. Plusieurs ont des opinions, mais très peu savent où trouver les RÉPONSES. D’autres croient comprendre les prophéties bibliques — et cela est probablement vrai en ce qui concerne le livre de l’Apocalypse. Cependant, toute interprétation humaine populaire de ce livre est dérisoire et ne constitue qu’un fouillis absolu d’idées, chacune comportant un mélange de quelques vérités avec beaucoup d’erreurs. Elles sont pénibles à lire — et pourtant les magasines de renom rapportent qu’un grand nombre de gens croient effectivement à ces scénarios de contrefaçon… et dangereux.

Quelle est la vérité au sujet des prophéties ? Que dit réellement la Bible en ce qui a trait aux événements qui précéderont le retour du Christ ? Parce qu’ils voulurent le savoir, les disciples du Christ Lui demandèrent: « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le SIGNE de ton avènement et de la fin du monde [de cet âge] ? »

Les conditions mondiales donnent à réfléchir, et donnent à cette question une dimension plus menaçante que jamais. Rien de ce qui s’est passé au cours des derniers 6 000 ans n’est comparable à ce qui va bientôt frapper ce monde !

La Bible prédit une époque de paix mondiale, de bonheur et de prospérité pour le monde. Plusieurs croient peut-être qu’il n’y a pas d’espoir pour celui-ci — mais il y en a ! De merveilleuses nouvelles gisent au-delà des mauvaises nouvelles d’aujourd’hui. Bientôt, le grand Créateur interviendra et sauvera l’humanité d’elle-même. Mais avant que cela ne se produise, les problèmes mondiaux vont s’accroître et s’intensifier, pour atteindre des proportions phénoménales. Cela sera suivi d’événements inattendus et cataclysmiques qui ébranleront le monde entier ! La civilisation, telle que nous la connaissons aujourd’hui, sera à jamais changée.

Mais, Dieu ne laisse pas l’humanité sans une SOURCE de réponses: Il révèle en détails ce qui doit arriver. Plusieurs, croyant que les choses finiront par « s’arranger », se ferment les yeux, choisissant de poursuivre les plaisirs et l’accumulation de biens matériels. Mais à court terme, les choses ne vont pas s’arranger. Les conditions mondiales sont — et deviendront — beaucoup plus graves que la plupart ne peuvent l’imaginer.

Dieu connaît la nature humaine, et Il sait jusqu’où celle-ci finit inévitablement par conduire si laissée à elle-même. Cela Lui permet donc de connaître — et de diriger — les événements futurs qui vont se produire à partir de maintenant !

Le moment est venu pour Dieu de RÉVÉLER ce qui doit arriver. Tout est en place, et Il a levé le voile sur le futur. Ce monde doit être AVERTIT, pendant qu’il reste encore du temps ! Et, de ce fait, vous devez l’être aussi. L’Apocalypse décrit les événements d’envergures et les fléaux terribles qui se produiront bientôt ! Prenez garde. Car se faisant, vous pourrez leur échapper (Luc 21:36).

Le livre mystérieux

Signes, sceaux, symboles, visions, trompettes, trônes, fléaux, anges, bêtes, têtes, cornes, témoins, malheurs, guerres, nombres, multitudes, messages et mystères ! Ces termes, le livre de l’Apocalypse les contient tous. Mais, que signifient-ils ?

La plupart des gens croient que le livre de l’Apocalypse est scellé, fermé à la compréhension. On l’appelle le LIVRE À MYSTÈRES sans signification. Et pourtant, tout le livre a une SIGNIFICATION importante — indispensable. Il est rempli de réponses. Les termes mentionnés plus tôt peuvent être dévoilés ! Ils peuvent être compris, et cette brochure révélatrice en contient les CLEFS essentielles !

Vous serez intrigué — voire fasciné — de la limpidité de ce que l’on peut connaître à partir du livre de l’Apocalypse. Les événements se multiplieront, pour culminer à un APOGÉE ! Vous pouvez les connaître.

Un tiers de la Bible est prophétique — le futur écrit à l’avance ! Presque la moitié des livres de l’Ancien Testament sont inclus dans les livres dit des prophètes « majeurs » (Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel) ou « mineurs » (Osée, Joël, Amos, Jonas, Michée, etc.).

L’apôtre Paul expliqua que l’Église du Nouveau Testament est « …[édifiée] sur le fondement des apôtres et des prophètes » (Éph. 2:20). Reconnaissez que, puisque l’Église siège sur les paroles des prophètes, les chrétiens doivent comprendre les prophéties. Si Dieu ordonne aux hommes de vivre de « TOUTE PAROLE qui sort de sa bouche » (Matth. 4:4; Luc 4:4; Deut. 8:3), Il n’en bannirait certainement pas ce tiers qui est prophétique !

Le prophète Daniel a parlé d’une époque où « plusieurs courront çà et là; et la connaissance sera augmentée » (12:4 — version Darby). Puis, parlant du temps de la fin, il a dit: « …les sages comprendront » (v. 10 — version Darby).

Dans Sa prophétie sur la montagne des Oliviers, le Christ paraphrasa Daniel. Il répondit à la question de Ses disciples quant à la séquence des événements du « temps de la fin ». Il renforça la déclaration de Daniel au sujet de ces événements, en disant: « Que celui qui lit COMPRENNE » (Matth. 24:15 — version Darby).

Dieu a ouvert — RÉVÉLÉ — à Ses serviteurs ce qui doit arriver. Il veut que vous compreniez. Il ne veut pas que vous soyez dans la confusion, l’ignorance, ou la crainte concernant l’avenir.

Mais, que doivent comprendre les sages, au juste ? Il existe des clefS importantes, qui OUVRENT (ou révèlent) les prophéties bibliques. Mais, le monde les ignore toutes ! Dès lors, il n’est pas étonnant que plusieurs disent qu’il n’est pas possible de comprendre l’Apocalypse: ils n’en possèdent pas les clefs !

En fait, quarante-deux pour cent des Américains croient qu’ils peuvent consulter les morts sur l’avenir. L’humanité refuse de rechercher et de consulter Dieu. Lui seul peut révéler le futur. Les êtres humains ne peuvent pas, par leur propre intelligence, leur raisonnement humain, ou par des découvertes scientifiques, connaître ou discerner les événements à venir. De nombreux « pratiquants » croient que le livre de l’Apocalypse ne leur est somme toute d’aucune utilité, car, disent-ils, on ne peut pas le comprendre.

Cependant, Dieu est en train d’accomplir un plan magistral — et les êtres humains en font partie. De plus, Daniel 12:10 ajoute qu’« aucun des méchants ne comprendra », parce que Dieu ne révèle Son plan qu’à ceux qui Lui obéissent ! Le Psaume 111:10 dit que « tous ceux qui pratiquent ses préceptes [gardent Ses Commandements] auront une bonne intelligence [comprendront] » (version Darby). Ce discernement, Dieu ne le donne qu’à ceux qui mettent en pratique Ses ordonnances !

L’Apocalypse — le livre des révélations

Après que Daniel eut achevé d’enregistrer la prophétie, il demanda à Dieu de lui en donner l’explication. Bien qu’il fut choisi pour enregistrer le livre, lui-même ne le comprit pas: « J’entendis, mais je ne compris pas. » Alors Dieu lui répondit: « Va…car ces paroles seront tenues SECRÈTES et SCELLÉES jusqu’au temps de la FIN. »

Quoiqu’il ne fut pas permis à Daniel de comprendre, en revanche ceux qui vivent aux temps de la fin le peuvent ! Rappelez-vous que nous avons lu que les sages le PEUVENT !

Nous verrons que cette grande prophétie sur ces événements futurs fut scellée de sept sceaux distincts. Il est indispensable de comprendre un autre point MAJEUR: les sept sceaux qui sont dans la main de Dieu couvrent tous les chapitres du livre, sauf les deux derniers ! Les sept sceaux sont décachetés l’un après l’autre — chacun révélant des événements futurs avant qu’ils ne se produisent. Seul le Christ est qualifié pour décacheter les sept sceaux et ouvrir le livre à la compréhension.

Apocalypse vient du grec apokalupsis et signifie révélationrévéler, et non dissimuler, cacher, voiler ou garder secret. Les toutes premières paroles que Jean a rapportées du Christ, au début du livre de l’Apocalypse, sont: « Révélation de Jésus-Christpour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. » Et, vers la fin du même livre, dans Apocalypse 22:10, nous lisons: « Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche. »

Comprenez bien ces paroles de l’apôtre Jean. Le temps pour comprendre le livre de l’Apocalypse EST maintenant proche (c’est-à-dire, à portée de la main) !

Dieu révèle un moyen fondamental pour comprendre les événements futurs. Ce moyen est d’abord montré dans les livres de Daniel et de l’Apocalypse. Le livre de Daniel, qui fut enregistré plus de 500 ans auparavant, sert de base, pour ainsi dire, au livre plus volumineux et plus détaillé qu’est celui de l’Apocalypse, lequel décrit des événements que l’on ne retrouve nul part ailleurs dans la Bible.

Le livre de l’Apocalypse contient une longue suite d’événements, chacun étant relié au suivant d’une manière successive — constituant une histoire complète. (Cet ouvrage contient essentiellement deux vues d’ensemble imagées: un profil et une histoire progressive — auxquels le lecteur peut se référer à l’occasion.) À l’occasion, le Christ a inséré certains événements dans le cours de l’Apocalypse. Vous comprenez maintenant la première clef qui dévoile le livre de l’Apocalypse !

Comprenez ce point important. Bien qu’il existe des clefs qui permettent de comprendre l’Apocalypse, le livre est en soi la plus grande clef qui existe pour comprendre pratiquement toutes les autres prophéties dans la Bible !

Les signes de l’Avènement du Christ: un parallèle aux sept sceaux

L’une des règles de base pour étudier la Bible est de toujours laisser la Bible s’interpréter elle-même. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne le livre de l’Apocalypse. C’est ce que nous ferons, au fur et à mesure que nous progresserons dans l’ouverture des sept sceaux.

Puisque Jean vit plusieurs symboles, il nous faut connaître les événements qu’ils représentent. Sans quoi, nous ne comprendrons pas ce qu’ils décrivent.

Comment ferons-nous cela ?

Marc 4:10-12 et Matthieu 13:10-15 détiennent une autre clef permettant de comprendre le sens des paroles du Christ. Dans ces deux passages, le Christ explique qu’Il parlait en paraboles afin que seuls Ses vrais serviteurs — et non les autrespuissent Le comprendre ! Prenez le temps de bien lire ces versets: « Lorsqu’il fut en particulier, ceux qui l’entouraient avec les douze l’interrogèrent sur les paraboles. Il leur dit: C’est à vous qu’a été donné le mystère du royaume de Dieu; mais pour ceux qui sont dehors tout se passe en paraboles, afin qu’en voyant ils voient et n’aperçoivent point, et qu’en entendant ils entendent et ne comprennent point, de peur qu’ils ne se convertissent, et que les péchés ne leur soient pardonnés » (Marc 4:10-12).

Avez-vous saisi ce que le Christ a dit ? Que seuls Ses serviteurs pouvaient comprendre le sens réel de Ses paroles. D’autres peuvent penser qu’ils comprennent, mais ils en sont incapables !

Le Christ ne laisse jamais Ses serviteurs dans l’ignorance des choses qu’Il veut qu’ils comprennent. Or ces choses, Il les a enregistrées de manière à ce qu’elles demeurent cachées pour tous les autres. Cela vous aidera à comprendre pourquoi il y a si peu de gens qui comprennent un livre qui est lu par un si grand nombre de gens.

Nous avons déjà parlé du principe selon lequel les « méchants » (les injustes) ne comprendraient pas les événements de la fin de cet âge, mais que ceux qui auraient l’Esprit de Dieu (Actes 5:32; Jean 16:13) comprendraient, car seul l’Esprit de Dieu peut guider ceux qui Lui obéissent et les amener à comprendre la Vérité. Reconnaître et accepter ces deux passages est d’une importance primordiale pour quiconque lit cette brochure — et le livre de l’Apocalypse. Quiconque cherche à comprendre les nombreuses vérités relatives aux prophéties bibliques sans pour autant chercher à obéir à Dieu, perd son temps.

Jésus explique, dans un langage clair, net et précis, les événements clefs des derniers jours qui doivent précéder, et mener, à Son second Avènement. Rappelez-vous que Ses disciples Lui avaient demandé en privé: « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde [de cet âge] ? » (Matth. 24:3; Luc 21:7).

Examinons brièvement le 24e chapitre de Matthieu, afin d’y trouver des INDICES essentiels expliquant les symboles que nous étudierons ultérieurement dans le livre de l’Apocalypse. Le Christ donne une liste de six événements différents devant se produire avant Son second Avènement, lesquels sont un parallèle parfait à ce que nous lirons à partir du 6e chapitre de l’Apocalypse.

Premièrement — des faux prophètes et des faux Christs (v. 5). Deuxièmement — des guerres (v. 6) à travers les âges, culminant au temps de la fin par une guerre mondiale (v. 7). Troisièmement — des famines (v. 7). Quatrièmement — des pestes (v. 7— version Darby). C’est à ce moment-ci que le Christ a fait référence à la destruction de Jérusalem en l’an 70 de notre ère, car il s’agissait là d’un événement type ou précurseur du futur siège de Jérusalem et de la bataille finale d’Armaguédon (relisez Matth. 24:17-28 et Luc 21:12-24). Matthieu 24:9-28 (de même que Luc 21:12-24) se rapporte donc à la période de l’an 70 de notre ère — mais seulement en tant qu’un type avant-coureur de l’époque finale du temps de la fin — époque à laquelle l’avertissement du Christ faisait littéralement référence !

Cinquièmement: dans Matthieu 24:21-22, le Christ explique l’arrivée de la Grande Tribulation (ou Détresse). Sixièmement: les signes célestes (v. 29) — les étoiles tombent et le soleil et la lune s’obscurcissent. Au même moment paraît le signe de l’Avènement du Christ (v. 30), lequel signe est suivi de près par Son Avènement

Examinons maintenant le livre de l’Apocalypse, chapitre par chapitre.

Chapitre 1: Christ, le Révélateur, et le thème du livre

Il est essentiel de comprendre qui est l’auteur du livre de l’Apocalypse, et de comprendre l’extrême importance du thème, car il constitue le cœur du livre. N’ayant pas ces clefs, plusieurs se sont enlisés dans toutes sortes d’arguments, pour savoir si « le jour du Seigneur » (v. 10) se rapporte au dimanche ou si l’auteur du livre ne serait pas plutôt l’apôtre Jean, au lieu du Christ.

Comment se fait-il que la plupart des gens se réfèrent à ce livre en tant que l’Apocalypse de Jean ou l’Apocalypse johannique ? Nulle part y est-il dit que Jean en est le révélateur. Notez: « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a DONNÉE pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean, lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu » (versets 1-2).

Avez-vous remarqué que le livre de l’Apocalypse contient les paroles de Jésus-Christ, précisant que c’est Lui — et non Jean — qui en est le Révélateur ? Jean n’était qu’un scribe — celui qui écrivait sous inspiration.

Quiconque lit attentivement ce verset se rend compte que la révélation vint d’abord de Dieu (le Père), qui l’a donnée à Jésus-Christ, qui l’a transmise par Son ange qui, lui, l’a ensuite fait connaître à Jean, lequel, sous l’inspiration divine, « a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu » (v. 2). Jean n’a fait que consigner (ou enregistrer) ces événements, les préservant pour les serviteurs du Christ — Son Église des temps de la fin.

Une fois que le livre fut copié et canonisé (vers l’an 1000 de notre ère), les fondateurs de l’Église universelle grandissante à Rome nièrent son origine. La très célèbre 11e édition de L’Encyclopedia Britannica déclare: « Au lieu de cela [Apoc. 1:1] l’Église substitua le nom du disciple, par qui le message avait été livré, à celui de son maître, nommant ainsi notre Apocalypse “L’Apocalypse de Jean”. Avant même la fin du deuxième siècle ce titre était devenu familier » (vol. 23, p. 212).

Si les meilleurs cerveaux du monde n’arrivent même pas à discerner correctement le titre du livre — et son Auteur —, comment pourraient-ils discerner le message qu’il renferme ?

Le Christ utilisa Jean pour « attester » (v. 2) — écrire — ce qu’Il lui révélait. Bref, Jean écrivit trois choses: 1) la parole de Dieu, 2) le témoignage (les paroles) du Christ, et 3) ce qu’il avait vu en vision.

Avec ces éléments de références, vous comprenez maintenant l’introduction du livre.

Le thème

De façon générale, la plupart des érudits reconnaissent, et s’accordent pour dire, que le jour du Seigneur se rapporte en fait au moment où le jugement (le châtiment) de Dieu s’abattra sur le monde — LE JOUR DU SEIGNEUR !

Cependant, presque personne d’autre ne comprend cela. Si ce point central n’est pas bien ancré dans notre raisonnement, le livre tout entier n’aura pas de sens. Le lire s’avérera un exercice futile.

Remarquez maintenant le verset 10. Ce verset révèle le point central ou le thème de tout le livre. Il faut comprendre que Jean vécut il y a 1 900 ans — bien avant que ne s’accomplissent les événements décrits dans ce livre. Il a écrit: « Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette. »

Des siècles de controverse ont résulté de cette référence. Les gens se chamaillent sur le jour de la semaine auquel Jean faisait référence. On suppose qu’il parlait du dimanche, alors que les prophéties ne disent rien de tel. Ce verset n’a rien à voir avec le dimanche — et ne fait référence à aucun autre jour de la semaine ! De plus, le jour de la semaine où Jean a pu recevoir cette prophétie est sans rapport.

Le « jour du Seigneur » représente l’époque de la colère divine. Plus d’une trentaine de prophéties différentes dans l’Ancien Testament font référence au « jour de l’Éternel…ce jour grand et redoutable ».

Voici comment le prophète Joël décrit ce jour-là: « Sonnez de la trompette en Sion ! Faites-la retentir sur ma montagne sainte ! Que tous les habitants du pays tremblent ! CAR LE JOUR DE L’ÉTERNEL vient, car il est proche, JOUR de ténèbres et d’obscurité, JOUR de nuées et de brouillards, il vient comme l’aurore se répand sur les montagnes. Voici un peuple nombreux et puissant, tel qu’il n’y en a jamais eu [ce sera le pire moment dans l’histoire], et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges. Devant lui est un feu dévorant, et derrière lui une flamme brûlante; le pays était auparavant comme un jardin d’Éden, et depuis, c’est un désert affreux: rien ne lui échappe » (2:1-3).

Le prophète Sophonie est encore plus imagé: « Silence devant le Seigneur, l’Éternel ! Car le JOUR DE L’ÉTERNEL est proche, car l’Éternel a préparé le sacrifice, il a choisi ses conviés. Au jour du sacrifice de l’Éternel, je châtierai les princes et les fils du roi, et tous ceux qui portent des vêtements étrangers. En ce jour-là, je châtierai tous ceux qui sautent par-dessus le seuil, ceux qui remplissent de violence et de fraude la maison de leur maître. En ce jour-là… » (1:7-9, 10).

Quelques versets plus loin, Sophonie donne un aperçu plus détaillé sur l’horreur de cette époque. Considérez cette image, qui donne à réfléchir: « Le grand jour de l’Éternel est proche, il est proche, il arrive en toute hâte; le jour de l’Éternel fait entendre sa voix, et le héros pousse des cris amers. Ce jour est un jour de fureur, un jour de détresse et d’angoisse, un jour de ravage et de destruction, un jour de ténèbres et d’obscurité, un jour de nuées et de brouillards, un jour où retentiront la trompette et les cris de guerre…Je mettrai les hommes dans la détresse, et ils marcheront comme des aveugles, PARCE QU’ILS ONT PÉCHÉ CONTRE L’ÉTERNEL; je répandrai leur sang comme de la poussière, et leur chair comme de l’ordure » (versets 14-17).

Voilà un horrible cliché. Le verset 18 parle de cette époque comme étant le « jour de la fureur de l’Éternel ». Le verset 17 identifie la cause de cette colère divine: « Parce qu’ils [tous les hommes] ont péché contre l’Éternel. »

Les événements qui sont dépeints ici — le jour du châtiment divin — sont pour ainsi dire aussi horribles et terrifiants que les mots peuvent les décrire. Ce jour-là appartient littéralement à Dieu — c’est « le jour de l’Éternel ». À cause de leur mauvaise conduite les hommes ont soulevé la colère de Dieu. Voilà pourquoi Dieu va bientôt intervenir dans les affaires du monde, pour envoyer d’horribles fléaux sur l’humanité pécheresse.

Le jour de l’Éternel est une grande époque de châtiment divin, de fléaux et de jugements, au terme des 6 000 années des péchés de l’humanité. Le Christ, à travers l’apôtre Jean, révèle à Ses serviteurs ce qui va se passer avant — et pendant — Son retour !

Ézéchiel 8:3 donne un aperçu de la façon dont Jean a pu être transporté 1 900 dans le futur: « L’esprit m’enleva entre la terre et le ciel, et me transporta, dans des visions divines, à Jérusalem. » Comme pour Ézéchiel, Jean fut transporté dans des visions divines — « en esprit » — depuis l’île de Patmos, d’où il écrivit la révélation (l’Apocalypse). Dieu projeta Son serviteur (dans des visions) dans des événements futurs importants afin qu’il pût les enregistrer.

Nous sommes au temps de la fin — époque où Dieu veut que Ses serviteurs comprennent les derniers événements qui précéderont le retour du Christ. Le livre de l’Apocalypse ne parle pas d’événements inconnus, qui se seraient déroulés dans un lointain passé. Il dénoncent les événements colossaux qui résultent du chaos mondial et qui affecte les masses humaines qui vivent actuellement. Le jour de l’Éternel est le thème, le cœur de tout le livre. Ces explications additionnelles étaient nécessaires pour comprendre le reste de cet ouvrage.

Dans Apocalypse 1:3, Dieu dit: « Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie et qui retiennent [obéissent à] ce qui y est écrit… ! » (Crampon). À quoi servirait ce passage si Dieu ne voulait pas que celui qui lit — qui entend et observe les choses qui y sont écrites — le comprenne ? C’est une affirmation importante pour tous ceux qui lisent le livre — autrement dit, vous !

Les versets 14 à 16 décrivent comment le Christ vit maintenant dans une gloire absolue. C’est là une image imposante. Prenez le temps de bien méditer là-dessus — et sur les raisons qui en font une image qui est, et de loin, fort différente de l’image familière que l’on a du célèbre faux christ de ce monde, aux cheveux longs, au visage triste, et au teint jaunâtre. « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force. »

Deux types de symboles sont utilisés dans le premier chapitre de l’Apocalypse. L’un est mentionné au verset 12, où Jean vit « sept chandeliers d’or », et l’autre au verset 16, où il vit « sept étoiles » dans la main du Christ.

L’explication de leur sens réel nous vient simplement en continuant la lecture du contexte: « …le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises » (v. 20).

Rappelez-vous, la Bible s’interprète elle-même ! Nous venons d’implanter le sujet des deux prochains chapitres.

Chapitres 2 et 3: Les messages aux sept Églises

Les chapitres 2 et 3 renferment les messages que le Christ adressa aux sept Églises différentes d’Asie mineure — la Turquie occidentale moderne. Combinés, ces messages représentent le premier message général du livre. Ils s’adressent aux sept ères ou phases successives de l’Église et s’étendent sur la période entière du Nouveau Testament — depuis le moment où le Christ bâtit Son Église (Matth. 16:18), en l’an 31 de notre ère, jusqu’à Son second Avènement ! Dieu a choisi de travailler avec Son Église à travers des ères. Chacun des messages renferme une brève description de la condition spirituelle de ces sept ères consécutives de l’Église.

Ces messages ne s’adressent pas aux soi-disant confessions religieuses, célèbres et respectées, du christianisme de ce monde — mais à la seule et unique vraie Église de Dieu. Les hommes n’ont jamais compris ces messages, parce qu’ils n’ont jamais su comment identifier l’Église de Dieu.

Ces ères (sauf Smyrne et Philadelphie) sont décrites comme ayant chacune sa propre collection unique de doctrines et de problèmes spirituels, obligeant de ce fait le Christ à choisir un autre dirigeant, pour établir l’ère suivante. Voici quelles sont ces ères: Éphèse (2:1), Smyrne (2:8), Pergame (2:12), Thyatire (2:18), Sardes (3:1), Philadelphie (3:7) et Laodicée (3:14).

Il s’agissait en fait de sept villes avoisinantes (dans le même ordre) d’Asie Mineure, que longeait une route de la poste. Dieu savait que chacune de ces villes refléterait une attitude correspondante laquelle existerait dans l’ère qu’elle représentait. Le Christ S’en servit pour dépeindre un modèle qui s’étendrait sur les 2 000 ans d’histoire de l’Église.

L’Histoire démontre que la plupart des gens de chacune de ces ères n’ont pas tenu compte des avertissements du Christ, et jamais cela n’a été aussi vrai comme au temps de la fin. L’Église ayant maintenant périclité dans la misérable septième (ou dernière) ère, celle de Laodicée, les plus fidèles des Frères dans l’Église de Dieu d’aujourd’hui sont de la sixième ère — l’ère de Philadelphie. Ils restent dissociés de la septième ère tiède. (Demandez notre brochure gratuite L’histoire de la VRAIE ÉGLISE de Dieu.)

Chapitre 4: Le trône de Dieu et les vingt-quatre vieillards

Les 4e et 5e chapitres servent de cadre pour la partie centrale de l’Apocalypse. Ils préparent le terrain pour la révélation des grandes prophéties expliquant le thème du livre.

Au verset 1, Jean décrit une porte ouverte dans le ciel et une voix forte qui lui dit: « Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. » Jean se trouvait à ce moment-là sur une petite île (Patmos) de la mer Méditerranée, et tout ce qu’il voyait se passait dans une vision. Il ne se trouvait pas littéralement au ciel.

Au verset 2, il voit Dieu le Père assis sur Son trône, et donne ensuite une magnifique image du décor de l’habitat de Dieu. Autour de Son trône se trouvent vingt-quatre autres trônes (inférieurs), sur lesquels sont assis « vingt-quatre vieillards ».

Il est important d’étudier ce chapitre conjointement avec le chapitre 5, parce qu’ils offrent une image descriptive des quatre « êtres vivants » et des vingt-quatre vieillards — et de Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu (5:6), Se tenant devant le trône de Dieu.

Ce décor grandiose dépeint le milieu — l’atmosphère — et la beauté majestueuse — du trône de Dieu. La description est tout simplement magnifique !

Chapitre 5: Le Christ ouvre la prophétie

Le verset 1 montre le Père qui tient dans Sa main droite le livre de l’Apocalypse (scellé de sept sceaux). À ce stade-ci le livre (rouleau ou parchemin) est toujours fermé — SCELLÉ ! Maintenant, notez: « Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, SCELLÉ DE SEPT SCEAUX. »

Pour Dieu, le chiffre sept représente la complétude. Le livre était donc complètement scellé. Autrement dit, le sens réel de la prophétie du livre était demeurée cachée, scellée — inaccessible à la compréhension humaine ! Il n’était même pas possible de la lire correctement, dans l’ordre exact, et encore moins de la comprendre.

En voici la description: « Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte: Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ? Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder. Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder » (versets 2-4).

Le récit révèle qu’aucun homme (personne) n’est qualifié pour ouvrir le livre. Si seulement les hommes avaient voulu croire Dieu, il n’y en aurait pas eu autant, au cours des siècles, qui auraient donné leurs interprétations d’une prophétie qui était somme toute franchement impénétrable. Comme Daniel, qui enregistra une prophétie qu’il ne comprit pas, Jean aussi fut incapable de comprendre cette prophétie. Il pleura parce qu’il ne voyait aucune possibilité d’ouvrir le livre (v. 5).

C’est à ce moment-ci que le Christ, et seulement Lui (et personne d’autre), est jugé « digne » d’OUVRIR LE LIVRE !

Comprenez bien ! L’interprétation du livre de l’Apocalypse ne vient pas de l’Église Restaurée de Dieu, ni d’aucun de ses membres, moi y compris. Aucun homme n’est capable d’ouvrir une seule prophétie dans ce livre.

Le livre de l’Apocalypse n’est disponible que depuis que la version King James (version originale anglaise) ne l’ait traduit du grec original, en 1611. Donc, à la surface, ce point est difficile à comprendre parce que, bien sûr, plusieurs peuvent avoir ouvert la Bible à ce livre et y avoir lu ses 22 chapitres en entier — mais sans jamais l’avoir compris correctement, parce qu’ils ne croient pas au chapitre 5 — qui dit que seul le Christ a le pouvoir (ou l’autorité) d’ouvrir le livre. Des « interprétations » à n’en plus finir, humainement conçues, différentes et compétitives, et ayant causé de la confusion, circulent depuis 2 000 ans. Les célèbres romanciers populaires n’ont fait qu’empirer la chose.

Ne soyez pas dans la confusion quant à l’identité de la seule personne qui soit capable d’ouvrir ce livre à une juste compréhension. Rappelez-vous, les paroles du livre de Daniel vont de pair avec toutes les prophéties majeures de l’Apocalypse — paroles qui ont été « tenues secrètes et SCELLÉES jusqu’au temps de la fin » (12:9).

Le Christ révèle le sens réel de ces prophéties: « Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône » (Apoc. 5:7).

L’explication des vingt-quatre vieillards

Voyons une autre chose au sujet des vingt-quatre vieillards — et corrigeons tout malentendu quant à leur identité et leur nature.

Lisons d’abord la description qu’on en donne au chapitre 5: « Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre » (versets 8-10).

Certains prétendent que les vingt-quatre vieillards seront choisis parmi les êtres humains qui auront été sauvés. Cet enseignement vient d’une mauvaise traduction des mots mis en italiques dans la version King James de la Bible. Ces mots auraient plutôt dû être mis entre parenthèses. Dans la version anglaise Revised Standard Version, et dans les notes mis en marge dans la nouvelle version King James, ces mots sont rendus correctement. En revanche, la plupart des versions françaises de la Bible (comme la version Louis Segond, qui est celle que nous utilisons) rendent ce passage correctement.

Ces vingt-quatre vieillards sont donc des êtres spirituels créés par Dieu. Ils règnent avec Lui, au ciel, jouissant d’un rôle consultatif auprès de Lui. Ils furent sans doute créés avant même la création physique et en même temps que les chérubins (Micaël [ou Michel], Gabriel et Lucifer — qui devint Satan), les séraphins, les quatre êtres vivants et les milliards d’autres anges (v. 11), qui sont au service de Dieu.

Il est impossible que les vingt-quatre vieillards soient des saints ressuscités. Le Christ a dit: « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). Ce ne sera qu’au retour du Christ, sur la terre, que les chrétiens revêtiront l’immortalité (I Cor. 15:23) !

Les saints ressuscités régneront sur la terre (Apoc. 20:4; Matth. 5:5; Dan. 7:27). Quoique la vision de Jean est descellée (ou ouverte) au ciel, elle reflète les événements qui auront lieu « sur la terre ».

Chapitre 6: L’ouverture des sceaux

Nous arrivons maintenant au chapitre 6 (un chapitre d’une importance capitale) et à l’ouverture de chacun des SEPT SCEAUX par le Christ.

Tout d’abord, rappelons qu’il faut comprendre qu’à partir de ce chapitre-ci, l’ouverture des sept sceaux couvre les quinze prochains chapitres du livre. Mais, comme le chapitre 6 interprète à lui seul six des sept sceaux, il est évident que chacun de ceux-ci ait reçu peu d’espace. Le septième sceau est, quant à lui, tellement important — et présente tellement de facettes — que Dieu y consacre beaucoup plus de place, ceci afin d’en donner une explication complète. Presque tout le restant du livre n’est consacré qu’au SEPTIÈME SCEAU !

C’est là une autre CLEF qui permet de comprendre l’ensemble du livre.

Pour le monde, l’Apocalypse ne représente qu’un message énigmatique, mystique, et axé sur la MORT ! Les quatre premiers sceaux sont incarnés par quatre cavaliers, chacun montant un cheval de couleur différente. On a écrit et dit beaucoup de choses sur eux. Mais, pour le monde, « les quatre cavaliers de l’Apocalypse », comme on les appelle couramment, sont toujours perçus comme des horreurs inexpliquées et mystérieuses.

Pour bien comprendre le premier sceau d’Apocalypse 6:2, on doit accepter un fait essentiel. Rappelez-vous, le terme grec apokalupsis (ou apocalypse) signifie tout simplement « révélation ». Donc, voyons maintenant ce qui doit être révélé — LES SEPT SCEAUX.

Voyons d’abord la description de chacun des sceaux. Rappelez-vous, Dieu veut que Ses serviteurs — les « sages » — comprennent !

Le premier sceau — LES FAUX CHRIST

Voyons maintenant le premier sceau: « Je regardai, quand l’agneau ouvrit UN DES SEPT SCEAUX, et j’entendis l’un des quatre êtres vivants qui disait comme d’une voix de tonnerre: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre » (versets 1-2).

Jean enregistra la vision sous forme de SYMBOLES. Il ne parle pas dans un langage clair. Il n’est donc pas possible de pénétrer ces symboles en lisant et relisant sans relâche Apocalypse 6, et croire que leur véritable signification finira tout bonnement par « jaillir dans notre esprit ».

Il est aussi absolument primordial de reconnaître qu’il existe une liste sans fin d’interprétations humaines sur ce que ce cheval blanc, entres autres, représente. Mais, je le répète, la Bible s’interprète elle-même. Il nous faut laisser le Christ expliquer l’ouverture des sceaux ! Personne d’autre n’a l’autorité de dire ce que Dieu a donné au Christ — et ce qu’Il Lui a autorisé à révéler !

Le Christ donne l’interprétation

Le Christ donne l’explication du cheval blanc. Rappelez-vous que Ses disciples Lui avaient demandé: « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » (Matth. 24:3).

Sachez que dans Matthieu 24 et Apocalypse 6, c’est le Christ qui parle. Aux deux endroits Il aborde les mêmes questions. Il répond à Ses disciples en leur dressant une liste, selon une suite et un ordre séquentiels des événements et des tendances qui précéderont la fin de cet âge — et par conséquent Son retour.

Remarquez le parfait parallèle qui existe entre Apocalypse 6:1-2 et Mathieu 24:4-5: « Jésus leur répondit: Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant: C’est moi qui suis le Christ [que le Christ est le Christ]. Et ils séduiront BEAUCOUP de gens. » C’est exact ! Le Christ avertit que plusieurs — et non quelques-uns — seront séduits par ceux qui prétendent Le représenter.

Le cheval blanc que Jean a décrit représente les faux « christs ». Celui qui le monte est en fait une contrefaçon du véritable Christ, et une contrefaçon de Son second Avènement décrit dans Apocalypse 19:11-16. Dans ce passage le vrai Christ brandit une ÉPÉE aiguë, à deux tranchants, alors que le faux christ, lui, est représenté avec un ARC. Ne négligez pas cette différence importante !

Voici une description partielle du vrai Christ revenant avec puissance et une grande gloire. Bien qu’Il est représenté montant un cheval blanc, le reste de la description est cependant fort différent: « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice [fait la guerre, selon certaines versions]…De sa bouche sortait UNE ÉPÉE AIGUË, pour frapper les nations; il LES PAÎTRA [LES GOUVERNERA, selon certaines versions] avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant » (versets 11, 15).

Réfléchissez un instant. La plupart de ceux qui étudient l’Apocalypse croient que le cheval blanc du premier sceau dépeint le vrai Christ, venant avant que la guerre, la famine, les maladies, etc., ne frappent la terre. C’est ridicule ! Cette lacune et cette méprise ont brouillé la justesse quant au moment du glorieux retour du Christ décrit dans Apocalypse 19:11-16. Ce n’est là qu’un moyen de plus qu’utilise la fausse religion — l’autre cheval blanc — pour séduire le soi-disant christianisme.

Des chapitres parallèles

Avant de poursuivre, examinons plus à fond la réponse que le Christ donna à Ses disciples, dans Matthieu 24. Cela nous aidera à mieux comprendre son parfait parallèle avec Apocalypse 6. Notez-le bien: « Vous entendrez parler de GUERRES ET DE BRUITS DE GUERRES: gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des FAMINES [et des PESTES — selon les textes originaux] et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs » (versets 6-8).

À une question directe le Christ donne une réponse directe. Les événements qu’Il décrit dans Apocalypse 6 sont en réalité SA PROPRE INTERPRÉTATION; ils n’ont donc pas besoin d’une autre interprétation. En les gardant à l’esprit, alors que nous lisons l’ouverture des autres sceaux, le Christ nous dit, à l’avance, ce que nous voyons — et Il nous explique le sens de ces symboles. Tout mystère est ainsi dissipé.

Ce même Christ ne donnerait pas deux versions différentes de ce qui doit arriver juste avant Son retour. Il n’aurait pas dit une chose à Ses disciples du premier siècle, pour ensuite donner une explication tout à fait différente à Ses serviteurs du vingt et unième siècle ! Cela devrait être clair.

Il est cependant important de comprendre aussi que c’est seulement MAINTENANT, après presque 2 000 ans, que le livre de l’Apocalypse peut être compris, par tous ceux qui veulent bien en tenir compte. Les paroles ont toujours été là, mais sans être comprises, parce qu’elles avaient été « scellées jusqu’au temps de la fin. »

Pesez bien le sens de ce que vous venez de lire !

En fait, le Christ a annoncé d’avance un bulletin d’informations — les manchettes d’un journal — sur des événements à venir, et qui s’ont juste devant nous. Matthieu 24, conjugué à Marc 13 et Luc 21, représente ce que l’on appelle communément « LA PROPHÉTIE DU MONT DES OLIVIERS », parce que le Christ l’avait prononcée alors qu’Il était assis avec Ses disciples sur la montagne des Oliviers. Combinés, ces trois chapitres contiennent beaucoup plus d’informations que seulement Matthieu 24:3-8. Nous y reviendrons plus loin.

Jean 1 se réfère au Christ en tant que « la Parole ». Comparez les versets 1 et 14. « La Parole » est traduit du mot grec logos, qui signifie « Porte-parole ». En fait, le Christ a non seulement inspiré Matthieu 24 et Apocalypse 6, mais aussi toute la Bible !

À ceux qui ont « des yeux pour voir, des oreilles pour entendre », dans Matthieu 24 le Christ révèle, dans un langage clair, le sens réel des SYMBOLES consignés dans Apocalypse 6.

Comprendre la dernière phrase constitue LA plus grande CLEF permettant de pénétrer le livre de l’Apocalypse en entier !

Les paraboles sont très similaires aux symboles. Tous les deux diffèrent des choses ou des figures qu’ils décrivent. Ainsi que nous l’avons déjà expliqué, contrairement à la croyance populaire, le Christ ne parlait pas en paraboles pour faire comprendre ce qu’Il disait. Lisez Marc 4:10-12, et vous comprendrez que la véritable raison pour laquelle Il parlait en paraboles, c’était plutôt pour CACHER le sens de Ses paroles. Il en va de même pour les symboles ! Ce fut justement l’utilisation de ces symboles, dans Apocalypse 6, qui permit de garder la prophétie « scellée » !

Si vous lisez le récit dans Marc, vous remarquerez que le Christ n’expliqua la parabole du semeur qu’à Ses disciples, et « en particulier ». Dans Matthieu 24, Il fit exactement la même choses: Il expliqua en particulier à Ses disciples de l’époque, et à Ses disciples des temps de la fin, la signification des symboles d’Apocalypse 6.

Lorsque les disciples voulurent comprendre les événements qui précéderaient le retour du Christ, ce fut vers LUI, le Christ, qu’ils se tournèrent pour avoir la réponse, et non vers un quelconque ecclésiastique non informé ou un théologien qui n’avait pas la moindre idée de ce dont Il parlait.

Vous pouvez faire de même. Le Christ est « le même hier, aujourd’hui, et éternellement » (Héb. 3:8). Ce qu’Il révéla à Ses disciples à cette époque-là, est tout aussi vrai pour nous, aujourd’hui ! Et selon les prophéties, ces événements se produiront à notre époque. Donc, si les disciples du premier siècle voulurent connaître leur réponse à Matthieu 24:3, les disciples d’aujourd’hui ne voudraient-ils pas, à plus forte raison, comprendre franchement les choses qui affecteront leur vie ?

Il y a un dernier point que vous devez comprendre au sujet de l’explication du Christ de l’ouverture des sceaux. Chaque sceau représente une tendance prophétique qui commence dès l’ouverture de celui-ci, et qui restera présente jusqu’à Son second Avènement.

Dans II Corinthiens 11:13-15, l’apôtre Paul révèle la manière d’opérer des faux ministres (ou faux christs) — égarant et abusant un grand nombre de gens, les amenant ainsi à accepter des christs de contrefaçons (v. 4). Bien que c’est ce qui se passe depuis maintenant 2 000 ans, tous, sauf la minorité — ceux à qui le Christ révèle Sa précieuse vérité —, en sont tout à fait inconscients ! À cela s’ajoute une déformation perfide du livre de l’Apocalypse tout entier. (Pour des explications plus détaillées sur le cheval blanc, demandez-nous notre brochure gratuite intitulée: Plusieurs viendront EN MON NOM.)

Il fut prédit que des faux ministres et des séducteurs égareraient « beaucoup » de gens — mais pas cette « minorité ».

Presque aussitôt après la mort et la résurrection du Christ, des faux ministres et des séducteurs s’introduisirent dans Son vrai troupeau. Voilà pourquoi Il avertit ceux de chacune des sept ères (voir les chapitres 2 et 3) avec un message différent.

Le deuxième sceau — LA GUERRE

À l’ouverture du deuxième sceau sortit un cheval roux: « Quand il ouvrit le SECOND SCEAU, j’entendis le second être vivant qui disait: Viens. Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée » (versets 3-4). Comme avec le Christ dans Apocalypse 19, ici l’épée est dépeinte comme un instrument de guerres et de tueries.

Ici, donc, le cavalier et son cheval « [enlèvent] la paix de la terre ». Le contraire de la paix, c’est la guerre, et lorsqu’on enlève la paix il ne reste plus que la guerre. Ceci dépeint les « [rumeurs] de guerres et de bruits de guerres » auxquels le Christ faisait allusion dans Matthieu 24:6.

Depuis que le Christ a prononcé cette prophétie, les guerres se sont succédées, augmentant et empirant sans cesse. Cette partie de l’ahurissante vision de Jean présente les pires implications pour tous les habitants de la terre, aujourd’hui.

Ce cavalier représente l’effroyable dévastation de la guerre. Dans la prophétie parallèle de Matthieu 24, la guerre vient tout de suite après la fausse religion. À la fin de cet âge, le potentiel de dévastation par la guerre sera devenue tellement grand qu’il aura le pouvoir d’enlever la paix, non pas de deux nations ou plus, mais « de la terre » entière.

Ce n’est qu’en cet âge moderne que des armes de destructions massives ont été inventées. Le vingtième siècle a connu les deux guerres les plus dévastatrices de l’histoire, la Seconde Guerre mondiale ayant été plus destructrice que la Première Guerre mondiale.

Nous sommes actuellement dans la dernière accalmie — intermission — précédant l’époque de la vraie grande guerre et qui, selon les prophéties, constituera le pire événement à se produire au cours du dernier siècle. Bientôt, l’humanité pécheresse et rebelle arrivera au bout de son rouleau. Nous sommes arrivés à une époque où le potentiel de guerre ne peut pas empirer, puisqu’on pourrait maintenant exterminer toutes formes de vie à l’aide d’une seule arme de destruction massive — si le Christ n’intervenait pas pour y mettre un terme (v. 22). (Pour mieux comprendre le sens de cet avertissement du Christ, demandez-nous notre brochure gratuite intitulé: Vous entendrez parler de GUERRES.)

Si l’on se fie à l’Histoire, la famine accompagne toujours la guerre. C’est pour cette raison que la guerre (le deuxième sceau) est aussitôt suivie de la famine (le troisième sceau).

Le troisième sceau — LA FAMINE

À l’ouverture du troisième sceau parut un cheval noir, symbole de famine: « Quand il ouvrit le TROISIÈME SCEAU, j’entendis le troisième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j’entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait: Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l’huile et au vin » (versets 5-6).

Ceci dépeint une famine mondiale extrême, excédant tout ce que le monde a jamais connu. Cette terrible condition s’étendra sur la terre entière, d’une manière exceptionnelle. Aujourd’hui la famine est pire que ce que l’on imagine. (Écrivez-nous pour nous demander notre tiré à part gratuit, intitulé: Et il y aura des FAMINES.)

Le quatrième sceau — LES PESTES (ou ÉPIDÉMIES)

L’ouverture du quatrième sceau révèle un cheval pâle représentant la peste ou des épidémies: « Quand il ouvrit le QUATRIÈME SCEAU, j’entendis la voix du quatrième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » (versets 7-8).

Ce cheval est dépeint comme étant de couleur pâle parce qu’Il est malade. Il dépeint manifestement la maladie — la peste ! Invariablement, la guerre amène la famine — et de la malnutrition s’ensuit la maladie. De nouvelles maladies, ou d’anciennes qui empirent, semblent se manifester presque chaque jour. Le taux de mortalité par la maladie, par jour, autour du monde, est stupéfiant: plus d’un quart de millions de gens en meurent ! Comme avec l’exécution des autres sceaux, amplement d’informations sont disponibles relativement aux maladies pour que cette brochure ne les contienne toutes. (Pour en savoir plus sur la souffrance mondiale grandissante suite à l’apparition du cheval de couleur pâle, demandez notre tiré à part bien documenté et gratuit, intitulé: Et il y aura des PESTES,.)

Le cinquième sceau — LA GRANDE TRIBULATION

L’ouverture du cinquième sceau ne révèle pas un cheval, mais donne plutôt un bref aperçu de l’imminence de l’avènement de la pire époque de chaos mondial de l’Histoire (Matth. 24:21) — la Grande Tribulation (ou Détresse) !

Je le répète, plusieurs prophéties, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, expliquent et décrivent cette époque. Cette suite d’événements mondiaux sera vraiment incommensurable (l’expliquer de façon plus exhaustive exigerait beaucoup plus d’espace que nous en disposons dans cet ouvrage).

Évidemment, le plus atroce, ce sont les guerres, les famines et les épidémies qui sont encore à venir. Ces conditions s’intensifieront avant l’arrivée de la Grande Tribulation. Et là encore, rappelez-vous que, après que le Christ eut décrit les quatre premiers sceaux, et les tremblements de terre, Il conclut avec ces paroles: « Tout cela ne sera que le COMMENCEMENT des douleurs » (Matth. 24:8). Ce ne sera pas encore la fin.

Après cela vient la Grande Tribulation. Nous en ferons la preuve plus loin.

Il nous faut d’abord expliquer un autre aspect important de ce que signifie la Grande Tribulation.

Voici ce que le Christ dit à Ses disciples concernant ce qui doit arriver ensuite: « Alors on VOUS livrera aux tourments, et l’on VOUS fera mourir; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom » (Matth. 24:9).

Maintenant, comprenez bien ceci. Deux pronoms différents sont utilisés dans ce passage — « on » et « vous ». C’est à dessein que le Christ les utilise. Chaque fois qu’Il fait allusion aux vrais chrétiens Il parle de « vous ». Le pronom « on » — et parfois « ils » — est souvent utilisé pour faire référence aux séducteurs, ceux qui ne sont pas de la vérité — les faux convertis.

Parfois le terme « vous » peut aussi faire référence aux nations d’Israël et de Juda, ou à eux et aux vrais chrétiens. Lorsque le contexte est historique, il s’adresse à Israël ou à Juda, ou aux deux à la fois. Dans ces cas particuliers, la comparaison avec Marc 13 et Luc 21 montre clairement que le Christ l’utilise dans les deux sens.

Le dernier martyre des saints

Avant de poursuivre avec les explications du Christ dans Matthieu 24 et sur la Tribulation, il nous faut lire la description que Jean donne du cinquième sceau. « Quand il ouvrit le CINQUIÈME SCEAU, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux » (Apoc. 6:9-11).

Le cinquième sceau dépeint le martyre des saints (en même temps qu’un très grand nombre de gens parmi les nations d’Israël et de Juda). Cela aura lieu durant la Grande Tribulation. Le verset 11 est une directive symbolique pour les martyrs du Moyen Âge: attendre ce dernier martyre du temps de la fin.

Le contexte se développe, avec les âmes de ceux qui posent une question à Dieu.

Certains se servent de ces passages pour valider à la fois la doctrine de l’immortalité de l’âme et que les « sauvés » vont au ciel — ratant du coup tout le point de ce que le Christ révéla. De tout évidence, ils n’associent pas non plus ce passage avec Son explication dans Matthieu 24:9.

Cette description est en fait symbolique, comme l’est une bonne partie de l’Apocalypse. Personne ne croit à l’authenticité des quatre chevaux. Bien entendu, ils sont symboliques, et font partie d’une vision. Il faut utiliser un standard permanent, et non choisir au hasard quels passages sont à prendre au sens littéral et lesquels font partie de la vision.

Jean reçut, dans une vision, un aperçu d’un événement futur (« après cela », 4:1). Puisqu’il était ravi « en esprit » lors de l’ouverture des sceaux (v. 2), les événements qu’il voyait se dérouler était une préfiguration céleste des choses qui devaient se produire, plus tard, sur la terre.

À l’ouverture du cinquième sceau (Apoc. 6:9), il « [vit] sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés. »

Rappelez-vous que Jean pouvait voir, en vision, dans l’avenir. Il voyait une longue période de martyre (jusqu’à et à travers le Moyen Âge). Un autre martyre doit avoir lieu, à notre époque (la Grande Tribulation). Les âmes de ceux « qui avaient été immolés » sont les chrétiens qui furent martyrisés à travers les âges. Il fut dit à ces premiers martyres de « se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux » (v. 11).

Plusieurs parmi le peuple de Dieu, au temps de la fin, se sont partiellement détournés de Lui, parce qu’ils n’étaient pas restés proches de Lui ou n’étaient pas enflammés pour Sa vérité et Son Œuvre, ainsi qu’ils auraient dû l’être. Ils n’ont pas prié, étudié, jeûné, médité, ils n’ont pas cherché Dieu sur une base quotidienne, comme ils auraient dû le faire. Voilà pourquoi plusieurs se sont laissés séduire et sont tombés dans de fausses doctrines. Seule la Tribulation pourra les réveiller — et là encore, seulement la moitié le sera (Matth. 25:1-12) !

Durant la Tribulation, il y aura une grande persécution religieuse. Le Christ a été très spécifique là-dessus: « Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue [à l’échelle mondiale], la charité [l’amour — Rom. 13:10; Jean 5:3] du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé…Car alors, LA DÉTRESSE SERA SI GRANDE qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais…Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. » (Matth. 24:10-13, 21, 24).

Les élus doivent donc demeurer sur leurs gardes !

Cette prophétie est très spécifique. Elle concerne la grande séduction par laquelle « plusieurs » auront été séduits. Les « âmes sous l’autel » (les saints morts) attendent le châtiment divin de la grande puissance gouvernementale qui les a persécutés, alors que Dieu viendra pour « tirer vengeance de [leur] sang ».

Tous les chrétiens « tièdes » devront souffrir ce dernier martyre (Apoc. 3:14-22). Ces « âmes » (les saints déjà morts) doivent « se tenir en repos » (rester « endormis » dans leurs tombes — Éph. 5:14; I Cor. 11:30) jusqu’à ce que d’autres viennent se joindre à eux, dans ce dernier martyre.

Le sang de ces « âmes » (les saints morts), qui attend d’être vengé, correspond au sang d’Abel (sa vie — notez Lév. 17:14) qui crie de la terre jusqu’à Dieu (Gen. 4:10). Puisque le sang et la mort ne parlent pas (Ps. 115:17; Eccl. 9:5, 10), la signification est par conséquent symbolique, et non littérale.

Dans Matthieu 24:9-10, le Christ décrit un dernier martyre, encore à venir, qui aura lieu parmi Son peuple. Ainsi, les « âmes » de ceux qui sont « sous l’autel » représentent ceux qui attendent le futur martyre des saints tièdes. Il s’agit de ceux de la septième et dernière ère (Laodicée), auxquels il a été fait référence un peu plus tôt, et dont il est question dans Apocalypse 3:14-22.

Invasion et captivité

La Tribulation comprend aussi l’invasion et la captivité des « Dix Tribus perdues » des descendants modernes d’Israël, et de Juda (la nation moderne d’Israël).

Dieu utilise presque toujours un principe de DUALITÉ. Cela vaut aussi pour les prophéties. I Corinthiens 15:21-22, par exemple, montre qu’Adam était un type du Christ, et vice versa.

Dans de nombreuses prophéties, il y a d’abord un accomplissement préfiguré, puis un grand accomplissement final. Ignorant cette clef essentielle, la plupart des gens échouent dans leurs tentatives pour comprendre ou expliquer les prophéties. Il en résulte donc toujours de la confusion.

Dans Matthieu 24:2, le Christ a prédit que le temple serait complètement détruit, qu’il ne resterait plus pierre sur pierre. C’est ce qui se produisit à la nation de Juda en l’an 69-70 de notre ère — cela était une figure du dernier grand et saisissant accomplissement à la fin des temps.

Voici comment le Christ décrit ce dernier accomplissement de l’invasion, la guerre, et la captivité nationale: « Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Car il y aura une grande détresse dans le pays, et de la colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis » (Luc 21:23-24).

Ceci décrit une époque de grande angoisse, de stupeur et d’horreur pour les peuples et les nations modernes d’Israël. (Pour en apprendre plus sur l’identité et la localisation de ces peuples, demandez-nous notre ouvrage gratuit Les Anglo-Saxons dans la prophétie biblique.)

Il nous faut maintenant considérer une insertion de la prophétie qui précède et conduit à la Grande Tribulation, et explique pourquoi vous lisez cet ouvrage: « Cette bonne nouvelle du ROYAUME sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matth. 24:14).

Le vrai Évangile se rapporte au Royaume de Dieu. Les hommes ont élaboré plusieurs faux évangiles. Mais, le Christ a prêché un message sur un prochain gouvernement mondial, qui sera établi lors de Son retour. Cette Œuvre prêche cette grande vérité et de quelle manière la Loi spirituelle et parfaite de Dieu sera bientôt établie dans toutes les nations. Voilà la merveilleuse bonne nouvelle à laquelle nous faisions référence plus tôt — le mot « Évangile » veut dire bonne nouvelle. Quand notre tâche sera achevée, « alors viendra la fin » ! (Demandez-nous notre brochure gratuite Lequel est le VRAI ÉVANGILE ?

Le monde ignore actuellement tout sur la Loi divine, parce qu’il a rejeté Dieu. C’est ça qui l’a coupé de Lui (És. 59:12). À cause de cela, un terrible châtiment devra avoir lieu avant que le Royaume de Dieu ne soit établi.

Même s’il reste encore du temps pour annoncer le Royaume de Dieu, ce temps sera bientôt écoulé. Mais grâce à cette Œuvre, quelques-uns se tourneront vers Dieu avant la fin — accomplissant parfaitement la prophétie du Christ dans Matthieu 24:14. Puissiez-vous « entendre et comprendre », pendant qu’il reste du temps (Luc 21:36) !

Le sixième sceau — LES SIGNES CÉLESTES

Nous arrivons maintenant au sixième sceau — les SIGNES CÉLESTES, ou astronomiques: « Je regardai, quand il ouvrit le SIXIÈME SCEAU; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu’un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes » (Apoc. 6:12-13).

Comment savons-nous que les signes célestes viendront immédiatement après la Grande Tribulation ? Voici les paroles du Christ: « Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées » (Matth. 24:29).

Voilà une description presque mot pour mot, phrase par phrase, d’Apocalypse 6:12-13. Le parallèle est évident. Une fois de plus le Christ a interprété, pour nous, le sixième sceau et son synchronisme. La phrase « aussitôt après ces jours de détresse » enlève tout doute quant au moment de l’apparition des signes célestes.

L’avènement de ces signes célestes annonce un grand changement général de direction — et de précipitation — des événements. C’est ce que nous comprenons en poursuivant quelques versets plus loin, dans Apocalypse. Remarquez: « Car LE GRAND JOUR DE SA COLÈRE EST VENU, et qui peut subsister ? » (v. 17).

Le jour du Seigneur, ou le jour de la colère de Dieu, suit le sixième sceau. Le ciel et la terre sont ébranlés ! Cette époque révèle l’INCROYABLE PUISSANCE de Dieu ! Rien de ce qui s’est déjà produit ou qui pourrait jamais se produire encore, ne sera comparable.

C’était justement de cette époque, où se manifesteront l’imposante puissance et la grande colère de Dieu, que le prophète Joël parlait, lorsqu’il a écrit: « Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, AVANT l’arrivée du jour de l’Éternel, de ce jour grand et terrible » (2:31).

Certains prétendent que ces signes se sont déjà produits. C’est impossible ! Matthieu 24 montre clairement qu’ils doivent suivre, et non précéder, la Grande Tribulation. De plus, lorsque ces signes se produisent, ils sont aussitôt suivis du, ou accompagnés par, le signe de l’Avènement du Christ (versets 29-30).

Selon les prophéties, la terrible période de la colère divine durera TOUTE UNE ANNÉE — après les premiers deux ans et demi de la Grande Tribulation. Voici comment Ésaïe décrit cette époque: « Car c’est un jour de vengeance pour l’Éternel, UNE ANNÉE de représailles pour la cause de Sion » (34:8). Jérémie en fait référence comme étant « L’ANNÉE où je [Dieu] les châtierai » (11:23; 23:12 — voir aussi Ézéch. 4:6 et Nom. 4:34).

Un grand tremblement de terre

Remarquez le verset 12, qui parle d’un « grand tremblement de terre ». Celui-ci se produit après le cinquième sceau, à l’ouverture du sixième sceau. La terrible époque du cinquième sceau implique l’invasion militaire et la captivité des peuples des nations modernes (à vrai dire, elles ne sont que des tribus qui se sont développées) d’Israël. Cette période comprend les deux années et demie de souffrance et de détresse sans précédent dans l’Histoire. Cela arrivera bientôt — au cours de cette génération-ci !

De par son synchronisme et son contexte, ce tremblement de terre annonce la fin de la Grande Tribulation et le début de l’apparition des signes célestes.

Apocalypse 6:12 déclare: « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang. »

Matthieu 24:29 parle aussi de cet événement. Relisez-le: « Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. »

Luc 21:25-26 en parle également: « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre; car les puissances des cieux seront ébranlées. »

Cette époque sera si terrible, que « toutes les montagnes et les îles [seront] remuées de leurs places ».

Rappelez-vous, c’est le jour de la GRANDE COLÈRE de Dieu ! Ce tremblement de terre va secouer la terre entière. Toutefois, les topographies de la terre ne seront pas forcément toutes changées pour autant. Il semble que ce processus se fera par étapes. Dieu les provoquera de manière à préserver la vie sur la terre, chacun des cinq derniers contribuant à certains aspects de leur transformation.

Si un seul tremblement de terre cataclysmique devait avoir de telles répercussions, toute vie humaine serait menacée de disparaître. Cependant, un dixième seulement de l’humanité survivra jusque dans le Millénium. Je le répète, ce tremblement de terre est annonciateur du SIXIÈME SCEAU — les signes célestes.

Remarquez la description qu’Ésaïe donne de cette époque: « En ce jour, les hommes jetteront leurs idoles d’argent et leurs idoles d’or, qu’ils s’étaient faites pour les adorer, aux rats et aux chauves-souris; et ils entreront dans les fentes des rochers et dans les creux des pierres, pour éviter la terreur de l’Éternel et l’éclat de sa majesté, quand il se lèvera pour effrayer la terre » (2:20-21). Ceci est comparable à Apocalypse 6:15-16.

Apocalypse 6:14-17 montre que ce signe est le ciel qui se retire comme un livre qu’on roule. Cette époque sera si terrifiante, que Jean rapporte que les gens se cacheront dans les cavernes et dans les rochers des montagnes, et voudront mourir. Le verset 17 pose la question suivante: « …et qui peut subsister ? » Les hommes craindront d’affronter toute la colère de Celui qu’ils ont rejeté !

Trois événements mondiaux

Le lecteur doit comprendre que la Grande Tribulation et le Jour du Seigneur sont deux événements tout à fait différents et distincts ! Les signes célestes se produisent entre la Grande Tribulation, qui les précède, et le jour du Seigneur, qui leur succède. (Même si le terme « grande tribulation » n’est utilisé que dans Apocalypse 2:22 et 7:14, de nombreux autres passages scripturaires en parle.)

Les chefs religieux de ce monde ignorent presque complètement la manière dont viendront ces trois grands événements qui ébranleront la terre — et dans quel ordre ils apparaîtront. La plupart croient qu’ils sont identiques — mais ils ne le sont pas !

La Grande Tribulation aura lieu d’abord. « Aussitôt après ces jours de détresse », dit le Christ, viennent les signes célestes. Ces signes introduisent le jour du Seigneur (la colère divine), lequel est un événement distinct. Nous avons vu comment Joël, Sophonie et Matthieu expliquent ce que le Christ révéla à Jean, en vision, dans l’Apocalypse. À présent, le sens de ces trois grands événements devrait être clair.

Le Christ enseigna aussi Ses disciples, en disant: « C’est en vain qu’ils me rendent un culte car les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes d’hommes. Vous laissez de côté le commandement de Dieu et vous vous attachez à la tradition des hommes » (Marc 7:7-8 — TOB). Il existe plusieurs vues « traditionnelles », mais erronées, des prophéties.

De plus en plus de gens écrivent sur des prophéties sur lesquelles ils ne connaissent rien. Ils ignorent ce que Dieu dit, ceci afin de favoriser de vaines théories — ou des idées nouvelles encore plus farfelues. Je viens de réviser un article, d’un magazine national, qui parle de tout ce qui vient d’être couvert dans cette brochure et qui témoigne de l’ignorance abjecte des faits les plus élémentaires relativement aux passages scripturaires se rapportant aux prophéties des temps de la fin. Cet article montre pourtant que près de trois Américains sur cinq (des millions de gens) croient que le fouillis d’idées confuses auxquelles celui-ci faisait référence, concernant l’Apocalypse, deviendra bientôt une réalité, mais seulement d’une façon mystérieuse et inexplicable. Des millions d’autres soi-disant chrétiens, sans doute parce qu’ils ne s’en soucient guère ou qu’ils sont confus, rejettent tout ce qui se rapporte aux prophéties ! Dans les deux cas, les gens restent ignorants.

Pour la plupart, ils croient que la Tribulation, les signes célestes et le jour du Seigneur sont identiques, qu’il s’agit de la même chose. Quiconque n’arrive pas à faire la distinction entre ces trois événements distincts ne peut espérer comprendre les prophéties divines.

Voici une distinction importante: le jour du Seigneur reflète la colère de Dieu. La Tribulation est en fait la colère de Satan le diable. Cet ange déchu sait fort bien qu’il ne lui reste que très peu de temps en tant que le dieu de ce monde (II Cor. 4:4), celui qui séduit « toute la terre » (Apoc. 12:9). Son temps est presque écoulé.

La Grande Tribulation sera la dernière persécution et le dernier martyre des vrais serviteurs de Dieu, ceux-là même qui font partie de la seule vraie Église de Dieu (Matth. 16:18). Parce qu’ils restent proches de Dieu Satan ne peut pas les séduire, et cela le rend furieux.

Si vous recherchez Dieu, vous n’avez pas à craindre les événements qui vont bientôt frapper la terre. Prenez le temps de lire Luc 21:36. Le Christ y fait une promesse rassurante, mais, pour cela, vous devez « [VEILLER]…et [PRIER]…, afin que vous ayez la force [selon certaines versions: que vous soyez trouvés dignes] d’ÉCHAPPER à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. » Puis lisez, aux versets précédents, la description qu’Il donne des événements qui viendront « comme un filet » sur un monde qui ne se doute de rien. Cela donne à réfléchir !

Le but d’un chrétien est de se tenir devant le Christ, à Son retour, pour régner avec Lui, après l’établissement du Royaume de Dieu !

Chapitre 7: Dieu retient momentanément Sa colère

Juste avant le jour du Seigneur, un ange retient momentanément les quatre vents, qui sont, comme l’explique Apocalypse 8:7-12, les fléaux des quatre premières trompettes du septième sceau.

Maintenant, notez: « Après cela, je vis QUATRE ANGES debout aux quatre coins de la terre; ils retenaient les QUATRE VENTS de la terre, afin qu’il ne soufflât point de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant; il cria d’une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit: Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau, cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël » (7:1-4).

C’est là une scène dramatique ! Quatre vents sont sur le point de faire du « mal à la terre » — dévaster son décor ! (Bien que le langage utilisé soit symbolique, les fléaux qu’ils apporteront seront quant à eux on ne peut plus réels pour tous ceux qui les subiront.) La colère de Dieu, qui est le début de Son intervention directe dans les affaires du monde, s’apprête à paraître. Mais elle est retenue, provisoirement. Quelque chose doit avoir lieu avant.

Ces vents sont retenus afin que les 144 000 (bien connus, mais peu compris) puissent être scellés (« marqués du sceau ») — et que la « grande foule » (« que personne ne pouvait compter ») puisse se tenir devant le trône du Christ, revêtue de robes blanches.

Les 144 000 sont d’abord scellés (7:4-8) avec le nom du Père (14:1). Ils représentent 12 000 de chacune des douze tribus d’Israël. Le chapitre 14 en dit plus sur eux (v. 15). Ce sont des gens convertis. Ils sont scellés avec le nom du Père parce que c’est ainsi que le Christ pria Son Père, dans Jean 17:11: pour qu’Il les « garde » en Son nom. Les Églises sont appelées de noms d’hommes, de doctrines, de lieux, etc. L’Église de Dieu (en neuf endroits dans le Nouveau Testament) est appelée du nom de Dieu Lui-même — l’Église de Dieu !

La grande foule (« que personne ne pouvait compter ») se compose de ceux qui sont à la dérive, maintenant, parce qu’ils ne tiennent pas compte des directives de Dieu, et ce, malgré qu’ils connaissent Ses Commandements. Ces gens « viennent de la grande tribulation » (7:14).

Voici ce que Jean en rapporte: « Après cela, je regardai, et voici, il y avait une GRANDE FOULE, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains…et l’un des vieillards prit la parole et me dit: Ceux qui sont revêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où sont-ils venus ? Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l’agneau » (versets 9, 13-14).

Beaucoup de gens connaissent la vérité, aujourd’hui, mais, ou bien ils ne réagissent pas, ou bien ils n’y répondent qu’en partie. Des centaines de millions de gens ont entendu la voix de Herbert W. Armstrong au cours des 52 années que dura son ministère. Il proclama le vrai Évangile du Royaume de Dieu avec force, et rétablit plusieurs vraies doctrines à la sixième ère (Philadelphie) de l’Église de Dieu. Plusieurs n’y ont pas pris garde. Ils se sont laissés « étouffer par les soucis de ce monde ».

Certains se réveilleront enfin, durant ou après la Tribulation, après avoir vu la terreur des signes célestes — et après avoir beaucoup soufferts. Ces événements colossaux en amèneront plusieurs à réfléchir, et à se réveiller avant qu’il ne soit trop tard. Ils se repentiront, puis se tourneront vers Dieu dans une totale soumission. L’Église Restaurée de Dieu continue ce ministère — cet AVERTISSEMENT à tous ceux qui voudront bien écouter !

Pourquoi Dieu envoie des fléaux

I Jean 4:8 dit que « Dieu est amour ». Et c’est à cause de Son amour pour le monde que le Christ est mort (Jean 3:16). Un Dieu juste et bon ne châtie jamais les gens avant de les avoir d’abord avertis. Je le répète, vous recevez maintenant cet avertissement.

Lorsque le Christ vint ici-bas pour annoncer le Royaume de Dieu, Il fut torturé et crucifié. Tous les apôtres, à l’exception probable de Jean, furent mis à mort, souvent après avoir été emprisonnés — et parfois même torturés.

Les prophètes de jadis avertirent les nations, les rois et les gens de se repentir et de reconnaître la souveraineté de Dieu dans leurs vies. À cause de cela, ils furent placés dans des donjons, ou forcés de fuir pour sauver leur vie, lapidés, sciés en deux, ou tués par des moyens des plus cruels. Ils étaient constamment rejetés et ignorés. Noé prêcha pendant 120 ans, mais seulement quelques membres de sa famille en tinrent compte.

Ce monde entêté, rebelle et hédoniste, n’a jamais tenu compte des vrais prophètes de Dieu. Mise à part quelques-uns, cela ne va pas changer, malgré les paroles contenues dans cet ouvrage.

Dieu est un Parent. Et comme tous les parents, Il corrige Ses enfants. Proverbes 3:11-12 dit: « …ne méprise pas la correction de l’Éternel, et ne t’effraie point de ses châtiments; car l’Éternel châtie celui qu’il aime, comme un père l’enfant qu’il chérit. »

Ces paroles viennent de Dieu. Elles sont claires et concernent Sa façon de travailler avec les gens. Bientôt, nous verront les terribles fléaux s’abattre sur un monde obstiné et rebelle, qui haït Dieu et rejette Ses vérités. Ce châtiment vient pour une raison. Six mille années d’ignorance de Dieu sont arrivées à leur PLÉNITUDE — et Dieu est rempli de COLÈRE !

Chapitre 8: Les sept fléaux

Après l’insertion du chapitre 7, le chapitre 8 dépeint l’ouverture du septième sceau. Rappelez-vous que les sept sceaux représentent l’entièreté du livre de l’Apocalypse. Mais, qu’est-ce au juste que le septième sceau ?

À son ouverture, sept anges se tiennent devant Dieu et reçoivent sept trompettes. Un autre ange prit un encensoir et « le remplit du feu de l’autel, et le jeta sur la terre. Et il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs, et un tremblement de terre ».

Ce tremblement de terre ANNONCE les fléaux des sept trompettes, par lesquels débutent aussi l’exécution du septième sceau et le jour du Seigneur.

Apocalypse 8:1-2 montre que le septième sceau dépeint aussi les sept trompettes: « Quand il ouvrit le SEPTIÈME SCEAU, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et SEPT TROMPETTES leur furent données. »

Comprenez bien ! Ce verset montre que les sept sceaux ne sont ni identiques, ni l’équivalents des sept trompettes. Il est essentielle de bien comprendre cela, car il s’agit-là d’une autre CLEF importante pour comprendre l’Apocalypse. Comprenez bien cette distinction: 1) le septième sceau constitue les sept trompettes et 2) la septième trompette est et constitue les sept derniers fléaux. Presque tout le monde est dans la confusion sur ce point, parce que la plupart d’entre eux croient que les sept trompettes et les sept derniers fléaux sont identiques. En outre, les sept trompettes ne suivent pas le septième sceau — ils sont le même sceau. Une lecture attentive élimine cette erreur.

Les sept trompettes représentent sept stades ou phases (Apoc. 9:20 parle de « FLÉAUX » mais, comme nous le verrons, ce ne sont pas les sept DERNIERS fléaux).

Rappelez-vous que les quatre vents comprennent les fléaux des quatre premières trompettes. Apocalypse 8:3-12 révèle que ceux-ci soufflent 1) sur la terre, 2) les arbres, 3) la mer, et qu’ils obscurcissent le tiers du soleil, de la lune et des étoiles. L’espace ne nous manque pour expliquer toute la signification des conséquences saisissantes de ces grands vents.

À maints endroits, dans l’Ancien Testament, on voit que, dans l’Antiquité, on sonnait toujours de la trompette pour donner l’alarme de guerre (Nombres 10:9; Jér. 4:19; Ézéch. 33:2-6; etc.). Le son de la trompette signalait l’approche des armées, et le début du combat. Israël et Juda allèrent toujours en guerre au son d’une trompette.

Les cinquième et sixième trompettes décrivent visiblement une guerre — en deux phases. Notez bien un autre point important. Les trois dernières trompettes (les 5e, 6e et 7e) sont similaires, avec trois malheurs (Apoc. 8:13). Le tableau au centre de cette brochure aide à mieux comprendre cela.

Le monde aime la guerre: il la fait depuis 6 000 ans ! L’humanité l’a toujours recherchée, en posant ses conditions. Quand Dieu entre en guerre avec le monde, Il utilise un langage que les hommes comprennent — et, cette fois-ci, c’est LUI qui contrôlera les conditions ! C’est Sa façon d’entrer en jugement avec tous les hommes, pour qu’ils « SE RÉVEILLENT » !

Les fléaux de la septième trompette seront un châtiment divin réellement effrayant et horrible pour ceux qui ne se seront pas repentis de leur désobéissance: « Les autres hommes qui ne furent pas tués par CES FLÉAUX [les sept trompettes] ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, de manière à ne point adorer les démons, et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher » (Apoc. 9:20). Manifestement, plusieurs ne se seront pas repentis après ces fléaux: ils continueront à servir les innombrables faux dieux que l’on adore à travers le monde.

Chapitre 9: Les trois malheurs

Le chapitre 9 se rapporte entièrement aux deux premiers des TROIS MALHEURS — les cinquième et sixième trompettes.

Aux versets 1-11, la cinquième trompette, ou PREMIER MALHEUR, est décrite comme une grande puissance qui sort de ce que la Bible appelle le « puits de l’abîme ». Il s’agit là, bien sûr, d’un symbole et non d’un puits au sens propre du terme, qui se trouverait quelque part sur terre. Apocalypse 17:8-14 en donne l’interprétation. Il s’agit de l’ancien Empire romain (avec ses sept résurrections, ou têtes, distinctes) émergeant de « l’abîme », une dernière fois. La sixième tête, la renaissance de ce système romain par Mussolini, était petite et relativement insignifiante. La dernière renaissance à venir sera beaucoup plus importante !

Les versets 13-21 décrivent le DEUXIÈME MALHEUR. Ouvrez votre Bible, et lisez-les. Vous y verrez qu’une armée de 200 millions de « cavaliers » attaque et vainc le système européen, dirigé par le dernier grand dictateur appelé la « bête ». Ces hordes d’Orient (Ézéch. 25:4, 10), venant sans doute de la Chine ou de la Russie, et alliées à l’Inde et au Japon, formeront une armée de 200 millions d’hommes.

Le prophète Ézéchiel décrit les mêmes événements qui sont rapportés dans Apocalypse 9:13-21, sauf qu’il en révèle plus: « Je t’entraînerai, et je mettrai une boucle à tes mâchoires; je te ferai sortir, toi et toute ton armée, chevaux et cavaliers, tous vêtus magnifiquement, troupe nombreuse portant le grand et le petit bouclier, tous maniant l’épée…Alors tu partiras de ton pays, des extrémités du SEPTENTRION [du NORD], toi et de nombreux peuples avec toi, tous montés sur des chevaux, une grande multitude, une armée puissante » (38:4, 15). (Voir aussi Joël 2:4.)

Ces symboles de chevaux et de cavaliers font manifestement référence à une grande armée. Oui, 200 millions est certainement une « armée puissante ». Selon toute vraisemblance, il s’agit ici d’une offensive de la part des Russes et des hordes (armées) asiatiques du nord contre la Bête et Babylone (Apoc. 17 et 18). Jérémie 50 et 51, ainsi qu’Ésaïe 13, 14, 47 et 48, décrivent l’apparition, et la destruction, de ce système.

Des forces terrestres sont déjà en train de se former, en ce moment même, de manière à pouvoir jouer leur rôle, le moment venu, conformément au Plan divin.

Chapitre 10: Le petit livre

Le chapitre 10 traite presque entièrement d’un « petit livre », qu’un « ange puissant » tient dans sa main. Ce petit livre fut dans la bouche de Jean « doux comme du miel », mais une fois qu’il l’eut avalé, ses entrailles furent « remplies d’amertume ». Cela fait presque assurément référence au livre d’Ézéchiel, possiblement conjointement avec celui-là même de l’Apocalypse.

La partie la plus importante est le verset 7, qui explique que le septième ange (qui sonne de la trompette à la fin du chapitre 11) met fin au mystère du Plan de Dieu — que tous Ses prophètes proclamèrent.

Le verset 11 stipule que le message du petit livre, et du livre de l’Apocalypse, doit être proclamé par un homme (pas par Jean, puisqu’il ne le fit jamais) « sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois ». Cela a essentiellement déjà eu lieu !

Chapitre 11: Les deux Témoins

Les treize premiers versets renferment une description des deux derniers prophètes des temps de la fin, que l’on appelle les deux Témoins. Des interprétations ridicules, et même un film hollywoodien, ont causé beaucoup de confusion sur l’identité de ces deux hommes.

Ces deux grands « prophètes » de Dieu (v. 10) prophétiseront pendant trois ans et demi, pour être ensuite tués par la bête, le dernier dirigeant de la renaissance moderne de l’Empire romain (v. 7). Apocalypse 13 et 17, ainsi que Daniel 2 et 7, décrivent ce système. On ignore l’identité de ces deux hommes. Mais, lorsqu’ils entreront en scène, les chrétiens sauront alors, avec certitude, que le retour du Christ est proche.

Une puissance extraordinaire leur sera accordée, pour accomplir des miracles et être protégés du mal — jusqu’à ce que Dieu permette leur mort, pour ensuite les ressusciter — démontrant ainsi l’impuissance de ceux qui les avaient tués. Si quelqu’un veut leur faire du mal et intervenir dans leur ministère, « … du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis » (v. 5).

Cette puissance sera comparable à celle qui fut donnée à Élie, comme en témoigne II Rois 1:9-15. Ils auront le pouvoir d’amener la sécheresse et la famine sur la terre, exactement comme le fit Élie (I Rois 17:1-7; Luc 4:25). Ils auront aussi le pouvoir de « frapper la terre de toute espèce de plaie » (v. 6).

Le Christ les appelle « MES deux témoins » (v. 3). Associez ce passage à Zacharie 4, qui parle souvent des deux témoins, pour arriver au verset 14, qui précise: « Ce sont LES DEUX OINTS qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Apocalypse 11:4 atteste de l’identité de ceux dont parle Zacharie 4:14). Ce verset révèle qu’ils jouissent d’une relation particulière et directe avec le Christ. Tous trois « se tiennent ensemble ». Les deux témoins se rapportent directement au Christ.

Dieu travailla toujours directement avec les prophètes de l’Ancien Testament. Le Christ, le Dieu de l’Ancien Testament (I Cor. 10:4), parla toujours face à face — communiqua directement — avec ceux qu’Il utilisa. Hormis quelques exceptions, vous en noterez un exemple à travers les prophètes mineurs et majeurs. Chacun de ces derniers débute avec des phrases comme: « La parole de l’Éternel fut adressée à Ézéchiel… » ou « La parole de l’Éternel lui [à Jérémie] fut adressée… » ou « La parole de l’Éternel fut adressée à Michée… », et ainsi de suite. Le Christ travailla directement avec tous ces prophètes. Il Lui arrivait parfois, en parlant face à face avec les patriarches, et d’autres, de se présenter sous les traits de Melchisédek.

En considérant le rôle que ces deux hommes joueront, on devrait mieux comprendre pourquoi ils travailleront si étroitement avec le Christ. Du feu sort de leur bouche pour dévorer leurs ennemis. Le pouvoir qu’ils posséderont sera telle, que rien ni personne ne pourra les tuer, durant trois ans et demi. Ce seul fait les distingue de tous les autres prophètes avant eux. De plus, aucun autre prophète ne resta non enterré pendant trois jours, pour être ensuite ressuscité — ou fut perçut comme quelqu’un ayant « tourmenté les habitants de la terre ». Ces seuls points démontrent qu’ils seront bien plus que de simples prophètes !

Les deux témoins donneront un dernier avertissement aux leaders des gouvernements de ce monde. Et, ils seront martyrisés à cause de cela. Le monde se réjouira à la vue de leurs cadavres, qui resteront exposés dans les rues de Jérusalem pendant trois jours et demi (versets 9-10). Mais, quand ils verront leurs cadavres ressusciter et monter au ciel dans une nuée, une « grande crainte » s’emparera alors de tous les hommes (versets 11-12).

Ces deux hommes n’ont pas encore paru. Mais lorsqu’ils paraîtront, paraîtra aussi la Tribulation ! Tout cela ne se passera pas comme on tend à le croire. Plusieurs croient qu’ils accueilleront ces hommes avec exaltation et réjouissance, en leur donnant l’accolade. Pas du tout ! Ils croiront presque assurément qu’ils sont la bête et le faux prophète faiseur de miracles — et, inversement, on pourrait possiblement prendre ces derniers pour les deux témoins ! Tel sera le pouvoir de l’ultime séduction du diable, tandis que « le raisonnement prophétique populaire » prépare déjà, en ce moment même, le monde soi-disant chrétien à un ÉGAREMENT MASSIF (II Thess. 2:10-11) !

Un autre tremblement de terre

Après la résurrection des deux témoins, il y aura un autre tremblement de terre. Celui-ci aura lieu avant le son de la septième trompette, le retour du Christ et la première résurrection (I Cor. 15:51; I Thess. 4:16).

Notez Apocalypse 11:12-13: « Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait [aux deux Témoins]: Montez ici ! Et ils montèrent au ciel dans la nuée; et leurs ennemis les virent. À cette heure-là, il y eut un grand tremblement de terre, et la dixième partie de la ville [Jérusalem], tomba; sept mille hommes furent tués dans ce tremblement de terre, et les autres furent effrayés et donnèrent gloire au Dieu du ciel. »

Ce tremblement de terre particulier précédera, et annoncera, l’événement le plus crucial dans l’histoire de l’humanité — le retour de Jésus-Christ ! À n’en pas douter, ce châtiment divin marquera l’échec du monde dans sa tentative à vouloir supprimer définitivement ces deux serviteurs de Dieu. Ce tremblement de terre frappera, semble-t-il, surtout dans la région de Jérusalem — mais sa portée pourrait tout aussi bien s’étendre à l’échelle mondiale.

Il ne s’agit pas ici du même tremblement de terre que celui décrit dans Zacharie 14:4, parce que toutes les nations ne se seront pas encore rassemblées (le sixième fléau) pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant (l’époque du dernier, ou septième, fléau) — Apoc. 16:17-21).

La septième trompette ou troisième malheur

Rappelez-vous, la septième trompette est le troisième malheur. Ceux-ci sont également synonymes des SEPT DERNIERS FLÉAUX. Le chapitre 11 en donne la description (versets 15-19) et, associé à 15:1, témoigne de cette affirmation.

Remarquez le verset 15: « LE SEPTIÈME ANGE SONNA DE LA TROMPETTE. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles. »

I Corinthiens 15:52 et I Thessaloniciens 4:16 parlent de cette époque. L’apôtre Paul y précise que le Christ viendra au son de « la trompette de Dieu » ou « la dernière trompette ». Matthieu 24:31 parle du même événement, mais utilise l’expression « trompette retentissante ». Toutes ces références se rapportent à la septième trompette.

Cet événement inaugurera l’avènement le plus marquant de toute l’Histoire. Dès Son glorieux retour, le Christ remplacera toutes les lois et les puissances des hommes par les Siennes. Tous les gouvernements humains — y compris ceux de tous pays, les grands comme les petits, qui sont en place, aujourd’hui — seront écrasés et remplacés par le Gouvernement de Dieu. Cette planète malade et déchirée connaîtra enfin la justice et la paix !

Évidemment, la septième trompette forcera l’établissement du GOUVERNEMENT du Christ, fondé sur les LOIS divines, sur les nations. Mais, comme elles n’apprécieront guère de voir ce Christ-là, les nations seront « irritées » (v. 18) ! Les hommes en seront venus à croire, et à faire confiance, à un système de contrefaçon, plusieurs ayant espéré être « emmenés » en sécurité par un faux christ, et non par Celui de la Bible.

Même le soi-disant christianisme, qui prêche que Dieu règne « dans le cœur des hommes », ne veut pas vraiment être dirigé par Lui — pas plus que le monde d’ailleurs, qui haït Ses lois (Rom. 8:7). L’humanité a rejeté la seule voie qui conduise à la paix, au bonheur, à l’abondance et à une prospérité universelle. C’est bien d’une façon ultime mais terrible que les sept derniers fléaux attireront l’attention du monde. Les hommes vont réaliser que Jésus-Christ EST le ROI des rois, et que c’est Lui qui est maintenant EN CHARGE !

Le Christ veut que le monde sache qu’Il est sur le point de le sauver contre lui-même.

Encore un autre tremblement de terre

Ce tremblement de terre aura lieu après que la septième trompette aura sonné (Apoc. 11:15). Ce sera le moment du second Avènement du Christ: « Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles. »

Le verset 19 déclare: « Et le temple de Dieu dans le ciel fut ouvert, et l’arche de son alliance apparut dans son temple. Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre, et une forte grêle. » Ce tremblement de terre aura lieu tout de suite après le retour du Christ et la première résurrection — et inaugurera l’achèvement de ces événements.

Le retour du Christ aura rendu possible la réalisation de toutes les merveilleuses prophéties bibliques qui devaient s’accomplir sur terre. Cet événement pivot est le plus crucial dans toute l’Histoire ! Des tremblements de terre, avant et après celui-ci, dénote son importance capitale dans le Plan de Dieu. Aucun autre événement ne se distinguera autant que celui-là.

Ce tremblement de terre sera aussi le résultat de la présence même du Christ, régnant dans la gloire. La terre tremblera littéralement de joie, de même que toute la création: « Que la mer retentisse avec tout ce qu’elle contient, que le monde et ceux qui l’habitent éclatent d’allégresse, que les fleuves battent des mains, que toutes les montagnes poussent des cris de joie, devant l’Éternel ! Car il vient pour juger la terre; il jugera le monde avec justice, et les peuples avec équité » (Ps. 98:7-9).

Comme le septième sceau, la septième trompette est divisée en sept parties — appelées les SEPT DERNIERS FLÉAUX, par lesquels « s’accomplit » — s’achève — la colère de Dieu !

Dieu dit, au chapitre 14, que ces derniers fléaux seront « [versés] sans mélange dans la coupe de sa colère…devant les saints anges et devant l’AGNEAU » (v. 10). Et, bien sûr, l’Agneau de Dieu, c’est le Christ (Jean 1:29, 36).

Avant d’examiner ces fléaux, à partir du chapitre 15, voyons d’abord plusieurs chapitres « insérés ».

Chapitre 12: La femme — l’Église du Christ

Les chapitres 12, 13 et 14 sont une « insertion » dans le déroulement général du livre de l’Apocalypse. Ceci parce que Dieu veut que le lecteur prenne conscience de ce que Sa vraie Église — Son vrai peuple — aura accompli au cours des quelques 2 000 ans qui se seront écoulés entre la vision de Jean et le retour du Christ. Dieu a toujours eu Sa véritable Église — les « persécutés » (Jean 15:20; II Tim. 3:12), le « petit troupeau » (Luc 12:32), le « peu » dont parle Matthieu (7:14; 20:26; 22:14). Ce sont eux qui vont régner avec le Christ !

Nous avons vu que le Christ sera établi en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et, les saints seront ressuscités et se joindront à Lui. Le chapitre 12 introduit plus exactement l’Église, par laquelle le Christ aura préparé ceux-ci à régner avec Lui.

L’apôtre Jean décrit l’Église de Dieu en commençant avant la naissance du Christ (v. 4), puis passe par Sa vie, Sa résurrection et Son ascension au ciel (v. 5). Il décrit ensuite les 1 260 années de persécution qu’endura cette Église et comment elle dut fuir dans des régions lointaines pour échapper aux puissances gouvernementales qui cherchaient à la détruire. Cependant, le Christ promit que Son Église existerait toujours (Matth. 16:18) — et elle existe toujours !

Ce chapitre est important aussi parce qu’il montre (Apoc. 12:14) que Dieu va protéger Son Église — décrite ici comme une femme — de cette horrible époque de grande calamité qui va bientôt s’abattre sur ce monde !

Le chapitre 12 parle de cette femme, et des attaques que Satan porte contre elle. Bientôt ce dernier, irrité, se déchaînera une dernière fois contre l’Église du Christ, forçant celle-ci à avoir besoin de protection: « Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit [persécuta, selon la version originale] la femme qui avait enfanté l’enfant mâle. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers SON LIEU, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent » (versets 13-14). La sixième ère fuira !

L’expression « un temps, des temps, et la moitié d’un temps » représente trois ans et demi: la Grande Tribulation et la Colère divine combinées. Le verset 17 montre comment Satan s’attaquera « aux restes » — l’ère tiède, expliqué précédemment.

Comprenez bien. Cette « femme » n’est pas celle décrite au chapitre 17 — qui est dépeinte comme une grande prostituée (v. 1) ! Cette femme est une personnification de la grande fausse Église. Elle représente le faux christianisme de ce monde. En fait, la femme du chapitre 17 persécute la femme du chapitre 12, qui est différente, et qui est la vraie Église de Dieu — et que le verset 17 décrit comme étant ceux qui « gardent les commandements de Dieu ». La capacité de faire la distinction entre ces deux femmes est une autre clef importante permettant de comprendre le livre de l’Apocalypse ! (Pour établir l’identité de ces deux femmes, aujourd’hui, et depuis ces 2 000 dernières années, demandez-nous notre brochure gratuite, intitulée: Où se trouve la VRAIE ÉGLISE de Dieu ?)

Chapitre 13: Les deux « Bêtes »

Le chapitre 13 décrit une « Bête » symbolique, et une autre Bête ayant « deux cornes » (v. 11). La première Bête représente l’Empire romain — un royaume politique. L’autre Bête ayant deux cornes, représente le siège central de la grande fausse Église, celle-là même qui contrôle la première Bête.

Ce n’est qu’en comparant Apocalypse 13, 17 et Daniel 7 avec Daniel 2 qu’on arrive à saisir pleinement toute l’importance des Bêtes et du système qu’elles représentent. De nombreux passages dans l’Ancien Testament en font référence, mais ce sont ces chapitres-ci qui les décrivent le mieux.

(Pour plus d’explications sur ce système romain et sur l’identité de la dernière Bête, demandez notre brochure gratuite La nature et l’identité de la BÊTE de l’Apocalypse ?)

Chapitre 14: Les 144 000

Le chapitre 7 parle des 144 000, mais c’est le chapitre 14 qui donne plus de détails sur leur identité. Les versets 1-5 précisent qu’ils se tiennent devant le trône de Dieu — ce sont les « prémices » (v. 4) du Royaume de Dieu.

De même qu’Il protégea Israël contre les plaies d’Égypte, Dieu protège souvent Ses serviteurs. Nous verrons au chapitre suivant que bientôt les sept derniers fléaux seront répandus sur la terre. Les 144 000 seront avec le Christ, dans Son Royaume — ils seront donc protégés contre ces horribles derniers fléaux.

Les trois messages angéliques

Le chapitre 14 représente aussi trois anges, porteurs de trois messages (versets 6-11). Étudiez ces messages angéliques. Ils renferment une mise en garde contre « la marque de la bête ». D’autres prophéties montrent que la plupart allaient ignorer cet avertissement essentiel !

Ceux qui feront partie de ce dernier grand système babylonien seront séduits au point d’accepter « LA MARQUE DE LA BÊTE » — et dont plusieurs parlent, mais que très peu comprennent. Ces messages annoncent la chute de ce système à travers les sept derniers fléaux, et avertissent de ne pas accepter la marque.

La destruction finale de ce système sera un événement invraisemblable. Plusieurs prennent des phrases, ainsi qu’ils le font avec une bonne partie du livre de l’Apocalypse, et les sortent hors de leur contexte, pour soutenir des idées et des doctrines erronées et humainement conçues. Le verset 11 déclare: « Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles. » Plusieurs utilisent ce passage pour faire croire aux gens que les âmes brûlent éternellement en enfer. Mais, ils saisissent mal le sens du contexte.

Cet événement est encore à venir. Il fait référence à « Babylone la grande » (v. 8), « qui a abreuvé toutes les nations…de son impudicité ! » Il s’agira de la dernière renaissance, au temps de la fin, du système politico-religieux du Saint-Empire romain, et que Daniel 2:42-43 appelle « les doigts de pieds » (ou orteils), et Daniel 7:7, 24, la dixième corne. Apocalypse 17:12 la décrit comme la septième tête (qui n’a pas encore paru), ayant dix cornes.

Apocalypse 14:9-10 déclare: « Si quelqu’un ADORE LA BÊTE [cette ultime renaissance au temps de la fin] et son IMAGE, s’il en reçoit LA MARQUE…il connaîtra les tourments dans le feu et le soufre…devant l’agneau » (TOB). Les gens continueront à se rebeller contre Dieu tant et aussi longtemps qu’ils participeront au système de la « Bête », et ils n’auront « de repos ni jour ni nuit » (v. 11). Il n’est pas dit qu’ils brûleront en enfer éternellement. On y dit plutôt que lorsque leurs corps seront brûlés, « la fumée…[montera] aux siècles des siècles ». Le feu s’éteindra de lui-même, tandis que les gaz qui émaneront de la fumée continueront, eux, à se répandre dans l’atmosphère.

Ce feu brûlera sur la terre, et non dans un « enfer aux flammes éternelles ». Malachie déclare sans ambages: « Et vous foulerez les méchants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prépare, dit l’Éternel des armées » (4:3).

Apocalypse 14:12 donne une description des serviteurs de Dieu qui n’auront pas accepté la marque de la Bête. Ils représentent un nombre relativement petit d’observateurs des Commandements divins, vivant dans un monde pécheur et attaché à un système en rébellion contre Dieu. Ce verset explique que « la foi de Jésus » (et non pas seulement la foi EN Jésus) leur donnera la force de tenir ferme et de refuser la marque. La foi humaine, de contrefaçon, sera sans valeur !

Chapitre 15: L’introduction des sept derniers fléaux

Nous arrivons maintenant à la dernière partie du septième sceau — qui est la septième trompette, le troisième malheur ou, encore, les sept derniers fléaux (v. 1). Ces quatre termes, je le répète, désignent la même chose. Ils sont identiques. Voyons maintenant ce qu’ils signifient.

Rappelez-vous, au chapitre 11 (versets 15-19), que le son de la septième trompette signale le retour du Christ, pour instaurer Son Royaume. À ce moment-là, la COLÈRE de Dieu « est [déjà] venue » !

Voici ce que Jean a écrit: « Les nations se sont irritées; et ta COLÈRE est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands [la première résurrection], et de détruire ceux qui détruisent la terre » (v. 18).

Jean rapporte que les nations « se sont irritées ». Mais, Dieu L’est tout autant ! Remarquez bien qu’il est dit: « TA colère est venue ». Retenez bien ceci ! La dernière partie du septième sceau, la septième trompette, le troisième malheur, les SEPT DERNIERS FLÉAUX — et les coupes — sont et constituent tous un seul et même événement: LA COLÈRE DE DIEU ! C’est le moment auquel seront confrontés tous les habitants de la terre !

Remarquez: « Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable: sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la COLÈRE DE DIEU » (15:1).

Avant que cela ne se produise, les versets 2 et 3 montrent que les saints ressuscités chanteront à la louange de Dieu. Sa fureur sera sur le point d’être accomplie. Cela représente la somme finale du châtiment divin.

Chapitre 16: Les sept derniers fléaux sont répandus

Le chapitre 16 décrit ces fléaux (appelés ici coupes — versets 2-4, 8, 10, 12, 17, 19) lesquels reflètent le dernier Jugement divin contre le faux système appelé « Babylone la grande » (v. 19; 17:5; 18:2, 21) !

La première coupe fut versée sur la terre « …et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image » (Apoc. 16:2). Ces individus font partie du grand et faux système formé d’une association de l’Église et l’État.

Le deuxième fléau est comparable à celui qui frappa les Égyptiens, juste avant l’Exode (Ex. 7:14-25). « Le second versa sa coupe dans la mer. Et elle devint du sang, comme celui d’un mort; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer » (Apoc. 16:3).

Lisez vous-mêmes les trois fléaux suivants. Les fleuves et les sources d’eau seront changés en sang; la chaleur du soleil sera si intense que les hommes mourront carbonisés par le feu. Les ténèbres et la douleur deviendront insupportables. Lisez maintenant le verset 11. En dépit de tous ces fléaux que Dieu leur aura envoyés, les hommes « blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres. »

Ceux de la dernière génération seront tellement vils, corrompus et méprisants, que Dieu les condamnera au pire des châtiments. Toutefois, ils n’arriveront toujours pas à comprendre — ou à se repentir !

Le Christ compare cette époque à celle du temps de Noé: « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche » (Matth. 24:37-38).

Comment Dieu voyait-Il cette époque ? « L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal » (Gen. 6:5). Nous entrons une fois de plus dans cette période !

L’important sixième fléau

Le sixième fléau prépare le terrain pour l’ultime combat visant à combattre contre le Christ à Son retour. Les forces spirituelles du mal seront libérées, et hâteront la destruction et la dévastation sur les habitants de la terre.

Voyez comment il sera permis à ces forces du mal de se rassembler: « Le sixième [ange] versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l’Orient fût préparé » (Apoc. 16:12).

L’Euphrate prend sa source en Turquie et coule vers le sud, à travers la Syrie et l’Iraq, pour finalement atteindre le golfe persique. Dieu fera tarir les eaux de ce fleuve, permettant ainsi aux « rois venant de l’Orient » (qui formeront une armée de 200 millions d’hommes) de traverser facilement en Terre sainte. Ce ne sera là qu’un prologue — une « mise en place » — pour bien d’autres événements significatifs à venir.

Le verset 13 poursuit: « Et je vis sortir de la bouche du dragon [le diable — Apoc. 12:9], et de la bouche de la bête [le dirigeant civil des temps de la fin qui sera sous l’emprise du diable], et de la bouche du faux prophète [un chef religieux associé à un dirigeant des temps de la fin], trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. » Apocalypse 17:5 appelle ce système « Babylone la grande ».

Le verset 14 déclare: « Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. » Ces « esprits de démons » sont les anges déchus qui suivirent Lucifer (maintenant Satan) dans son insurrection contre le Créateur (És. 14:12-14; Ézéch. 28:12-17; Apoc. 12:4).

Remarquez ! Ce dirigeant sera assisté d’un grand chef religieux, qui fera des prodiges par la puissance du diable (Apoc. 19:20; 13:11-14). En voyant ces miracles, les habitants de la terres seront tellement séduits, qu’ils croiront que ce faux système vient de Dieu, pouvant ainsi combattre ce qu’ils croiront être des envahisseurs extraterrestres ! À n’en pas douter, ces deux hommes seront possédés de démons (v. 13), et ils conduiront ce système politico-militaro-religieux vers l’ultime bataille.

« Le combat du grand jour du Dieu tout-puissant »

Le dernier grand faux prophète convaincra le monde à adorer la Bête, comme si elle était Dieu (II Thess. 2:3; Apoc. 16:13; 19:20) ! Cette séduction sera tellement grande, et répandue, qu’ils réussiront même à inciter l’humanité à combattre le Christ lors de Son second Avènement (Apoc. 16:9, 13-16; 17:13-14).

Le septième fléau (coupe) est habituellement connu en tant que la bataille d’Harmaguédon. Ce nom est inadéquat. Le verset 16 rapporte qu’ils se rassemblent dans « le lieu appelé » Harmaguédon. À ce moment-là, la Bête et le faux prophète œuvrent fébrilement à leurs derniers miracles, visant à tromper la multitude (16:13).

Le verset 14 révèle que le nom correct pour cette bataille est: « le combat du grand jour du Dieu tout-puissant » — et non Harmaguédon ! Ce sera le combat de Dieu ! Il n’en sera pas comme pour de nombreuses batailles célèbres d’aujourd’hui et qui portent le nom d’un lieu — comme Gettysburg, Waterloo, Verdun ou Stalingrad. La bataille aura lieu à environ 19 kilomètres plus loin, à l’extérieur de Jérusalem. L’endroit importe peu; ce qui compte, c’est le dessein de Dieu !

Les deux plus grandes puissances (la Bête et les hommes venus de l’Orient) verront le Christ arriver sur une nuée (Actes 1:11-12). Le considérant comme leur plus grande menace, ils vont s’allier, afin de combattre ensemble contre ce qu’ils croiront être leur ennemi commun. Ces hommes seront irrités. Aussi, ils refuseront de se soumettre au Gouvernement divin. Ils croiront en fait que le Christ est « l’Antéchrist », et ils « combattront contre l’agneau » (Apoc. 17:14).

Les prophéties ne parlent pas d’une guerre entre des armées humaines ! Le dernier grand combat aura lieu à l’extérieur de Jérusalem (ils se rassembleront à Harmaguédon), et sera livré contre le Christ et Ses saints !

L’ultime plus grand tremblement de terre

Un dernier tremblement de terre indiquera que Dieu S’en va en guerre ! Ce sera le plus puissant tremblement de terre de tous les temps ! Les versets 17-18 déclarent: « Le septième [ange] versa sa coupe dans l’air. Et il sortit du temple, du trône, une voix forte qui disait: C’en est fait ! Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et UN GRAND TREMBLEMENT DE TERRE, tel qu’il n’y avait jamais eu depuis que l’homme est sur la terre, un aussi grand tremblement. »

Sa puissance sera d’une amplitude telle, que la topographie de la planète en sera changée. Notez le verset 20: « Et toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes ne furent pas retrouvées. » Il semble que ce tremblement de terre parachèvera le processus entamé par celui d’Apocalypse 6:12-14, dans ce sens que « toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes ne furent pas retrouvées ».

Zacharie 14 en parle aussi. Le verset 4 déclare: « Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient; la montagne des oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il se formera une très grande vallée: Une moitié de la montagne reculera vers le septentrion, et une moitié vers le midi. » Puis, le verset 9 ajoute que « l’Éternel sera roi de toute la terre…. »

Tous les tremblements de terre dont parle l’Apocalypse sont accompagnés de voix, d’éclairs et de tonnerres. Ils se produisent au même moment que celui d’Apocalypse 8:5 (au commencement du jour du Seigneur), que celui d’Apocalypse 11:19 (après le retour du Christ), et que le dernier « grand tremblement de terre » d’Apocalypse 16:18 (à la fin des sept derniers fléaux).

Pour que des voix soient entendues au beau milieu d’un tremblement de terre, surtout lorsque celui-ci est accompagné d’éclairs et de tonnerres, il doit forcément s’agir des voix de puissants anges. (Pour en apprendre davantage, demandez notre tiré à part Les VOLCANS et les TREMBLEMENTS DE TERRE selon la prophétie.)

Chapitre 17: La femme de la Babylone la grande

Les chapitres 17 et 18 sont une autre insertion, ils décrivent le puissant système romain, celui-là même qui fut détruit à la fin du chapitre 16. Ils donnent une image relativement plus détaillée de la grande Église universelle. De plus, ces chapitres dépeignent celle-ci comme étant la mère des impudiques (17:5), avec ses filles ou ramifications l’ayant aidée à séduire toutes les nations (17:1-2; 18:3).

Plusieurs prophéties des temps de la fin utilisent des termes comme: têtes, cornes, doigts de pieds (ou orteils), rois, etc. Pour en éclaircir le sens, il est nécessaire d’étudier de nombreux chapitres, parce qu’ils jettent la lumière sur les différentes renaissances de ce même système romain.

Je le répète, en comparant Daniel 7 avec Apocalypse 13 et 17, la vérité sur les sept renaissances du Saint-Empire romain devient alors claire. Six sont venus, et sont partis — et le dernier est en train de se former ! Cette renaissance durera au moins trois ans et demi et coïncidera avec la Grande Tribulation (Matth. 24:21-22) et la colère divine.

Il existe un autre lien avec ces résurrections du systèmes romain. Notez-le ! Apocalypse 17 les décrit comme ayant chacune « une femme assise sur [la] BÊTE écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes » (v. 3). Les sept têtes représentent sept renaissances distinctes, avec une dernière renaissance ayant dix cornes (composée de dix rois). C’est elle la femme qui propage le « mystère de l’iniquité » dont parle l’apôtre Paul dans II Thessaloniciens 2:7.

Parlant de cette femme, les versets 5-6 déclarent: « Sur son front était écrit un nom, un MYSTÈRE: BABYLONE LA GRANDE, LA MÈRE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins [des martyrs, selon la version King James] de Jésus. » Le verset 1 l’appelle « la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux… ».

Arrêtons-nous un instant, et posons-nous la question suivante: Que signifie « les grandes eaux » ?

Voilà un exemple typique où il faut laisser la Bible s’interpréter elle-même. Quatorze versets plus loin, nous en avons l’explication: « Et il me dit: Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues » ( v. 15). Ceci montre bien que l’influence de la prostituée s’étend à toute la terre.

Dans ce cas-ci, le terme ne fut pas expliqué tout de suite; c’est en poursuivant la lecture que son sens est alors révélé. La Bible s’interprète elle-même !

Les versets 5-6 sont une description imagée d’une grande Église païenne — une descendante moderne de Babylone. Elle est la « mère » de nombreuses filles ou ramifications « prostituées », qui se détachèrent de celle-ci en guise de protestation, parce qu’elles s’opposaient à certaines de ses abominations. Il ne s’agit pas d’une petite Église, mais bien d’une « grande » Église, régentant de nombreux peuples. Le verset 2 parle de son « impudicité » avec les « rois de la terre ». Et le verset 18 parle d’elle comme de « la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre ». C’est une grande Église, qui a cherché à influencer les nations et les événements mondiaux. Une seule ville correspond à cette description.

Une femme très différente, décrite dans Apocalypse 12 comme l’Église de Dieu, est persécutée par cette grande fausse Église, et ce, depuis environ 2 000 ans (17:6). Ce sont ses ministres qui se sont « glissé[s] » dans l’Église de Dieu (Jude 3-4); ce sont eux les « loups » qui enseignent des « choses pernicieuses » et qui cherchent à retenir les gens dans le « mystère » du faux christianisme.

Daniel 7:19-20 donne plus d’explications sur ce qui se passera quand les saints reviendront avec le Christ. Leur première responsabilité sera de remplacer ce que Daniel appelle la « quatrième bête » (le règne du dernier empire mondial), dont le règne est assisté d’une « petite corne ». Cette petite corne est un empire religieux et représente la femme qui monte la Bête d’Apocalypse 17. Cet empire religieux a régné sur toutes les résurrections ou renaissances précédentes du Saint-Empire romain.

Les saints auront enduré une terrible persécution entre les mains de cette « petite corne » — la femme. Mais, ils en seront ultérieurement récompensés, d’une manière inimaginable. « Je vis cette corne [le système babylonien d’Apoc. 17:5-6] faire la guerre aux saints, et l’emporter sur eux, jusqu’au moment où l’ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume » (versets 21-22).

Les chapitres 17 et 18 révèlent que Dieu détruira, de façon définitive, cette prostituée et ses ramifications, en faisant se retourner contre elle la Bête qu’elle monte (17:16). Cependant, il lui faudra d’abord « monter » la dernière résurrection du Saint-Empire romain babylonien !

Il reste peu de temps avant de voir paraître cette renaissance, et ensuite le merveilleux Royaume de Dieu qui, lui, paraîtra peu de temps après (Apoc. 19:11-16).

Chapitre 18: Le jugement de Babylone

Ce chapitre décrit le jugement final et la destruction de Babylone. Le verset 17 montre que sa chute viendra rapidement. Les marchants de la terre seront horrifiés de voir ce grand système économique être frappé d’une ruine aussi soudaine et totale.

Les nations modernes d’Israël sont séduites, de même qu’une partie de ce système babylonien ! (C’est ce qu’on lit dans Jérémie 50:4-8, 13-15; 51:6-9 et Ésaïe 47:1, 5, 7-9; 48:1, 12, 17-20.) L’ancien Israël se trouvait en Égypte lorsque Dieu versa Ses fléaux (plaies). Pareillement, Dieu nous appelle hors de cette « Égypte » du monde.

Comprenez bien cette directive fondamentale concernant l’appel d’un chrétien. Le peuple de Dieu ne fait pas partie de ce monde ou de ses systèmes (Jean 17:14-16). En ce qui concerne les systèmes religieux et politiques de cette Babylone, Dieu ordonne: « Sortez du milieu d’elle, MON PEUPLE, afin que vous ne participiez point à ses péchés » (Apoc. 18:4). Babylone signifie confusion. Les vrais serviteurs de Dieu sont sortis de ce monde, de ses gouvernements, et de sa confusion (I Cor. 14:33). Et parce qu’ils s’en sont détachés, ils seront aussi détachés et protégés — et ils n’auront « point de part à ses fléaux ».

Chapitre 19: Le festin de noces, et un autre festin

Le décor du chapitre 19 se situe au ciel. Des anges se tiennent autour du trône de Dieu (versets 1-2), décrivant Ses « jugements…justes » contre la grande prostituée.

Mais une fois que celle-ci ne sera plus et que le Christ sera revenu, que se passera-t-il ensuite ? « Et j’entendis…une voix d’une foule nombreuse…, disant: Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les NOCES de l’agneau sont venues, et son ÉPOUSE s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints. Et l’ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au FESTIN DE NOCES de l’agneau ! » (versets 6-9).

Le Nouveau Testament identifie l’Église comme étant l’ÉPOUSE du Christ. Plusieurs passages bibliques le confirment (Matth. 25:1-10; Éph. 5:23). À Son retour, lors de l’un des événements les plus marquants dans toute l’histoire, le Christ épousera Son Église !

Les versets 13-14 parlent du Christ, et le verset 14, des « armées » d’anges qui se joindront à Lui, au ciel. Les versets 17-18 montrent qu’un gigantesque envol d’oiseaux de proie mangeront la chair des cadavres des armées ayant été tuées au chapitre 16. Cette autre « festin » est appelé « le grand festin de Dieu ».

Le chapitre conclut en donnant un aperçu de l’exécution de la Bête et du faux prophète, dans l’étang de feu.

Chapitre 20: Les trois résurrections

Le chapitre 20 introduit le règne millénaire du Christ, sur la terre. Le monde deviendra alors un vrai « paradis ». Satan aura été lié et jeté dans l’abîme (versets 1-3), ne pouvant ainsi plus séduire l’humanité. Ce chapitre parle aussi de trois résurrections distinctes, qui sont au cœur du Plan divin.

Les versets 4-6 décrivent la PREMIÈRE RÉSURRECTION et le règne des saints, avec le Christ, pendant 1 000 ans — ce qui, comme vous le savez, aura lieu au son de la septième trompette, au retour du Christ ici-bas.

Matthieu 25 est en fait une continuation de la prophétie de la montagne des Oliviers du chapitre 24. Quand le Christ viendra établir Son Royaume, les anges descendront du ciel avec Lui.

Voyez la scène, une fois que le Christ Se sera assis sur Son trône: « Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le TRÔNE DE SA GLOIRE. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: VENEZ, vous qui êtes bénis de mon Père; PRENEZ POSSESSION DU ROYAUME qui vous a été préparé dès la fondation du monde » (Matth. 25:31-34).

Cette scène est à la fois saisissante et merveilleuse. Juste avant Sa crucifixion et Son ascension au ciel, le Christ a dit: « …si je m’en vais…je REVIENDRAI » (Jean 14:3 — version Darby). Ici le Christ récompense chacun de Ses saints. Avec Lui, ils « [prennent] possession du royaume », et ils règnent pendant 1 000 ans.

Mais, nous devons nous poser une autre question, plus importante encore, et qui va bien au-delà des événements immédiats prophétisés dans les 19 premiers chapitres du livre de l’Apocalypse: Que se passera-t-il après le règne de 1 000 ans du Christ sur la terre ?

Une esquisse d’autres événements commence avec Apocalypse 20:7, et se poursuit jusqu’à la fin du livre.

Les verset 7-9 révèle une prophétie se rapportant à la fin du millénium. Satan, ayant été relâché de sa prison, « pour un peu de temps », cherchera alors à saper mille ans de paix. Son sort est décrit au verset 10.

À partir du verset 11, on y décrit les DEUXIÈME et TROISIÈME résurrections, desquelles la plupart des gens ne savent pratiquement rien, sinon rien du tout. Lisons d’abord ceci: « La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts [la fosse] rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu » (versets 13-15).

Le verset 13 fait allusion à la deuxième résurrection, alors que tous les hommes ayant jamais vécu depuis Adam seront ressuscités, ramenés à la vie physique au cour d’une période de 100 ans (És. 65:17-25). Toute cette multitude sera alors « [jugée] » par la parole de Dieu — les « livres » dont parle le verset 12. Le verset 11 en parle comme du jugement du « grand trône blanc ». Ce ne sera pas le genre de « jugement » que la plupart croient, où les gens « s’aligneront » devant Dieu, au ciel, pour recevoir leur jugement. Cette période de jugement durera 100 ans, au cours desquels les gens auront la chance d’accepter, ou de refuser, la voie divine — et le salut !

La troisième résurrection (v. 14) aura lieu lorsque tout ce qui se rapportait à la fosse (la géhenne) et à la mort (toute l’idée et la réalité de la mort physique — Apoc. 21:4) aura été détruit dans l’étang de feu. Cet ultime événement — la troisième résurrection — aura lieu à la toute fin du Plan divin, après que Dieu eut donné à toute personne ayant jamais vécu une pleine chance de se qualifier, et d’entrer dans Son Royaume.

Quiconque ne se sera pas repenti du péché subira fatalement l’ultime conséquence: la « seconde mort » dans « l’étang de feu » (v. 15).

Le Christ a dit: « Ensuite il [Dieu] dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges » (Matth. 25:41). Il expliqua que le feu éternel — l’étang de feu — avait été préparé pour le « diable et ses anges [démons] ». Au verset 46, Il poursuit, en disant: « Et ceux-ci [ceux qui n’auront pas obéi] iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle. » Ceux qui n’auront pas été trouvés dignes — qui ne se seront pas qualifiés pour la vie éternelle — seront jetés dans l’étang de feu. Ils passeront par « la seconde mort », de laquelle personne ne ressuscitera. « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, CE QUI EST LA SECONDE MORT » (Apoc. 21:8). Ceux qui seront jetés dans l’étang de feu, après le millénium, mourront brûlés, et leur mort sera éternelle !

Au verset 10 nous lisons: « Et le diable…fut jeté dans l’étang de feu et de soufre…. » Or, selon les textes originaux, nous devrions lire: « Et le diable…fut jeté dans un étang de feu et de soufre…. » En traduisant ce passage, les traducteurs ont employé à tort l’article défini « le » (ou « l’ ») au lieu de l’article indéfini « un » — et cela fait toute une différence. En effet, en faisant allusion à la Bête et au faux prophète qui sont jetés dans « un » étang de feu et de soufre (19:20), ce passage montre par là qu’il s’agit bien d’un type de la seconde mort. Ils seront ressuscités au jour du jugement du Grand Trône Blanc (Apoc. 20:11-13), et recevront leur chance d’être sauvés.

Chapitre 21: Un nouveau ciel, une nouvelle terre, et une nouvelle Jérusalem

Finalement, les chapitre 21 et 22 représentent la dernière phase du Plan divin, avec l’établissement d’un nouveau ciel, d’une nouvelle terre, et d’une nouvelle Jérusalem !

En fin de compte, lorsque Son Plan sera achevé, Dieu habitera sur la terre plutôt qu’au ciel. Jean parle de l’époque où la nouvelle Jérusalem descendra du ciel.

Le chapitre 21 en révèle davantage concernant l’achèvement du Plan de salut de Dieu et de la purification de la terre par le feu (II pi. 3:10-12). Les versets 1-3 déclarent: « Puis je vis un NOUVEAU CIEL et une NOUVELLE TERRE; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la NOUVELLE JÉRUSALEM, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle [l’habitation] de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. »

La terre deviendra alors le Siège central du Gouvernement divin — Gouvernement qui ne cessera de s’accroître, d’éternité en éternité. Prenez le temps de lire Ésaïe 9:7 et Luc 1:33.

Le PLAN MAGISTRAL de Dieu englobe l’éternité. Ceux qui feront partie de Son Royaume ne seront pas oisifs. Ils seront actifs et productifs. Ils continueront à accomplir le Dessein de Dieu ! Hébreux 2:6-8 explique qu’Il placera en fin de compte l’homme en autorité sur « toutes choses » — l’univers tout entier. (Pour des explications plus détaillées sur ce sujet, demandez-nous notre brochure gratuite intitulée: Comment la religion vous trompe au sujet de VOTRE INCROYABLE DESTINÉE.)

Il est difficile de concevoir toute la gloire et l’étendue de ce que nous accompliront durant toute l’éternité. Apocalypse 21:5 en donne cependant un indice: « Voici, je fais toutes choses nouvelles. »

Chapitre 22: Promesses et avertissements

Au verset 7, le Christ dit: « Et voici, je VIENS bientôt. Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ! » Relisez cette promesse, jusqu’à ce qu’elle s’imprègne en vous !

Lisez maintenant les versets 18-19. Un sinistre avertissement est lancé à tous ceux qui voudraient ajouter, ou retrancher, quoi que ce soit de ce livre, ou de toute Écriture en général. Relisez cet avertissement jusqu’à ce qu’elle s’imprègne en vous !

Le verset 15 parle de ceux qui, ayant refusé de se repentir de leurs modes de vie dégénérés, ne seront jamais dans le Royaume de Dieu: « Dehors les chiens [les faux ministres], les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! » Voyez aussi Galates 5:19-21.

Tout au long de ce chapitre on ressent surgir des paroles du Christ un sentiment d’urgence. Il y précise, pour une deuxième fois, qu’Il reviendra. Sauf que cette fois-ci, il divulgue ce qu’Il emportera avec Lui: « Voici, je viens bientôt, et MA RÉTRIBUTION [RÉCOMPENSE] EST AVEC MOI, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre » (Apoc. 22:12; voyez aussi I Cor. 15:50-54). Le Christ va revenir ici-bas, afin de récompenser chacun de Ses saints. Ceux qui seront sauvés n’iront pas au ciel !

Les dernières paroles prononcées par le Christ, dans l’Apocalypse, sont: « Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! » (v. 20).

Puisse Dieu vous aider à tenir compte de l’avertissement contenu dans ce livre, et ainsi recevoir la récompense du Christ, quand Il reviendra — BIENTÔT !

L’accomplissement d’une grande prophétie

Dans sa brochure intitulée L’Apocalypse enfin dévoilée, sous le sous-titre Où en sommes-nous aujourd’hui selon la prophétie ?, M. Herbert W. Armstrong écrivit:

« Nous connaissons la guerre froide, répit relatif entre la Deuxième et la Troisième Guerres mondiales. Mais il existe une prophétie pour MAINTENANT: un des faits prophétisés concerne l’époque actuelle.

« Les disciples demandèrent à Jésus, en particulier, quel serait le signe de Son retour et de la fin du MONDE. Jésus répondit que beaucoup viendraient en Son nom, proclamant que “Jésus est le CHRIST”, et séduiraient le monde en dénaturant l’Évangile. Toutefois, ce ne devrait pas encore être la FIN.

« La famine et la peste qui viendraient ne marqueraient pas non plus Son retour, ni la fin du monde. Les GUERRES MONDIALES qui se succéderaient n’en seraient que des signes. C’est seulement au quatorzième verset de cette prophétie qu’Il le donne: “Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin” (Matth. 24:14).

« Jésus a proclamé l’Évangile du ROYAUME DE DIEU: la BONNE NOUVELLE du MONDE À VENIR. Ensuite, des hommes ne tardèrent pas à proclamer le Christ, en s’appropriant Son nom — et le prestige de Son nom — pour séduire le monde et lui CACHER Son vrai MESSAGE.

« Dans ce temps de la fin, ce même Évangile du Royaume de Dieu — du GOUVERNEMENT divin — est à nouveau proclamé au MONDE ENTIER. Cette prophétie s’accomplit…. »

030101
RE

Autres Brochures